La nostalgie «postalinienne» est ce qu’elle a toujours été: une amnésie de complaisance

Ah! «le quotidien fondé par Jaurès»…

Voilà le rappel qu’on entend le plus souvent proféré à l’heure où, une fois de plus, le journal L’Humanité semble en danger de mort.

Mais L’Huma, c’est aussi, des décennies durant, l’organe du parti communiste d’Union soviétique, avant d’être celui du parti communiste français. Le journal qui calomnie les prolétaires révolutionnaires, les libertaires, les trotskistes, les sans-parti, les spontanéistes, les dissidents, les communistes critiques, et j’en passe…

Pour regrouper les articles qui ont insulté la vérité depuis Jaurès, il faudrait l’intégralité des numéros d’une année entière… ou un très long thread sur Twitter, comme Mathilde Larrère les affectionne. Hélas! la «détricoteuse» autoproclamée est précisément allé place du Colonel Fabien, avec ses aiguilles et sa pelote, dire à quel point L’Huma lui manquerait si par malheur…

Le journal L’Humanité subit, comme tous les autres, la crise qui frappe la presse papier. Comme il est l’organe d’un parti politique en dégringolade (depuis celle du mur de Berlin), plus dure est sa chute.

Comment ne pas s’en réjouir?

Les postaliniens (voir ce mot par le moteur de recherche) voient leur capacité de nuisance et de travestissement idéologique diminuer au fil des ans.

Comment ne pas s’en réjouir?

Leur organe est près de sa fin… Qu’il meurt!

La presse contre-révolutionnaire va perdre un de ses titres: tant mieux!

Le soutien qui lui est apporté à sa dernière heure ne procède pas seulement d’une amnésie, il vaut aussi amnistie. Or je suis de ceux qui considèrent que les crimes contre l’humanité révoltée sont imprescriptibles.

Des postaliniens sans voix (ou dont le chargeur est vide) ne deviennent pas pour autant des camarades. Mes cosociétaires des éditions Libertalia seraient bien inspiré·e·s de se ressaisir, eux qui se croient tenu·e·s – dans l’espoir d’un article? – de répercuter la campagne de soutien: «Nous avons besoin plus que jamais de L’Humanité!»… Sans dec’ ?

Camillo Berneri, reviens! ils sont devenus flous…

1953

1968

1937

Les staliniens traitent de nazis les prolétaires insurgés de Barcelone, membres pour l’essentiel du POUM (marxistes critiques) et des «Amis de Durruti». Pour l’occasion, ils encensent les anarchistes de gouvernement de la CNT.

2019

 

Un stade de l’évolution injustement méprisé…

 

Plus nous en apprenons sur les casseurs-cueilleurs, plus nous réalisons que les croyances culturelles ayant donné naissance au capitalisme de marché moderne ne reflètent pas une «nature humaine» universelle. Les présomptions sur le comportement humain que les membres des sociétés de marché tiennent pour universelles, comme l’idée que les humains sont naturellement compétitifs, cupides, et que la stratification sociale est naturelle, s’effondrent dès lors qu’on étudie les sociétés des peuples de casseurs-cueilleurs.

L’école dominante de la théorie économique du monde industrialisé, l’école néoclassique, considère ces attributs comme essentiels pour le développement économique et l’affluence. Il est vrai que les sociétés de casseurs-cueilleurs présentent une large gamme de schémas culturels, des moins égalitaires et des moins «affluents» selon le terme employé par Sahlins (1972). Pourtant, l’existence de sociétés vivant convenablement, même joyeusement, sans industrie, sans agriculture et avec peu de possessions matérielles invalide le concept de nature humaine auquel croient la plupart des économistes.

John Gowdy, Encyclopédie des casseurs-cueilleurs, Cambridge University Press.

NICKEL NI CHROME

Non, ça ne va pas du tout !

À l’occasion de chaque élection, surtout depuis trente ans, tout se passe comme si les positions que j’affirme le reste du temps étaient de pittoresques fantaisies personnelles, auxquelles il serait opportun et pour tout dire obligatoire de renoncer.

Non seulement c’est une sommation morale qui m’agace infiniment, mais c’est surtout l’occasion d’une disqualification de ce que je fais et de ce que je suis, ce qui m’encolère davantage encore.

Oh bien sûr ! je pourrai « redevenir » anarchiste, et même révolutionnaire – la République est bonne fille ! – une fois la présidentielle et/ou les législatives passées.

Les élections, c’est un peu la guerre de 14-18 en temps de paix.

Ça tombe comme à Gravelotte (Moselle) et il faut choisir son camp contre la barbarie (Heil Kropotkine !).

