“La charge ne supporte pas l’échec”. Philosophie et tagadatactique du gendarme

à la mémoire de Rémi Fraisse

Capture d’écran 2016-05-29 à 17.11.30

Vous êtes curieux/se de savoir en vertu (si j’ose dire !) de quels textes les gendarmes vous cognent dessus dans les manifestations contre la dite « Loi Travail » ? Ce document de formation gendarmesque d’une cinquantaine de pages illustrées — quoique fort laid — est pour vous !

Capture d’écran 2016-05-29 à 16.40.59

Vous y apprendrez que, pour le gendarme occupé à sa mission de « maintien de l’ordre (MO) » et de « rétablissement de l’ordre (RO) » (la nuance est subtile, je vous l’accorde), vous n’êtes pas un « ennemi », mais un « adversaire », ce qui vous rassurera certainement, tant cette virile nuance autorise l’espoir de fraternisations d’après-conflits[1]. Vous y découvrirez la différence entre la « vague de refoulement » et la « vague de ratissage »… Vous saurez reconnaître le peloton « Bravo » selon qu’il est disposé en « quaternaire » ou en « modulaire ». Vous distinguerez au premier coup d’œil le « barrage d’arrêt fixe ferme », le « barrage d’arrêt mobile », le « barrage de canalisation », sans parler du classique « barrage filtrant ». Vous comprendrez enfin — ce retard de connaissance a pu vous causer quelques problèmes ces dernières semaines — pourquoi il arrive que les forces de l’ordre envoient au-dessus de vos têtes une belle fusée rouge (non, ça n’est pas pour faire joli !).

Des schémas, vraiment très moches ! vous aideront néanmoins à faire, en famille, des exercices collectifs et à apprendre à vos enfants à éviter les « tirs cougar [sic] » de grenades lacrymogènes…

Ne me remerciez pas de cette contribution à la paix des foyers et à l’éducation des plus jeunes, c’est vous qui avez payé ce « livret » de vos impôts, et nous n’avons pas fini d’en payer les conséquences.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Il est à noter que « la manifestante » n’existe pas : l’adversaire a des couilles, et c’est pour ça qu’il doit être respecté.

TÉLÉCHARGEZ ICI 
LE LIVRET AU FORMAT PDF

Les gendarmes limousins repèrent la «Mouvance anarcho-autonome» entre les lignes

Un article de Mediapart nous apprend que la Gendarmerie a trouvé le moyen de lier dans une nouvelle trame fictionnelle Tarnac et la fameuse « Mouvance anarcho-autonome », dont j’avais retracé la généalogie sur ce blogue.

Incapables de s’adapter aux nouvelles formes de mobilisation, et même de les concevoir[1], les gens d’armes continuent d’appliquer des schémas militaires et policiers du XVIIIe siècle à des coordinations et des regroupements de circonstance.

C’est ainsi que l’éphémère et ectoplasmique « Assemblée populaire du Plateau de Millevaches », qui avait appelé au « blocage » de gendarmeries et de commissariats pour protester contre l’assassinat de Rémi Fraisse, semble apparaître aux pandores comme une espèce de nouvelle incarnation du « Comité invisible ».

Une nouveauté dans cette énième mouture d’un mauvais scénario, c’est l’apparition d’un deuxième chef d’orchestre clandestin : Serge Quadruppani. On sait (ou l’on apprendra) que je n’ai guère d’estime pour le personnage. Je serais assez tenté d’ironiser ici sur le fait que la gendarmerie confonde l’achat d’une maison de campagne[2] en vue d’une pré-retraite bien gagnée avec la démarche du général rejoignant le quartier général de l’insurrection qui vient.

Je crains que l’on ne puisse pas faire qu’en sourire.

En effet, nous assistons, après le fiasco de l’instruction judiciaire de l’ « Affaire Tarnac » et juste avant le procès qui va la conclure, à une tentative de « regonfler » le mythe de la pseudo-« mouvance anarcho-autonome » par l’adjonction… d’une nouvelle plume.

