Caricaturer n’est pas toujours penser

La «une» de Charlie Hebdo moquant le théologien Tariq Ramadan prouve – c’est la énième fois! – que caricature et turgescence ne suffisent pas à produire une pensée critique mordicante, qui attaquerait l’idéologie dominante dans ses parties sensibles.

Comme au moment de «l’affaire DSK», l’hebdomadaire satirique cède à la facilité salace de la gauloiserie (censée être une spécialité nationale, donc).

Que voyons-nous?

Un Ramadan ithyphallique revendiquant son sexe à l’érection monumentale comme le «6e pilier de l’islam». Le cartouche rouge («VIOL») et le titre en haut à gauche de l’image indiquent bien le contexte: c’est la défense, plaisamment supposée, de M. Ramadan, accusé de viol et autres violences sexuelles par plusieurs femmes.

On comprend que le dessinateur a voulu fustiger la double morale du théologien, proposant d’une part un «moratoire» des lapidations de femmes aux mœurs jugées douteuses et, d’autre part, pratiquant pour sa satisfaction personnelle la domination sexuelle la plus violente.

La cible paraît légitime, mais qu’en est-il du trait?

Il associe viol et harcèlement à une complexion génitale particulière et/ou à des «besoins sexuels» démesurés. C’est à la fois faux et dommageable.

La première hypothèse rejoint fâcheusement une vision paranoïaque raciste des mâles arabes et des noirs comme étant dotés de sexe surdimensionnés et, du fait d’une «animalité» consubstantielle à un retard de civilisation, d’une libido supérieure.

Je ne vois pas l’intérêt de véhiculer, pour un sourire dans le meilleur des cas, des stéréotypes de cet ordre et d’apporter ainsi du grain à moudre à la nuisible, antiféministe et antisémite Houria Bouteldja.

La seconde brode sur le mensonge des «besoins sexuels», déjà dénoncés ici comme un «mythe au masculin». Lequel mensonge a été repris ces dernières semaines, certes sur le mode de la déploration, à propos des campagnes contre le harcèlement sexuel visant les femmes.

L’écrivaine Nancy Houston, souvent mieux inspirée, estime (Le Monde, 29 oct. 2017) que l’image publicitaire de la femme comme objet sexuel a réveillé des «instincts», que la religion parvenait jadis à inhiber. Tout le malentendu viendrait du fait que les «les hommes bandent» spontanément, devant des femmes qui n’ont pas l’expérience de ce troublant phénomène.

Trouble pour trouble, si j’en crois mes amies, il arrive que les femmes éprouvent une soudaine humidité vaginale, y compris en dehors d’un rapport érotique.

Par ailleurs, le «problème» n’est en aucune façon le fait de bander (ça n’est pas douloureux, merci de vous en inquiéter, Nancy!) mais : Cette érection me donne-t-elle des «droits»? Puis-je considérer légitimement qu’elle peut ou doit modifier mon comportement?

La réponse à la première question est évidemment NON, surtout s’il s’agit de «droits» sur quelqu’un d’autre, qui empiètent sur ses propres droits, sa propre liberté.

Même réponse à la deuxième question, avec la modération subsidiaire qu’un homme – ou une femme – peut légitimement soulager une tension génitale en se masturbant, à condition toutefois de ne pas imposer à un tiers la vision de cet acte (exhibition) ou la connaissance du lien établi arbitrairement et sans son accord entre sa personne et le geste amenant le soulagement (harcèlement textuel, etc.).

Dans le même numéro du Monde, un psychanalyste qui aurait gagné à demeurer inconnu, M. André Ciavaldini affirme: «La pulsionnalité sexuelle humaine ne connaît pas de limites [pas de période de rut], elle cherche encore et toujours à se satisfaire coûte que coûte». Après cela, qui cimente pseudo-scientifiquement la culture naturaliste et essentialiste du viol, on peut bien raconter n’importe quoi: Ça va être comme ça, comme dirait Mme Angot, pendant longtemps encore…

Obnubilé par le souci de cibler un personnage en effet bien antipathique et de pratiquer une antireligiosité de bon aloi, Charlie Hebdo renforce, sans y songer (c’est une critique, pas une excuse), des clichés sociobiologistes, misogynes et racistes. Que cette contre-productivité politique réveille une haine meurtrière n’y change rien!

Le caractère répugnant ou criminel des réactions suscitées par une erreur ne saurait exonérer son auteur de ses responsabilités.

