L’éradication du concept de « santé publique »

Je mets en forme ci-après quelques échanges avec un ami chirurgien (qui apparaît sous «X») dans une grande ville du Nord de la France[1]. La discussion est partie du récit de la (énième) fermeture programmée d’un service de chirurgie.

 

X. — Ça se passe de la façon suivante : l’administration de l’hôpital embauche des gestionnaires ou ils lui sont envoyés par une administration plus élevée dans la hiérarchie. Ces gens font ce qu’on appelle un audit ; ils étudient le fonctionnement de chaque service et des équipements utilisés par les services et il disent : là on peut faire des économies.

Pour faire des économies, il faut « idéalement » faire des soins qui rapportent de l’argent et réduire les soins qui coûtent de l’argent.

 

Cl. — Le problème commence là, non ? Où ont-ils vu que le système de santé est là pour rapporter de l’argent et non pour soigner et guérir les gens ?

 

X. — Alors tu as raison, bien sûr, mais en fait, on n’en est plus là du tout !

 

Cl. — Je ne te suis pas.

 

X. — Bon, tu as raison sur le fond. Mais ce stade est très largement dépassé. Les gestionnaires ne disent plus : « Il faut que le système de santé publique soit rentable, ou au moins à l’équilibre, pour pouvoir perdurer et se moderniser », ce qui serait après tout rationnel, même si pas simple à mettre en œuvre. Non, ils disent : « Dans votre maternité, dans votre service de chirurgie viscérale, il faut faire des économies ». On pourrait même dire qu’ils sont descendus au niveau de la chambre d’hôpital. Ils font leur calcul et ils disent : « Dans tel service, la chambre 315 est trop peu utilisée. Donc on la ferme. »

 

Cl. — Tu me fais penser à une amie médecin du travail qui me racontait qu’un patron du BTP prenait sa calculette pour évaluer à combien allait lui revenir le kilo de merde de ses ouvriers, pour lesquels elle exigeait des toilettes.

 

X. — Ah ! mais on en est déjà là. Tu sais qu’à l’hôpital on ne parle de chambre en fait, mais de lit, d’autant qu’il y en a souvent deux par chambre. Donc on en est déjà à la plus petite unité possible. Et quand les mesures, enfin ce qu’ils appellent la « rationalisation budgétaire », concernent un équipement commun à plusieurs services, c’est pareil. On nous a demandé d’opérer moins parce que les heures de bloc coûtent trop cher.

 

Cl. — Attends ! On peut imaginer une clinique privée où on pousse le client à la consommation ; on pourrait dire qu’on opère « trop ». Mais comment peut-on opérer « moins » dans un service public ?

 

X. — Alors, il y a des réunions interservices et on négocie entre nous les heures de bloc, tout simplement. Enfin ! l’expression est mal choisie (rires) parce que c’est tout sauf simple. Ça a deux conséquences, en plus de compliquer le travail de tout le monde : il faut rappeler les patients pour leur « vendre » le fait qu’on pense que, finalement, ça serait pas mal de continuer un traitement – pour un cancer par exemple – avant d’être opéré…

 

Cl. — Excuse ma naïveté, peut-être, mais donc des médecins ou au moins du personnel médical ment consciemment aux patients pour couvrir des décisions administratives ?

 

X. — Exactement ! Je peux te dire que personne n’en est fier, mais une fois que le planning des blocs est bouclé, tu ne peux pas t’amener la bouche en cœur quand ça t’arrange. De toute façon, tu n’aurais ni interne, ni infirmières, ni anesthésiste… Donc, quand il y a vraiment une urgence, on deale entre nous. Ça fonctionne mal, bien sûr, du coup, on dépasse les horaires, le personnel est épuisé, il menace de faire grève, et tout se détraque chaque jour davantage.

 

Cl. — Tu restes assez discret là, mais ça met clairement en danger la santé des malades, non ?

 

X. — Ah ben oui, évidemment ! Les chances de guérisons sont potentiellement réduites. Ça n’est pas mécanique, parce que de toute façon la médecine n’est pas une science exacte ; autrement dit, il se peut que pour tel patient précis la prolongation du traitement soit finalement une bonne chose, mais globalement nous n’avons plus les moyens d’appliquer les décisions médicales qui nous paraissent appropriées. Et dans certains cas, impossibles à chiffrer, au moins aujourd’hui, ça peut entraîner des décès. Puisque c’était ça que tu sous-entendais par ta question discrète (rires).

