[ne] NIQUE [que] TA RACE !

« Pourquoi Houria, qui n’est pas la seule à dénoncer le racisme “décomplexé” qui sévit actuellement en France, est-elle une cible privilégiée ? La réponse me semble claire : c’est une femme, elle a un maintien noble et fier, elle s’exprime avec tranchant, et en plus elle est arabe. C’est trop. Elle ne se tient pas à la place qui lui revient, elle bouscule la hiérarchie des rapports sociaux, bref, elle exagère ».

Éric Hazan, Lundimatin, 30 mars 2016

« Il est très facile de discréditer un texte, surtout quand la pensée est complexe et formulée sous forme de paradoxes. »

Océanerosemarie, auteure et comédienne, Libération, 30 mai 2016.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

S’il est un exercice périlleux, c’est bien de tenter de rassurer — ou de contredire — un interlocuteur sur le fait que l’on n’est pas l’aigre misanthrope qu’il imagine. Qu’il s’agisse de racisme ou de sexisme, et la tâche devient surhumaine ! Aussi, que l’on ne compte pas sur moi pour confier ici que je goûte la compagnie de femmes originaire du Maghreb[1], à l’intelligence aigüe, et dont le maintien évoque la dignité conquise de haute lutte sur des cultures d’oppression. On aurait vite fait de me renvoyer dans les cordes d’une « islamophilie » nourrie d’érotisme colonial orientaliste — auquel se rattache d’ailleurs l’expression « maintien noble et fier », par laquelle Hazan emprunte les babouches de Baudelaire[2].

Motus ! donc.

En revanche, je crois pouvoir affirmer à moindre risque que je ne crache pas sur les paradoxes — mot poli désignant les provocations —, dont j’ai éprouvé à mes dépens les difficultés de lecture qu’ils/elles suscitent et les mauvais coups qu’ils/elles autorisent.

Cependant, Houria Bouteldja — au fait ! c’est d’elle qu’il s’agit, et de son livre Les Blancs, les Juifs et nous [3] — ne s’exprime pas seulement de manière tranchante, paradoxale ou même provocatrice, mais dans une extrême confusion mentale et théorique.

Dans cette confusion délirante, les mânes des Indiens d’Amérique exterminés par « les Blancs » réalisent la transsubstantiation d’un fanatique religieux iranien, geôlier et tortionnaire, en « indigène arrogant », c’est-à-dire en rebelle admirable.

Ahmadinejad, ce héros !

Que ledit héros soit aussi bon antisémite qu’Hitler était mauvais peintre ne semble gêner ni la tranchante Houria ni son éditeur.

Qu’a donc fait le dirigeant iranien pour émouvoir ainsi notre auteure ? Il a prétendu tranquillement qu’il « n’existe pas d’homosexuels en Iran ».

« Mauvaise foi exquise » (p. 33), commente Bouteldja. Vieille antienne, surtout, de tous les dictateurs staliniens, en Chine et en URSS : pas de ça chez nous ! Avantage : on ne peut pas nous accuser de mettre en camp ou d’exterminer des gens qui n’existent pas ! Ou alors, quelques rares exceptions, contaminés par la décadence capitaliste.

Bouteldja l’ignore peut-être ; elle est jeune. Qu’importe ! elle retrouve spontanément le même argumentaire. N’était que l’homosexualité n’est plus importé par le Grand Capital (Coca-Cola and rock’n roll) pour miner les paradis socialistes, mais inoculé par le colonialisme blanc (Coca-cola and rock’n roll) pour affaiblir « l’Arabe ».

Le « démocrate blanc » se réjouit de voir « l’Arabe » perdre sa virilité. « Un de moins ! » se dit-il probablement, bien que l’on comprenne assez mal en quoi cela peut le réjouir… Sauf évidemment à considérer soi-même que l’homosexuel, déchu de sa virilité, est par nature inférieur à « l’Homme », en l’espèce « l’Arabe », et fera défaut, le moment venu, aux bataillons de la « race sociale », lancés dans la deuxième décolonisation — intérieure.

Sournoisement attiré par la démocratie blanche vers le piège drag queen, « l’Arabe » est contraint de surjouer la virilité (en salle et en couple). Il indique par là qu’il porte haut ses attributs de « classe de sexe » (ignorée par Bouteldja) sur l’étendard de la lutte de « classe de race » (chantée par Bouteldja).

Beaucoup de féministes pratiquent heureusement ce que l’on nomme aujourd’hui intersectionnalité (analyse combinée des oppressions : de classe, de genre, raciste) ; la grande affaire de notre auteure est d’épargner le ciseau à la virilité de ses frères de « race sociale ».

Elle n’a pas complètement tort lorsqu’elle remarque que

Oui, nous subissons de plein fouet l’humiliation qui leur est faite. La castration virile, conséquence du racisme, est une humiliation que les hommes nous font payer le prix fort. En d’autres termes, plus la pensée hégémonique dira que nos hommes sont barbares, plus ils seront frustrés, plus ils nous opprimeront. Ce sont les effets du patriarcat blanc et raciste qui exacerbent les rapports de genre en milieu indigène. (pp. 94-95)

Mais pas raison non plus, c’est le moins que l’on puisse dire…

Passons sur l’expression « milieu indigène », que je récuse, et qui fait partie de la rhétorique « postcoloniale » réductrice de l’auteure et de son organisation — le parti des indigènes de la république (PIR).

Si Bouteldja prend soin de préciser, dans une déclaration liminaire de son ouvrage (p. 13), qu’elle utilise les « catégories » « Blancs », « Juifs », et « indigènes » comme ne renvoyant pas à « un quelconque déterminisme biologique », je trouve dans ce paragraphe un naïf substrat biologique fantasmé, quant aux effets sur les hommes (et eux seuls) de la frustration sexuelle.

Pour être arabe, l’homme arabe n’en est pas moins « homme », c’est-à-dire « viril » : voilà qui tombe sous le sens étymologique ! Or, ce vir est l’objet d’une double attaque au-dessous de la ceinture de la part de la démocratie blanche : tantôt elle veut les lui couper, de préférence en l’enfilant, tantôt elle moque ses attributs supposés surdimensionnés (comme ceux du Nègre) et en agite le spectre pour effrayer ses filles[4] et leurs pères. Du coup, l’Arabe est… quoi d’ailleurs ? Perturbé ? Voilà, perturbé ! Et même frustré (on suppose que c’est de ne pouvoir exercer un machisme serein sans se voir traiter de « barbare »). Or, plus l’Indigène transplanté est « frustré », plus il opprime ses sœurs.

Du coup, moins les « sœurs de race sociale » de l’auteure énerveront des garçons déjà émasculés, moins elles courront le risque d’être sur-opprimées par eux. Quel dommage qu’Houria Bouteldja éprouve le besoin, pour des raisons tactiques et dogmatiques, de récuser le concept de lutte des classes — ce qui par parenthèse est du dernier chic dans la pensée dominante-démocrate-blanche ! mais cela aussi elle l’ignore — elle pourrait, sinon, se rendre compte qu’elle redonne des couleurs « décoloniales » à la vieille « sagesse » féminine, et enfantine, des milieux populaires : quand l’homme rentre à la maison, humilié par l’esclavage salarié, mieux vaut se rendre invisible pour éviter les coups.

Le pire étant que : ça n’a jamais fonctionné.

C’est ainsi une très vieille morale de la résignation que prêche à ses « sœurs » cette jeune femme au « maintien noble et fier ». Le terme « sœurs » a d’ailleurs une double signification communautariste et familiale.

Après avoir récusé le slogan féministe le plus connu depuis les années 1970, en écrivant « Mon corps ne m’appartient pas » (p. 71), l’auteure évoque une scarification opérée par la mère (« un rite patriarcal » note-t-elle justement) et énumère les personnes dont elle peut écrire : « Je lui appartiens ». On compte : sa grand-mère paternelle, sa grand-mère maternelle, ses grands-pères « tombés martyrs », son père et sa mère.

