De quoi le «courage» et la «liberté d’expression» sont-ils les masques ? ~ Adieux à Frédéric Lordon et Ludivine Bantigny

Quand le doigt montre l’assassin du Bataclan, l’imbécile (de l’un ou l’autre sexe) se regarde dans la glace.

Il/elle n’aimerait pas savoir que l’élite des tueurs d’État vient de prendre position autour du bâtiment qu’il occupe, avec l’intention bien arrêtée de le/la truffer de balles.

Une balle dans le ventre ! ça doit faire horriblement mal !

Rien que d’y penser, l’imbécile éprouve une déplaisante contraction intestinale. Bref, il ou elle a peur.

Il/elle pense que l’assassin du Bataclan n’a pas eu peur. Tout sauf un lâche, puisqu’il n’a pas renoncé à assassiner en sachant que sa propre mort était quasi inéluctable.

 

C’est « une description dans sa pure positivité » [un « constat », en français courant] affirme Frédéric Lordon, dans une vidéo par laquelle il apporte, ainsi que Ludivine Bantigny, son soutien à Jean-Marc Rouillan, menacé de prison pour avoir dit – entre autres énormités – que les assassins du Bataclan n’étaient pas des lâches.

Le « constat » de Frédéric Lordon, qu’on a connu mieux inspiré, est infiniment discutable.

L’absence de « lâcheté » ou de « peur », le « courage » donc, de l’assassin du Bataclan est-il établi ? Et le « courage » doit-il s’entendre uniquement au sens étroit de « mépris du risque physique » ?

[Je sais : ça ressemble à des sujets de bac ; mais ça n’est pas moi qui fixe le niveau !]

Peut-on considérer comme « courageux face à la mort », un être humain convaincu que celle-ci lui ouvre les portes d’un paradis, où onduleront – pour le plaisir de ses sens – des jeunes femmes toutes pareilles à celles qu’il vient de couper en deux à la mitraillette ?

Certaines de ces petites salopes ne portaient même pas de soutien-gorge. Il le voit bien, maintenant que leurs corps désarticulés gisent en vrac sur le sol de la salle de spectacle. Certaines même… Mais n’affligeons pas leurs mémoires.

L’imbécile s’est regardé dans la glace. Il juge du « courage » de l’assassin, soit en le comparant – en connaisseur – avec le courage dont il a lui-même fait preuve autrefois (dans des circonstances heureusement différentes – mais précisément, il ne peut s’interdire de songer qu’en d’autres circonstances, lui-même aurait pu… d’ailleurs, il le dit à la radio), soit en l’évaluant à l’aune de sa propre peur panique de la violence physique ou de la souffrance physique, ou du bruit des armes de guerre…

Ancien pratiquant de la lutte armée ou petit(e) bourgeois(e) pusillanime, l’imbécillité les réunit dans le même « constat » : il n’était pas « lâche » d’assassiner des gamines, leurs petits amis et leurs pères, dans un lieu de plaisir ou dans un magasin juif puisque ces meurtres collectifs devaient se payer de la mort.

En voilà de la « pure positivité » !

Y’en a qu’ont pas perdu leur temps sur les bancs de la fac…

Ironie mise à part, comment d’aussi répugnants et misérables sophismes[1] peuvent-ils envahir l’esprit de gens pétris de bonnes intentions politiques, qui ne feraient pas de mal à un moineau, et qui sont peut-être même végétariens… ?

La notion de « courage », considéré comme « pure positivité » y est sans doute pour beaucoup. Car le « courage » est aussi une notion moralement positive. Personne ne nie qu’il existe des salauds courageux, mais ces salauds, au moins, sont courageux (« Eux ! », ajoute l’imbécile en se re-regardant dans la glace ou en se remémorant sa jeunesse). On peut tourner ça dans tous les sens : le salaud gagne moralement à être vu comme « courageux ».

On peut avancer l’hypothèse que dans cet étiquetage saugrenu, l’assassin récupère in extremis son humanité. Sans son « courage », il ne serait qu’un monstre incompréhensible, moralement banni de l’espèce (laquelle en souffrirait dans sa fierté).

Ça n’est d’ailleurs pas sans une certaine amertume « fin de race » que certains commentateurs ont constaté « notre » infériorité, voire « impuissance » face à des gens « qui n’ont pas peur de mourir ».

Frères humains qui devant nous… violez les femmes, humiliez les enfants, torturez les animaux, assassinez nos semblables, louez les antisémites d’hier et d’aujourd’hui, adorez les dictateurs …n’ayez contre nous les cœurs endurcis !

La plupart de ces activités étant illégales, voire sévèrement punies par la loi, nous reconnaissons le courage dont vous faites preuve.

Risquer 8 ans de réclusion pour forcer une femme : respect ! Faut en avoir ; il en avait.

Le courage ne se dispute pas : il se constate !

Le courage crée à l’assassin, au salaud, une aura, qui l’environne encore après sa mort.

Le salaud qui mitraille des gamines dont les distractions ou la religion offensent le prophète et le racheté par sa témérité forment une seule et même personne. Mais le second interdit « positivement » de traiter le premier de lâche.

L’autre facteur de confusion à l’œuvre dans ce galimatias est la notion de « liberté d’expression ».

Je précise ici – sans ambiguïté – que je la défends farouchement face à l’État et aux institutions en général. Je ne demande pas l’interdiction du Front national ou des spectacles de Dieudonné, et pas davantage la saisie des journaux néo-nazis.

D’abord parce que je sais ces mesures inutiles ; ensuite parce que je ne collabore pas avec l’État ni ne lui délègue l’application de mes colères.

Tout le monde doit avoir le droit légal de déconner, même gravement. Voire d’étaler les pulsions de haine les plus rances : ça permet de repérer l’adversaire.

Cela dit, l’exercice de la « liberté d’expression », supposée garantie contre les tentatives de limitations institutionnelles, n’est en aucune façon – pas davantage que le « courage » – un « laissez-passer » théorique, politique ou moral.

Le prestige moral de la « liberté d’expression », acquis au fil des siècles de combats pour son obtention, ne devrait jamais en quoi que ce soit rejaillir sur les idées qu’elle permet d’exprimer.

Les idées les plus odieuses doivent demeurer libres du point de vue du ministre de l’Intérieur. Pas du mien ! Je les combats par tous les moyens, elles et ceux qui les défendent.

Il m’est arrivé de témoigner pour la défense, dans un procès qui visait les responsables du site de contre-information Indymedia Paris, en venant dire à la barre que j’ai besoin que les gens dont je combats les idées puissent exprimer les leurs au grand jour. Je me fais davantage confiance qu’aux censeurs (qui me visent d’ailleurs quand ça les arrange).

Il est parfaitement raisonnable de dire que Jean-Marc Rouillan ne doit pas retourner en prison, pour des raisons politiques et tactiques – je l’ai fait longtemps avant même qu’il en sorte, et avant que ce soit la mode dans une nouvelle génération d’intellectuel(le)s.

Cela n’entraîne pas que les idées pour lesquelles nous ne voulons pas le voir incarcérer y gagne je ne sais quel certificat d’intelligence, de légitimité morale ou de pertinence politique.

Laisser entendre que les assassins du Bataclan et de l’hyper cacher ont fait preuve de « courage » n’est ni malin ni légitime, ni pertinent ni même respectable.

La « liberté d’expression » – toujours à défendre – n’y change rien !

Les assassins du Bataclan et de l’hyper cacher épuisent la définition de la lâcheté la plus répugnante. Dire le contraire est une capitulation ou une compromission.

Soyons clairs, puisque je me plains que d’autres pensent et écrivent n’importe quoi. Je soupçonne (je ne suis pas dans leur tête) que c’est une compromission chez Rouillan et une capitulation chez Lordon et Bantigny.

Je suis atterré d’entendre des gens comme Frédéric Lordon ou Ludivine Bantigny (sur la même vidéo en lien plus haut) reformuler les élucubrations de Rouillan, dans le but (certes louable) de lui éviter une réincarcération, en les censurant, en les édulcorant avec une crâne malhonnêteté intellectuelle, voire en leur accordant le statut de « pure positivité » (comme la gravité universelle, par exemple).

Notre époque a-t-elle une si grande et en même temps si honteuse nostalgie de la violence physique – partie intégrante, et aujourd’hui niée, de la culture ouvrière – pour faire du courage physique un argument politique.

Combien de fois ai-je entendu répondre à une analyse politique critique de l’action des Femen par le joker : « Quand même ! tu ne peux pas nier qu’elles sont courageuses ! »

Je n’y songe même pas ! Mais je discute politiquement une stratégie militante, je ne suis pas en train de consulter le catalogue du personnel d’une société de sécurité privée ! Du coup, je suis davantage (et plus fâcheusement) impressionné par les publicités réalisées pour un marchand de lingeries (avec slogans militants sur le torse nu) ou la cible d’action médiatique (et raciste !) choisie dans Le Parisien libéré que par une dent cassée dans un affrontement avec des néo-nazis.

Nous retombons dans les mêmes ornières. Mener une action raciste à La Chapelle, prémâchée par des racistes, publicisée par des médias racistes ne peut pas être qualifié – entre militant(e)s révolutionnaires discutant stratégie – de « courageux ». Même dans le cas où les activistes se font traîner la poitrine nue sur le goudron (je ne doute pas que c’est désagréable…).

Jusqu’où irons-nous si l’assassin de jeunes gens ne peut être traité de lâche, si le crétin qui l’affirme ne peut plus être traité de (dangereux) crétin, si le « courage » efface les compromissions et les fautes.

Quand Frédéric Lordon et Ludivine Bantigny vont-ils nous interdire (oh! moralement, s’entend !) de constater, « positivement » pour le coup, l’antisémitisme de Dieudonné. Quand vont-ils rejoindre le mauvais farceur Hazan et contester celui d’Houria Boutelja, une jeune femme dont Éric Hazan affirme que nous lui en voulons parce qu’elle est une femme – antiféministe, certes, mais bon, personne n’est parfaite ! – et qu’elle est courageuse !

Quand va-t-on nous dire qu’il y a du « courage » à saluer le dictateur Ahmadinejad comme un héros ? Et après tout, pourquoi ne pas voir une espèce de « courage » intellectuel (et même physique: une paire de claques est vite arrivée !) à faire de l’antiféminisme sous couvert de sororité « de race sociale » ? Surtout quand c’est édité à La Fabrique…*

Si nous admettions que certains mots-valeurs – courage, lâcheté, liberté – ont perdu leur sens et peuvent être remis en circulation après rebattage des cartes, en fonction de règles sémantiques que personne ne semble se soucier de préciser, ici pour défendre untel à raison de son passé glorieux, là pour soutenir telle autre en fonction de sa « race » revendiquée, si nous admettions n’importe qui peut dire et faire n’importe quoi en se voyant reconnu le « droit » politique de le dire et de le faire, alors…

[Parenthèse: Et merde ! les trentenaires, ne venez pas nous expliquez qu’il n’y avait pas de militantes féministes, y compris naturistes, avant les Femen. Ne nous dites pas non plus que les immigré(e)s n’ont jamais mené de luttes, en tant que travailleurs et en tant qu’immigrés, avant l’emploi du terme douteux d’« islamophobie » et votre prurit « décolonial ». Vous êtes simplement trop jeunes et/ou ignorant(e)s. Contentez-vous de la lecture d’une collection des cent premiers numéros de Libération.]

