À propos du viol ~ Carte postale ouverte aux camarades de la CNT

Lors du concert de clôture du festival de la Confédération nationale du travail (CNT), le 1er juillet dernier à Montreuil, le chanteur du groupe Sidi Wacho a fait une déclaration en scène, probablement mal comprise par beaucoup des personnes présentes, et mal accueillie par d’autres. En substance : « Alors la CNT, il va falloir régler vos problèmes entre vous, parce que sinon on ne pourra plus venir jouer pour vous ! »

Des débats, souvent vifs, s’engagèrent entre militant·e·s pour savoir si l’attitude du groupe – accepter de venir et d’être payé pour ça – puis faire une déclaration critique et publique était moralement acceptable ou au contraire condamnable… Une vraie fausse question !

À quoi faisait donc allusion le chanteur de Sidi Wacho ?

À une histoire sordide, que la CNT (en tant qu’organisation nationale au moins) a laissé pourrir deux ans durant, prétendant aujourd’hui – à tort – qu’elle est « réglée ».

En août 2016, un militant connu de la CNT de la région de Metz, également membre d’Alternative libertaire (AL), Fouad Harjane[1] viole une camarade lors d’un camping organisé par AL.

En novembre de la même année, la camarade dénonce son violeur auprès des deux organisations libertaires auxquelles le violeur appartient, notamment auprès de la Commission antisexiste de la CNT, laquelle rend l’affaire publique lors du congrès confédéral qui se tient à Montreuil à la même époque.

Les statuts de la CNT sont conçus de telle manière que – en principe – seul le syndicat du militant mis en cause est habilité à l’exclure et non un congrès. En l’espèce, Fouad Harjane jouissant d’une réputation militante flatteuse dans son syndicat (Santé social Lorraine) et dans la région, cela revient à proposer à ses proches de statuer sur son sort. Lorsque cette protection « naturelle » ne suffira plus, Harjane recourra aux menaces.

Le problème posé par les statuts actuels du syndicat semble bien réel. Cependant, tout indique qu’au lieu de rechercher une solution politique et publique au problème, certain·e·s instances et camarades de la CNT se sont abritées derrière les statuts pour protéger un violeur.

En effet, si des sanctions sont bien demandées (par un syndicat parisien de la CNT), elles visent des camarades de la Commission antisexiste, auxquelles il est reproché « d’instrumentaliser la question de la lutte contre le sexisme dans [une] action destructrice et délétère ».

Je dois dire ici que j’ignore s’il existe, dans l’esprit des demandeurs, d’autres griefs que la publicité donnée à la dénonciation de Fouad Harjane.

À supposer même que ce soit le cas, on mesure l’effet catastrophique que peut provoquer sur les militant·e·s de base une action exigée contre celles et ceux qui dénoncent un violeur plutôt que contre le violeur lui-même…

On se demande ce que les « sanctionneurs » peuvent avoir dans la tête, non seulement quant à la prévention du sexisme dans les rapports sociaux de sexe, dans la société et dans les organisations révolutionnaires, et – plus bêtement, pourrait-on dire – quant à la possibilité matérielle de glisser les ordures sous le tapis en espérant en masquer l’odeur, à l’ère de #BalanceTonPorc et du planétaire Me Too Movement ?

Début décembre 2016, huit personnes sont exclues de la CNT – sans passage par leur propre syndicat ! Comme quoi, quand on veut, on peut ! – au motif qu’elles se sont réunies sans autorisation, s’« auto-excluant » de fait.

En janvier 2017, Alternative libertaire, dont les militant·e·s avaient transmis un dossier de témoignages sur le viol à la CNT, exclue Fouad Harjane.

En mars de la même année, la CNT Santé social de Metz rend un rapport concluant… à l’impossibilité pour elle de statuer sur le cas de Fouad Harjane. On lira avec intérêt le communiqué en date du 5 mars 2017 par lequel les cénétistes messins encouragent vivement les victimes de viol… à porter plainte devant la justice bourgeoise et s’engagent à fournir – à propos du viol dénoncé – à fournir à ladite institution tous les documents en sa possession !

Lorsque l’on sait comment sont traitées le plus souvent les victimes de viol, et sans même parler d’une méfiance de principe envers les institutions comme la police et la justice que l’on attend de militants anarcho-syndicalistes, le niveau de réflexion antisexiste et libertaire des auteur du communiqué est du niveau « démocrate de comptoir ».

Juin 2017. À l’occasion du festival de la CNT, à Montreuil, des militant·e·s viennent manifester devant l’entrée de La Parole errante en soutien à la camarade violée. Certaines d’entre elles ont été tout simplement déclarées persona non grata et interdites d’entrée. Bien entendu, les militant·e·s et les badauds ne sont pas informé·e·s.

À cette époque, pour le public non averti et qui n’a pas cherché à s’informer – soit la très grande majorité des gens qui viennent assister à un festival de la CNT – il s’agit d’une histoire, peut-être de ces histoires complexes entre personnes se connaissant intimement, sur laquelle on ne dispose, de manière publique, d’aucune source fiable. On comprend simplement qu’AL a préféré exclure le violeur présumé, et la CNT non.

Février 2018 : le syndicat auquel appartient Fouad Harjane fusionne avec le syndicat de l’Éducation de la Moselle.

Et là : tour de passe-passe !