On vient d’apprendre que le FBI a surveillé Ray Bradbury pendant des décennies, incapable de trouver quoi que ce soit à lui reprocher, et contraint à hasarder une critique idéologico-policière du genre science-fiction…

Voilà qu’après avoir fait du livre L’Insurrection qui vient (dont je viens d’avouer ici-même la paternité) le pivot du dossier Tarnac, les flics ajoutent une nouvelle silhouette de « nègre » à celle de Coupat.

Certes on peut diagnostiquer là une réconfortante marque de confiance dans la puissance de la littérature (et du verbe, puisque ces crétins ont fait des analyses pour attribuer à Quadruppani la lecture du commentaire du film ci-dessous). Cependant, étant donné l’armement (lourd) et les multiples capacités de nuisance de ces services d’État, le fait qu’ils fassent montre d’une aussi abyssale connerie fait froid dans le dos !

Pour ces gens (d’armes), une société est hiérarchisée, un groupe a un chef, un texte a un auteur. Le texte étant le programme du groupe, il n’y a qu’à trouver l’auteur pour décapiter la hiérarchie. CQFD.

Bref, si le contrôle au faciès est plus que jamais d’actualité dans la « prévention anti-terroriste », l’insurrectionnalisme caucasien en général, et corrézien en particulier, sera désormais détecté et pourchassé selon la bibliothèque et la bibliographie des suspects.

On les tient, chef !

Capture d’écran 2014-12-14 à 12.23.24

Extrait de l’article de Mediapart dans lequel est cité le rapport de gendarmerie

À défaut de faits, il faut donc pas mal d’inspiration à la section de recherche de Limoges pour conclure le 18 mai 2015 à une action « d’individus formant la frange radicale de la mouvance anarchiste (…) regroupés autour d’une organisation auto-baptisée “Assemblée Populaire du Plateau de Millevaches” ». Dans ce rapport de synthèse, l’enquêteur voit dans l’Assemblée une « structure clandestine dont la finalité portait sur des opérations de déstabilisation de l’État par des actions violentes ». Et, dans une vision très policière, il la dote de deux théoriciens, Julien Coupat et le romancier Serge Quadruppani.

Voici l’intégralité du passage intitulé « Historique de la mouvance anarchiste du Limousin ».

« Dans les années 90 jusqu’au début des années 2000, des individus affiliés à des mouvements libertaires d’ultra-gauche s’installaient en Haute-Vienne, notamment dans les communes de Nouic, Blond, Cieux et surtout Bussière-Boffy. Ces installations accompagnées d’implantations de yourtes engendraient une profonde discorde avec les élus et la population.

À partir de 2008 et suite à la médiatisation de l’affaire “des inculpés de Tarnac”, de nombreux membres se revendiquant des milieux anarcho-autonomes rejoignaient le “Plateau de Millevaches” situé aux confins des trois départements de la région du Limousin pour se rassembler autour de leur leader charismatique et idéologue, le nommé Julien Coupat (mis en examen et incarcéré dans l’affaire citée supra relative à des actes de terrorisme sur les lignes du TGV français). Ces nouveaux arrivants bénéficiaient alors d’appuis de certains élus locaux et de personnes déjà installées et ralliées à leur cause. Au fil du temps, émergeait alors une structure clandestine dont la finalité portait sur des opérations de déstabilisation de l’État par des actions violentes menées au cours des manifestations d’importance.

Cette communauté anarchiste se regroupait finalement dans un mouvement baptisé “L’assemblée populaire du Plateau de Millevaches”. Son observation permettait de mettre en évidence que celle-ci était régulièrement fréquentée par de nombreux sympathisants belges, suisses, italiens et allemands ainsi que par de jeunes activistes originaires de différentes régions de France. Très méfiants, les membres de cette mouvance adoptaient une attitude de délinquants d’habitude. Au delà de ce mode de vie qui s’apparentait à la théorie prônée par Coupat Julien et Quadruppani Serge (considéré comme l’un des fondateurs), ces individus affichaient une volonté d’agir de manière concertée avec comme seul but de porter atteinte à l’État, à l’autorité de celui-ci et à ses infrastructures. Ils obéissaient ainsi à une doctrine “philosophico-insurrectionnaliste”, tel qu’il était mentionné dans un pamphlet intitulé “L’insurrection qui vient”.

