SI VIS PACEM KALACHNIKOV *

Capture d’écran 2016-02-14 à 18.28.19

Il est un dommage collatéral inattendu des assassinats commis en France durant l’année 2015 par des fanatiques islamistes, lequel dommage — dont je ne doute pas que certains de mes ami(e)s libertaires se réjouiront comme d’un progrès moral — se fait sentir aussi bien dans les milieux radicaux, anarchistes et autonomes que dans la grande presse bourgeoise.

Je veux parler du discrédit jeté sur la haine et sur la violence.

Le « discours de haine » — syntagme à strictement parler vide de sens — est désormais censé illustrer le comble de la malignité humaine, de la monstruosité et du recul vers la barbarie.

Non seulement l’absence de sens immédiatement perceptible — il s’agit d’un stimulus et non d’un message servant à une communication rationnelle et égalitaire — défie l’analyse, mais encore supposer un sens à cette formule entraîne mécaniquement de considérer que — exemple entre mille — le texte d’un communiqué du Medef sur la précarité de l’emploi n’est pas un « discours de haine ».

Ce point mérite un instant d’attention.

Du crétin de l’un ou l’autre genre appelé par ses fonctions de speaker ou speakerine du patronat à interpeller les politiciens et à insulter les prolétaires dans telle circonstance particulière, devrons-nous dire qu’il hait ses interlocuteurs et ceux que visent ses injures ?

Certainement, il méprise les premiers et, non moins sûrement, souffre avec difficulté l’existence des seconds (dont il ne saurait néanmoins se passer, et ça l’agace).

Mais ces sentiments, il les enrobe — on ne peut dire qu’il les dissimule : personne n’est dupe — dans une forme de politesse bourgeoise, laquelle ne peut se perpétuer qu’à la seule condition que la violence physique soit exclue de la réponse qui lui est faite.

Autrement dit : le porte-parole des patrons mérite de se faire taper à chaque fois qu’il ouvre la bouche, mais il peut entretenir le mensonge de « rapports apaisés entre partenaires sociaux » et autres répugnantes salades[2].

Ce mensonge lui-même, garanti physiquement par les gens d’armes, est une insulte supplémentaire aux oreilles de ceux et celles auxquelles il est adressé.

Il peut arriver que les mots du communiqué, soigneusement choisis par des consultants, ne se transforment pas en tir à balles réelles dans les rues. Le contraire peut arriver aussi. Tout dépend de la conjoncture, du régime et du niveau d’intensité de la guerre sociale. Pour y voir moins de « haine » que dans le geste meurtrier d’un jeune refoulé sexuel, aveuglé par des délires religieux — pardon pour ce pléonasme ! l’époque l’exige —, il faut l’acuité visuelle d’un poisson vivant dans les grandes profondeurs…

Autant le « ressentiment », moqué à juste titre par Nietzsche, me semble une impasse intellectuelle, synonyme de rancœur et de macération, autant la haine flamboyante compte et comptera — pour longtemps au moins — parmi les indispensables luminaires de la révolte et de l’action.

Que sont censés appeler, et alimenter, les « discours de haine » ?

La violence pardi !

Pas celle du cynisme politicien, du « plan social » patronal, des mensonges journalistes…

NON !

La violence.

La laide violence du poing dans la gueule. La violence du corps. Celle qui fait couler le sang et les larmes. Celle qui fait pisser et chier dans son froc qui la redoute ou l’éprouve. La violence à l’échelle humaine. Celle qui n’a ni attaché de presse ni service de sécurité.

Cette violence-là, dont je n’ai jamais été amateur fétichiste (moi, l’objecteur de conscience) a mauvaise presse — c’est bien le cas de le dire ! — jusque dans les milieux que je fréquente, pas moins sidérés que les autres par la conjonction d’une violence fanatique religieuse et de son reflet, la terrorisation démocratique poussée à la caricature.

J’en prendrai deux exemples.