Alors, disais-je…

a) Nous participerions collectivement à une confusion théorique dont les seuls à tirer les marrons du feu seront mécaniquement les plus confus d’entre les confus : les complotistes et les fanatiques (islamistes, racialistes, antisémites).

b) Nous contribuerions aussi à créer, sous prétexte d’un débat fédérateur (pourquoi pas d’« amour révolutionnaire » comme dit l’admiratrice d’Ahmadinejad?), une ambiance de violence embrouillée qui va figer nos discussions et nos recherches pour longtemps.

On ne réfléchit pas sainement, que ce soit autour d’une bière ou d’un thé à la menthe, dans une pseudo-collectivité (la « gauche radicale » ?) où les antisémites et les maniaques de la kalachnikov seraient des modèles de courage ou des précurseures intellectuelles.

Si ce sont bien là les prodromes[2] d’une époque à venir, elle mérite le nom de barbarie.

[1] Argument ou raisonnement faux, malgré une apparence de vérité et/ou de logique.

[2] Signes avant-coureurs.

Dernière minute

* La chose s’est faite – ou au moins a été publiée – au moment même où je rédigeais et mettais en ligne le texte ci-dessus, dans une tribune intitulée «Vers l’émancipation, contre la calomnie. En soutien à Houria Bouteldja et à l’antiracisme politique», publiée par Le Monde.

Conclusion de ladite tribune:

«Une telle pensée, qui travaille les catégories existantes pour mieux s’en échapper, est en avance sur son temps, décalée dans son époque. Elle dérange, choque, indigne qui veut lire trop vite et condamner sans procès. Ce ne sera pas la première fois qu’une telle discordance des temps est à l’œuvre : les révolutionnaires, les marxistes, les libertaires, les féministes l’ont toutes et tous éprouvée. Ce combat revient à se délester de nos catégories ; il commence par une prise de conscience. Notre émancipation est à ce prix.»
C’est encore pire que tout ce qu’on pouvait imaginer de plus confus et de plus stupide (très repentant et masochiste aussi!).
«Sans procès»! osent écrire ces inutiles idiots.
C’est votre choix de ne pas entendre telle phrase d’une émission, d’en sauteur une dans un paragraphe, de ne pas me/nous lire, mais au moins abstenez-vous de nous donner des leçons d’honnêteté.
 
Les signataires:
Ludivine Bantigny (historienne), Maxime Benatouil (co-président de l’Union juive française pour la paix), Judith Bernard (metteure en scène et journaliste), Déborah Cohen (historienne), Christine Delphy (sociologue et militante féministe), Annie Ernaux (écrivaine), Fabrice Flipo (philosophe), Isabelle Garo (philosophe), Eric Hazan (éditeur et écrivain), Stathis Kouvelakis (philosophe), Philippe Marlière (politiste), Dominique Natanson (co-président de l’Union juive française pour la paix), Olivier Neveux (universitaire), Ugo Palheta (sociologue), Geneviève Rail (universitaire, Simone de Beauvoir Institute and Womens Studies, Canada), Catherine Samary (économiste), Michèle Sibony (Union juive française pour la paix), Isabelle Stengers (philosophe), Julien Théry (historien), Rémy Toulouse (éditeur).

AUJOURD’HUI LES ENFANTS, C’EST CATÉCHISME!

Certain(e)s des abonné(e)s, lectrices et lecteurs d’occasion de ce blogue ignorent peut-être le site Non fides, sur lequel ont été publiés les deux textes qui suivent.

Je me fais un devoir de les porter à la connaissance générale. On s’étonnera peut-être que je ne publie pas de texte en réponse…

Mais comment répondre à de tels manieurs de foudre?

Meilleurs théoriciens que moi ! Meilleurs logiciens, meilleurs moralistes, meilleurs écrivains, meilleurs théologiens, meilleurs humoristes…

Comment prétendrais-je affronter pareils géants? Oh! je m’en garderai bien! D’ailleurs, je n’ai même pas pu, je le reconnais, aller au bout de ce pensum. Un jour peut-être…

Et puis tout ça prend du temps, de l’énergie. Il faut décrypter…

Par exemple, je n’ai pas la moindre idée de ce à quoi renvoie le paragraphe suivant : «D’autres épisodes récents ont eu lieu, de notoriété publique, dont un a tout particulièrement mis en scène une violence inégale, sans aucun fondement politique d’aucune sorte autre qu’une guerre de territoire». Encore un incident de la guerre des gangs qui ne m’est pas parvenu aux oreilles…

Mais l’on juge mon silence lourd de sens!…

Allez, ça va bien comme ça! J’ai dit ce que j’avais à dire. Je m’en tiens là sur les incidents auxquels j’ai fait allusion.

Quant aux questions de fond, j’y reviendrai quand bon me semblera.

Tout au plus me suis-je permis d’ajouter ici quelques illustrations qui m’ont semblé assez bien assorties aux textes.

Je ne m’autorise qu’une remarque, dictée par le seul scrupule intellectuel: Je ne peux sans protester laisser mes contempteurs profiter de mon exposition en place publique pour compromettre un tiers, innocent du crime dont il est soupçonné.

Non! Serge Quadruppani n’est pas de mes amis. Nous nous sommes fréquentés, certes, à l’époque où nous participions tous deux au comité de rédaction de la revue Mordicus. Mais nous sommes brouillés, au point que je n’ai pas salué le personnage depuis 20 ans. On conviendra que cela constitue pour lui une espèce de prescription. Quant à la basse opinion que je me fais de ses positions, on s’en informera aisément en suivant les liens ad hoc de ce blogue.

 

Capture d’écran 2016-08-19 à 19.43.11

Et Claude Guillon créa l’excommunication… et oublia le négationnisme

jeudi 18 août 2016

 

Remarque préliminaire : ce texte apparemment nécessaire — vu le niveau de publicité et les imprécisions majeures diffusées — a été écrit suite au premier texte de Claude Guillon publié le 29 juillet. Depuis il persiste, signe et aggrave les menaces et les attaques personnelles, s’enfonçant tout seul dans une guerre privée à propos d’un épisode qui n’a rien à voir avec lui. S’il s’agit de refuser la violence interpersonnelle, d’autres épisodes récents ont eu lieu, de notoriété publique, dont un a tout particulièrement mis en scène une violence inégale, sans aucun fondement politique d’aucune sorte autre qu’une guerre de territoire, et pour lequel « viriloïde » serait un doux euphémisme. Pourtant Claude Guillon n’y a pas réagi. Pour l’instant, face au caractère de plus en plus insultant des propos tenus, et au déchaînement de menaces en cours, le plus raisonnable semble être d’attendre que le soufflet retombe pour faire le point et aviser.

 

Claude Guillon, entremetteur dans la bonne pensée radicale devant l’éternel, nous gratifie le 29 juillet 2016 d’un étrange billet d’humeur mauvaise.


Le 30, il le débaptise et le rebaptise : « ”La Discordia”, les ”dieux”, La mort, l’humour, le mauvais goût et les fascismes… ». Il y ajoute un paragraphe dans lequel il se fait l’inventeur du fil à couper le compagnon, en livrant à la vindicte militante un excellent compagnon rencontré deux milliers de fois, au moins… Ah, non, nous ne sommes pas de ceux qui délivrons ce genre de diplôme.

Le raisonnement est déjà fort sinueux. Suivez bien.

Dans ce texte à plusieurs double-fonds de lâcheté, il fait savoir à tout un chacun qui compose son auditoire virtuel qu’il ne s’offusque pas plus d’une blague qu’il juge mauvaise à propos du prêtre égorgé par quelques uns qui ont entendu l’appel du comité-visible-et-barbus-qui-ont-commencé-et-proclamé-un-califat-islamique, que d’un tag dont les termes consonnent avec le champ lexical négationniste, trouvé sur un mur après une manifestation contre la loi Travail.


« Pas d’amalgame ! », nous dit le Père Claude, pas question d’« assimiler » le curé égorgé avec d’autres curés violeurs d’enfants (pour un développement détaillé sur cette question, voir le post scriptum intitulé Guillon, les tweets, l’humour, la roussophilie, la mort, les religions et les djihadistes, et la défense calomnieuse). Le moment choisi, après un crime de ce type, n’est-il pas le meilleur pour faire un peu la vierge effarouchée ? En tout cas voilà une position courageuse qui tranche avec l’ambiance christianophobe de pogrom anti-curés qui se prépare actuellement en France. Monseigneur Guillon a tranché, remballez fourches et fusils : il est « hostile à l’assassinat des prêtres », la messe est dite, c’est proscrit, on annule tout.


Passons sur le début poussif, comme à chaque fois que Guillon Notre Père étale ses états d’âmes sur l’actualité. Le roi du ni-ni, l’apôtre de la distinction, donne son avis sur ce qui anime l’opinion, pour en venir à ce qui n’a aucun rapport et aucun lien. « Enfin Claude, pas d’amalgame, voyons ! », pourrait-on se contenter d’avoir idée de lui répondre…
Mais là, le sujet abordé est grave et un compagnon qui ne manque certes pas d’excellence, même s’il n’est pas diplômé de la Guillon’s Academy en la matière, est livré à la vindicte publique. L’idée qui nous traversait l’esprit se fait nécessité d’en dire quelque chose.

Sachons donc que Claude Guillon ne s’intéresse pas à des tags aux connotations au moins discutables. Tout cela le laisse froid — lui qui nous répète à l’envie qu’il n’est pas de bois — et il nous le fait savoir. Mais il s’offusque en revanche que d’autres puissent s’en émouvoir, et que lors d’une conversation à ce sujet, deux personnes majeures et (sans doute) vaccinées en soient venues aux mains. Il s’agit donc de ce qui indiffère et de ce qui émeut, de ce qu’il y a à penser et à dire, de comment on prend part à une conversation, on l’interrompt, on la poursuit ou on la fait cesser, de ce qu’on accepte d’entendre, de ce qui laisse froid ou de ce qui énerve, et c’est là, à propos de tout ça, entre la mondanité et la politique, que Claude Guillon a des choses à nous dire. Il n’est pas ému par le tag et, politisant cet affect étrange, juge intolérable que d’autres le soient. Il est ému en revanche qu’un ami à lui qui s’est imposé longuement et lourdement dans une discussion à ce sujet, en tenant avec insistance une position intenable — celle de vouloir à coup de non arguments, obliger ses interlocuteurs forcés à cesser d’en discuter — ait été conduit sur un autre terrain puis, ayant proposé de doubler la mise, se soit battu avec l’un de ses contradicteurs. Modeste proposition pour aider à s’y retrouver dans la vie, puisqu’il faut réagir au diapason avec Guillon, et surtout rester impassible quand ça ne lui fait rien : pourquoi ne pas avoir proposé une adaptation personnelle du best-seller Indignez-vous, avec une application permettant de savoir, en temps réel, grâce à l’échelle d’indignation de Guillon comme maître étalon, quand et comment réagir.