Le SSCT Lorraine comptait, jusqu’à peu, un adhérent ayant été accusé d’agression sexuelle de la part de plusieurs personnes au sein de la Confédération et en dehors. Ces accusations sont des faits très graves. Nous rappelons la décision prise par notre syndicat qui a été de ne pas pouvoir se positionner quand à l’exclusion ou non de cet adhérent. Suite à la fusion du SSCT Lorraine et du STE 57, l’adhérent en question a annoncé qu’il quittait notre syndicat, ce que nous avons acté et avons décidé d’en informer l’ensemble de la Confédération.

Plus de Fouad Harjane, plus de problème ! C’est manifestement le pauvre raisonnement des cénétistes messins qui confondent débattre politiquement et jouer à chat perché.

Cette affaire sera « réglée », du point de vue de la victime, lorsqu’elle aura obtenu reconnaissance et/ou dédommagement du crime subi, et de la part du violeur, et de la part du syndicat qui l’a délibérément couvert jusqu’à ce qu’il quitte l’organisation.

D’ici là, « la CNT » – appellation inexacte et injuste puisque nombre de militant·e·s et de syndicats de la CNT désapprouvent les positions messine et confédérale – peut à juste titre être accusée d’avoir protégé un violeur, de plus prédateur multirécidiviste.

Tant que cette affaire n’aura pas fait l’objet d’une analyse en interne et d’un communiqué public d’autocritique, l’accusation demeure valide, quelles que soient les suites judiciaires des « affaires Fouad Harjane ».

On ne saurait trop conseiller aux camarades de la CNT de saisir cette occasion, qui commence certes par un loupé lamentable ! pour mettre en place un nouveau protocole qui servira dans les affaires à venir.

Ne nous voilons pas la face : le sexisme, le viol et les violences sexuelles sont aussi répandues dans les organisations syndicales et révolutionnaires que partout ailleurs dans la société ; des scandales récents en témoignent à ciel ouvert (Unef, Jeunesses socialistes, etc.).

Autrement dit, la CNT et bien d’autres auront, ont peut-être déjà sans que nous en soyons informé·e·s, à régler des cas similaires – en pire ou en moins grave – à celui de Fouad Harjane.

Espérer que Harjane tombe dans l’oubli et que les choses s’arrangent mieux la prochaine fois, sans rien faire d’ici là – à commencer par une autocritique publique – est une illusion.

Du fait de son caractère syndical, la CNT aura d’autres cas de militants ayant la double appartenance (avec une organisation libertaire) à traiter. J’en profite pour dire que Alternative libertaire, organisation dont nul n’ignore que je suis loin de partager toutes les positions, me semble s’être comportée en l’espèce avec un sang-froid et une intelligence dont les camarades de la CNT devraient s’inspirer au lieu de fustiger une prétendue manie de donner de leçons.

Dans l’immédiat, il convient que les syndiqué·e·s et syndicats de la CNT exigent une réflexion collective débouchant sur une communication autocritique et publique. Dans cette attente, et dans le flou persistant, je comprends que des camarades souhaitent refuser de s’afficher dans des initiatives cénétistes, et a fortiori de s’affilier au syndicat.

Comment, de surcroît, devant tant de mensonges, d’évitements et de manipulations, ne pas dissuader des jeunes femmes, par ailleurs engagées dans des luttes féministes, de rejoindre une organisation dont elle savent désormais qu’elle refusera de les soutenir en cas d’agression sexuelle de la part d’un militant soi-disant révolutionnaire – ce qui mérite d’être également qualifié de trahison morale et politique et de la part du militant et de la part de l’organisation.

Je ne doute pas, hélas! que cette « carte postale ouverte » à mes camarades de la CNT en offusquera plus d’un·e. La mentalité de parti, même quand le parti est minuscule, rend sottes et aigries les personnes les plus ordinairement aimables… Il existe aussi à la CNT (comme ailleurs) de tristes sires qui considèrent le combat féministe comme un boulet à trainer ou un fanion à agiter les jours de fête : rien qui doive conduire à s’interroger collectivement. Ce sont ceux-là qui devraient prendre leur retraite de l’anarcho-syndicalisme et de l’anarchisme ! Ils ne manqueront à personne.

Afin de terminer sur une note constructive, pourquoi ne pas envisager la création d’une instance collective mixte entre organisations libertaires – CNT, FA, AL, OCL, CGA etc. – chargée de recevoir et d’« instruire » les plaintes de victimes de violences sexuelles. Cette commission serait composée par exemple de trois membres (deux femmes, un homme) de chaque organisation.

Elle devrait être indépendante desdites organisations pour le temps d’un mandat, ses membres à l’abri de toute sanction pour leur activité dans la commission.

Elle pourrait aussi s’adjoindre, de manière ponctuelle ou permanente, des personnalités féministes « extérieures », militantes du Planning familial et/ou d’autres collectifs anti-viol.

Elle aurait pour première tache d’élaborer un protocole à suivre lorsqu’une victime se signale à elle ; ce protocole, assorti de conseils et de principes de base sur le consentement serait rendu publique dans et hors des organisations, notamment lors des adhésions et dans les événements (meetings, fêtes, etc.).

Ce protocole aurait, en interne et vis-à-vis des sympathisant·e·s, une fonction programmatique et symbolique. Il indiquerait l’importance que les organisations libertaires attribuent à la lutte contre les agressions sexistes et du même coup à la sécurité et à la tranquillité de ses militant·e·s.

Ce serait un élément fondateur (parmi d’autres à inventer) d’un intense et indispensable travail de réflexion et d’autocritique à venir si les organisations libertaires veulent conserver un attrait pour les franges les plus engagées de la jeunesse et donner une image enviable de la société libertaire à construire.

