Drôles de dames… ~ Caroline Granier étudie les femmes d’action dans le polar

Caroline Granier vient de publier À armes égales (Ressouvenances) ouvrage dans lequel elle soumet les romans policiers mettant en scène des femmes offensives (voire armées) à une analyse de genre. On peut se procurer le livre via le site de l’éditeur.

Présentation par l'éditeur

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie?

Le polar, univers longtemps conditionné par les hommes et des représentations phallocrates, se féminise. Il constitue ainsi un miroir grossissant de notre société, terrain privilégié pour l’étude des rapports sociaux entre les sexes, et aussi du rapport à la violence. Cet ouvrage interroge ces représentations littéraires à travers le prisme du féminisme. Analysant un important corpus de romans, décrivant de nombreuses héroïnes différentes, il contribue à une réflexion sur la condition des femmes dans la société actuelle. Il témoigne d’interrogations sous-jacentes : l’affirmation doit-elle être identification aux anciens codes de domination? Ceux-ci sont-ils spécifiquement masculins? En s’emparant des attributs traditionnels d’une condition masculine déterminée, des femmes les érodent-elles ou, au risque de ne pouvoir s’en affranchir, les répètent-elles? La violence peut-elle être un outil d’émancipation féministe?

Capture d_écran 2018-10-15 à 23.06.08

Caroline Granier est agrégée et docteure en Lettres modernes ; elle enseigne en lycée. Elle a étudié la littérature anarchiste de la fin du XIXe siècle en France, en interrogeant ses rapports avec l’histoire et les luttes sociales, dans Les Briseurs de formules (Ressouvenances, 2010). Depuis plusieurs années, elle se passionne pour les romans policiers d’aujourd’hui qu’elle étudie sous l’angle du genre.

 

En aidant la librairie-café “Les Villes invisibles” (Clisson, 44) vous aidez Tatiana et Caroline, les libraires, mais aussi les maisons d’édition, les autrices et les auteurs. Merci pour elles et pour nous!

Après plusieurs années dans le milieu du livre (l’une et l’autre, nous avons touché à l’édition, la bibliothèque, la traduction et bien sur la librairie…) nous nous sommes décidées à sauter le pas : avoir notre propre projet de librairie. Nous avions la même vision du métier, la même idée de partage, de transmission, de lien. Il ne restait qu’à le réaliser…

Un jour d’automne, nous croisons la route de Laurence, et sa librairie à Clisson (44), Le Vers Libre, qu’elle souhaite transmettre. Au fil de la conversation, de la description du lieu, le contact s’établit et notre intérêt grandit. À la première visite, nous tombons sous le charme et travaillons depuis à sa reprise. Le passage de consigne est prévu pour février 2019.

Dans une ville, une librairie est plus qu’un simple commerce; il s’agit d’un lieu de rencontre, de partage, de découverte. Elle n’évolue pas seulement autour des livres mais aussi des idées et des personnes. C’est pourquoi nous souhaitons continuer le travail commencé par Laurence, faire vivre ce lieu culturel inscrit dans la vie de Clisson depuis déjà plusieurs années.

Le but est de maintenir un accès direct aux livres et à la culture dans le village, à travers non seulement l’activité de vente de livres, mais aussi grâce à des rencontres et d’autres événements liés au livre qui favoriseront l’échange.

Être libraire c’est un métier que l’on choisit par passion. Passion pour la découverte permanente de textes que nous serons amenées à partager avec les lecteurs et les lectrices, pour le rôle de médiateur entre la demande du public et une vaste production éditoriale. C’est aussi défendre une idée du métier qui tient à une exigence et à un choix assumé dans son assortiment.

Plus encore que dans la sélection, c’est dans le conseil que le libraire trouve ou retrouve toute son importance, à travers le choix des tables, des nouveautés, la mise en avant des coups de cœur ou le conseil direct auprès de la clientèle.