On voit bien déjà une inversion et une projection propre à un narcissisme débridé : c’est lui qui voudrait que tout un chacun réagisse comme il l’entend ou comme il dit réagir, et pas l’inverse. Personne n’a réclamé à personne une quelconque réaction, (encore moins à lui, ou de celle dont il fait état dans son triste texte), rien de ce type n’a été exigé. Il suffisait juste que son excellent ami l’inopportun accepte de cesser de raconter n’importe quoi et de prendre la parole et la tête à ceux qui voulaient réfléchir et converser. S’éloigner ou parler d’autres choses aurait sans doute, à ce moment-là, suffi.

En glosant autour de cette trame passionnante, Claude Guillon nous dévoile plusieurs curieuses qualités.

D’abord il excelle dans l’art de parler de ce qu’il ne connaît pas. Normal, en bon historien généraliste, il ne s’est pas renseigné. Il fait croire à une agression de taré qui aurait pris à parti n’importe qui (ou plutôt pas n’importe qui, justement, un des excellents amis de Claude Guillon), et n’aurait pas accepté qu’à brûle pourpoint la personne n’ait pas eu le même avis que lui. Il ne sait donc pas, apparemment, que la rixe en question a eu lieu après une longue et patiente discussion, et que l’énervement est venu suite à l’insistance particulièrement inquiétante, voire pénible ou proprement inacceptable vu les propos tenus, d’un qui s’était imposé, pour parler du sujet débattu, dans la discussion d’autres. Ce véritable Watson du sens des choses avait le loisir de se renseigner. Il ne l’a pas fait, du moins assurément pas de manière contradictoire. Il ne cherche même pas à préciser le contenu des tags dont il est question et commence dans son premier billet par gloser sur strictement n’importe quoi, comme si la précision en la matière était hors de propos. Le tag passe de « Ils [les CRS, nous précise-t-il, mais pourquoi pas l’État, les socialistes, l’oligarchie cosmopolite, ce gouvernement au service des patrons…] nous douchent avant de nous gazer » à une photo du tag avec le réel slogan, effectivement discuté ce soir là : « Le gaz, la douche, c’est douteux… ». Aucune différence pour Claude Guillon entre ces deux formules, il laisse en l’état son appréciation du tag imaginaire antérieur, qui n’a rien à voir et à partir duquel il a brodé son argumentaire, et qui ne soulève clairement pas les mêmes questionnements. Le fait qu’il ne prête absolument aucune attention, et ce de manière si ouverte, au contenu réel des tags et donc au contenu réel de la dispute montre que c’est évidemment un procès d’intention malveillant. Mais de quoi parle-t-il donc, à part du fait qu’il ne faut pas parler de ce dont il pense qu’il a été question ce soir-là ? D’ailleurs, il n’y a que lui pour parler d’une « plaisanterie de huit mots » (pour le tag qu’il invente totalement, pourquoi alors ne pas assumer comme d’autres collègues, l’usage de la fiction ?). Personne n’a parlé de plaisanterie, de trouver ça drôle ou même spirituel. Sur le fond, on y reviendra, notons tout de même cet ultime paradoxe de la pensée guillonesque : il intime l’ordre de comprendre les choses comme lui (alors qu’il affiche ne pas les comprendre) et il faut réagir à sa manière, c’est à dire pas. Mais comment faire pour se plier à cette exigence, alors qu’il proclame en même temps être le seul à « être Claude » ? Ce que nous confirmons d’ailleurs : il est lui, Claude est Claude Guillon. Ceci dit, en bons élèves, nous avons réagi à sa manière, en faisant un texte. Si Sire G. a besoin d’un fixeur de terrain, un autre homme de lettres en la personne de Serge Quadruppani, pourrait faire l’affaire. Chacun étant amoureux de sa propre plume et spécialiste de se regarder écrire, ils devraient sans doute se comprendre fort courtoisement. Voilà une belle paire. Ce vieil ami du diseur de mauvaise aventure était venu à la manifestation du 14 juin, surement pour prendre en photo avec son smartphone les lacrymogènes que se prenaient les autres, on peut les voir sur son propre blog (c’est là que les grands esprits d’écrivains se rencontrent), il pourra sans doutes apporter quelques lumières sur ces tags, puisque le tag en question y figure.


Sûrement a-t-il un avis ou même des informations, voire des scoops, qui sait, sur la question.

Ensuite Mister Guillon nous inflige une fort mauvaise exégèse, sur fond de contre vérités, de dénégation, voire de déni. Il y confirme qu’il n’y a rien à penser de ces tags. Comme son excellent ami, il n’en pense rien, mais il pense surtout qu’il faut empêcher quiconque d’en penser quelque chose. Et ce par tous les moyens. Par exemple en n’employant à aucun moment dans son exposé le terme « négationnisme » alors que c’était bien, plus que la question de l’antisémitisme qu’il évoque rapidement pour la balayer d’un revers de sa noble main, le centre de la discussion dont il restitue des échos déformés. Ce que notre auteur concède dans sa grandeur d’âme, c’est que le tag qu’il invente, est une « allusion au déroulé des opérations d’extermination menées dans certains camps de concentration nazis ». Or le mode opératoire en question n’est précisément pas le bon. Même à ce propos, il raconte n’importe quoi ! Quand et où y-aurait-il eu « douche », puis « gaz » ? Qu’est-ce que c’est que cette manière de jouer au funambule sans filet en appelant « camps de concentration » justement les camps d’extermination ? Il n’est pas certain que considérer Rassinier et la Vieille Taupe comme source sur la question soit propre à éclairer un esprit embrumé. Tant qu’on parle d’esprit embrumé, d’ailleurs, Maitre Guillon, qui ne rechigne devant aucun argument spécieux, convoque « l’humour juif », pour justifier le mauvais goût, qui, par la magie de l’euphémisme, pourrait allez jusqu’à couvrir un antisémitisme là ou potentiel. On ne dépliera pas ce raisonnement, déjà bien bancal, qui craint tout particulièrement, et à plusieurs niveau, à cet endroit-là. Ne serait-ce que ce présupposé que le fait d’être juif prémunirait contre l’antisémitisme. A chacun de relire, réfléchir, aller jusqu’au bout, et voir jusqu’où ça mène…


Comme il ne parle jamais du négationnisme, on ne saura pas si d’après lui l’« humour juif » pourrait aussi servir d’alibi contre ce « mauvais goût » spécifique. C’est dommage et ça enlève de la portée à son raisonnement, parce qu’il se trouve justement que c’est la base du procédé employé ad nauseam par Dieudonné — et ceux qui le défendent que ce soit ouvertement ou en minimisant ses propos — pour faire passer pour de l’humour ses éructations propagandistes racialistes, antisémites et négationnistes.


Claude Guillon en appelle donc à « l’humour juif » qui tombe comme un cheveu sur la soupe et alors qu’il n’y a que pour lui que ces tags ont une vocation humoristique, mais ni dans le texte premier, ni dans l’ajout postérieur, il n’est question en tant que telles des chambres à gaz, alors que c’était bien l’objet premier de la discussion. On a de ces oublis parfois… L’extermination est qualifiée de « dispositif antisémite », voilà une étrange formulation, sans grande pertinence, qui caractérise assez mal ce dont il est question et ses spécificités, qui essentialise un dispositif et perd de vue ce dont on parle concernant le dispositif, l’antisémitisme et le reste (parmi lequel le nazisme dont on n’entendra pas parler non plus). Nous ne souhaitons pas commenter là le fait qu’il puisse en arriver à considérer le négationnisme comme une « allusion » « irrévérencieuse à des personnes de confession ou d’origine juive ». Ceci dit et sans entrer dans un débat, sans doute passionnant par ailleurs – sachant que si on peut parler de l’humour et de ce qui fait rire, ce n’est pas avec n’importe qui – au sujet des spécificités de l’« humour juif » et des mérites comparés de l’humour selon les cultures (et les « races », sociales bien sûr, même pourquoi pas ?), il semble bien que, sans trop s’avancer, on puisse convenir que c’est un humour qui met en œuvre de la réflexion, de l’ironie, des jeux de situations, de sens et de mots. Autant le texte dont Guillon nous inflige la lecture n’est pas dépourvu de mots, autant, s’il est ironique, c’est bien malgré lui et, s’agissant du jeu intellectuel sur le sens et les situations, il en manque cruellement. Comment peut-il alors gloser et faire la leçon sur ce que manifestement il ne comprend pas et qui encore une fois n’est présent en rien dans le tag ? Aux athées ne plaise !

Il manifeste aussi une capacité certaine à passer du coq à l’âne, strictement, d’un tweet humoristique qui a fait le buzz à propos de l’exécution du prêtre par des illuminés qui se prennent pour le bras armé de Dieu, à une controverse vigoureuse sur un sujet politiquement délicat et important. Partir de « l’actualité » pour dire ce qu’on a à dire et qui n’a rien à voir, c’est assez nul. Quand ça conduit à mettre sur le même plan un partisan imaginaire, mais pas tant que ça, de Daesh avec un compagnon qui n’est pas d’une patience à toute épreuve face à la confusion et la bêtise quand elle est défendue politiquement, on peut appeler ça de la malhonnêteté. Ce faisant, il semble se prémunir par avance contre cette « traque » au « mauvais esprit » (esprit, au sens d’humour, sans doute…) dont il invente l’existence, mais dont il craint apparemment de pouvoir faire les frais, en imposant silence et absence de réflexion ou de questionnement sur ses positionnements passés et actuels.


D’ailleurs, qui est en train de proposer la traque (et bien pire puisqu’il s’agit de « mettre hors d’état de nuire ») de qui avec ces accusations publiques ?

