Et surtout, la santé ! Paris, le 12 janvier 2022

Avertissement

Ce texte, j’en avertis ami·e·s et lectorat lointain, recoupe certaines informations déjà diffusées par mails à des proches ou plus largement sur Twitter. Sans fausse modestie, il n’a aucune prétention à l’originalité : il s’agit simplement pour moi de faire un point à un moment de ma vie où j’ai failli passer – mais définitivement cette fois – l’arme à gauche

Je ne publierai pas, sauf nécessité particulière de nouveaux textes ; il vous faudra vous reporter à cette page pour voir s’il y a des ajouts, portés à la suite du texte d’aujourd’hui. [À la réflexion, il est plus simple pour moi, et sans doute pour tout le monde, de mettre en ligne de nouveaux «bulletins de santé».] Je suis désolé pour ce que cette forme de communication peut sembler avoir d’impersonnelle, mais je suis contraint d’économiser mes forces. Merci si vous pouvez le comprendre et l’admettre (sinon, je ne vous en veux pas ; je sais comme la maladie et la mort sont anxiogènes).

Il peut s’être glissé une inexactitude technique médicale dans mon témoignage : je suis soumis à la double contrainte du « non-spécialiste » qui essaye d’être compris de gens qui le sont encore moins que lui (et je leur souhaite que ça dure).

Le corps critique

J’avais, à l’époque de l’Assemblée de Montreuil (cherchez cette expression pour les ignorant·es ; ceci écrit sans mépris), diffusé un texte sur les effets de ma maladie de la moelle osseuse sur ma vie quotidienne et donc aussi sur mon activité militante (Et vous, ça va ?). Rien à voir avec la pseudo « transparence », toujours démentie, des hommes d’État. Mais à quoi bon publier (2008) un livre intitulé Je chante le corps critique sur les « usages politiques du corps », et n’en rien dire quand « il me lâche » – certainement une très mauvaise façon d’exprimer la chose, mais ainsi est-elle vécue.

Bref rappel. Je suis atteint depuis plus de quinze ans d’une maladie de la moelle osseuse – étrange organe qui fabrique le sang (à ne pas confondre avec la moelle épinière) – dite polyglobulie de Vaquez. Maladie faite pour l’angoissé que j’ai toujours été, puisqu’elle consiste littéralement à « se faire du mauvais sang » (trop chargé en globules rouges). J’ai été longtemps soigné par une combinaison de chimiothérapie au long cours et de saignées. Ce traitement contrôlait (imparfaitement) la maladie, et n’en traitait pas l’un des pires symptômes (quoique non mortel) : le prurit à l’eau. Soit, en période aiguë sans traitement de contrôle, des crises de démangeaison à rendre fou, et avec traitement (puvathérapie à l’hôpital + antidépresseur au pouvoir antihistaminique) 20 mn de démangeaison après chaque douche, voire demi-douche (on apprend vite à s’entourer les jambes de sacs poubelles pour leur épargner l’eau…). Ajouter la crainte des rayons surgelés des supermarchés et celle des orages, qui vous plaquent le pantalon sur les mollets. Bien sûr : renoncement à la natation (je n’aime pas ce mot ; j’aime être immergé dans la mer, m’y mouvoir avec les oiseaux plongeurs).

J’ai fait un long essai de 18 mois à l’Interféron, principalement utilisé dans les hépatites (traitement moyen : 4 mois) ; il agit dans 50% des cas de ma maladie ; pas dans le mien. J’en suis sorti épuisé par un régime d’horreur sur lequel je n’ai pas envie de revenir. Certes, durant cette période, j’ai néanmoins rédigé deux livres (commandés l’un par les éditions Libertalia, ce dont je leur sais gré, quelques soient nos éloignements et conflits d’aujourd’hui, et par Benoit Maurer (Imho), aujourd’hui mon principal éditeur). J’ai aussi fait deux rencontres amoureuses. J’étais plus jeune… et la perspective d’une guérison ou d’une simple rémission me tirait vers l’avant·l’avenir.

Quasi-miracle, vécu comme tel, une nouvelle molécule, le Jakavi, prescrit il y a quelques années (cinq ? j’ai la flemme de vérifier) « efface » le prurit en l’espace de quatre jours. À moi douches, ablutions (dont je suis friand) et longues baignades en méditerranée (d’où mon achat il y a deux ans d’un appartement à Marseille).

Mais un effet secondaire du précédent traitement est encore aggravé par le Jakavi : apparition de tumeurs cancéreuses dites « bénignes » sur la peau, du visage notamment. Tumeurs plus agressives, plus profondes, plus difficiles à opérer et dont la cicatrisation est plus laborieuse. Longs cycles d’opérations et de soins infirmiers quotidiens, très contraignants (surtout pour un douillet, qui n’a jamais – je le glisse ici – supporté la vue du sang et pour lequel une prise de sang [pour ne rien dire d’une saignée] demeure une corvée, après près de vingt ans de pratique intensive).

À la rentrée 2021-2022, souci supplémentaire (outre une sinusite) : une espèce de ganglion sous l’oreille gauche, qui se révèle au scanner et après une triple biopsie être une triple tumeur organisée autour de la glande parotide (salivaire). Période pénible ; zone très douloureuse ; impossibilité de dormir ; angoisse. Je perds du poids, mon hémoglobine (à vos dicos !) baisse et la « communication » avec mon hématologue, chaotique, est sans effet concret. Je finis par devoir recourir aux relations d’une amie médecin, qui me trouve en quelques heures, depuis une ville de province, le contact avec un chirurgien ORL parisien qui, lui-même, me propose trois rendez-vous possibles dans les jours qui suivent. Je choisis le plus proche ; le médecin me prescrit un scanner du corps entier (celui prescrit précédemment par mon hémato concernait la tête et le cou), pour repérer d’éventuels « échos » de la tumeur (il ne semble pas y en avoir). La triple biopsie (« carottages » effectuée dans les tumeurs confirme le caractère tumoral ; rien à voir avec un banal ganglion). De plus, il existe une hypothèse d’un lien avec deux tumeurs de la pommette gauche. Je ne suis pas en mesure de dire à la minute où j’écris ce texte si cette hypothèse est confirmée ou non ; je n’ai pas forcément ni tout compris ni tout retenu, et je dois revoir mon chirurgien lundi prochain pour faire un point. L’hypothèse est évidemment catastrophique, puisqu’en gros, et pour le non-spécialiste que je suis, elle signifie que des tumeurs de surface peuvent bel et bien métastaser, acquérant un caractère « malin » dont on se serait passé. (Ou, ce qui revient presque au même, que des tumeurs malignes peuvent apparaître n’importe où, mais est-ce en relation avec le traitement ? Il est trop tôt pour le dire.)

Le chirurgien, qui m’a reçu très vite et m’a trouvé très vite scanner complet et biopsies me propose de m’opérer avec en gros une semaine d’avance sur le calendrier initialement prévu par lui. Non seulement le garçon est rapide, mais il arrive à se devancer lui-même !

J’entre à Lariboisière le 4 au (petit) matin ; pas de souci, je ne dors pas.

