Concert d’“Improvible” en soutien aux Ami·e·s de May, à St. Naz, le 18 décembre

Le groupe Improvible nous fait la joie de venir jouer au local des Ami·e·s de May le samedi 18 décembre à Saint-Nazaire, à partir de 20 heures et on les remercie !

Viens et ensemble libérons l’impro !

Improvible est un duo sax-batterie qui joue de l’impro totale avec une inclination pour l’amusement et l’intensité, voire la transe, tout en  recherchant la sincérité dans la démarche d’improvisation libre. Il puise son inspiration du côté du jazz et son ouverture sur les différentes musiques actuelles amplifiées, avec un goût pour des sons très électriques (rock, noise, prog), les « sons organisés » du point de
vue d’Edgar Varese avec la recherche d’exploitation d’un large palette sonore, la musique spectrale et son jeu sur les masses sonores et leurs « déplacements ». La notion de mouvement et de chaos sont très présentes dans son approche philosophique de l’improvisation. Stéphane Le Gars Sax alto + Sax midi avec plein de trucs pour jouer sur l’amplification; Vincent Barbin Batterie

Entrée à prix libre – Vos contributions sont nécessaires pour la
pérennité du lieu, merci à tou·te·s !
Bar ouvert – alcools (sur adhésion à l’asso) et jus de pomme Solidarité
Palestine, boissons chaudes …
Repas partagé – Ramenez vos succulentes galettes, tartes, tartinades et
autres divines spécialités végétariennes ou venez simplement en déguster !

Masques et gel à disposition, ainsi qu’une rampe d’accès si besoin

Dalal ak jamm, Mirë se vini, Welkom, Yisek, Dobrodosli, l’aaslama, Tonga
soa, Bem-vindo, Bienvenu·e·x·s !

“Encyclopédie des Méconnaissances” ~ par Ludovic Füschtelkeit (aux Éditions de la Pigne)

Même si vous n’avez pas – comme moi – des occasions (trop) fréquentes de faire le pied de grue, dehors dans le froid (la faute au général Cluster) ou dans des salles d’attentes de cliniques et de labos ; même si vous n’avez pas prévu de vous rendre en train dans votre lointaine famille pour les fêtes, je vous recommande vivement la lecture du livre indiqué en titre de ce post. Car voyez-vous, il permet de rire ! Or dans le contexte actuel, où des nazis tiennent les tribunes, les écrans et la rue, rire est plus qu’un exercice salutaire, c’est une nécessité.

L’auteur des «Petits métiers disparus», que je suis et que j’ai publiés dans la revue L’Échaudée ne pouvait être que très sensible (comme aux chatouilles) à l’humour de Ludovic Füschtelkeit (que je ne connais ni des lèvres ni des dents). Le principe de son livre est très différent, mais on y retrouve (j’espère ne pas le vexer) un esprit foutraque assez voisin. Chacun·e d’entre vous sait ce qu’est une «encyclopédie», souvent lourde et présentée sur paillassons par des VRP mal nourri·e·s. Celle-ci est légère et peu coûteuse (9 euros, pour 174 pages). Et comme je le disais : hilarante.

Au bout d’un certain temps de lecture, vous observerez (sinon, consultez !) que certains lieux ou personnages méritent le qualificatif de «récurrents». Je vous donne un exemple qui m’est resté en mémoire (un petit exploit au vu de mon état de santé actuel) : les îles Jacquelines. Vous aimeriez savoir où flottent – on le leur souhaite ! – les îles Jacquelines. Pour ma part, je préfère l’ignorer ou l’imaginer. Ne seraient-elles pas quelque part du côté de La Dominique ? Il me semble qu’elles pourraient s’entendre…

Trop abruti – par une fièvre mauvaise et un bon mal de tête – pour recopier des passages du livre, de nature à vous mettre l’eau (salée, si vous vivez aux Jacquelines) à la bouche[1], j’ai demandé à l’éditeur de bien vouloir m’envoyer le livre au format pdf, afin que j’y puise (moi qui suis plutôt épuisette) les exemples voulus. Il m’a honoré de sa confiance, aussi je vous donne ci-après quelques exemples dont j’espère qu’il vous délieront le gosier, de manière à en expulser toute    arrête de Jacqueline intempestive.

Si cela ne vous arrache aucun sourire, j’attendrai d’être en meilleure forme pour décider de votre sort (je craindrais, en tranchant derechef, de me couper un doigt).

Je vous souhaite une excellente et réconfortante lecture.

J’ai oublié de dire que les différentes entrées sont classées par catégories (par exemple : «Science & Technique». Mais il ne s’agit que d’une convention très accessoire…

[1] Cette métaphore est lamentable, j’en conviens, mais sachez que je souffre d’une espèce de triple grosseur autour de la glande parotide (c.-à-d. salivaire) gauche. Ceci ne justifie pas cela, mais l’explique tout de même un peu…