Allo l’Élysée?… [2]

Bonjour Madame, ce serait pour un placement de produit.

Il s’agit d’une réédition en série limitée d’un de nos premiers modèles d’ordinateur… oui, et compte tenu des rapports privilégiés qu’entretient le président avec notre marque, nous avons pensé…

Oui, en effet, il faudrait nous mettre d’accord sur un timing très précis!…

 

Allo l’Élysée?… Le service de presse?…

Oui, bonjour Madame, ce serait pour un placement de produit lors de la prochaine photo officielle du président…

Le président de la République Emmanuel Macron, qui a tenu à faire figurer sur sa photo officielle ses deux téléphones portables de marque Apple a par ailleurs fait savoir qu’il ne répondrait pas aux questions des journalistes le 14 juillet, sa «pensée complexe» se prêtant mal à l’exercice.

ÉLECTION PESTILENTIELLE : MOINS “CHARLIE” QUE JAMAIS !

Dans le style mi-sabre mi-goupillon qui se porte dans la presse respectueuse cette fin de saison électorale, Riss a chié dans Charlie Hebdo un éditorial finement titré « Ni abstentionniste ni abstentionniste ».

« Les périodes de crise sont cruelles, note justement l’auteur, car elles dévoilent la vraie nature des individus, et ce n’est pas joli à voir. » Pour qui douterait encore de la « vraie nature » de Riss, voici le contenu de ce qui est non pas un plaidoyer pour le « vote utile Macron », mais un réquisitoire contre celles et ceux qui s’en dispenseront.

« La gauche française, écrit Riss, est écartelée entre son dégoût du libéralisme et son combat contre la xénophobie. »

Certes, l’auteur ne parle ni de l’extrême ni de la dite « ultra » gauche. Il pose néanmoins comme une évidence ce qui est une grossière sottise : le dégoût du « libéralisme » – moi je dis capitalisme – et le dégoût de la xénophobie et du racisme seraient, sinon contradictoires, au moins impossibles à caser dans les mêmes cervelles.

Pouh ! c’est vrai que ça fait beaucoup, hein ! Pour peu qu’on déteste aussi le machisme, il faut carrément se faire greffer un exocerveau pour faire tenir le tout !

A-t-on jamais lu pareilles niaiseries ?

Le combat contre un excès de liberté dans l’économie est-il plus vital que celui contre les ennemis des libertés individuelles ? Le simple fait d’être obligé de se poser cette question en dit long sur l’état de la gauche.

S’imaginer – ou faire semblant de – qu’on est « obligé » de se poser une « question » aussi cruche en dit long sur l’état des hémisphères cérébraux (d’origine) de notre éditorialiste.

Tout est stupide et pipé dans cette prétendue question « obligée ».

Il n’y a pas d’excès de liberté dans l’économie. L’économie est la vision bourgeoise et capitaliste du monde et de la vie humaine qui vaut autorisation pour les capitalistes d’exploiter le travail humain et « liberté » pour personne de refuser cette exploitation.

Par ailleurs, laisser entendre que Macron, lui, est un « ami » des libertés individuelles est tellement platement mensonger que ça ne mérite aucun commentaire.

Beaucoup d’électeurs de gauche […] se comportent comme des consommateurs.

Sans blague ! Je ne crois pourtant pas pouvoir tomber sous le reproche d’admirer ou d’encourager les « électeurs de gauche », mais je vois mal comment on pourrait leur reprocher de se conduire en « consommateurs ».

C’est quoi un électeur, mon pauvre Riss, sinon un « consommateur » appelé de temps à autre à placer tel produit plutôt que tel autre en tête de gondole ?

C’est ça la « démocratie représentative ». Démocratie, de dêmos, le peuple et kratos le pouvoir…

Le mensonge constitutif de ce mode de régulation capitaliste est connu de toute la planète. On l’a maladroitement éventé en proposant il y a peu une « démocratie participative », ce qui revient à reconnaître que jusqu’ici le peuple exerçait le pouvoir sans y participer.