Voué(e) à tous les seins! ~ [et déclaration d’amour subsidiaire à Juliette Roudet]

Lors que je cédais sans remords au charme de Juliette Roudet, danseuse et comédienne qui honore de son talent subtil (elle joue deux sœurs jumelles: une performance!) la (très moyenne) série française Profilage (TF1)…

capture-decran-2016-12-10-a-13-58-37

capture-decran-2016-12-10-a-14-10-28

 

 

 

 

 

 

 

 

…je songeais à l’un des articles proposé sur la page Facebook Lesbo tshirts

capture-decran-2016-12-10-a-14-17-55

“TOUT OBUS SERA PUNI”

Ligue de défense des petits seins

Pour les francophones d’occasion, je précise que la formule «Tout obus sera puni» est une déclinaison homophonique et humoristique de «Tout abus sera puni», formule qui figure sur les signaux d’alarme des trains et métros.

Par ailleurs, des seins volumineux, surtout lorsqu’ils sont mis en forme par des soutiens-gorge de forme adéquate, peuvent évoquer des munitions de guerre (le registre érotico-guerrier évoque également une jolie fille comme étant «canon»; le «canon» a ses «obus» et l’érotisme hétéronormé ses lourdeurs).

De manière maline, fraîche et décalée, le slogan choisi par la conceptrice de Lesbo tshirts (que je ne connais pas) «défend» les petits seins contre les diktats de la «féminité» et des goûts, masculins surtout, (supposés) dominants.

J’aime autant préciser immédiatement, afin de m’épargner dans les semaines qui  viennent des remarques — masculines ou féminines, égrillardes ou déçues — du type «Ah! je savais pas que tu préférais…», que je connais peu de sensation aussi émouvante que celle d’un sein lourd reposant dans ma paume comme une grappe de raisins.

Et cependant, non! je ne préfère pas les «gros seins».

Je suis sensible aux harmonies. Elles se composent, pareillement d’un parfum, de notes corporelles et émotionnelles variées. C’est leur variété qui nous fonde et nous fait, parfois, touchant(e)s… et foudroyé(e)s.

Je voulais saluer ici comme autant de contributions, modestes mais précieuses,  à une politique du corps critique les productions de Lesbo tshirts et — si j’ose dire — l’aplomb remarquable, avec lequel Juliette Roudet incarne la beauté du corps et de l’esprit.

«Tombé amoureu»

Capture d’écran 2016-09-04 à 15.47.45

Repérée sur le Vieux Port de Marseille depuis longtemps — mais j’avais omis de la photographier — cette petite annonce (signée PÖ) :

Ya pas kelkun ki veux tombé amoureu de moi?

Les fantaisies orthographiques (peut-être volontaires, d’ailleurs) sont romantiquement compensées par cinq cœurs remplaçant des lettres ou les points sur les «i».

Tomber amoureux ou amoureuse

Nous évitons, en général, de penser à ce qu’il y a de culture de la punition chrétienne dans cette formule — et dans celle qui désigne l’une de ses conséquence possibles: tomber enceinte, qui évoquent bien entendu la chute dans le péché.

Ce qui explique aussi que séduire une fille, ce puisse être «la tomber», autrement dit lui faire le croche-pied (plus ou moins  symbolique) qui la précipitera dans ledit péché.

On reconnaîtra dans l’argot érotique, rarement soucieux de respect de l’égalité des genres et de prévention du machisme, une certaine logique (plus pataude, néanmoins, que les mots dont elle use):

La fille une fois tombée, reste à la grimper, ou à la sauter.

Dans le cas d’espèce, notre jeune (une supposition…) monte-en-l’air graffeur illustre toute l’ambiguïté de la rencontre érotique.

Se découvrir amoureux/amoureuse, ou au moins soulevé(e) de désir, ce peut être l’occasion de s’élever jusqu’au septième ciel — les modestes, ou les prudent(e)s, se contenteront du plafond, en s’aidant des rideaux —, mais c’est aussi prendre le risque… de tomber de haut.

Capture d’écran 2016-09-04 à 15.46.56

 

 

 

Guerre psychologique pour classes de maternelle

Capture d’écran 2016-08-21 à 16.56.19

Une personne me signale que sur Indymedia Nantes, on trouve, posté récemment, un extrait de l’un de mes textes figurant sur le présent blogue, «Ma fiche de police sexuelle», avec le statut «refusé» (et sans lien menant à l’article original). Le dit statut n’empêche pas que le texte soit visible.

Ce texte a été posté sur Indymedia par un tiers — dont il n’est pas trop difficile d’imaginer l’identité à la lumière de certaines récentes polémiques — comme si c’était moi qui l’avait fait.

Figure, c’est le cas de le dire, en illustration, mon portrait dessiné par Edmond Baudoin, avec comme légende «Moi-même» !

Je n’ai aucune raison de proposer à Indymédia un texte (d’ailleurs pas récent) qui est déjà publié ici, surtout quand il s’agit d’une partie d’un ensemble. J’ai aussi autre chose à faire.