J’appartiens à ma famille, à mon clan, à mon quartier, à ma race, à l’Algérie, à l’islam. J’appartiens à mon histoire et si Dieu veut, j’appartiendrais à ma descendance. “Lorsque tu te marieras, in cha Allah, tu diras : ‘Ana khitt ou oueld ennass hitt’ [Je suis un fil, et le fils des gens est un mur]. Alors, tu seras à ton mari ”. (p. 72)

Et l’auteur d’ajouter, pour la moquer, la réaction qu’elle prête au lecteur-démocrate-blanc : « La voix : C’est ignoble. »

Si « ignoble » est entendu ici comme contraire de « noble » (pardon Éric !), je me vois contraint d’endosser la caricature préparée à mon intention. En effet, je ne trouve aucune « noblesse » dans cette conception du « destin » des femmes, du « devenir femme » de chaque petite fille, conception commune — avec des nuances et des différences d’intensité — à tous les monothéismes : dépendance par rapport à la famille, au clan, à la religion, aux hommes.

Or, dans toutes ses variantes, les prêcheurs de cette conception du monde se sont prévalu de son caractère « naturel », en le garantissant contradictoirement du sceau « divin ». Mais les religions sont ainsi tissées de contradictions, dont elles exigent que les croyant(e)s les admettent sans maugréer, comme gage de soumission[5].

Donc « Dieu » a créé l’ordre naturel qui lui a paru bon.

Et dans cet ordre naturel créé par un être d’essence masculine, la femme est inférieure à l’homme, aussi « sûrement » que la famille est la cellule de base de la société, et que l’homme a des besoins sexuels impérieux et légitimes…

Voilà pourquoi le féminisme est une escroquerie pour démocrates-blanches-occidentales-égarées-ou-arrogantes.

Ajoutons, ajoute l’auteure (p. 89), que les progrès en matière de droits des femmes et d’égalité des genres ne sont jamais que des concessions faites par le système capitaliste au gré de ses besoins de main-d’œuvre et de régulation sociale.

Bouleversante révélation en effet ! Et donc ? Et donc, pas de quoi estampiller « progrès » ces accidents de l’histoire et encore moins en réclamer l’institution universelle…

Glissons sur le fait qu’Houria Bouteldja appréciera peut-être de pouvoir disposer d’un compte en banque autonome, même une fois mariée (puisque tel est son « destin »), et notons que cette critique est absurde puisque tous les « progrès sociaux », en matière de santé, de salaire, de droits des femmes, etc. ont été certes conquis par des luttes mais concédés/récupérés par un système capitaliste souple et dynamique. Bien fol(le) qui refuserait des allocations chômage, des congés payés ou le remboursement d’une semaine d’hôpital, sous prétexte qu’ils n’ont pas été octroyés par bonté d’âme ou grandeur morale et n’ont pas entraîné la faillite du Capital…

Le fait est qu’Houria Bouteldja fait bon marché (le cas de le dire !) des conquêtes ouvrières et féministes, ce qui est parfaitement logique avec la vision religieuse du « monde-naturel-créé-par-Dieu » dont elle se revendique par ailleurs. C’est quand elle feint de s’adresser aux « autres » — et pour un message « d’amour révolutionnaire » qui plus est — qu’elle force sa « nature ». Le propre de cette « nature » personnelle étant de ne pas exister, si ce n’est à dose homéopathique, diluée qu’elle est dans « la famille, le clan, la nation, le couple, la maternité, la race, l’islam ».

Mais comme elle fait œuvre tactique, elle doit elle-même, comme un vulgaire système économique, faire quelques concessions de langage. C’est ainsi qu’elle veut bien envisager un « féminisme assumé » (p. 84) — par quoi il faut entendre, je suppose, « indigène » et non distillé par le pouvoir postcolonial — ou « féminisme décolonial » (p. 95).

Si un féminisme assumé devait voir le jour, il ne pourrait prendre que les voies sinueuses et escarpées d’un mouvement paradoxal qui passera obligatoirement par une allégeance communautaire. Du moins autant que le racisme existera. (p. 84)

Après tout, on fait bien remonter sur scène — et avec succès, paraît-il — les anciennes vedettes yé-yés : pourquoi ne pas reprendre le vieux refrain du report — aux calendes grecques du « grand soir » — de la libération des femmes ? Silence les femmes ! et allégeance au mouvement ouvrier : du moins tant que le capitalisme existera.

« La critique radicale du patriarcat indigène est un luxe », écrit Bouteldja (p. 84), un luxe que les « femmes indigènes » ne pourraient se permettre. C’est comme du chocolat, ou du caviar pour les pauvres. Pourquoi pas des perles aux pourceaux ?

L’avantage — et l’inconvénient — d’Allah, et de tout « dieu » unique, c’est que c’est une espèce de grand Joker. Il sert à tout et à n’importe qui. Allahou akbar ! crient les djihadistes en mitraillant les jolies filles qu’ils espèrent retrouver (en mode vierge) au paradis ; Allahou akbar ! réplique Bouteldja qui est hostile aux attentats.

allah-portrait-presume

Allah (portrait présumé).

Le problème est qu’à mes yeux, moi qui ne croit en rien ni personne, il n’est pas moins pathologique de croire que le djihadiste va retrouver des vierges au paradis que de croire que moi, incroyant, j’irai directement en enfer (sans aucune compensation sexuelle).

On m’objectera que ce dernier délire est de moindre conséquence dans le présent. Pourtant, être vu aujourd’hui par un autre être humain comme un sous-humain qui mérite, aujourd’hui (je peux mourir à chaque instant) une torture atroce et sans fin n’a rien de rassurant.

C’est en effet pour moi seul, qui n’accorde aucune créance à ces délires, que cette perspective est hypothétique et risible. Pour celui et celle qui « y croit », mon avenir mérité est réellement dans des souffrances atroces (ce qui confine au vœu). Considérée de ce point de vue, la rafale de kalach n’est jamais qu’une légère anticipation. Voilà qui rend, non pas seulement difficile mais radicalement dépourvu de sens le « dialogue » avec des croyant(e)s comme Bouteldja, auquel appelait un collectif d’intellectuels[6].

Ainsi, comment « débattre » avec Bouteldja quand elle révèle la condition à laquelle son « Dieu » peut être envisagée comme une entité sympathique à l’espèce humaine : lui reconnaître un pouvoir absolu et éternel — « Une seule entité est autorisée à dominer : Dieu » (p. 133).

Certes, Allah-version-Bouteldja n’approuve pas, du coup, (si j’ai bien compris !) la domination masculine. Et vaniteux seraient les hommes qui croient pouvoir dominer les femmes — une sorte d’empiètement sur les prérogatives divines…

Je serais lui (Allah), je virerais séance tenante mon dir’ com ! Voyez la catastrophe dans les pays musulmans ! On ne peut pas dire que les mecs ont compris le message, hein !

Mais que penser de Bouteldja elle-même qui va, au détour d’une phrase (p. 97), jusqu’à essentialiser la masculinité : « au fond blanche » (je souligne).

Comment s’y retrouver dans cette confusion délirante à forme de poupées russes, où la masculinité virile naturelle, créée par Dieu comme toutes choses, mais plutôt par les Blancs pour affaiblir les Arabes en la leur ôtant, est une excuse au moins temporaire (« tant que le racisme… ») au machisme et au patriarcat, jusque dans ses manifestations extrêmes comme le viol ?

Car les « sœurs » sont encouragées à subir le viol en silence, puisque plaintes et dénonciations ne feraient qu’affaiblir encore la virilité-blanche-compensatoire des hommes arabes, et par ricochet la sur-domination des sœurs de « race sociale ».

On comprend : plains-toi d’être violée et tu le seras d’autant plus souvent !

Certes, les féministes ont mené de longue date un débat difficile sur la question du recours à la Justice bourgeoise pour sanctionner et prévenir les viols. Peut-on faire fonctionner un système policier et juridico-pénitentiaire que l’on combat par ailleurs en lui confiant des ennemis immédiats, les violeurs ? Ou faut-il préférer le risque de s’y trouver soi-même confrontée pour avoir pratiqué l’autodéfense et les représailles ? Question théorique à mon sens insoluble, sur laquelle je me garderai bien de prendre position ici, laissant à chaque femme le soin de prendre un parti donné à un moment donné, dans une situation donnée, mais dont il faut noter qu’elle n’a jamais été envisagée par le mouvement féministe dans une quelconque complicité avec les hommes agresseurs de femmes.