Cl. — C’est un peu vertigineux ce que tu dis. Comment interpréter ça ? C’est quand même un énorme gâchis humain, y compris un gâchis financier, tout ce travail des soignants qui est mal rentabilisé, finalement ; c’est donc aussi un gâchis financier. Surtout si tu relèves le nez du niveau « service untel » pour considérer l’ensemble d’une ville, d’une région ou du pays…

 

X. — Tu es bien mignon ! Si ! Le problème, c’est que, depuis l’endroit où je travaille, moi je ne vois plus personne pour penser les problèmes de cette manière. Chaque cadre a le nez dans le guidon, il fait ce qu’on lui a appris à faire, là où on l’a posé, et puis c’est tout. Je ne sais pas s’il en rêve la nuit, mais au taf, il n’est pas là pour penser ni à la santé publique, si tant est que ça signifie encore quelque chose, ni aux patients. Il est là pour compter, et il compte. En général, ce sont des gens plutôt incompétents et très arrogants, probablement très mal à l’aise dans un monde dont ils ignorent tout et qu’ils redoutent, comme tout le monde d’ailleurs ! Les moins antipathiques sont pris entre le marteau et l’enclume : leur marge de manœuvre est quasi nulle.

           

Cl. — Tu vois une manière de se sortir de cette espèce de circularité folle ?

 

X. — Désolé, non ! Bien sûr, on essaye de limiter les dégâts, mais c’est quand on est sur l’obstacle, quand on comprend qu’on va nous entuber à tel endroit, de telle manière. Et les choses ne sont pas simples ; tu te doutes que les praticiens hospitaliers sont assez peu syndiqués, même si par hasard il peut se trouver quelques anciens militants politiques. Ajoute à ça que les rapports entre médecins et personnel soignant ne sont pas toujours fraternels, c’est le moins qu’on puisse dire. Et, s’il te reste encore un peu de place (rires), ajoute encore que ces fermetures sont l’occasion pour certains de magouilles de carrière diverses, et du coup il n’y a pas de front uni. Là, je te parle de mon niveau local ; plus haut, non, je ne vois pas comment on peut s’en sortir, si ce n’est par des explosions de colère et de souffrance. Enfin, ça ne répond pas à ta question, mais c’est déjà ce qu’on voit, dans les services d’urgence et qu’on verra je pense de plus en plus.

[1] La seule raison valable d’utiliser l’expression grotesque « Hauts-de-France » est qu’elle permet de coller l’étiquette « Fragile » quelque part vers le Massif central, tandis qu’on indique « Bas-de-France » sur le littoral méditerranéen.

 

“Une envie de voyager librement…” par Camille*

Dès le milieu des années 70, Camille* milite dans la mouvance anarchiste et prend une part active aux luttes de terrain (anti-franquisme, antimilitarisme, insoumission, anti-nucléaire, droit à l’avortement, immigration, abolition de la peine de mort., contre les prisons et les lieux d’enfermement, Larzac, Plogoff…) puis au fil du temps squatts, autonomie, solidarité et accueil de réfugié·e·s de nombreux pays d’Amérique latine, ensuite Italien·ne·s, Allemand·e·s des «années de plomb», Turc·que·s, Kurdes… En 81, elle participe à nombre d’actions pour arracher la libération des prisonniers politiques.

Au long de toutes ces années, elle va rencontrer puis se lier avec certain·e·s qui formeront ensuite Action Directe. Un bout de route assez proche, des amitiés sincères, mais elle refuse de choisir l’option lutte armée.

En garde à vue à plusieurs reprises, elle se sera jamais inculpée et n’a pas de casier judiciaire.

En 86, son amour de l’époque décède après l’avoir sauvée sans le savoir. Intoxication au monoxyde de carbone.

Elle passe près de la folie et ses camarades organisent son départ au Canada pour lui redonner désir de vivre et de lutter. Ce qui réussit après plusieurs mois. Elle envisage alors de s’installer là-bas.

Elle rentre en France pour effectuer une demande d’immigration selon les règles légales, remplit un dossier. Elle renoue bien sûr avec ses ancien.ne.s ami .e.s, le milieu militant et attend cette réponse de l’ambassade du Canada qui prend des mois. Les militant·e·s d’AD sont arrêté·e·s à Vitry-aux-Loges. Les médias se déchaînent. Elle se laisse glisser doucement de nouveau, bataille contre des obstacles administratifs qui semblent sans fin.

Un jour, elle est contactée dans la rue par des policiers en civil qui lui proposent l’odieux marché habituel : elle donne, ils donnent : ce qu’ils pensent qu’elle peut savoir de militant·e·s encore mal connu·e·s contre son départ.