Capture d’écran 2016-02-15 à 00.56.26

Une dizaine d’anarchistes, certainement bardés de bonnes intentions, publient fin janvier 2016 une lettre ouverte au président de la République française. Souhaitant manifester leur opposition à la possibilité réinscrite dans la loi (et étendue) d’une « déchéance de nationalité », les signataires « demandent » à être eux-mêmes déchus de la nationalité française.

Le texte de la lettre est particulièrement intéressant du point de vue qui m’occupe ici en ce qu’il mélange à dessein des éléments d’un folklore résistencialiste « violent » (les FTP) et d’un autre datant de la guerre d’Algérie (une chanson de Boris Vian).

En effet, les signataires se présentent en tête de leur texte comme « Francs tireurs Partisans d’une citoyenneté mondiale », et commencent leur lettre par « M. le Président, nous vous faisons une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps. »

Ils jugent ensuite utile — et nous n’en croyons pas nos yeux ! — d’offrir à la Ve République un satisfecit rétrospectif :

Nous sommes nés dans ce pays, la France, par hasard. Nous n’avons choisi ni de naître, ni de naître en France. Il en va ainsi de tous les êtres humains.

Jusqu’à présent, ce non-choix ne nous posait pas de trop gros problèmes[3]. Nous aurions pu tomber plus mal.

Depuis déjà quelque temps, cependant, entre Notre-Dame-des-Landes et la condamnation de syndicalistes à de la prison ferme, nous avions quelques doutes sur votre capacité à faire rêver d’une France dite pays des droits de l’homme. Vous nous accorderez de ne même pas parler de socialisme.

Avec votre dernier tripatouillage politicard à propos de la déchéance du droit de nationalité, les choses sont claires. Vous jouez avec les allumettes.

Après cet endossement de l’ensemble de la terrorisation démocratique, de 1986 à 2016, sans même parler de la nature du système dont la République n’est que la mise en forme juridique[4], les signataires se déclarent « en situation d’insurrection » (autorisée par la constitution, il est vrai !).

Et voici la conclusion, Borisvianesque dans sa version soft :

Monsieur le président, prévenez vos gens d’armes, que nous serons lourdement armés de ces armes de destruction massive que sont l’intelligence, la non-violence, l’honneur et… l’humour. Et que nous n’hésiterons pas à tirer ! Avec ces armes là !

Je n’ai personnellement rien contre le sens de l’humour. D’ailleurs, certains de mes amis très proches en sont dotés ! Je ne dissimulerai pas que, moi-même, dans certaines circonstances extrêmes…

Quant à l’intelligence, pourquoi non ? Avec mesure, toutefois…

…Et sans croire, comme le plus allumé des guerriers Mau-Mau, que la chose vous immunise contre les balles (même celles en caoutchouc).

Là, c’est vous qui jouez avec les amulettes, les enfants !

Capture d’écran 2016-02-15 à 00.56.41

Mais laissons là nos francs tireurs d’opérette, pour nous intéresser à des révolutionnaires d’une autre envergure intellectuelle. Je veux parler d’Éric Hazan, « fondateur des Éditions La Fabrique », grand artisan de l’éradication de la lutte des classes de l’analyse historique[5] et porte-voix éditorial du parti des indigènes de la république (PIR), et de Julien Coupat, ici-même cordialement mis en boîte, mais qui préfère se définir comme « mis en examen pour terrorisme ».

Autre envergure disais-je : tribune publiée dans Libération — depuis un petit souci de communication, Tarnac snobe impitoyablement Le Monde —, citations de Kafka et Baudelaire… on sent tout de suite que les deux signataires n’ont ni les mêmes valeurs ni le même carnet d’adresse que nos « FTP ». C’est leur côté « Bordeau Chesnel ».

Le texte s’intitule « Pour un processus destituant : invitation au voyage ».

Je soupçonne une assez plate dialectique négative avec des « processus constituant » peut-être empruntés aux débris de l’autonomie universitaire italienne. Tout cela excède mes propres capacités d’intelligence ; je ne m’y attarde pas. Il s’agit, de surcroît, davantage d’un signe de reconnaissance, d’une signalétique idéologique, que d’un argument réfutable.