En l’absence d’un tel travail – dans l’espoir vain de protéger tel petit chef ou l’équilibre des forces dans tel syndicat ou tel groupe local –, les organisations libertaires apparaitraient en retard sur les mouvements d’opinion qui traversent la société et les luttes féministes, dont elles s’« auto-excluraient » de ce fait, pour reprendre l’expression de certains.

[1] Le cv militant du personnage est tel que son nom et sa photo se trouvent aisément sur le Net.

Messages et commentaires reçus

J’ai reçu plusieurs messages de sympathie, le témoignage d’une ancienne militante non-soutenue par son organisation révolutionnaire (pas libertaire) et deux textes de militants de la CNT. Je reproduis ci-dessous celui dont l’auteur a accepté le principe de la publication. Je suis disposé à en publier d’autres.

Message de Didier

Je suis Didier, adhérent de la CNT depuis pas mal de temps et depuis quelques années en région parisienne. J’ai pu lire ton texte.

Premièrement, tu dis que la CNT se pose en donneuse de leçon. À ma connaissance, personne dans les syndicats n’a pu être dans cette attitude mais au contraire, c’est plutôt l’ensemble des personnes qui ne sont pas adhérentes à la CNT qui nous explique depuis bientôt 2 ans comment nous devrions faire. Toi tu es le dernier en date. Et comme beaucoup de personnes qui voient ça d’une façon extérieur, il y a beaucoup de mensonges et d’erreurs. La CNT laisserait pourrir une histoire sordide ? Non, cela fait deux ans que notre organisation est secouée par cette histoire et que nous essayons de comprendre, de discuter (souvent de façon houleuse), d’aller de l’avant, de faire du syndicalisme… malgré la pression qui s’exerce sur nous et qui est caractéristique de notre époque. La toile est devenue le café du commerce et tout le monde donne son avis sur tout, et surtout sur ce qu’il ne connait pas ou connait mal. Devrions-nous communiquer chaque jour de l’avancée de nos débats sur le sujet. Je pense que nous avons autre chose à faire et notre congrès approchant nous allons pouvoir en débattre avec l’ensemble des syndicats qui constitue la confédération. Malgré la technologie de pointe des réseaux sociaux, nous sommes attachés à certains principes autogestionnaires où chaque syndicat peut et doit s’exprimer sur tous les sujets qui nous passent par la tête qu’il soit sensible ou pas et, même si cette lenteur pour prendre une décision nous est souvent critiqué, elle fait partie des socles de l’identité même de la CNT et nous n’en dérogerons pas.

Pour revenir sur le problème au sein du syndicat santé-social de la CNT-RP, c’est un problème bien antérieur puisque moi-même j’ai pu faire partie d’une médiation afin de clarifier la situation au sein de ce syndicat à partir d’avril 2016. Le conflit n’étant pas réglé, une décision de mise sous tutelle du syndicat a été prise en juin 2016. Donc, toujours avant l’histoire de Fouad. Ce qui explique pourquoi les personnes soi-disant «exclues» ne l’ont été par leur propre syndicat. Ces personnes ont été invitées en UR spécial pour régler cette histoire et ne sont pas venues d’où notre décision de dire qu’elles avaient choisies une autre voie militante. Mais ce fut l’aubaine pour eux d’instrumentaliser le conflit pour se victimiser et rapprocher les deux histoires.

Didier Hominal

ZAD PARTOUT! par Gérard Lambert

Le texte ci-dessous est la version française d’un encart ajouté dans la revue portugaise Flauta de luz (n° 5, avril 2018) pour compléter un article conséquent sur l’histoire de la Zad de Notre-Dame-des-Landes par Pedro Fidalgo intitulé «A populaçao contra os decisores».

On peut contacter Flauta deLuz à cette adresse: flautadeluz1@gmail.com

 

ZAD PARTOUT !

Le 17 janvier 2018, le gouvernement Macron annonçait l’abandon définitif du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, obtenu enfin après plus de 50 ans de lutte des opposants. C’est évidemment la menace d’actes de résistance de milliers de personnes dans toute la France et le risque de « déstabilisation » que ça lui faisait courir qui a contraint ce gouvernement à ainsi lâcher du lest, et non la « sage » considération expertisée d’un projet « obsolète ». Ce gouvernement n’est pas moins que ses prédécesseurs souteneur de « grands projets inutiles » ou plutôt utiles seulement à quelques saigneurs de l’humanité et de la planète. Il est plus prudent et plus roublard, voilà tout.

Ce fut une grande victoire pour les opposants, prouvant qu’avec suffisamment de détermination et de ténacité on peut contraindre l’État à céder sur une position sur laquelle ses différents gérants, de gauche comme de droite, avaient toujours affirmé refuser de capituler. Mais c’est une victoire qui visait à préparer une défaite.                    