De ce fait, ils s’agrégeaient systématiquement à des mouvements de mécontentement écologistes, altermondialistes, anti-nucléaires, etc., prenant systématiquement pour prétexte certaines initiatives gouvernementales qu’ils baptisaient de “grands projets inutiles et imposés par le gouvernement ou les collectivités territoriales”. La violence à l’égard des forces de l’ordre avec la volonté de porter atteinte à leur intégrité physique apparaissait toujours dans les slogans de ces individus.

La mort de Fraisse Rémi donnait alors une nouvelle tribune à ces activistes et servait d’argument aux fins de mener des actions violentes contre les intérêts de l’État et ses représentants. Ils espéraient ainsi entraîner dans leur sillage les lycéens, écologistes, anticapitalistes, etc., souhaitant défendre cette cause et dénoncer la position du gouvernement. »

Ci-dessous l’«Appel» dans lequel les gendarmes ont voulu entendre la voix de Quadruppani (une chose est certaine, ça n’est pas lui qui parle!) et peut-être lire sa prose.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Ce qui pourrait faire seulement rire, si hélas ! la même lamentable incapacité ne les paralysait quand il s’agit de comprendre la galaxie islamiste.

[2] Serge… Pas une yourte, tout de même ?

“SIVENS SANS RETENUE”, un barrage contre l’oubli

Capture d’écran 2015-04-16 à 10.38.59

Dans notre série «Il n’est jamais trop tard pour bien faire», et pour lire un livre intéressant, je signale le recueil de textes — articles, tracts et les sept numéros du bulletin Sans aucune retenue disponibles sur ce blogue — publié à la fin de l’année dernière aux Éditions La Lenteur (un deuil personnel et l’actualité tragique de janvier 2015 me l’ont fait oublier sous une pile de journaux) : Sivens sans retenue. Feuilles d’automnes 2014 (158 p., 12€).

Le livre est disponible dans les bonnes librairies et via Hobo diffusion.

C’est une excellente initiative d’avoir réuni des textes dont tous n’ont pas connu le succès mérité du bulletin sus-cité. Ils sont la confirmation qu’à condition qu’une démarche d’archivage et de rediffusion soit entreprise, les luttes, même lorsqu’elles n’ont pas tourné comme nous l’aurions souhaité, laissent des traces et des enseignements. Elles ont changé celles et ceux qui les ont menées. Elles leur ont permis de réfléchir dans une pratique militante concrète à des questions qui agitent la philosophie depuis toujours : ici, par exemple, le rapport à la «nature», ou à la violence, comme le faisait le texte «Un barrage contre le pacifisme».

Ajoutons que ce livre est aussi un hommage à Rémi Fraisse, dont le nom reste désormais associé non seulement à la lutte de Sivens, mais à la nécessité de lutter contre les grands projets nuisibles, à commencer par celui qui les suscite tous: le capitalisme.

PRÊCHE TRAGIQUE À “CHARLIE HEBDO” : 12 MORTS. Pour qui travaillent les assassins?

Gueule en deuil

D’abord une remarque concernant le titre de ce billet. L’hebdomadaire Charlie hebdo s’est toujours distingué par un mauvais goût transgressif assumé, se moquant de toutes espèces de victimes : le général de Gaulle (dans une formule célèbre qui est à l’origine de mon titre : « Bal tragique à Colombey : un mort »), mais aussi les victimes d’un incendie dans une discothèque ou des enfants dans un car scolaire.

Les gens qui seraient choqués (c’est leur droit) manifestent leur allergie à ce qu’a toujours été Charlie hebdo (c’est encore leur droit). Ils seront bien aimables de nous épargner le couplet ému sur Charlie hebdo comme incarnation de la liberté d’expression.

Ensuite, et ça n’est pas contradictoire, ma pensée va évidemment à tous les proches des victimes et aux blessé(e)s. À destination des crétins (je sais qu’il y en a) ricanant que je n’ai sans doute pas les mêmes pensées compatissantes l’égard des Palestinien(ne)s lorsqu’ils et elles meurent sous les bombes israéliennes, j’ajoute que si, j’ai les mêmes, et que je récuse absolument l’argument sous-jacent selon lequel assassiner les dessinateurs de Charlie hebdo pourrait se parer en quoi que ce soit de l’argument d’une solidarité avec la Palestine.

