Parcours au Palais de Tokyo (et à la Maube)

Salomé et Christian m’ont invité au Musée…

Vidéo (vue de loin) où l’artiste, torse nu, fouette les vagues (avec un fouet de cocher)

Ces toiles sont de Anne Imhof
Celle-ci non. Esthétique Manga, comme peint sur un foulard froissé.
Cette sculpture non plus.
Rue de la Bûcherie.
Une histoire complexe…

Cliquez (deux fois) sur les images pour les AGRANDIR.

Passage

Porte ouvrant sur la troisième dimension, rue Becquerel, Paris XVIIIe. C’est (un peu trop) facile : le sésame est écrit dessus. Se munir d’un kit anti-venin.

Cartes postales marseillaises (oct. 2020)

De beaux volets multicolores (au mépris, sans doute, de la réglementation).
À l’emplacement de l’ancien pont transbordeur, au bout du Vieux port, une piste d’atterrissage pour les extra-terrestres. Un coup de la nouvelle municipalité écolo-cosmopolite!
Coucher de soleil sur le Vieux port (j’ai dit: cartes postales!).
Sur la Canebière (mais l’ombre des feuilles est gênante), la façade de la joaillerie L. Rey.

Joli fronton en céramique (rue de Rome?).

La pratique d’afficher à l’entrée des églises les avis et décrets officiels s’est prolongé après la Révolution, puisque cette église a été reconstruite sur les ruines d’une autre, précisément détruite en 1794 pour avoir abrité les réunions d’une section «fédéraliste».

Sculpture de sable sur la Canebière.
Cette affiche fait partie d’une campagne qui souligne le passé colonial de Marseille.
Missak s’est trouvé un compagnon.