Le «posteur» anonyme a sans doute fait le calcul que la combinaison entre le contenu «intime» du texte et la démarche saugrenue de le proposer tardivement (et sans source) sur un site de contre-information, alors qu’il l’est déjà ici, donnerait de moi l’image d’un Narcisse militant et compulsif.

Il ne s’est d’ailleurs pas complètement trompé, puisque le texte est «refusé» pour une raison particulièrement sotte: il relèverait de l’«égotisme» et n’aurait aucun rapport avec l’objet du site, autrement dit les luttes sociales.

Où l’on voit qu’il reste, dans les têtes de certain(e)s, un peu de chemin à parcourir pour aller Au-delà du personnel, en reprenant le titre d’un recueil de textes publié par l’Atelier de création libertaire en 1998.

LETTRE OUVERTE À UN JEUNE HOMME «HORS DE LUI»

Rappel : «D.» a agressé un camarade, dont il est persuadé que le fait qu’il n’a pas compris le tag « Le gaz, la douche, c’est douteux… », apposé lors de manifestation contre la « Loi travail », comme négationniste et/ou antisémite, est une preuve de son propre négationnisme et/ou antisémitisme…

J’ai publié un billet à ce propos, auquel a répondu publiquement Yves Coleman.

J’ai répondu à Yves, qui m’a répondu.

D. m’a adressé un courriel « privé », auquel je réponds ci-dessous.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Tu as bien raison, mon cher D., de douter de mon sens du « privé ».

Si je ne reproduis pas intégralement ton message, c’est que j’admets que certains épisodes de ta vie qui y sont évoqués ne regardent pas la terre entière (encore que les flics, dont tu te plains de la surveillance importune, ont été les premiers au courant…).

Par contre, où tu te fous du monde, c’est quand tu prétends avoir espéré que frapper un militant (dont, certes, tu ignorais probablement que je le connais), à l’occasion d’une projection organisée par les Archives Getaway, c’est-à-dire dans une circonstance publique, relèverait de ta « vie privée ». Et qui plus est, de ce fait, échapperait à la critique, politique et publique !

L’évocation que j’en ai faite aurait été commise selon toi « dans le non-respect absolu de [t]on anonymat et de [t]a vie privée ».

Tu m’as vu publier ton nom ? (que j’ignore, il est vrai) Ton prénom même ? Ton adresse ? Ta photo ? (ah ! non, ça c’est toi qui le fais quand tu veux critiquer la présence d’un camarade dans une manifestation que tu désapprouves !) Ton numéro de téléphone ? Une adresse électronique ?

Rien de tout ça.

En fait, tu es vexé. Tu écris : « Et je n’ai pas vocation à ce que mes faits et gestes dans un cadre privé soient commentés de la sorte, comme au café du commerce, mais sur la place publique. »

Le « cadre privé » est un mensonge, je le répète. Et quand bien même… Il n’est évidemment pas question que l’on tienne compte d’un pareil argument.

Prends l’exemple des parents qui cognent leurs enfants. Ah ! Je vous arrête ! Il s’agit d’actes commis dans le « cadre privé ». S’il s’agissait de n’importe qui d’autre que toi (vexé), tu serais le premier à en rire.

Par ailleurs, invoquer ta « vie privée », notion d’un juridisme bourgeois achevé, et me reprocher, à moi, un supposé « citoyennisme », reconnais que ça ressemble à une contradiction !

Ainsi, tu « n’as pas vocation » ! Vocation à quoi, au fait. À être critiqué… !? Diable, c’est que te voilà très très haut au-dessus de l’humanité vulgaire. Comment aurais-je pu me douter…

Tu pousses le ridicule jusqu’à m’accuser de te mettre, par mes billets de blogues, à la merci des services de renseignement. « Je n’ai pas vocation à ce que mes faits et gestes […] soient commentés de la sorte […] et sous les yeux du renseignement (la “terrorrisation” pour reprendre un de tes “concepts” pourris, vieux Rigouste* raté). »

Je ne doute pas que tu sois surveillé mon garçon, tiens-en donc compte si ça t’inquiète ; et n’espère pas que n’importe quel comportement dément sera passé sous silence au motif que sa divulgation risquerait, quoique anonyme, d’ajouter une croix sur ta fiche. Dans quelle case, d’ailleurs ?

Je ne suis pas certain que Mathieu Rigouste* sera flatté d’apprendre qu’il est une espèce de « Guillon qui a réussi ». Quant à partager tes positions, j’ai de gros doutes, mais je te laisse démêler ça toi-même.

