À quels seins se vouer ?

Le 28 août dernier, lors de la lecture de la chronique d’humeur et d’humour qu’elle tient dans l’émission d’Alex Vizorek et Charline Vanhoenacker «Par Jupiter !», sur France-Inter, Constance – tel est son [pré]nom « de scène » – célébrait la « journée mondiale du topless » en enlevant le sien (de haut).

Offrir à la vue – puisque les émissions de radio sont dorénavant filmées et diffusées sur le Net – un splendide 90 bonnet E de tour de poitrine est doublement généreux. Par ailleurs, la chronique était gentillette, et l’accueil dans le studio cordialement potache… Pas de quoi fouetter un chat, comme l’on dit.

On pourrait objecter que le caractère spectaculaire de son geste, au double sens professionnel et politique, atténue la portée du geste. Ça n’est pourtant pas ce qui a suscité chez moi une bouffée mélancolique, à rebours de l’effet habituel de la vue d’une poitrine féminine – opulente ou menue, comme je m’en suis déjà expliqué sur ce blogue. Au fond, c’est parce que le test s’est révélé positif – entre autres par le bouche à oreille suscité– que les tétons m’attristèrent.

C’est que nous en sommes (encore) là !

Et même un peu plus bas, comme le démontrait le même jour Daphné Bürki animatrice d’un magazine de France 2, censément « consacré à l’amour et à la sexualité », en annonçant qu’elle allait exhiber sa poitrine, avant de produire… une piteuse incarnation de pudeur ! Sérieusement !… Comme si la vue de seins bronzés n’était pas devenue, sinon généralisée, au moins banalisée.

Or voici que Deborah de Robertis, autoproclamée (je n’ai pas vérifié) ex-Femen se met en scène, nue sous un voile bleu, dans la grotte de Lourdes, en Marie naturiste.

Je ne suis pas très convaincu que baptiser ce geste « performance » suffise à lui donner un potentiel subversif, d’autant que ses échos photographiques sont – y compris sur le compte Twitter de la jeune personne – censurés et floutés. Aussi ennemi de la religion catholique (et des autres !) que je puisse être, il me semble que ce genre de provocation est bien vain, et improductif, sinon en terme de notoriété pour l’« artiste ». Nous revoici dans les contradictions et faiblesses du spectacle. « Choquer » le bourgeois ou la bonne sœur suffit-il ? Et à quoi ?

Pour autant, une « historienne, spécialiste de l’antiquité romaine, de l’histoire des femmes et de la sexualité », Virginie Girod se croît autorisée à dégainer un diagnostic sexo-psychiatrique : il s’agit, selon elle, d’exhibitionnisme, une « paraphilie » déguisée en art…

Comment peut-on être aussi niaise et aussi ignorante de l’histoire du nu dans l’art contemporain (notamment depuis les années 1960 [1]?

Le jour où les femmes pourront se mettre torse nu comme les hommes, sans que l’on y voit un geste déplacé, un blasphème ou un signe de maladie mentale mérite d’être baptisé la sein-glinglin.

Que Constance et Deborah soit remerciées pour au moins nous y faire rêver…

[1] Je renvoie à mon livre Je chante le corps critique. Les usages politiques du corps (Éditions H&O).

L’INCARNATION DU MYSTÈRE ~ [Le sentiment de la beauté 3.]

L’expression « terre de contrastes » est un lieu commun des guides touristiques. C’est elle qui me vient à l’esprit, les yeux saisis par le regard de la modèle d’Océane Feld sur Twitter.

J’ai d’abord songé aux vers de Baudelaire : « La très chère était nue et connaissant mon cœur/ elle n’avait gardé que ses bijoux sonores/ dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur/ qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des maures ».

Contraste, déjà : « l’air vainqueur » d’une esclave.

Le regard. Avec ce que l’on appelle curieusement une « coquetterie », mot qui évoque au moins le trouble que la chose suscite. Or cette dissymétrie oculaire contraste précisément avec la régularité parfaite du visage. Si beau qu’il supporte le crâne ras (test sévère) et trouve même dans cette audace un surcroît de puissance.

À la chevelure absente répondent les touffes – rousses, si l’éclairage n’altère pas les couleurs – des aisselles, quelques fines mèches collées par la sueur.

Corps marqué, encré, percé.

Écarteurs d’oreille. Piercings au nez (d’une arête pure), aux lèvres (dont l’entrouverture accentue la sensualité), au téton gauche. Lesquels tétons me semblent tatoués, encrés plutôt, comme le bras gauche. Faut-il chercher un sens à ce foisonnement noir qui forme un berceau au verbe « jouir » ?

Pas de fleurettes (à compter) ou d’animaux : des abstractions, des signes. Le nid du bras gauche, les formes ovales de l’épaule droite et de la saignée du bras droit, la forme et les chiffres du flanc gauche.

Et les messages : « Jouir » (une injonction ? un pense-bête ?) ; et à l’emplacement du plexus solaire [1] : « closer », « plus proche » (une autre injonction ? « Viens plus près » ? « Brûle toi à mon feu » ? ou un constat ? « Tu brûles! »).

Tel qu’offert par la photographe, dans une pose commune aux tableaux de nues (oui, le plus souvent les nus sont des nues) – Modigliani, Courbet, Delacroix – c’est un corps énigmatique, dont la gravité du visage n’invite pas à la devination badine.

Beauté fascinante qui décourage la « prise » (de guerre) et suscite l’emprise.

Corps initié aux mystères qu’il affiche, corps ésotérique autant qu’érotique.

Ce que je lis dans les yeux – peut-être bleus – est encore une énigme – à la manière de la Sphinge : « Que crois-tu être capable de vouloir de moi ? »

[1] Pourquoi ce terme m’a-t-il échappé pendant deux heures, avant de ressurgir à la conscience ? Il est vrai que la beauté de la modèle est plus sombre, tellurique que lumineuse et solaire.

Parlant de beauté, je veux rendre hommage à Marielle Franco, récemment assassinée par des escadrons de la mort brésiliens, ici photographiée (à dr.) avec son amante – à laquelle la presse ne s’est pas empressée de présenter des condoléances.

Tant de vie·s anéantie·s par des flics corrompus…

Une marque de vodka qui n’a rien à cacher… sauf ce qu’elle prétend montrer

Surfant (avec pas mal de retard) sur la mode du nu public, notamment dans des calendriers de charité, mode qui a déjà été récupérée par certaines entreprises (voir exemples dans Je chante le corps critique, sur ce blogue), la vodka Absolut met en scène quelques dizaines d’employé·e·s dans le plus simple appareil pour illustrer la «transparence» de son procédé de fabrication.

Las! Les publicitaires se sont dégonflés au moment d’assumer leur petite «audace» et le «tout» qu’ils prétendent soumettre à l’examen… ils le cachent, ou plus précisément le floutent.

Et voilà une publicité moins dénudée qu’une plage naturiste ou même une action des Femen…

Rien à cacher ? sauf la couardise.