“Le traçage anonyme, dangereux oxymore” ~ Un rapport détaillé

Dans le but affiché de ralentir la progression de l’épidémie COVID-19, la France envisage de mettre en place un système de traçage des contacts des malades à l’aide d’une application mobile. Les concepteurs de ce type d’applications assurent qu’elles sont respectueuses de la vie privée. Cependant cette notion reste vague. Nous souhaitons donc contribuer au débat public en apportant un éclairage sur ce que pourrait et ne pourrait pas garantir une application de traçage, afin que chacun puisse se forger une opinion sur l’opportunité de son déploiement. L’intérêt d’une telle application réside dans sa capacité effective à détecter les contacts à risque et à utiliser cette information de manière pertinente dans les mesures de lutte contre l’épidémie, comme l’accès à des tests de dépistage ou la mise en quarantaine.

N’ayant pas de compétence en épidémiologie, nous nous garderons de juger de l’impact de ces applications de traçage sur la propagation de l’épidémie. Mais cette évaluation nous semble indispensable pour mettre en balance leurs possibles bénéfices avec leurs risques.Notre expertise en tant que spécialistes en cryptographie, sécurité ou droit des technologies réside notamment dans notre capacité à anticiper les multiples abus, détournements et autres comportements malveillants qui pourraient émerger.

À l’heure actuelle, un vif débat a lieu entre les spécialistes du domaine sur la sécurité des applications proposées, opposant souvent les applications dites «centralisées» à celles dites «décentralisées». Indépendamment de ces considérations techniques, nous voulons alerter sur les dangers intrinsèques d’une application de traçage.À l’aide de différents scénarios concrets comme celui ci-dessous, nous présentons les détournements possibles d’une telle technologie, quels que soient les détails de sa mise en œuvre.

Téléchargez ICI le rapport complet au format pdf.

Contact : contact@risques-tracage.fr

Site Internet.

 

Tâtonnements de la propagande ~ Exemple indien

En Inde, des policiers arborent un masque à l’effigie (supposée) du coronavirus, dix-neuvième du nom. Cette tentative d’incarner la peur que la population est censée ressentir, afin de lui faire mieux accepter le confinement, est doublement maladroite. Les gens ont déjà peur de la police (et ils ont raison). D’autre part, associer les flics et le virus ne peut que renforcer l’idée que la police est une peste permanente.

On retrouve ici la tentation d’infantilisation des gens, déjà évoquée dans un billet précédent.

Exploitation sous état d’urgence ~ héroïsation et infantilisation

On trouvera ci-dessous le message envoyé par une agence de travail temporaire de l’Ouest de la France. On notera le vocabulaire utilisé: les «collaborateurs», c’est-à-dire les travailleuses et travailleurs précaires sont appelé·e·s des superhéros !

Le recours à l’imaginaire des bandes dessinées s’inscrit dans la politique lexicologique du gouvernement. Le Président de la République n’hésitant pas à qualifier de «héros» le personnel soignant, sur lequel il lâchait ses porcs il y a quelques semaines lorsqu’il réclamait des conditions de travail décentes.

L’idée est simple, et concernant les infirmières elle vient doubler celle d’une vocation supposée des femmes au soin, au care: un héros ou une héroïne est admirable. Mais l’admiration que chacun·e se doit de lui porter est la seule ou au moins la principale gratification qu’il·elle peut attendre. On ne paye pas une héroïne! Ce serait l’insulter dans son dévouement exemplaire, donc forcément désintéressé…

Bonjour,

Vous faites partie des collaborateurs inscrits chez CRIT à ce titre, je souhaite partager les dernières informations de votre agence et de ses clients.  

Compte tenu de la situation actuelle, après le secteur de la santé, l’alimentaire est considéré comme un secteur prioritaire. Aussi, tous les jours les intérimaires de notre agence travaillent avec les entreprises pour assurer la production et l’approvisionnement des consommateurs sur tout le territoire.  

Si vous souhaitez rejoindre les équipes qui travaillent pour nourrir nos concitoyens, [ici un numéro de téléphone]

Appel à tous les superhéros !

Rejoignez les équipes d’opérateurs agroalimentaire

Rejoignez les équipes de préparateurs de commandes

Rejoignez les équipes de livreurs

Rejoignez les équipes d’hôtes/hôtesses de caisse

Un grand MERCI à toutes celles et tous ceux qui ont déjà rejoint les équipes formidables des superhéros et d’avance MERCI à tous les nouveaux 

Prenez soin de vous, de vos proches, respectez les consignes sanitaires et à très vite !

Le ministre de l’Agriculture lance un appel à «l’armée des ombres»! ~ Encore un effet de l’ergot de seigle?

Dans un discours halluciné (encore un ravage de l’ergot de seigle?) empruntant au images de la Résistance (et du cinéma), Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture a «lancé un appel à l’armée des ombres» pour que les personnes en chômage technique du fait des mesures de confinement aillent travailler aux champs comme main-d’œuvre gratuite.

Il y a la possibilité d’avoir 200 000 emplois directs dans l’agriculture. Donc je veux lancer un grand appel à l’armée des ombres, un grand appel aux femmes et aux hommes qui aujourd’hui ne travaillent pas, un grand appel à celles et ceux qui sont confinés chez eux dans leur appartement ou dans leur maison, à celles et ceux qui sont serveurs dans un restaurant, hôtesses d’accueil dans un hôtel, aux coiffeurs, à celles et ceux qui n’ont plus d’activités.

317. Contribution au débat sur la répression politique sous état d’urgence (film)

Un film sur l’état d’urgence et la répression des manifestations contre la COP 21, dans lequel je suis interrogé (en voix off) et dont j’ai contribué à la présentation publique à plusieurs reprises.

Interviennent également Vanessa Codaccioni, Didier Fassin, Samir Baaloudj et des manifestant·e·s.

 

“317” documentaire sur l’état d’urgence, jeudi 29 juin à Pantin (20h)

Projection de 317Contribution au débat sur la répression politique sous état d’urgence” auquel j’ai participé (entretien audio), Le jeudi 29 juin prochain, à 20h (adresse et plan ci-dessous).

Documentaire avec les interventions de Vanessa Codaccioni, Didier Fassin, Samir Baaloudj, Claude Guillon.

23-25 rue Boieldieu, à Pantin.

Une dizaine de minutes à pieds depuis le M° Église-de-Pantin.

J’animerai la discussion autour du documentaire, dans la logique du livre La Terrorisation démocratique, que j’ai publié chez Libertalia.