« Je ne suis pas un personnage public moi », ajoutes-tu. Laissant entendre que moi j’en serais un. Et pourquoi ça ? Parce que mon nom apparaît sur les couvertures de mes livres et que je n’use pas de pseudonymes ? Ça n’est pas comme ça que je vis. Au grand désespoir de mes éditeurs, j’ai toujours refusé de paraître à la télévision (malgré de nombreuses sollicitations, oui) ; j’ai même toujours refusé de donner à la presse une photo de moi, ou de la laisser publier les photos volées qu’elle détenait. Je ne suis pas non plus ce qu’on appelle une « grande gueule » ; le plus souvent j’assiste aux réunions sans parler ou en parlant peu, plutôt pour m’informer et me former une opinion.

En lisant ton courriel, je me dis que ces précautions sont encore insuffisantes…

Quand toi tu penses à des « personnages publics », tu évoques Bernard-Henri Lévy ou Michel Onfray. Pour l’occasion, tu me qualifies en effet de « Bernard-Henri Lévy ou Onfray du billet d’humeur libertarien ». Tu cites aussi Charles Bukowsky « avec qui [je n’ai] en commun que d’être un “vieux dégueulasse” ». Mais tu crois savoir qu’au moins lui « ne s’aimait pas autant » que moi. Je n’ai hélas rien à dire sur ce point de psychologique comparée, mais je constate que ces trois personnages ont beaucoup fait (et continuent pour les survivants [1]) ce que je me suis précisément refusé à faire.

Capture d’écran 2016-08-14 à 19.22.59

   Il est vrai que Google ne simplifie pas les choses…

Entendons-nous — le principe d’une lettre ouverte est qu’elle est lue par d’autres que son ou sa principale destinataire —, je ne gaspille pas mon énergie à me défendre ici d’être assimilable à Onfray ou à Bukowsky. C’est un procédé polémique dont je ne pense pas que tu attends toi-même grand-chose. Puisque, pour accéder partiellement à ta demande, je ne reproduis pas l’intégralité de ton message, j’aurais pu sans dommage ignorer simplement ces piques. Si je ne le fais pas, c’est que je pense qu’il y a dans ta réaction quelque chose qui concerne la relation (forcément décevante) avec une personne affligée d’une notoriété quelconque, aussi infinitésimale soit-elle. Je ne suis pas certain de pouvoir préciser ça, mais tant pis.

Il est énormément question de sexe dans ton message. À défaut de me choquer, ça m’a d’abord beaucoup étonné.

Que tu me traites de « vieux dégueulasse narcissique », encore… C’est vague et un peu cliché, mais comme disent les avocats : « Ça se perd, mais ça se plaide ! »

Mais voici un passage plus complexe :

Les vieux libidineux, collectionneurs de conquêtes et vantards, amateurs de chair fraîche, provocateurs de mauvaise qualité et de mentalité bourgeoise bien franchouillarde me dégoûtent profondément et physiquement et je ne cherche aucun “frère”, je te laisse à ce genre de considérations hors-propos et hors-sujet, avec ta bite et ton blog qui n’intéressent plus personne.

On admettra que le « vieux libidineux » est un quasi-clone du « vieux dégueulasse », mais je tiens à faire remarquer solennellement que ces expressions sont entachées d’un âgisme évident. Qui a jamais songé en effet à critiquer un « jeune libidineux » ? Le jeune libidineux, tant qu’il surveille un peu son comportement social, est communément jugé comme constitué et adoubé par la « Nature ». La « jeune libidineuse », elle, est beaucoup plus mal vue. Le « vieux », pour ne rien dire de la « vieille », a perdu le droit social d’être libidineux, c’est-à-dire qu’il et elle ont perdu le droit de désirer et d’être désiré(e).

Tu me faisais part, dans un précédent message, de ton hostilité foncière à toute séparation, à toute « non mixité » (de genre ou de couleur de peau), et je suppose à toute ségrégation. Eh bien ! qu’est-ce que ça serait !

« Collectionneurs de conquêtes et vantards, amateurs de chair fraîche ». Voilà la catégorie à laquelle je suis censé appartenir.

Je mets d’abord le doigt sur un mystère insondable à mes yeux : Comment est-il possible que cet aspect répugnant de ma personnalité ait pu t’échapper jusqu’ici ? Comment as-tu pu rechercher le contact intellectuel (courriels, proposition de rencontre) avec un être qui déjà, nécessairement, te « dégoûtait profondément et physiquement » ? Par quel étrange miracle tes yeux se sont-ils dessillés au moment précis où tu as lu sous ma plume que je désapprouvais l’agression d’un camarade ? Idem d’ailleurs pour ce qui est de certains passages de Suicide, mode d’emploi sur lesquels Yves Coleman, que tu suis, est revenu.