Je passe vite sur les difficultés administratives que connaissent tous les hôpitaux du fait du variant nouveau du Covid : on a fermé des services, dont celui qui devait m’accueillir, mais je n’en suis pas informé ; je me heurte donc à une porte close à un étage désert (brrr ! à 7h 30 du mat, déjà terrifié de venir sur vos deux jambes vous faire découper en morceaux…) ; je vais passer utilement mon temps aux admissions ; je reviens dans le même service : miracle ! une dame est là, qui me dirige vers le bon service, que je finis par trouver (déjà un peu plus mort que vif ; je suis un héros tout relatif, j’en conviens sans baragouiner).

L’opération se déroule d’abord plutôt bien, mais hélas je fais une hémorragie consécutive qui nécessite une « reprise » (en terme technique), autrement dit une seconde opération immédiate pour vider un hématome et cautériser des vaisseaux susceptibles de saigner inopinément…

Je sors laminé de deux anesthésies générales (AG !) consécutives.

L’usage (efficace) de morphine pour contrôler la douleur avant l’opération a interrompu la fonction digestive. Les AG n’arrangent rien.

La double AG suscite, jusqu’à mon retour chez moi deux types d’hallucinations. Visuelles « externes » : je vois la lumière d’un néon ou la peinture d’une porte se détacher en filaments, qui se dirigent vers moi ; le tissu du drap se met à « bourgeonner ». Visuelles « internes » : dès que je ferme les yeux, se met en marche, sur un rythme effréné, une espèce de film d’animation à base de figures géométriques, aux couleurs très vives (rouge, noir, rouge), qui se transforment en personnages de BD fantastique pour se livrer des combats dantesques… Ça ne s’arrête que quand je rouvre les yeux. Impossible, donc, au sens propre, de fermer l’œil. Nostalgie cependant de créations d’une très grande beauté, dont je ne pourrais, même avec d’immenses efforts et l’assistance de spécialistes, donner même une vague impression.

S’est ainsi trouvée confirmée – dans une répulsion fascinée – ma radicale aversion à toute modification d’état de conscience, et aux drogues devant les provoquer (au-delà de la bière ambrée, du Vacqueyras et du Pouilly fumé [liste partielle]).

Dis-moi mon beau miroir ?

Me voilà de retour, depuis le 7, dans un appartement conçu comme une cabine de pilotage pour un seul navigateur, peu confortable, mal chauffé, toutes choses auxquelles je n’attache ni importance ni même attention en temps « normal ». (Je suis d’autant plus touché de resonger que beaucoup de mes amies·amours aiment cet appartement, s’y sont trouvées bien, « comme chez moi » m’a dit un jour N. Faut-il qu’elles aient de la tendresse pour le navigateur !… Il est vrai qu’il est aussi charmant, lumineux (mais torride l’été et glacial l’hiver), et enluminé de livres…)

Mon chauffage de salle de bain m’avait lâché quelques jours avant mon hospitalisation : excellent timing ! Grâce à Y., il va être remplacé sous peu.

Je n’ai garde d’oublier les six étages sans ascenseur, excellent préservatif du cœur (« et de tout l’restant ») en temps « normal » ; difficulté insurmontable sans l’amical et ferme soutien du bras de l’ami Y. au retour de l’hôpital, sortie rendue possible uniquement grâce à l’aide – et au déplacement tout exprès de N., qui m’avait déjà fourni le contact du chirurgien.

Comme quoi, prolonger en amitié un amour, outre que c’est une des joies et des fiertés de la (ma) vie, peut aussi vous la sauver…

Quelle gueule t’as ?

Extérieurement : visage légèrement de guingois, lèvre·machoire inférieure décalée, d’où outre l’esthétique une difficulté d’articulé, nuisible à l’élocution et à la mastication.

Deux (gros) cratères sur la pommette gauche (deux tumeurs « de surface » opérées), mais ça va cicatriser (lentement).

Une cicatrice assez hideuse (mon chirurgien n’en prenne ombrage !) qui part de derrière l’oreille gauche pour aller jusque sur le devant du cou. Pour faire un clin d’œil à mes ami·e·s dixhuitiémistes, je dirai que l’impression immédiate est que l’on m’a – à moitié seulement – guillotiné…

Je reçois une infirmière chaque jour pour changer les pansements, suivre l’évolution de la grosse cicatrice, etc.

Je peux me doucher – seul, depuis hier – marcher (très) doucement. Je suis même descendu pour la première fois hier midi acheter à manger. On comprend que la difficulté consiste à remonter les six étages ; mais ça s’est plutôt bien passé et c’est un exercice indispensable. (Depuis mon retour de Marseille en octobre, j’ai perdu 9,2 kilos ; il faut à la fois me remplumer et glisser quelques muscles sous le plumage).

J’ai également, depuis avant-hier, repris (très prudemment !) le vélo d’intérieur. Je n’ai pas de souci de vertige ou d’équilibre.

Je marche très lentement dehors, avec une canne (retrouvée avec émotion : je l’avais achetée en 1996, après m’être fait éclater le foie par un porc en civil ; et là je souffrais de pertes d’équilibre ; je m’en suis resservie depuis lors de cicatrisations difficiles de plaies au pieds ou à la jambe).

Le pire, peut-être, ma voie de crooner (« Eh ! crâneur !… ») transformée pour longtemps en un croassement fort disgracieux et difficilement audible (par ex. pour mon vieux père, au téléphone). [Rectification du 17 janvier] Ça n’est pas, comme je l’avais d’abord compris, une corde vocale qui a été lésée mais le nerf qui lui est associé; d’où perspective de récupération, bonne si pas totale, de la voix après rééducation en orthophonie.

Autre rééducation à prévoir, en kiné, pour le bras gauche (le « mauvais » côté : la Bible le disait déjà !) que je ne peux élever à 45°, qui me fait mal, comme l’épaule, et me trahit lors de divers mouvements. Ça se récupèrera.

Je l’ai dit, j’ai du mal à mâcher, mais aussi à déglutir, à me racler la gorge, à expectorer et à cracher (la salive subsiste, la glande parotide gauche n’ayant pas été complètement retirée). Bailler et éternuer sont aussi des entreprises difficiles. Tous ces gestes, indispensables, ne sont pas aussi « innés » que nous le croyons (j’ai évoqué cela dans Je chante le corps critique). Petits inconforts combinés qui m’interdisent, entre autres, la station couchée (j’ai le sentiment d’étouffer). Je passe donc la nuit « assis·vautré » dans mon (excellent) lit, sans pouvoir encore trouver un sommeil de qualité. J’ai passé une partie de la soirée d’hier à tousser (peut-être résultat de mes efforts pour me faire comprendre de mon père), mais j’ai finalement, au petit matin, réussi à m’étendre. À force de me moucher et de de me racler la gorge, j’ai réveillé une petite hémorragie nasale, un vaisseau qui lâche quand il est trop sollicité : en fait de vaisseau, ce corps prend l’eau, dès que je colmate une brèche, une autre s’ouvre…

L’avenir

Immédiat : suites de l’opération, sur lesquelles j’en saurais davantage après le RV de lundi prochain, autrement dit : rayons, et probablement chimiothérapie.

À moyen terme : il faudra reconsidérer entièrement mon mode de traitement (arrêt du Jakavi ? mais il n’existe guère d’alternative ; retour à l’Interféron ? mais nooooon !) et établir une coordination entre médecins de spécialités (et peut-être d’établissements) différents, dont aucune base n’existe aujourd’hui. Un joli et ambitieux chantier en perspective… façon polie de m’exprimer. Mais le moyen de faire autrement ? Nécessité vitale.

