My Little Airport (MLA), révo pop en Chine

J’attire l’attention sur le dossier réalisé par Global Voices sur le groupe de Hong Kong My Little Airport (MLA), dont je donne ci-dessous le début.

On trouvera sur la page indiquée en lien d’autres titres du groupe que ceux que je cite ici.

Depuis les manifestations à Hong Kong contre les extraditions en 2019, nombre de citoyens à travers le monde ont exprimé leur solidarité via des hashtags sur les médias sociaux tels que #standwithHK (Soutien à Hong Kong). Néanmoins, rares sont ceux qui saisissent pleinement le quotidien inquiet de la jeunesse dans les rues.

Une plongée dans les chansons et les paroles de My Little Airport (MLA) [fr], groupe d’indie pop hongkongais monté il y a 17 ans, offre un éclairage sur le malaise ressenti par la jeunesse dans la ville. Global Voices a constitué une playlist YouTube et Spotify pour illustrer le remarquable parcours musical du groupe. 

MLA a été formé par deux étudiants en journalisme, Ah P Lam et Nicole OuJian, en 2004. Le style musical du duo est décrit comme relevant de la twee-pop [fr], sous-genre de l’indie-pop se distinguant par sa présentation brute, enfantine et pure. Le groupe présente en outre des mélodies très marqués par la folk cantonaise et l’indie-punk dans ses compositions.

La spécificité du groupe repose toutefois sur sa conception acoustique et ses paroles. Nicole OuJian chante comme si elle murmurait ou se parlait à elle-même et les paroles sont des exposés poétiques de conversations quotidiennes marqués par courant de conscience [fr]. Leurs chansons sont des illustrations de la culture hongkongaise : un cocktail de cantonais, d’anglais et autres expressions étrangères, comme le français et le japonais, truffé de grossièretés familières et de blagues locales. […]

Déclaration de la centrale syndicale HKCTU (Confédération Syndicale de Hong Kong) à l’occasion de l’anniversaire du massacre du 4 juin 1989 à Pékin

Mémoire et continuité à l’occasion de l’anniversaire du massacre du 4 juin 1989.
Le 4 juin 1989, des chars et des soldats en arme ont déferlé sur la place Tiananmen de Pékin, écrasant par une répression sanglante les idéaux d’une génération entière à la recherche de la démocratie.
Les forces obscures, qui ont piétiné le peuple chinois il y a 32 ans, ont maintenant étendu leur action à l’ensemble de Hong Kong. Depuis la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale en juillet 2020, les droits humains et les libertés n’ont cessé de se détériorer à Hong Kong, les manifestant.es étant arrêté.es et emprisonné·es, la liberté d’expression et de pensée remise en cause, le droit de réunion et de manifestation brutalement supprimé.
Récemment, le régime est devenu encore plus agressif. La police a menacé d’interdire le CHRF (Front civil pour les droits humains) avec l’Ordonnance sur les associations, tandis que le ministère du Travail a annoncé qu’il allait intensifier sa mainmise sur les syndicats avec l’Ordonnance sur les syndicats. Il est prévisible que le régime lance prochainement une vague d’attaques contre les groupes et organisations autonomes de la société civile.Au cours du mouvement prodémocratie de 1989 en Chine continentale, les étudiant.es et les salarié.es sont descendu.es dans la rue pour demander la mise en œuvre des libertés constitutionnelles de la presse, d’expression et d’association, ainsi que la protection des droits de réunion et de manifestation.
Sans démocratie, il n’est pas possible d’exercer un contrôle du pouvoir politique et de lui faire contrepoids. Pour cette raison, la protection de la liberté des citoyen·nes n’est pas assurée. Trentedeux ans plus tard, Hong Kong subit un sort comparable: un grave recul de la démocratie parlementaire, ainsi qu’une menace inédite sur les libertés et les droits dont jouissait auparavant la population. Malgré la tyrannie, la rudesse du chemin à parcourir et l’obscurité de la nuit, nous avons choisi d’être confiant.es dans l’avenir. Nous croyons que l’avenir n’est pas inéluctablement dicté par la volonté du régime en place, mais qu’un espoir reposant sur les luttes populaires continue à exister.

De la campagne, en 2003, contre le projet de loi sur l’article 23 du texte servant de Constitution, au «mouvement des parapluies» pour le suffrage universel en 2014, et au mouvement de 2019 contre le projet de loi sur l’extradition et pour la défense des libertés, chaque lutte que nous avons traversée a fait vivre les convictions et idéaux du mouvement prodémocratique de 1989. Le souvenir de 1989 est devenu une source de force dans notre lutte contre le totalitarisme. Il a servi d’inspiration morale aux différentes générations pour rejoindre le mouvement démocratique.Chaque année à Hong Kong dans le parc Victoria, des dizaines de milliers de bougies illuminent la nuit et sont une lueur d’espoir, rendant claires et distinctes les lignes floues entre le bien et le mal, la liberté et la dictature, la démocratie et le totalitarisme. Il s’agit de cicatrices de l’histoire, mais c’est d’elles que vient la force. C’est l’histoire du passé qui perpétue la résistance du présent.Le 4 juin de cette année, nous continuons à commémorer les évènements du 4 juin, à transmettre notre foi inébranlable à la lumière de nos bougies et à prolonger le chemin ininterrompu de la résistance démocratique de 1989 à nos jours. Préservons la mémoire! Continuons la lutte!

http://www.laboursolidarity.org/Declaration

Carol Ng, présidente de la Confédération des syndicats de Hong Kong (HKCTU), et Winnie Yu, présidente du syndicat HAEA (Alliance des employé·es de l’administration hospitalière) ont été arrêtées le 6 janvier 2021 et accusées de conspiration et de subversion contre «la sécurité nationale». En mars 2021 elles ont été placées en «détention prolongée».