Elle tient tête au chantage, aux menaces.

Mais pour obtenir ces délais, cette attente forcée, les autorités françaises ont dû demander l’aide du gouvernement canadien, et celui-ci pense désormais que cette personne qui peut tant intéresser la police ne serait pas bienvenue dans la Belle Province si tranquille.

Et le Consulat l’informe alors après un xième rendez-vous qu’elle est déclarée persona non grata et n’obtiendra aucun visa pour s’établir au Canada et qu’il est même inutile qu’elle envisage un simple voyage touristique. Les frontières lui sont désormais fermées.

Après l’abattement, la colère et l’idée que sa petite personne puisse avoir une telle force lui redonnent le goût de vivre et de se battre. Et de nouveau, elle rejoint les luttes contre les injustices, les expulsions, les lieux d’enfermement…

Dix ans, puis vingt ans plus tard, elle tentera de retourner au Québec, craignant toujours d’être refoulée à l’entrée du pays, et les deux fois elle y parviendra suite à des hasards de contrôles aux frontières. Et elle a toujours gardé d’étroits contacts avec ce pays qui lui a comme sauvé la vie.

Aujourd’hui Camille a 63 ans. Envie de retourner voir le Québec en hiver, saluer les t’chums et prendre dans ses bras l’un des plus proches qui peine maintenant à prendre l’avion et l’une des plus chères qui veille son compagnon malade.

Depuis septembre 2016, un nouveau document est obligatoire pour se rendre au Canada: l’AVE (autorisation de voyage électronique).

Camille remplit le questionnaire. Le délai lui semble anormalement long. Puis un mel «Refus de la demande d’AVE». «Le dossier de votre demande est maintenant fermé». Le motif manque de précision mais quelle importance ?

Rien de grave dans toute cette histoire. Rien de comparable avec les parcours dramatiques de personnes migrantes qui fuient la mort et la misère sans nom et se heurteront à des frontières d’une manière autrement tragique. Des Palestinien.ne.s, chaque matin, se demande si ce jour-là ils passeront la frontière. Chaque jour, des milliers de personnes se voient refuser l’entrée de dizaines de pays simplement PARCE QUE. Pas le bon papier, pas la bonne origine, pas la bonne religion, pas …

Rien de commun dans ces histoires que la mainmise absolue des États sur la libre circulation des personnes.

Camille se demande juste si ce refus est l’œuvre d’un sombre crétin dans un obscur bureau qui a abusé de son minuscule pouvoir ou si c’est l’obéissance à un État qui n’a rien de mieux à faire que de poursuivre une rancune vieille de 30 ans.

Camille refuse de déposer une réclamation, de contester la décision, de discuter avec des autorités qu’elle sait ennemies, représentatives d’un pouvoir détesté. Mais elle refuse aussi de taire cette histoire absurde, imbécile et ridicule.

 Camille*

* Le prénom a été modifié.

Jardins d’Éole (suite): «T’as pas de papiers, tu bouffes pas»

Témoignage (anonymisé par mes soins) d’une militante qui a participé à la lutte de soutien aux réfugié(e)s depuis son origine.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Récit forcement subjectif de ce à quoi j’ai assisté après avoir quitté la place Stalingrad

Hier soir, plusieurs dizaines de migrants (entre 50 et 100) sont retournés aux jardins d’Éole. Parmi eux des gens qui n’avaient pu ou n’avaient voulu monter dans les bus (un jeune homme par exemple m’a dit que lui il n’avait pas eu confiance). D’autres qui ont été emmenés à Vincennes dans le bâtiment du centre de rétention transformé en centre d’hébergement d’urgence et qui affolés par les flics, les chiens, les barbelés et le fait qu’on leur aie confisqué leur portable ont préféré partir (eux ils disent s’enfuir). D’autres encore qui même si ils dormaient ailleurs avaient pris l’habitude de venir là au jardin pour y trouver un peu de chaleur humaine ou de quoi manger sans être dans un rapport de charité mais de partage.

Depuis le début du ramadan, une association, Islam de paix, distribue de la nourriture de façon très conviviale, installant des nappes sur les tables en bois du jardin et permettant ainsi aux gens de se poser pour manger de manière conviviale. La veille, après les cours de français, leur distribution de repas avait eu un grand succès auprès des migrants/es et plusieurs personnes solidaires avaient eu un contact sympathique avec les gens de l’association qui étaient là dans un esprit très fraternel vis à vis des réfugiés/ées.

