Du danger des croisades médiatiques, même conduites par une enfant

On dit que la vérité sort de la bouche des enfants… Peut-être.

Mais jamais elle n’entrera dans l’oreille d’un député!

Greta Thunberg, une collégienne suédoise âgée de 15 ans est devenue la coqueluche des médias et des politiciens après avoir organisé une grève hebdomadaire des élèves pour inciter les politiciens à prendre des mesures écologiques pour prévenir les effets du changement climatique.

Une grève est toujours, comme je l’avais rappelé dans le tract «En sortant de l’école…» une excellente occasion pour filles et garçons de se retrouver dans un collectif volontaire et d’expérimenter – en dehors de la contrainte scolaire et adulte – ce qu’il peut y avoir de plus passionnant dans les rapports humains. On voit d’ailleurs que Greta Thunberg, jeune mais bonne «communicante» se défend vigoureusement de vouloir déserter l’école qu’elle aime tellement, persuadée de renforcer ainsi aux yeux de tous le «sérieux» de ses revendications.

Autre chose est de se retrouver propulsé sur le devant de la scène, adulé des journalistes et manipulé par les politiciens. Je n’ai aucune raison de douter de la sincérité de Greta Thunberg, mais la sincérité – transformée en produit duty free – perd tout espèce d’intérêt collectif et opératoire.

Les politiciens de toutes les «démocraties» ne s’y sont pas trompés, qui invitent à qui mieux mieux l’enfant prodige à venir les fustiger délicieusement dans leurs parlements (en France, le 23 juillet). Ils estiment, sans doute à juste titre (ces gens-là salarient des conseillers en communication avec votre argent), que l’effet publicitaire sera plus important que la culpabilisation (éventuelle) qui pourrait retomber sur eux.

Sans vouloir m’acharner sur Greta Thunberg, pour laquelle je n’éprouve ni sympathie ni antipathie particulière, force est de constater que son «message» est d’avance – dès lors qu’il quitte la rue – absorbé et digéré par le système. Un système qu’elle se refuse d’ailleurs à qualifier de «capitaliste», comme si cette qualification allait faire récupérer son combat par quelque force obscure… Alors que c’est exactement l’inverse qui se produit.

Le phénomène de «récupération» des contestations par le capitalisme est bien connu. C’est le signe de son extraordinaire faculté d’adaptation et le secret de sa (relative) longévité. Le fait que la parole contestataire soit ici portée par une jeune fille n’est évidemment pas pour rien dans la facilité avec laquelle la récupération s’opère. Greta Thunberg, parfaite icône de l’enfance, avec sa bouille ronde, ses tresses et son air réfléchi s’est transformée, à son cœur défendant, en préservatif mondial contre la révolte qu’elle éprouve.

La jeune fille est résolument moderne: elle utilise Internet et les «réseaux sociaux» et se méfie des «idéologies». De plus, elle est sincèrement persuadée que des hommes (et des femmes) de bonne volonté ne peuvent que se rendre à l’évidence de l’urgence d’une action écologique. Refusant de se revendiquer «anticapitalistes», elle s’adresse aux politiciens bourgeois, aux industriels, aux militaires et à leur équipes de propagande comme s’il s’agissait de braves gens ordinaires, seulement retenus d’agir dans le bon sens par un défaut d’information. Un autre jeune homme a obtenu un succès d’estime en demandant aux parlementaires luxembourgeois s’ils ont lu le rapport du GIEC sur le dérèglement climatique. On devine la réponse: c’est non bien sûr! On ne saurait en inférer que l’ingestion de quelques milliers de pages (de ce rapport ou de tant d’autres qu’ils n’ont pas lu non plus) leur rendrait la vue! Leur prétendue «cécité» est cohérente avec le système marchand dont ils ont pour fonction réelle d’assurer la maintenance.

Ce type de dénonciation de maux bien réels débouche sur un appel de type «Si tous les gars du monde voulaient se donner la main!», excellent pour animer les séances parlementaires d’après déjeuner et les pages «débat» des quotidiens, mais d’une capacité opératoire nulle.

On l’a vérifié récemment – et ça n’est pas fini! – avec les campagnes d’agitation électronique comme «Me Too» et «Balance ton porc». Pareillement fondées sur la notion d’«urgence», pareillement incapables de proposer ou de reprendre l’analyse d’un système, même déconstruit pour les besoins de la démonstration – la domination masculine n’est jamais mentionnée, encore moins comme partie du système capitaliste – elles semblent postuler un défaut d’information, de «prise de conscience» de la société devant les comportements dangereux et·ou délictuels de certains de ses membres.

Le fait que certains hommes particuliers ont, à la suite de ces campagnes, perdu leur travail, leur réputation ou au moins un peu de leur superbe a donné – outre une satisfaction légitime à leurs victimes – l’illusion que lesdites campagnes font «avancer les choses». C’est hélas tout le contraire. Elles entretiennent l’illusion démocratique selon laquelle l’opinion, exprimée par les «réseaux sociaux» (forme démocratisée, brouillonne et sophistiquée à la fois, des réseaux d’influence) et relayée par la presse puis par les «décideurs» peut réformer le système [*].