Pourquoi pas, sinon, faire valoir une excuse absolutoire — y compris dans une vision laïque du monde — pour les violeurs de femmes et d’enfants, au moins « tant que le capitalisme », exploiteur, frustrant et raciste, perdurera ?

Ce que défend Bouteldja — sous couvert d’« amour révolutionnaire » — équivaut à la fois à une assignation communautaire, culturelle et politique, et à une incitation à l’endogamie. Le message étant tout particulièrement destiné aux « sœurs » racisées.

On voit que la conception communautariste et religieuse de la vie ne fait qu’ajouter de la confusion et des divisions à des questions de rapport de genres déjà complexes. On vérifie que les propositions d’Houria Bouteldja ne peuvent être « débattues », mais doivent être combattues en tant qu’elles sont régressives, du double point de vue des droits des femmes et des droits sociaux en général. On constate qu’elles ne peuvent l’être que de manière radicale : y compris dans leurs soubassements religieux et racialistes, et non seulement comme des errements tactiques, commis par des camarades de lutte, dont les points de vue seraient par ailleurs recevables et/ou respectables.

Il ne s’ensuit nullement, comme je l’ai déjà affirmé ici-même, que l’on doive isoler par un silence méprisant les jeunes gens et jeunes femmes attirées par ces positions ou les défendant. Tout au contraire : ils et elles doivent être l’objet d’une propagande attentive pour les aider à se détacher des illusions religieuses et communautaires.

Cette politique passe par un soutien actif aux personnes qui ont quitté l’islam (entre autres) et leurs pays et cultures d’origine, ainsi qu’aux personnes qui sont persécutées, ici et ailleurs, pour leur athéisme et/ou pour leur goûts érotiques.

C’est la seule « politique de l’amour révolutionnaire » qui vaille.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Ou pas !

[2] « La très-chère était nue, et connaissant mon cœur/ Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,/ Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur/ Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores. »

[3] Sous-titré « Vers une politique de l’amour révolutionnaire », édité par Éric Hazan à La Fabrique éditions, 2016.

[4] Certaines n’éprouvent pas la terreur attendue et se laissent tenter… Rien n’est simple !

[5] Voir Tertullien, à propos de la résurrection du Christ : credibile est quia ineptum est (Ce fait est digne de foi parce qu’il est absurde).

[6] « On peut être en désaccord avec les idées de Houria Bouteldja, alors débattons », Libération (6 juillet 2016).

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Bonne occasion de rappeler la toute récente parution aux éditions Libertalia de l’excellent livre de Nedjib Sidi Moussa : La Fabrique du Musulman.

capture-decran-2017-01-25-a-18-27-34

“LA FABRIQUE DU MUSULMAN” ~ Contre la racialisation et la piétisation de la lutte des classes

IL Y A DES LIVRES UTILES…

capture-decran-2017-01-17-a-20-56-51

Des livres qui tombent à point, comme le mot qu’on avait sur le bout de la langue, comme l’idée qu’on voulait mettre en phrases, comme l’arme que la main tâtonnante trouve au bon moment dans la bagarre.

Il y a des livres salubres, rafraîchissants, comme un courant d’air frais ou un verre d’eau dans la touffeur de l’été. Ils offrent la satisfaction de se sentir reprendre possession de son corps et de son esprit dans un temps d’orages oppressants.

Il y a des livres nécessaires, qui pour cette raison même seront combattus, souvent sans avoir été lus.

Il faut pour les écrire et les publier des auteurs et des éditeurs courageux, qui ne cèdent ni aux modes intellectuelles — niaises et abêtissantes — ni aux facilités militantes — honteuses et contreproductives —.

La Fabrique du musulman, le livre de Nedjib Sidi Moussa, publié chez Libertalia (format poche, 147 p., 8 €), est de ceux-là.

À l’heure où l’on trouve des «anarchistes» pour affirmer que le slogan «Ni dieu ni maître» peut être considéré comme «raciste», c’est un livre utile, salubre, et nécessaire.

Capture d’écran 2015-07-15 à 16.59.06

Essai sur la confessionnalisation et la racialisation de la question sociale.

La fixation permanente sur les présumés musulmans, tantôt dépeints comme des menaces à l’ordre public ou des victimes du système – parfois les deux à la fois –, s’inscrit complètement dans le réagencement en cours de la société française. Car le vrai “grand remplacement” concerne celui de la figure de l’Arabe par celle du “Musulman”, de l’ouvrier immigré par le délinquant radicalisé, du “beur” engagé par le binational déchu.

En revenant sur les processus à l’œuvre depuis une quinzaine d’années, cet essai souligne le rôle des politiques, toutes tendances confondues, dans la propagation d’une fièvre identitaire qui brouille les clivages économiques et sociaux. Il interroge l’inclination de certaines tendances de la « gauche de la gauche » qui s’allient par opportunisme ou aveuglement avec des courants réactionnaires censés représenter les quartiers populaires. Il met en lumière l’action combinée de racistes, antiracistes et entrepreneurs communautaires qui conduit à la formation d’une nouvelle caste travaillée par les obsessions religieuses ou raciales. Et cela, à l’image du reste de la société fragilisée par les politiques antisociales des gouvernements et apeurée par le terrorisme islamiste.

L’auteur

Nedjib Sidi Moussa est né en 1982, à Valenciennes, dans une famille de réfugiés messalistes. Engagé à gauche, il a été assistant d’éducation, analyste politique et enseignant dans plusieurs universités. Docteur en science politique, il a fait paraître une dizaine d’articles scientifiques sur l’Algérie. Il écrit également de la poésie.

Présentation du livre à la librairie Publico, le 26 janvier, à 19h30.

capture-decran-2017-01-17-a-18-47-15

AUJOURD’HUI LES ENFANTS, C’EST CATÉCHISME!

Certain(e)s des abonné(e)s, lectrices et lecteurs d’occasion de ce blogue ignorent peut-être le site Non fides, sur lequel ont été publiés les deux textes qui suivent.

Je me fais un devoir de les porter à la connaissance générale. On s’étonnera peut-être que je ne publie pas de texte en réponse…

Mais comment répondre à de tels manieurs de foudre?

Meilleurs théoriciens que moi ! Meilleurs logiciens, meilleurs moralistes, meilleurs écrivains, meilleurs théologiens, meilleurs humoristes…

Comment prétendrais-je affronter pareils géants? Oh! je m’en garderai bien! D’ailleurs, je n’ai même pas pu, je le reconnais, aller au bout de ce pensum. Un jour peut-être…

Et puis tout ça prend du temps, de l’énergie. Il faut décrypter…

Par exemple, je n’ai pas la moindre idée de ce à quoi renvoie le paragraphe suivant : «D’autres épisodes récents ont eu lieu, de notoriété publique, dont un a tout particulièrement mis en scène une violence inégale, sans aucun fondement politique d’aucune sorte autre qu’une guerre de territoire». Encore un incident de la guerre des gangs qui ne m’est pas parvenu aux oreilles…

Mais l’on juge mon silence lourd de sens!…

Allez, ça va bien comme ça! J’ai dit ce que j’avais à dire. Je m’en tiens là sur les incidents auxquels j’ai fait allusion.

Quant aux questions de fond, j’y reviendrai quand bon me semblera.

Tout au plus me suis-je permis d’ajouter ici quelques illustrations qui m’ont semblé assez bien assorties aux textes.

Je ne m’autorise qu’une remarque, dictée par le seul scrupule intellectuel: Je ne peux sans protester laisser mes contempteurs profiter de mon exposition en place publique pour compromettre un tiers, innocent du crime dont il est soupçonné.

Non! Serge Quadruppani n’est pas de mes amis. Nous nous sommes fréquentés, certes, à l’époque où nous participions tous deux au comité de rédaction de la revue Mordicus. Mais nous sommes brouillés, au point que je n’ai pas salué le personnage depuis 20 ans. On conviendra que cela constitue pour lui une espèce de prescription. Quant à la basse opinion que je me fais de ses positions, on s’en informera aisément en suivant les liens ad hoc de ce blogue.

