Jurisprudence ordurière Malik Oussekine: «Une forme de sagesse»

Vous rappelez-vous de l’ordure d’État qui commenta sobrement le meurtre de Malik Oussekine, rue Monsieur-le-Prince à Paris, en 1986, par des flics des «pelotons voltigeurs» – d’ailleurs récemment remis en service par M. Castaner – en disant en substance: «Quand on est malade, on va pas faire le con dans la rue»?

Moi non plus.

Je n’ai pas oublié la victime (je faisais le con, moi aussi, à quelques centaines de mètres de là). Je n’ai pas pardonné. Mais l’ordure d’État, j’ai oublié son nom…

Monsieur Emmanuel Macron a de la chance: si nous ne lui pardonnons rien des exactions policières qu’il organise et justifie, tant qu’il occupe le devant de la scène en tant que premier larbin du Capital, nous allons l’oublier très vite.

C’est ce qu’il devrait souhaiter, en tout cas.

 

 

Après l’émeute, la meute

Durant l’événement même, luxe de la technologie moderne, on peut savourer sur BFM Tv les éructations de faux experts et de commentateurs en toc. Airs compassés, prophéties funestes, contrevérités historiques et bouffées délirantes en tous genres…

Mais après l’émeute (et réunion du bureau national…), on a le plaisir supplémentaire de lire les communiqués de syndicats policiers. Ici celui de Synergie Officiers, que je vous laisse goûter, sans commentaires.

Si nécessaire, pour une lecture plus aisée, ICI le texte au format pdf.

Pensée «de gauche» sur le «maintien de l’ordre»: RIONS UN PEU!…

L’Hétairie est un club de réflexion réunissant des gens qui pensent qu’être «de gauche» leur confère un supplément d’âme et/ou un plan de carrière original dans la gestion, présente et à venir, du système capitaliste.

Si la vidéo ne vous a pas complètement éclairé·e, vous pouvez télécharger ICI le livret au format pdf.