Je reproduis la conclusion du texte, non sans remarquer d’abord que le programme qu’elle énonce se coule tout naturellement dans le calendrier électoral (« nous avons un an et demi ») avec lequel il est supposé rompre :

Ce que nous préparons, ce n’est pas une prise d’assaut, mais un mouvement de soustraction continu, la destruction attentive, douce et méthodique de toute politique qui plane au-dessus du monde sensible.

Que de douceur décidément, en ce drôle d’hiver sans palais à prendre…

« Attentive, douce et méthodique ».

Certes, il s’agit d’une « destruction », on ne nous le cèle pas. Tout de même, voilà qui m’évoque irrésistiblement le travail de l’infirmière.

Chacun ses fantasmes, me dira-t-on ! Encore entre-t-il dans celui-ci, croyez-m’en, davantage de l’habitude du patient que de la fantaisie de l’érotomane.

Il est vrai, c’est un autre de mes défauts, que je ne suis guère globe-trotteur. Voilà peut-être qui me retient de me sentir concerné par la joyeuse invite de nos randonneurs : Allons !

Pardonnez — ou non — une trivialité qui confine à la grossièreté : aller où ? avec qui ? et pour quoi faire ?

Et surtout, me demandais-je, avec quoi dans nos besaces, chers camarades ?

Des pistolets à bouchon, de la guimauve et des alexandrins… ?

Au fait, peut-être avons-nous besoin aussi de tout cela. Et si je pensais sérieusement qu’il fût possible de construire un monde où ces ustensiles constitueront tout le nécessaire du voyageur, et de la voyageuse, sans jamais avoir à se servir d’une arme automatique, je le dirais ici avec plaisir et soulagement. Mais je n’en crois rien.

Tant pis pour qui s’autorisera de ce billet pour voir en moi le double inversé du kamikaze :

Jusqu’à preuve du contraire, je tiens qu’il est déraisonnable d’abandonner la métaphysique (sans dieu) aux fanatiques, la haine aux ignorants, et le maniement des armes de guerre à nos ennemis mortels.

Le Diable sait pourtant que j’aime voyager léger…

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[2] Pour un exemple récent, voyez les dégueulasseries de la pitoyable Cosse sur la violence de classe à Air France.

[3] Je souligne. C. G.

[4] Il s’agit du ca-pi-ta-lisme, caractérisé par l’exploitation du travail humain.

[5] Voir son histoire de la Révolution française.

 

Capture d’écran 2016-02-14 à 18.12.12

 

* Inutile de m’ensevelir sous les courriels. Je n’ignore pas que la formule latine originale  — mais dont on ignore l’origine — est « Si vis pacem para bellum » (Si tu veux la paix prépare la guerre). Peut-être ignorez-vous que Parabellum est aussi le nom d’un revolver (le Luger allemand; voir illustration ci-contre). On peut bien choisir son arme, non ?

 

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41 Ce texte a été repris sur les sites

Atheneo du Puy de Dôme

Traduction italienne:

Finimondo

Cogito ergo sum

 

Tarnac et « l’affaire Coupat » enseignés aux élèves officiers de la gendarmerie…

Capture d’écran 2016-01-11 à 15.06.28

Étrange document que celui-ci, en forme de fiche pédagogique, concoctée en ce mois de janvier 2016 par une enseignante du Centre de Recherche de l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (CREOGN), Hélène Cavaillé.

On vérifiera au passage, et avec un certain amusement, la difficulté — également éprouvée par une soi-disant spécialiste — à présenter l’abominable désordre de la législation française dite « antiterroriste » de manière claire et ordonnée. Et on se demandera ce que les futurs officiers gendarmes peuvent bien en retenir…

L’auteure semble jouer un jeu de bonneteau, comme dans le passage qui suit, entre une critique des textes inspirés par l’Union européenne et intégrés dans le droit français, et le refus de les prendre en compte.