Je ne te reproche pas de ne pas détenir les réponses à ces questions… Elles doivent reposer assez profond dans ta psyché, et en ce moment, par ma faute ! tu es précisément « hors de toi ». Mais, à l’occasion…

Une remarque maintenant sur l’« amateur de chair fraîche ».

Je ne te connais pas, mais je te supposais au-dessus de ces clichés (oui, encore un). Quand tu utilises une expression de ce type, tu me prêtes un fantasme qui se forme dans ta tête ; il t’appartient en propre, lui et tout ce qui peut l’accompagner, que je ne veux pas connaître. Je n’ai jamais, moi, pensé à une fille comme à de la « chair fraîche ». Ni quand je la vois — inconnue — passer dans la rue ni quand je la découvre dans mes bras.

Pourquoi est-il question de « frère » entre nous ? Et pourquoi juges-tu mon allusion à la fraternité un « petit coup rhétorique MINABLE » ? À dire vrai, je ne peux fournir la réponse qu’à la première question. Tu signais un courriel, à moi adressé le 9 juin dernier : « Fraternellement, enfin j’espère ». Voilà ! c’est tout de mon côté.

C’est bien aimable à toi de me laisser avec « ma bite et mon blog », équipements avec lesquels je peux au moins meubler mon isolement supposé…

Je note au passage que cette — très surprenante ! — mention de mon pénis, « qui n’intéresse plus personne » (mais je suis touché que toi, au moins, tu y penses) est un peu contradictoire avec le qualificatif « libidineux », qui signifie « qui recherche constamment et sans pudeur des satisfactions sexuelles ».

Je t’entends grommeler ce que tu m’écris par ailleurs : « des mots, toujours des mots » ! Mais oui… Il me semble que tu utilises les tiens bien légèrement pour quelqu’un qui pousse la sévérité avec ceux des autres jusqu’à la violence physique !

À un moment, tu attribues le « retard » (dans ta tête !) mis à répondre à l’un de tes messages à la cause suivante : « Probablement que tu étais en pourparlers avec tes organes génitaux, puisqu’ils sont la matrice de tes idées ».

Capture d’écran 2014-12-16 à 13.23.14

Mon cerveau (flasque)  par Edmond Baudoin.

Est-ce que ça ne tournerait pas à l’obsession, chez toi ? Cela dit, en bon matérialiste, je considère en effet que la matrice de mes idées se trouve dans mes organes, et il est vrai que « penser avec sa queue » est un reproche que des féministes (que tu ne dois pas apprécier beaucoup, si ?) font volontiers à certains hommes. Si j’en crois mon expérience — ne dis pas que tu n’en a rien à faire ! c’est toi qui m’en parles ! — mon système digestif joue un rôle nettement plus important dans l’expression et la détermination de mon humeur que mon pénis ou mes gonades.

Quand tu signes ton message, tu utilises, entre autres, les expressions suivantes pour te définir : « Un racisé.e comme tu les aimes, plus assez jeune peut-être, trop métissé surement ».

Tu te rends compte, j’espère, que tu te décris toi-même comme un objet ou plutôt comme un non-objet de désir, de mon désir. Voilà qui ajoute à ton message une touche de dépit amoureux. Je n’y vois aucun inconvénient d’ordre moral, bien entendu, mais une fois de plus je suis surpris (le mot est faible) de la tournure inattendu d’une polémique théorique.

[Pour les lectrices et lecteurs non averti(e)s, précisons que le terme « racisé » désigne (dans mon esprit) des personnes assignées à une pseudo-identité raciale par des discriminations et théories racistes. Mon correspondant semble récuser ce terme.]

Donc :

a) « Un racisé comme tu les aimes » ; doit être une allusion, mais je ne sais pas très bien à quoi. Peut-être simplement à l’emploi du terme lui-même.

b) « Plus assez jeune peut-être » ; on retrouve ici, j’imagine, mon goût supposé pour la « chair fraîche ».

c) « Trop métissé sûrement » ; là, je sèche ! Me soupçonner d’une phobie du métissage… Mon pauvre garçon, si tu savais ! Mais tu n’as pas à savoir.

Pour ce qui te concerne, j’ai en tête l’image (vague, je le reconnais, nous nous sommes croisés trois fois au plus) d’un plutôt joli garçon, avec de la prestance. Si jamais ça peut t’aider en quoi que ce soit, j’en serais heureux (les comportements violents inappropriés sont parfois, je ne généralise pas, liés à des complexes ; et je n’éprouve aucune gêne à reconnaître des qualités à quelqu’un à qui je m’oppose).

