À LA MÉMOIRE DES «FEMMES DE RÉCONFORT». Une exposition de Chang-Jin Lee

Capture d’écran 2014-12-21 à 14.06.50

Chang-Jin Lee, jeune artiste d’origine coréenne, expose à New-York — y compris sur du mobilier urbain (voir affiche ci-dessous) — une série de photos évoquant la mémoire des 200 000 femmes asiatiques réduites par l’armée japonaise au rôle d’esclaves sexuelles pendant la deuxième Guerre mondiale.

On sait que ces victimes du militarisme japonais et du machisme ordinaire (le bordel de campagne pouvant être considéré comme le stade suprême de la théorie des «besoins sexuels masculins») ont été baptisées par euphémisme «femmes de réconfort».

Capture d’écran 2014-12-21 à 14.07.18

 

 

On peut visiter le site Internet de Chang-Jin Lee, et y consulter une vidéo (sous-titrée en anglais) qui donne à entendre la parole de femmes survivantes, originaires de plusieurs pays asiatiques.

La mise en scène machiste de l’imaginaire, son intégration, son refus. [inédit]

Capture d’écran 2014-12-01 à 15.38.13

Mise en scène de la Mijaurée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2014-12-01 à 16.17.02

Mise en scène de la Poupée (habillée).

 

Capture d’écran 2014-12-01 à 16.15.28

Mise en scène de la Poupée (déshabillée).

 

Enquêtes janvier 1953

Mise en scène de la Cochonne ( «Miss Vice», élue au Tabou, “Enquêtes”, 1953).

Capture d’écran 2014-12-01 à 16.19.54

Mise en scène de l’Esclave 1. (grand choix de couleurs et provenances)

 

 

Capture d’écran 2014-12-01 à 16.24.02

Mise scène de l’Esclave 2. (grand choix de couleurs et provenances)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2014-12-01 à 17.28.10

Mise en scène du Sex-symbol.

 

lecon_011

Mise en scène du Marché.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mon-banquier-me-prefere-a-decouvert-allez-comprendre-pour-la-marque-de-lingerie-barbara-une-brune-ardente-en-petite-tenue-cest-vendeur-evidement

Mise en scène de la Valeur.

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2014-12-09 à 23.15.01

Mise en scène de la Perversité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

45768

Mise en scène du Sextoy.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2014-12-09 à 20.07.33

Auto-mise en scène de l’Imbécillité : «Je n’ai pas besoin de féminisme parce que j’aime quand les hommes me font des compliments sur mon corps».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2014-12-09 à 19.58.49

Démonstration de l’Intelligence : «J’ai besoin de féminisme parce que le poids d’une femme ne devrait pas être considéré comme un reflet de son caractère [de sa personnalité]».

 

La police contre le mouvement social (1996)

« À propos d’une ratonnade : Belleville-Ménilmontant, 28 août 1996 »

À l’issue d’une manifestation de solidarité avec les étrangers « sans papiers », je fus extirpé manu militari d’un café par les hommes de la « Brigade anticriminalité » (B.A.C.) du dix-neuvième arrondissement de Paris. Une fois dehors, un brigadier me frappa violemment à la tête et au foie. Les policiers m’accusèrent d’avoir agressé des automobilistes à coup de tubes en plastique, lesquels j’aurais lancés par la suite en direction des motards et des flics de la BAC. Je fus placé en garde à vue à la salle Cusco de l’Hôtel-Dieu, où l’on me transporta quatre heures et demi après mon interpellation. Selon un scénario classique, je me vis remettre une convocation judiciaire sur mon lit d’hôpital. La fin de ma garde à vue marqua le début de mon hospitalisation. En effet, l’échographie et le scanner pratiqués après que j’ai été victime d’un malaise révélèrent la présence de « plusieurs hématomes » ainsi que d’une « lacération du lobe caudé » du foie, [et] d’un « important épanchement [de sang] dans l’arrière cavité des épiplons (notamment dans le récessus supérieur autour du lobe caudé), en sous-phrénique droit, en sous-hépatique droit, dans l’hypocondre gauche et dans le pelvis. » Je fus placé sous surveillance en service de réanimation, puis hospitalisé en service de chirurgie où je demeurerai dix jours jusqu’à ce que les médecins estiment que les risques de reprise de l’hémorragie (qui eut nécessité une opération risquée qu’ils préfèraient éviter) furent écartés. Les douleurs, dues notamment à la présence de sang non résorbé entre le foie et le rein droit demeurèrent invalidantes jusqu’à la fin de l’année, et persistèrent jusqu’à l’été suivant.Palpation du foie