 

Ainsi, la question de savoir si la pose de fers à béton sur les caténaires SNCF peut porter atteinte à l’intégrité physique des voyageurs amène un questionnement sur la gravité des atteintes pour qualifier le terrorisme : doit-il y avoir des victimes décédées ou blessées, ou simplement la volonté de causer un grand nombre de victimes indifféremment du résultat suffit-il à la qualification d’acte terroriste ? Ou même, une seule victime, si sa mort est de nature à déstabiliser gravement ou détruire les structures fondamentales de l’État de droit, peut-elle justifier la qualification de terrorisme ? Il n’y a pas eu de victimes dans l’affaire Coupat. Les experts ont d’ailleurs affirmé qu’en aucun cas le procédé utilisé ne pouvait porter atteinte à l’intégrité physique des passagers. Ainsi, l’absence de victime mais la démonstration d’une volonté de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur peut-il permettre la qualification d’acte terroriste ? À quelles conditions ? Se pose la question de savoir, au delà de l’intime conviction des magistrats, ce qui est de nature à prouver objectivement la volonté terroriste.

 

Si l’on s’en tient la lettre et à l’esprit des textes, la question posée de savoir s’il doit « y avoir des victimes, ou au moins une, ou au moins la volonté d’en causer au moins une » est hors de propos. Les textes prennent en compte l’intention d’intimider une population, un gouvernement ou une organisation internationale. Le fait de causer un préjudice physique à des humains n’est pas cité comme condition nécessaire.

Par ailleurs, parler de « prouver objectivement la volonté terroriste » est particulièrement mal venu, puisqu’au contraire la législation française se caractérise, depuis 1986, par l’introduction d’une dimension subjective, explicite et assumée.

L’auteure de la note exprime l’opinion, respectable au demeurant, que les « mode de pensée marginaux » ne « peuvent » ni ne « doivent être associés à du terrorisme ». Sans noter que c’est précisément ce qu’autorisent les textes actuels.

On retiendra, si l’on tient à trouver ici une note d’optimisme bien venue dans la conjoncture présente, l’embarras visible causé dans certains milieux juridiques proche des « forces de l’ordre » par la dite « affaire de Tarnac », surtout revisitée à la lumière d’opérations terroristes de facture et hélas ! d’une efficacité que nous dirons « traditionnelles ».

 

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41 Téléchargez ici le document intégral au format pdf.

 

 

 

HUMEURS MAUVAISES DE SERGE QUADRUPPANI

Capture d’écran 2015-10-05 à 10.52.51

Serge Quadruppani, que j’ai cité ici récemment pour dénoncer la manœuvre gendarmique qui veut en faire le nouveau théoricien du prétendu «terrorisme» tarnacois, est très en colère contre moi.

Tellement en colère qu’il fait semblant de n’avoir aucun humour, et pour tout dire d’être un peu sot…

Quadruppani feint de croire que lorsque je le mets en boîte à propos d’une « préretraité bien méritée » à la campagne, je parle travail et gros sous. Et non, comme c’est le cas, de son ancienne carrière parisienne de « révolutionnaire-plus-grande-gueule-radicale-que-moi-tu meurs »…

Pourquoi fait-il ça ? Pour pouvoir, figurez-vous, ressortir de ses tiroirs un argument déjà utilisé par lui contre moi : la dénonciation « de classe ».

L’animal se souvient que j’ai évoqué, en 1995, dans 42 bonnes raisons pour les femmes de m’éviter (La Digitale, en libre lecture sur ce blogue), des titres hérités d’une grand-mère. Il en déduit que — grâce à 20 000 francs annuels ! — je n’ai jamais eu besoin de travailler et que je suis donc mal placé pour mépriser (dans ses cauchemars !) les prisonniers du boulot…

Ah le charme des catégorisations façon « révolution culturelle » chinoise !

Mais mon pauvre Serge, le livre en référence a été écrit entre 1993 et 1994 : il y a belle lurette (plus de trente ans) que les titres en question ont été vendus et l’argent utilisé notamment pour acheter cette maison bretonne… que tu connais bien, puisque je te l’ai prêtée et que tu y as séjourné avec une amie commune.

