“L’ÉTINCELLE À LA RECHERCHE DE LA POUDRIÈRE” ~ Déclaration internationale surréaliste

La rébellion porte sa justification en elle-même, tout à fait indépendamment des chances qu’elle a qu’elle a de modifier ou non l’état de fait qui la détermine. Elle est l’étincelle dans le vent, mais l’étincelle qui cherche la poudrière.

 André Breton

 Si une seule chose m’a donné de la joie ces dernières semaines, ce fut quand les matriarches à Unist’ot’en ont brûlé le drapeau canadien et déclaré morte la réconciliation. Comme un feu sauvage, cela a gagné les cœurs de la jeunesse à travers les territoires (…). La réconciliation était un faux-semblant, un moyen pour eux d’agiter devant nous une carotte et de nous tromper. N’avons-nous aucun droit à la terre volée à nos ancêtres ? Il est temps de tout foutre par terre, de tout fermer ! 

Tawinikay (ou Femme du Vent du Sud)

 

            Le contenu toxique transporté par les oléoducs canadiens, que ce soit le pétrole des sables bitumineux ou le gaz naturel issu par fragmentation est, de l’avis de tous les climatologues sérieux, une cause majeure, peut-être décisive, du réchauffement global, c’est-à-dire de la catastrophe écologique. Destinés à être un carburant de l’expansion industrielle, les oléoducs sont devenus un carburant de la révolte. Conçus pour transporter ces énergies fossiles d’un lieu à un autre, ils sont un aspect crucial de la normalisation du douteux paradis de la croissance sans limites, devant laquelle sont censés s’agenouiller dévotement tous les citoyens-consommateurs obéissants. Dans cette région que les cartographes coloniaux ont dénommée Colombie Britannique, l’extraction des ressources a toujours été le nom de leur jeu, mais l’essor en février 2020 d’un large réseau d’opposition a été encourageant, qui va des guerriers indigènes qui se battent pour récupérer leurs terres aux vétérans, gardiens des traditions, des activistes d’Extinction-Rébellion aux anarchistes partisans de l’insurrection. Chemins de fer, autoroutes et bateaux ont été bloqués; les autorités provinciales, les locaux administratifs du gouvernement fédéral, les banques et les sièges des sociétés industrielles ont été occupés. Ce qui a catalysé cette révolte a été le soulèvement indigène généralisé né du refus des illusoires promesses de conciliation. Ensemble, ces forces rebelles ont désorganisé le monde des affaires comme il va, en solidarité avec le clan des Unist’ot’en de la Grande Grenouille et la maison tribale des Wet’suwet’en.

            Comme par l’effet d’un hasard objectif, le premier camp de défense indigène est situé à Hazelton, BC, non loin de l’endroit où le surréaliste Kurt Seligmann et sa femme ont séjourné en 1938. A cette époque, ils visitèrent Gitxan et les villages Wet’suwet’en, émerveillés par les mâts totémiques et les objets rituels, prenant des notes sur le terrain, filmant en 16mm, recueillant des histoires et enregistrant des récits mythiques. Aujourd’hui, en 2020, un nombre grandissant de ces mêmes peuples indigènes menace d’arrêter l’économie canadienne jusqu’à la réduire en miettes. Refusant d’être achetés par les pétrodollars des sociétés pétrolières ou d’être neutralisés par un système juridique qui n’a fait que les «pacifier», les brutaliser ou les trahir, tout en volant leurs terres, les peuples indigènes ont réagi en luttant farouchement contre les forces de la loi et de l’ordre colonial, dans une tempête radicale de désobéissance civile et en perturbant la vie sociale. Une action succédait à une autre, créant un mouvement qui paraissait ne pouvoir être stoppé. Quand un blocage d’autoroute allait être défait par la Police Montée Royale Canadienne, un autre allait surgir ailleurs, en un endroit tel que s’étendait ainsi à travers tout le continent la ligne de front de cette bataille. Puis survint le destructeur virus Covid 19 qui s’ajouta aux dommages déjà causés à l’économie capitaliste par le virus incendiaire de la révolte. La résistance de ces communautés indigènes contre les pipelines nous concerne tous, au niveau international : car elle est aux avant-postes de la lutte contre le réchauffement climatique.

            À l’avenir, la question clé sera de savoir si les autorités canadiennes pourront à nouveau enfermer le génie de la rébellion indigène dans la bouteille de la «réconciliation». Nous, surréalistes, espérons bien que non et nous déclarons ici une fois de plus notre admiration et notre solidarité envers l’intraitable esprit insurrectionnel de la résistance indienne. Une autre réalité est à inventer et à vivre que celle qui aujourd’hui comme hier s’impose avec son misérabilisme environnementaliste et ses hiérarchies colonialistes et racistes. Le regard toujours ébloui par la coiffure rituelle pour la Danse de la Paix Kwakwaka’wakw qui a longtemps été dans l’atelier d’André Breton, avant de revenir selon les souhaits de celui-ci réalisés en 2003 par sa fille Aube Ellouët, à Alert Bay, sur Cormorant Island, les surréalistes aujourd’hui affirment que la lutte qu’ils mènent, dans leur propre domaine d’intervention, pour l’émancipation de la communauté humaine est en parfaite concordance avec le combat des peuples amérindiens contre la civilisation occidentale-globalisée et sa folie écocide.

Mai 2020

 

Les surréalistes aux Etats-Unis : Gale Ahrens, Will Alexander, Andy Alper, Byron Baker, J.K. Bogartte, Eric Bragg, Thom Burns, John Clark, Casi Cline, Steven Cline, Jennifer Cohen, Laura Corsiglia, David Coulter, Jean-Jacques Dauben, Rikki Ducornet, Terry Engels, Barrett John Erickson, Alice Farley, Natalia Fernandez, Brandon Freels, Beth Garon, Paul Garon, Robert Green, Maurice Greenia, Brigitte Nicole Grice, Janice Hathaway, Dale Houstman, Karl Howeth, Joseph Jablonski, Timothy Robert Johnson, Robin D.G. Kelley,Paul McRandle, Irene Plazewska, Theresa Plese,  David Roediger, Penelope Rosemont, Tamara Smith, Steve Smith, Michael Stone Richardson, Abigail Suzik, Sasha Vlad, Richard Waara, Joël Williams, Craig S. Wilson.

Les surréalistes au Canada : Jason Abdelhadi, Lake, Patrick Provonost (Ottawa), Jacques Desbiens, Peter Dubé, Sabatini Lasiesta, Bernar Sancha (Montréal), David Nadeau (Québec),  Beatriz Hausner Sherry Higgins (Toronto), Erik Volet (Victoria) et le groupe surréaliste d’Inner Island (Colombie Britannique) : as.matta, Jesse Gentes, Sheila Nopper, Ron Sakolsky.