Comme corollaire de ces bonnes vertus, il montre donc une capacité à saisir n’importe quelle occasion pour régler ses petits comptes personnels. En effet, renseignements pris, il se trouve, même si ça ne se voit pas, et pour cause, qu’il avait été fort respectueusement questionné (par mail privé, avec toutes ces formes du bon usage qu’un « fou dangereux » n’emploierait sans doute pas) par celui qu’il désigne à la vindicte militante, à propos de ses récentes courbettes à divers racialistes. Lui avait été demandé comment il les rendait compatibles avec ses autres prises de position. Pas de réponse honnête, de la temporisation, des faux-fuyants polis… et puis ce texte ! Faire brûler un interlocuteur trop curieux en place publique est sans doute une manière de clore la discussion. On peut s’étonner que cela prenne ce chemin. L’auteur, qui a plutôt la plume bavarde, n’a-t’il donc pas supporté de devoir défendre des positions finalement inconfortables ? A-t’il voulu punir définitivement celui qui se sera permis un regard critique sur le contenu de ce qu’il diffuse ?

Il fait aussi, et ce n’est pas là la moindre de ses qualités, la preuve d’une attitude tout à fait flicarde dans cette promptitude à qualifier les faits, à produire une version accusatoire et à désigner quelqu’un suffisamment précisément pour qu’une bonne partie de son auditoire virtuel voie de qui il s’agit, ce qui revient, en somme, à le livrer en pâture. En cela on peut dire qu’il hurle avec les loups puisque sa proposition de mise au pilori se trouve associée à nombre d’accusations, de menaces, voire de lâche trahison dont il a certainement eu au moins des échos.

Mais surtout, il sait faire preuve d’une finesse diagnostique digne des plus grand experts psychiatres de tribunaux. Parce que pour pestiférer celui qui le dérange par quelques mails, il faut d’abord établir un diagnostic : « fou dangereux » donc. Pourquoi pas « psychopathe asocial » ou « forcené bon à être exécuté », verbalement s’entend puisqu’on est un auteur de papier et de discours même si, tel Dieu, on les fantasme performatifs. Chacun son DSM et ses pratiques de « soin ». Il sera « fou dangereux » selon le bon Docteur Guillon. Mais au regard de quelle norme ? Et dangereux pour quel petit confort d’intellectuel organique d’un milieu à la dérive ? Peut-on être d’ailleurs si malveillant et si éloigné de toute pratique soignante, que, en admettant même que le diagnostic soit juste et désintéressé (en est-on capable, Narcisse invétéré ?), on se mette à crier à la face du diagnostiqué « au fou dangereux ! » par communiqué écrit, rendu immédiatement public, interposé ?

Plus encore on peut porter au crédit de notre auteur la maîtrise d’une rhétorique acérée pour séparer le fond de la forme, signe imparable de la volonté de refuser de penser sérieusement ce qui a pu se passer, de quoi il s’agissait, qu’est-ce qui a pu rendre une discussion suffisamment pénible pour que l’un des participants perde patience. Guillon marche dans les pas de son ami si insistant : il redouble, à l’écrit, la même volonté de clore à toute force la discussion. Parmi d’autres mots doux il se croit autorisé à ranger les contradicteurs qui ne lui plaisent pas avec « les fachos, les flics et les barbus » avec lesquels, comme chacun sait, il a déjà fort à faire et combat, non-viriloïdement, au quotidien, la plume ne pouvant en aucun cas être utilisée comme un attribut phallique, comme chacun le sait. On aimerait d’ailleurs avoir une définition de ce que seraient les pratiques « viriloïdes » dont il est question. Faut-il ranger dans cette intéressante catégorie déconstruite, celle des enragés, ou dernièrement celle du « cortège de tête » ? Est-ce à dire que toute conversation doit rester courtoise et qu’aucune altercation n’est licite ? On se retrouverait alors dans un moralisme victorien tout à fait délétère. Si c’est une critique pour faire le beau, l’esthète, le raffiné et le penseur que l’on déverse comme un ersatz de mépris de classe sur celui qui n’aurait pas autant de lettres et d’esprit, si cet anti-virilisme est celui que nous croyons, nous lui en laissons volontiers le monopole… Enfin, bien entendu, ces viriloïdes dont il entend faire la critique sont à placer parmi les autres « imbéciles », de droite, de gauche ou d’extrême radicalité (plate-bande réservée, Guillon’s Corporate). C’est faire preuve d’un véritable courage de professer ainsi le refus de « l’extrême » et de la « radicalité ». Un appel à rester dans le milieu du milieu, en somme, où on se sent bien. Pas trop de vague. Pour la subversion, on verra sans doute plus tard, ou ailleurs. Et s’il faut pour cela tolérer l’intolérable, allons-y, en toute courtoisie révolutionnaire !

Pour finir, la meilleure de ses qualités réside sans doute dans cette étrange manière de concevoir les rapports entre amitié et politique. Quand on est connu par Claude Guillon comme un « excellent camarade », on n’a pas à être contredit, quelles que soient les positions qu’on tient. Si avoir été croisé un millier de fois par Guillon confère le statut privilégié de béatifiable de l’anarcho-communisme, il faudrait tout de même veiller à ce que cela ne s’applique pas forcément à son éventuel concierge, kiosquier, boulanger, banquier ou confesseur, il faut que ça se mérite un peu tout de même… Pourquoi n’avoir pas proposé une distinction à porter à la boutonnière, ou parce qu’on aime à faire mine de refuser les honneurs et qu’on collectionne ce qui plaît à l’ancienne jeunesse, un simple badge ? Sinon un pin’s avec sa photo dédicacée ? Ou un slogan sobre « Je suis Claude G. » Mais il y a un risque de méprise sur la personne pour les admirateurs qui ne l’aurait pas rencontré en chair et en os. Plutôt alors un digne portrait stylisé comme celui figurant sur son blog, ou une photo de son chapeau, avec légende pour ceux qui ne sont pas sensibles à l’art du trait. En tout cas un signe distinctif pour que l’on sache alors qui il faut révérer et avec qui ne point parler politique ni s’embrouiller. On aurait tout de suite cessé de contre argumenter. « C’est un excellent camarade de Claude Guillon ! ». « Mon Dieu, taisons-nous, laissons le débiter la plus grande confusion, refuser de prendre en compte l’existence historique d’un négationnisme d’extrême gauche, laissons-le venir nous interrompre dans une conversation privée pour affirmer envers et contre tout que notre discussion n’a pas lieu d’être. » Dans les rues, les réunions, les parcs, de Paris et de sa banlieue, sachons donc laisser les ami-es de Claude Guillon raconter tout et n’importe quoi, ils connaissent le grand homme, ça devrait nous suffire. Il se trouve, il faut l’avouer, que cette carte de visite, en l’occurrence, nous a échappé, et que, même badge à l’appui, face au discours qui nous a été tenu et aux circonstances dans lesquelles les choses se sont déroulées, nous n’en aurions sans doute pas fait grand cas. Qui sait, nous aurions peut être prié ensuite pour que ce ne soit tout de même pas pris comme un blasphème ou une profanation par la trinité incarnée auctoriale et radicale.

Capture d’écran 2016-08-19 à 19.46.33

Car enfin que s’est-il passé ? De quoi était-il question pour que la conversation entre quelques camarades et quelqu’un qu’ils ne connaissent pas se termine par un échange de coups qui donne des vapeurs à notre vedette ?


Reprenons. En marge d’une projection/discussion publique, sur comment se défendre et l’interrogatoire, organisée par les Archives Getaway le 4 juillet, quelques camarades devisent pendant la pause sur un bout de trottoir. L’un d’entre eux restitue le contenu de deux tags inscrits sur les murs de Paris lors d’une des grandes manifestations contre la loi travail, celle du 14 juin 2016 : « nos rues ne sont pas des chambres à gaz ! » et « le gaz, la douche, c’est douteux ». Une discussion s’ensuit à propos de ce qu’ils en pensent, pourquoi leur contenu interroge et dérange, d’où cela peut bien venir, ce que cela peut signifier, dans un contexte ou certains groupes, enfants en cela aussi des situationnistes, et rompus à la captation et à la privatisation des énoncés, occupent largement les murs et placent leurs banderoles en tête des manifestations pour prendre, par le discours, une hégémonie sur ce qui circule et se donne à voir du mouvement… Pour le premier des tags, on se dit qu’il n’a pas forcément en lui-même de signification véritablement problématique, mais que voir écrit sur les murs aujourd’hui, dans une manifestation contre la loi Travail, « chambre à gaz » ne tombe pas sous le sens. On se dit à ce moment-là que ce tag est probablement sans grande importance. Mais quand même, si le Zyklon B était un gaz incapacitant utilisé par les Nazis pour le maintien de l’ordre, ça se saurait. Enfin il consonne avec le second, écrit dans la même manif, qui, quant à lui, semble beaucoup plus problématique. Outre qu’il relève de cette même thématique peu en lien avec l’actualité, l’allusion aux « douches » et l’adjectif « douteux » mettent son contenu en résonance avec le négationnisme old fashioned. S’il est certain que la formule est ambiguë et qu’on ne sait pas bien à la lecture, ce qui est « douteux », le sens premier, n’en déplaise à quelques exégètes partisans et à Claude Guillon, est bien qu’il est douteux (donc qu’on peut/doit douter) que du gaz et des douches aient été utilisés, et ce doute ne s’applique évidemment pas au présent. Prétendre le contraire, quand on a été ne serait-ce que contemporain des années 80 et des errements d’un certain nombre, est tout bonnement scandaleux. Si on veut faire dire à ce tag qu’il est contestable d’utiliser du gaz lacrymogène ou des canons à eau pendant les manifs et que ça rappelle « des heures sombres de l’histoire » comme on dit, il faut singulièrement en tordre le sens, et oublier « douteux » par exemple, ou lui substituer autre chose, qui aurait très bien pu être tagué à la place, si on avait cherché à ce que le sens soit clair. On se laisse le temps de réfléchir, on formule des hypothèses mais en tous les cas, il semble à chacun que le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a un jeu d’écho plus que « douteux » pour reprendre l’expression, s’inscrivant encore une fois dans un contexte assez particulier d’offensive antisémite et négationniste. Si certains font la sourde oreille à cette situation, le dernier livre de Bouteldja Les blancs, les juifs et nous, en est un vecteur et un symptôme particulièrement clair. Ce livre, édité à La fabrique, ayant été défendu et encensé sur un site qui a le même rapport aux énoncés que les communicants par tags, on peut peut-être légitimement se poser quelques questions, non forcément sur les intentions du ou des tagueurs mais, pour l’instant, sur l’ambiance qui appelle et permet ce genre de tags. On s’étonne d’ailleurs qu’ils soient en photo sur des sites d’information militants sans aucun développement critique, ni discussions. Quelqu’un avance alors que c’est peut-être à mettre sur le compte de l’inconscience et de l’ignorance.


