Le «féminisme décolonial» au secours de l’infâme

Longtemps figure de la garde intellectuelle rapprochée d’Antoinette Fouque, incarnation d’un féminisme plutôt essentialiste, défenseuse de la veuve Mao et déposeuse de la marque «MLF», Françoise Vergès est montée en marche sur le radeau du «féminisme décolonial» qui se veut à l’écoute des superstitions religieuses et considère la laïcité comme un masque odieux de l’impérialisme occidental.

Ci-dessous, l’une de ses récentes déclarations, sur le site HuffPost Maroc, censées promouvoir son dernier opus publié à La Fabrique, l’éditeur de toutes les bonnes causes. Où l’on apprend que la société française s’est «refondée» par la polémique autour du voile comme l’Amérique blanche par les lynchages de noirs.…

Ouaah! Françoise Vergès s’est mise à croire au progrès, c’est ça!?

Le billet qui précède m’a valu un bordée d’insultes délirantes, de la part des mêmes afficionados que d’habitude (ils ont un «dossier», qu’ils ressortent de la naphtaline pour l’étoffer…). Ils publient sur Indymdia Nantes parce qu’on les y laisse déposer leur petites crottes.

Pourquoi en parler? D’abord parce que ça m’amuse! Ensuite parce qu’apparaît cette fois un nouveau crime que l’on avait – inexplicablement – omis jusqu’ici de m’imputer…

Voilà cet oubli réparé: je suis sioniste. Il fallait que cela soit dit!

Et tant pis pour ceux qui me préfèrent «islamophile» et/ou antisémite. Arrangez-vous entre vous!

«SAUVÉES PAR LE GONG»? Femen, suite et fin (mars 2013)

Capture_d_e_cran_2013-02-27_a_09.48.08

Lors de leur happening à Notre-Dame, le 12 février 2013, certaines militantes des Femen portaient peinte sur le torse, ou dans le dos, la formule « Saved by the bell », laquelle se traduit ainsi en français : « Sauvé(e) par le gong ». Était-elle censée s’appliquer au pape, à l’Église catholique, ou bien à elles-mêmes ?… Il semble qu’aucun journaliste n’ait songé à poser la question. Pourtant, les entretiens se sont multipliés, et les Femen ont publié, dans Charlie Hebdo (n° 1081, 6 mars 2013), un « manifeste » qui comble la lacune soulignée ici-même en matière d’expression autonome du groupe, au-delà des slogans de quatre mots.

Même si je ne prétends pas m’être livré à une revue de presse exhaustive, et bien que m’étant épargné la lecture du livre d’entretiens récemment publié chez Calmann-Lévy, je considère que les éléments d’information recueillis suffisent à confirmer et à préciser les remarques critiques que j’avais formulées dans « Quel usage politique de la nudité ? ». Je les complète donc ici—  et une fois pour toute — non que j’attache une importance démesurée aux bévues d’une poignée de jeunes femmes en colère, mais parce qu’elles ont réussi, et je crains que ce soit là leur seule réussite, à susciter via les médias quelques questions (des vraies et des fausses), lesquelles engendrent des débats (souvent faux), lesquels risquent d’aggraver une confusion générale qui n’a pas besoin ça…

De la participation des Femen au terrorisme normatif contre les femmes

Interrogée sur cette question (mais pas avec ces mots) par un journaliste de France TV Info (14 février 2013), Inna Schevchenko répond (c’est moi qui souligne) :

« Nous ne sélectionnons pas nos militantes sur leur apparence ou leur âge. Nous avons des femmes de tout âge et de toute apparence. Mais les militantes qui participent à nos actions doivent être très bien préparées au niveau physique, moral et émotionnel. Être une Femen, c’est physiquement difficile. Nous devons parfois sauter sur les toits des immeubles. Mais l’entraînement physique et moral reste la seule chose qui nous permet de choisir les participantes à nos actions. »

— « Où sont donc vos militantes enrobées ? », revient à la charge le journaliste.

« Vous pouvez en voir si vous regardez certaines manifestations, comme à Davos ou au Vatican. Mais quand nous devons courir et escalader, les femmes en surpoids ne peuvent pas participer, parce qu’elles ne sont pas préparées physiquement. C’est difficile de grimper sur les toits. Mais ça n’a rien à voir avec l’apparence. Autre exemple, au Trocadéro, à Paris, contre l’intégrisme musulman : il y avait des femmes très différentes par l’âge, le poids, la taille… Nous avons des grosses militantes, dont une qui pèse 120 kilos. Elle peut participer, mais encore une fois, tout dépend des actions. »

Capture d’écran 2014-12-09 à 19.55.47

Comment reconnaître la «féministe» ? C’est écrit dessus. Sinon: même conformation, même épilation.

La question agace la militante autant qu’elle la surprend. Non pas qu’elle ne l’ait jamais entendue auparavant (le journaliste fait allusion aux textes qui circule sur les réseaux sociaux, dont « Quel usage politique de la nudité ? » fait partie), mais pour le dire simplement, elle « ne voit pas où est le problème ». Il y a les filles comme elle, normales : jeunes, jolies, minces, épilées. Et puis il y a les autres, différentes, « en surpoids ». On ne peut évidemment écarter complètement ici l’hypothèse d’un biais du fait de la traduction, de l’ukrainien à l’anglais, puis de l’anglais au français. C’est le seul gong susceptible de « sauver » une féministe usant de la répugnante expression « en surpoids ». La demoiselle n’imagine manifestement pas qu’elle-même puisse être jugée, au choix, « maigre », « plate », « anorexique », et j’en passe. La norme, elle l’incarne ; les autres l’excèdent ou sont incapables de l’atteindre. Lire la suite