Je dois à la vérité de dire que tu t’es plaint de l’absence de chauffage… mais non de l’origine des fonds qui m’avaient permis de t’offrir un séjour au bord de la mer[1].

Allons, je ne te chicane pas là-dessus, nous avons tous nos petites contradictions.

D’ailleurs, comme tu le sais, je n’ai jamais laissé un(e) ami(e) dans la mouise (dehors ou en taule) sans participer à la solidarité. Je sais bien qu’aujourd’hui nous nous détestons… Cependant, si jamais tu te trouvais dans la gêne, menacé de te voir couper le chauffage (par exemple) dans tes rudes hivers, je serai toujours là pour toi.

On va trouver que je me dédis comme un cochon, mais j’ajoute une clause de conscience restrictive: ne compte pas sur moi pour t’aider à passer de survie à trépas plus dignement et moins douloureusement. Ton couplet sur Suicide, mode d’emploi «best-seller, recueil de recettes pour se tuer déguisé en pamphlet anarchiste» te prive de cette solidarité là. Un livre «pépère» qui te vaudra une arrestation, une dizaine de procès, des centaines d’articles haineux et des menaces de mort, on attend encore que tu nous en rédiges un…

Bref!

Tu t’engages à ne plus jamais écrire mon nom… Je fais tout comme toi ! Plus jamais le tien ne passera mes lèvres ou les touches de mon clavier, dès que j’aurai mis le point final à ce billet.

Même si l’on devait rétablir la peine de mort à ton seul bénéfice !

Juré, craché !

À ce propos, je comprends que tu sois tenté de capter une parcelle de mon immense renommée internationale en laissant entendre qu’il existe entre nous une telle intimité que tu puisses, comme tu dis, me « pisser au cul ». Mon souci historien de l’exactitude me contraint à démentir. Et quand je dis « Juré, craché », on voudra bien n’y voir aucune allusion à je ne sais quel rituel érotique sadien.

Ah ! Un dernier mot : que crois-tu que je fasse chaque jour, à Paris ou dans le train, tout comme toi cher collègue auteur ? Je « travaille ». Eh oui, kiwi !

Sans y être contraint pour manger. Par goût, par souci d’alimenter la pensée critique et le general intellect, pour conjurer (illusoirement, je sais) la décrépitude que tu évoques si bien et la mort qui vient.

L’exploitation salariale ou précaire, les réfugié(e)s sur le bitume, l’inégalité de nos conditions… Qu’y faire ?

La révolution communiste et libertaire, mon cher ex-camarade. À ça aussi — fort modestement, contrairement à ce que tu affirmes[2] —, je « travaille », avec d’autres.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] J’ai entrepris depuis l’élimination fructueuse d’autres branches de la famille ; on comprendra que je ne puisse donner ici davantage de détails.

[2] T’entendre dénoncer un « donneur de leçon », ça vaut son pesant de truffes !

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41 On peut lire l’intégralité du texte de S. Q. sur son blogue.

Les gendarmes limousins repèrent la «Mouvance anarcho-autonome» entre les lignes

Un article de Mediapart nous apprend que la Gendarmerie a trouvé le moyen de lier dans une nouvelle trame fictionnelle Tarnac et la fameuse « Mouvance anarcho-autonome », dont j’avais retracé la généalogie sur ce blogue.

Incapables de s’adapter aux nouvelles formes de mobilisation, et même de les concevoir[1], les gens d’armes continuent d’appliquer des schémas militaires et policiers du XVIIIe siècle à des coordinations et des regroupements de circonstance.

C’est ainsi que l’éphémère et ectoplasmique « Assemblée populaire du Plateau de Millevaches », qui avait appelé au « blocage » de gendarmeries et de commissariats pour protester contre l’assassinat de Rémi Fraisse, semble apparaître aux pandores comme une espèce de nouvelle incarnation du « Comité invisible ».