Les surréalistes en Argentine : Luis Condé, Silvia Guiard, Alejandro Michel.

Les surréalistes au Brésil : Mario Aldo Barnabé, Diego Cardoso, Elvio Fernandes, Beeau Gomez, Alex Januario, Sergio Lima, Rodrigo Qohen, Natan Schäfer, Renato Souza.

Les surréalistes au Chili : Jaime Alfaro, Magdalena Benavente, Jorge Herrera F., Miguel Angel Huerta,  Ximena Olguin, Sebastian Riveros, Enrique de Santiago, Andrès Soto, Claudio Vila.

Susana Wald (Chili), Adolfo Gilly (Mexique)

Les surréalistes au Costa Rica : Gaetano Andreoni, Amirah Gazel, Miguel Lohlé, Denis Magerman, Alfonso Pena.

José Miguel Pérez Corrales (Îles Canaries)

Groupe surréaliste d’Athènes : Sotiris Liontos, Elias Melios, Nikos Stabakis, Theoni Tambaki, Thomas Typaldos, Marianna Xanthopoulou.

Dan Stanciu (Bucarest).

Les surréalistes en Grande Bretagne : Jay Blackwood, Paul Cowdell,  Jill Fenton, Rachel Fijalkowska, Krzsystof Fijalkowsky, Merl Fluin, Katleen Fox, Lorna Kirin, Stephen Kirin, Rob Marsden, Douglas Park, Wedgwood Steventon, Francis Wright.

Le groupe surréaliste au Pays de Galles : Jean Bonnin, Neil Combs, David Greenslade, Jeremy Over, John Richardson, John Welson.

Le groupe surréaliste de Leeds : Stephen J. Clark, Kenneth Cox, Luke Dominey, Amalia Higham, Bill Howe, Sarah Metcalf, Peter Overton, Jonathan Tarry, Martin Trippett.

Le groupe surréaliste de Londres : Stuart Inman, Philip Kane, Timothy B. Layden, Jane Sparkes, Darren Thomas.

Le groupe surréaliste de Madrid : Eugenio Castro, Andrés Devesa, Jesus Garcia Rodriguez, Vicente Guttierez Escudero,Lurdes Martinez, Noe Ortega, Antonio Ramirez, José Manuel Rojo, Maria Santana, Angel Zapata.

Le groupe surréaliste de Paris : Elise Aru, Michèle Bachelet, Anny Bonnin, Massimo Borghese, Claude-Lucien Cauët, Taisiia Cherkasova, Sylwia Chrostowska, Hervé Delabarre, Alfredo Fernandes, Joël Gayraud, Régis Gayraud, Guy Girard, Michael Löwy, Pierre-André Sauvageot, Bertrand Schmitt, Sylvain Tanquerel, Virginia Tentindo, Michel Zimbacca.

Ody Saban (Paris).

Les surréalistes aux Pays-Bas : Jan Bervoets, Elizé Bleys, Josse de Haan, Rik Lina, Hans Plomp, Peter Schermer, Wijnand Steemers, Laurens Vancrevel, Her de Vries, Bastiaan Van der Velden.

Les surréalistes au Portugal : Miguel de Carvalho, Luis Morgadinho.

Le groupe surréaliste de Prague : Frantisek Dryje, Katerina Pinosova, Martin Stejskal, Jan Svankmajer. Joe Grim Feinberg.

Le groupe surréaliste de Stockholm : Johannes Bergmark, Erik Bohman, Karl Eklund, Mattias Forshage, Riyota Kasamatsu, Michael Lundberg, Emma Lundenmark, Maja Lundgren,  Kristoffer Noheden, Sebastian Osorio.

Le groupe surréaliste au Proche Orient et en Afrique du Nord (Algérie, Egypte, Irak, Palestine,Syrie) : Mohsen Elbelasy, Ghadah Kamal,  Yasser Abdelkawy, Tahani Jalloul, Fakhry Ratrout, Onfwad Fouad, Miachel Al Raie.

Les surréalistes en Australie : Anthony Redmond, Michael Vandelaar, Tim White.

 

 

Post scriptum : Pendant la récolte des signatures pour cette déclaration ci-dessus, nous avons pu constater comment ce refus du moindre compromis avec le suprématisme blanc et la violence policière s’est vu reflété dans les flammes étincelantes du soulèvement de Minneapolis, qui a mis le feu à une poudrière de rages accumulées, suscitant un véritable séisme de révoltes spontanées dans les rues américaines. Il n’était que justice qu’en solidarité avec ce soulèvement contre les brutalités policières provoqué par l’exécution/lynchage de Georges Floyd par les flics, les manifestants antiracistes aux États-Unis aient choisi l’action directe en décapitant ou en renversant les statues de Christophe Colomb, symbole génocidaire de l’expropriation coloniale des terres indigènes.

18 juin 2020

Ron Sakolsky, Penelope Rosemont, Michael Löwy, Guy Girard.

 

Libérez Nûdem Durak, chanteuse kurde détenue en Turquie

Elle entre dans sa sixième année de détention et porte un nom : Nûdem Durak. Chanteuse, kurde en Turquie, ses 32 ans fêtés voilà quatre mois; un État l’a condamnée à passer plus de la moitié de son âge en prison. Ce nom, on commence à le prononcer sur quelques continents. C’est bien peu, face à l’appareil entier d’un État, mais ce n’est pas tout à fait rien: un prisonnier l’est sans doute moins lorsque l’on sait, dehors, qu’on l’a réduit à n’être plus que ça. Le silence fortifie les cachots plus sûrement que les barreaux – il arrive parfois que rompre le premier aide à scier ces derniers.
Le régime d’Erdoğan dépeint Nûdem Durak comme une «terroriste». Pour qui sait ce qu’il a fait des mots, la chose est entendue : la chanteuse est une résistante. Il peut bien raconter ce que bon lui semble, entasser des pages tant et plus dans l’ombre des tribunaux, mobiliser des faux témoignages ou la tenir pour coupable de «propagande», de «violence» ou d’appartenance à une organisation ennemie, Nûdem Durak n’avait que sa voix, sa guitare, son groupe de musique et les cours qu’elle dispensait au sud-est de la Turquie, sa région natale. Elle y défendait la langue, la mémoire, les espoirs et le combat, oui, le légitime combat des siens; le pouvoir n’entendit pas que l’on pût ainsi le défier : 19 ans sous les fers. Rien qu’une banalité, pourtant, lorsque, sous l’AKP, les détenus d’opinion se dénombrent par dizaines de milliers et des musiciens meurent d’une grève de la faim.

On peut lire la suite l’article ICI.

LECTURES DANS LA RUE A RENNES CE 28 MAI ~ Communiqué des éditions Pontcerq

Chères amies, chers amis,

Le jeudi 28 mai prochain, après-midi et soir, dans la rue à Rennes, auront lieu des lectures de Hebel.