Poursuivi pour violence sur une personne dépositaire de l’autorité publique, et attendu que le brigadier de police Lardez avait subi une incapacité de travail n’excédant pas 8 jours, « en l’espèce 0 jour » comme le précisaient les pièces de la procédure, je fus condamné, en octobre 1996 à 15 jours d’emprisonnement avec sursis, ainsi qu’à verser à mon agresseur 1 franc de dommages intérêts et 800 francs de frais de justice. Cependant, la Cour d’appel me relaxait, le 21 octobre 1997. Sur pourvoi du policier, la Cour de cassation cassait et annulait partiellement, en ses dispositions civiles, l’arrêt d’appel. Je demeurais donc relaxé du chef de violence, mais devais comparaître à nouveau, au civil, pour les mêmes faits ! Le brigadier comparut à son tour et se vit condamner par jugement du 14 avril 1999 à 4 mois de prison avec sursis. L’État se substituant à son employé, c’est finalement la Préfecture de police qui me versera 83.594, 36 francs de dommages intérêts. L’intéressé renonçait à faire appel, probablement rassuré par le fait que le montant de la peine ne gênerait en rien sa carrière. Cependant, la procédure qui me visait courait toujours ; je comparu le 28 septembre 1999 devant la Cour d’appel de Versailles. Celle-ci, dans son arrêt du 9 novembre suivant, déboutait le brigadier Lardez, me relaxait définitivement, et rappelait au passage « que la simple désobéissance aux ordres et la simple résistance passive opposée par exemple par un individu qui […] se couche sur le sol et se laisse traîner par les agents d’autorité » ne constitue pas une « rébellion » au sens de la loi.

Ce long texte, un dépliant de quatre pages dont je donne ici les principaux extraits, a été publié dans de nombreuses revues libertaires (Courant alternatif, novembre 1996 ; On a faim ! novembre 1996 ; Cette semaine, n° 63, octobre 1996 ; Le Monde libertaire, n° 1057, 31 octobre au 6 novembre 1996. Le Combat syndicaliste (CNT rue des Vignoles) a publié un condensé d’une page rédigé par moi (novembre 1996). J’ai préféré résumer ci-dessus les circonstances de mon interpellation, détaillées dans le texte original pour pallier le silence des médias[1] et contrer la version policière.

 

Tout sauf une « bavure »

Il existe un point commun d’importance entre l’agression dont j’ai été l’objet et la ratonnade opérée à Belleville : il ne s’agit nullement de ce qu’il est convenu d’appeler une « bavure ». J’ignore quelles ont été les motivations exactes du brigadier L[ardez] et les responsabilités de ceux qui ont ordonné cette opération de police, toutes choses que l’instruction ouverte à la suite de ma plainte permettra peut-être de déterminer. Par contre, je sais que j’ai été la victime d’un fonctionnaire de police, qui — outre ses qualités athlétiques — est entraîné, comme ses collègues des BAC, à des opérations commandos musclées. Je n’ai pas été longuement passé à tabac par des flics de quartier ivres de bière, mais frappé par un professionnel qui ne m’a porté que peu de coups (un au crâne, trois maximum au foie). […] Lire la suite

La traite des jaunes en Indochine française, par Zo d’Axa (1905)

Le 23 août 1905, La Vie illustrée publie un article de son « envoyé spécial » autour du monde, l’anarchiste en-dehors Zo d’Axa.

