Les “Œuvres” de Louise Labé

En publiant un unique livre en 1555, Louise Labé a fait entendre une voix nouvelle. Un dialogue mythologique insolent et facétieux, trois élégies et vingt-quatre sonnets, le tout précédé d’une saisissante épître programmatrice et suivi de vingt-quatre poèmes de « divers Poètes » en son honneur : autant de manières de renouveler les représentations de l’amour transmises par la littérature et la société et de revendiquer pour les femmes le droit de penser et d’écrire. Cette nouvelle édition intégrale des Œuvres de Louise Labé Lyonnaise donne à entendre cette voix pour les lecteurs d’aujourd’hui, notamment grâce à une double annotation qui éclaire à la fois les subtilités lexicales et les références d’une écriture originale et puissante.

L’édition est complétée par un dossier :

  1. La fabrique des « Écrits de divers Poètes »
  2. Qui a participé aux Œuvres de Louise Labé Lyonnaise ?
  3. Dans l’atelier des sonnets : les sonnets II et III
  4. Chronologie : Louise Labé à travers les archives
  5. L’histoire du livre et de sa réception.

Depuis le 10 mai 2022, vous pouvez consulter un site très complet à propos de Louise Labé, réalisé par Michèle Clément et Michel Jourde, responsables de cette édition de Louise Labé.

“Une idéologie pour survivre” ~ par Ueno Chizuko (aux Presses du Réel)

Première traduction en français, aux Presses du réel, d’une œuvre de la sociologue et féministe japonaise Ueno Chizuko, qui interroge le rapport des femmes aux tragédies historiques, à la violence, à la guerre et terrorisme, refusant toute forme de violence, étatique comme domestique, en même temps que de domination.
 
En interrogeant les rôles de genre dans le regain de violence consécutif aux attentats du 11 septembre 2001, Ueno Chizuko s’efforce de répondre à la question : le féminisme doit-il revendiquer l’égalité des sexes jusque dans la participation à la guerre ou à la lutte armée ? Reprenant le débat qui déchira les féministes américaines, elle propose ici un réexamen du rôle des femmes à travers l’historique des luttes d’émancipation nationale (Algérie, Vietnam, Chine), des mouvements terroristes japonais (Armée rouge unifiée, Armée rouge japonaise), ainsi que du soutien à l’arrière de féministes japonaises à la guerre expansionniste des années 1930-1940. Quelle place les femmes ont-elles occupé dans ces processus ? Quel bénéfice en auraient-elles tiré ? Aucune promesse d’émancipation n’a été tenue. Parce qu’être prêt(e) à sacrifier sa vie pour une cause entraîne le plus souvent un culte mortifère de la force. Or, le féminisme est une idéologie permettant aux êtres de survivre aux tragédies de ce monde. Tant que la violence entre États ne sera pas criminalisée et que les violences domestiques seront réduites à une affaire privée, ces drames ne pourront cesser. Le rôle du féminisme est de rompre ce cercle infernal : refusant aussi bien la violence que la domination, il est porteur d’Une idéologie pour survivre.

Nouveau (et gros) numéro de “Casse-Rôles” avec un dossier sur l’éducation libertaire

Superbe livraison de Casse-Rôles (août-octobre 2021, n° 17), «journal féministe et libertaire à prix libre», parmi les rares revues libertaires susceptibles de toucher un large public.

Très beau dossier sur l’éducation libertaire coordonné par N’Autre école, revue de Questions de Classe(s)s. Seul regret: l’absence d’article sur la déscolarisation et la critique libertaire contre l’école, même si l’on trouvera des éléments épars dans plusieurs articles.

Autre sujet passionnant pour le prochain numéro: la santé des femmes.