 

Capture d’écran 2016-08-19 à 19.43.11

Et Claude Guillon créa l’excommunication… et oublia le négationnisme

jeudi 18 août 2016

 

Remarque préliminaire : ce texte apparemment nécessaire — vu le niveau de publicité et les imprécisions majeures diffusées — a été écrit suite au premier texte de Claude Guillon publié le 29 juillet. Depuis il persiste, signe et aggrave les menaces et les attaques personnelles, s’enfonçant tout seul dans une guerre privée à propos d’un épisode qui n’a rien à voir avec lui. S’il s’agit de refuser la violence interpersonnelle, d’autres épisodes récents ont eu lieu, de notoriété publique, dont un a tout particulièrement mis en scène une violence inégale, sans aucun fondement politique d’aucune sorte autre qu’une guerre de territoire, et pour lequel « viriloïde » serait un doux euphémisme. Pourtant Claude Guillon n’y a pas réagi. Pour l’instant, face au caractère de plus en plus insultant des propos tenus, et au déchaînement de menaces en cours, le plus raisonnable semble être d’attendre que le soufflet retombe pour faire le point et aviser.

 

Claude Guillon, entremetteur dans la bonne pensée radicale devant l’éternel, nous gratifie le 29 juillet 2016 d’un étrange billet d’humeur mauvaise.


Le 30, il le débaptise et le rebaptise : « ”La Discordia”, les ”dieux”, La mort, l’humour, le mauvais goût et les fascismes… ». Il y ajoute un paragraphe dans lequel il se fait l’inventeur du fil à couper le compagnon, en livrant à la vindicte militante un excellent compagnon rencontré deux milliers de fois, au moins… Ah, non, nous ne sommes pas de ceux qui délivrons ce genre de diplôme.

Le raisonnement est déjà fort sinueux. Suivez bien.

Dans ce texte à plusieurs double-fonds de lâcheté, il fait savoir à tout un chacun qui compose son auditoire virtuel qu’il ne s’offusque pas plus d’une blague qu’il juge mauvaise à propos du prêtre égorgé par quelques uns qui ont entendu l’appel du comité-visible-et-barbus-qui-ont-commencé-et-proclamé-un-califat-islamique, que d’un tag dont les termes consonnent avec le champ lexical négationniste, trouvé sur un mur après une manifestation contre la loi Travail.


« Pas d’amalgame ! », nous dit le Père Claude, pas question d’« assimiler » le curé égorgé avec d’autres curés violeurs d’enfants (pour un développement détaillé sur cette question, voir le post scriptum intitulé Guillon, les tweets, l’humour, la roussophilie, la mort, les religions et les djihadistes, et la défense calomnieuse). Le moment choisi, après un crime de ce type, n’est-il pas le meilleur pour faire un peu la vierge effarouchée ? En tout cas voilà une position courageuse qui tranche avec l’ambiance christianophobe de pogrom anti-curés qui se prépare actuellement en France. Monseigneur Guillon a tranché, remballez fourches et fusils : il est « hostile à l’assassinat des prêtres », la messe est dite, c’est proscrit, on annule tout.


Passons sur le début poussif, comme à chaque fois que Guillon Notre Père étale ses états d’âmes sur l’actualité. Le roi du ni-ni, l’apôtre de la distinction, donne son avis sur ce qui anime l’opinion, pour en venir à ce qui n’a aucun rapport et aucun lien. « Enfin Claude, pas d’amalgame, voyons ! », pourrait-on se contenter d’avoir idée de lui répondre…
Mais là, le sujet abordé est grave et un compagnon qui ne manque certes pas d’excellence, même s’il n’est pas diplômé de la Guillon’s Academy en la matière, est livré à la vindicte publique. L’idée qui nous traversait l’esprit se fait nécessité d’en dire quelque chose.

Sachons donc que Claude Guillon ne s’intéresse pas à des tags aux connotations au moins discutables. Tout cela le laisse froid — lui qui nous répète à l’envie qu’il n’est pas de bois — et il nous le fait savoir. Mais il s’offusque en revanche que d’autres puissent s’en émouvoir, et que lors d’une conversation à ce sujet, deux personnes majeures et (sans doute) vaccinées en soient venues aux mains. Il s’agit donc de ce qui indiffère et de ce qui émeut, de ce qu’il y a à penser et à dire, de comment on prend part à une conversation, on l’interrompt, on la poursuit ou on la fait cesser, de ce qu’on accepte d’entendre, de ce qui laisse froid ou de ce qui énerve, et c’est là, à propos de tout ça, entre la mondanité et la politique, que Claude Guillon a des choses à nous dire. Il n’est pas ému par le tag et, politisant cet affect étrange, juge intolérable que d’autres le soient. Il est ému en revanche qu’un ami à lui qui s’est imposé longuement et lourdement dans une discussion à ce sujet, en tenant avec insistance une position intenable — celle de vouloir à coup de non arguments, obliger ses interlocuteurs forcés à cesser d’en discuter — ait été conduit sur un autre terrain puis, ayant proposé de doubler la mise, se soit battu avec l’un de ses contradicteurs. Modeste proposition pour aider à s’y retrouver dans la vie, puisqu’il faut réagir au diapason avec Guillon, et surtout rester impassible quand ça ne lui fait rien : pourquoi ne pas avoir proposé une adaptation personnelle du best-seller Indignez-vous, avec une application permettant de savoir, en temps réel, grâce à l’échelle d’indignation de Guillon comme maître étalon, quand et comment réagir.


On voit bien déjà une inversion et une projection propre à un narcissisme débridé : c’est lui qui voudrait que tout un chacun réagisse comme il l’entend ou comme il dit réagir, et pas l’inverse. Personne n’a réclamé à personne une quelconque réaction, (encore moins à lui, ou de celle dont il fait état dans son triste texte), rien de ce type n’a été exigé. Il suffisait juste que son excellent ami l’inopportun accepte de cesser de raconter n’importe quoi et de prendre la parole et la tête à ceux qui voulaient réfléchir et converser. S’éloigner ou parler d’autres choses aurait sans doute, à ce moment-là, suffi.

En glosant autour de cette trame passionnante, Claude Guillon nous dévoile plusieurs curieuses qualités.

D’abord il excelle dans l’art de parler de ce qu’il ne connaît pas. Normal, en bon historien généraliste, il ne s’est pas renseigné. Il fait croire à une agression de taré qui aurait pris à parti n’importe qui (ou plutôt pas n’importe qui, justement, un des excellents amis de Claude Guillon), et n’aurait pas accepté qu’à brûle pourpoint la personne n’ait pas eu le même avis que lui. Il ne sait donc pas, apparemment, que la rixe en question a eu lieu après une longue et patiente discussion, et que l’énervement est venu suite à l’insistance particulièrement inquiétante, voire pénible ou proprement inacceptable vu les propos tenus, d’un qui s’était imposé, pour parler du sujet débattu, dans la discussion d’autres. Ce véritable Watson du sens des choses avait le loisir de se renseigner. Il ne l’a pas fait, du moins assurément pas de manière contradictoire. Il ne cherche même pas à préciser le contenu des tags dont il est question et commence dans son premier billet par gloser sur strictement n’importe quoi, comme si la précision en la matière était hors de propos. Le tag passe de « Ils [les CRS, nous précise-t-il, mais pourquoi pas l’État, les socialistes, l’oligarchie cosmopolite, ce gouvernement au service des patrons…] nous douchent avant de nous gazer » à une photo du tag avec le réel slogan, effectivement discuté ce soir là : « Le gaz, la douche, c’est douteux… ». Aucune différence pour Claude Guillon entre ces deux formules, il laisse en l’état son appréciation du tag imaginaire antérieur, qui n’a rien à voir et à partir duquel il a brodé son argumentaire, et qui ne soulève clairement pas les mêmes questionnements. Le fait qu’il ne prête absolument aucune attention, et ce de manière si ouverte, au contenu réel des tags et donc au contenu réel de la dispute montre que c’est évidemment un procès d’intention malveillant. Mais de quoi parle-t-il donc, à part du fait qu’il ne faut pas parler de ce dont il pense qu’il a été question ce soir-là ? D’ailleurs, il n’y a que lui pour parler d’une « plaisanterie de huit mots » (pour le tag qu’il invente totalement, pourquoi alors ne pas assumer comme d’autres collègues, l’usage de la fiction ?). Personne n’a parlé de plaisanterie, de trouver ça drôle ou même spirituel. Sur le fond, on y reviendra, notons tout de même cet ultime paradoxe de la pensée guillonesque : il intime l’ordre de comprendre les choses comme lui (alors qu’il affiche ne pas les comprendre) et il faut réagir à sa manière, c’est à dire pas. Mais comment faire pour se plier à cette exigence, alors qu’il proclame en même temps être le seul à « être Claude » ? Ce que nous confirmons d’ailleurs : il est lui, Claude est Claude Guillon. Ceci dit, en bons élèves, nous avons réagi à sa manière, en faisant un texte. Si Sire G. a besoin d’un fixeur de terrain, un autre homme de lettres en la personne de Serge Quadruppani, pourrait faire l’affaire. Chacun étant amoureux de sa propre plume et spécialiste de se regarder écrire, ils devraient sans doute se comprendre fort courtoisement. Voilà une belle paire. Ce vieil ami du diseur de mauvaise aventure était venu à la manifestation du 14 juin, surement pour prendre en photo avec son smartphone les lacrymogènes que se prenaient les autres, on peut les voir sur son propre blog (c’est là que les grands esprits d’écrivains se rencontrent), il pourra sans doutes apporter quelques lumières sur ces tags, puisque le tag en question y figure.