À ce propos, justement, tu tempères le diagnostic de sottise que tu m’infliges par la notation suivante : « Tu es un idiot, mais je te l’accorde, un idiot flamboyant, un dandy oncle fétide ». Je soupçonne une référence culturelle qui m’échappe dans la seconde expression ; je passe donc. Flamboyant ! Voilà un qualificatif que je n’arrive pas à trouver flatteur, tant il est éloigné de mes sensations quotidiennes. J’éprouve chaque jour, depuis une quinzaine d’années, les atteintes de l’âge et de la maladie ; je m’agace d’avoir l’esprit aussi lent, une mémoire nulle, une capacité de travail, de synthèse et de concentration misérable comparée aux nécessités des taches que je me suis fixées. Je passe infiniment de temps à assurer ma survie biologique, à colmater les voies d’eau toujours rouvertes du vaisseau et à récupérer et entretenir une énergie vitale toujours plus coûteuse à produire. Idiot ? Mais non ! et tu n’y crois pas plus que moi. Mais tout sauf flamboyant, hélas ! Cela dit, quand je sors de chez moi, sans même parler des jours où je suis amoureux, pour ne rien dire de ceux où je me sais aimé, j’ai le goût de m’habiller autrement qu’un membre du Black bloc. Il n’en faut pas davantage dans nos milieux pour acquérir une réputation de dandy…

En relisant ton texte, c’est l’inconvénient — pour le lecteur « extérieur » surtout — de ne pouvoir l’appréhender dans son ensemble, je remarque deux occurrences de l’expression coming out, utilisée, comme tu ne l’ignores pas, pour désigner le fait pour une personne homosexuelle de rendre publique ses inclinations érotiques. Encore une occasion pour toi de m’associer à une thématique érotique, ici clairement homosexuelle… Je ferais donc un « coming out racialiste », doublé d’un « coming out milieutiste ».

« Racialiste » ? Il se confirme, mon pauvre garçon, que tu nages en plein délire. Je ne manque jamais une occasion, encore tout récemment avec la republication d’un dossier d’Oiseau-tempête et une critique d’Onfray, de rappeler que je suis hostile à toute idée de « race ». Comment pourrais-je avoir à « reconnaître » l’inverse ? Quant au « coming out milieutiste », je ne sais pas de quoi il peut bien s’agir. C’est sans doute que j’ai une conscience lacunaire de mes fautes…

Dis-moi, quand tu parles de « rumeurs de bruits de couloir sur des rumeurs », ferais-tu allusion au projet de casser la gueule à Éric Hazan ? Si c’est le cas, ou bien tu crains les retombées de cette information, ou bien vraiment tu sous-estimes la bêtise crasse de certains de tes nouveaux amis, qui n’en sont pas aux premières menaces de ce genre (surtout sur des hommes âgés d’ailleurs ; tu me diras que c’est une perversion comme une autre !). C’est toi qui devrais te renseigner, et surveiller tes fréquentations.

[J’apprends, après avoir rédigé cet alinéa que Éric Hazan a déjà été agressé (une simple claque, m’assure-t-on), et pas par qui je visais dans ces quelques lignes. Tu vois donc 1- qu’il ne s’agit pas de rumeur 2- que le pire reste à craindre.]

Tu m’expliques pourquoi tu as éprouvé du « respect » pour moi dans le passé, ce qui explique que ta colère est d’autant plus grande aujourd’hui : « Je suis d’autant plus hors de moi et “fou dangereux”, parce que j’ai respectueusement cherché à dialoguer avec toi sur du fond, par mail, te donner mon humble avis de lecteur sur tes dernières publications, avec une forte cordialité respectueuse à la mémoire du fait que la lecture de certains de tes textes avaient bercés mon adolescence, je me souviens même d’un moment […] pendant lequel il ne me restait à lire qu’un de tes bouquins, une lecture qui m’avait apporté une éphémère porte de sortie dans un moment difficile. »

Voilà qui me touche d’autant plus que c’est évidemment pour ça, être utile, que je publie des articles, des tracts et des livres depuis près de quarante ans. Et non pour gagner de l’argent, être « reconnu », encore moins être aimé. Il aurait fallu, pour viser ces objectifs, écrire d’autres livres. Passons.

Cela dit, le fait que tu aies trouvé des aliments dans certains de mes écrits ne signifie pas que nous soyons nécessairement appelés à nous entendre, ou que tu doives me trouver sympathique dans la vie. C’est un débat avec beaucoup de mes ami(e)s, qui ne s’intéressent vraiment au travail d’un écrivain ou d’un intellectuel que si sa vie leur semble (à eux !) en adéquation parfaite avec ses écrits. Je ne vois pas les choses comme ça. Je me sers chez tel ou telle, comme au buffet, pour le plaisir ou pour penser, ou les deux.