L’échange amical, la conversation privée pourrait-on dire, et la confrontation d’arguments, sont interrompus et parasités très tôt et à de nombreuses reprises par un personnage très certain de son importance et très impératif quant à ses interventions, qu’aucun des autres ne connaissent. Il tient à intervenir pour convaincre le petit groupe qu’il n’y a rien à penser de tout cela et à dénier jusqu’à la possibilité de l’existence d’un négationnisme à l’extrême gauche. Il déroute la discussion et, pendant une bonne vingtaine de minutes, il faut se justifier du droit qu’il y aurait à s’en parler et recadrer quelques éléments minimaux concernant le négationnisme et l’antisémitisme, leur mode de déploiement par l’effet de confusion dans ces milieux (comme ça lui a été dit dans la discussion, de nos jours, personne ne se permet encore — mais jusqu’à quand ?— de se présenter ouvertement avec 3 blagues antisémites et une sortie négationniste ; on fait le faux naïf, on se demande, par des jeux de forçage, pourquoi tout cela serait important, si ça existe vraiment, on minimise, etc…), le vichyste Darquier de Pellepoix et l’usage de l’ « explication » par les douches par exemple, le « doute » comme ressort faurissonien depuis toujours, défendu ensuite, y compris par des ultra-gauches, des communistes, des libertaires et des anarchistes, au nom de la liberté d’expression et de la recherche. Les interventions de cette personne qui affecte de ne rien y connaître et de ne pas s’y intéresser, sont insistantes, confuses et, plus pénible, visent dans la durée à empêcher la discussion à laquelle il ne lui était pas nécessaire de participer, ainsi qu’à propager la confusion et l’idée que pour finir tout cela doit ne rien signifier. Il ne parle même pas des tags, et, quand on le sollicite à plusieurs reprises pour savoir ce qu’il en pense, il n’en dit rien et ne développe pas en quoi, pour lui, ils ne veulent rien dire. Il cherche tout simplement à empêcher que d’autres s’en parlent. Au bout d’un long temps de patience toute pédagogique, on finit par lui demander de nous laisser finir notre discussion tranquillement, ce qu’il ne fait pas et continue à servir sa propagande de la confusion tous azimuts, perlant le tout de propos pour le moins « douteux », puisque de « pourquoi on n’aurait pas le droit de comparer » cela passe à « pourquoi on n’aurait pas le droit de se poser des questions » (alors même qu’il nous empêche de nous en poser). Il gratifiera l’assistance d’un « je ne suis pas antisioniste » ce qui était-là pour signifier assurément qu’il n’était pas antisémite, démontrant par là une certaine imprécision problématique s’agissant des mots et des choses. Très imprécis, en effet, puisque son intention semblait être de donner des gages et qu’il n’avait pas été question de « sionisme » mais de négationnisme (et pourquoi en aurait-il été autrement ?). Mais sans doute est-ce encore une distinction sans aucune importance ? On finit par lui signifier qu’on n’est pas d’humeur à poursuivre cette discussion-là qu’on n’a d’ailleurs pas choisi d’avoir, ni quelque autre rapport que ce soit avec lui. Il persiste toujours. L’un d’entre nous finit par s’énerver un peu plus que les autres, ils en viennent aux mains et des coups sont échangés entre les deux personnes qui sont assez rapidement séparées. Une discussion assez complète aura lieu un peu plus tard avec un de ses amis venu demander des comptes à propos de l’altercation. Il avait assisté à distance à une partie de la scène et était déjà bien mal renseigné, par le camarade de Guillon lui-même, sur le contenu et le déroulement des échanges. Les uns et les autres finissent par s’écouter, voire plus ou moins se comprendre.


Dans les bribes de récit proposées par Claude Guillon, rien de tout cela n’apparaît. Pour les « insultes » qu’il évoque, il doit s’agir d’un autre épisode avec d’autres protagonistes, ou d’une exagération épique et littéraire dont cette histoire et ses protagonistes se retrouvent à faire les frais. Quant à « l’œil au beurre noir » nous n’avons pas fait passer de visite médico-légale postérieure aux deux participants à la bagarre, qui n’avaient pas l’air de souffrir d’atroces blessures ou contusions, en tout cas pas de quoi alerter une quelconque medical team. De même pour l’emploi choisi du terme « milice ». A force de rapport « douteux » à l’histoire, le professeur Guillon ne doit plus bien avoir les yeux en face des trous. Quand il parle de « milice », sait-il bien ce dont il s’agit ?


Quant à se considérer « l’incarnation du vrai prolétariat révolutionnaire », là, il faut reconnaître que nous avons été percé à jour. Nous nous excusons simplement de ne pas avoir demandé la permission pour se considérer tels : « autoproclamé », voilà le crime de lèse-majesté, sa sainteté Guillon n’a pas été consultée et n’a pas pu bénir cette quête rédemptrice, puisse t’il nous pardonner et nous déverser sa grande mansuétude !

Par curiosité, et pour peut être se faire aider à débroussailler un peu la confusion du texte du sieur Guillon, nous l’avons confié (le texte) à un pyschiatre/psychanalyste expert en pathologie de l’image et en narcissisme débordant. Pas de diagnostic de « fou dangereux » mais un bon client potentiel. Un récit des faits lui a été conté et il a tiqué sur la phrase « j’adresse exactement la même critique aux imbéciles, de droite, de gauche, ou d’extrême radicalité (d’un bord ou de l’autre), qui pensent que l’urgence est de dépister les « vrai(e)s » racistes ou racialistes, fût-ce à travers une plaisanterie de huit mots… » en remarquant que personne n’entendait « dépister » quoi que soit. Ce que l’on « dépiste » ce sont certaines maladies, le sida par exemple. S’il s’agit de traquer, ce qui ne fait pas partie des pratiques en cours répertoriées, il n’était pas question de chercher les « vrais », ni les faux, « racistes ou racialistes » (on remarquera que l’ami aime à noyer le poisson), d’ailleurs ils ne se cachent pas tellement, dans certains milieux on peut les cueillir comme les champignons après la pluie. Et puis, réagir vigoureusement face aux racistes serait donc en soi tout à fait inconvenant ? Ceci dit il y a des gens pour qui faire de la politique, tenir des points de vue et des engagements sert à autre chose qu’à remplir des feuilles d’encre et vendre des livres. On peut peut-être se demander si ce n’est pas plutôt la rareté des réactions, de tous ordres, y compris en en venant aux mains donc, face aux racistes (à toutes les espèces de racistes) et aux négationnistes qui doit consterner. Quant au « dépistage » même au sens métaphorique il appartient plutôt au registre de langage de certains entichés du dévoilement, et aux traqueurs et inventeurs de mensonge qui ont suivi les chemins du négationnisme.


Ici ou là on fait de la propagande négationniste, ou on s’en fait l’écho, ou on joue au con avec ça, personne à notre connaissance ne s’est encore fait « casser la gueule » pour ces raisons là, ce n’est pas que ce ne serait pas mérité, mais ça ne s’est pas produit.

Pour prendre un peu de champ, il se trouve qu’un certain nombre de personnes, en particulier dans ce qu’il reste des courants révolutionnaires, s’inquiètent, et semble t-il malheureusement à juste titre, de la résurgence des thèmes et motifs négationnistes, dans un contexte de banalisation assez diffuse et généralisée de l’antisémitisme, et plus particulièrement de la persistance de toute une propagande grise qui cherche à rendre poreux certains courants à ce genre de prose et aux modes de pensée qui vont avec ce méta-complotisme infect, véritable peste intellectuelle, qui a déjà fait, et ce à des époques pas si lointaines, et à plusieurs reprises, de la fin des années 70 au milieu des années 90 au moins, de sérieux dégâts chez les révolutionnaires, en particulier, mais pas seulement dans les courants nommés d’ultra-gauche.

Pour ce qui nous occupe là, sans aller très loin dans la réflexion, il est à peu près indéniable qu’on n’avait pas vu de tags relevant du registre négationniste, même par mauvais jeu ou bêtes comparaisons — explications qui sont encore loin d’être démontrées pour le cas présent — depuis bien longtemps (mais y en a-t-il jamais eu à l’extrême gauche d’ailleurs ?), et qu’il y a certainement quelque chose à en penser…


Mais c’est vrai que nous n’avons pas sur la question la grande expérience du Professeur Claude, expérience qui explique sans doute qu’il reste de marbre et éprouve ainsi le besoin de produire cet espèce de contre feu préventif. Nous ne nous sommes effectivement pas pris les pieds dans les faurrissonnades des années 80. Nous n’avons jamais été attirés par le miroir aux alouettes du dévoilement de ce « mensonge » formidable qui mettrait à bas le capitalisme et tous ses autres mensonges sans même avoir besoin de révolution : « le mensonge des chambres à gaz » ! Par manque d’habitude sans doute, la gymnastique mentale qui permet de s’ébattre, en tant qu’anarchiste distingué, dans un contexte où circule une bonne dose d’antisémitisme (de celui qui fait aujourd’hui par exemple parfois confondre « juif » avec « Israélien » et « Israélien » avec « l’État d’Israël »), en regardant ailleurs si les livres se vendent, si les filles sont rousses, et si son blog est bien garni d’anarchisme à la découpe, nous est étrangère.

D’ailleurs, sans même plonger dans des époques marécageuses, et au-delà de cette question précise qui le laisse tellement froid qu’il doit en écrire un texte, c’est un vrai capharnaüm en ce moment qui règne dans les positions de notre auteur, qui à force de se distinguer, finit par se faire rattraper par la normalité et par rejoindre le lit commun du fleuve tranquille qui mène tout un milieu radical vers les contrées de la race, jusque là apanage de l’extrême droite.


On n’a pas lu encore Pourquoi les femmes doivent s’intéresser à moi ? ni Comment être un bon libertaire comme moi à 18 euros, ni assisté à une de ses tournées promotionnelles. N’étant pas encore érudit en guillonisme, et pour en savoir plus sur cet excellent auteur qui a sûrement des raisons pour se comporter de manière aussi crapuleuse, nous nous sommes rabattus sur son blog. Nous y avons trouvés, en plus d’un hédonisme crasse, une pétition de Libération où justement la clique racialiste figure en bonne place. Des considérations passionnantes sur le Lieu Dit, avec l’appel à soutien écrit par Lordon et Hazan ; entre collègues, il ne rechigne pas à la solidarité, et n’est pas si regardant sur les contenus politiques. Encouragements sur fond de petite moralisation à y manger pour aussi peu cher que dans les autres petits restos sympas du quartier de Ménilmontant. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour sauver un tel lieu si indispensable aux luttes ! Bouteldja y a fait la présentation de Les blancs, les juifs et nous, avec Hazan (son éditeur). Jusqu’où n’irait-on pas pour, via Libertalia, maison d’édition qui gratifia Hazan d’un excellent « camarade Hazan », dans un tweet postérieur à la sortie du pamphlet antisémite, tenir sa place dans le raout commercialo-éditorial sobrement intitulé Petit Salon du Livre Politique. Le « camarade Hazan »… encore un « excellent camarade » à ne pas contrarier ? C’est beau, l’esprit de corps et de camaraderie des vendeurs de papiers. La revue activement confuse Ballast et la propagande appelliste y ont trouvé aussi tout normalement leur place. Plus question d’esprit chagrin : on a donc pu trouver sur les tables du Lieu Dit un des écrits de Claude Guillon. D’ailleurs, cohérence éditoriale oblige, Libertalia est aussi l’éditeur de Pierre Tevanian, un des compagnons de routes des racialistes et promoteur invétéré du voile des autrEs. Alors Claude Guillon est-il devenu racialisto-compatible ? La question est plutôt de savoir dans quelle mesure il pourrait faire autrement.

