“TU N’IRAS PAS TE PROMENER”, par Armand Robin

Ce manifeste poétique et abstentionniste fait partie du recueil Les Poèmes indésirables qu’Armand Robin édite lui-même à la Noël 1945.

Il sera repris l’année suivante dans Le Prolétaire, journal communiste révolutionnaire (voir illustration ci-après).

 

Le dimanche

Le citoyen

mécanisé – machinisé – robotisé – capitalifié – fascistifié défascitifié – stalinisé – hitlérisé – nazifié – démocratisé socialisé – communisé – réactionnarisé – révolutionnarisé taylorisé – stakhanovisé – militarisé – collectivisé – étatisé usinifié – unifié – progressivisé – pasteurisé – molotovisé fordisé

Se réveille un peu moins bêtifié :

«Çà, mais nom de Dieu, mais j’ai des yeux!

«Et même j’ai des yeux qui sont MES yeux;

«Ces yeux, si j’essayais

«De m’en servir pour REGARDER!»

 

Le dimanche

Le citoyen

Reste un danger.

 

Il se souvient d’avoir entendu dire quelque part :

«Le dimanche, c’est le jour du seigneur.»

Et chaque dimanche il fait le seigneur.

Il menace d’aller

Dans les bois, dans les prés;

Et là, TERREUR, TERREUR, ce qu’il regarderait

Existerait.

Il menace d’aller prendre

Des leçons chez les plantes!

Et même il peut lui venir l’idée

D’aimer un cheval, un oiseau,

D’écouter

Un ruisseau.

Le dimanche

Il pense

Qu’il peut prendre un peu de vie pour s’en endimancher

Et même il pense

Qu’il peut penser.

Un tel crime contre le crime ne peut plus être toléré:

Vite affichez :

TU N’IRAS PAS TE PROMENER,

AUX CHAMPS TU N’IRAS PAS RÊVER.

TU IRAS VOTER.