Faire diligence dans l’attaque!

Je publie ci-dessous (copié chez Lundimatin) le communiqué des militant(e)s qui ont arrosé de peinture quelques cars transportant les Frontistes haineux de Rennes vers Nantes, où Marine Le Pen tenait meeting.

Cette manifestation de bon goût et d’humour a suscité des déclarations apocalyptiques de politicard(e)s en mode Mad Max.

Aujourd’hui, dimanche 26 février, pour perturber la tenue du meeting de Marine Le Pen à Nantes et en réponse à l’appel à blocage lancé par l’assemblée nantaise « A l’abordage », nous avons réservé une petite surprise aux militants frontistes entassés dans les bus en provenance de Rennes.

Dans le calme, la bonne humeur et sans aucun heurt, nous avons bloqué deux bus sur la 4 voies, qui furent au passage copieusement repeints parce que dans la vie, il y a bien d’autres couleurs que le bleu marine.

Comme à son habitude, le Front National ne manquera pas de se poser en victime, invoquant la « démocratie » et la « liberté d’expression ». Nous le répétons, dans une France sous état d’urgence, où la police ratonne dans les banlieues et rafle les migrants, nous ne laisserons pas fleurir le racisme et la xénophobie au prétexte de « liberté ». Nous n’avons pas oublié comment les régimes fascistes d’hier furent institués par des voies parfaitement démocratiques et légales (élection d’Adolf Hitler au suffrage universel, vote massif des pleins pouvoirs à Pétain par le parlement…).

A travers le Front National, c’est à la politique classique dans son ensemble que nous nous attaquons, à tous les partis de gauche comme de droite qui font mine de combattre l’extrême droite tout en pillant ses idées et appliquant son programme sécuritaire.

Aujourd’hui comme demain, dans la rue comme dans les luttes, soyons ingouvernables !

Des coloristes sur voie rapide.

je-vomis-le-fn-1

De très bonnes nouvelles de Christine Ribailly, la bergère peu moutonnière

Le 16 décembre c’était la réponse de la dernière demande de libération conditionnelle faite à Nantes. Surprise ! Le JAP est d’accord. Encore plus grosse surprise, le proc’ ne s’y oppose pas dans les 24 h. Bref, le mardi 20 à 9h30, j’ai la confirmation que je sors le jeudi 22 !
Alors, voilà aujourd’hui c’est fini. Ouf !
Merci à ceux qui m’ont aidée à rester debout, qui ne m’ont pas lâchée, qui m’ont écrit, qui sont venus me voir aux parlus, qui ont aidé à diffuser les infos….
Bon vent à tous et VIVE LA LIBERTÉ !
Christine

 

Pour en savoir plus sur l’histoire de Christine Ribailly voici le site
Pisser dans l’herbe.

Nous sommes des proches de Christine, ou des personnes solidaires de sa lutte au quotidien contre la taule… parce que nous aussi nous détestons la prison, et le monde qui en a besoin.

Nous avons décidé de rassembler les lettres qu’elle écrit pour faire connaître au dehors la réalité de la prison, et les nouvelles à son sujet, par le biais de ce blog. (Une grande partie du contenu de ce blog a été repris sur des sites d’informations militants qui relayent depuis longtemps les nouvelles au sujet de Christine).

C’est possible de nous contacter par mail à l’adresse suivante

christinecontact@riseup.net

Menace de fermeture administrative du “Molotov”, salle de concert à Marseille: on signe la pétition!

capture-decran-2016-12-22-a-23-22-44

Lieu indispensable de la scène alternative marseillaise, le “Molotov” est menacé.

On se bouge et on signe ici la pétition!

Quelques jours après l’annonce du renouveau de Marseille Capital culturelle 2018, le Molotov, salle de concert reconnue, est menacé de fermeture.

Le 19 novembre, un contrôle de police a eu lieu au Molotov. Ce soir là, peu de monde dans notre salle lors d’une soirée de soutien humanitaire organisée par la fanfare de l’école centrale « Note away ». Divers demandes de papiers et vérifications ont été effectuées et tout était en règle. Rien ne nous a été signifié à la fin du contrôle.

Suite à ce contrôle nous avons reçu hier un courrier du préfet nous notifiant une volonté de fermeture administrative.

Les raisons invoqué sont « un fort bruit de musique amplifiée » et un « trouble à la tranquillité publique » due a la présence de gens à l’extérieur. Bien que nous ayons l’autorisation de musique amplifiée ainsi qu’une étude d’impact sonore positive depuis 2012, ce soir là, le concert était acoustique. Le Molotov se situe sur une place publique avec d’autres commerces qui l’entourent, il est difficile de définir l’origine des gens dehors, la place Paul Cézanne étant un carrefour de passage, une zone de circulation libre et vivante grâce à ces divers commerces. La notion de « bruit »et de « trouble à la tranquillité » due à la présence de passants est bien subjective lors de ce contrôle.

Depuis maintenant 4 ans, le Molotov est devenu un acteur culturel incontournable, nous avons accueilli plus de 900 concerts et plusieurs milliers d’artistes venus du monde entier.

Nous avons soutenu de nombreuses associations dont le rôle est reconnu dans notre ville.

En 900 concerts nous n’avons jamais eu de problème avec notre voisinage. Comme le démontre cette pétition, nous avons le soutien de nos voisins directs ainsi que l’ensemble des commerçants du quartier élargi. Notre salle est aussi reconnue par une multitude d’institutions, partenaires culturels, associations, médias locaux et nationaux… Nous pensons malheureusement, que le problème n’émane pas du « bruit » ni de notre rapport envers notre voisinage  Nous serons dans la capacité de vous en dire plus bientôt.

Le Molotov sollicite  votre soutien, vos signatures, partages sur les réseaux sociaux, et votre mobilisation.

Avec cette pétition nous demandons donc la fin de la procédure de fermeture administrative à notre encontre.

capture-decran-2016-12-22-a-23-24-05

 

Extrait de l’article publié sur le site de La Provence:

Mais le bar y joindra aussi des pièces moins ordinaires : ainsi, ce message, publié sur le compte Facebook d’Olivier Bianciotto, estimant qu’il « y a fort à parier que le Parti de la France n’est pas pour rien » dans la mesure administrative visant l’établissement. Délégué départemental de ce parti d’extrême droite créé par l’ex-FN Carl Lang, l’homme a été condamné en 2015 pour avoir profané, à Marseille, la stèle du militant communiste Missak Manouchian. Ce même Olivier Bianciotto avait, à la mi-octobre, publié le fac-similé d’un courrier par lui adressé à Jean-Claude Gaudin. Il y demandait qu’Hazem El Moukadem soit « poursuivi pour trouble à l’ordre public », en raison de son activité militante « antifa » et de la responsabilité supposée de son collectif dans des bagarres avec le groupuscule royaliste de l’Action française. Ces dénonciations sans preuves ont-elles pu susciter l’intervention policière ? Futur candidat aux législatives, Olivier Bianciotto, elliptique, se targue de « bons contacts dans toutes les tranches de la population ». Mais jointe par nos soins, la Ville dément avoir « reçu ou transmis » cette lettre au préfet. « Ce monsieur nous a déjà écrit, mais ce courrier-là, on ne l’a pas non plus, assure-t-on côté police. On est intervenus sur la base de doléances de riverains faites le soir même. » Perplexité au Molotov : « Nos voisins, on les connaît. Certains ont même signé notre pétition. »