Non-débat à propos d’un non-mouvement

Sur le blogue qu’il anime, Freddy Gomez a mis en ligne un nouveau texte, dont je reproduis ci-après le passage qui me vise. Cela ne mérite, hélas, aucune réponse, tant il est vrai que dans ce non-débat, certains font en sorte de ne surtout pas comprendre une partie de ce que l’on dit, pour mieux pouvoir s’offusquer du reste – qui n’a plus aucun sens.

Toute cette merde produit, entre autres, une recomposition de la nébuleuse libertaire, notamment autour d’une opposition supposée «anti-scientiste», mais nullement anticapitaliste, incarnée par le groupe «Pièces et main-d’œuvre». J’ai déjà dit ici à quel point je juge ridicule et nuisible une théorie qui prétend trouver l’origine de nos malheurs non dans l’extraction capitaliste de la plus-value, mais dans le rêve d’Icare.

Il n’y a pas que de mauvaises nouvelles: j’ai procédé au comptage de la manifestation de samedi dernier à Marseille, deuxième ville de France. Résultat: entre 450 et 500 manifestant·e·s (qui doivent s’être compté·e·s, comme de juste, avec un ou deux milliers de plus).

Je reproduis également un édito de la CNT-AIT de Toulouse qui procède à une critique des mesures de contrôle autoritaire sans remettre en cause l’intérêt sanitaire de la vaccination, en reprenant en titre l’expression que j’avais choisie pour désigner l’ensemble des dispositifs de surveillance et de répression dans nos «démocraties capitalistes»: la terrorisation démocratique. Je précise que je ne connais pas toutes positions de ce groupe; je me contente d’approuver ce texte en particulier.

Et pour rire un peu, la publicité ironique d’un entrepreneur de pompes funèbres que des crétins antivax ont republiés sur Twitter: ils l’avaient prise pour un appel à refuser la vaccination ! (la publicité sur le camion; la page du site Internet).

Deux rencontres aux “Rencontres”: Tania Magy et Sonia Martins Mateus

De cette cinquième édition des « Rencontres du Maquis pour l’émancipation » dans l’Hérault, d’ailleurs riche en débats sur (contre) la résilience et l’effondrisme (collapsologie), sur les rapports entre anthropologie et anarchie, et sur la vasectomie (Élodie Serna a présenté son excellent livre Opération vasectomie, paru chez Libertalia[1]), je retiendrai deux rencontres dans les rencontres.

Tania Magy

Avec Tania Magy tout d’abord, qui présentait justement un court-métrage tourné avec des collégiens et collégiennes Roms : Nous les enfants gitans. Le film ne m’a pas complètement convaincu, probablement biaisé qu’il est par son origine (une commande institutionnelle), mais j’ai pu bavarder un moment avec Tania et j’ai acheté son livre pour en savoir davantage.

Ça n’est pas seulement parce qu’elle se déplace souvent en roulotte, mais l’expression qui me vient à l’esprit en prenant connaissance de son témoignage est : « femme-orchestre ». « Artiste, voyageuse, anthropologue [pas moins de deux doctorats] », comme le précise le titre de son bouquin (voir couverture ci-dessous), mais encore vidéaste, militante à la Confédération nationale du travail (CNT-AIT, à Pau) au sein de laquelle elle a créé une section des gens du voyage, Tania Magy a su faire des armes de tout ce qui aurait pu – dans le monde comme il va – la marginaliser, et donc la neutraliser : origine, culture, goûts érotiques. Le tout avec un mélange, que je crois n’avoir jamais rencontré, entre une constante mise en scène de soi et une parfaite humilité.  

Voyageurs et voyageuses en chambres, découvrez cette sœur errante, cette voyageuse de l’esprit, en lisant son livre et en consultant son blogue : vous pourrez vous y abonnez à sa lettre d’information Fraiches et pas chères (spécimen ci-après).

Éditions La Cause du poulailler (Coirac)

Sonia Martins Mateus

Avec Sonia Martins Mateus ensuite, autre « femme-orchestre », qui utilise de nombreuses techniques et considère, elle-aussi, ses origines (portugaises, en l’espèce) comme une matière à sublimer dans l’alchimie créative : de ce qui pourrait plomber nos semelles faire les éclats d’or d’un regard.

Je suis souvent réfractaire à la forme dite « installation », tant on en a abusé (et du public également) pour faire passer pour création sensible un geste minimaliste qui semble répondre davantage à la possibilité d’investir un espace (en général vaste et séduisant par lui-même) qu’à une nécessité intérieure (reproche que je ferais à Anne Imhof, dont j’ai publié, il y a peu, des photos de l’exposition au Palais de Tokyo). Le travail de Sonia Martins Mateus échappe à cette critique en ce qu’elle mêle toujours des techniques différentes et « installe » parmi des éléments « de décor » (parpaings, pierres) des objets qu’elle a réalisés : je pense à ces serpents ou à cette salamandre en céramique. Le travail des mains, de la glaise, du feu est toujours présent.