Le travail et la vie

 Contrairement à mes craintes du premier jour, trop vite exprimées sur Twitter – dans un appel paniqué aux manifestations d’amitié et de gentillesse, et mille merci vraiment à tous ceux et toutes celles, parfois simples « suiveurs mutuels » ou camarades inconnu·e·s, qui se sont manifesté·e·s, (toujours attendre quelques jours après la résurrection pour prendre des décisions !) je suis moins limité que je ne le craignais dans mon activité intellectuelle « banale ».

Je peux lire un texte sérieux, même si la lecture sur écran reste très fatigante.

Je n’en suis évidemment pas à me remettre à mon (monumental) bouquin sur les clubs de femmes pendant la Révolution, ou à quelque travail d’ampleur que ce soit (clin d’œil et bon signe, je pense : j’ai réussi à retrouver hier, dans un temps très acceptable et pour tout dire habituel [40 mn] un livre d’Arlette Farge dont j’avais besoin et que j’étais certain de posséder [Oui !]).

Les choses ne sauraient être exactement « comme avant », pas plus que je ne le serai moi-même.

Il me faudra du temps pour me remettre vraiment au travail – y compris avec de nouvelles périodes difficiles, liées par exemple aux rayons et à la chimio, puis au retour à des interventions plus « bénignes », mais dont je dois dire que je les appréhende infiniment, à la seconde où je vous écris.

Après être passé très près du gouffre – et en l’état de mes informations actuelles sur l’évolution des choses – ma survie n’est plus en cause.

Cependant, certaines affaires devront être hâtées (ou menées de manière autre que prévue jusqu’ici : je pense à la résolution du conflit avec mes anciens éditeurs de Libertalia, dont il est prévu qu’ils vont me racheter mes parts de la SCI propriétaire du local·librairie, ce qui fera d’eux les seuls propriétaires et maîtres avant dieu [qui n’existe pas]. Ils devront trouver les mots pour convaincre leur banquière qu’elle a tout intérêt à les aider à pérenniser la librairie, qui rapporte davantage d’argent que les éditions.

Certains projets devront peut-être être revus à la baisse – je pense à certains livres – en termes de temps et de volume. Il est beaucoup trop tôt pour prendre des décisions dans ce domaine ; je n’ai même pas eu l’occasion d’une discussion avec l’ami Benoit Maurer, des Éditions Imho.

Devrait se faire comme prévu la réédition (au printemps ?) chez Imho d’un livre initialement publié chez Zulma. J’avais pu boucler l’essentiel du travail (de mon côté) avant mon hospitalisation. Je ne manquerai pas de vous soumettre à un matraquage publicitaire ad hoc le moment venu.

Je veux ajouter, avant d’en finir pour aujourd’hui (pour l’actualisation, se reporter à l’introduction de ce billet) que passer si près du « grand Rien » modifie aussi, inévitablement me semble-t-il, la vision de la vie, de ce qui y a de la valeur ou non. J’avais déjà vécu cela – comme un vrai bonheur compensatoire, d’ailleurs – après l’épisode hépatico-policier de 1996.

J’ai encore beaucoup de sanglots à « avaler » (c’est l’étymologie de sanglot, comme je viens de le découvrir, avec étonnement, dans le Petit Robert ; ça tombe mal, moi qui ai précisément du mal à avaler) : d’abord un peu niaisement sur mon sort (j’ai eu et j’ai encore très peur), avec reconnaissance et émotion aussi pour l’amour et l’amitié reçues – et je compte bien exploiter sans vergogne, dès que j’irai un peu mieux et que je ferai moins peur à voir, au moins le dixième de celles et ceux qui se sont offerts pour diverses corvées, accompagnements et gentillesses…

Trop de sanglots donc, pour avoir le recul nécessaire pour réfléchir utilement à ma situation.

Cependant, frôler la mort fournit (gracieusement, mais aux seuls survivants) un recul minimal. Il m’incite dès maintenant à revoir – sans haine, mais avec exigence – certains liens, certains comportements.

Il ne s’agit pas de « régler des comptes » plus aigrement que prévu (je pense à Libertalia), mais d’appliquer simplement un principe de survie à mes relations : militantes, amicales, affectueuses.

Je peux tout « comprendre » (vraiment !), mais je dois considérer que – ignorant comme chacun·e, mais disons avec un peu plus d’acuité qu’il y a un mois, le temps qui me reste – je n’ai plus de temps à perdre à « supporter » certaines choses, certains manquements.

Chacun·e devra, de manière plus impérative qu’auparavant, évaluer ce que vaut pour elle·lui ma fréquentation, aussi virtuelle soit-elle (le Covid a encore tout dégradé dans ce domaine).

De mon côté, je viendrai humblement (si l’on peut juste éviter la corde au cou, s’il vous plaît !) solliciter le pardon de certains emportements (un peu infantiles, comme ils le sont souvent) auprès de tel ou telle. Et c’est avec le violent espoir d’être reçu et absous (même si je comprends bien que mon désarroi présent est un sésame d’assez piètre apparence).

Chacun·e, je pense, se reconnaîtra. Les inquiets et inquiètes à tort n’ont qu’à se manifester : je suis dans une disposition au fond très amoureuse et clémente. Je fais juste un petit (mais nécessaire) « ménage », encore le mot est-il trop fort. Simplement, en de telles circonstances, et presque mécaniquement, on « se compte », on compte ses ami·e·s, on revoit ses priorités.

Merci à toutes celles et ceux qui ont été au bout de ce long pensum. Vous savez que vous pouvez me joindre par mail, au pire via le dialogue de ce site ou par message privé sur Twitter pour les suiveurs·suiveuses (j’encourage vivement les autres à s’y mettre : je « poste » sur Twitter, avec une grande économie de moyens, et très vite, une foule d’infos que je ne prends pas la peine de développer sur les blogs – y compris à mon propos. Je préfère éviter le téléphone en ce moment : c’est désagréable pour l’autre, et fatiguant pour moi.

Mille baisers !

Que la vie vous soit aussi douce et légère que possible, et que cette année nouvelle soit pour nous tous et toutes moins pourrie qu’elle ne s’annonce !

Fachos et crétins dans le même bateau…

Les fachos adorent dénoncer le nazisme chez leurs adversaires (la liberté d’avorter comparée à un génocide, par exemple). Le genre d’«équivalence» prétendument mise en tableau ici et qui circule sur les réseaux sociaux, outre son obscénité (où sont les «camps de concentration»?), ne fournit aucun instrument d’analyse et d’appréciation de l’«état d’urgence sanitaire». Ce dernier, par les méthodes de contrôle qu’il permet et perfectionne, s’inscrit dans le développement d’une terrorisation démocratique à l’œuvre depuis quelques décennies. Le virus remplace momentanément le terroriste islamiste pour justifier des mesures autoritaires, dont certaines s’inscriront bientôt dans le droit démocratique. Une réponse de classe peine à se mettre en place, notamment parce qu’elle se heurte aux réactions irresponsables de certains travailleurs de la santé, qui préfèrent abandonner leur poste plutôt que se faire vacciner. A-t-on jamais vu objection de conscience plus radicale exercée pour de plus mauvaises raisons? L’absence de cette réponse de classe laisse le champ libre aux délires complotistes – dont le tableau ci-dessus est un exemple limite – manifestement fascinés par le point de comparaison historique choisi.