Hebel est cet auteur allemand du XIXe siècle qui écrivit des histoires minuscules à morale double ou peu nette – admirées des plus grands écrivains allemands (Brecht, Benjamin, Bloch, Sebald, Heidegger, Tucholsky, etc.) et en France presque inconnues encore, étrangement.

Alors, nous les traduisons et colportons.

Lionel Monier, comédien, sera le récitateur-rezitator de ce colportage.

(Parmi les historiettes lues il en dira deux qui n’ont été et ne seront dans les mois qui viennent imprimées nulle part mais toujours colportées de la bouche (la sienne) à l’oreille (la nôtre, la vôtre) : il s’agit d’« En Turquie » et d’« Un amour rare » ; la première se passe en Turquie, la deuxième est une histoire d’amour ; nous ne pouvons en dire davantage, comprenez.)

Seront lus aussi à la marge, notamment, des extraits de la Messaline d’Alfred Jarry (lycéen rennais fort en thème) – Messaline est celle dont vous voyez en ville la tête apparaître, sur les murs collée, depuis le 11 mai 00h01. (Voir les images ci-dessous.)

POUR CES LECTURES ET CE KOLPORTAGE, LE 28 MAI, LES RENDEZ-VOUS SUIVANTS SERONT TENUS :

1) Place Hoche, Rennes, à 17 h.
2) Place Hoche, Rennes, à 18 h.
3) Place Hoche, Rennes, à 20 h.
4) Place Hoche, Rennes, à 21 h.

NOTA BENE :

– En raison des consignes de distanciation et de sécurité, nous vous prions, pendant tout le temps que durera la colportation des textes, de respecter l’éloignement réglementaire entre vous et les autres spectateurs, badauds, passants, romanichels, petits enfants, punks, élus, ainsi qu’entre vous et le récitateur-rezitator.

Merke : En cas de charge policière, non prévue par nous, mais qui ne peut dans les circonstances que nous connaissons à Rennes depuis deux ou trois ans être exclue a priori, nous vous demandons instamment de bien tenir les distances de sécurité : 1,50 mètres entre vous (courez de manière parallèle ou concentrique ; évitez toute trajectoire coupante) et 1,50 mètres entre vous et les agents en service ayant à effectuer l’opération de charge (ils portent certes des éléments de protection pour notre sécurité – bouclier, casque plastique, baguette de distanciation – mais la préfecture insiste sur le fait que dans la course des échanges de gouttes entre eux et vous peuvent avoir lieu, que dans la précipitation l’on contrôle moins bien qu’à l’arrêt). Par conséquent : courez de manière structurée et linéaire. Ne riez que la tête bien tendue en avant, dans la direction de la fuite.

(Ne riez jamais dans vos coudes.)

Au jeudi 28 mai, dans la rue,

Pontcerq
Rennes, mai 2020.

« Nous sommes en crise » ~ Des maisons d’édition appellent à des États généraux de l’édition indépendante

Ce texte a été publié dans L’Humanité. Il a le mérite d’amorcer une réflexion collective qui pourrait être développée via des États généraux de l’édition indépendante francophone, ce pour quoi je le reproduis ici.

Nous sommes des professionnel·les du livre et représentant·es de maisons d’édition indépendantes de l’espace francophone. «Indépendantes»: cela signifie que les entreprises représentées ici n’appartiennent pas à un groupe et que leur capital, s’il y a lieu, est détenu par des personnes individuelles, et non par des financiers ou fonds de pension.

Dans cette crise inédite que nous traversons, nos pensées vont d’abord aux malades et aux soignant·es, à toutes celles et ceux qui assurent au quotidien la poursuite de la vie. Chacun le sait, une fois la crise sanitaire endiguée, son impact économique frappera de plein fouet nombre d’entreprises, dont celles de notre secteur. Ce quasi-arrêt temporaire de nos activités nous fait mesurer autant la détermination qui nous anime que les fragilités peuplant nos rangs en «temps normal». Il nous invite également à penser la suite, car l’étymologie grecque du mot «crise» nous le rappelle: krisis, c’est aussi la nécessité de faire un choix.

Nous sommes en crise, mais qui sommes-nous ?

En France, la filière du livre est extrêmement diverse et fait vivre, sur tout le territoire, un nombre considérable de professionnel·les (près de 81 719, en 2018) [1], personnes individuelles, structures indépendantes ou groupes industriels et intégrés. Outre les auteurs·trices, libraires et éditeurs·trices, en voici une liste non exhaustive : traducteurs·trices, agent·es littéraires, attaché·es de presse, graphistes, correcteurs·trices, photographes, illustrateurs·trices, relations libraires, animateurs·trices littéraires, formateurs·trices, organisateurs de festivals et salons, bibliothécaires, imprimeurs, papetiers, représentant·es et diffuseurs, distributeurs qui gèrent le transport et le stockage des ouvrages, coursiers spécialisés, toute une variété de postes administratifs, comptables… De plus, les textes peuvent irriguer d’autres domaines de la vie culturelle, spectacle vivant, cinéma, audiovisuel…

Depuis plusieurs années, différents mouvements structurels sont à l’œuvre dans ce secteur:

–  accélération de la concentration capitalistique au sein de groupes devenus industriels (édition, diffusion-distribution);

– surproduction : le livre est majoritairement un marché de l’offre ; en outre, schématiquement, le chiffre d’affaires d’un éditeur est positif les mois où il sort des nouveautés et peut devenir négatif les mois où les libraires renvoient les invendus, d’où la tentation de compenser ces retours par d’autres nouveautés pour générer de la trésorerie…

– prééminence de plus en plus marquée et nécessaire de la question du social (juste rémunération des auteurs·trices et indépendant·es…) et de l’écologie (imprimer localement ou pas, sur quels papiers, destruction des invendus…);

– lutte des librairies physiques pour résister à la concurrence de certaines plateformes de vente en ligne, tel le mastodonte Amazon.

Nos maisons nourrissent une forte interdépendance avec la librairie, principalement indépendante, qui a toujours tenu le rôle de passeuse pour nos catalogues. Son rôle s’en trouve aujourd’hui accru. Toutefois, soyons clair·es, le poids économique de nos maisons ne représente, la plupart du temps, qu’une faible part de son chiffre d’affaires. En revanche, vendre nos ouvrages offre à la librairie indépendante une plus-value, lui permet de se distinguer des propositions des chaînes et des enseignes, et d’être force de conseil. Ce choix préside largement à l’établissement de son identité. Car d’un point de vue culturel et social, l’édition indépendante a un rôle à jouer : notre échelle nous donne la liberté de faire preuve d’audace sans sans être trop contrainte par une gestion économique prévalente.