Une nouveauté dans cette énième mouture d’un mauvais scénario, c’est l’apparition d’un deuxième chef d’orchestre clandestin : Serge Quadruppani. On sait (ou l’on apprendra) que je n’ai guère d’estime pour le personnage. Je serais assez tenté d’ironiser ici sur le fait que la gendarmerie confonde l’achat d’une maison de campagne[2] en vue d’une pré-retraite bien gagnée avec la démarche du général rejoignant le quartier général de l’insurrection qui vient.

Je crains que l’on ne puisse pas faire qu’en sourire.

En effet, nous assistons, après le fiasco de l’instruction judiciaire de l’ « Affaire Tarnac » et juste avant le procès qui va la conclure, à une tentative de « regonfler » le mythe de la pseudo-« mouvance anarcho-autonome » par l’adjonction… d’une nouvelle plume.

On vient d’apprendre que le FBI a surveillé Ray Bradbury pendant des décennies, incapable de trouver quoi que ce soit à lui reprocher, et contraint à hasarder une critique idéologico-policière du genre science-fiction…

Voilà qu’après avoir fait du livre L’Insurrection qui vient (dont je viens d’avouer ici-même la paternité) le pivot du dossier Tarnac, les flics ajoutent une nouvelle silhouette de « nègre » à celle de Coupat.

Certes on peut diagnostiquer là une réconfortante marque de confiance dans la puissance de la littérature (et du verbe, puisque ces crétins ont fait des analyses pour attribuer à Quadruppani la lecture du commentaire du film ci-dessous). Cependant, étant donné l’armement (lourd) et les multiples capacités de nuisance de ces services d’État, le fait qu’ils fassent montre d’une aussi abyssale connerie fait froid dans le dos !

Pour ces gens (d’armes), une société est hiérarchisée, un groupe a un chef, un texte a un auteur. Le texte étant le programme du groupe, il n’y a qu’à trouver l’auteur pour décapiter la hiérarchie. CQFD.

Bref, si le contrôle au faciès est plus que jamais d’actualité dans la « prévention anti-terroriste », l’insurrectionnalisme caucasien en général, et corrézien en particulier, sera désormais détecté et pourchassé selon la bibliothèque et la bibliographie des suspects.

On les tient, chef !

Capture d’écran 2014-12-14 à 12.23.24

Extrait de l’article de Mediapart dans lequel est cité le rapport de gendarmerie

À défaut de faits, il faut donc pas mal d’inspiration à la section de recherche de Limoges pour conclure le 18 mai 2015 à une action « d’individus formant la frange radicale de la mouvance anarchiste (…) regroupés autour d’une organisation auto-baptisée “Assemblée Populaire du Plateau de Millevaches” ». Dans ce rapport de synthèse, l’enquêteur voit dans l’Assemblée une « structure clandestine dont la finalité portait sur des opérations de déstabilisation de l’État par des actions violentes ». Et, dans une vision très policière, il la dote de deux théoriciens, Julien Coupat et le romancier Serge Quadruppani.

Voici l’intégralité du passage intitulé « Historique de la mouvance anarchiste du Limousin ».

« Dans les années 90 jusqu’au début des années 2000, des individus affiliés à des mouvements libertaires d’ultra-gauche s’installaient en Haute-Vienne, notamment dans les communes de Nouic, Blond, Cieux et surtout Bussière-Boffy. Ces installations accompagnées d’implantations de yourtes engendraient une profonde discorde avec les élus et la population.

À partir de 2008 et suite à la médiatisation de l’affaire “des inculpés de Tarnac”, de nombreux membres se revendiquant des milieux anarcho-autonomes rejoignaient le “Plateau de Millevaches” situé aux confins des trois départements de la région du Limousin pour se rassembler autour de leur leader charismatique et idéologue, le nommé Julien Coupat (mis en examen et incarcéré dans l’affaire citée supra relative à des actes de terrorisme sur les lignes du TGV français). Ces nouveaux arrivants bénéficiaient alors d’appuis de certains élus locaux et de personnes déjà installées et ralliées à leur cause. Au fil du temps, émergeait alors une structure clandestine dont la finalité portait sur des opérations de déstabilisation de l’État par des actions violentes menées au cours des manifestations d’importance.