L’une des techniques utilisées par Sonia qui me touche particulièrement est le transfert de photographies sur plâtre, qui produit ce que j’appellerai des « pierres de mémoires » où s’impriment comme sur les murs de Pompéi les silhouettes nostalgiques du passé.

Je vous invite à consulter le site de Sonia Martins Mateus, auquel j’emprunte quelques images, une très belle présentation de son travail (format pdf), et À l’ombre de la pierre. Mémoire d’un caillou (format pdf), réflexion à partir de l’architecture du village d’origine de sa famille, où vous croiserez l’anthropologue Jeanne Favret-Saada et d’autres sorcelleries.

Comme d’habitude, cliquez sur les images pour les AGRANDIR.

——————————————

[1] Élodie Serna sera le jeudi 16 octobre à la librairie « L’Hydre aux mille têtes », à Marseille.


Souvenirs du Sud-Ouest

Capture d’écran 2016-05-02 à 16.26.41

Je n’ai pas eu le temps, depuis mon retour du Sud-Ouest, de remercier pour leur accueil les camarades du groupe «Nosotros» de Saint-Gaudens — et l’équipe du cinéma «Le Régent» — où j’ai animé une discussion avec une quarantaine de personnes, le 6 avril dernier, autour de mon dernier livre.

 

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

L’accueil n’est pas aussi cordial en tous les lieux. On en jugera par le petit mode d’emploi remis dans un hôtel aux voyageurs de passage. La Terrorisation démocratique poussée à la caricature (sans intention ironique, hélas!).

Capture d’écran 2016-05-02 à 16.10.01

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Le lendemain, j’étais à Pau, où j’ai eu le plaisir de retrouver des ami(e)s libertaires, dont certain(e)s pas revu(e)s depuis mon premier séjour il y a quatre ans (déjà!).

20160407_224639

20160407_225001

Repas pris en commun et concert qui marquait la première des Journées libertaires de la CNT-AIT, cette année.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Puis (long) retour à Paris pour retourner place de la République.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

J’allais oublier: merci à Claire & Pierre, pour la merveilleuse tome de brebis!

Après les assassinats djihadistes de janvier 2015 à Paris: un numéro spécial de “Ni patrie ni frontières”

 Capture d’écran 2015-05-08 à 17.47.44

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.22

Ni patrie ni frontières n° 48-49 (avril 2015) : Exécutions djihadistes de janvier 2015 à Paris (analyses et perspectives) – Antisémitisme et racisme antimusulmans en Europe – Autour du concept d’ islamophobie, 250 pages, 10 euros

Les réactions d’une grande partie de l’extrême gauche, de l’ultragauche, ou du mouvement anarchiste face aux dix-sept exécutions commises à Paris par un trio de meurtriers djihadistes entre le 7 et le 9 janvier 2015, réactions officielles mais aussi plus spontanées et révélatrices sur les réseaux sociaux, permettent de faire le point sur de nombreuses tares dans « nos milieux », sujets déjà traités dans trois numéros de la revue sous le titre « Nos tares politiques » et bientôt dans un quatrième.

Ce numéro commence par un article écrit en 2012 portant sur… Charlie Hebdo. Il est suivi par plusieurs contributions de la revue Temps critiques, du groupe Mouvement communiste, de Claude Guillon et de Ni patrie ni frontières sur les assassinats de Paris au début de de janvier 2015. La revue aborde ensuite la question de la montée de l’antisémitisme et du racisme antimusulmans en Europe, en essayant d’en dégager les causes et les conséquences. La dernière partie tourne autour des définitions de l’islamophobie et du racisme antimusulmans.

Pour toute commande écrire à yvescoleman@wanadoo.fr
Frais de port gratuits… pour celles et ceux qui commandent !
Catalogue disponible ici.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Sommaire

– Quelques leçons à tirer des assassinats djihadistes des 7-8-9 janvier 2015 et de leurs conséquences, 3

Charlie Hebdo, les « musulmans » et la liberté d’expression, 5

Prêche tragique à Charlie Hebdo : douze morts. Pour qui travaillent les assassins ? (Claude Guillon), 14

L’attaque contre Charlie Hebdo impose au prolétariat de se charger directement et sans tarder de la lutte sans merci contre le fanatisme religieux violent qui renforce l’État et accroît la division au sein des exploités et des opprimés (Mouvement communiste), 17

Vous faites erreur, je ne suis pas Charlie (Claude Guillon), 25

D’une authentique émotion de masse à une manipulation politico médiatique, 27

Délation, prison, flicage. La farce antiterroriste ne fait pas rire

(Claude Guillon), 43

Camarades, votre loi du talion ne sera jamais la mienne ! 46

Les partisans du « totalitarisme » religieux ne sont ni des « victimes » ni des « camarades dans l’erreur » ! ou Du bon usage des explications « sociologiques » en milieu militant… 54

Quelques dits sur l’événement de janvier 2015 à Paris (Temps critiques) 62

A propos des discussions sur Charlie Hebdo au boulot 84

Après les 17 exécutions djihadistes des 7/8/9 janvier 2015 : dix points de clivage et sources d’interrogations, 86