Cela revient à penser que l’on peut introduire de la rationalité dans le système capitaliste. Or, on ne le répètera jamais assez: quoique visant un but «rationnel» qui est l’exploitation du travail par l’extraction de la plus-value, le capitalisme est profondément irrationnel. Il se soucie aussi peu de la préservation de la planète et de la pérennité de l’espèce que la domination masculine se préoccupe du bien-être des femmes (voir mes réflexions sur la tentation gynécidaire dans Je chante le corps critique). Je l’ai déjà dit ici, le système de domination masculine est moins soucieux des femmes et de leur bien-être qu’un éleveur de son bétail.

Greta Thunberg tombe naïvement, mais très sincèrement aussi, n’en doutons pas, dans le piège des «gestes individuels». Ceux-ci autorisent des «campagnes de prévention» officielles coûteuses et culpabilisantes, présentent l’avantage de faire retomber une responsabilité éparpillée sur les épaules des dominé·e·s et les font patienter dans une ascèse quotidienne, certes stérile mais gratifiante. On trie religieusement les piles électriques… qui seront abandonnées en pleine nature par des entreprises en faillite.

Ce type de recommandations ressortit à la même idéologie «scout» que l’appel «Si tous les gars, etc.». De surcroît il appartient à l’arsenal de la propagande de guerre qui vise à mobiliser les civil·e·s derrière les États, comme en témoigne l’affiche ci-dessous.

À propos de ces campagnes idéologiques et médiatiques, on entendra prononcer la fameuse sentence «c’est toujours mieux que rien!», qui égaye la résignation démocratique.

Peu importent les confusions engendrées et entretenues ou l’éternel ajournement des bouleversements espérés, puisque ce qui compte est d’avoir la satisfaction narcissique compensatoire de voir évoquer ses préoccupations au journal télévisé ou sur Twitter…!

Au mieux, un ministre démissionne, un cinéaste voit sa carrière compromise, une victime est indemnisée. Le système de dilapidation des ressources naturelles, d’exploitation du travail et de domination masculine – c’est le même! – en sort sinon grandi au moins renforcé, conforté par des colères qu’il a su transformer en adhésion.

[*] Nancy Fraser, Cinzia Arruzza et Tithi Bhattacharya ont rédigé un manifeste féministe et anticapitaliste convaincant Féminisme pour les 99% (La Découverte) dans lequel Me Too est juste évoqué. J’ai entendu (sur France Culture si je ne me trompe) Nancy Fraser en faire une critique lucide et beaucoup plus vive.

Nota. Les réponses de Greta Thunberg sont tirées d’un entretien avec L’Obs.

Le “Violentomètre” ~ Faites donc le test avec la politique sociale et policière de Macron-Castaner…!

Inspiré des règles graduées qui permettent aux enfants (voire aux adultes) d’exprimer le degré de douleur qu’ils ressentent (à l’hôpital par ex.), ce Violentomètre a aussi une fonction d’alerte. Il peut permettre à une jeune femme de prendre conscience que les comportements de son compagnon (ou de sa compagne! pas d’«angélisme lesbien») forment un ensemble cohérent et qu’ils peuvent être jugés violents et inadmissibles.

Maintenant, transposons le test au niveau politique et social… (Nul doute qu’une personne plus doué que moi [facile!] en infographie s’en chargera bientôt).

Il permettrait de rappeler aux populations qu’une constitution française, celle de 1793, leurs reconnaissait «le droit à l’insurrection», le droit et même «le devoir».

Les cas de figure indiqués en rouge sont assez parlants: déjà, nous en sommes bien là! Protégeons-nous et pratiquons la solidarité!

Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Vivement la ménopause du Capital! ~ Cinéma, âgisme & misogynie.

Sous le titre explicite (mais réducteur) «Cachez ces rides qu’on ne saurait voir», le magazine Télérama a publié en mai dernier [1] un reportage de Mathilde Blottière et Hélène Marzolf sur les actrices de plus de 50 ans.

Le cinéma est parfois un art ; c’est presque toujours une industrie. En tant qu’industrie, le cinéma obéit aux lois du marché capitaliste (comme l’édition). En tant qu’industrie du loisir (comme la mode aussi) il participe à la reproduction et à la publicité des «valeurs» du système.

En l’espèce, le cinéma et la mode ont (principalement) pour fonction de diffuser une image des femmes, disponibles, dominées et soumises à la loi du marché : on en change au gré des modes (comme de montre), on les jette une fois la date de péremption dépassée (comme un yaourt). Tout cela est évidemment répugnant, mais peut paraître au moins rationnel et cohérent avec le marché.