Car, depuis des années, le véritable affrontement entre l’état, ses gérants, la grande majorité des politicards, les barons du business, et les Zadistes de Notre dame des Landes et leurs soutiens, n’est pas seulement l’affrontement pour ou contre un débile projet d’aéroport mais aussi et surtout pour ou contre certains choix de société. C’est d’ailleurs ce qu’ont déclaré souvent les plus forcenés partisans du projet : pour eux, le plus important était, et reste de détruire la Zad. En effet, cette zone contre laquelle ils ne cessent de vitupérer à coups de mensonges grossiers la déguisant en repaire de casseurs et terroristes ; cette zone qu’ils dénoncent comme « Zone de non droit » est une zone ou le « droit » d’asservir et d’exploiter a largement pris fin. C’est un exemple concret que des gens unis malgré leurs divergences, créatifs et déterminés, peuvent vivre autrement que broyés par une « économie » cannibale, asservis à des patrons et des actionnaires toujours plus voraces, truandés par des financiers rapaces, menottés par des « lois » carcérales, matraqués ou flingués par des « autorités » mafieuses. C’est la preuve que des humains peuvent avoir d’autres relations que la guerre de tous contre tous. La preuve que des citoyens peuvent s’auto-organiser au moyen d’une véritable démocratie directe au lieu d’abdiquer leur pouvoir aux mains de démagogues véreux. C’est évidemment une menace pour toutes les oligarchies régnantes. C’est cela qu’ils veulent anéantir.

En habiles politicards, Macron et sa clique se sont donc affairés à ôter son prétexte à la résistance. La sauvegarde des intérêts des vampires de l’humanité vaut bien le sacrifice d’un aéroport ! L’abandon du projet d’aéroport leur permet d’argumenter que la Zad n’a plus de raison d’exister. Ils espèrent que certains vont se contenter de cet abandon et lâcher les Zadistes, égoïstement, sans considération pour le fait que « sans eux, l’aéroport serait déjà fait », comme le constate lucidement un opposant « historique ». Ils se préparent ainsi à mettre fin à ce qui reste un territoire libéré de leur domination ; à une expérience de changement social dont ils redoutent qu’elle fasse tache d’huile ; à cette « commune » exemplaire.

En effet, le 17 janvier, en même temps qu’il annonçait l’abandon du projet d’aéroport, le gouvernement confirmait sa détermination à expulser les zadistes, leur laissant seulement pour évacuer les lieux un délai jusqu’au 30 mars, fin de la traditionnelle «trêve hivernale » qui, en France interdit pendant l’hiver les expulsions hors de logements « squattés » ou aux loyers impayés.

Le 10 février, 20 000 personnes fêtent sur la Zad l’abandon du projet d’aéroport mais affirment également leur détermination à « Enraciner l’avenir » et empêcher que la Zad soit démolie. Le collectif des différentes composantes de la lutte proclame : « Dans le futur, ce territoire doit pouvoir rester un espace d’expérimentation sociale, environnementale et agricole » et s’affirme déterminé à lutter contre toute tentative d’expulsion. Depuis des mois le mouvement avait anticipé ce que seraient ses positions en cas d’abandon du projet d’aéroport et tracé des plans pour un avenir qui tienne compte de l’originalité de la Zad. Un texte, en 6 points, cosigné par tous, affirmait que la gestion du territoire de la Zad devait rester l’œuvre du collectif contre l’aéroport et devait s’assurer que les terres et les lieux de vie et ateliers continuent à vivre dans l’esprit de la Zad, privilégiant le « commun » et faisant place à une approche le plus possible non-marchande. Une « assemblée des usages » avait été créée en plus de l’assemblée générale mensuelle, pour : « d’une part, discuter/gérer au présent l’usage des espaces communs sur zone, sur la base des six points, les différentes pratiques qui y existent, et les conflits qui peuvent éventuellement en découler ; d’autre part penser l’avenir de la Zad après l’abandon du projet ».

Le collectif désigne une délégation de personnes issues des différentes tendances de la lutte pour négocier avec l’État la suite de la situation. Toutefois, sans grandes illusions pour certains : «  Beaucoup parmi nous ne sont pas d’accord ou n’en attendent pas grand-chose, parce que face à l’État, on ne gagne que ce qu’on peut prendre et tenir par la lutte, pas ce qu’il veut bien nous concéder. Nous ne voulons pas croire qu’à ce moment clé, que certain·es appellent « victoire » et d’autres « abandon de l’aéroport », notre mouvement se déliterait et que l’on bataillerait chacun·e pour sa part du gâteau, dont la cerise serait l’accord bienveillant de l’État.  Nous souhaitons au contraire signifier à l’État, ainsi qu’à celleux que notre mouvement effraie, qu’ensemble nous ne sommes pas seulement des obstacles à leurs projets, mais des entraves à leur logique, avec ou sans aéroport. Que par le biais des négociations, l’État ait une prise sur ce qu’il se passera ici, c’est un fait. Mais ça ne signifie pas pour autant que nous lui ouvrons grand les portes de ce que nous avons construit, ensemble et sans lui. Il est et restera, pour nous, un adversaire politique, et nous continuerons à construire nos réalités ».