S’en tenir à ce principe de précaution t’aurait peut-être évité de te sentir affreusement trahi sous le prétexte, qui te paraît décisif, et à moi très mince, que j’ai tardé un mois à répondre à l’un de tes courriels : « Tu as esquivé plutôt que de me répondre pendant plus d’un mois — prétextant des vacances, des voyages, des côôôôônferences d’ôôôôôteurs (nous n’avons pas les mêmes valeurs). »

Le fait qu’il me soit également arrivé de te répondre du jour au lendemain ne compte pas. Tandis que ce mois entier, voire dépassé, sous prétexte que j’aurais eu mieux à faire dans la vie…

Capture d’écran 2016-08-10 à 01.27.27

Nous ne sommes pas en amour, mon cher D. Peut-être aurais-je dû te le signifier plus tôt… Tu fais partie des nombreuses personnes qui m’écrivent pour me demander un renseignement, une explication, un éclaircissement, de lire un texte, etc. Et, oui, comme tout habitant connecté, comme on dit, de la planète, je reçois des dizaines de messages et de textes chaque jour. Je n’en lis qu’une partie, j’en survole beaucoup ; il m’arrive de répondre sur le champ, comme il m’arrive d’en oublier, tout simplement. Y compris quand je me suis juré d’y revenir, par exemple au retour d’un déplacement.

Mes déplacements — et nos «valeurs» respectives…  Tu vois, je te dis tout! J’en ai refusé de très nombreux — presque tous à vrai dire — ces dernières années parce que j’étais trop malade. La dernière année « scolaire », suite à un changement de traitement et une relative amélioration de mon état, j’ai décidé d’accepter la plupart des propositions qui m’étaient faites. C’est ainsi que j’ai animé une dizaine de débats, le plus souvent autour de « Comment peut-on être anarchiste ? », et aussi de « La terrorisation démocratique ». J’ai été très heureux à chaque fois de pouvoir rencontrer des camarades (ou pas !), qui pour certain(e)s espéraient me recevoir depuis des années, mais j’ai aussi été fatigué à chaque fois. Un déplacement de trois jours m’accapare au moins deux jours avant et en réclame deux de récupération. Quant aux « vacances », si j’y ai consacré quinze jours dans la même période, c’est le bout du monde.

Voilà : tout me prends infiniment de temps et d’énergie, et non tu n’as jamais figuré dans mes priorités. C’est dans ta tête uniquement qu’il pouvait en aller autrement, parce que tu t’attendais à ce que l’auteur fantasmé des textes que tu avais appréciés se comporte « en retour » avec toi de telle ou telle manière. Je te dis ça sans méchanceté ni mépris ; c’est simplement la réalité.

De surcroît, tu me fais l’effet, aussi bien dans tes messages « aimables » que dans les « furibonds » d’être dans une logique de « pureté minoritaire ». Tu crois débattre, « naïvement » et « respectueusement » selon tes dires, mais tu demandes des comptes. Après avoir sollicité des messages de soutien à la Discordia, tu n’a rien de plus pressé que d’affirmer que tu préfères n’en pas recevoir qu’en obtenir de personnes qui ne sont pas d’accord avec toi sur tout (y compris le point de savoir qui est « négationniste » et mérite d’être frappé pour ça) : « Alors ta “solidarité de principe”, tu peux bien te la foutre au cul et nous écrire trois billets d’humeur sur ton ressenti d’auteur illustre sur les sensations provoquées par le beau geste en question. »

Eh bien continue de la sorte et tu verras qui finira « isolé ».

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

J’ajoute — c’est peut-être un effet déformant regrettable du blogue polyvalent — que je ne prétends nullement être un groupe politique à moi tout seul, ou une agence de contre-information réagissant instantanément sur tous les sujets intéressant les révolutionnaires. Je fais ce que je peux, comme et quand je peux.

Tu me reproches de vouloir « Aujourd’hui [me] distinguer des positions anarchistes “traditionnelles” devenues minoritaires, pour [me] rallier à un milieu post-modernisé qui rêve de bouffer de la race tous les matins à la petite cuillère conceptuelle. En crachant sur [m]oi-même et sur l’anarchisme au passage ».

Diable ! tu vois comme les points de vue (au sens optique) altèrent la vision : j’étais persuadé d’avoir fait très précisément le contraire de ce que tu fantasmes, notamment dans « Et “dieu ” créa l’“islamophobie”… », qu’il me semble d’ailleurs t’avoir vu republier… Crois moi ou non, je m’y perds !

Tu te trompes, mon cher D., je n’ai nullement « décidé de te mettre hors de toi » ou de t’« instrumentaliser » pour je ne sais quelle sombre manœuvre qui n’existe que dans ton imagination. Lorsqu’une amie m’a appris ton agression contre un camarade, j’en ai été malade, littéralement et physiquement. Non pas seulement par amitié pour le camarade en question — pas un « idiot de best friend for life » comme tu le qualifies, arrête un peu de faire ton jaloux ! un camarade, simplement — mais parce que j’étais navré de ton comportement.

