Voir l’esprit en peinture

Aujourd’hui, j’ai rendu visite à Guy Girard. Depuis plus de dix ans, j’avais le projet de lui acheter un tableau, et puis la vie… Et d’ailleurs, j’ai encore plus ou moins un rapport de péquenot aux toiles: j’ai l’impression que c’est trop beau et trop fragile pour moi… Une affiche d’accord, mais un vrai tableau, comme dans les musées…

Bref, on s’est croisés par hasard, donné rendez-vous aujourd’hui. Et voilà.

J’étais comme un gourmand (que je suis) devant la devanture d’une pâtisserie. Tant de couleurs, de personnages, de formats… J’aurais voulu tout emmener chez moi! Mais d’abord les artistes ne vivent pas que d’amour et d’eau fraîche, même s’ils/elles en font une consommation aussi considérable que possible, et puis je n’ai plus de place sur mes murs, presque entièrement occupés par des livres. Il va falloir faire construire…

Je reproduis ci-dessous la photo de l’un des tableaux acquis (oui, j’ai craqué…). Je l’appelle familièrement Le Cri du Peuple, mais ça n’est pas son titre exact. Je rectifierai plus tard. En bas à gauche, vous reconnaîtrez l’ami Marat.

Je publierai bientôt d’autres photos (peut-être meilleures, même!). En attendant si la toile vous plaît, n’hésitez pas à me contacter, je transmettrai à l’auteur et vous mettrai en relation.

1968 ~ 2018 PLUS VIVANTS QUE JAMAIS (Hommage à Pierre Peuchmaurd)

Tous et toutes vivantes alors – nous le fûmes plus que jamais.

Nous voilà «soixante-huitard·e·s», censé·e·s nourrir nos vieilles illusions à la cuiller, bourrelé·e·s que nous serions de regrets (voire de remords), cœur et foie trop lourds pour lutter, courir ou désirer, ou même affronter nos reflets.

Détrompez-vous, ou tremblez!

Nous avons goûté au fruit de l’arbre de la naissance collective, et nous avons su ce que c’est que respirer ensemble.

Nous n’avons rien oublié (ni pardonné!), et personne ne pourra plus nous faire croire que la vie normale est inéluctable.

 

 

Hommage au “Journal des barricades”, texte enragé, sensuel et «archangélique», de Pierre Peuchmaurd, réédité par les éditions Libertalia (126 p., 8 €, préface de Joël Gayraud).

Pierre Peuchmaurd avait 20 ans en 1968.

 

Benjamin Péret, encore et toujours… [à Nantes, les 19 et 20 novembre]

affiche-salon-du-livre-libertaire

Programme

Samedi 19 novembre – 13h00 à minuit

13h30 : ouverture du salon

14:00 : discussion autour de la Révolution espagnole de 1936

16h30 : table-ronde autour du livre et de son économie
intervenants : Gérard Lambert (ancien libraire), les Hobos (distributeurs), Jean-Pierre Duteuil (éditions Acratie) et Charlotte (éditions Libertalia)

19h apéritif dinatif et déclamatoire

21h : projection dur film sur Benjamin Péret,  « Je ne mange pas de ce pain-là » de Rémy Ricordeau puis discussion avec son réalisateur.

Dimanche 20 novembre – 10h à 20h

10h : rendez-vous devant B17 pour une déambulation en hommage à Benjamin Péret dans le centre-ville de Nantes

12H banquet festoir et attentatif

14h : conférence et discussion avec René Chérel autour de Benjamin Péret et le colonialisme

16h00 présentation du livre « Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme »  par son auteur Barthélémy Schwartz

16h30 intermède chantationnant puis table-ronde autour de l’actualité de Benjamin Péret avec Barthélémy Schwartz, Jean-Pierre Duteuil et Rémy Ricordeau

19h apéritif cloturatoire et rangeant

Surréalisme & révolution: BENJAMIN PÉRET à Caen le 5 juillet — projection & lectures

Capture d’écran 2016-04-18 à 00.36.06

Benjamin Péret, le plus révolutionnaire des surréalistes et sans doute le plus surréaliste des révolutionnaires sera au cinéma Lux de Caen, sous la forme du magnifique film de Rémy Ricordeau.

J’avais prévu de parler ici plus longuement et de Péret et du film de Ricordeau, et puis la vie, la lutte… [J’y reviendrai, c’est promis !]

En attendant, pas une raison pour laisser les ami(e)s de Caen et sa région, récemment rencontré(e)s, manquer l’occasion d’une rencontre inédite avec ce poète en armes qui participa à la Révolution espagnole. Et avec Rémy Ricordeau qui lui consacre un film qui fera date.

Capture d’écran 2016-06-16 à 13.07.09

On lira avec intérêt, en suivant ce lien, un entretien avec l’ami Rémy Ricordeau sur Péret et son film, disponible en DVD.