capture-decran-2015-11-08-a-22-33-04

Mais l’État va s’affairer à affaiblir et diviser le mouvement en jouant les différentes factions, « légalistes » et « radicales », les unes contre les autres. Dès février, la majorité du mouvement, désireuse de montrer à l’Etat sa bonne volonté négociatrice, décide de nettoyer la route dite « des chicanes » qui traverse la Zad et a été transformée au moment de l’Opération César en 2012 par des « barricades » et diverses cabanes qui limitent la circulation. Ce blocage est depuis longtemps sujet de friction entre les zadistes : certains veulent « libérer » la circulation pour que les paysans et habitants des environs puissent mieux circuler ; ceux qui habitent les cabanes sur la route ou à proximité craignent d’être évincés, les mêmes ou d’autres voient dans la remise en état de cette route le début de la « normalisation » de la Zad. Le collectif, s’étant pourtant prononcé en grande majorité pour cette remise en état, s’affaire rapidement à nettoyer les lieux, démanteler les barricades et démolir les cabanes ou en déplacer certaines, ce qui suscite l’opposition d’autres zadistes, « minoritaires ». La raison invoquée pour agir si vite : si ça n’est pas fait, l’État menace d’une intervention rapide de la gendarmerie. Certains y objectent qu’auparavant le mouvement cédait moins facilement à ce genre de menaces. Et, une fois la route dégagée, ils semblent bien avoir raison puisque des hordes de gendarmes envahissent les lieux sous prétexte de sécuriser la remise en état de la voie, filmant copieusement les zadistes qui sont repoussés en bordure de route, repérant les lieux et se glissant quand ils peuvent jusque dans les cabanes, etc. Pourtant, les zadistes, que la propagande gouvernementale présente comme « ultra-violents » n’opposent qu’une présence pacifique, à peine contredite par de dérisoires « dégradations » la nuit des travaux opérés le jour (trois mètres carrés de bitume arrachés, une buse cassée) qui permettent toutefois à la préfecture de justifier son imposante présence policière et, plus grave, à certains opposants « raisonnables » de tonner contre ces fouteurs de merde qui vont gâcher les négociations. Un des « leaders » médiatiques allant jusqu’à proclamer sordidement que : « Si ces anars continuent à jouer aux cons, il faudra peut-être en passer par une journée de gaz  lacrymogènes ». (…) Les   tracteurs n’iront certainement pas protéger cette bande-là ! » Ce à quoi la majorité des zadistes répond : « Honte à vous. Il n’y a pas de bons et de mauvais zadistes ».

Les « ultra violents », eux, se contentent de montrer leur cul à la préfète, venue sur la route constater le « retour de l’état de droit » et d’apostropher un sous-ministre venu parader pareillement. Comme « violence », il y a pire.

Parallèlement, la préfecture prépare le cadre des pseudo-négociations destinées à faire renoncer les zadistes à toutes leurs exigences. Il est demandé aux zadistes de présenter des dossiers individuels de projets agricoles pouvant être entérinés par les autorités « représentatives » c’est-à-dire, entre autres, la Chambre d’agriculture tenue par la FNSEA, « syndicat » à la botte des barons de l’agriculture industrielle et qui est coresponsable des « normes » toujours plus draconiennes qui étranglent et font mourir les petits paysans. Les autres activités sur la Zad comme la boulangerie, l’atelier mécanique, la bibliothèque, etc. ne rentrent pas dans ce cadre. Quand à la volonté de gestion collective c’est un refus catégorique « non négociable » comme l’affirme le représentant du ministre « de l’écologie ». Bref, il s’agit de renoncer à tout ce qu’est la Zad pour avoir le droit d’y rester, peut être, si on se plie suffisamment pour rentrer dans les carcans fixés. Tous ceux qui ne rentrent pas dans ce cadre devenant expulsables du jour au lendemain, la préfecture fixant un ultimatum très court qui, même si les zadistes voulaient remplir les dossiers qu’elle demande ne serait pas tenable. Mais elle pose ainsi à « l’ouverture » pour les « raisonnables ». Le collectif négociateur pour la Zad se prête, dès le 28 février à ces « négociations » mais constate très vite : « Loin de marquer l’ouverture d’une négociation apaisée avec l’État, ce rendez-vous semble plutôt le début d’un long bras de fer sur l’avenir de la ZAD. »

L’ultimatum de la préfecture étant fixé au 9 mars, et la grande majorité des zadistes ne s’y étant pas pliés, une vaste agression, plus militaire que policière est lancée par l’État contre la Zad. 2500 membres des troupes d’assaut des diverses polices agressent les zadistes et leurs soutiens (y compris un camp très pacifique de « cheveux blancs » – personnes âgées venues soutenir les zadistes par leur présence) appuyés par des blindés, un hélicoptère, un drone, des bulldozers et tractopelles, utilisant une quantité impressionnante de gaz lacrymogènes et incapacitants, certains largués par hélicoptère, de grenades soufflantes, et autres gadgets de robocops. La zone est entièrement cernée. Ceux qui veulent y accéder, même s’ils y habitent, sont stoppés, leurs voitures et sacs fouillés. Les policiers relèvent les plaques minéralogiques et copient les papiers d’identité, saisissent des tas de choses : matériaux et outils, duvets et couvertures, médicaments, couteaux, ouvre-bouteilles, foulards, etc. C’est un état de siège absolu. Un observateur note que l’opération représente l’équivalent de 50% des forces militaires françaises engagées sur les opérations « extérieures » dans le monde. La journée d’intervention coûterait 350 000 euros. Certains remarquent que l’État qui prétend devoir faire des économies sur certains services publics, à commencer par les hôpitaux, n’a pas de mal, là, à dépenser sans compter.

