“Vivre… ça, je crois qu’on a arrêté” ~ Hommage à Mathieu Bablet

Je découvre – après tout le monde semble-t-il, mais qu’importe! – le travail de Mathieu Bablet. Histoires, dessins, couleurs, c’est un enchantement. Je ne connais personne qui sache dessiner de grands immeubles comme il le fait, en restituant tout à la fois la poésie, la nostalgie, voire le malaise qu’ils suscitent. Et voici qu’au détour d’un album intitulé La belle mort, où se trouve décrit la situation d’une planète où les insectes gigantesques ont pris le pas sur l’humain (ou plutôt sur les rares spécimens survivants), je tombe sur cette case; je n’ai pas besoin de souligner le rapport évident entre le sentiment décrit par le personnage et celui que la plupart d’entre nous éprouvons depuis quelques mois.

Du même auteur.