Sûrement a-t-il un avis ou même des informations, voire des scoops, qui sait, sur la question.

Ensuite Mister Guillon nous inflige une fort mauvaise exégèse, sur fond de contre vérités, de dénégation, voire de déni. Il y confirme qu’il n’y a rien à penser de ces tags. Comme son excellent ami, il n’en pense rien, mais il pense surtout qu’il faut empêcher quiconque d’en penser quelque chose. Et ce par tous les moyens. Par exemple en n’employant à aucun moment dans son exposé le terme « négationnisme » alors que c’était bien, plus que la question de l’antisémitisme qu’il évoque rapidement pour la balayer d’un revers de sa noble main, le centre de la discussion dont il restitue des échos déformés. Ce que notre auteur concède dans sa grandeur d’âme, c’est que le tag qu’il invente, est une « allusion au déroulé des opérations d’extermination menées dans certains camps de concentration nazis ». Or le mode opératoire en question n’est précisément pas le bon. Même à ce propos, il raconte n’importe quoi ! Quand et où y-aurait-il eu « douche », puis « gaz » ? Qu’est-ce que c’est que cette manière de jouer au funambule sans filet en appelant « camps de concentration » justement les camps d’extermination ? Il n’est pas certain que considérer Rassinier et la Vieille Taupe comme source sur la question soit propre à éclairer un esprit embrumé. Tant qu’on parle d’esprit embrumé, d’ailleurs, Maitre Guillon, qui ne rechigne devant aucun argument spécieux, convoque « l’humour juif », pour justifier le mauvais goût, qui, par la magie de l’euphémisme, pourrait allez jusqu’à couvrir un antisémitisme là ou potentiel. On ne dépliera pas ce raisonnement, déjà bien bancal, qui craint tout particulièrement, et à plusieurs niveau, à cet endroit-là. Ne serait-ce que ce présupposé que le fait d’être juif prémunirait contre l’antisémitisme. A chacun de relire, réfléchir, aller jusqu’au bout, et voir jusqu’où ça mène…


Comme il ne parle jamais du négationnisme, on ne saura pas si d’après lui l’« humour juif » pourrait aussi servir d’alibi contre ce « mauvais goût » spécifique. C’est dommage et ça enlève de la portée à son raisonnement, parce qu’il se trouve justement que c’est la base du procédé employé ad nauseam par Dieudonné — et ceux qui le défendent que ce soit ouvertement ou en minimisant ses propos — pour faire passer pour de l’humour ses éructations propagandistes racialistes, antisémites et négationnistes.


Claude Guillon en appelle donc à « l’humour juif » qui tombe comme un cheveu sur la soupe et alors qu’il n’y a que pour lui que ces tags ont une vocation humoristique, mais ni dans le texte premier, ni dans l’ajout postérieur, il n’est question en tant que telles des chambres à gaz, alors que c’était bien l’objet premier de la discussion. On a de ces oublis parfois… L’extermination est qualifiée de « dispositif antisémite », voilà une étrange formulation, sans grande pertinence, qui caractérise assez mal ce dont il est question et ses spécificités, qui essentialise un dispositif et perd de vue ce dont on parle concernant le dispositif, l’antisémitisme et le reste (parmi lequel le nazisme dont on n’entendra pas parler non plus). Nous ne souhaitons pas commenter là le fait qu’il puisse en arriver à considérer le négationnisme comme une « allusion » « irrévérencieuse à des personnes de confession ou d’origine juive ». Ceci dit et sans entrer dans un débat, sans doute passionnant par ailleurs – sachant que si on peut parler de l’humour et de ce qui fait rire, ce n’est pas avec n’importe qui – au sujet des spécificités de l’« humour juif » et des mérites comparés de l’humour selon les cultures (et les « races », sociales bien sûr, même pourquoi pas ?), il semble bien que, sans trop s’avancer, on puisse convenir que c’est un humour qui met en œuvre de la réflexion, de l’ironie, des jeux de situations, de sens et de mots. Autant le texte dont Guillon nous inflige la lecture n’est pas dépourvu de mots, autant, s’il est ironique, c’est bien malgré lui et, s’agissant du jeu intellectuel sur le sens et les situations, il en manque cruellement. Comment peut-il alors gloser et faire la leçon sur ce que manifestement il ne comprend pas et qui encore une fois n’est présent en rien dans le tag ? Aux athées ne plaise !

Il manifeste aussi une capacité certaine à passer du coq à l’âne, strictement, d’un tweet humoristique qui a fait le buzz à propos de l’exécution du prêtre par des illuminés qui se prennent pour le bras armé de Dieu, à une controverse vigoureuse sur un sujet politiquement délicat et important. Partir de « l’actualité » pour dire ce qu’on a à dire et qui n’a rien à voir, c’est assez nul. Quand ça conduit à mettre sur le même plan un partisan imaginaire, mais pas tant que ça, de Daesh avec un compagnon qui n’est pas d’une patience à toute épreuve face à la confusion et la bêtise quand elle est défendue politiquement, on peut appeler ça de la malhonnêteté. Ce faisant, il semble se prémunir par avance contre cette « traque » au « mauvais esprit » (esprit, au sens d’humour, sans doute…) dont il invente l’existence, mais dont il craint apparemment de pouvoir faire les frais, en imposant silence et absence de réflexion ou de questionnement sur ses positionnements passés et actuels.


D’ailleurs, qui est en train de proposer la traque (et bien pire puisqu’il s’agit de « mettre hors d’état de nuire ») de qui avec ces accusations publiques ?

Comme corollaire de ces bonnes vertus, il montre donc une capacité à saisir n’importe quelle occasion pour régler ses petits comptes personnels. En effet, renseignements pris, il se trouve, même si ça ne se voit pas, et pour cause, qu’il avait été fort respectueusement questionné (par mail privé, avec toutes ces formes du bon usage qu’un « fou dangereux » n’emploierait sans doute pas) par celui qu’il désigne à la vindicte militante, à propos de ses récentes courbettes à divers racialistes. Lui avait été demandé comment il les rendait compatibles avec ses autres prises de position. Pas de réponse honnête, de la temporisation, des faux-fuyants polis… et puis ce texte ! Faire brûler un interlocuteur trop curieux en place publique est sans doute une manière de clore la discussion. On peut s’étonner que cela prenne ce chemin. L’auteur, qui a plutôt la plume bavarde, n’a-t’il donc pas supporté de devoir défendre des positions finalement inconfortables ? A-t’il voulu punir définitivement celui qui se sera permis un regard critique sur le contenu de ce qu’il diffuse ?