Pour qui travaillent les assassins ? La question est formulée de manière rhétorique, que je dois corriger aussitôt. Peu m’importe si ces assassins sont payés ou non, et par qui. Peu m’importe encore ce qu’ils croient faire. Ce qui m’intéresse, c’est ce que produit leur geste.

Les assassins fournissent à l’État une incarnation presque caricaturale du terrorisme. Leur geste entraîne immédiatement la réactivation de mesures de type Vigipirate, mais ce qui est plus grave, il fournit un argument facile pour justifier le récent renforcement des lois dites « antiterroristes », et le suivant, qui ne saurait tarder.

Ce faisant, les assassins renforcent l’État et nuisent à toutes les forces de contestation que les textes « antiterroristes » permettent de surveiller et de réprimer. Ils rendent plus difficile la critique du système. On peut parier qu’ils s’en moquent

Par ailleurs, les assassins se font les attachés de presse bénévoles — à la stratégie certes un peu agressive — du récent livre de Michel Houellebecq, Soumission. Ils rendent également un grand service à des gens comme Zemmour, prochain invité d’Alain Finkielkraut, le 10 janvier, dans son émission de France-Culture « Répliques ».

Il va de soi que les trois personnages ci-dessus mentionnés condamneront fermement, et sincèrement, le massacre commis à Charlie hebdo. Ce qu’ils croient n’a pas plus d’intérêt que ce que croient les assassins. Je m’intéresse à ce qu’ils font. Tous trois répandent, avec des différences voire des divergences personnelles, le mythe d’une défaite de la société française devant un Islam conquérant. Le mythe allant jusqu’au délire d’un prétendu « grand remplacement », affirmé par le misérable Renaud Camus, qui a cessé (?) de compter les juifs à France culture pour compter les musulmans partout (c’est-à-dire probablement dans sa cervelle malade, les « arabes »).

Lequel Camus est protégé par Finkielkraut, qui estime bon et utile de lui donner la parole sur l’un des rares médias où il n’intervient pas déjà, pour des raisons qu’il faudrait une longue psychanalyse pour élucider (il semble que pour ces pauvres gens, le seul choix possible est celui du fantasme idéologique auquel se « soumettre », comme dit Houellebecq).

« Prêche tragique ». C’est suggérer qu’il est légitime d’établir une relation entre les assassins et leur religion. Ces gens tuent au nom de « dieu ». Je ne suis pas spécialiste de « dieu », mais il me semble que ça doit avoir un rapport avec « lui », non ? Je sais que certains vont se vanter de « l’ »avoir eu au téléphone et que non, il condamne l’attentat (tout ça est du déjà vu). On en est réduit à choisir entre différents frappadingues (et oui, comme n’importe qui, en situation, je préfère ceux qui n’ont pas de mitraillette à la main).

Ici, certain(e)s se récrieront contre l’invitation faite aux musulman(e)s de manifester leur réprobation envers les actes commis par des gens supposés adorer le même « dieu » qu’eux. C’est pousser l’hospitalité laïque jusqu’à la niaiserie. Si demain un crétin se réclamant de l’anarchisme posait une bombe dans une mosquée, par exemple (contre toute religion et pour le droit au blasphème) ou dans un restaurant chic (contre les « bourgeois », cela s’est vu à la période dite de la « propagande par le fait »), je me sentirais, en tant qu’anarchiste révolutionnaire, tenu d’exprimer ma condamnation et mon analyse des faits. Je jugerais parfaitement légitime d’être interpellé, en privé et en public, sur cette question. Je ne vois pas pourquoi d’autres ne seraient pas requis de la même manière.

Certes, comme je l’ai évoqué plus haut, ce type d’événement fait nécessairement le jeu de diverses formes de propagandes racistes. Vous en parlerez aux assassins, si la police ne les élimine pas sommairement.