De fait, une grande part des premiers romans, mais aussi des ouvrages de philosophie, de poésie, de théâtre, de sciences humaines, etc., ne seraient peut-être plus publiés sans des structures comme les nôtres, capables de produire des textes impliquant parfois un faible tirage mais dotés d’une grande valeur intellectuelle, critique et esthétique, et se déployant sur un temps long. Nous défendons des idées, une diversité de la pensée, des fenêtres vers l’ailleurs.

Nous proposons aussi des modèles économiques différents de ceux de la grande industrie du livre, des modèles alternatifs qui se démarquent, voire, pour certains, s’opposent au modèle capitaliste dominant qui, en temps de crise, devient par essence prédateur. Certain·es, parmi nous, sont des structures associatives, des auto-diffusé·es, des diffuseurs-distributeurs à taille humaine, en somme autant de cas qui sont des expérimentations économiques de valeur, mais qui se doivent d’être protégés par la communauté que nous formons.

Deux éléments ne nous sont pas spécifiques, mais communs à toute l’édition : le soutien des acteurs territoriaux et publics par le biais d’aides directes et indirectes et la loi Lang du 10 août 1981 assurant le prix unique du livre, ce qui permet de protéger la filière et de développer l’accès à la lecture. Ces deux points sont essentiels à l’exercice de nos maisons.

Nous sommes en crise, c’est le moment de faire un choix

Le ministre de la Culture Franck Riester a exprimé son soutien à la filière, et particulièrement à la librairie. Antoine Gallimard s’est dit inquiet pour les « petits éditeurs » [voir son interview dans Livres Hebdo]. Inquiets·ètes, nous le sommes aussi. Face à la concentration décrite, souvent peu visible pour les lecteurs·trices, la concurrence est rude pour disposer d’une place sur les tables en librairie quand on ne publie qu’une dizaine de titres par an, sachant qu’en 2018, ce sont 82 313 titres qui ont paru [2], soit l’équivalent de 225 livres par jour.

Ne serait-il pas le moment de ralentir la course à la nouveauté, qui voit un nombre considérable de textes partir au pilon sans avoir eu le temps de toucher lectrices et lecteurs ? Plusieurs des maisons représentées ici, alors même que nos productions sont déjà, en « temps normal », raisonnables et raisonnées, ont déjà fait ce choix pour les mois à venir, afin de préserver les libraires, en se refusant à les accabler sous un «embouteillage» de titres dans la période qui suivra le «déconfinement», mais aussi les auteurs·trices en se donnant la possibilité de défendre au mieux leurs ouvrages.

En effet, les librairies vont rouvrir, mais dans quel état ? Et toutes le pourront-elles ? Le Syndicat de la Librairie française (SLF) appelle à la «création d’un fonds d’intervention consolidant les moyens d’intervention de l’État (Centre national du Livre, ministère de la Culture notamment), des régions et de partenaires privés […] destiné à couvrir la perte d’exploitation des librairies».

Nous sommes en crise, c’est le moment de proposer et d’agir

Nous soutenons pleinement cet appel et demandons à élargir ce fonds de soutien, tant aux maisons d’édition indépendantes qu’aux travailleurs·euses indépendant·es qui œuvrent à l’existence du secteur elles et eux aussi.

Or, qui porte notre voix à l’échelle nationale? À l’heure actuelle, personne, dans la mesure où le Syndicat national de l’Édition ne nous semble pas représentatif de maisons comme les nôtres, dont l’économie tient davantage de l’artisanat ou de la petite entreprise que de l’industrie. Pourtant, régionalement ou thématiquement, certain·es d’entre nous sont déjà organisé·es, (les questionnements ne sont pas neufs, leur acuité est accrue par le contexte). Nous travaillerons donc avec elles et eux pour créer dans les mois à venir une organisation professionnelle, sous la forme par exemple d’un syndicat, destinée à nous représenter toutes et tous et à nous permettre de nous fédérer afin de pouvoir avoir une place à la table des négociations interprofessionnelles. Car la France est un pays qui a la chance d’avoir une politique culturelle forte, dont l’un des piliers est de garantir l’accès à la lecture au plus grand nombre. Les aides de l’État, mais aussi celles de l’Europe, seront déterminantes dans les semaines qui vont suivre. Au nom de nos spécificités, il est important que nous participions à l’élaboration de ces politiques.

À l’aune de ces réflexions, nous appelons par ailleurs de nos vœux la mise en place d’États généraux francophones de l’Édition indépendante. Ceux-ci pourraient s’appuyer sur une collecte préalable de propositions de points à aborder ou d’actions à mener, ouverte à l’ensemble des acteurs·trices de la chaîne du livre évoqué·es en préambule, afin de définir et d’analyser en commun les « dysfonctionnements » pointés par Xavier Moni, mais aussi de révéler des solutions ou des expérimentations proposées à travers l’espace francophone.

À nous de porter notre voix, de devenir force de propositions, et de penser à de nouvelles modalités culturelles et économiques. L’avenir ne pourra s’envisager qu’à travers un dialogue ouvert entre toutes celles et tous ceux qui constituent le monde du livre.

Le Collectif Édition indépendante

Cette tribune est née à l’initiative de Chloé Pathé (Anamosa), Valérie Millet & Sandrine Duvillier (Le Sonneur), Jean-Luc A. d’Asciano (L’Œil d’or), Les Caractères Masqués, collectif d’indépendants au service du livre, en partage avec Dominique Tourte (Invenit), Benoît Verhille (La Contre Allée) et Charles-Henri Lavielle (Anacharsis).

Signataires

Maisons d’édition :