PS. Le tableau est signé «Chrétiens anti-vaccins». Les réseaux catholiques d’extrême droite (et anti-avortement) sont très impliqués dans le mouvement antivax.

Des nazis français appellent à constituer une «grande liste de tous les juifs impliqués dans la crise du Covid»

Un groupe finement baptisé «Les vilains fachos» – soit LVF, référence à la «Légion des volontaires français contre le bolchevisme», groupe nazi collaborateur – a entrepris, sur le réseau Telegram, de dresser une liste, «100% légale» assurent-ils de «tous les juifs impliqués dans la crise du COVID au niveau français. Une liste pour servir d’argument définitif». Leur appel suscite ou devrais-je dire rencontre des vocations, et la liste s’allonge.

Les mêmes trouvent Zemmour (dont ils remplacent le patronyme par une étoile juive) mou et confus, et s’opposent bien entendu véhémentement à la vaccination, assimilée à un viol – au sens propre, si j’ose dire, puisque le contenu de la seringue est assimilé au «foutre de Macron et d’Attali».

Pourquoi Attali ? demanderez-vous. C’est qu’il doit déjà figurer sur la «grande liste».

Cliquer sur les images pour les AGRANDIR.

“Les manifestations contre le passe sanitaire: un non-mouvement ?” ~ par Temps critiques

INTERVENTIONS

 Août 2021 – no 18

Comme pour le mouvement des Gilets jaunes le choix du samedi n’est pas anodin ; il est en rupture avec la tradition syndicale et ouvrière des manifestations sur le temps de travail. Mais ce qui est en jeu cette fois ce n’est pas la « question sociale », mais pas non plus une question sociétale. On est bien obligé de reconnaître dans cette protestation une sorte d’objet non identifié. Partons de cela.

Relevons d’abord la forte diversité géographique et sociologique des manifestants. Des urbains en provenance des grandes villes, des «rurbains» des périphéries et aussi des habitants de petites villes et alentours, comme le montrent les dizaines et dizaines de manifestations dans toute la France. Diversité d’âge, de sexe et de milieu social malgré la tendance des médias à prouver que les manifestations se recrutent plutôt dans les milieux les moins éduqués si ce n’est les plus défavorisés. Cette diversité s’exprime concrètement dans le fait que, parmi les manifestants on ne trouve pas seulement et principalement des non-vaccinés hostiles au vaccin contre le Covid et a fortiori contre les vaccins en général, mais des personnes vaccinées hostiles au passe sanitaire y compris quand, pour des raisons pragmatiques, elles en sont pourvues.

Cette diversité de composantes et de motivations fait que l’opposition frontale au passe sanitaire constitue la seule dimension unitaire de ces manifestants, dont une bonne partie a réagi individuellement vis-à-vis des mesures gouvernementales de gestion de la crise sanitaire et n’a pas de tradition de lutte sociale. À ce propos, on pourrait parler de l’agrégation d’une colère individuelle sans potentialité politique évidente ou immédiate même si l’opposition à Macron la cristallise.

Tandis que la majorité de la population semble avoir renoncé à l’idée de comprendre quelque chose face au cours chaotique de la gestion étatique de la crise sanitaire et ses nombreuses injonctions contradictoires, émergent contre cet abandon des attitudes de refus qui sont passées progressivement d’un mécontentement en privé à l’expression publique d’un refus. Mais les oppositions pas plus que les syndicats ou les associations n’ayant de plan de remplacement, ces manifestations de colère restent très minoritaires. Et ce même à l’aune d’une comparaison avec le nombre de manifestants pendant le mouvement des Gilets jaunes alors que les mesures prises aujourd’hui concernent beaucoup plus de monde et à des niveaux divers. La différence n’est pas ici quantitative. Les Gilets jaunes avaient bien le sentiment de former le « peuple », même si c’était une illusion, quand ils entonnaient le « Tous Gilets jaunes » parce qu’ils se sentaient victimes de la politique des puissants et cette position victimaire originelle, ils l’ont dépassée partiellement dans le mouvement et la communauté de lutte. Nous ne sommes pas dans ce cas de figure avec aujourd’hui des manifestants qui se savent très minoritaires, mais nullement «victimes» si ce n’est d’une politique ressentie comme incohérente et autoritaire. À tort ou à raison, la plupart en déduisent que cette première caractéristique rend illégitime l’application de la seconde.

En effet, le gouvernement s’était fait remarquer par sa première prescription la plus simple en direction des personnes âgées: «N’allez pas chez le médecin, restez chez vous et prenez un Doliprane ; si vos symptômes s’aggravent, consultez votre médecin ou appelez le SAMU». Résultats, peu de monde chez les médecins dans un premier temps et des hospitalisations et soins intensifs à suivre qui auraient, peut être, pu être évités. À ce niveau d’incohérence, on peut comprendre que certains aient pu faire entendre que, peut-être… la chloroquine… Par la suite, ce qui importera pour le pouvoir c’est d’imposer le seul protocole de la vaccination, celui en provenance d’un conseil scientifique et non pas un choix de soins large éventuellement compatibles avec la vaccination qui aurait tenu compte de l’action de soins au quotidien des médecins traitants. L’ARS et la Sécurité sociale les ont en effet rappelés à l’ordre afin qu’ils participent à l’effort d’une vaccination[1] pourtant toujours pas obligatoire.

Jusque-là, il y avait comme un doute d’une partie non négligeable de la population si on en croit les sondages. La défiance vis-à-vis du vaccin ou l’opposition au passe sanitaire ne se manifestait que dans la sphère privée. À l’intérieur des familles d’abord où elle créait des clivages que le premier confinement n’avait pas révélés ; sur les réseaux sociaux ensuite où se développaient les critiques les plus diverses, puisque c’est aussi l’endroit où les gens «se lâchent», jusqu’aux dérives complotistes. Le contrôle de ces réseaux par les États s’avère ici un enjeu d’importance dans la mesure où leurs contenus n’émergent pas véritablement à la sphère publique, mais alimentent une scène underground d’un nouveau type. Ce qui s’y dit échappe souvent à toute procédure de modération et à une censure difficile à mettre en place en dehors des régimes «illibéraux» pour parler dans la novlangue politico-médiatique. Un problème qui couvait depuis bientôt 20 ans, mais laissé dans l’ombre par le caractère apparemment inoffensif, car marginal, des discours qui s’y développaient. Si le mouvement des Gilets jaunes avait déjà montré que les réseaux sociaux pouvaient être à la base d’autre chose que des insultes et des fake news – parce que ce mouvement a peu à peu supplanté le refoulé des discours en se manifestant au grand jour –, la pandémie et son mystère ont gelés, pendant presque deux ans, tout mouvement ou pratique quelle qu’elle soit et ce sont les discours qui se sont donnés libre cours jusqu’à constituer, sur ce sujet, une sorte de contre discours anti-système plus que critique.

Pourtant le pouvoir en place avait enregistré un niveau satisfaisant d’acceptation des mesures de confinement de la part d’une population qui faisait sienne l’idée d’une efficacité des mesures de confinement et les gestes barrières imposés, doublés des mesures sociales de chômage partiel indemnisé à un haut niveau. L’arrivée sur le marché de vaccins censés tout résoudre aurait dû renforcer ce degré de satisfaction. Or, pour ce même pouvoir, la surprise est grande de voir apparaître, certes à la marge mais renforcée par le fait que la pandémie perdure, une opposition, une irritation ou même une révolte contre des mesures contraignantes qui ont perdu de leur pouvoir de convaincre au gré d’une pandémie maintenant jugée interminable.