Mais au-delà de ces ronds de jambes, comment comprendre, enfin, ce concentré de fiel, de dénonciation et d’accusation que nous a produit notre auteur ? Il se trouve que Monsieur G. tient à la distinction. Se distinguer, pour lui, est une préoccupation de tous les instants, la boussole de ses prises de positions. Il est même passé professionnel dans cet art : la distinction tous azimuts érigée en discipline. Peut être espère-t-il ainsi qu’enfin on le distingue. Dans la confusion en cours, ça donne de curieux mic-mac. Claude Guillon est contre la notion d’islamophobie, mais reprend à son compte le terme de « racisé », il pense que l’état fait exister des races, et qu’il n’est pas, du point de vue de l’état bien sûr, de la même race que les migrants ou les sans papiers. En plus, il les nomme étrangement dans son texte « réfugié(e)s », adoptant là la catégorie la plus dépolitisée qui soit, celle qui nomme l’infime partie des migrants, de moins en moins nombreux, que l’État veut bien protéger et qui voudrait faire mine que ce serait cette politique qu’il faudrait étendre, ce qui est politiquement désastreux, structurellement aberrant et pratiquement absurde. Voilà donc un des objectifs de ce billet d’humeur. Il y affirme discrètement son credo racialiste (comment comprendre autrement cette allusion au « racialisme » qu’il ne faut pas « traquer » ?) tout en protégeant ses arrières face à l’incohérence réelle de cette prise de position. Faire ainsi annonce publique au dépend des autres, c’est déplorable, c’est doubler la servilité qui consiste à montrer patte blanche, mais c’est bien la moindre des lâchetés de ce texte.

Dans ce contexte, complexe et contraint pour qui estime avoir droit à un certain confort d’auteur distingué, on comprend que ce qui brûle les entrailles de Claude Guillon, ce soit l’urgence de dire, par communiqué accusateur, diffamant et infamant, ses quatre vérités à un compagnon trop curieux à ses yeux, tout en exprimant un soutien indéfectible, mais relativement périssable, à la bibliothèque à laquelle ce dernier participe, la Discordia, bibliothèque anarchiste à plusieurs reprises attaquée pour ses prises de position véritablement courageuses. Avec de tels soutiens, la Discordia, qui n’en demandait pas tant, et qui n’a, en tant que telle, rien à voir avec la discussion en question ou le petit pugilat qui s’en est suivi, n’a plus besoin d’ennemis…

Alors, si « fou dangereux » désigne celui qui fait autre chose que protéger son petit potentat, sa place d’auteur et sa tranquillité bien méritée après des décennies de prises de positions courageuses, le plus souvent dans le sens du vent, parfois risquées, reconnaissons-le, — mais était-ce vraiment pour la bonne cause ? —, alors on peut effectivement dire que Claude Guillon n’en est pas un.

« A coups de marteau » concluez-vous, Chevalier Guillon. Alors au plaisir de vous rencontrer, au rayon bricolage peut être, plutôt du côté des faucilles…

D’autres participants à la discussion en question et quelques apaches.

Lire la suite

Réponse à Yves Coleman sur divers sujets d’importance

Yves,

Je m’adresse à toi de cette manière familière — même si tu me traites dans ta « réponse » comme une espèce d’ « antisémite par inadvertance » ou par sottise, ce qui n’est guère amical, et très douloureux à lire — puisque tu rappelles justement que « nous nous sommes croisés à plusieurs reprises dans des événements militants et avons discuté ensemble fort paisiblement et amicalement ».

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.52.48

Je trouve ta « réponse » assez peu cohérente, pour tout te dire.

Passons sur le fait que tu annonces d’abord « ne pas revenir sur ton argumentation » à propos de mon erreur — d’il y a trente-quatre ans — et de mon autocritique au sujet des chambres à gaz, avant d’y consacrer un quart de ton texte. Les positions sont connues et facilement accessibles sur le net (les miennes, sur ce blogue). Je n’y reviens donc, de mon côté, vraiment pas.

Par ailleurs, tu écris : « Je remarque, avec tristesse, encore une fois que, pour Claude (comme pour bien d’autres militants libertaires, trotskistes ou ultragauches), le copinage rend malheureusement soit totalement aveugle soit dangereusement indulgent. »

Là, je dirais volontiers que tu te moques du monde.

En effet, dans la rixe qui a opposé un camarade impliqué dans la lutte des réfugié(e)s et un « Discordiste » (que j’appellerai « D. » dans la suite), le second agressant le premier sous prétexte de négationnisme-antisémitisme-« PIRisme[1] »-etc., il se trouve que tu connais beaucoup mieux, et depuis plus longtemps, l’agresseur que moi la victime.

Est-ce que tu ne tomberais pas là sous ta propre critique à propos du « copinage sans principes » ?

Ça n’est pas seulement par amitié solidaire pour un camarade dont j’ai apprécié les qualités et le dévouement à maintes reprises (mais dont je ne connais ni le nom ni l’adresse, comme c’est fréquent dans les rapports militants (parisiens, au moins), et avec lequel je n’ai discuté, au milieu de pas mal de monde, que trois ou quatre fois autour d’une bière), mais par principe, précisément.

Pas un principe essentiellement moral, un principe tactique. Il est inacceptable que des camarades en agressent physiquement d’autres à propos de malentendus ou même de désaccords. Je le répète : nous avons suffisamment à craindre et faire avec les islamistes, les flics et les fachos sans devoir nous méfier des réactions violentes et théorisées de tel ou tels.

Tu rappelles ton papier antérieur intitulé « Aujourd’hui, ils cognent le PS, demain à qui le tour ? »

Eh bien, tu as la réponse à ta question : des camarades proches. Et non pas : « Un copain de Guillon ».

Or, il se trouve que, tout non-violent que tu te proclames, en participant à la théorisation évoquée ci-dessus du geste de D., tu l’excuses, tu l’encourages, et tu justifies les récidives à venir. Lire la suite

Une réponse à Éric Hazan à propos des rapports avec la police, par Julius

Hazan et la police

DU BOLCHEVISME AU POST-MODERNISME

Décidément, du côté de la place de la République, à Paris, rien ne nous est épargné, pas même des remontées nauséabondes de l’idéologie de Lénine, en la personne de Hazan, le maître d’œuvre des éditions de « La Fabrique ». La façon dont il aborde la question de la police et critique le cri des insoumis « Tout le monde déteste la police ! » est caractéristique de la reprise, sans la moindre distance, des conceptions étatistes du bolchevisme qui présidèrent à la constitution de l’Internationale communiste, dès 1920. Léninisme tardif amalgamé, comme c’est le cas dans bon nombre d’ouvrages publiés à « La Fabrique », aux idéologies post-modernistes à la mode : le foulcaldisme saupoudré de deleuzo-guattarisme, pour reprendre l’expression utilisée par Mandosio dans « Longévité d’une imposture, Michel Foucault », concernant les rédacteurs de la revue Tiqqun et leurs successeurs dans L’appel, L’insurrection qui vient, etc.

Capture d’écran 2015-08-21 à 16.12.43

L’article de Hazan incriminé, « Sur la police, une opinion minoritaire », est publié sur Lundi matin, site dans la lignée de la purée idéologique signalée dans le paragraphe précédent. L’article a déjà mis en colère pas mal de révoltés qui, du côté de la place de la République et ailleurs, n’en sont pas restés aux prouesses citoyennes sponsorisés par quelques « fakirs » et autres illusionnistes des spectacles politico-culturels à la mode. Révoltés qui ont fait ou refait connaissance avec la police, chargée de leur rappeler qui détient « le monopole légitime de la violence », à savoir le pouvoir d’État. Mais, au-delà du simple rejet de l’article de Hazan, il me semble essentiel de comprendre que sa position ne constitue pas quelque incartade personnelle. Elle est au contraire caractéristique du citoyennisme, du moins de celui qui est présenté sur le marché des idées comme porteur de radicalité, en particulier sur Lundi matin.

L’argumentaire de Hazan repose, à première vue, sur le « bon sens » : dans toutes les tentatives insurrectionnelles, à commencer par la prise de la Bastille, il y a eu des défections, des fraternisations, voire des mutineries au sein des formations armées chargées d’assurer la pérennité de la propriété et de l’État. Je pourrais moi-même multiplier les exemples. Ainsi, l’une des composantes des insurrections en Allemagne au cours de la Première Guerre mondiale, ce fut la mutinerie de marins mobilisés dans la Kriegsmarine qui s’en prirent au corps des officiers et à celui des gendarmes maritimes hais. Hazan « oublie » déjà de souligner que les insubordinations auxquelles il peut faire référence étaient en général liées à la conscription, à l’époque où, dans des États comme la France, le mythe de « l’armée du peuple » était encore vivace et où la discipline de caserne était considérée comme l’antichambre de la discipline d’usine. Conditions qui ont pour l’essentiel disparu avec la fin de la conscription et la multiplication des corps de mercenaires étatiques et para-étatiques, et, de façon générale, avec la modernisation du capital et de l’État.

peinture murale 2 hommes écartent une fente

Mais, dans la foulée de Lénine, Hazan utilise l’histoire des révoltes d’hier pour justifier, aujourd’hui encore, l’injustifiable : à savoir la tactique inaugurée par le Parti communiste, qui visait à prendre le pouvoir, y compris par la violence, ou pour le moins, qui tentait de paralyser les détenteurs du pouvoir, voire d’en retourner, pour ouvrir quelque brèche qu’il puisse utiliser à son bénéfice. D’où le rôle attribué par Lénine à l’utilisation des contradictions, réelles ou supposées, au sein de l’appareil d’État, y compris au sein de la police, et les compromis qu’il préconisait avec telle ou telle fraction du pouvoir en place. « L’action en direction de l’armée, de la marine, de la police est de la plus haute importance ; depuis la grande guerre impérialiste les gouvernements ont pris peur de l’armée populaire et ont eu recours à tous les procédés imaginables pour constituer des unités militaires avec des éléments spécialement triés parmi la bourgeoisie… en vue de traquer les communistes. » (« Les tâches principales de l’Internationale communistes » 1920.) Hazan qui, comme toujours, ne renie pas son principal maître à penser, recycle ce qu’affirmait Lénine contre les prétendus « gauchistes » que de telles thèses révulsaient : « Ici et maintenant, si nous signifions à la police que nous la détestons en bloc, nous ne faisons que souder ses rangs et nous rendons sa défection plus difficile, plus improbable. Or ses rangs sont moins homogènes, moins serrés que peuvent le laisser penser les lignes de boucliers… Pourquoi ne pas être intelligents ? Pourquoi ne pas nous tenir au courant des mouvements de ras-le-bol qui couvent en ce moment dans la police, ne pas leur signifier que nous les soutenons ? Minoritaires, ces mouvements, ces sections syndicales oppositionnelles, ces cas isolés ? Minoritaires dans une police qui vote FN à 50 % ? Oui, et alors ? Ne sommes nous pas nous aussi minoritaires ? Et depuis quand attendons-nous qu’un mouvement soit majoritaire pour le soutenir ? Enfonçons des coins dans les contradictions, évitons les mots d’ordre qui soudent l’adversaire en une masse indifférenciée. Crier “Tombez les casques, la police avec nous !”, c’est préparer notre victoire. »