À contresens (Joël Lévêque), À la Criée (Frédéric Barbe), Al Manar (Alain Gorius), ActuSF (Jérôme Vincent), Agone (l’équipe), Agullo (Nadège Agullo, Estelle Flory, Sébastien Wespiser), Airvey éditions (Hervé Mineur), Amsterdam (Lambert Clet, Eva Coly, Nicolas Vieillescazes), Anacharsis (l’équipe), Anamosa (Doris Audoux, Christophe Granger, Monika Jakopetrevska, Marie-Pierre Lajot), Antidata (Olivier Salaün et Gilles Marchand), Arbitraire (Juliette Salique et Renaud Thomas), Arcane 17 (Marie-Pierre Vieu Martin), Art3 éditions (Françoise Plessis), Asphalte (Estelle Durand et Claire Duvivier), Association francophone de haïku (Jean Antonini, Éléonore Nickolay, Geneviève Fillion), Atelier de l’Agneau (Françoise Favretto), Ateliers Henry Dougier (Henry Dougier), Au Vent des Îles (Christian Robert), Aux Forges de Vulcain (David Meulemans), Balzac Editeur (Robert Triquère), Belleville éditions (Dorothy Aubert), Blast (Solène Derrien et Karima Neggad), Bouclard éditions (Thierry Fétiveau, Clément Le Priol, Benjamin Reverdy), Ça et là (Serge Ewenczyk), Cabardès (Monique Subra), Cadex (Hélène Boinard), Callidor (Thierry Fraysse), CBE Éditions (Jean-Pierre Gayraud), Chandeigne (Anne Lima), Chant d’Orties (Béatrice Guillemard), Chronique Sociale (André Soutrenon), Collectif Dystopia, Collectif Smolny, Comité de rédaction de la revue Sensibilités (Q. Deluermoz, T. Dodman, A. Kunth, H. Mazurel, C. Vidal-Naquet), Cosmografia (Louise-Anne Petit), Cours toujours (Dominique Brisson et Daniel Henry), Creaphis (Claire Reverchon, Pierre Gaudin, Aude Garnier), Dadoclem (Danica Urbani), Dépaysage (Amaury Levillayer), Dernier Télégramme (Fabrice Caravaca), Divergences (Johan Badour), DO éditions (Olivier Desmettre), D’Orbestier (Cyril Armange), Éditions À Propos (Myriam Degraeve), Éditions Aldacom (Alain D’Amato), Éditions amanite (Thierry Declercq), Éditions B42 (Alexandre Dimos), Éditions Balivernes (Pierre Crooks), Éditions Bruno Doucey (Bruno Doucey et Muriel Szac), Éditions Chèvre-feuille Étoilée (Behja Traversac), Éditions Critic (Éric Marcelin), Éditions de l’Éclat (Michel Valensi), Éditions de l’Éclisse (Romain Monsifrot et l’équipe), Éditions D’eux (Québec) (Yves Nadon et France Leduc), Éditions du Canoë (Colette Lambrichs), Éditions du Commun (Benjamin Roux et Sylvain Bertrand), Éditions du Croquant (Arnaud Saint-Martin et Louis Weber), Éditions du Détour (Juliette Mathieu et Bertrand Bernard), Éditions du Dragon noir (Patrick Bert), Éditions du Félin (Stéphane Goulhot), Éditions du Linteau (Bernard Marrey et Julien Vitteau), Éditions du Murmure (David Demartis et Jérôme Martin), Éditions du Pacifique (Thierry Théault), Éditions du Sonneur (Sandrine Duvilliers et Jean-Luc Remaud), Éditions du volcan (Frédéric Mélis), Éditions Érès (Marie-Françoise Dubois-Sacrispeyre), Éditions Folies d’encre (Jean-Marie Ozanne), Éditions Ici-Bas (l’équipe), Éditions In8 (Josée Guellil, Sylvie Lemaire, Olivier Bois), Éditions Interlude (Michaël Cormery), Éditions Isabelle Sauvage (Isabelle Sauvage et Alain Rebours), Éditions iXe (Oristelle Bonis, Chloé Iacono), Éditions Jerôme Millon (Jérôme Millon et Marie-Claude Carrara), Éditions La Bibliothèque (Jacques Damade), Éditions La Muse (Delphine Goumaz), Éditions Laborynthus (Gianpaolo Furgiuele, Giovanna-Paola Vergari), Éditions Lamaindonne (David Fourré), Éditions Le Soupirail (Emmanuelle Moysan), Éditions le Ver à soie (Virginie Symaniec), Éditions Les Impressions nouvelles (Belgique) (Tanguy Habrand et Benoît Peeters), Éditions Lurlure (Emmanuel Caroux), Éditions Martin de Halleux (Martin de Halleux), Éditions Matière (Laurent Bruel), Éditions Menu Fretin (Laurent Seminel), Éditions Mosaïque-Santé (Carine Lorenzoni), Éditions Nous (Patrizia Atzei et Benoît Casas), Éditions OnLit (Belgique) (Pierre de Mûelenaere), Éditions Pera (Claire Turan), Éditions Pneumatiques (Dominique Huet), Éditions Symétrie (Jean-Christophe Michel), Éditions Tahin Party (Sarah Gastel, Noé Gasparini, Paco Vallat), Éditions Vous êtes ici (Amandine Hubert et Amélie Picavet), EIRA (Éditeurs Indépendants en Rhône-Alpes et Auvergne), Emmanuelle Colas (Emmanuelle Colas), Encre bleue éditeur (Corinne Mongereau), Éoliennes éditions et productions (Xavier Dandoy de Casabianca), Fatrasies Éditions (Yves Sok), Gephyre (Sandrine Scardigli), GM éditions (Guy Messina), Goater (Jean-Marie Goater), Gorge Bleue (Marie Marchall), Gruppen (Laurent Jarfer), Gulf Stream (Stephanie Baronchelli), H’artpon (Caroline Perreau), Heros-Limite (Suisse) (Alain Bercet), Hobo Diffusion (David Doillon), Homo-Habilis (Stéphane Lagorce), HongFei Cultures (Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh), Hors d’atteinte (Marie Hermann et Ingrid Balazard), Insula (Claire Latxague), Inukshuk (Philippe Zytka), Invenit (Dominique Tourte), Joca Seria (Bernard Martin), Julie Flamingo (Frédéric), La Baconnière (Suisse) (Laurence Gudin), La Barque (Olivier Gallon), La Cabane Bleue (Sarah Hamon et Angéla Léry), La Chambre d’Echos (Florence Pétry, Jean-Michel Humeau), La Cocotte (Odile Bazin), La Contre Allée (Marielle Leroy et Anna Rizzello), La Dernière Goutte (Christophe Sedierta), La Dispute (Alexis Cukier et Chantal Gazzola), La Magicieuse (Neil Jobard), La Mer Salée (Sandrine et Yannick Roudaut), La Part commune (Mireille Lacour), Lansdalls éditions (Max Lansdalls), Lanskine (Catherine Tourné), L’Apocalypse (Jean-Christophe Menu), L’Arbre vengeur (David Vincent et Nicolas Etienne), L’Arche (Claire Stavaux), L’Articho (Yassine de Vos et Chamo), L’Asiathèque (Philippe Thiollier), L’Atelier Contemporain (François-Marie Deyrolle), L’Atinoir (Jacques Aubergy), Laurence Viallet (Laurence Viallet), La Boucherie littéraire (Antoine Gallardo), La Ville brûle (Raphaël Tomas, Marianne Zuzula), Le Bas du Pavé (Fred Morisse), Le Bord de l’Eau (Sylvie Malsan et Jean-Luc Veyssy), Le Cadran Ligné (Laurent Albarracin), Le Castor Astral (Marc Torralba et Jean-Yves Reuzeau), Le Chant des voyelles (Elisabeth Motsch), Le Chemin de fer (François Grosso et Renaud Buénerd), Le Lumignon (Anaïs Goldemberg), Le Miel des anges (Michel Volkovitch), Le Nouvel Attila (Benoît Virot), Le Passage (Marike Gauthier), Le Passager Clandestin (Josépha Mariotti et Pauline Fousse), Le Rosier Grimpant (Nicolas Gaislin et Sarah Didier-Charlet), Le Téètras magic (Sébastien Naert), Le Temps des Cerises (Francis Combes, président de l’Autre livre), Le Temps qu’il fait (Georges Monti), Les Éditions du Typhon (Yves et Florian Torrès), Les éditions sociales (Clara Laspalas et Marina Simonin), Les Fondeurs de Brique (Virginie Girard & J.-F Bourdic), Les Inaperçus (Ester Modié), Les Lumières de Lille (Frédéric Lépinay), Les Monédières (Ester Merino), Les Mots qui trottent (Sylvain Facon), Les Moutons électriques (André-François Ruaud), Les Petites Allées (Nathalie Rodriguez), Les Soleils bleus (Philippe Lorenzo), Librairie et éditions Scylla (Xavier Vernet), Librairie Point-Virgule Espalion (Sylvie Taquet-Lacan), Light Motiv (Éric Le Brun), Lior (François Azar), L’Iroli (Isabel Asunsolo), L’Oeil du souffleur éditions et cie (Astrid Cathala), L’Œil ébloui (Thierry Bodin-Hullin), L’Œil d’Or (Jean-Luc André d’Asciano), L’Ogre (Benoît Laureau et Aurélien Blanchard), Lucca Éditions (Sandrine Harbonnier et Hermine Hémon), Lunatique (Pascale Goze), Macula (Véronique Yersin), Maison Malo Quirvane (Édith de Cornulier), Marest Éditeur (Pierre-Julien Marest), Matin Calme (Pierre Bisiou), Médiapop (Philippe Schweyer), MeMo (Christine Morault), Miette éditions (Ghislaine Lamotte), Minus éditions (Alexandra Butruille), Mnemos (Frédéric et Nathalie Weil), Monsieur le Conte et la fabulerie (Véronique Dubois), Monstrograph (Coline Pierré et Martin Page), Nada (Rachel Viné-Krupa), Nouvelles de l’archéologie (Armelle Bonis), Obriart éditions (Cyprienne Kemp), Oui’Dire (Pascal Dubois), Paon diffusion (l’équipe), Pierre Mainard (Stéphane Mirambeau), Piranha (Jean-Marc Loubet et Anne Bouclier), Plum éditions (Dominique Cronier), Plume de carotte (Frédéric Lisak), Pyramid (Christelle Doyelle et Céline Remechido), Quidam (Pascal Arnaud), Rackham (Latino Imparator), Ratatosk (Gauthier Vranken), Reliefs éditions (Pierre Fahys), Revue Gibraltar (Santiago Mendieta), Revue Noto (Alexandre Curnier), SD éditions (Sylvie Deparis), Serendip Livres (l’équipe), Signes et Balises (Anne-Laure Brisac), Sol y Lune (Esther Merino), Sometimes éditions (Charlotte Guy), Super Loto Éditions (Camille Escoubet), Tendance Négative (le collectif), Troba Vox (Gérard Zuchetto), Tusitala (Carmela Chergui et Mikaël Demets), Van Dieren (Patrick Van Dieren), Benjamin Vermeilh, Warm (Willy Durand et Armelle Pain), Ypsilon (Isabella Checcaglini), ZTL éditions (Sandra Todorovic).

