Le thermomètre de la révolte ~ La lutte contre Unilever et la pollution au mercure en Inde

Sofia Ashraf est une rappeuse indienne en lutte contre la multinationale capitaliste Unilever. Dans le sud du pays, une usine de thermomètres de l’entreprise a entraîné de graves pollutions et de nombreux décès.

Pour Sofia et ses amis activistes, c’est du «racisme environnemental».

C’est aussi du cynisme gestionnaire bien compris à l’échelle mondiale, et du mépris de classe. Du coup, le slogan «Traitez-nous comme si nous étions blancs!» semble passablement réducteur…

“Stop him” ~ Arrêtez-le! Un morceau anti-Trump par un trio de gamines

Le trio les Honey Hahs est composé des sœurs Rowan (guitare), Robin (basse) et Sylvie (batterie). La plus âgée a 16 ans, la plus jeune (du trio; il existe une autre petite sœur) a 11 ans, et celle du milieu 13 ans.

Prenant la suite de Joan Baez (entre autres), les trois jeunes filles annoncent par ce pamphlet anti-Trump la sortie, en septembre prochain, de leur premier album: Dear Someone, Happy Something.

Au Kenya, des femmes âgées s’entraînent au kick-boxing pour résister aux agressions sexuelles

À Korogocho, bidonville de Nairobi à la sinistre réputation (domination des gangs), au Kenya, des femmes d’un certain âge, nullement épargnées par les agressions sexuelles, comme la sottise machiste pourrait le faire croire – elles sont même considérées comme moins susceptibles d’être contaminées par le virus du Sida… – s’entraînent au kick-boxing, une boxe où l’on utilise les poings et les pieds.

Le réalisateur canadien Brent Foster les a rencontrées: le résultat est le court-métrage intitulé « Enough : The Empowered Women of Korogocho », que l’on peut traduire par «Assez! Les femmes de Korogocho trouvent leur force en elles-mêmes».

Beatrice Nyariara, l’une de ces femmes a fondé le collectif des «Grands-mères kickboxeuses du Kenya». Elles sont ainsi une vingtaine à se retrouver chaque semaine pour s’entraîner ensemble.

Instructif sur la réalité des agressions contre les femmes et fort encourageant quant aux possibilités de défense féminine collective, le film est sous-titré dans un anglais très simple et facile à comprendre.

 

 

 

 

“I’m A Woman” ~ par Sandra Nkaké

Mardi matin je décide, comme chaque mardi, de partir acheter quelques légumes. Il fait beau et je croise les sourires des habitants du 18e arrondissement parisien dans lequel se trouve le marché. Je salue la directrice d’école. Je croise la factrice à vélo qui me donne du courrier avant de partir. J’achète quelques fruits et légumes à une maraîchère: elle vend exclusivement ce qu’elle fait pousser à quelques kilomètres de Paris. Je prends le métro. Une chanteuse entre dans mon wagon et entonne une chanson magnifique dans une langue que je peine à identifier. Une jeune fille tremblotante vient s’asseoir juste à côté de moi. Elle m’explique qu’elle a décidé d’arrêter le crack et qu’elle a besoin de me parler, que ça lui donnera de la force.

En sortant de la station ma posture commence à changer et je constate que je me tiens plus droite. Je me sens plus déterminée. Toutes ces femmes m’ont touchée, m’ont donné une énergie que j’ai envie de traduire en musique. J’en parle à Jî Drû puis j’allume l’ordinateur portable et nous commençons à écrire un morceau. Naturellement nous vient un rythme que nous chantons. On sort un clavier analogique. Le temps d’enregistrer quelques notes, c’est le texte de la chanson qui s’impose à moi: I’m A Woman. Comme un flash, un éclair, une évidence. Écrit, chanté, enregistré et mixé en à peine quelques heures. Ravis d’avoir pu traduire en musique le frisson que m’a provoquée la rencontre de ces femmes, j’écoute notre morceau en boucle et commence à danser dans le salon. Le mur est orange et j’y vois un signe. C’est cette Lune Rousse qui de nouveau m’appelle et me guide (NDLR: En anglais, “lune rousse” se dit “tangerine moon”, comme le titre de son dernier album Tangerine Moon Wishes). Jî Drû prend son téléphone posé sur la table et commence à filmer mes mouvements. On organise les images sur ce même ordinateur portable. Il est tard et c’est toute la journée que j’ai consacrée à la force que m’ont apportée ces femmes. 

Arborant un large sourire je retourne dans la cuisine et mes courses sont toujours dans le caddie! Je me mets à rire, je fais une soupe et je regarde une dernière fois cette vidéo que je peux désormais partager avec vous.

I’m A Woman.

“The Dinner Party” de Judy Chicago ~ via «La Newsletter de ma chatte»

Piqué à l’excellente Newsletter de ma chatte…

…cette présentation d’une «installation» de Judy Chicago.

Capture d_écran 2018-05-23 à 11.36.09

Judy Chicago, The Dinner Party

Par Britney Fierce

The Dinner Party est une installation artistique de l’artiste américaine Judy Chicago, réalisée entre 1974 et 1979. On peut la voir aujourd’hui au Brooklyn Museum de New York, où elle occupe toute une pièce. Composée de 39 tables disposées en un triangle équilatéral, elle retrace une histoire des femmes, chaque figure historique — on retrouve aussi bien des femmes de l’Antiquité et de la mythologie, comme Kali ou Sappho, que des féministes et des artistes contemporaines, comme Virginia Woolf et Georgia O’Keefe — étant représentée par une table, un chemin de table brodé et une assiette en porcelaine personnalisée, parfois accompagnée d’autres ustensiles (voir le détail des éléments sur le site du musée). Beaucoup d’assiettes représentent un papillon ou une fleur en relief, évoquant la forme d’une vulve. L’ensemble repose sur un socle appelé « plancher du patrimoine » (Heritage Floor), composé de 2300 plaquettes de porcelaine sur lesquelles figurent les noms de 999 femmes mythologiques et historiques. 

Avec cette œuvre, l’objectif avoué de Judy Chicago était de « mettre fin au cycle continuel d’omissions par lequel les femmes sont absentes des archives de l’Histoire ». Si son importance artistique ne fait aujourd’hui aucun doute, elle a tout de même reçu des réactions mitigées, certaines critiques l’accusant d’essentialisation — à cause du fait qu’elle avait réduit un certain nombre de figures à leur sexe —, d’autres reprochant à Chicago d’avoir ironiquement profité de femmes bénévoles (brodeuses, peintres sur porcelaine…) pour la réalisation de l’installation.

Capture d_écran 2018-05-23 à 11.35.22