Il fait aussi, et ce n’est pas là la moindre de ses qualités, la preuve d’une attitude tout à fait flicarde dans cette promptitude à qualifier les faits, à produire une version accusatoire et à désigner quelqu’un suffisamment précisément pour qu’une bonne partie de son auditoire virtuel voie de qui il s’agit, ce qui revient, en somme, à le livrer en pâture. En cela on peut dire qu’il hurle avec les loups puisque sa proposition de mise au pilori se trouve associée à nombre d’accusations, de menaces, voire de lâche trahison dont il a certainement eu au moins des échos.

Mais surtout, il sait faire preuve d’une finesse diagnostique digne des plus grand experts psychiatres de tribunaux. Parce que pour pestiférer celui qui le dérange par quelques mails, il faut d’abord établir un diagnostic : « fou dangereux » donc. Pourquoi pas « psychopathe asocial » ou « forcené bon à être exécuté », verbalement s’entend puisqu’on est un auteur de papier et de discours même si, tel Dieu, on les fantasme performatifs. Chacun son DSM et ses pratiques de « soin ». Il sera « fou dangereux » selon le bon Docteur Guillon. Mais au regard de quelle norme ? Et dangereux pour quel petit confort d’intellectuel organique d’un milieu à la dérive ? Peut-on être d’ailleurs si malveillant et si éloigné de toute pratique soignante, que, en admettant même que le diagnostic soit juste et désintéressé (en est-on capable, Narcisse invétéré ?), on se mette à crier à la face du diagnostiqué « au fou dangereux ! » par communiqué écrit, rendu immédiatement public, interposé ?

Plus encore on peut porter au crédit de notre auteur la maîtrise d’une rhétorique acérée pour séparer le fond de la forme, signe imparable de la volonté de refuser de penser sérieusement ce qui a pu se passer, de quoi il s’agissait, qu’est-ce qui a pu rendre une discussion suffisamment pénible pour que l’un des participants perde patience. Guillon marche dans les pas de son ami si insistant : il redouble, à l’écrit, la même volonté de clore à toute force la discussion. Parmi d’autres mots doux il se croit autorisé à ranger les contradicteurs qui ne lui plaisent pas avec « les fachos, les flics et les barbus » avec lesquels, comme chacun sait, il a déjà fort à faire et combat, non-viriloïdement, au quotidien, la plume ne pouvant en aucun cas être utilisée comme un attribut phallique, comme chacun le sait. On aimerait d’ailleurs avoir une définition de ce que seraient les pratiques « viriloïdes » dont il est question. Faut-il ranger dans cette intéressante catégorie déconstruite, celle des enragés, ou dernièrement celle du « cortège de tête » ? Est-ce à dire que toute conversation doit rester courtoise et qu’aucune altercation n’est licite ? On se retrouverait alors dans un moralisme victorien tout à fait délétère. Si c’est une critique pour faire le beau, l’esthète, le raffiné et le penseur que l’on déverse comme un ersatz de mépris de classe sur celui qui n’aurait pas autant de lettres et d’esprit, si cet anti-virilisme est celui que nous croyons, nous lui en laissons volontiers le monopole… Enfin, bien entendu, ces viriloïdes dont il entend faire la critique sont à placer parmi les autres « imbéciles », de droite, de gauche ou d’extrême radicalité (plate-bande réservée, Guillon’s Corporate). C’est faire preuve d’un véritable courage de professer ainsi le refus de « l’extrême » et de la « radicalité ». Un appel à rester dans le milieu du milieu, en somme, où on se sent bien. Pas trop de vague. Pour la subversion, on verra sans doute plus tard, ou ailleurs. Et s’il faut pour cela tolérer l’intolérable, allons-y, en toute courtoisie révolutionnaire !

Pour finir, la meilleure de ses qualités réside sans doute dans cette étrange manière de concevoir les rapports entre amitié et politique. Quand on est connu par Claude Guillon comme un « excellent camarade », on n’a pas à être contredit, quelles que soient les positions qu’on tient. Si avoir été croisé un millier de fois par Guillon confère le statut privilégié de béatifiable de l’anarcho-communisme, il faudrait tout de même veiller à ce que cela ne s’applique pas forcément à son éventuel concierge, kiosquier, boulanger, banquier ou confesseur, il faut que ça se mérite un peu tout de même… Pourquoi n’avoir pas proposé une distinction à porter à la boutonnière, ou parce qu’on aime à faire mine de refuser les honneurs et qu’on collectionne ce qui plaît à l’ancienne jeunesse, un simple badge ? Sinon un pin’s avec sa photo dédicacée ? Ou un slogan sobre « Je suis Claude G. » Mais il y a un risque de méprise sur la personne pour les admirateurs qui ne l’aurait pas rencontré en chair et en os. Plutôt alors un digne portrait stylisé comme celui figurant sur son blog, ou une photo de son chapeau, avec légende pour ceux qui ne sont pas sensibles à l’art du trait. En tout cas un signe distinctif pour que l’on sache alors qui il faut révérer et avec qui ne point parler politique ni s’embrouiller. On aurait tout de suite cessé de contre argumenter. « C’est un excellent camarade de Claude Guillon ! ». « Mon Dieu, taisons-nous, laissons le débiter la plus grande confusion, refuser de prendre en compte l’existence historique d’un négationnisme d’extrême gauche, laissons-le venir nous interrompre dans une conversation privée pour affirmer envers et contre tout que notre discussion n’a pas lieu d’être. » Dans les rues, les réunions, les parcs, de Paris et de sa banlieue, sachons donc laisser les ami-es de Claude Guillon raconter tout et n’importe quoi, ils connaissent le grand homme, ça devrait nous suffire. Il se trouve, il faut l’avouer, que cette carte de visite, en l’occurrence, nous a échappé, et que, même badge à l’appui, face au discours qui nous a été tenu et aux circonstances dans lesquelles les choses se sont déroulées, nous n’en aurions sans doute pas fait grand cas. Qui sait, nous aurions peut être prié ensuite pour que ce ne soit tout de même pas pris comme un blasphème ou une profanation par la trinité incarnée auctoriale et radicale.

Capture d’écran 2016-08-19 à 19.46.33

Car enfin que s’est-il passé ? De quoi était-il question pour que la conversation entre quelques camarades et quelqu’un qu’ils ne connaissent pas se termine par un échange de coups qui donne des vapeurs à notre vedette ?


Reprenons. En marge d’une projection/discussion publique, sur comment se défendre et l’interrogatoire, organisée par les Archives Getaway le 4 juillet, quelques camarades devisent pendant la pause sur un bout de trottoir. L’un d’entre eux restitue le contenu de deux tags inscrits sur les murs de Paris lors d’une des grandes manifestations contre la loi travail, celle du 14 juin 2016 : « nos rues ne sont pas des chambres à gaz ! » et « le gaz, la douche, c’est douteux ». Une discussion s’ensuit à propos de ce qu’ils en pensent, pourquoi leur contenu interroge et dérange, d’où cela peut bien venir, ce que cela peut signifier, dans un contexte ou certains groupes, enfants en cela aussi des situationnistes, et rompus à la captation et à la privatisation des énoncés, occupent largement les murs et placent leurs banderoles en tête des manifestations pour prendre, par le discours, une hégémonie sur ce qui circule et se donne à voir du mouvement… Pour le premier des tags, on se dit qu’il n’a pas forcément en lui-même de signification véritablement problématique, mais que voir écrit sur les murs aujourd’hui, dans une manifestation contre la loi Travail, « chambre à gaz » ne tombe pas sous le sens. On se dit à ce moment-là que ce tag est probablement sans grande importance. Mais quand même, si le Zyklon B était un gaz incapacitant utilisé par les Nazis pour le maintien de l’ordre, ça se saurait. Enfin il consonne avec le second, écrit dans la même manif, qui, quant à lui, semble beaucoup plus problématique. Outre qu’il relève de cette même thématique peu en lien avec l’actualité, l’allusion aux « douches » et l’adjectif « douteux » mettent son contenu en résonance avec le négationnisme old fashioned. S’il est certain que la formule est ambiguë et qu’on ne sait pas bien à la lecture, ce qui est « douteux », le sens premier, n’en déplaise à quelques exégètes partisans et à Claude Guillon, est bien qu’il est douteux (donc qu’on peut/doit douter) que du gaz et des douches aient été utilisés, et ce doute ne s’applique évidemment pas au présent. Prétendre le contraire, quand on a été ne serait-ce que contemporain des années 80 et des errements d’un certain nombre, est tout bonnement scandaleux. Si on veut faire dire à ce tag qu’il est contestable d’utiliser du gaz lacrymogène ou des canons à eau pendant les manifs et que ça rappelle « des heures sombres de l’histoire » comme on dit, il faut singulièrement en tordre le sens, et oublier « douteux » par exemple, ou lui substituer autre chose, qui aurait très bien pu être tagué à la place, si on avait cherché à ce que le sens soit clair. On se laisse le temps de réfléchir, on formule des hypothèses mais en tous les cas, il semble à chacun que le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a un jeu d’écho plus que « douteux » pour reprendre l’expression, s’inscrivant encore une fois dans un contexte assez particulier d’offensive antisémite et négationniste. Si certains font la sourde oreille à cette situation, le dernier livre de Bouteldja Les blancs, les juifs et nous, en est un vecteur et un symptôme particulièrement clair. Ce livre, édité à La fabrique, ayant été défendu et encensé sur un site qui a le même rapport aux énoncés que les communicants par tags, on peut peut-être légitimement se poser quelques questions, non forcément sur les intentions du ou des tagueurs mais, pour l’instant, sur l’ambiance qui appelle et permet ce genre de tags. On s’étonne d’ailleurs qu’ils soient en photo sur des sites d’information militants sans aucun développement critique, ni discussions. Quelqu’un avance alors que c’est peut-être à mettre sur le compte de l’inconscience et de l’ignorance.