Soutiens et professionnel·les du livre

Isabelle Alentour (autrice), Christophe Barbat (libraire), Marie-Laure Allain Bonilla (universitaire), Benoît Anceaume (libraire), Florence Andrieu (Librairie Les Beaux Jours), François Annycke (programmateur du festival Colères du présent), Alexis Argyroglo (Librairie La Petite Égypte), Virginie Artus-Audoucet (auteure), Astier-Pécher Literary & Film Agency (Pierre Astier, Laure Pécher), Stéphane Audoin-Rouzeau (historien), Lilya Aït-Menguellet (Librairie Meura), Jérémie Banel (libraire), Katy Barasc (philosophe), Béatrice Barbusse (autrice et sociologue), Chloë Bénéteau (libraire), Anne Béraud (freelance spécialisée dans la filière livre), Antoine Bertrand (attaché de presse indépendant), Romain Bertrand (historien), Chloé Billon (traductrice), Émilie Blanc (autrice), Gaëlle Bohé (directrice de Fontaine O Livres et présidente de l’Académie Hors Concours), Gwen de Bonneval (auteur de bande dessinée), Guenaël Boutouillet (animateur littéraire), Paul de Brancion (auteur), Nadine Bruchon (bibliothécaire), Magali Brieussel (Librairie la Géosphère), Hervé Brunaux (auteur), Les Caractères masqués, collectif d’indépendants au service du livre, Patrick Cargnelutti (auteur), Anne-Marie Carlier (Librairie Autour du monde), Ferdinand Cazalis (correcteur), Pascale Chassagny (relieure), Natacha Chetcuti (sociologue), Léa Chevrier (maquettiste/graphiste indépendante), Yoann Chivard (auteur dessinateur), Constance Chlore (auteure), Laurence de Cock (autrice et historienne), Nolwenn Cointo (LiVrairie-café du monde entier), Soazic Courbet (Librairie l’Affranchie), Anne Coppel (sociologue), Nicolas Deleau (Auteur), Magalie Delobelle (SFSG Agency), Delphine Demoures (libraire), Karine Depeyre (Librairie le Kairn), Elyssea di Marco (auteur), Christine Desrousseaux (autrice), Édouard Devos (auteur), Isabelle Dignocourt (autrice), Audrey Dinghem (traductrice et correctrice), Fabrice Domingo (Librairie Terra Nova), Deborah Druba (agence de droits), Marion Duval (designer graphique indépendante), Sylvia Duverger (journaliste), Jules Falquet (autrice et sociologue), Arlette Farge (historienne), Claire Feasson (libraire), François Ferrier (auteur /artiste plasticien), Patrick Fillioud (auteur), Fabrice Flippo (philosophe), Éric Floury (Librairie Floury), Nathalie Fontaine (Librairie Détours), Camille Froidevaux-Metterie (autrice et universitaire), Sarah Gensburger (autrice et sociologue), Corinna Gepner (traductrice), Mélie Giusiano (graphiste), Karine Gorris (Librairie le Presse papier), Gersende Guingouain (libraire), Sarah Gurcel (autrice), José Hébert (auteur), Anne-Sylvie Homassel (traductrice), Nicolas Houguet (auteur), Olivier Huguenot (Librairie Le Neuf), Olivier Josso Hamel (auteur de bande dessinée), Victor Khagan (auteur), Irène Kaufer (autrice), Michel Kokoreff (sociologue), Souad Labbize (autrice et Poétesse), Jean-Louis Lafontaine (auteur), Jérôme Lamy (sociologue), Isabelle Lanini (Agence littéraire Kalligram), Marie Lannurien (BAM ! Agence littéraire), Ïan Larue (autrice), Martine Laval (directrice de collection, directrice littéraire de salon), Guillaume Lebaudy (anthropologue), Gilles Le Beuze (libraire), Guillaume Le Chevalier (auteur), Laurent Le Gall (historien), Ingrid Ledru (Librairie Le Livre en fête), Alban Lefranc (écrivain), Hervé Leroy (auteur), Aurèle Letricot (Librairie le Tracteur Savant), Kristina Lowis (auteure et traductrice), Patrice Lumeau (rédacteur biographe indépendant), Sébastien Marchalot (bibliothécaire), Isabelle Mariault (Présidente de l’ADAN – Association des auteurs des Hauts-de-France), Corinne Marotte (Agence littéraire Marotte et Compagnie), Sandrine Massuger (illustratrice graphiste), Philippe Mathé (Compagnie Bibliothéâtre), Guillaume Mazeau (historien), Sarah Mazouz (autrice et sociologue), Chiara Mezzalama (autrice), Christophe Mileschi (traducteur), Dominique Minard (La Librairie de Clermont), Waldeck Moreau (Librairie L’Opuscule), Gérard Mordillat (écrivain et réalisateur), Maïra Muchnik (traductrice), Nicolas Offenstadt (historien), Fabienne Olive (Librairie les Oiseaux rares), Juliette Paquereau (correctrice et traductrice), Gaëlle Partouche (Librairie les Modernes), Manon Pignot (historienne), Camille Pillias (éditrice photo indépendante), Sophie Quetteville (animatrice littéraire), RELIEF Agence de relations libraires (Julie Duquenne et Christophe Grossi), Céline Regnard (universitaire), Johanna Renard (universitaire), Sarah Rey (universitaire), Mylène Ribereau (libraire), Line Rocques (Librairie Vocabulaire), Alix Sallé (autrice), Dominique Savio (autrice), Morgane Saysana (traductrice), Aurélie Serfaty-Bercoff (attachée de presse indépendante), Natacha de la Simone (libraire), Philippe Tabary (auteur), Hervé Tanquerelle (auteur de bande dessinée), Federico Tarragoni (universitaire), Céline Telliez (universitaire et consultante), Marie-Ève Thérenty (universitaire), Fabien Vehlmann (scénariste de bande dessinée), Marie-Ève Venturino (Libreria Stendhal, Rome), Patrick Verschueren (Président de la Fédération des maisons de poésie), Éliane Viennot (intellectuelle et autrice), Olivier Villepreux (auteur et traducteur), Librairie-Café les Villes Invisibles (Tatiana & Amandine), Jean-Christophe Vizcaino (Librairie La Nouvelle Réserve), Michael Wenzel (Agent littéraire), Elvan Zabunyan (universitaire).