Ce que le pouvoir a, semble-t-il, mal perçu c’est la différence entre des mesures de confinement inédites et à ce titre exceptionnelles – d’autant plus acceptées qu’elles étaient analogues dans les autres pays européens – et des mesures comme l’obligation du passe sanitaire qui elles, sont référées à des dispositifs qui impactent la vie de tous les jours sans que le rapport à la pandémie soit pour tous évident[2]. De ce constat-là, il est alors facile de passer à l’idée que ces mesures sont liberticides. Comme pour la température, c’est ici le poids du « ressenti » qui importe plus qu’une conscience réflexive de la chose et tout à coup ce poids pèse et il faut que ça sorte. Défiler dans la rue devient alors une façon de rompre avec cette invisibilité cultivée sur les réseaux parce qu’elle est autant désirée que subie. Désirée parce qu’elle donne l’illusion de remédier à l’atomisation/particularisation des individus dans le capital; subie parce que les politiciens et les médias méprisent tout ce qui n’est pas les réseaux de pouvoir en déniant toute qualité d’intervention à des « réseaux sociaux » qui seraient dans l’infra-politique. Mais cette nouvelle visibilité acquise dans la manifestation n’a qu’une force relative, car les nouvelles mesures ne visent plus à ce que les gens se terrent chez eux comme dans le premier confinement ou précédemment quand les violences policières visaient à dissuader les Gilets jaunes de manifester. Le contrôle de l’espace public et professionnel qui se met en place au cours de cette gestion de la crise sanitaire ne vise pas un ennemi concret, incarné et à combattre puisque c’est le virus qui a été déclaré tel, mais l’ensemble d’une population. Il n’empêche qu’il n’y a pas ici de volonté première de la part de l’État d’un traçage des individus comme il peut y avoir en Chine. Ce n’est pas une fin mais un moyen pour obliger à la vaccination dans le cadre de la crise sanitaire.

Le pouvoir essaie de faire sortir de leur retrait passif ou actif les récalcitrants aux mesures actuelles en les « marquant » dès qu’ils se livrent à des activités quotidiennes ou non à l’extérieur de chez eux. Dans le cas de la France – pays dans lequel les manifestations n’ont pas été les plus précoces, mais semblent parmi les plus fournies et les plus fréquentes –, une batterie de mesures à la fois plus contraignantes et plus attentatoires à la législation en vigueur que dans la plupart des autres pays démocratiques «libéraux» est à l’origine de la contestation. Alors que le pouvoir se sent majoritaire, il s’agit que tout le monde marche du même pas, d’où la stigmatisation de ceux qui «ont un niveau d’étude plutôt inférieur à la moyenne» comme le disent par euphémisme sondeurs et sociologues vis-à-vis de ce qui ne serait même plus la plèbe et encore moins une classe ouvrière. Il ne serait pourtant venu à l’idée de personne (politiciens ou journalistes) au moins depuis la Troisième république, de lui reprocher à cette dernière son manque d’instruction quand elle faisait grève ou était prise d’une montée de fièvre ou manifestait son insubordination comme en 1968. On est revenu au temps du mépris de classe… en l’absence de classes au sens historique et marxien du terme.  

Les manifestations actuelles n’ont pas pour base des conditions objectives dégradées engendrant des difficultés à vivre et sur lesquelles une mesure gouvernementale vient se greffer qui fait sauter le bouchon de la cocotte-minute, comme pour les Gilets jaunes. Certes, comme ont essayé de le faire remarquer certains journalistes ou spécialistes de sciences sociales si le virus peut toucher riches et pauvres et maintenant jeunes et vieux, urbains comme ruraux, les conditions de sa réceptivité et de l’accès aux soins ne sont pas les mêmes pour tous[3] ; mais ce n’est pas ce qui ressort de ces manifestations et pour nous ce n’est pas cela qui est remarquable. Ce qui l’est, c’est finalement l’appréciation subjective qui est faite de l’épidémie. Hormis les «extrémistes», d’un côté scientistes[4] à tout crin et certains matérialistes marxistes qui sont tout d’un coup (avec la pandémie) passés de la haine contre les grands laboratoires pharmaceutiques et leurs profits dus à l’exploitation capitaliste de notre « capital-santé », à la révérence devant les progrès de la science (elle serait du même coup devenue neutre) qui ont permis en un temps record une vaccination miracle ; et de l’autre ceux qui ont été dans le déni plus ou moins total, des individus «moyens  qui se sont surtout posé des questions devant les atermoiements et revirements, éventuellement mensonges des politiques et sommités académiques (le masque pas le masque, à l’intérieur pas à l’extérieur puis à l’extérieur, le vaccin c’est la liberté non le vaccin protège mais il faut garder les gestes barrières, le vaccin empêche de… non il n’empêche pas, etc.). Qui n’est pas allé écouter Raoult ou Fouché quand ils ont soutenu, dès l’origine, qu’il fallait avant tout soigner les malades avant de se lasser de leurs affirmations aussi péremptoires que celles des comités scientifiques officiels? Les journalistes faisaient contre-feu en nous parlant d’une « communauté scientifique » qui pourtant n’existe pas. Il n’y avait donc rien à voir, juste à acquiescer. Mais même les soignants – qui ont eu un « comportement approprié » (comme disent ceux qui ont le pouvoir) pendant le premier confinement et la phase la plus intense de lutte contre le virus – se trouvent aujourd’hui montrés du doigt s’ils émettent le moindre doute sur la nécessité de leur propre vaccination et menacés de suspension en cas de refus.

Face à la multiplication des mesures sanitaires et leurs incohérences apparentes[5], il ne faut donc pas s’étonner que les protestations varient parfois au gré des desiderata de chacun selon le contexte (travail, vie quotidienne, loisirs) ou le moment. Elles traduisent surtout une disparité d’appréhension qui va d’une approche complotiste des mesures gouvernementales au rejet de la vaccination jusqu’au refus d’un traçage des personnes par l’État. Toutes ces réactions ne sont pas équivalentes, mais leur point commun, c’est d’être des positions marquées par un isolement par rapport à des Français qui se font vacciner en masse, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons[6].

Comme pendant le mouvement des Gilets jaunes, la lutte pour la visibilité semble l’emporter jusqu’à se détacher d’un contenu précis. Ici par exemple même le refus du passe sanitaire (de la part de personnes qui l’ont) manifeste une opposition en soi à Macron et à ce qu’il représente. Le risque c’est que le but ne soit plus que d’élargir cette visibilité et donc de ne pas pouvoir se confronter à la diversité voire à l’incompatibilité des contenus exprimés par les manifestants. En ce sens, ceux-ci s’illusionnent sur leur consensus oppositionnel, en grande partie fictif. Plus fictif, en tout cas pour le moment, que celui des Gilets jaunes dont le mouvement a suivi un processus de transcroissance[7] relative des motivations de départ vers une prise de distance par rapport aux impératifs et normes de la société capitalisée, pour le moment absente ici.