Cette communauté anarchiste se regroupait finalement dans un mouvement baptisé “L’assemblée populaire du Plateau de Millevaches”. Son observation permettait de mettre en évidence que celle-ci était régulièrement fréquentée par de nombreux sympathisants belges, suisses, italiens et allemands ainsi que par de jeunes activistes originaires de différentes régions de France. Très méfiants, les membres de cette mouvance adoptaient une attitude de délinquants d’habitude. Au delà de ce mode de vie qui s’apparentait à la théorie prônée par Coupat Julien et Quadruppani Serge (considéré comme l’un des fondateurs), ces individus affichaient une volonté d’agir de manière concertée avec comme seul but de porter atteinte à l’État, à l’autorité de celui-ci et à ses infrastructures. Ils obéissaient ainsi à une doctrine “philosophico-insurrectionnaliste”, tel qu’il était mentionné dans un pamphlet intitulé “L’insurrection qui vient”.

De ce fait, ils s’agrégeaient systématiquement à des mouvements de mécontentement écologistes, altermondialistes, anti-nucléaires, etc., prenant systématiquement pour prétexte certaines initiatives gouvernementales qu’ils baptisaient de “grands projets inutiles et imposés par le gouvernement ou les collectivités territoriales”. La violence à l’égard des forces de l’ordre avec la volonté de porter atteinte à leur intégrité physique apparaissait toujours dans les slogans de ces individus.

La mort de Fraisse Rémi donnait alors une nouvelle tribune à ces activistes et servait d’argument aux fins de mener des actions violentes contre les intérêts de l’État et ses représentants. Ils espéraient ainsi entraîner dans leur sillage les lycéens, écologistes, anticapitalistes, etc., souhaitant défendre cette cause et dénoncer la position du gouvernement. »

Ci-dessous l’«Appel» dans lequel les gendarmes ont voulu entendre la voix de Quadruppani (une chose est certaine, ça n’est pas lui qui parle!) et peut-être lire sa prose.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Ce qui pourrait faire seulement rire, si hélas ! la même lamentable incapacité ne les paralysait quand il s’agit de comprendre la galaxie islamiste.

[2] Serge… Pas une yourte, tout de même ?

JE SUIS L’AUTEUR DE «L’INSURRECTION QUI VIENT»

Capture d’écran 2015-08-21 à 16.12.43

Après les révélations remarquées de Lignes de force sur les photos de Julien Coupat détenues par les « services » français, j’ai reçu plusieurs lettres de lecteurs me posant la question suivante[1] : « Pourquoi n’avez-vous pas signé la pétition intitulée “Je suis l’auteur de L’Insurrection qui vient” » ?

Je pourrais répondre que je me suis un peu égaré dans les méandres radicalo-démocratiques du raisonnement du ou des auteur(e)s :

L’insurrection qui vient est avant tout un ouvrage, discutable et discuté, critiquant la société capitaliste. La liberté d’expression ne saurait se limiter au «droit au blasphème» : qu’un livre politique devienne la pièce centrale d’un procès où de lourdes peines de prison sont encourues, prouve de manière irréfutable qu’il s’agit bien d’un procès politique. Nous avons le droit de dire qu’il faut transformer le monde.

Nous avons également le droit de dire que, comme souvent par le passé, à l’instar de ce que rappelle l’histoire, cela ne se fera probablement pas dans le strict respect de ses lois et règlements. Traiter en «terroriste» ce qui a trait à la révolution, ou du moins à sa possibilité, est de très mauvais augure. D’ailleurs, cela n’a pas porté chance à un Ben Ali ou à un Moubarak.

L’insurrection qui vient est une expression parmi bien d’autres d’un courant de critique de la civilisation capitaliste. Si ses positions sont discutables, c’est toujours du point de vue de cette entreprise multiforme de critique du vieux monde dans laquelle je me reconnais et qui n’appartient à personne.

Affirmer le « droit » de dire que nous ne respecterons pas le droit pour changer le monde, c’est un peu comme annoncer qu’on repartira avec les couverts en argent après le dîner : ça ne dépasse guère la mauvaise éducation.