capture-decran-2015-11-08-a-22-32-40

Sur la Zad, la résistance est féroce. Les combats font rage. Dès le premier jour, un certain nombre de lieux de vie sont entièrement détruits. Mais les agresseurs commettent une erreur. Ils expulsent et démolissent la ferme des « cent noms », un lieu exemplaire d’agriculture biologique et projet innovant, qui avait fait l’effort d’essayer de se mettre « en règle ». Cet « excès » ressoude les opposants. De nombreux soutiens rallient la Zad et aident à la résistance. Dans toute la France et même à l’étranger, des mouvements de soutien se manifestent. On compte de nombreuses occupations de lieux de pouvoir, de blocages, etc. Le week-end suivant, 7 000 personnes manifestent à Nantes, dans une ville en état de siège. Le lendemain, sur la Zad, 10 000 à 12 000 personnes (difficile de comptabiliser précisément dans ce contexte) contournent, par des chemins forestiers boueux, le dispositif de blocage policier et manifestent sur la Zad, alors qu’officiellement toute manifestation y était interdite. Tandis que certains font face aux robocops d’autres pique-niquent gaiement. Une impressionnante charpente en bois, pesant deux tonnes, est montée dans un champ, puis portée à travers bois par une foule dynamique et hilare au nez et la barbe du dispositif policier jusqu’au lieu où elle doit remplacer un bâtiment abattu. Détail bien significatif de l’esprit qui règne sur la Zad : alors que ses constructeurs se doutent bien qu’elle sera très vite détruite, ils ont mis un soin élégant à la construire en beau bois et à en orner les poutres de sculptures soignées. Elle sera en effet détruite dès le lendemain. Ce qui ne décourage personne de l’idée de la reconstruire ainsi que tout ce qui a été démoli.

Sous prétexte d’empêcher cette reconstruction et bien que son objectif affiché de destruction soit officiellement atteint quoique revu à la baisse (29 lieux de vie détruits au lieu de 40 visés), la préfecture maintient le dispositif policier, qui continue à agresser en différents lieux de la Zad, et aussi à maintenir une pression sur tous ceux qui habitent le secteur, zadistes ou non, à l’aide de contrôles incessants (une infirmière arrêtée quinze fois par jour), d’hélicoptère assourdissant jour et nuit, de coupures d’électricité, de provocations diverses. Le but étant bien sûr, de dresser les habitants des environs contre les zadistes, qui seraient cause de tous ces ennuis. Ce qui ne marche guère, la majorité des habitants en voulant plutôt à la police.

Néanmoins, les négociateurs du Collectif de défense de la Zad continuent à rencontrer la préfète, essayant d’obtenir un « accord » qui ne soit pas une reddition totale. Ils sont soutenus par de nombreuses déclarations de groupements, d’associations, de syndicats, de partis, d’intellectuels, qui demandent à l’État, parfois très fermement, d’arrêter le massacre (« Retrait immédiat des forces d’occupation » – CGT Vinci) et trouver une issue « raisonnable » au conflit. En ce printemps de contestation sociale importante en France, de grèves et manifestations en défense de divers « services publics », la Zad ayant exploré un mode de vie moins soumis aux prédateurs capitalistes trouve un large écho dans la population.

Mais, comme il le fait face à cette contestation sociale, le gouvernement se maintient dans la posture de celui qui ne cèdera rien. Le roitelet et sa cour jouent évidemment leur crédibilité politicienne sur cette « fermeté ». La Zad en fera t’elle les frais ? Rien n’est joué. La résistance reste très forte malgré quelques défections d’opposants « historiques » fortement médiatisés.

A la veille du 23 avril, date limite du second ultimatum préfectoral, une minorité de zadistes avait présenté les dossiers individuels demandés par l’État, comme preuve de bonne volonté conciliatrice, maintenant toutefois leur affirmation qu’ils veulent toujours défendre un projet collectif, et que si les expulsions devaient reprendre (il reste à peu près 60 lieux de vie « illégaux » sur la Zad) ils entreraient de nouveau en résistance. D’autres « sans fiche » se déclarent opposés à cette « stratégie molle ». La police, elle, continue son agression de la Zad sans faire la « pause » demandée par les négociateurs et leurs nombreux soutiens dans la « société civile ».

Selon les médecins intervenus sur la Zad, l’agression policière a fait plus de 300 blessés, pour certains avec des blessures s’apparentant à des blessures de guerre. 60 zadistes soutiens ont été arrêtés. Chez les gendarmes il y aurait environ 150 blessés. Une association de femmes de gendarmes se plaint que leurs maris soient envoyés au front sans avoir les « moyens suffisants » pour accomplir leur mission. Des milliers de grenades ont été envoyées (dont certains ont récupéré les douilles pour les déposer en tas devant les préfectures, révélant ainsi l’ampleur de l’agression). Elles voudraient quoi ? Des automitrailleuses ? Des tanks ?

« La cruauté est le lot ordinaire de tous les pouvoirs qui tombent » remarquait lucidement le Communard Eugène Varlin. Le gouvernement Macron n’est pas encore versaillais disposé à fusiller des milliers d’insurgés pour se maintenir, certes, mais sa démonstration de force est bien plutôt une preuve de faiblesse. Il sait que « l’état de droit » qu’il défend est si peu crédible parmi ses « sujets » qu’il ne peut régner que par la violence. Et chacun de ses actes dresse un peu plus de gens contre lui, comme ailleurs dans le monde de plus en plus de gens se dressent contre les saigneurs régnant sur cette société.

Le mot de la fin, provisoire, ne peut que revenir aux habitants de la Zad : « Pour tous ceux qui, derrière leurs beaux discours, comptent bien continuer à tirer profit de la destruction des ressources naturelles, des inégalités croissantes et de la domestication des populations, il est visiblement inacceptable que quiconque essaie de s’organiser – de manière un tant soit peu visible et conséquente – à contre courant de leurs valeurs mortifères. Et pourtant, on peut parier, face à un monde qui va droit dans le mur, que ce qui se tente concrètement sur la Zad de Notre-Dame-Des-Landes – et dans d’autres espaces – pour reprendre sa vie en main, continuera à être jugé essentiel et soutenu par un nombre plus en plus important de personnes. » Le cri « Zad partout ! » n’est pas prêt de se taire.