Tout le monde a compris ça, des campagnes chinoises aux faubourgs d’Atlanta. Tout le monde sauf Charlie Hebdo qui se flatte néanmoins, et sans vergogne, d’incarner imperturbablement une tradition « libertaire ».

Donc, l’électeur-consommateur devrait – c’est Riss qui le dit – accepter de bouffer de la merde, même s’il n’aime ni le goût ni l’odeur et que ses perversions le portent ailleurs…

Lénine rappelait (pour excuser quelques exécutions sommaires) que la révolution n’est pas un dîner de gala. Riss ajoute qu’une élection présidentielle n’est pas un restaurant trois étoiles. Avale et tais-toi !

Ben mon colon, on peut préférer la gastrosophie fouriériste à cette morale de cantine (et de caserne)…!

Cerise sur le pudding (vous savez, ce gâteau marronnasse fait avec tous les résidus de gâteaux invendus) électoral, l’éditorialiste traite paisiblement les abstentionnistes (de gauche) de racistes.

Je rappelle au passage que les crétins de Charlie Hebdo se sont vus adresser ce même reproche, ainsi que désormais les anarchistes qui osent répondre au vieux slogan Ni dieu ni maître !

Racistes donc, selon Riss. Cachés, certes. Peut-être même inconscients. Mais racistes.

Ainsi donc, exactement de la même manière que se moquer d’Allah-là-m’en-parlez-pas ! est considéré comme « raciste » par certains gauchistes, les abstentionnistes sont stigmatisés comme racistes par les ralliés démocrates de Charlie.

Je n’ai jamais pensé qu’être sous le feu de rafales de Kalachs pouvait suffire à rendre malins ou malines. Mais ne rien comprendre à ce point à ce qui vous est arrivé à vous-mêmes, c’est pitoyable !

Pour en finir avec la nauséabonde conclusion de Riss, je me fous joyeusement que la gauche social-démocrate se « reconstruise » ou non. Ce qui est certain, c’est que Charlie Hebdo s’est «reconstruit» comme torchon bourgeois, ayant perdu tout droit à se réclamer de la presse libertaire et satirique.

Capture d’écran 2015-06-18 à 19.13.14

 

 

Michel Onfray se rapproche de l’extrême droite, sous le patronage de Proudhon

Le pauvre Michel Onfray poursuit sa pitoyable dégringolade et se rapproche de la vieille «Nouvelle droite» intellectuelle d’Alain de Benoist. Non seulement il préface un livre de Thibault Isabel, mais il participe en chair et en os à un colloque organisé par les revues Éléments pour une civilisation européenne et Krisis, les deux organes de cette mouvance d’extrême droite.

La stratégie de pêche à la ligne pratiquée depuis longtemps par Alain de Benoist, via les revues en question, se révèle une fois de plus payante. Après avoir attiré récemment Bernard Langlois, cofondateur de la revue Politis, de Benoist peut se flatter d’une belle prise médiatique, que la mise en page ci-dessous indique assez: ça n’est pas vers l’affiche du colloque que se tournent les regards quasi égrillards des deux «penseurs» d’extrême droite, mais vers Michel Onfray.

Quant au grand ancêtre qui fournit le prétexte de cette répugnante fraternisation intellectuelle, il serait vain de lui reprocher aujourd’hui de tirer Onfray encore plus bas qu’il n’était. Ce sont pourtant bien les ambiguïtés de sa théorie qui autorisent tant d’ordures de droite ou d’extrême droite à se réclamer de lui.

Onfray, lui, définitivement enfermé dans sa folie omnisciente et omnipotente, est certainement persuadé non seulement d’avoir raison à propos de Proudhon – comme du reste – mais de ce que sa parole magique éclairera tous les esprits et résoudra toutes les contradictions…

Encore quelques années (ou mois?) et notre cynique rédigera des rapports pour la présidente du Front national et/ou de la République.

Voir la publicité du colloque Proudhon.

Capture d_écran 2017-06-16 à 15.54.26

Et un entretien dans la presse d’extrême droite, un ! (juin 2017)