Mon camp est choisi depuis longtemps : je suis révolutionnaire communiste libertaire.

Cela signifie – je résume ! – que j’analyse le système qui s’est étendu à l’ensemble de la planète comme capitaliste, c’est-à-dire reposant sur l’extraction de la plus-value par l’exploitation du travail humain, la domination d’une classe sociale (bourgeoise), d’un genre (masculin) et d’une classe d’âge (adulte).

Ce système ne recule devant rien : il tue – dans la répression des émeutes et chaque jour, dans les familles et sur les chantiers et dans les usines –, affame, pollue et gaspille les richesses, humaines et naturelles. Ces richesses, je veux les voir produites et préservées autrement. Je veux les voir partagées.

Je n’admets aucune raison de considérer que l’espèce humaine serait parvenue, dans sa courte histoire, au bout de son évolution avec la dite « démocratie représentative », dans laquelle le peuple n’a que le pouvoir de voir le système se représenter lui-même indéfiniment.

Nous avons inventé le roman, le télescope et la greffe du cœur.

Nous pouvons (ré)inventer le partage des décisions, et – pourquoi pas ? – le bonheur. Disons davantage de bonheur, si vous préférez. De toute manière, étant donné le point de départ, notre marge de manœuvre créatrice est considérable.

Cette proposition n’est pas une « opinion », pas non plus une « idée » en laquelle je vous inviterais à « croire ».

C’est un parti pris social, politique et existentiel. Si je ne suis pas toujours en mesure de me montrer à la hauteur de ce parti pris, et des circonstances (ce qui s’appelle le courage), il n’est pas en mon pouvoir d’y renoncer. Je suis fait de la même étoffe que mes rêves. Me les arracher, c’est m’écorcher vif. Je préfère mourir avec mes taches, comme le léopard.

Revenons à l’épisode qui constitue l’actualité nationale.

Un représentant (de commerce) du capitalisme, dans sa forme la plus « moderne » et décomplexée risque d’être élu au second tour, après être arrivé en tête au premier.

Il semble qu’un certain nombre de personnes aient voté pour lui en croyant voter Kennedy, finalement rassurées par son « absence de programme », par ailleurs moquée par ses concurrents.

Son programme étant la continuation du système présent, il n’était pas absurde de sa part de se contenter de faire du bruit avec sa bouche et de montrer ses dents (blanches). J’espère que ses admirateurs et admiratrices se cotiseront pour lui offrir une voiture décapotable… (Je plaisante !)

Sauf vocation politicienne tardive (et toujours possible), ce VRP pratiquera une rénovation capitaliste agressive et pressée, avant de retourner aux affaires (les vraies !). C’est la probabilité, ou au moins la possibilité de mouvements sociaux d’envergure, peut-être dès l’automne prochain.

Mais, nous dit-on, dans une configuration improbable mais non impossible, une héritière d’extrême droite pourrait coiffer le bellâtre sur le poteau…

Version rance et nationaliste du capital. (D’ailleurs impraticable à moyen terme, ce qui n’empêchera pas les dégâts dans l’immédiat.)

Épiciers en folie, flicaille et miliciens sans retenue, répression politique et raciste (encore !) augmentée…

Voilà qui devrait, par raison raisonnante, amener l’électorat de gauche et d’extrême gauche, et moi, et moi, et moi (si j’étais inscrit sur les listes…) à voter pour Dents blanches. Ça ne risque pas de m’arriver, vous l’avez compris, mais je pense aux autres. Et voilà ce que j’ai à leur dire : si la seule chose que vous avez à opposer au néofascisme est un bulletin de vote, soyez gentils de rester chez vous entre les deux tours, et après aussi : vous risqueriez de vous trouver dans ma ligne de mire par accident (Je ne plaisante plus.)

Il ne s’agit nullement dans mon esprit de prôner une « politique du pire » que j’ai toujours condamnée (pas parce qu’elle est indigne moralement, mais parce que l’histoire nous enseigne qu’elle n’a jamais rien apporté). Il s’agit de comprendre que le score de l’extrême droite ne dépend pas des reports de voix ou du taux d’abstention, mais de l’état des rapports et des luttes de classes.

Je ne pense pas non plus que les nombreux et nombreuses parmi vous qui iront voter « contre le FN », en se bouchant le nez avec ou sans pince à linge, laisseront leur âme dans l’isoloir.

Je pense simplement qu’il y a mieux à dire et à faire.

Et, contre les urnes, d’autres armes à fourbir.

Je préfère l’odeur de la poudre au goût de la cendre.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

Ce texte a été repris sur Le Pressoir (voir liste des liens dans la colonne droite) et ici aussi, et chez Les Déserteurs actifs.