De telles propositions tactiques destinées à « préparer notre victoire », celle du « parti imaginaire » sans doute, sont dignes de celles avancées par Lénine dans la Maladie infantile du communisme, le gauchisme. Elles n’ont de sens que pour des idéologues adeptes de la prise du pouvoir, peu importe ici la forme qu’elle prenne : dictature du parti, assemblées de citoyens souverains, réseaux horizontaux prétendument opposés à l’organisation verticale en parti, etc. Bref, la conception léniniste de l’utilisation des contradictions au sein du pouvoir apparaît toujours en filigrane dans les propos de Hazan. Elle est amalgamée, comme déjà souligné, aux idéologies qui affirment que la critique du pouvoir pris dans sa totalité est obsolète, mais que nous devons nous préoccuper de la multiplication des micro-pouvoirs particuliers, ou supposé tels, présentés, qui plus est, par nos post-modernistes, comme les expressions de rapports de force réversibles en fonction des circonstances. Ce qui amène, mine de rien, à évacuer la question essentielle, celle de la subversion du monde de l’exploitation et de la domination, celle de la négation du pouvoir en tant que tel, au bénéfice de propositions illusoires et réformistes : la mise en place, en quelque sorte, de jeux de société, à entamer avec les institutions elles-mêmes. Telles sont les « boites à idées » communes, pour reprendre l’horrible expression de Foucault, utilisées par les « intellectuels engagés » qui pérorent, à la suite de Hazan, sur Lundi matin : les Lordon, Quadruppani, Colson et autres beaux parleurs. Tous sont adeptes, en guise de marchandises de substitution à des activités subversives qu’ils croient dépassées, de l’extension d’« affirmations partielles » à travers les « jeux de pouvoir », pour paraphraser Deleuze. En ce sens, leurs conceptions sont compatibles avec le léninisme affiché de Hazan, y compris en ce qui concerne l’attitude à adopter envers la police.

Dans Lundi matin, les « intellectuels engagés » annoncent d’ailleurs la couleur dans leur appel grotesque : « Pourquoi nous soutenons la jeunesse ». Bien entendu, l’époque n’est plus à l’affirmation de la prise du pouvoir d’État par le prétendu parti révolutionnaire. La page est tournée. Mais leur contestation de la politique au sens traditionnel, c’est-à-dire de celle des partis, n’est pas suffisante pour rompre avec le monde de la politique, partie intégrante de celui du capital et de l’État, même lorsque l’action politique est pensée et réalisée par les contestataires eux-mêmes, y compris sous des formes impertinentes, voire insupportables et contraignantes pour les institutions. C’est elle que les idéologues post-modernistes, dans la foulée de Negri, appelaient déjà en Italie « le politique », à titre de prétendue transgression révolutionnaire de la « politique » traditionnelle. Dans leur appel, les auteurs recyclent ainsi le mythe négriste du « blocage des institutions », à commencer par les « mairies », puis « les conseils régionaux », etc, ici à partir des « places occupées », utilisées comme des « bases » pour généraliser « les actions de rue » et aboutir au « blocage du pouvoir politique », voire à la « destitution du gouvernement » ! Mais qui pose la question de la destitution des actuels gestionnaires du pouvoir d’État pose en réalité, sans le dire, celle des futurs locataires de l’Élysée qui leur succéderont. C’est à l’aune de tels appels politiciens, dans le fond sinon dans la forme, que nous pouvons juger du degré de « radicalité » réelle de sites « rebelles » comme « Lundi matin », ainsi que celui de leurs organisateurs et de leurs supporters, dans les rues et ailleurs. Alors même que les politiciens les plus démagogues, à gauche de la gauche officielle, participent en sous-main à l’organisation de spectacles de rue comme celui installé place de la République car ils y voient, à juste titre, la plus parfaite expression de la neutralisation préventive des possibilités de révolte effective ! 

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41 Julius

Avril 2016

contact: julius75@free.fr

SI VIS PACEM KALACHNIKOV *

Capture d’écran 2016-02-14 à 18.28.19

Il est un dommage collatéral inattendu des assassinats commis en France durant l’année 2015 par des fanatiques islamistes, lequel dommage — dont je ne doute pas que certains de mes ami(e)s libertaires se réjouiront comme d’un progrès moral — se fait sentir aussi bien dans les milieux radicaux, anarchistes et autonomes que dans la grande presse bourgeoise.

Je veux parler du discrédit jeté sur la haine et sur la violence.

Le « discours de haine » — syntagme à strictement parler vide de sens — est désormais censé illustrer le comble de la malignité humaine, de la monstruosité et du recul vers la barbarie.

Non seulement l’absence de sens immédiatement perceptible — il s’agit d’un stimulus et non d’un message servant à une communication rationnelle et égalitaire — défie l’analyse, mais encore supposer un sens à cette formule entraîne mécaniquement de considérer que — exemple entre mille — le texte d’un communiqué du Medef sur la précarité de l’emploi n’est pas un « discours de haine ».

Ce point mérite un instant d’attention.

Du crétin de l’un ou l’autre genre appelé par ses fonctions de speaker ou speakerine du patronat à interpeller les politiciens et à insulter les prolétaires dans telle circonstance particulière, devrons-nous dire qu’il hait ses interlocuteurs et ceux que visent ses injures ?

Certainement, il méprise les premiers et, non moins sûrement, souffre avec difficulté l’existence des seconds (dont il ne saurait néanmoins se passer, et ça l’agace).

Mais ces sentiments, il les enrobe — on ne peut dire qu’il les dissimule : personne n’est dupe — dans une forme de politesse bourgeoise, laquelle ne peut se perpétuer qu’à la seule condition que la violence physique soit exclue de la réponse qui lui est faite.

Autrement dit : le porte-parole des patrons mérite de se faire taper à chaque fois qu’il ouvre la bouche, mais il peut entretenir le mensonge de « rapports apaisés entre partenaires sociaux » et autres répugnantes salades[2].

Ce mensonge lui-même, garanti physiquement par les gens d’armes, est une insulte supplémentaire aux oreilles de ceux et celles auxquelles il est adressé.

Il peut arriver que les mots du communiqué, soigneusement choisis par des consultants, ne se transforment pas en tir à balles réelles dans les rues. Le contraire peut arriver aussi. Tout dépend de la conjoncture, du régime et du niveau d’intensité de la guerre sociale. Pour y voir moins de « haine » que dans le geste meurtrier d’un jeune refoulé sexuel, aveuglé par des délires religieux — pardon pour ce pléonasme ! l’époque l’exige —, il faut l’acuité visuelle d’un poisson vivant dans les grandes profondeurs…

Autant le « ressentiment », moqué à juste titre par Nietzsche, me semble une impasse intellectuelle, synonyme de rancœur et de macération, autant la haine flamboyante compte et comptera — pour longtemps au moins — parmi les indispensables luminaires de la révolte et de l’action.

Que sont censés appeler, et alimenter, les « discours de haine » ?

La violence pardi !

Pas celle du cynisme politicien, du « plan social » patronal, des mensonges journalistes…

NON !

La violence.

La laide violence du poing dans la gueule. La violence du corps. Celle qui fait couler le sang et les larmes. Celle qui fait pisser et chier dans son froc qui la redoute ou l’éprouve. La violence à l’échelle humaine. Celle qui n’a ni attaché de presse ni service de sécurité.

Cette violence-là, dont je n’ai jamais été amateur fétichiste (moi, l’objecteur de conscience) a mauvaise presse — c’est bien le cas de le dire ! — jusque dans les milieux que je fréquente, pas moins sidérés que les autres par la conjonction d’une violence fanatique religieuse et de son reflet, la terrorisation démocratique poussée à la caricature.

J’en prendrai deux exemples.

Capture d’écran 2016-02-15 à 00.56.26

Une dizaine d’anarchistes, certainement bardés de bonnes intentions, publient fin janvier 2016 une lettre ouverte au président de la République française. Souhaitant manifester leur opposition à la possibilité réinscrite dans la loi (et étendue) d’une « déchéance de nationalité », les signataires « demandent » à être eux-mêmes déchus de la nationalité française.

Le texte de la lettre est particulièrement intéressant du point de vue qui m’occupe ici en ce qu’il mélange à dessein des éléments d’un folklore résistencialiste « violent » (les FTP) et d’un autre datant de la guerre d’Algérie (une chanson de Boris Vian).

En effet, les signataires se présentent en tête de leur texte comme « Francs tireurs Partisans d’une citoyenneté mondiale », et commencent leur lettre par « M. le Président, nous vous faisons une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps. »

Ils jugent ensuite utile — et nous n’en croyons pas nos yeux ! — d’offrir à la Ve République un satisfecit rétrospectif :

Nous sommes nés dans ce pays, la France, par hasard. Nous n’avons choisi ni de naître, ni de naître en France. Il en va ainsi de tous les êtres humains.

Jusqu’à présent, ce non-choix ne nous posait pas de trop gros problèmes[3]. Nous aurions pu tomber plus mal.

Depuis déjà quelque temps, cependant, entre Notre-Dame-des-Landes et la condamnation de syndicalistes à de la prison ferme, nous avions quelques doutes sur votre capacité à faire rêver d’une France dite pays des droits de l’homme. Vous nous accorderez de ne même pas parler de socialisme.

Avec votre dernier tripatouillage politicard à propos de la déchéance du droit de nationalité, les choses sont claires. Vous jouez avec les allumettes.

Après cet endossement de l’ensemble de la terrorisation démocratique, de 1986 à 2016, sans même parler de la nature du système dont la République n’est que la mise en forme juridique[4], les signataires se déclarent « en situation d’insurrection » (autorisée par la constitution, il est vrai !).