Si vous n’avez pas eu le temps de signer et que vous souhaitez vous joindre à ces réflexions et actions, vous pouvez vous adresser à : krisis.crise@gmail.com

[1] 3e Panorama 2019, EY-France Creative.

[2] Source : BnF/Département du dépôt légal, entrées au dépôt légal Livres, in Observatoire de l’économie du livre du Service du livre et de la lecture de la DGMIC, « Chiffres-clés du secteur du livre 2017-2018 », 2019 (https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Livre-et-Lecture/Actualite…).

 

Ne me faites pas dire ce que j’ai dit!

 

Moi c’est pareil!

Quand j’écris que ce chef de milice mériterait d’être fusillé, je regrette aussitôt ce que je viens d’écrire et je rectifie: Mon intention n’était pas d’établir un lien direct entre l’abjection d’un rôle social et le traitement qui sera réservé à ceux qui l’exercent. Il s’agit de rappeler la nécessité d’une stricte cohérence entre ce que l’on déclare le matin et ce que l’on devra  démentir l’après-midi.

Pandémie, «Union sacrée» et collaboration de classes

Le communiqué daté du jeudi 19 mars, signé par les grandes centrales syndicales (CFDT, CGT, FO) et les principales organisations patronales (Medef, Cpme) est si curieusement rédigé que l’on croirait un faux. Ces braves gens précisent en effet qu’ils sont «attachés à leur liberté de comportement». En bon français, ça ne veut rien dire. En l’espèce, ça signifie qu’ils font où on leur dit de faire, mais qu’ils voudraient qu’on croit qu’ils ont agi spontanément…

On voit que l’expression «Union sacrée» n’a pas été employée par hasard par Emmanuel Macron. On nous refait le coup de 1914! Trêve obligatoire dans la lutte des classes pour sauver la nation…

Je donne ci-après le communiqué, dit «relevé de réunion» du 19 mars, puis le texte de protestation d’un certain nombre d’unions départementales CGT qui le contestent.

Relevé de réunion

Les confédérations syndicales (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC) et les organisations patronales (MEDEF,  CPME,  U2P) attachées  à  leur  liberté  de  comportement se  sont  rencontrées  ce  19 mars.

Dans le contexte de crise sanitaire majeure, lié à l’épidémie de Coronavirus (COVID-19), qui appelle  à  prendre  les  mesures  indispensables  à  son  endiguement, elles entendent  ainsi affirmer le rôle essentiel du dialogue social et de la négociation collective.

Elles  appellent  les  pouvoirs  publics et  les  entreprises à mettre en œuvre tous les moyens indispensables à la protection de la santé et de la sécurité des salariés devant travailler.

Elles saluent l’engagement des  agents  des  services  publics  et  des  salariés  particulièrement indispensables à  commencer  bien  évidemment  en  matière  de  santé,  mais  également  de continuité d’approvisionnement.

Elles soulignent le rôle majeur de nos systèmes de protection sociale collective, garant de la solidarité entre toutes et tous.

Elles ont convenu de rester en contact autant que de besoin.

Paris, le 19 mars 2020

 

LES ORGANISATIONS CONSTITUTIVES DE LA CGT SE DISSOCIENT ET CONDAMNENT LA « DÉCLARATION COMMUNE » DES CONFÉDÉRATIONS SYNDICALES ET PATRONALES DU 19 MARS 2020

Hier soir, les 5 confédérations syndicales et les 3 patronales ont validé un texte commun que nous ne reproduirons pas puisqu’il est disponible par exemple, sur le site de certaines confédérations.

Nous retenons que les signataires :

– « entendent affirmer le rôle essentiel du dialogue social » : L’heure serait au dialogue social, pendant que les patrons sont prêts à faire mourir des travailleurs plutôt qu’à renoncer à leurs marges ?

– « mettre en œuvre tous les moyens indispensables à la protection de la santé et de la sécurité des salariés devant travailler. » : Ce qui ne dit rien sur, donc valide, le maintien des activités non strictement indispensables à la lutte contre la pandémie et la vie quotidienne.

