Comme “Tout-le-monde”

Comme tout le monde! c’est le refrain d’une chanson des années 30 interprétée par Ray Ventura et ses collégiens.

Mais Toutlemonde est aussi un village du Maine-et-Loire (où l’on déteste sûrement la police…).

À Toulemonde (49360, par Maulevrier), il y avait même un carrefour.

On pourrait penser que rien n’est plus protecteur que l’extrême banalité d’une pareille toponymie.

Quand on l’est, comme —, on ne risque pas de se faire remarquer.

Hélas! ce qui prête à sourire en temps de paix peut armer le bras des assassins en des circonstances de confusions guerrières et linguistiques, comme en témoigne cette plaque commémorative:

 

 

 

“Tant que les vies noires ne comptent pas…”

Gianna Floyd (6 ans) «Mon père a changé le monde».

Manifestant·e·s à Norman (Oklahoma).

Le slogan sur le panneau, portée par une manifestante à la peau blanche, présente l’avantage de dérouler le contenu implicite du slogan «Black Lives Matter» dans son acception universaliste (et l’inconvénient d’être plus long, surtout en français).

Je propose la traduction suivante: «Tant que les vies noires ne comptent pas, on ne peut pas dire que chaque vie compte». Ou plus littéralement: « Toutes les vies ne comptent pas tant que les vies noires ne comptent pas».

Air du temps «présentiel» [35 ]

— Et du coup, vous sortez ensemble?

— Ben, ouais!

— Nan, mais j’veux dire : en présentiel?

— ……

Venu du vocabulaire des bureaux et de la formation, le néologisme «présentiel» désigne une exception physique – souvent une conclusion – dans un processus virtuel. On fera «en présentiel » la synthèse d’un «parcours de formation» réalisé par visioconférence.

Pourquoi «présentiel» (à partir de présent) et non «présenciel» (plus logique semble-t-il, à partir de présence) ?

Je parierais sur le sérieux. «Présenciel» évoque les nuages et les petits oiseaux[1], voire «le septième [présen]ciel», que l’un des locuteurs du petit dialogue en exergue serait sans doute heureux d’atteindre (et de faire atteindre à son ou sa partenaire). «Présentiel», par contre, évoque «présidentiel»: du sérieux, de l’organisé, du pas-là-pour-rigoler.

D’abord confiné dans la formation et l’Université, le néologisme devient viral grâce à la pandémie.

Ce sont désormais tous les domaines de la vie où le présentiel est appelé à devenir l’exception, qu’il faudra préciser aux intéressé·e·s, manière de leur laisser le temps de prendre les dispositions nécessaires (voire de faire valoir leur «droit de retrait»).

Un archaïsme un peu dégoûtant.

[1] D’ailleurs, le correcteur orthographique de mon ordinateur le souligne en rouge : modifier ?

Peut mieux faire.

Le concept de «pouvoir hystérique» est flou, et pour tout dire inopportun (hystérique vient d’utérus).

Mais il autorise un bel effort de rime…

Je note une intéressante référence aux «asinades» (XVIe, XVIIe s.) où le contrevenant aux règles de la bienséance (mari cocu ou battu, par exemple) était promené sur un âne à contresens, la tête vers le cul de l’animal. C’est ce qui arrive au personnage de l’affiche, d’ailleurs couronné.

Les sabots et la fourche fournissent une référence aux révoltes paysannes ou jacqueries, tandis que l’auteur ou l’autrice a tenu à suggérer une «foule» mixte, à la fois en termes de genres et d’âges.

La conjonction d’une arme (la fourche) et d’un instrument de musique bruyant (la trompette) évoque le charivari.

Je suppose (peut-être à tort) que cette affichette doit faire partie d’une série, mais je n’en connais pas d’autres de la même facture.

Je vous en foutrai des «arrestations musclées»!

Est-ce que les journalistes – et parfois les militant·e·s – qui utilisent l’expression obscène «arrestation musclée» pourraient réfléchir une minute. Qu’est-ce que les «muscles» viennent faire là-dedans? (surtout à trois sur un)

On ne parle pas de culturisme, s’il est bien question aussi de virilisme.

L’expression est devenue la prudence de langage ou tout simplement le cliché qui prévaut, y compris lorsqu’il y a mort d’homme, comme aujourd’hui celle de Cédric Chouviat.

«Arrestation violente», ça vous écorcherait le clavier?