Et voici la conclusion, Borisvianesque dans sa version soft :

Monsieur le président, prévenez vos gens d’armes, que nous serons lourdement armés de ces armes de destruction massive que sont l’intelligence, la non-violence, l’honneur et… l’humour. Et que nous n’hésiterons pas à tirer ! Avec ces armes là !

Je n’ai personnellement rien contre le sens de l’humour. D’ailleurs, certains de mes amis très proches en sont dotés ! Je ne dissimulerai pas que, moi-même, dans certaines circonstances extrêmes…

Quant à l’intelligence, pourquoi non ? Avec mesure, toutefois…

…Et sans croire, comme le plus allumé des guerriers Mau-Mau, que la chose vous immunise contre les balles (même celles en caoutchouc).

Là, c’est vous qui jouez avec les amulettes, les enfants !

Capture d’écran 2016-02-15 à 00.56.41

Mais laissons là nos francs tireurs d’opérette, pour nous intéresser à des révolutionnaires d’une autre envergure intellectuelle. Je veux parler d’Éric Hazan, « fondateur des Éditions La Fabrique », grand artisan de l’éradication de la lutte des classes de l’analyse historique[5] et porte-voix éditorial du parti des indigènes de la république (PIR), et de Julien Coupat, ici-même cordialement mis en boîte, mais qui préfère se définir comme « mis en examen pour terrorisme ».

Autre envergure disais-je : tribune publiée dans Libération — depuis un petit souci de communication, Tarnac snobe impitoyablement Le Monde —, citations de Kafka et Baudelaire… on sent tout de suite que les deux signataires n’ont ni les mêmes valeurs ni le même carnet d’adresse que nos « FTP ». C’est leur côté « Bordeau Chesnel ».

Le texte s’intitule « Pour un processus destituant : invitation au voyage ».

Je soupçonne une assez plate dialectique négative avec des « processus constituant » peut-être empruntés aux débris de l’autonomie universitaire italienne. Tout cela excède mes propres capacités d’intelligence ; je ne m’y attarde pas. Il s’agit, de surcroît, davantage d’un signe de reconnaissance, d’une signalétique idéologique, que d’un argument réfutable.

Je reproduis la conclusion du texte, non sans remarquer d’abord que le programme qu’elle énonce se coule tout naturellement dans le calendrier électoral (« nous avons un an et demi ») avec lequel il est supposé rompre :

Ce que nous préparons, ce n’est pas une prise d’assaut, mais un mouvement de soustraction continu, la destruction attentive, douce et méthodique de toute politique qui plane au-dessus du monde sensible.

Que de douceur décidément, en ce drôle d’hiver sans palais à prendre…

« Attentive, douce et méthodique ».

Certes, il s’agit d’une « destruction », on ne nous le cèle pas. Tout de même, voilà qui m’évoque irrésistiblement le travail de l’infirmière.

Chacun ses fantasmes, me dira-t-on ! Encore entre-t-il dans celui-ci, croyez-m’en, davantage de l’habitude du patient que de la fantaisie de l’érotomane.

Il est vrai, c’est un autre de mes défauts, que je ne suis guère globe-trotteur. Voilà peut-être qui me retient de me sentir concerné par la joyeuse invite de nos randonneurs : Allons !

Pardonnez — ou non — une trivialité qui confine à la grossièreté : aller où ? avec qui ? et pour quoi faire ?

Et surtout, me demandais-je, avec quoi dans nos besaces, chers camarades ?

Des pistolets à bouchon, de la guimauve et des alexandrins… ?

Au fait, peut-être avons-nous besoin aussi de tout cela. Et si je pensais sérieusement qu’il fût possible de construire un monde où ces ustensiles constitueront tout le nécessaire du voyageur, et de la voyageuse, sans jamais avoir à se servir d’une arme automatique, je le dirais ici avec plaisir et soulagement. Mais je n’en crois rien.

Tant pis pour qui s’autorisera de ce billet pour voir en moi le double inversé du kamikaze :

Jusqu’à preuve du contraire, je tiens qu’il est déraisonnable d’abandonner la métaphysique (sans dieu) aux fanatiques, la haine aux ignorants, et le maniement des armes de guerre à nos ennemis mortels.

Le Diable sait pourtant que j’aime voyager léger…

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[2] Pour un exemple récent, voyez les dégueulasseries de la pitoyable Cosse sur la violence de classe à Air France.

[3] Je souligne. C. G.

[4] Il s’agit du ca-pi-ta-lisme, caractérisé par l’exploitation du travail humain.

[5] Voir son histoire de la Révolution française.

 

Capture d’écran 2016-02-14 à 18.12.12

 

* Inutile de m’ensevelir sous les courriels. Je n’ignore pas que la formule latine originale  — mais dont on ignore l’origine — est « Si vis pacem para bellum » (Si tu veux la paix prépare la guerre). Peut-être ignorez-vous que Parabellum est aussi le nom d’un revolver (le Luger allemand; voir illustration ci-contre). On peut bien choisir son arme, non ?

 

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41 Ce texte a été repris sur les sites

Atheneo du Puy de Dôme

Traduction italienne:

Finimondo

Cogito ergo sum

 

Appel(s) pour soutenir le «Lieu dit», à Ménilmontant

Capture d’écran 2016-01-15 à 23.16.09

Depuis 12 années, le LIEU DIT tient à Ménilmontant, 6 rue Sorbier, un double rôle. D’un côté, c’est un restaurant, plus amical que beaucoup, mais qui n’est pas seul de cette espèce dans le quartier. De l’autre, c’est un lieu de rencontres autour de livres, de figures d’une gauche qu’on dit radicale pour ne pas dire révolutionnaire, de débats, de projections de films, de concerts.

Ce rôle-là est devenu essentiel au fil des années : le LIEU DIT est plus que nécessaire dans le contexte politique actuel, il est indispensable. C’est là que nous nous retrouvons les soirs où « il se passe quelque chose », là que nous avons pu voir débattre, discuter parfois âprement des individus tels qu’Alain Badiou, Daniel Bensaïd, les Pinçon-Charlot et bien d’autres.

Mais ce double rôle n’est pas sans créer des difficultés pour le LIEU DIT. L’activité rémunératrice – le restaurant – est handicapée par les réunions politiques qui occupent plusieurs fois par semaine une grande partie de la place des dîneurs. Pour cette raison, Hossein, qui tient tout sur ses épaules, éprouve en ce moment de sérieuses difficultés financières.

L’existence du LIEU DIT est menacée, et nous ne pouvons pas nous en passer. C’est pourquoi nous faisons appel à vous pour que cette aventure unique puisse continuer à nous rassembler et à nous instruire, dans le climat d’amitié qui la rend si précieuse.

Frédéric Lordon et Éric Hazan

Envoyez vos dons à l’ordre de

ASSOCIATION DES AMIS DU LIEU DIT, 6, rue Sorbier 75020 Paris.

 

Capture d’écran 2016-01-15 à 23.14.06

 

J’ajoute…

que la meilleure manière de soutenir un bar-restaurant est d’y aller boire et manger avec des ami(e)s.

J’y étais hier soir. Après que les deux parties de salle ont été remplies par les assistant(e)s à un débat, seule quatre tables ont été occupées par des dîneurs et dîneuses, dont moi et mon amie, qui ne venions pas assister au débat.

Si la moitié des personnes heureuses de pouvoir assister gracieusement à une discussion dans un local accueillant étaient simplement restées là pour dîner, le problème ne se serait pas posé dans les mêmes termes.

Donc, des dons oui, pour celles et ceux qui le peuvent, afin de franchir un cap difficile, et ensuite un minimum de logique et de solidarité devrait suffire à sauver le Lieu dit. Nul doute que ce minimum fait partie de l’équipement intellectuel d’une bonne partie des gens qui utilisent le local…

Ensuite, il reste la morosité post-tueries de novembre qui retient beaucoup de gens chez eux. Mais soyons logiques (je sais, je l’ai déjà demandé!), si l’on ne juge pas déraisonnable de venir assister et participer à une discussion dans un lieu public (et exposé!), pourquoi serait-il plus risqué de s’y éjouir en commun en mariant mots d’esprits et mets de bouche ?

Il serait navrant et paradoxal que préserver un endroit si bien et si joliment nommé — «lieu dit» — se révèle pour nous (et se réduise à) une utopie, soit précisément une absence de lieu…

Qu’on se le dise !

Claude Guillon

Le site du Lieu dit.

On peut s’abonner à la lettre électronique ou consulter le programme des rencontres sur le site.

 

Tarnac, ou de l’utilité douteuse des idiots (2009)

Gueule rouge

 

Faisant retour sur l’affaire de Tarnac[1], Laurent Joffrin, qui se qualifie lui-même d’« idiot utile » — selon l’ironique expression de Lénine — reproche à Éric Hazan, éditeur de L’Insurrection qui vient d’avoir avoué une « ruse tactique ». Il aurait reconnu son mépris du droidelhommisme auquel il a pourtant eu recours pour réclamer l’élargissement de Julien Coupat et de ses ami(e)s.

Si Éric Hazan avait procédé exactement comme le prétend Joffrin, il mériterait bien lui aussi l’épithète d’idiot, dont l’utilité serait sujette à caution. Faudrait-il pas être sot, en effet, pour saborder un outil politique supposé avoir prouvé son efficacité, alors que nul ne sait encore si l’affaire de Tarnac se soldera par un non-lieu, un procès, ou de nouvelles mises en examen. On imagine le fâcheux effet d’un tel retournement stratégique lors d’une audience. Pour ne rien dire des innombrables embastillements à venir, à propos desquels les protestations « démocratiques » ne recueilleraient que les sarcasmes des personnalités et journalistes auxquels elles s’adresseraient.

Or, dans le texte que reproduit d’ailleurs Joffrin dans le sien, Hazan exprime un point de vue assez différent :

« Pour retourner contre l’appareil d’État les armes qu’il pointait sur nous, nous avons fait appel dans nos interventions publiques au vieux fonds humaniste-démocratique de la gauche. Dans l’inquiétude où nous étions sur le sort de nos amis emprisonnés, nous avons eu spontanément recours à cet arsenal usé mais rassurant [Je souligne. C.G.], le mieux fait pour réunir des voix, des sympathies, des signatures. »

Davantage que l’aveu d’une stratégie cynique, c’est l’aveu d’une naïveté politique. D’une illusion devrais-je dire, et point dissipée au moment où Hazan écrit son texte, puisqu’il semble toujours penser que le registre démocrate est le plus efficace « pour réunir des voix, des sympathies, des signatures ». Jamais prouvé par rien, cet a priori dispense presque toujours les militants de rédiger leurs appels et pétitions sans recourir aux clichés, politiques et rédactionnels, qui viennent « spontanément » — c’est-à-dire dans une complète détermination culturelle — à leur esprit. Lire la suite