Hier soir, quand nous arrivons après qu’un riverain nous ait alertés/es sur des contrôles de police qui se déroulaient là, les jardins sont bouclés par un cordon de flics. On aperçoit des personnes assises sur les tables au loin derrière ce cordon pendant qu’environ 70 autres sont assises à même le sol, mangeant par terre par terre, interdites d’entrer dans le jardin. Parmi eux nous reconnaissons plusieurs personnes avec lesquelles nous avons passé ces dernières semaines que ce soit à saint Bernard, Pajol, au bois Dormoy ou à Éole. Pendant que nous discutons avec quelques personnes un représentant de l’ordre, comme on les appelle, explique que ce sont les gens de l’association qui ne voulaient pas donner à manger aux personnes sans papiers. Nous n’en croyons évidemment pas un mot.

Les migrants que nous connaissons nous racontent que les nombreux policiers en présence exigeaient les papiers pour laisser passer les gens qui voulaient aller manger. Un flic a dit « Si t’as pas de papiers tu manges pas ». Les gens de l’association se sont énervés et ont du négocier pour qu’on les laisse amener de quoi manger à ceux qui sont donc restés sur le trottoir. Un gars que je connais a honte de me serrer la main car il n’ont pas pu avoir de couverts et ont du manger à la main sans pouvoir se laver après.

Beaucoup de gens ont l’air désemparé, ils ont l’air d’avoir honte d’être là amassés sur un bout de trottoir, triés une fois de plus… humiliés une fois de plus. Plusieurs ont froid, ils n’ont pas pu récupérer de couvertures ou duvets que nous avions sur le campement (il n’y a eu qu »une heure pour tout récupérer) On est là à quelques uns/unes. On ne sait pas quoi faire. On a honte, on est humiliés/ées aussi. On voudrait filmer cette scène hallucinante, cet apartheid qui s’est mis en place dans ce petit coin du Nord est de Paris et qu’on aura sans doute du mal à raconter en montrant à quel point s’était horrible. Mais on n’ose pas car on sent et on voit que les victimes de ce tri se sentent trop mal par cette nouvelle humiliation. On a juste envie de pleurer.

Quelques personnes parmi les 150 qui s’étaient regroupées place Stalingrad après avoir tenté de passer la nuit avec des migrants dans un gymnase avenue Jean Jaurès réussissent à passer les filtrages de policiers qui ont pris position autour de la place pour empêcher les gens d’en sortir côté Stalingrad arrivent. Elles se sentent démunies elles aussi. Un groupe de gens que l’on voit régulièrement, des personnes solidaires, arrivent en camion et distribuent un complément de nourriture et des bouteilles d’eau ; plusieurs personnes en utilisent un peu pour se rincer les mains. Des groupes se forment, chacun va chercher où passer la nuit, un peu plus isolé, un peu plus démuni que la veille.

La veille un élu avait affirmé que la campement à Éole allait tenir encore 4 jours. Le même était là ce matin avec les bus et l’Ofpra. Peut-être était il de bonne foi la veille au soir, peut-être pas. De toute façon on s’en fout, je pense que tout à été fait pour que une fois de plus les principaux/ales intéressés/ées soient mis/es devant le fait accompli soit placés/es en situation d’urgence permanente sans leur laisser la possibilité de prendre des décisions et en leur laissant croire que tout ce qui sera fait le sera évidemment dans leur intérêt.

Et dans cette histoire toutes les personnes qui sont ou se veulent responsables politiques (et pas responsables moralement et éthiquement) sont complices de ça. Sont complices que les principaux/ales intéressé/es soient infantilisé/es, réifiés/es, ne puissent pas s’organiser (on pourrait par exemple imaginer que les migrants/es si ils et elles savaient à l’avance qu’ils et elles allaient être répartis dans des centres pourraient faire des groupes affinitaires, avoir une liste de questions, demander des assurances, réfléchir à ce qu’on leur propose…). Ces mêmes responsables diront sans doute que c’est pour protéger les migrants/es des manipulations d’individus/es étiquetés/es NPA ou anarchistes autonomes, le fameux épouvantail, la construction politique et médiatique diffusée depuis une dizaine de jours. C’est ridicule mais malheureusement il y a des gens qui y croient. En tout cas ces responsables qui n’étaient pas là pour assister à l’apartheid, au tri des pauvres qui ont le droit de bouffer ou pas, peut-être feront ils/elles un communiqué dérisoire de plus. Mais bon ça aussi on s’en fout, hier soir tout semblait dérisoire.