Notre librairie restera généraliste, avec

• des romans francophones et étrangers, des polars, de la SF, et des sciences humaines, des BD, mais aussi de l’art, de la poésie, des livres de cuisine, de la littérature et des guides de voyage etc.;
• un coin jeunesse : albums, romans jeunesse et ados;
• à terme, une sélection de DVD documentaires;
• des cartes postales, de la région, sérigraphiées, etc.
Et notre espace café vous permettra de prendre le temps de faire une pause avec un choix de thés, de cafés, de jus, et des pâtisseries pour grignoter à l’heure du goûter…

Depuis plusieurs mois maintenant, nous préparons la passation. Aujourd’hui nous avons besoin d’un coup de pouce financier pour mener le projet à terme.

À quoi va servir le financement ?

Avec 5 000 euros nous aurons la possibilité de changer le logiciel de gestion du stock de la librairie, car nous estimons que les prestations du logiciel actuel ne sont pas suffisantes pour assurer une bonne gestion du stock. De plus, ce type de logiciel est l’outil du libraire au quotidien.

Nous allons aussi doter notre partie café d’une machine à grains professionnelle, pour pouvoir proposer un café de qualité à nos client·e·s.

Si nous arrivions à dépasser notre objectif et atteindre les 7 000 euros, nous pourrions confier à l’atelier de la Turbine, qui s’occupe déjà de notre charte graphique, la création du site internet de la librairie, un outil indispensable de nos jours; un site où partager nos conseils, toute information relative aux horaires et aux rencontres, nos sélections thématiques, etc.

Et avec 10 000 euros nous pourrions envisager dès le départ la création du rayon DVD documentaires; ainsi que l’achat de matériel de projection pour des soirées-débats autour de la production documentaire actuelle.

Les libraires

Tatiana

De formation littéraire, j’ai entamé ma vie professionnelle en conciliant travail et passion pour les livres auprès de la maison d’édition Marcos y Marcos, basée à Milan, pendant 5 ans. Arrivée en France, j’ai effectué un stage de deux semaines à la libraire-café Terra Nova de Toulouse à l’automne 2009, puis j’y ai travaillé jusqu’en mars 2018.

Cet emploi m’a permis d’apprendre le métier de libraire, et d’acquérir des compétences non seulement dans le conseil et la mise en avant des titres, mais aussi dans la gestion des animations, des relations interprofessionnelles, de la logistique et de l’administration. Au printemps dernier, le moment était venu de changer d’horizon, après ces huit ans qui m’ont amené à aimer le métier, à en connaître sa beauté et ses difficultés.

Caroline

Je reconnais tourner autour du projet de travailler au milieu des livres depuis longtemps. La formation de médiathécaire effectuée en 2013, après un cursus au long cours en médecine puis en philosophie, devait être le dernier jalon, j’en garde un esprit service public. À côté, les différentes pratiques professionnelles menées étaient des activités de service, en bibliothèque, dans le milieu médical et dernièrement, à l’école auprès de jeunes enfants. Durant le stage effectué cet été au Vers Libre, je me suis sentie à ma place auprès de la clientèle et aux côtés de ma future associée.

Pour nous suivre sur Facebook: https://www.facebook.com/librairieVillesInvisibles/


N’hésitez pas à nous suivre, nous allons essayer de vous tenir au jus au fur et à mesure de l’avancement du projet…

– CONTRIBUEZ ICI !– à partir de 5€

 

“Lettre ouverte à mon prédateur littéraire” ~ par Claire Auzias-Gelineau

Au sieur Yves Bichet, auteur de Trois enfants du tumulte (Mercure de France, 2018).

 

« Regardez-les passer ! Eux, ce sont les sauvages. Ils vont où leur désir le veut, par-dessus monts, Et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages, L’air qu’ils respirent ferait éclater vos poumons. […] Regardez-les, vieux coq, jeune oie édifiante ! Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu’eux. Et le peu qui viendra d’eux à vous c’est leur fiente. Les bourgeois sont troublés de voir passer les gueux. »

Jean Richepin

 