Le renouveau religieux, qui plus est principalement dans une partie de la population française issue de l’immigration, donc victime de discriminations racistes, pose des problèmes stratégiques complexes pour les militant(e)s révolutionnaires athées. Je ne prétends pas fournir dans ces notes rapides des réponses efficientes.

Il est frappant de constater combien ces adversaires mortels (du point de vue des islamistes au moins) partagent certaines réactions archaïques, parfois transformées en positions « philosophiques », comme la misogynie. Les djihadistes et Zemmour se font grosso modo la même idée de « la femme ». Finkielkraut, lui n’est pas d’accord, il a promis de le dire à Zemmour, mais il voit dans les soirées de Strauss-Kahn avec des prostituées la preuve « qu’il aime les femmes », et il s’excuse de prononcer le mot « vagin » à l’antenne…

Dans un récent article de Médiapart (payant), « L’idéologie meurtrière promue par Zemmour », Edwy Plenel souligne un point commun des contempteurs du « déclin français » devant un « péril musulman » : ils font remonter son origine à la Révolution française, aux Lumières et à la théorie du droit naturel. Remarquable contresens des imbéciles pour qui la première République instaurant la laïcité aurait jeté les bases d’une société perméable à la religion… Or les islamistes eux-aussi condamnent le droit naturel, mais cette fois comme un symbole de l’Occident impérialiste, et non plus comme la source de son déclin !

La Révolution française a posé beaucoup des questions qui se posent encore à nous aujourd’hui. Notamment en ce qui concerne la laïcité et la lutte contre les superstitions religieuses : ce qui est légitime, et plus encore ce qui est efficace dans ce domaine. Il nous faut, il nous faudra continuer d’y réfléchir, sous le feu croisé — au sens propre hélas — des fanatiques religieux de tous bords (souvenons-nous de l’attentat contre un cinéma du quartier latin projetant un film jugé « anti-chrétien »), des propagandistes néo-vichyssois et racistes, et des flics démocrates.

Un mot pour clore ces notes : ça n’est pas la première fois dans l’histoire de ce pays qu’insulter une prétendue « divinité » mène à la mort, mais en effet il y avait longtemps que cela n’était pas arrivé.

On nous avait rappelé récemment — hommage à Rémi Fraisse ! — que manifester aussi peut être mortel (cela pourrait inciter certains politiques à davantage de retenue dans leurs larmoiements).

Bref, être humain(e), debout et sans dieu est aussi mortel que la vie elle-même. Cela fera sans doute un peu plus peur à celles et ceux qui n’osaient plus manifester par crainte des balles de caoutchouc.

Je les comprends, mais je manifeste. Sans dieu ni maître. Plus encore : contre tous les dieux, tous les maîtres, et leurs répugnants nervis: violeurs, exciseurs, assassins.

Sans avoir le moins du monde le goût du martyr, force est de constater que l’on ne saurait vivre sans prendre le risque de mourir. Autant que ce soit dans la dignité.

 

 

UN MONDE SANS POLICES ET SANS PRISONS, plutôt qu’un monde sans Rémi…

copy-capture-d_ecc81cran-2014-11-09-acc80-01-10-09-e1415491935357.png

 

Ce que nous voulons :

UN MONDE SANS POLICES NI PRISONS

…PLUTÔT QU’UN MONDE SANS Rémi, Alexis, Cyril, Carlos, Loic, Christian, Pérrine, Lahoucine, Yacine, Abdelghani, Noureddin, Nabil, Youssef, Mohamed, Christian, Mohamed, Ahamadou, Abdelilah, Amine, Wissam, Serge, Mohamed, Kévin, Nabil, Steve, Ahmed, Mostepha, Malek, Joseph, Mahamadou, Louis, Luigi, Lassana, Karim, Ali, Yakou, Hakim, Christian, Mohamed, Mohamed, Hakim, Abdel Akhim, Naguib, Ilies, Mohamed, Joseph, Baba, Réda, Jonathan, Tina, Raouf, Moushin, Larami, Joseph, Louis, Olivier, Nelson, Chulan, Gérard, Mohamed, Lamine, Fethi, Julien, Guillaune, Taoufik, Vilhelm, Karim, Abou, Bouna, Zyed, Abdelhafid, Hassan, Ibrahim, Mickaël, Abdelkarim, Moktar, Léon, Kanavathipphillai, Aurélien, Mariane, Nicolas, Mourad, Georges, Xavier, Moussa, Mohamed, Ricardo, Abdel Ila, Hocine, Saida, Stéphane, Edouard, Djamel, Redouane, Jeremy, Manuel, Ali, Riad, Jérémie, Vital, Éric…

…et tous les autres tué(e)s par DES FLICS ET DES MATONS.