– « saluent l’engagement (…) des salariés indispensables à la continuité d’approvisionnement. » : À l’approvisionnement en pneus militaires ? en gazole alors que les stocks stratégiques sont pleins ? En rouge à lèvres ? Etc.

Cette déclaration est un coup de poignard dans le dos des militants, des travailleurs qui se battent pied à pied contre les employeurs sans scrupules, pour arrêter des activités non indispensables et pour mettre à l’abri les salariés chez eux. On parle de la vie des travailleurs, non pas de quelques-uns, mais des milliers!

La parole des patrons, comme celle des politiques, Macron compris, est complètement discréditée par leur acharnement à poursuivre les activités de toutes les entreprises. C’est la même chose avec les signataires de ce texte. Tous se retrouvent dans l’union sacrée convoquée par Macron, alors que ceux qui trinquent, ce sont les salariés et leurs familles!

La seule parole crédible est celle des gens de terrain, les médecins, infirmières, urgentistes : Tous et toutes disent qu’il faut absolument stopper toutes les activités mettant les personnes en contact les unes avec les autres, et qu’ensuite, il faut n’autoriser que celles strictement indispensables.

La réalité de terrain, c’est qu’en règle générale, les patrons obligent les gens à travailler bien avant de se préoccuper, au coût minimum, de mettre en place les mesures nécessaires pour protéger les travailleurs. Pendant ce temps, les marges continuent de tomber mais le virus, lui, peut se transmettre en une seule minute!

Il y a donc urgence à stopper tout ce qui n’est pas nécessaire. Le coup d’état d’urgence sanitaire ouvre un régime d’exception pour les employeurs où tout est permis pour eux. Le rôle de la CGT dans la période est de se trouver auprès des travailleurs, et non signataire d’une déclaration en collaboration avec ceux qui nous font face.

Les organisations qui s’expriment par cette adresse publique invitent toutes les organisations de la CGT, du syndicat à la confédération, à condamner cette « position commune » qui rend complice ses signataires des drames humains consécutifs à la crise sanitaire en cours, et à exiger le retrait de sa validation par la CGT.

Premières organisations : UD 13, FNIC, UD 94, UD 82, UD 18, SERVICES PUBLICS, UD 59, UD 04
Membres de la direction confédérale : B. Amar, M. Blanco, P. Bonnet, B. Talbot.

Face à la crise sanitaire, l’enfermement administratif des personnes étrangères doit immédiatement cesser

Alors que dans son discours du 16 mars, le Président de la République Emmanuel Macron appelle à faire preuve «d’esprit solidaire et de sens des responsabilités» et à l’heure où le pays entre dans une période de confinement, l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) s’alarme de voir que des personnes (hommes, femmes, enfants) sont toujours privées de liberté dans les centres de rétention administrative (CRA), les locaux de rétention administrative (LRA), les zones d’attente (ZA) et les constructions modulaires du poste de police de Menton pont Saint-Louis.

Leur libération immédiate est une exigence absolue, tant juridique que sanitaire.

Des personnes auxquelles il est seulement reproché de ne pas justifier de la régularité de leur entrée ou de leur séjour en France ne peuvent être enfermées en zone d’attente ou en rétention que le temps strictement nécessaire à l’organisation de leur départ et à la condition expresse qu’il existe des perspectives raisonnables que ce départ puisse être effectif à brève échéance .
Or, l’éloignement de ces personnes est impossible, aujourd’hui et pour les semaines à venir et ce, pour deux raisons. D’abord parce que la plupart des liaisons aériennes avec les pays vers lesquels elles devaient être renvoyées ont été interrompues. Ensuite parce que leur éloignement du territoire serait contraire aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui visent à limiter les risques d’exportation ou d’importation de la maladie.
La privation de liberté subie par ces personnes ne répond donc pas aux conditions prévues par les textes applicables aux droits des étrangers en France et leur est imposée en violation de leurs droits fondamentaux.

Au plan sanitaire, la nécessité de leur libération est tout aussi impérieuse :

Aucune mesure satisfaisante ne semble avoir été mise en place, ni pour les protéger ni pour protéger les personnes qui gèrent ces lieux d’enfermement ou y interviennent quotidiennement contre les risques de contamination ;

Il n’existe pas, notamment, de protocole permettant de s’assurer que tant les personnes étrangères qui arrivent en CRA, LRA et ZA que les personnels qui y pénètrent ne sont pas porteuses du virus ;

Les prescriptions du ministère de la santé ne peuvent pas être respectées dans ces lieux de promiscuité, qu’il s’agisse de la «distanciation sociale» ou des «gestes barrières» ;

Les personnes enfermées ne sont pas toujours informées des risques liés à la contamination par le Covid-19 et des mesures mises en place par le gouvernement ;

Enfin, l’insuffisance de l’action des pouvoirs publics et les risques qu’elle fait courir à leurs intervenants a contraint la plupart des associations qui apportent leur aide aux personnes étrangères en rétention ou en zone d’attente à s’en retirer.

Depuis la semaine dernière, la situation sanitaire gravement dégradée de ces lieux d’enfermement perdure en contradiction avec les durcissements des mesures prises pour protéger la population à l’extérieur.

Une situation similaire se joue actuellement dans les prisons. La Garde des Sceaux vient d’annoncer des mesures pour éviter la propagation du virus en restreignant tous les contacts des détenus avec l’extérieur (suspension des parloirs et des activités socio-culturelles notamment). Cependant encore aujourd’hui, aux centres pénitentiaires de Fresnes et de la Santé, les personnels pénitentiaires, au contact des détenus, ne disposent ni de gants ni de masques pour se protéger et protéger les détenus. Par ailleurs, ces derniers ne reçoivent aucune information sur l’évolution des mesures et de la situation. Cette mesure du ministère de la justice, va renforcer encore un peu plus l’opacité de ces lieux, sans aucune certitude quant au respect des droits les plus élémentaires des personnes détenues ou des personnels.

Ainsi, la privation de liberté des personnes étrangères dans les CRA, LRA, ZA ou autres lieux privatifs de liberté porte gravement atteinte au principe de précaution et à l’impératif constitutionnel de santé publique.

Prenant en compte la mise en danger des personnes retenues comme des personnels des centres, des juges des cours d’appel de Bordeaux, Paris et Rouen ont commencé d’assumer leurs responsabilités en décidant de remettre en liberté des personnes dont l’administration entendait prolonger l’enfermement.

Il serait inconcevable que le gouvernement ne prenne pas au plus vite l’initiative d’une libération générale et inconditionnelle de toutes les personnes étrangères privées de liberté et ainsi particulièrement exposées au risque sanitaire.

Les organisations membres de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers :

ACAT-France, Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE), Anafé, Comede, Droit d’urgence, Fasti, Genepi, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l’homme, MRAP, Observatoire Citoyen du CRA de Palaiseau, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM)