“Le repas des fauves” ~ un film de Christian-Jaque (1964)

Il y a la pléiade d’acteurs, comme on dit.

Francis Blanche bien sûr. Et Claude Nicot, comédien sous-estimé, me semble-t-il. Surtout: la grâce incroyable de Claude Rich et l’élégance de Dominique Paturel, trop vite oublié…

La collaboration d’Henri Jeanson au scénario et aux dialogues.

Et finalement une leçon de philosophie pratique sur l’intéressante question que voici: peut-on et doit-on «oublier» – et si oui, comment – les propos violents tenus dans un moment de crise paroxystique, quand convenances et prévenance sont oubliées?