C’est bien cette possibilité que scrute actuellement le gouvernement, même s’il a une bonne marge de manœuvre en s’appuyant sur la réelle division qui oppose les «pro» aux «anti». Mais que cette division existe n’est pas une raison pour prendre pour argent comptant l’argumentaire du pouvoir comme quoi les vaccinés seraient les altruistes et les non-vaccinés les égoïstes. Stigmatiser, culpabiliser, diviser, est une méthode qui a fait ses preuves en politique et même les néophytes macroniens peuvent se l’approprier. Ainsi, les « soignants » (infirmières, ASH et aides-soignantes principalement) qui sont sans aucun doute les plus représentés comme profession dans les manifestations et qui ont fait preuve de leur « altruisme » pendant le premier confinement peuvent-ils contribuer à donner sens commun à ce qui semble partir dans tous les sens. Les syndicats CGT et SUD-Santé quant à eux donnent l’impression de tirer dans la même direction quand ils essaient de faire le lien entre lutte contre vaccination obligatoire et passe sanitaire d’un côté, casse de l’hôpital public de l’autre. Certes quand on connaît la division syndicale et les corporatismes de la profession on n’est pas absolument certain qu’il n’y a pas là-dessous un coup fourré du même type que celui de la prétendue convergence Hospitaliers-Gilets jaunes il y a deux ans. Mais quand même ; alors qu’aucune nouvelle mesure depuis deux ans n’est venue inverser cette tendance à la désagrégation de l’hôpital public en France et de l’hôpital en général dans des pays comme l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie, les pouvoirs publics en sont à accuser ceux qui ne répondent pas aux injonctions d’être à l’origine des futurs reports d’opérations graves à l’hôpital. On comprend que des soignants et pas que leurs syndicats, l’aient mauvaises.

Là encore les médias ont tendance à mettre en avant que l’ordre d’acceptation des mesures sanitaires chez le personnel soignant est corrélé au niveau de diplôme. Le pouvoir macronien a quand même une spécificité de ce point de vue là par rapport à ces prédécesseurs gaullistes ou mitterrandiens. Ce n’est pas un gouvernement politique ou même politicien auquel on a affaire ici, mais à une exposition de supposées « têtes » nées quasiment toutes hors sol[8]. Il ne faut donc pas s’étonner que la spontanéité des nouvelles « masses » soit essentiellement dégagiste si ce n’est coupeuse de têtes.

Les médias tirent quand même parfois la sonnette d’alarme. La voix de son maître, le journal Le Monde, s’inquiète dans un récent éditorial de la méthode du gouvernement, car pour les médias mainstream tout est toujours une question de communication. Celle du gouvernement ne serait pas assez pédagogique et il vaudrait mieux faire de la prévention que de la répression, car les décisions autoritaires en matière de santé ne sauraient rencontrer d’obstacles si leur nécessité s’impose à une très grande majorité, parce qu’est reconnue une véritable situation d’urgence. C’est ce qui a fonctionné pendant la gestion pourtant improvisée du premier confinement, mais qui ne peut perdurer car ce qui se prolonge ne peut plus se réfugier derrière l’argumentation autour d’une urgence qui devient toute relative comme nous le montre la une de la presse des 10 et 11 août où il est davantage question d’une « urgence climatique absolue ».

Derrière cette rhétorique qui essaie de trouver la bonne alternance entre pédagogie et autorité, perce la peur d’un nouveau mouvement des Gilets jaunes puisque ceux-ci semblent désormais remplacer Mai-68 comme aune d’évaluation des menaces pour la continuité de l’État. Pourtant, il n’y a pas de nouveau mouvement Gilets jaunes parce que, pour le moment, il ne semble y avoir qu’une protestation immédiate qui peine à faire mouvement. Pour la plupart pas de signe distinctif, quelques pancartes individuelles plus que des banderoles collectives, pas de Gilets jaunes en grand nombre, même si on a parfois l’impression que ces derniers (mais sans leurs gilets) structurent les manifestations contre le pouvoir en général et Macron en particulier. Si ce dernier point était souvent plus implicite qu’explicite, le peuple en fusion qu’ils représentaient est loin de se retrouver dans les manifestations contre le passe sanitaire. En effet, l’idée du «tous Gilets jaunes» est, aujourd’hui en tout cas, encore impensable pour des individus dont la démarche de protestation est fondamentalement individuelle. Elle n’a pas trouvé un relais tel que les ronds-points, à la fois en phase avec le lieu (périphérie) et la revendication d’origine (le prix du carburant, les transports) et la nécessité pour un mouvement de trouver une base de socialisation de la lutte qui soit lieu d’échange, de convivialité et de camaraderie et puisse éventuellement aussi servir de base arrière de résistance et fixation pendant un moment.

Devant ce manque ou ce vide que représente l’absence de collectif (alors qu’il y avait des groupes de Gilets jaunes), les anciens Gilets jaunes deviennent une sorte de socle militant et de mémoire constituant une passerelle pour de nouveaux manifestants qui soutiennent ou disent soutenir à retardement des Gilets jaunes, dont beaucoup étaient eux-mêmes des nouveaux manifestants à l’époque, regrettant parfois de ne pas avoir manifesté contre le projet de loi-travail. L’enchaînement oppositionnel de ces dernières années depuis le mouvements des places et malgré les critiques qui ont pu lui être adressées pour son formalisme, la lutte contre le projet de loi-travail, le mouvement des Gilets jaunes, certaines actions ou initiatives au moment du conflit des retraites, montrent à quel point la manifestation ouvrière et syndicale «de gauche» est devenue un archaïsme ritualisé, à peine secoué par le côté postmoderne d’un cortège de tête lui-même vite ritualisé en deux ou trois ans. Si les manifestations d’aujourd’hui ne font pas mouvement, en elles résonnent un peu de la puissance des luttes de ces dernières années, ne serait-ce que par la reprise de certains slogans ou par le fait d’imposer des manifestations, déclarées ou non dans un contexte d’état d’urgence.

La manière de vivre l’opposition au passe sanitaire est de l’ordre d’un rapport entre soumission et colère, sans continuité autre que celle de la récurrence de la colère, puisque la prédominance actuelle de la forme réseau de l’État tend à supprimer toute médiation et donc toute perspective de négociation qui permettait, dans la phase précédente, de ne pas procéder par à coups, mais par un processus de lutte duquel se dégageait un rapport de forces. Ici, cette colère s’accumule certes, mais elle n’a pas les caractères de « l’expérience prolétarienne » qui objectivait la lutte des classes et l’inscrivait dans des cycles de lutte et donc des continuités et des discontinuités avec des périodes de haute ou basse intensité qui se succédaient dans le temps. Elle n’a pas non plus le caractère de processus du mouvement des Gilets jaunes qui, une fois atteinte puis passée l’incandescence de novembre-décembre 2018, a maintenu un temps les échanges et les liens nés sur les ronds-points et a développé d’autres actions, par exemple de blocage ou de sensibilisation en dehors des samedis de manifestation ; d’autres formes telles les assemblées générales, bref des pratiques qu’on pourrait dire militantes. Tout un ensemble qui dégageait une conscience d’avoir participé plus encore qu’à une lutte collective, à une aventure commune. C’est d’ailleurs, en plus d’un large soutien de la population, ce qui a fait tenir si longtemps les Gilets jaunes contre toutes les attaques (médiatiques et politiques) qu’ils subissaient semaine après semaine.