Vous pillez nos livres, vous vous appropriez nos luttes, nos pratiques, nos extravagances, mais surtout nos rêves, des rêves dont vous n’avez pas la moindre idée. Et comment l’auriez-vous, pauvre littérateur sans estomac, quand vous pataugez dans l’obscène d’un temps où les «enfants du tumulte» sont devenus matière à vendre du papier gras et à toucher des royalties. Le Mercure rapporte, surtout quand il s’agit, en principe, de faire la charité en rendant hommage «aux bousillés, aux petites mains». Ma main, je vous la foutrais bien sur la tronche. Il fut un temps où le duel lavait l’offense. À défaut, je m’en tiendrais aux mots. Pour être « enragée » – oui, toujours enragée! –, on n’en a pas moins l’usage; on sait aussi les manier. Pour le coup, ils seront sans retour. Aucun dialogue, sachez-le, n’est possible entre nous.

Par vos soins de prédateur littéraire, me voici donc contrainte de figurer, entre «Théo l’insoumis» et «Mila la rebelle», dans votre fiction-« témoignage» où, me concernant, moi et mes amis, tout fait poids de bassesse. Alors témoin, comme ça? Mais témoin de quoi et connu de qui? Personne ne vous a jamais vu nulle part, fantôme. Ni «au milieu du pont», là où vous situez «l’erreur», ni sur la berge, ni dans la grande dérive. Nulle part, j’insiste. Nous ne vous connaissons pas, nous ne vous avons jamais vu. Ce que vous savez de nous, vous le tenez de seconde main et post festum. Je suis bien placée pour le savoir. De deux choses l’une, alors: où vous fictionnez tout, y compris votre néant, ou vous mentez comme un arracheur de dents. Dans les deux cas, le résultat est le même: vous n’êtes qu’un faux témoin. Rien de plus, rien de moins, et sur toute la ligne. Quand j’apparais, sous mon nom et en toutes lettres, dans l’épisode des «Tables Claudiennes» et que vous vous délectez de mes hauts faits, vous êtes quoi: romancier ou témoin? Quand, pour faire bon poids, vous citez, sous son nom et en toutes lettres, Didier Gelineau, mon époux, vous êtes quoi: romancier ou témoin? Quand, à votre «roman», vous rajoutez une bibliographie de huit livres, où deux de mes titres sont référencés – le cinquième attestant de votre inclinaison objective –, vous êtes quoi: romancier ou témoin? D’un côté, «c’est un roman», dites-vous; de l’autre, «j’ai des révélations à faire», susurrez-vous. Quelles révélations? Où sont-elles, ces révélations? «Je les ai connus, ces faits sont contrôlables.» Contrôlables… Langage de flic et de faux témoin.

 

Il fut un temps où l’on «maspérisait», voici venu celui où l’on «bichettise». La falsification, comme l’ignorance, est sans limite. Ici, vous avez recours au pseudonyme; là, vous faites dans «le réel», un réel de commissariat. Michel Raton, Marcel Munch, Didier Gelineau, Claire Auzias et quelques autres: des noms jetés en pâture. Votre méthode est non seulement détestable, elle est infamante. Pas pour nous, pour vous. Vingt occurrences me concernant, cinq pour Didier, trois pour ma «petite sœur», une kyrielle d’allégations mensongères, voire diffamatoires. Il y a du risible aussi: j’aurais volé des fringues dans les magasins de la Croix-Rousse alors qu’il n’y avait, à l’époque, aucun magasin de ce type à la Croix-Rousse et que, de surcroît, j’ai toujours été incapable de voler quoi que ce fût. Il y a du factuellement faux, encore: nos potes trimards n’ont jamais dealé de drogue. Il y a de l’ignoble, enfin, dont je tairais le détail par respect pour les morts, ces morts que, vivants, vous n’avez jamais fréquentés et que vous salissez sans honte: Michel Marsella, Jacky Orsel, Marcel Munch, Moumoutte, Bibi… Ils ne vous demanderont pas réparation. Pas plus que Marie Laffranque, Danton, Sonia. Pas plus que les enfants de ces parents que vous entachez de vos petites salissures.