– Une position claire face aux religions, 87

– Laïcité et droits démocratiques, 94

– Statut de la raison et des sciences, 96

– Ambiguïtés du terme « islamophobie », 97

– Luttes géopolitiques en cours, 101

– Méconnaissance du rôle social des religions, 105

– Sous-produits gauchistes des théories postmodernes, 107

– Affirmations identitaires et poids social des religions, 112

– Pour un antiracisme de classe, 115

– Nature de l’antisémitisme mondialisé actuel, 120

Racisme antimusulmans et antisémitisme en Europe : pourquoi il nous faut combattre ensemble ces deux fléaux – sans céder aux pressions des identitaires de gauche et de droite 127

– Un recul nécessaire, 135

– Racisme antimusulmans en Europe, 143

– Antisémitisme en Europe, 152

– France : un pays pionnier, 158

– Antisémitisme et racisme antimusulmans

vus par la gauche et l’extrême gauche, 161

– Annexe 1 : Ambiguïtés de la notion d’islamophobie, 170

– Annexe 2 : Tableau comparatif, 179

– Annexe 3 : Définition de travail de l’antisémitisme, 187

« Islamophobie » ou racisme antimusulmans ? 189

Encore et à nouveau sur l’Islamophobie 190

L’appel des libertaires contre l’islamophobie, 193

Dix questions aux libertaires sur l’islamophobie et le racisme 197

Misère du néologisme, néologisme de la misère

(Juan Pueblo, CNT-AIT), 204

La fourestophobie, nouveau gadget gauchiste, 208

Décidément, Mme Caroline Fourest ment vraiment très mal, 210

Qu’est-ce que le racisme antimusulmans ? (Sacha Ismaïl), 213

Les nouveaux rouges bruns de Jean-Loup Amselle, 220

JOURNÉES LIBERTAIRES DE PAU, du 16 au 21 février 2015

Capture d’écran 2015-01-19 à 10.33.48

Pour leur 8e édition, du 16 au 21 février, les Journées Libertaires de Pau traitent des luttes et révolutions dans le monde arabe. Un programme complet de conférences, rencontres, expositions, concerts et un Petit Salon du Livre Anarchiste.

Lundi 16 février à 18h

Vernissage de l’exposition  «Les anarchistes en Afrique du Nord et au Moyen Orient».

Faculté de Lettres de l’Université de Pau.

Mercredi 18 février 10h – 17h30

Petit Salon du Livre anarchiste

Stands de librairies et éditeurs : Livres, Revues et vieux papiers.

15h : Lecture/Performance de Yohan Villanua, auteur de Source et Miroirs (Atlantica, 2009) et Une Invasion de Truites (Astoberalarra/Editions du Chardon, 2014).

Local de la CNT-AIT, 18 rue JB Carreau à Pau.

Mercredi 18 février à 18h

Conférence  «Les possibilités d’inventer la politique face à la violence extrême» par Pinar Selek, militante féministe turque en exil en France.

Faculté de Lettres de l’Université de Pau.

Jeudi 19 février à 19h

Conférence  «Les révolutions tunisienne et égyptienne» par Tewfik Allal, éditeur, militant syndicaliste et coordinateur du Manifeste des libertés,  et Sérénade Chafik, militante féministe,  travailleuse sociale et écrivaine.

Amphi de la Présidence, Université de Pau.

Vendredi 20 février à 20h30

Concert de soutien avec :

Klaustomi (Electro)

La Vermine (Hip hop)

Qrab(Rock)

Maison De l’Étudiant, Université de Pau.

Samedi 21 février à 15h

Conférence  «La pratique amoureuse, forme de résistance sous un régime  théocratique, l’Iran»  par Somayeh Khajvandi, iranienne, réfugiée politique en France, préparant une thèse universitaire, et Behrouz Safdari, traducteur en persan des ouvrages situationnistes.

Local de la CNT-AIT, 18 rue JB Carreau à Pau.

Samedi 21 février à 19h

Vernissage de l’exposition artistique «Résistances et Révolutions en Afrique du Nord et au Moyen Orient»

Local de la CNT-AIT, 18 rue JB Carreau à Pau.

«Souvent présenté comme un monde moyenâgeux qui ne peut connaître d’autre alternative que la dictature nationaliste ou l’intégrisme religieux par un monde occidental qui ne cherche qu’à garder la main-mise sur ses richesses, la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) a toujours été le théâtre de luttes et de résistances en 100 000 lieux de ces caricatures.

Les anarchistes sont depuis longtemps une réalité, souvent minoritaire mais parfois influente, dans ces mouvements de résistance. Cette exposition nous propose un voyage dans l’espace et le temps pour entrevoir cette réalité anarchiste d’hier et d’aujourd’hui, quelques grandes figures et l’implication libertaire dans les révolutions tunisienne, égyptienne et syrienne depuis 2010.»

Capture d’écran 2015-01-19 à 10.22.45