Là, on a plutôt l’impression d’une disparition de la temporalité dans l’absence d’amorce d’un processus. Les manifestations contre le passe sanitaire, même si elles sont immédiatement contre des mesures prises par l’État et la gestion aléatoire de l’épidémie, ne s’affrontent pas à l’État. Cela explique la différence de traitement des manifestants par les forces de l’ordre. À la tension violente qui régnait dans les manifestations d’hier succède aujourd’hui la confrontation à fleuret moucheté. La situation est paradoxale parce que l’État est encore plus dans l’état d’exception qu’hier, mais ses opposants ne sont pas des ennemis de l’État; ils ne sont simplement pas sur la même longueur d’onde. Dans cette mesure, la répétition des manifestations sans gain notable d’une semaine sur l’autre est pour le moment parfaitement maîtrisée par l’État qui y trouve son compte: les protestataires s’expriment, mais on les donne en contre exemple de «l’attitude appropriée» qui dans la novlangue de la société a déjà replacé l’ancienne « attitude citoyenne». Dans cette mesure et nous l’avons vu précédemment, si nous sommes bien dans une situation d’exception depuis la lutte contre le terrorisme, la mise en place controversée de la loi de « sécurité globale » et enfin l’état d’urgence sanitaire, nous ne sommes pas dans un État d’exception au sens de Carl Schmitt ou de Giorgio Agamben.

Les premières manifestations contre le masque ont été spontanées ou sur la base de contacts sur les réseaux sociaux, mais celles contre le passe sanitaire ont été plus organisées au sens où elles ont été appelées, si ce n’est diligentées, par des fractions politiques comme «Les Patriotes» qui ont compris ne pas avoir affaire à un ou des collectifs coordonnés[9] et il cherche donc à en tirer le bénéfice politique rapidement avant les élections présidentielles en proposant des parcours de manifestation qu’il est à même de déposer officiellement. Par delà la tentative d’infiltration politique d’un groupe politique[10], ce qui a triomphé ici c’est le pragmatisme avec la déclaration des manifestations et l’assurance qu’elles puissent se dérouler sans trop de heurts au nom de la liberté mais dans le respect de l’ordre. La stratégie de manifestation est donc différente de celle des Gilets jaunes qui tenaient à une unité de la lutte autour de l’idée que la manifestation n’est pas un droit acquis comme le pensent les syndicats et les divers tenants de la liberté, mais une sorte de droit naturel à l’insubordination en droite ligne de la constitution de 1793. Il ne se négocie pas. Ce précepte/principe n’empêchait pas qu’au fur et à mesure du déroulé de la lutte des Gilets jaunes, faire preuve de pragmatisme soit exclu, comme dans les manifestations parisiennes où très rapidement dès le printemps 2019 il n’était plus possible de constituer une manifestation «sauvage». C’est ainsi qu’à l’intérieur du mouvement des Gilets jaunes, si l’on met de côté Paris, les discussions sur le fait de déposer ou non faisaient l’objet d’âpres discussions et la tactique sur ce point s’évaluait de semaine en semaine. Là il n’en est rien. Il n’y a pas de lieux occupés, peu de temps de réunion et ce n’est qu’à la marge que des actions ont lieu durant la semaine. Des greffes d’AG sont tentées par des militants de gauche mais déjà au moment des Gilets jaunes on pouvait noter la caducité de la forme-assemblée ; là elles semblent encore plus découplées des manifestations.

Il s’ensuit que plusieurs manifestations peuvent coexister les samedis puisque les Gilets jaunes ayant marqué les esprits, l’habitude de manifester sans déclarer est prise et ouvre une possibilité pour diverses initiatives cherchant à essaimer plutôt qu’à concentrer les forces. C’est la coexistence de tous les mécontentements et révoltes. Ainsi, à Paris, le samedi 21 août on ne dénombrait pas moins de quatre appels à manifestation dans Paris, dont certaines appelées par des Gilets jaunes. Cette combinaison d’individus plus hétéroclites qu’associés s’en trouve incapable de dégager une ligne directrice, le mélange des positions les plus improbables engendrant une unité à minima. C’est cette absence de ligne directrice qui permet aux manifestations de perdurer au-delà des clivages politiques et des positions de chacun.

Cette répétition de la manifestation en soi sur le modèle des samedis des Gilets jaunes semble parachever la fin de toute référence à la lutte des classes que l’on pouvait déjà noter lors du mouvement des Gilets jaunes. Ce fil rouge est bien coupé, même si ce ne sont pas les manifestants qui le coupent. En conséquence, les références aux mouvements prolétariens ne sont pas rejetées, comme cela a pu l’être à l’origine du mouvement des Gilets jaunes, elles sont méconnues pour ne pas dire inconnues, en dehors des quelques militants politiques ou syndicaux qui participent à ces manifestations. L’imaginaire convoqué est moins présent puisque c’est l’immédiatisme du refus qui l’emporte. La référence à la Révolution française affleure encore, mais ce serait plus à celle de 1792 que de 1793 dont il s’agit. Le premier couplet de La Marseillaise est entonné ou le plus souvent un simple drapeau tricolore est agité, mais il ne s’agit plus « d’aller les chercher ».

Si le mouvement des Gilets jaunes, nous l’avons déjà dit, a tenté une transcroissance de ses motivations d’origine, nous sommes aujourd’hui dans une tout autre situation, bien significative de ce qu’est la société capitalisée. Les manifestations ne manifestent aucun après et pire que cela ce sont les pouvoirs en place et surtout les médias qui ont osé poser la question du «monde d’après» parce qu’effectivement l’arrêt du premier confinement strict ouvrait la possibilité de poser autre chose ce qui est même venu à l’esprit de ceux qui gouvernent. Dans les manifestations d’aujourd’hui, qu’on y soit favorable ou pas, il ne s’agit pas de ça, mais seulement, éventuellement, de résister à ce qui pourrait advenir de pire.

Ce que l’on trouve à la place et platement, c’est l’accélération de la virtualisation du monde avec le rôle accru des Gafam via le télétravail, les contrôles par QR code, etc. De la même façon que «le mort saisit le vif» (Marx) dans le monde du travail, avec la prédominance de la technoscience dans le procès du capital, les technologies de l’information ont dans un premier temps suppléé les relations sociales empêchées par les confinements pour ensuite les accompagner comme on peut le constater avec le passe sanitaire actuel.

Temps critiques, le 26 août 2021

[1] – Ils servent encore aujourd’hui à liquider les doses d’AstraZeneca dont, pour de bonnes ou mauvaises raisons personne ne veut.

[2] – Il ne faut pas oublier que tout cela se situe dans un contexte d’état d’urgence initié contre le terrorisme et toujours maintenu ou actualisé et élargi avec le projet de loi sur la «sécurité globale».

[3] – Dans Le Monde du 24-25 juillet, une enquête du géographe de la santé E. Vigneron constate une fracture vaccinale (indépendante du facteur âge) entre d’un côté Ouest et Nord, territoires les moins touchés par la pandémie mais les plus vaccinés, et de l’autre, Sud-Est et Est, plus touchés, mais pourtant les moins vaccinés (constat paradoxal mais sujet à de multiples interprétations) ; mais surtout fracture vaccinale suivant grosso modo la «fracture sociale»: communes les plus aisées et les centres-villes où on trouve le plus de vaccinés et communes les moins aisées des périphéries et banlieues où on en trouve le moins.

