Anarchisme & droit d’auteur

J’avais rendu compte sur ce blogue, il y a presque deux ans, et de manière critique, d’un livre de Gaetano Manfredonia intitulé Histoire mondiale de l’anarchie, «sur une idée de Tancrède Ramonet».

Le film, intitulé Ni Dieu ni Maître, finalement réalisé par M. Ramonet junior lui-même, va être diffusé sur Arte prochainement.

Les éditions Textuel ont contacté Gaetano Manfredonia en juin dernier afin de solliciter son accord pour une réédition du livre «agrémentée» d’une préface ou d’un avant-propos de Ramonet.

Il s’agissait évidemment de faire le lien avec le passage télé du film et de lester du poids d’un livre d’histoire qu’il n’a pas écrit (et dont l’idée n’est pas originale, contrairement à l’affirmation de Textuel; voir ma critique de l’époque) le c-v du jeune réalisateur.

Manfredonia raconte:

Estimant que la publication d’une préface ou d’un avant-propos quelconque de la part de Tancrède Ramonet ne se justifiait nullement au point de vue intellectuel et qu’elle bafouait mon droit moral d’auteur, j’ai fait savoir par écrit et téléphoniquement tant à Tancrède Ramonet qu’à Marianne Théry, des éditions Textuel, mon refus d’une telle éventualité.

Or, en passant outre mon opposition et sans m’en informer d’une manière quelconque, les éditions Textuel et Arte ont pris la décision unilatérale de rééditer Histoire mondiale de l’anarchie avec un avant-propos de Tancrède Ramonet.

capture-decran-2016-09-17-a-18-29-06

On savait déjà que les éditeurs ont une fâcheuse tendance à maltraiter les auteurs dans leurs droits, financiers notamment.

On voit que les marchands de culture peuvent se découvrir une âme de réfractaires au principe de la propriété morale quand ça les arrange. La propriété, n’est-ce pas le vol? ont dû se dire ces braves gens. Autant faire comme si l’auteur, cet éternel gêneur, n’existait pas…

Ah! le monde [de la marchandise] n’est guère diplomatique!