Anne Vanderlove nous a quitté·e·s – comme l’on dit – le 30 juin dernier

L’ami Gédicus, qui m’apprend cette triste nouvelle que j’ignorais joins à son message les paroles d’une belle chanson, Dites-moi, dont je n’ai pas trouvé d’enregistrement correct.

Salut à Anne Vanderlove (11 décembre 1943 – 30 juin 2019) 

 Dites-moi, vous l’aviez pourtant le cœur à rire
Dites-moi, vous l’aviez pourtant le cœur aux dents
Et puis du cœur aux yeux, tant de choses à dire
Quand vous aviez couleurs du Grand Meaulnes et du vent
Mais de sables en dunes, et d’automnes en pluies
Grand Meaulnes s’est enfui
Et votre adolescence frêle l’a suivi

Dites-moi, vous l’aviez pourtant le cœur à vivre
Dites-moi, vous l’aviez pourtant le cœur aux dents
Quand on vous a montré les grands mots dans les livres
Qui renversent les murs, vieillissent les enfants
Mais les enfants sont morts et les fusils rouillés,
Les chemins délaissés
Et déjà sur la pierre
L’herbe s’est fermée

Dites-moi, vous l’aviez pourtant le cœur à rire
Dites-moi, vous l’aviez pourtant le cœur aux dents
Et puis du cœur aux yeux, tant de choses à dire
Que vous auriez bien pu faire un peu mieux vraiment,
Dites-moi, qu’avez-vous fait de tant de saisons ?
Vos jardins, sans façon
Vous déchirent le cœur
A grands coups de chardon.

“Il fait chaud, on peut pas s’fâcher”!

 

Chanté par les Frères Jacques, ce texte charmant de Jacques Grello (sur une musique de Guy Béart) …hymne discret à l’amour libre.

Rafraîchissant!

 IL FAIT BEAU

Quand le soleil s’est levé là-bas derrière Pantin
Ça n’a été qu’un cri dans le petit matin
« Il fait beau »
Les oiseaux de Paris filochant ventre à ciel
Aux quatre coins d’la ville ont porté la nouvelle
« Il fait beau »
De la Muette à Pigalle, on se l’est répété
Une bonne nouvelle ça vaut l’coup d’en parler
« Il fait beau, il fait beau »
Et tout Paris bientôt fredonne obstinément
Ce refrain de trois mots monotone et charmant
« Il fait beau », tout l’monde est content

Puis le soleil joyeux montant un peu plus haut
En fin de matinée y a quèqu’ chose de nouveau
Il fait chaud
Ça s’aggrave d’heure en heure, bientôt nous étoufferons
On a un p’tit peu d’air quand y passe un avion
Il fait chaud
Les femmes sont adorables, comment peuvent-elles ranger
Dans si peu de tissu tant de choses à toucher ?
Il fait chaud, il fait chaud
Partout dans les bistrots on prépare les grands verres
On a beau être content, on s’fait monter de la bière
Il fait chaud, faut jamais s’en faire

Délaissant avant l’heure son torride bureau
L’ami Gaston chez lui est rentré bien trop tôt
Il fait chaud
Il a trouvé sa femme seule avec un monsieur
A part le drap du d’ssus, ils n’avaient rien sur eux
Il fait chaud
Gaston restait sans voix, sa femme ne disait rien
Alors l’autre type a dit « Y a qu’ comme ça qu’on est bien »
Il fait chaud, il fait chaud
« Vous croyez ? » dit Gaston, « Je peux vous l’affirmer »
Gaston s’est dévêtu et tout s’est arrangé
Il fait chaud, on peut pas s’fâcher

Puis enfin c’est le soir, assis d’vant leur maison
Les concierges déclarent avec satisfaction
« Il fait bon »
Dans le ciel assombri, les hirondelles font,
En poussant des p’tits cris, une partie d’saute-moucherons
Il fait bon
Puis le soleil pressé disparaît vers Saint-Cloud
‘L a l’tour du monde à faire, faut qu’il en mette un coup
Il fait doux, il fait doux
Il a pas d’ temps à perdre s’il veut être rev’nu d’main
On compte sur lui d’ bonne heure, là-bas derrière Pantin
Il f’ra beau, il f’ra beau

Il f’ra beau
Ca nous plaira bien

 

…danses et sons qu’ont fondu

SPIME est un projet de rencontre et de construction de réseaux des musiques improvisées au niveau européen, porté par le collectif Le Fondeur de son (LFDS). Pendant une semaine de résidence des musiciens et danseurs européens travailleront ensemble.

Trois jours sont consacrés à des jam sessions dont l’objectif est la rencontre entre nos invités européens et des musiciens de la scène parisienne – et plus largement française – des musiques improvisées.

Musiciens et danseurs européens invités

Paulo Chagas (Portugal) : sax
Jonathan Aaderstrup (Danemark) : contrebasse
Marcello Magliocchi (Italie) : drums
Carlo Mascolo (Italie) : trombone
Mya Dyberg (Danemark) : sax
Elena Waclawiczek (Autriche) : danse
Anna Adensamer (Autriche) : danse
Agnes Distelberger (Autriche) : danse

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41
Musiciens et danseurs français invités
Yaping Wang : yang qin
François Wong : sax
Andrew Crocker : trompette
Blaise Powell : danse
Noémie Lambert : danse
Erwin Toul : batterie
Marguerite Gauthier : clarinette
Alexandre Duclosel : clavier
Marcio Gibson – batterie

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41
Membres du collectif LFDS présents
Yoram Rosilio – contrebasse
François Mellan – tuba
Nicolas Souchal – trompette
Niels Mestre – guitare
Pierre Yves Baudin – sax, clarinette
Florent Dupuit – sax
Jérôme Fouquet – trompette