[4] – Contrairement à ce que prétend le scientisme qui n’est qu’idéologie, la science ne recherche pas une Vérité absolue, laquelle n’existe pas, tout au plus des vérités partielles et souvent provisoires, qui ne sont qu’autant d’«erreurs rectifiées» (cf. Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, Vrin, 1983, p. 10 et 239). Ce qui est incontestable, ce n’est pas telle ou telle vérité actuelle, fruit d’une démarche scientifique, mais cette démarche elle-même, précisément en mesure de remettre sans cesse en cause ses propres résultats antérieurs. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les différents conseils scientifiques ou conseils de défense n’ont pas fait preuve d’une telle démarche en n’exposant finalement que leur propre « expertise » bien limitée d’ailleurs par le cloisonnement des spécialités. Néanmoins, aujourd’hui, dans la société capitalisée, le « scientisme » est loin d’avoir l’influence qu’il avait, bien sûr dans la société bourgeoise, mais aussi pendant les Trente glorieuses. Il est désormais concurrencé par les critiques de la science venant de l’écologisme généralisé, des courants religieux, des courants ésotériques, du naturalisme, etc. D’où la faveur que recueillent des scientifiques dissidents ou des biologistes déviants ou des médecins antivax.

[5] – Pas seulement qu’apparentes puisque le projet de passe sanitaire adopté le 1er juillet par les pays de l’Union européenne, n’est accordé qu’aux citoyens qui ont reçu les quelques vaccins approuvés par l’Agence européenne des médicaments, AstraZeneca, Janssen, Moderna et Pfizer. Et encore, pour le premier, seuls ceux sortis d’usines européennes sont reconnus. Or, huit vaccins sont déjà autorisés par l’OMS et largement diffusés sur la planète. Ces produits demeurent pourtant exclus du passeport. Ainsi, des centaines de millions de personnes qui ont bénéficié d’autres vaccins antiCovid demeurent interdites d’Europe. Alors qu’on oppose aux manifestants anti-passe d’Europe la détresse des Tunisiens sans vaccins et victimes de l’épidémie, aucune mesure sérieuse et d’urgence n’est prise pour une libération des brevets. L’Afrique n’a pour le moment droit qu’au mécanisme Covax qui s’appuie sur la distribution de onze vaccins dont huit ne sont pas reconnus internationalement. Or selon une étude de l’Imperial College London le coût de production d’une dose du vaccin Pfizer serait de 0,60 $ (0,51 €) ; les coûts additionnels de conditionnement, packaging et contrôle qualité en porteraient le prix à 0,88 $ (0,75 €). Cf. https://www.lemonde.fr/les-deco­deurs/article/2021/06/09/covid-19-de-la-recherche-au-flacon-comprendre-le-prix-d-un-vaccin_6083481_4355770.html. Or Pfizer a vendu sa dose de vaccin à l’Union européenne au prix unitaire de 15,5 € avant de décider récemment de son augmentation à 19,5 €. À ce tarif, les Tunisiens ne seraient pas près d’être vaccinés.

[6] – Cet isolement semble d’ailleurs bien partagé puisque souvent ceux qui parlent d’isolement des manifestants, ou des anti-passe en général, du point de vue de leur propre position politique, le font en se drapant dans leur intégrité politique pour masquer le fait qu’ils tiennent le discours du pouvoir en place et de l’État. Pathétique de ce point de vue là apparaît la prise de position de Lorenzo Battisti de la CGT Banque-Assurance dont il vaut la peine de signaler les arguties de fin de texte: «Ces manifestations devraient être axées sur la lutte contre la liberté de licenciement en l’absence d’un passe sanitaire, et non contre le passe sanitaire en soi» avant l’appel habituel à la lutte de classes: «Je demande à chacun de faire attention à sa participation à ces manifestations, car cela pourrait nuire aux futurs mouvements de classe auxquels la CGT doit participer (disponible entre autres sur le site Entre les lignes entre les mots).

[7] – Par transcroissance nous entendons le fait qu’un événement puisse dépasser son caractère spécifique et limité d’origine. Nous pensons l’avoir explicité pour le mouvement des Gilets jaunes. C’est une perspective qui manque aux manifestations d’aujourd’hui. En effet, la lutte contre le passe sanitaire en elle-même ne peut déboucher sur rien (surtout qu’il y a et aura de plus en plus de vaccinés par rapport à la première manifestation du 14 juillet) si elle ne rencontre pas une lutte contre la loi de sécurité globale initiée il y a quelques mois, mais qui elle-même avait eu du mal à faire mouvement en ne regroupant que les organisations militantes et les restes du mouvement des Gilets jaunes.

[8] – Instituts de sondage et médias le reconnaissent à leur façon en signalant comme explication des échecs des représentants LREM dans les élections municipales ou régionales, leur manque d’ancrage.

[9] – Il existe bien quelques collectifs, par exemple en région parisienne: le collectif «Laissons les médecins prescrire» ou «Paris pour la liberté» créé par Sophie Tissier, coordinatrice de Force jaune un groupe parisien se caractérisant, entre autres à l’époque, par sa volonté minoritaire au sein des Gilets jaunes de déclarer les manifestations; «Réaction 19» des avocats Carlo Brusa, Di Vizio ou Virginie Araujo qui ont débouché d’une part sur une action contre les procès verbaux (non-respect des masques et du couvre-feu) et d’autre part une opposition au port du masque dans les écoles, mais ils restent disparates. Notons quand même que Brusa est un ancien de Forza Italia.

[10] – Cet entrisme de Philippot eut d’ailleurs été impossible à l’intérieur du mouvement des Gilets jaunes dans lequel, certes, des éléments d’extrême droite intervinrent, surtout à Paris et à Lyon, mais en tant que fascistes anticapitalistes et non en tant que politicards de droite pratiquant le clientélisme.

Non-débat à propos d’un non-mouvement

Sur le blogue qu’il anime, Freddy Gomez a mis en ligne un nouveau texte, dont je reproduis ci-après le passage qui me vise. Cela ne mérite, hélas, aucune réponse, tant il est vrai que dans ce non-débat, certains font en sorte de ne surtout pas comprendre une partie de ce que l’on dit, pour mieux pouvoir s’offusquer du reste – qui n’a plus aucun sens.

Toute cette merde produit, entre autres, une recomposition de la nébuleuse libertaire, notamment autour d’une opposition supposée «anti-scientiste», mais nullement anticapitaliste, incarnée par le groupe «Pièces et main-d’œuvre». J’ai déjà dit ici à quel point je juge ridicule et nuisible une théorie qui prétend trouver l’origine de nos malheurs non dans l’extraction capitaliste de la plus-value, mais dans le rêve d’Icare.

Il n’y a pas que de mauvaises nouvelles: j’ai procédé au comptage de la manifestation de samedi dernier à Marseille, deuxième ville de France. Résultat: entre 450 et 500 manifestant·e·s (qui doivent s’être compté·e·s, comme de juste, avec un ou deux milliers de plus).

Je reproduis également un édito de la CNT-AIT de Toulouse qui procède à une critique des mesures de contrôle autoritaire sans remettre en cause l’intérêt sanitaire de la vaccination, en reprenant en titre l’expression que j’avais choisie pour désigner l’ensemble des dispositifs de surveillance et de répression dans nos «démocraties capitalistes»: la terrorisation démocratique. Je précise que je ne connais pas toutes positions de ce groupe; je me contente d’approuver ce texte en particulier.

Et pour rire un peu, la publicité ironique d’un entrepreneur de pompes funèbres que des crétins antivax ont republiés sur Twitter: ils l’avaient prise pour un appel à refuser la vaccination ! (la publicité sur le camion; la page du site Internet).