L’échange amical, la conversation privée pourrait-on dire, et la confrontation d’arguments, sont interrompus et parasités très tôt et à de nombreuses reprises par un personnage très certain de son importance et très impératif quant à ses interventions, qu’aucun des autres ne connaissent. Il tient à intervenir pour convaincre le petit groupe qu’il n’y a rien à penser de tout cela et à dénier jusqu’à la possibilité de l’existence d’un négationnisme à l’extrême gauche. Il déroute la discussion et, pendant une bonne vingtaine de minutes, il faut se justifier du droit qu’il y aurait à s’en parler et recadrer quelques éléments minimaux concernant le négationnisme et l’antisémitisme, leur mode de déploiement par l’effet de confusion dans ces milieux (comme ça lui a été dit dans la discussion, de nos jours, personne ne se permet encore — mais jusqu’à quand ?— de se présenter ouvertement avec 3 blagues antisémites et une sortie négationniste ; on fait le faux naïf, on se demande, par des jeux de forçage, pourquoi tout cela serait important, si ça existe vraiment, on minimise, etc…), le vichyste Darquier de Pellepoix et l’usage de l’ « explication » par les douches par exemple, le « doute » comme ressort faurissonien depuis toujours, défendu ensuite, y compris par des ultra-gauches, des communistes, des libertaires et des anarchistes, au nom de la liberté d’expression et de la recherche. Les interventions de cette personne qui affecte de ne rien y connaître et de ne pas s’y intéresser, sont insistantes, confuses et, plus pénible, visent dans la durée à empêcher la discussion à laquelle il ne lui était pas nécessaire de participer, ainsi qu’à propager la confusion et l’idée que pour finir tout cela doit ne rien signifier. Il ne parle même pas des tags, et, quand on le sollicite à plusieurs reprises pour savoir ce qu’il en pense, il n’en dit rien et ne développe pas en quoi, pour lui, ils ne veulent rien dire. Il cherche tout simplement à empêcher que d’autres s’en parlent. Au bout d’un long temps de patience toute pédagogique, on finit par lui demander de nous laisser finir notre discussion tranquillement, ce qu’il ne fait pas et continue à servir sa propagande de la confusion tous azimuts, perlant le tout de propos pour le moins « douteux », puisque de « pourquoi on n’aurait pas le droit de comparer » cela passe à « pourquoi on n’aurait pas le droit de se poser des questions » (alors même qu’il nous empêche de nous en poser). Il gratifiera l’assistance d’un « je ne suis pas antisioniste » ce qui était-là pour signifier assurément qu’il n’était pas antisémite, démontrant par là une certaine imprécision problématique s’agissant des mots et des choses. Très imprécis, en effet, puisque son intention semblait être de donner des gages et qu’il n’avait pas été question de « sionisme » mais de négationnisme (et pourquoi en aurait-il été autrement ?). Mais sans doute est-ce encore une distinction sans aucune importance ? On finit par lui signifier qu’on n’est pas d’humeur à poursuivre cette discussion-là qu’on n’a d’ailleurs pas choisi d’avoir, ni quelque autre rapport que ce soit avec lui. Il persiste toujours. L’un d’entre nous finit par s’énerver un peu plus que les autres, ils en viennent aux mains et des coups sont échangés entre les deux personnes qui sont assez rapidement séparées. Une discussion assez complète aura lieu un peu plus tard avec un de ses amis venu demander des comptes à propos de l’altercation. Il avait assisté à distance à une partie de la scène et était déjà bien mal renseigné, par le camarade de Guillon lui-même, sur le contenu et le déroulement des échanges. Les uns et les autres finissent par s’écouter, voire plus ou moins se comprendre.


Dans les bribes de récit proposées par Claude Guillon, rien de tout cela n’apparaît. Pour les « insultes » qu’il évoque, il doit s’agir d’un autre épisode avec d’autres protagonistes, ou d’une exagération épique et littéraire dont cette histoire et ses protagonistes se retrouvent à faire les frais. Quant à « l’œil au beurre noir » nous n’avons pas fait passer de visite médico-légale postérieure aux deux participants à la bagarre, qui n’avaient pas l’air de souffrir d’atroces blessures ou contusions, en tout cas pas de quoi alerter une quelconque medical team. De même pour l’emploi choisi du terme « milice ». A force de rapport « douteux » à l’histoire, le professeur Guillon ne doit plus bien avoir les yeux en face des trous. Quand il parle de « milice », sait-il bien ce dont il s’agit ?


Quant à se considérer « l’incarnation du vrai prolétariat révolutionnaire », là, il faut reconnaître que nous avons été percé à jour. Nous nous excusons simplement de ne pas avoir demandé la permission pour se considérer tels : « autoproclamé », voilà le crime de lèse-majesté, sa sainteté Guillon n’a pas été consultée et n’a pas pu bénir cette quête rédemptrice, puisse t’il nous pardonner et nous déverser sa grande mansuétude !

Par curiosité, et pour peut être se faire aider à débroussailler un peu la confusion du texte du sieur Guillon, nous l’avons confié (le texte) à un pyschiatre/psychanalyste expert en pathologie de l’image et en narcissisme débordant. Pas de diagnostic de « fou dangereux » mais un bon client potentiel. Un récit des faits lui a été conté et il a tiqué sur la phrase « j’adresse exactement la même critique aux imbéciles, de droite, de gauche, ou d’extrême radicalité (d’un bord ou de l’autre), qui pensent que l’urgence est de dépister les « vrai(e)s » racistes ou racialistes, fût-ce à travers une plaisanterie de huit mots… » en remarquant que personne n’entendait « dépister » quoi que soit. Ce que l’on « dépiste » ce sont certaines maladies, le sida par exemple. S’il s’agit de traquer, ce qui ne fait pas partie des pratiques en cours répertoriées, il n’était pas question de chercher les « vrais », ni les faux, « racistes ou racialistes » (on remarquera que l’ami aime à noyer le poisson), d’ailleurs ils ne se cachent pas tellement, dans certains milieux on peut les cueillir comme les champignons après la pluie. Et puis, réagir vigoureusement face aux racistes serait donc en soi tout à fait inconvenant ? Ceci dit il y a des gens pour qui faire de la politique, tenir des points de vue et des engagements sert à autre chose qu’à remplir des feuilles d’encre et vendre des livres. On peut peut-être se demander si ce n’est pas plutôt la rareté des réactions, de tous ordres, y compris en en venant aux mains donc, face aux racistes (à toutes les espèces de racistes) et aux négationnistes qui doit consterner. Quant au « dépistage » même au sens métaphorique il appartient plutôt au registre de langage de certains entichés du dévoilement, et aux traqueurs et inventeurs de mensonge qui ont suivi les chemins du négationnisme.