 

copy-capture-d_ecc81cran-2014-11-08-acc80-23-10-36.png

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

Note. J’ai élargi au système pénitentiaire un «slogan» qui ne concernait à l’origine que la police. Cela exigera, hélas ! d’allonger considérablement la liste des victimes (je publierai une liste revue et corrigée si on me l’envoie).

Reste que l’idée de ce «slogan» en forme de martyrologe ne présente pas seulement un intérêt «dramatique». Il répond du tac au tac à la réaction courante et défaitiste, que nous avons tous et toutes entendue mille fois: «Mais c’est pas possible, un monde sans police ! (sans prison, etc. on peut décliner)».

Nous répondons:

Ce qui est impossible, ce qui est invivable pour nous, c’est un monde où nous sommes privé(e)s de Rémi, Yacine, Vital (ajouté), Éric (ajouté), Noureddin, et tant d’autres, tués par des flics et des matons…

À tous ceux et toutes celles qui ont du mal à respirer…

Appel reçu de New-York.

Ou…

…«Du caractère enthousiasmant — et des limites — de l’“optimisme de la volonté” ».

Car non, hélas ! il ne «suffit» pas que nous voulions quelque chose pour le rendre possible.

Mais ça aide beaucoup !

Et non, ça n’est pas «l’Amérique entière» qui reprend ses affaires en mains. Mais à cette partie de l’Amérique, nous renvoyons le fraternel salut qu’elle nous adresse en criant le nom de Rémi Fraisse dans les rues de New-York.

Lettre ouverte de Farid El Yamni, frère de Wissam, assassiné par la police, à la mère de Rémi Fraisse

La lettre qui suit est adressée par Farid El Yamni, frère de Wissam — assassiné par la police à Clermont Ferrand, le 1er janvier 2012 — à la mère de Rémi Fraisse. Il a voulu qu’elle soit rendue publique.Je la republie ici, bien qu’elle soit déjà disponible sur de nombreux sites.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

À l’heure où sur Paris on condamne les manifestations violentes et où on loue les sit-in pacifiques, je vous écris cette lettre.

J’ai perdu mon frère dans des conditions très proches de celles dans lesquelles vous avez perdu votre fils. Mon frère qui prenait tant soin de ma mère nous a quitté, il ne reviendra plus. La perte de mon frère était sur le coup une douleur immense que je ressens à chaque fois que l’État assassine à nouveau. « Là où croît le danger croît aussi ce qui sauve » disait quelqu’un. À chaque fois que l’État assassine on a aussi l’opportunité de l’arrêter, de le contraindre à changer et de rendre la dignité perdue à tous les autres.

Par la mort de Rémi se noue beaucoup plus que l’histoire d’une vie, il se noue notre vie à tous, individuellement et collectivement. La criminalisation qui a été opérée est terrible, ça a été la même chose pour nous. J’ai compris plus tard qu’elle était voulue. Je ne voulais qu’une chose, que la Justice fasse la vérité et rende la dignité que méritait mon frère, dans le calme, et que cette histoire profite à tous, à nous les gouvernés pour mieux nous aimer et à la police pour la réconcilier avec la nation. Je pensais que la police ne pouvait accepter dans ses rangs des assassins, je ne la connaissais à l’époque pas assez. Je me trompais. Les quartiers ont brûlé, on a appelé au calme : chaque voiture ou chaque poubelle brûlée était vécue comme une insulte, comme une épine en plein cœur, une épine sur laquelle on appuyait.