Gérard Lambert, 24 avril 2018   

[Illustrations de Carotide.]

De la fellation comme “compensation” (pour les hommes) et laisser-passer (pour les femmes)

Si j’en crois les récits de nombre de mes amies et les témoignages féminins que je lis ici et là, il est un comportement masculin assez répandu et qui ne manque pas d’étonner : un homme ayant proposé – souvent dans une relation cordiale déjà établie, mais pas toujours – à une femme d’avoir avec elle un « rapport sexuel » (présumé « complet », id est avec pénétration du vagin par la verge) et s’étant heurté à un refus, lui « réclame » comme un « dû minimal »… une fellation.

Étonnant disais-je, puisque cela revient – à première lecture – à dire à une femme [1] :

Tu refuses d’avoir un rapport sexuel avec moi, censé nous apporter un plaisir plus ou moins équivalent ; je suggère donc que tu me procures un orgasme via une pratique sexuelle qui ne peut t’apporter de plaisir (physique, au moins).

Ou encore, de manière plus concise :

Tu refuses le sexe avec moi ? OK. Donc, tu me dois du sexe !

La mentalité produite par la domination masculine ne se sent certes pas tenue à la logique, mais il semble bien que l’on atteigne là un indépassable nœud de contradictions apparentes, que je vais tenter de démêler.

Les femmes « doivent » toujours du sexe

Le désir masculin est supposé légitime par essence, et de plus : impérieux. Il appelle une satisfaction immédiate et s’impose aux femmes. Il l’emporte sur les femmes qui en sont l’objet (notons que le terme « partenaire » est donc hors sujet).

Comme dans la grammaire, ou bien encore au sens où un traité international l’emporte sur une loi interne : c’est logique ! le désir masculin est aussi supposé naturel et universel!

De plus, la conception masculine/catholique de la dite « sexualité » suppose que ne sont légitimes (et dans le seul cadre du mariage), impliquant (affectivement) et méritant le qualificatif de « sexuels » que les rapports génitaux pouvant conduire à une grossesse.

Les rapports oraux/génitaux et la sodomie sont certes des péchés, mais ils se sont progressivement émancipés de la qualification « sexuelle ». C’est ainsi que Bill Clinton a été compris des Américains lorsqu’il a assuré n’avoir jamais eu avec Mlle Lewinsky un « rapport sexuel ». Elle l’avait sucé, certes, mais justement !…

C’est une manière de contourner, plus ou moins de bonne foi (si j’ose dire), les interdits religieux.

Autrement dit, c’est bien du « sexe » – qui présente l’avantage non négligeable de pouvoir mener à l’orgasme masculin – mais ça n’est pas tout à fait du sexe : pas « sérieux », pas impliquant, pas procréateur…

En tant que technique érotique, la fellation demande un savoir-faire et un minimum de bonne volonté, mais on peut l’exiger des femmes sans leur en savoir gré.

C’est une compensation qu’elles se doivent d’accorder au désir masculin dominant, lequel l’emporte sur les nombreux prétextes qu’elles peuvent invoquer : elles ont leurs règles ; elles sont fidèles à un amant ; elles n’éprouvent aucun désir pour le solliciteur.

La fellation de compensation est une formalité qu’elle se doivent d’accomplir pour retrouver une liberté de circuler – d’ailleurs toute relative, puisque perpétuellement soumise aux « octrois » du désir masculin.

Dans cette mesure, c’est aussi un substitut au viol. Ou plus exactement, c’est un viol qui n’en est pas tout à fait un (comme la fellation n’est pas tout à fait du sexe), puisqu’il est consenti par la femme pour échapper à un viol « complet » (pénétration·s vaginale et/ou anale forcée·s [en plus de la fellation, bien entendu]).

La fellation est, dans ce type de situation, un minimum sexuel exigé des femmes dont les hommes veulent bien admettre (selon leur humeur, les circonstances, etc.) qu’elles ne leur accordent pas la disposition de tous leurs orifices (bouche, vagin, anus).

Bien que sans violence (par hypothèse), l’exigence d’une fellation compensatoire est donc bien une violence en soi, de surcroît révélatrice du degré élevé de violence des rapports dominants hommes [sur] femmes.

Elle témoigne également de la pure forme sociale (convenue) des raisonnements, compliments, et autres invocations « romantiques » mobilisées par les solliciteurs. Sauf heureuse rencontre de deux désirs complémentaires, seules comptent les pressions et manœuvres psychologiques ; si elles échouent, reste l’impôt, auquel aucune ne devrait pouvoir échapper [2].

 

 

[1] Je me place dans le cadre d’une relation hétérosexuelle ; j’ignore si certaines remarques ici faites peuvent trouver une pertinence dans le cas de relations homosexuelles.

[2] Bien sûr, on peut imaginer, dans le cadre d’une relation érotique et/ou affective choisie, que l’homme – ou la femme ! – suggère une fellation de remplacement. La femme peut la suggérer ou l’accepter parce qu’elle a ses règles et n’aime pas faire l’amour quand c’est le cas, parce qu’elle n’a pas envie d’un long rapport, et qu’elle souhaite néanmoins faire jouir l’homme avec lequel elle entretient une relation. Il convient d’envisager l’hypothèse symétrique : l’homme accepte ou suggère un cunnilingus, parce qu’il se sent trop fatigué ou pas d’humeur à un rapport plus fatiguant. Il serait intéressant de savoir si ce cas se présente (même si ça n’est certainement pas aussi fréquent que l’exigence de fellation).