Reste la question du pourquoi. Pourquoi, financé par la région Rhône-Alpes, adoubé par le Mercure de France, vous vous êtes livré, Bichet, à cet «hommage» de pervers polymorphe? Pervers parce que vous vous faites passer en contrebande pour étant des nôtres, jusqu’à vous dire notre porte-parole. Pervers parce que, au-delà de votre sale méthode, vos intentions sont celles d’un vicelard et vos sous-entendus plus encore. Pervers parce que votre supposée défense des enfants perdus, des trimards, des paumés de l’après, ne vise qu’à les faire passer pour d’insipides crétins, parce qu’il n’est qu’une charge contre ces «gens modestes, peu cultivés pour la plupart, qui ont glissé vers la radicalisation», voire «le terrorisme». En clair, c’est le coup de la guillotine à deux lames que vous nous faites, maniée par un humaniste de l’exécution. En cela votre pauvre prose est sûrement singulière par son vice, mais elle ne détonne pas, sur le fond, dans la lourde production anti-soixante-huitarde de ces temps conformistes.

Fils de bonne famille, vous avez beau avoir lâché vos études en médecine en quatrième année pour devenir ouvrier saisonnier, puis maçon, ça ne fait de vous qu’un déclassé recyclé dans la littérature, pas un Georges Navel. Quoi que vous insinuiez, nous ne sommes pas du même monde, et nous ne le serons jamais. Vous avez beau avoir pillé, en les détournant de leur sens, des éléments autobiographiques que j’ai moi-même livrés dans Claire l’enragée, mon histoire vous sera toujours étrangère. Vous n’avez aucune chance de percer les mystères et les secrets de notre cour des miracles. Aucune. Trop dur pour vous. Alors vous salopez, à votre manière certes très salopeuse, mais similaire sur bien des points à celle de vos confrères en veulerie. Ce sont toujours nos ennemis qui nous dérobent nos vies pour les estropier. Comme si, fugaces anonymes, nous n’avions d’autre choix que de nous laisser martyriser jusque dans nos intimités.

 

Déjà nous fûmes, il y a dix ans, objets d’un jeu vidéo. Pathétique incongruité. Votre opus Trois enfants du tumulte atteste, à sa petite place, de l’état de confusion et d’étourdissement où nous nous trouvons. Votre succès est notre mise à mort symbolique, comme si survivre était encore de trop.

Cette putain de société toute acquise à ses fureurs libérales et morbides, ce monde d’où monte le chœur des thuriféraires ahanant ses gloires abrutissantes, je les déteste. Et contrairement à ce que vous semblez croire, pauvre type, des milliers de créateurs, partout, s’inspirent de l’élan de Mai 68, un élan qui n’en finit pas de s’enrichir de nouvelles contributions, de nouvelles critiques, de nou- veaux apports, de nouvelles analyses, de nouvelles interprétations sensibles. Le défi est le même: saper ce vieux monde qui, sous ses habits neufs, nous prive de tout, mais surtout de nous-mêmes.

À travers moi, Bichet, les «petites mains» – ma famille d’ombres – vous crachent à la gueule.

Claire AUZIAS-GELINEAU

 

 

Nota. Le site À contretemps, sur lequel le texte ci-dessus a été d’abord publié a réalisé une version pdf que vous pouvez télécharger ici.

Les illustrations ci-dessous ont été ajoutées par moi (C. G.).

Dans la revue “Books”: La corde pour se faire surpendre…

Dans l’excellente revue Books, dont je viens de recevoir en tant qu’abonné le n° 91 de septembre -octobre 2018, jugez de mon étonnement à la rencontre de ce titre: «Du plaisir de se faire surpendre».

Books se lancerait-il dans l’apologie du BDSM, au risque de déclencher dans les cours de récréation une épidémie de «surpendaison» de convenance…

Peu probable.

L’article ainsi titraillé (sans merci ni relecture) chronique un ouvrage de Vera Tobin intitulé Elements of Surprise.

Tout s’explique.

Pendu, passe encore! mais «surpendu», on en vient à manquer d’«R».

Il fallait lire: «Du plaisir de se faire surprendre».

Une légère connotation érotique subsiste, drame en moins.