Puis le temps est passé, on nous a promis la vérité, mais on n’a eu que des mensonges, que des fausses promesses, comme tant d’autres avant nous. On nous avait prévenu, mais on n’y croyait pas. François Hollande, lui-même, avait pris ma mère dans ses bras et lui avait promis qu’il nous aiderait à faire la lumière sur la mort de son fils. Sans la justice et la vérité, on vivait le temps qui passait comme une condamnation. Nous étions toujours en prison, à suffoquer et à appeler la Justice à l’aide.

Et puis on a compris que notre cas n’était pas isolé, que tant d’autres familles vivaient et vivent la même chose. Il y a tant d’humiliations et de mutilations commises consciemment par la police et couvertes par la justice, tant !

On a aussi découvert la manière de penser des policiers, ça fait froid dans le dos. Voici un exemple : Mercredi dernier, suite à la manifestation sur Paris, un des policiers m’a dit « 1-0 » devant ses autres collègues au commissariat, qui ricanaient lorsqu’ils me voyaient arborer le tee-shirt « Urgence Notre Police Assassine ». Aucun ne l’a repris, aucun… Des exemples de ce genre, tant de français en vivent quotidiennement, ils n’en peuvent plus de cette police et n’en voient pas le bout.

Je comprends l’appel au calme, on l’a également fait. Comprenez également que de nombreuses personnes ne croient plus en ce système qui donne une impunité de facto à la police. Comprenez que l’on ne peut concevoir la non-violence qu’à condition de supposer que le camp d’en face est capable de se remettre en cause : ils en sont humainement incapables, parce qu’ils considèrent que remettre en cause la police, ce serait remettre en cause l’État. Depuis 40 ans, la police tue impunément, à répétition. Depuis 40 ans, on assiste à la même démarche pour noyer les meurtres de l’État, malgré les vidéos, les témoins, les évidences. Depuis 40 ans, il y a des sit-in, des manifestations, des livres, des prises de positions d’hommes politiques, des tribunes adressées au ministre de l’intérieur. Depuis 40 ans, ça ne fonctionne pas.

Voici comment ça se passe : dépêche AFP, mensonge du procureur, enquête de mauvaise qualité et tronquée pour aboutir sur une condamnation ridicule après de nombreuses années, voire à une absence de condamnation. Le pire, c’est que ceux qui vont enterrer l’affaire auront des promotions et ceux qui ont tué nos frères, nos fils ou amis, eux seront traités comme des champions par leurs collègues. Telle est la réalité que vous vivrez vous aussi.

Manuel Valls dit que les violences sont des insultes à la mémoire de Rémi, mais sachez que Manuel Valls, par son inaction à combattre l’impunité policière, est le premier meurtrier de votre fils. C’est un criminel récidiviste. Il est venu à Clermont-Ferrand une semaine avant le rendu du rapport de contre-autopsie bidon dont il connaissait les aboutissants, et il n’a parlé de l’affaire que pour mieux condamner les violences de ceux que la mise à mort de mon frère révoltait.

Madame, les gens se battent pour Rémi, pour leur dignité et pour leurs idéaux. Ils se battent pour vous, pour nous tous, pour que la fraternité soit effective. Ceux qui se battent connaissent assez la malveillance de nos gouvernants pour comprendre qu’on tente de nous fait croire que nous sommes dans un État de droit, alors que nous sommes dans un État de devoir. L’État ne respecte pas la loi qu’il demande qu’on respecte. Il se joue de notre corps, de notre confiance, de notre argent et de notre dignité. Il nous demande d’être à genoux, c’est un impératif catégorique.

Je vous ai écris cette lettre à vous comme à tous ceux qui me liront pour vous faire savoir que je comprends aujourd’hui plus que jamais combien la non violence dans les affaires de crimes d’État a ses limites. La non-violence, par son impuissance, est parfois plus condamnable, plus meurtrière que la violence elle même. Les gens qui nous gouvernent sont malveillants, arrivistes, sadiques et récidivistes. Ils doivent partir par tous les moyens nécessaires.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38  Farid El Yamni, frère de Wissam El Yamni, assassiné par la police le 1er janvier 2012 à Clermont Ferrand.