Or la domination masculine n’est pas plus rationnelle que l’exploitation capitaliste ; toutes deux manifestent la même sympathie – au sens chimique – pour le gaspillage et la dilapidation. C’est ainsi que, dans un registre beaucoup plus dramatique que l’exploitation humiliante des comédiennes (jeunes, on les baise ; moins jeunes on les met au rancard), la domination masculine s’abandonne souvent à ce que j’ai nommé la tentation gynécidaire [2]. Pour un regard, le mâle vitriole et·ou assassine une femme ; l’éleveur, lui, entretient et compte son bétail. Pourquoi cette différence de comportement ? C’est que, le plus souvent, l’éleveur ne craint pas son bétail ; dans les petites exploitations, il peut même lui être très attaché…

L’article de Télérama a tout particulièrement attiré mon attention parce qu’il donne la parole, entre autres, à Élisabeth Bourgine, une comédienne que je m’étonnais, pour le regretter, de ne plus voir citer à propos de cinéma. Je l’apprécie en tant qu’actrice; de surcroît elle est, à mes yeux, une femme extrêmement séduisante.

Ce dont elle témoigne ici est édifiant. En effet, on pourrait imaginer qu’une sélection machiste et «jeuniste» écarte sans pitié (et pourquoi en aurait-elle?) les comédiennes vieillissantes simplement parce que leurs visages sont ridés. Or, et c’est en quoi je trouve le titre de l’article réducteur, ça n’est pas comme ça que fonctionne le mécanisme d’exclusion. Hormis quelques rares actrices chanceuses, soit du fait d’heureux hasards biologiques, soit du fait de carrières particulières, la plupart des comédiennes ayant dépassé la cinquantaine sont écartées, non parce qu’elles «font leur âge», mais parce qu’elles l’ont ! C’est tout différent, et autrement effrayant.

Je ne sais pas si je me fais bien comprendre. Prenons l’anecdote rapportée par É. Bourgine : elle est retenue lors d’essais pour un film: la responsable du casting est «enthousiaste». Mais au moment de remplir une fiche de renseignements, elle tique sur l’âge, que la comédienne a refusé de donner, ce qui n’empêche nullement la casteuse d’aller voir sur Google en direct (il n’y a pas que les ouvriers et employés qu’on licencie sans délai) et, en en prenant connaissance… déchire la fiche.

Donc, cette personne trouvait Bourgine parfaite pour le rôle, visage et silhouette comprise, et c’est son âge réel qui lui fait faire volte-face. Ici nous mettons le doigt sur l’irrationalité de la violence du système. En effet, dans une activité dont le ressort «technique» est de «jouer», de «faire semblant», de «donner l’impression» aux spectateurs que, etc. la date de naissance d’une actrice est considérée comme un handicap. Elle «fait jeune» puisqu’on était prêt à l’embaucher, mais il aurait fallu qu’elle soit jeune !

Renoncement du dit «septième art» à son ressort – commun au théâtre et à l’opéra – déjà éprouvé dans les films où l’on juge plus simple et·ou plus «crédible» de faire baiser les acteurs et actrices entre eux sur le plateau plutôt que de penser la représentation du sexe.

Quel que soit par ailleurs le talent du metteur ou de la metteuse en scène et des acteurs et actrices retenu·e·s, ce type d’entreprise tourne le dos à la création, à la pensée et à la culture. Il s’agit de se conformer à des représentations archaïques misogynes et de les afficher pour perpétuer un système de non-pensée et de non-vie, dont les angoisses qu’il suscite ne peuvent être faussement apaisées que par la consommation (de fringues, de films, de vedettes) et donc par la production capitaliste et le travail exploité. Exclues de la reproduction biologique, les femmes sont écartées de cette circularité, ce cycle, qui – lui ! – n’a pas de fin.

Le système de l’extraction de la plus-value et de la captation générale des richesses ne connait pas de ménopause ; il ne supporte même pas qu’elle soit évoquée [3] Un signe de fragilité, sans doute, dont il faudrait réfléchir à la manière de tirer partie. En attendant, jeunes/proies ou vieilles/épouvantails, les femmes payent toujours le prix du sang. Exhibées sur les écrans et les pages des magazines, puis effacées des mêmes supports par la police de l’imaginaire, elles incarnent l’asservissement de nos rêves.

[1] N° 3618, 15 mai 2019.

[2] Voir Je chante le corps critique. Les usages politiques du corps, H&O, 2008.

[3] Sinon dans des catégories particulières, que l’on moque (« cougars ») ou dont on vend le goût comme un vice spécial (« femmes mûres » de la pornographie).

“CRÉATRICES”

«La question de la création artistique féminine est au centre de l’actualité. Après des siècles de quasi monopole des artistes hommes, la visibilité des artistes femmes au sein des institutions culturelles est devenue un enjeu structurant.

Quatre musées et centres d’art bretons conjuguent leur engagement pour des femmes artistes pendant tout l’été 2019. Ils soulignent ainsi leur souci d’équité alors qu’une majorité des étudiants en écoles d’art est constituée de femmes, leur volonté de diversifier les angles d’approche et les regards sur la création artistique, leur souhait de mettre au centre des débats un certain nombre de sujets historiquement portes par les femmes (la libération du joug masculin, les droits liés à la liberté sexuelle, l’engagement social et politique féminin…).

Quatre expositions, des visites, des projections, des performances, des débats forment un programme riche et militant pendant tout l’été en Bretagne.»

Téléchargez ICI le dossier de presse.