JE NE VEUX PAS D’ENFANT. Témoignage féminin (2012)

Capture d’écran 2014-11-09 à 12.58.14

’ai 32 ans et je ne veux pas d’enfant. J’en suis sûre, si je regrette j’y penserai quelques jours, mais je ne pourrai rien y faire, alors je ferai autre chose. C’est exactement ce que je veux, je veux faire autre chose, je ne veux pas d’enfant.

Depuis quatre ans j’arpente le pays de gynéco en gynéco, avec la brochure « stérilisation à visée contraceptive » à la main. Cette brochure est publiée (mais presque pas diffusée) par l’État depuis la loi n°2001-588 du 4 juillet 2001, date de la prétendue autorisation pour toutes personnes majeures de faire une « stérilisation à visée contraceptive ».

Je ne veux pas de contraception, je ne veux pas être une machine à produire des enfants, il existe des moyens pour arrêter cette fonction, je veux une stérilisation.

Il y a quatre mois de ça, un chirurgien gynécologue de l’hôpital Arnaud de Villeneuve à Montpellier a accepté de me faire cette opération. J’ai suivi tout le protocole, quatre mois de délai de réflexion, un nouveau rendez-vous, la date d’opération est fixée. Je m’y prépare, je suis contente. 48 h avant l’opération, coup de fil du chirurgien, l’opération est annulée, ordre de sa hiérarchie. Son service s’occupe de la « fécondité de la femme ». Il n’y a pas, même au niveau national, de service pour la stérilisation des femmes et c’est bien ça le problème. Enfin, il y a plusieurs problèmes.

Un des problèmes c’est de ne pas avoir le contrôle sur son corps, le tout pouvoir que s’octroie le corps médical sur le corps des femmes, en particulier, mais finalement, le corps de tout le monde. L’aide demandée à l’hôpital dans ce cas était purement technique. Le choix je l’ai déjà fait, la décision je l’ai déjà prise.

L’hôpital, la hiérarchie du chirurgien décide de donner son avis, comme des dizaines d’autres gynécologues. Pourtant des femmes stérilisées en France sous décisions ou pressions du corps médical, il y en a beaucoup : après quatre enfants et (d’origine) non françaises, folles, transgenres, handicapées, toxicomanes… Elles n’ont pas décidé. Des copains se sont faits stérilisés, ils ont cherché, parfois longtemps, puis ils ont trouvé, aujourd’hui, ils sont stérilisés.

Alors que faut-il comprendre ?

Le corps médical (et l’État) croit-il que les femmes sont d’éternelles mineures qui ne savent pas ce qu’elles veulent ?

La médecine qui aime toujours utiliser les corps des femmes comme point de départ pour le contrôle des populations, aurait-elle maintenant scientifiquement prouvé que les femmes ne peuvent pas vivre sans enfant ? Qu’il y a de bons modes de vies ?

Le choix de stérilisation pour des femmes en âge de procréer et sans enfant n’existe pas puisque, même s’il est possible légalement, le corps médical use de son pouvoir supra-légal (droit de réserve, code de déontologie) pour empêcher les femmes d’accéder aux techniques de stérilisation.

La société en général ne laisse de place à personne, et encore moins aux femmes, pour se construire des imaginaires et des vies sans enfant (« il ne faut pas se fermer de portes, vous risquez de le regretter, qui vous dit qu’un jour vous n’allez pas rencontrer le prince charmant et avoir envie de lui faire des enfants… »).

Alors même si les médias se font les vecteurs d’une prétendue liberté sexuelle occidentale, de prétendus droits des femmes à disposer de leurs corps et de leurs vies. Les marges de manœuvre sont faibles et les garde-fous sont hauts.

Est-ce que les couples réfléchissent quatre mois avant de faire des enfants et ne le regrettent jamais ? Est-ce que la hiérarchie de cet hôpital mettrait autant de fougue à inséminer des couples de lesbiennes ? Est-ce que l’hôpital reconnaitrait la multi-paternité d’un enfant ? Qu’en est-il des jeunes filles mineures qui font/veulent des enfants ? Qu’en est-il des femmes qui demandent une insémination après 40 ans ? Qu’en est-il des familles qui sont décomposées, recomposées et/ou bizarrement composées ? … la blague n’est pas drôle. Vos normes sont trop étroites pour imaginer nos réalités.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

 Une traduction anglaise de ce texte a été publiée sur le site Proudly Negative.