 

LE FEU DE LA RAMPE ~ À propos de Bertrand Cantat

 

Supposons que M. Bertrand Cantat, chanteur et musicien de son état ait tué ma sœur, ou une ancienne amoureuse ou une amie, en lui fracassant la tête à coups de poings (il est costaud, le bougre !) et qu’il l’ait laissé crever, « sans intention de donner la mort » hein ! juste sans penser à téléphoner aux secours. Peut-être trop défoncé pour que l’idée atteigne le bon neurone…

Supposons.

Je ne peux même pas dire avec certitude que je l’aurais attendu à la sortie de sa prison pour lui mettre une flèche entre les deux yeux… parce que ça n’aurait pas fait revenir ma copine, et puis peut-être que je n’aurais pas eu envie de risquer de crever en taule pour un pourri pareil. Je suppose que que ce sont des pensées qui vous traversent l’esprit…

Et puis, je ne voudrais pas avoir l’air de donner des leçons à tel inconnu (de moi) contre qui je n’ai rien, ou à telles personnes que j’admire pour leurs talents divers…

Peux pas dire…

En revanche (et pour une fois, le terme me semble bien choisi), je ne crois pas que j’en aurais eu quoi que ce soit à faire qu’il ait « payé sa dette »… À qui d’ailleurs ? Pas à ma copine toujours ! Ni à moi ! Ni à ses parents ! On n’est pas « la société », nous. Comme si ses trois ans de cellule nous avait dédommagé en quoi que ce soit… !

Et de savoir qu’il souffre… ?

Attendez, c’est quand même le minimum qu’il ait un peu de mal à dormir certaines nuits, non ? (moi-même qui suis loin d’avoir éliminé tous ceux qui figurent sur ma liste… mais je m’égare).

Juste après la mort de Marie Trintignant sous ses coups, je me souviens d’une amie – et admiratrice du chanteur – qui m’a dit : « Je suis certaine qu’il est si mal qu’il va se suicider ! » Hélas ! c’est son ex-femme qui s’est suicidée, alors même qu’il dormait dans la même maison où elle s’est pendue.

Un autre truc dont je n’aurais rien eu à faire, c’est la « réinsertion » de M. Cantat.

Il y a mille manières de retrouver une place parmi les humains… On peut faire plombier, maraîcher, éleveur de puces savantes… On peut ouvrir une école de guitare au fond de la brousse, apprendre à faire des pansements et s’engager chez Médecins du monde (y’a des caisses à porter, si comme moi on supporte mal la vue du sang).

Mais Cantat ne souhaite pas se « réinsérer » parmi les humains. Non ! C’est bon pour le vulgaire !

Cantat veut que l’on cesse de tenir compte du fait qu’il a tué son amante à mains nues, et que l’on voit à nouveau en lui la vedette de music-hall, l’idole des jeunes filles, le sex-symbol.

Un petit incident montre à quel point la personnalité caractérielle de Bertrand Cantat est hors du réel des humains, et du coup très problématique en terme de « réinsertion ». Devant une salle où il se produit, des manifestant·e·s crient. Il s’approche d’une jeune femme qui l’insulte, et veut prendre sa tête dans ses mains pour lui embrasser le front… Ce garçon est prêt à pardonner à celles et ceux qui l’offensent… Il se prend pour une espèce de martyre injustement persécuté. Alors que – vous savez quoi ? – ce type est tout amour !

Bon : sa copine est morte sous ses coups, la précédente s’est pendue en l’accusant, et là il demande qu’on lui laisse une seconde chance.

Mais Bertrand ! tu ne sais pas compter ! C’est une troisième chance que tu réclames. Et c’est beaucoup, même pour les utopistes les plus endurants, les abolitionnistes les plus vétilleux, les crétins même !

En effet, si M. Cantat ne voit dans les deux décès évoqués qu’un fâcheux concours de circonstances, on voit mal comment il pourrait être considéré comme sans danger pour autrui – sinon courbé sous des éviers, sur des salades ou sur le bassin des malades.

Aussi tolérante que soit une société (je ne parle pas de la nôtre, qui ne l’est guère, ou à rebours de ce qui serait souhaitable) je vois mal comment elle pourrait admettre qu’un tel personnage occupe aujourd’hui exactement la même place qu’avant les « circonstances » que nous savons.

Pour qu’il puisse renaître à des rapports sociaux apaisés – si les personnes directement concernées acceptent de lui laisser cette possibilité – il doit se reconnaître à la fois coupable et responsable, et mourir à la scène, au vedettariat, et aux illusions séduisantes du spectacle.

Peut-être cette nécessité est-elle plus pénible pour lui qu’un enfermement… C’est bien possible en effet. Et alors ?

Il est vivant, encore jeune, vigoureux. Il lui est loisible de se faire soigner, d’entreprendre une analyse. Il peut encore (lui !) travailler, mériter l’estime, voire l’amour d’être humains… Et il voudrait qu’on le plaigne parce qu’on lui interdit les feux de la rampe !?

Sois vraiment miséricordieux, Bertrand, puisque tu prétends à cette qualité rare.

Fais-le pour toi, et pour nous : permets-nous de t’oublier.