Ici ou là on fait de la propagande négationniste, ou on s’en fait l’écho, ou on joue au con avec ça, personne à notre connaissance ne s’est encore fait « casser la gueule » pour ces raisons là, ce n’est pas que ce ne serait pas mérité, mais ça ne s’est pas produit.

Pour prendre un peu de champ, il se trouve qu’un certain nombre de personnes, en particulier dans ce qu’il reste des courants révolutionnaires, s’inquiètent, et semble t-il malheureusement à juste titre, de la résurgence des thèmes et motifs négationnistes, dans un contexte de banalisation assez diffuse et généralisée de l’antisémitisme, et plus particulièrement de la persistance de toute une propagande grise qui cherche à rendre poreux certains courants à ce genre de prose et aux modes de pensée qui vont avec ce méta-complotisme infect, véritable peste intellectuelle, qui a déjà fait, et ce à des époques pas si lointaines, et à plusieurs reprises, de la fin des années 70 au milieu des années 90 au moins, de sérieux dégâts chez les révolutionnaires, en particulier, mais pas seulement dans les courants nommés d’ultra-gauche.

Pour ce qui nous occupe là, sans aller très loin dans la réflexion, il est à peu près indéniable qu’on n’avait pas vu de tags relevant du registre négationniste, même par mauvais jeu ou bêtes comparaisons — explications qui sont encore loin d’être démontrées pour le cas présent — depuis bien longtemps (mais y en a-t-il jamais eu à l’extrême gauche d’ailleurs ?), et qu’il y a certainement quelque chose à en penser…


Mais c’est vrai que nous n’avons pas sur la question la grande expérience du Professeur Claude, expérience qui explique sans doute qu’il reste de marbre et éprouve ainsi le besoin de produire cet espèce de contre feu préventif. Nous ne nous sommes effectivement pas pris les pieds dans les faurrissonnades des années 80. Nous n’avons jamais été attirés par le miroir aux alouettes du dévoilement de ce « mensonge » formidable qui mettrait à bas le capitalisme et tous ses autres mensonges sans même avoir besoin de révolution : « le mensonge des chambres à gaz » ! Par manque d’habitude sans doute, la gymnastique mentale qui permet de s’ébattre, en tant qu’anarchiste distingué, dans un contexte où circule une bonne dose d’antisémitisme (de celui qui fait aujourd’hui par exemple parfois confondre « juif » avec « Israélien » et « Israélien » avec « l’État d’Israël »), en regardant ailleurs si les livres se vendent, si les filles sont rousses, et si son blog est bien garni d’anarchisme à la découpe, nous est étrangère.

D’ailleurs, sans même plonger dans des époques marécageuses, et au-delà de cette question précise qui le laisse tellement froid qu’il doit en écrire un texte, c’est un vrai capharnaüm en ce moment qui règne dans les positions de notre auteur, qui à force de se distinguer, finit par se faire rattraper par la normalité et par rejoindre le lit commun du fleuve tranquille qui mène tout un milieu radical vers les contrées de la race, jusque là apanage de l’extrême droite.


On n’a pas lu encore Pourquoi les femmes doivent s’intéresser à moi ? ni Comment être un bon libertaire comme moi à 18 euros, ni assisté à une de ses tournées promotionnelles. N’étant pas encore érudit en guillonisme, et pour en savoir plus sur cet excellent auteur qui a sûrement des raisons pour se comporter de manière aussi crapuleuse, nous nous sommes rabattus sur son blog. Nous y avons trouvés, en plus d’un hédonisme crasse, une pétition de Libération où justement la clique racialiste figure en bonne place. Des considérations passionnantes sur le Lieu Dit, avec l’appel à soutien écrit par Lordon et Hazan ; entre collègues, il ne rechigne pas à la solidarité, et n’est pas si regardant sur les contenus politiques. Encouragements sur fond de petite moralisation à y manger pour aussi peu cher que dans les autres petits restos sympas du quartier de Ménilmontant. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour sauver un tel lieu si indispensable aux luttes ! Bouteldja y a fait la présentation de Les blancs, les juifs et nous, avec Hazan (son éditeur). Jusqu’où n’irait-on pas pour, via Libertalia, maison d’édition qui gratifia Hazan d’un excellent « camarade Hazan », dans un tweet postérieur à la sortie du pamphlet antisémite, tenir sa place dans le raout commercialo-éditorial sobrement intitulé Petit Salon du Livre Politique. Le « camarade Hazan »… encore un « excellent camarade » à ne pas contrarier ? C’est beau, l’esprit de corps et de camaraderie des vendeurs de papiers. La revue activement confuse Ballast et la propagande appelliste y ont trouvé aussi tout normalement leur place. Plus question d’esprit chagrin : on a donc pu trouver sur les tables du Lieu Dit un des écrits de Claude Guillon. D’ailleurs, cohérence éditoriale oblige, Libertalia est aussi l’éditeur de Pierre Tevanian, un des compagnons de routes des racialistes et promoteur invétéré du voile des autrEs. Alors Claude Guillon est-il devenu racialisto-compatible ? La question est plutôt de savoir dans quelle mesure il pourrait faire autrement.

Mais au-delà de ces ronds de jambes, comment comprendre, enfin, ce concentré de fiel, de dénonciation et d’accusation que nous a produit notre auteur ? Il se trouve que Monsieur G. tient à la distinction. Se distinguer, pour lui, est une préoccupation de tous les instants, la boussole de ses prises de positions. Il est même passé professionnel dans cet art : la distinction tous azimuts érigée en discipline. Peut être espère-t-il ainsi qu’enfin on le distingue. Dans la confusion en cours, ça donne de curieux mic-mac. Claude Guillon est contre la notion d’islamophobie, mais reprend à son compte le terme de « racisé », il pense que l’état fait exister des races, et qu’il n’est pas, du point de vue de l’état bien sûr, de la même race que les migrants ou les sans papiers. En plus, il les nomme étrangement dans son texte « réfugié(e)s », adoptant là la catégorie la plus dépolitisée qui soit, celle qui nomme l’infime partie des migrants, de moins en moins nombreux, que l’État veut bien protéger et qui voudrait faire mine que ce serait cette politique qu’il faudrait étendre, ce qui est politiquement désastreux, structurellement aberrant et pratiquement absurde. Voilà donc un des objectifs de ce billet d’humeur. Il y affirme discrètement son credo racialiste (comment comprendre autrement cette allusion au « racialisme » qu’il ne faut pas « traquer » ?) tout en protégeant ses arrières face à l’incohérence réelle de cette prise de position. Faire ainsi annonce publique au dépend des autres, c’est déplorable, c’est doubler la servilité qui consiste à montrer patte blanche, mais c’est bien la moindre des lâchetés de ce texte.

Dans ce contexte, complexe et contraint pour qui estime avoir droit à un certain confort d’auteur distingué, on comprend que ce qui brûle les entrailles de Claude Guillon, ce soit l’urgence de dire, par communiqué accusateur, diffamant et infamant, ses quatre vérités à un compagnon trop curieux à ses yeux, tout en exprimant un soutien indéfectible, mais relativement périssable, à la bibliothèque à laquelle ce dernier participe, la Discordia, bibliothèque anarchiste à plusieurs reprises attaquée pour ses prises de position véritablement courageuses. Avec de tels soutiens, la Discordia, qui n’en demandait pas tant, et qui n’a, en tant que telle, rien à voir avec la discussion en question ou le petit pugilat qui s’en est suivi, n’a plus besoin d’ennemis…

Alors, si « fou dangereux » désigne celui qui fait autre chose que protéger son petit potentat, sa place d’auteur et sa tranquillité bien méritée après des décennies de prises de positions courageuses, le plus souvent dans le sens du vent, parfois risquées, reconnaissons-le, — mais était-ce vraiment pour la bonne cause ? —, alors on peut effectivement dire que Claude Guillon n’en est pas un.

« A coups de marteau » concluez-vous, Chevalier Guillon. Alors au plaisir de vous rencontrer, au rayon bricolage peut être, plutôt du côté des faucilles…

D’autres participants à la discussion en question et quelques apaches.

Lire la suite