 

200681

 

La revue Plein Chant a consacré à Zo d’Axa un beau numéro spécial, dans lequel on trouvera un reportage au Canada, chez les Doukhobors, tiré de La Vie illustrée (Plein Chant, printemps 2006, 20 euros, à Bessac, 16120 Châteauneuf-sur-Charente). Je reproduis ci-dessous un reportage consacré aux conditions faites aux immigrants chinois en Indochine[1].

 

Colonie française, l’Indochine s’est constituée à partir de la Cochinchine (au sud de la péninsule), de l’Annam (le long de la côte de la mer de Chine), du Tonkin (ville principale : Hanoï) et du Cambodge. À partir de 1900, c’est-à-dire à l’époque où Zo d’Axa visite la région, s’ajoute aux possessions françaises le territoire chinois du Kuang-chou wan.

 

Capture d’écran 2014-11-14 à 11.04.57

 

LA TRAITE DES JAUNES

 

Récemment la Vie Illustrée a conté l’âpre existence des émigrants qui, de la vieille Europe, allaient vers les Amériques chercher à conquérir une vie qu’ils ne pouvaient plus gagner dans leur mère patrie ! Et c’était l’exode tragique de pauvres diables, qui, ayant fait argent de leurs dernières hardes ou de leur ultime lopin de terre, trouvaient au débarqué la misère après la malchance.

Encore ceux-là, arrivant dans des villes où la civilisation a su atténuer dans une certaine mesure le « malheur aux vaincus ! » avaient-ils la consolation d’obtenir leur rapatriement.

Mais il est d’autres émigrants, plus nombreux encore sur le calvaire de la détresse sociale, pour qui l’accueil mauvais sera la fin de tout. Ce sont les Chinois, qu’engagent des compagnies, cachant, sous prétexte de « placement » ou sous couleur de philanthropie, leur caractère négrier.

Avec telles combinaisons qui leur assurent un tant par tête, ces compagnies, bon an mal an, expédient des marchés de Hong-Kong ou de l’île de Haïnan pour Saïgon, Singapour ou la presqu’île de Malacca, des centaines de milliers de Chinois.

Ils sont naturellement condamnés aux travaux d’assèchement, de défrichement, de déboisement, qu’à cause de l’insalubrité des lieux et de l’effort à déployer, on a renoncé à obtenir des indigènes. Abandonnant, un pays bouleversé par de expéditions européennes et des dissensions politiques, travaillé par des sociétés secrètes et ravagé par des bandes de pirates, les Chinois tranquilles et laborieux acceptent les offres des traitants.

 

On les embarque

De la cale jusqu’au pont d’un des navires frêtés pour ce service spécial, des hommes, des femmes, des enfants sont entassés dans une promiscuité repoussante. À peine nourris, rationnés d’eau, croupissant dans l’ordure, ils sont voués à toutes les lèpres. Ils vivent ainsi, raclant leurs croûtes, détruisant leur vermine au mieux et se contagionnant. Qu’importe ! à l’arrivée on les vaccinera !

La chose qui frappe d’abord le spectateur qui regarde débarquer ces immigrants à Saïgon, c’est le moyen qu’on emploie pour les mettre à terre. Des navires qui les amènent, on les verse dans de grands sampans où ils s’empilent jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un pouce carré de place. Ils sont parfois jusqu’à deux cents dans une embarcation mue à l’aviron, gouvernant mal et qui doit quelquefois parcourir plusieurs kilomètres avec un courant contraire qui va jusqu’à 2 nœuds 1/2. On songe naturellement, en voyant opérer ainsi, à ce qu’il adviendrait en cas de collision : noyade générale de la cargaison. Il serait pourtant si simple d’avoir une chaloupe pour remorquer au moins ces sampans.