Un camarade, que je connais depuis fort longtemps et qui prends ton parti dans notre querelle, m’écrit : « La guerre aux antisémites et autres racialistes est déclarée, choisis ton camp. »

N’ayant jamais été ni antisémite ni « racialiste », comme en attestent mes écrits et mon militantisme politiques, je ne me sens en aucune façon tenu de choisir un « camp » dans une « guerre » qui aurait été récemment déclarée, si je comprends bien, et dont les lignes de front sont définies par un comité central de cinq personnes.

Que les cibles visées soient des cibles de toujours du mouvement anarchiste révolutionnaire, et qu’elles doivent le rester, certes ! Mais annoncer je ne sais quelle « nouvelle guerre[2] », qui se mènerait non pas politiquement mais dans le pseudo « privé » de rixes interpersonnelles me paraît délirant. Et hélas ! une garantie prémonitoire de défaite.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Tu termines ton courriel par ce qui ressemble bien à des menaces : « Tu vas regretter d’avoir choisi d’instrumentaliser cette histoire précise et moi-même pour faire ton coming out milieutiste, tout se payera. »

Je sais bien que ce genre de propos est un lieu commun des messages haineux. Cependant, je me dois de t’avertir publiquement que toute agression physique contre moi (« simple baffe » comprise, ceci précisé à tout hasard) se « paiera », comme tu dis, de mort.

Il ne me reste plus assez de temps à vivre pour jouer façon cour de récréation avec des justiciers d’opérette. Où tu ravales tes démangeaisons de punitions corporelles — s’il s’agit bien de ça ! —, ou tu finiras à la morgue (toi ou tout émule).

Et puis, figure-toi que j’aimerais bien savoir quel genre de quinquagénaire tu deviendras… Pour ça, il faut que nous vivions assez longtemps tous les deux. Je fais tout ce que peux de mon côté, tâche d’en faire autant du tien !

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 

Catalogue, par ordre d’apparition,

de la vingtaine d’insultes contenues dans le courriel de D. Je ne voudrais encourir le reproche de taire les plus pertinentes ou de donner une image incomplète de l’imagination de mon correspondant. Quelques insultes sont accompagnées d’un commentaire, ou d’une note les éclairant.

 

Lâche. [« Ta lâcheté politique »]

Bernard-Henri Lévy ou Onfray du billet d’humeur.

Auteur libertaire reconnu dans le milieu des auteurs libertaires reconnus [Pas mal, ça !]

Idiot.

Vieux dégueulasse narcissique.

Qui se regarde écrire en ricanant comme un imbécile. [« Si vous pouviez me voir, sur ma table penché, le visage défait par ma littérature, vous sauriez que m’écœure aussi cette aventure, effrayante d’oser découvrir l’or caché sous tant de pourriture. » Jean Genet]

Pauvre dandy qui ne cherche qu’à se distinguer.

Espèce de Jean Grave [Militant anarchiste, 1854-1939, coinitiateur avec Kropotkine du « Manifeste des seize » en faveur de l’Union sacrée contre le militarisme allemand, pendant la Première Guerre mondiale.]

Vieux débris.

Vieux libidineux collectionneur de conquêtes et vantard.

Amateur de chair fraîche.

Provocateur de mauvaise qualité et de mentalité bourgeoise bien franchouillarde.

Vieux Rigouste raté. [*Mathieu Rigouste est notamment l’auteur de L’ennemi intérieur : la généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine, La Découverte, 2009 ; Les marchands de peur : la bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire, Libertalia, 2011.]

Anarcho-éthyliste sur le retour. [Il semble que le camarade agressé buvait une bière au moment de la discussion qui a conduit à l’agression. Ce qui a beaucoup marqué mon correspondant.]

Pauvre crotte sèche.

Connard.

« Antisémite » [J’ajoute des guillemets ; en effet, l’adjectif n’apparaît que dans la phrase « tes considérations antisémites sur “l’humour juif” ».]

Ex-négationniste.

Pauvre beauf pathétique et mondain.

Un tiers mondiste, deux tiers mondain. [À propos de mon soutien aux combattantes du Rojava.]

“Intellectuel anarchiste” de mon cul.

Écrivaillon raté.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Voir sur ce blogue : « Paraître à la télé comme on va au bordel : le conseil “philosophique” de Michel Onfray. ».

[2] Je te renvoie au texte de la brochure des Étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes (ESRI), que j’ai republié sur ce blogue : « Antisémitisme et sionisme ». Elle date de 1900 !