Je pourrais aussi arguer du fait que parmi le beau monde des signataires, il s’en trouve de très vilains (même le déplorable magazine Causeur a appelé son lectorat « démocrate » à signer).

Capture d’écran 2015-08-21 à 16.28.23

Dans «Libération» du 11 juin 2015.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Mais la réponse est beaucoup plus simple, et si j’ai tardé à en donner connaissance à mes propres lectrices et lecteurs, c’est uniquement pour laisser toute latitude aux impétrant(e)s de se manifester.

Il vous sera facile de comprendre que si je suis le seul à ne pas avoir rejoint la cohorte des pétitionnaires, c’est évidemment parce que ma position m’imposait une provisoire discrétion.

J’estime aujourd’hui raisonnable, à l’approche du procès qui vient, d’avouer clairement et définitivement :

JE, Claude Guillon, écrivain anarchiste de langue française, suis l’auteur de L’Insurrection qui vient.

Capture d’écran 2015-08-21 à 15.09.52

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Cette question rouge nous est envoyée notamment par MM. J. C. et S. Q., de Corrèze. Ils n’ont rien gagné.

TERRORISATION : LA PEUR COMME ARME ET COMME MARCHANDISE (2011)

Capture d’écran 2014-11-09 à 12.49.55

 

éjà remarqué comme auteur de L’Ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine (La Découverte, 2009), Mathieu Rigouste vient de publier chez Libertalia, dans la même collection « À boulets rouges » où j’ai publié La Terrorisation démocratique, un essai très complémentaire du mien. L’auteur y traite en détail d’un aspect que je n’ai fait qu’évoquer : Les Marchands de peur. Il est sous-titré : La bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire. Il démontre notamment comment un certain nombre de personnages, tels Alain Bauer et Xavier Raufer, sont parvenus à maîtriser les deux « manettes de commande » de la production et de la vente de peur. D’une part ils occupent des postes dans des institutions ad hoc et des médias, au sein desquels ils théorisent la fabrication des menaces, extérieures ou intérieures, qui sont censées justifier un arsenal juridique (que j’ai analysé) et militaro-policier ; d’autre part, ils vendent directement, aux entreprises ou aux collectivités locales, leur « expertise » en matière de « sécurité ». L’immense avantage de ce système est de s’auto-alimenter, une fois lancé. « En l’occurrence, c’est bien la sécurisation qui fait augmenter le “sentiment d’insécurité”. Ainsi, plus on déploie de policiers dans une zone, plus se répand l’idée que la zone est “à risques”. » (p. 20)

Fidèle au «cahier des charges» de la collection, le livre de Rigouste est facile à lire, court (150 p.) et bon marché (8 €).

On aimerait pouvoir attribuer les mêmes qualités au livre de Serge Quadruppani intitulé La Politique de la peur (Seuil, coll. « Non conforme »). Certes facile à lire (mais l’auteur avait habitué son lectorat à une écriture, ici absente), et correctement documenté, l’ouvrage est plus long d’un tiers et plus de deux fois plus cher (la remarque vaut dans une comparaison avec le livre de Rigouste comme avec le mien).

J’avais cité en bibliographie le premier livre de Quadruppani sur la question (L’Antiterrorisme en France, ou la terreur intégrée : 1981-1989, La Découverte, 1989). Il cite honnêtement La Terrorisation, à trois reprises, dans La Politique de la peur.

Si les bonnes manières se trouvent ainsi heureusement illustrées de part et d’autre, exercice méritoire de la part de gens qui ne se saluent plus depuis quinze ans, il était un motif particulier d’attendre l’ouvrage de Quadruppani. Son livre de 1989 lui donnait une légitimité incontestable sur le sujet, mais le fait de publier après La Terrorisation, paru en 2009, présentait évidemment une difficulté. Pour le dire rapidement : il fallait faire visiblement mieux, ou au moins aborder le sujet, identique, d’une autre manière. Lire la suite