J’ai vu des immigrants rester en route pendant trois heures pour arriver du magasin à pétrole, où le navire était mouillé, au mât de signaux, où ils devaient prendre terre, soit un parcours de quatre kilomètres, maximum.

Une autre remarque, qui n’est pas à la louange de l’Administration, c’est la manière dont les arrivants sont vaccinés.

Ceux qui, tempéraments robustes, ont résisté à toutes les infections, vont subir un nouvel assaut. La lancette passe d’un bras à un autre, jusqu’à épuisement de sa charge de vaccin sans être jamais aseptisée.

Ils n’auront peut-être pas, grâce à ce procédé, la variole, mais quels germes la lancette n’a-t-elle pas inoculés avec le fameux vaccin préservatif ! Le travail est fait, fait vite et bien fait… Ce sont des Chinois.

Les coloniaux sont désireux d’avoir des Asiatiques étrangers, parce que ceux-ci sont nécessaires à l’exploitation de la colonie et au service domestique, l’indigène n’ayant ni la force ni le courage d’exécuter de durs travaux, ni la fidélité et l’honnêteté du bon serviteur. Le Chinois vaut mieux pour ça ; mais les travaux terminés, au lieu de repartir, il cherche d’autres entreprises qui l’emploieront, fait du négoce…

Il s’installe.

C’est là le point délicat.

Certains de ces Chinois, intelligents, tenaces, très commerçants, se créent rapidement des situations ; n’ayant pas à lutter avec la concurrence européenne, emploient à leur tour des compatriotes, forment des agglomérations très denses tendant. à s’augmenter de jour en jour, et conquièrent ainsi peu à peu la colonie.

On crie au péril jaune. On promulgue des règlements arbitraires qui, malgré leur brutalité, ne changent rien. Impôts, prohibitions, mauvaise administration, tout est fait, semble-t-il, pour arrêter le développement d’un pays éminemment riche par lui-même, où il ne manque que la main-d’œuvre nécessaire pour le mettre en valeur.

Le Chinois immigré doit, sous peine d’expulsion, subir l’organisation administrative adoptée par le gouvernement de l’Indo-Chine : payer un impôt très lourd, se soumettre, au service de l’identification.

Les Asiatiques étrangers paient en Cochinchine une taxe personnelle de capitation que, pour ne pas être en désaccord avec les traités, l’Administration a qualifiée « taxe d’immatriculation». C’est une cote variable proportionnellement au chiffre de la patente ou de l’impôt foncier payé par l’étranger ; ceux qui ne sont ni commerçants, ni propriétaires, les coolies, les ouvriers, les compradores, la masse, en un mot paient annuellement treize piastres 50 environ, à peu près trente-deux francs en monnaie française.

Si l’on considère que, d’autre part, tous les produits de consommation chinoise sont frappés très fortement de droits de douane ou de régie, on arrive à constater qu’un manœuvre verse pour le moins vingt-cinq piastres par an au Trésor, environ soixante francs pour un salaire moyen de douze piastres par mois.

On reste stupéfait d’un pareil régime fiscal appliqué à une main-d’œuvre qui fait défaut dans le pays. L’indigène ne paie guère que quatre piastres par an d’impôt personnel, trois fois moins que le Chinois.

L’impôt personnel des étrangers, qui est, ainsi que nous venons de le dire, de treize piastres 50 en moyenne en Cochinchine, n’est au Cambodge que de neuf piastres 50, et encore est-ce parce qu’il a été augmenté récemment de deux piastres 50. Il était de sept piastres jusqu’en 1902.

Cette situation favorise singulièrement le Cambodge au préjudice de sa voisine, ce qui prouve bien que si la taxe était moins élevée, l’affluence chinoise serait bien plus considérable. On m’a à expliqué que ce sont des considérations d’ordre budgétaire qui s’opposent à l’unification de cette taxe dans les deux pays, ceux-ci ayant chacun leur autonomie financière.

Comme j’émettais l’opinion que si cette taxe personnelle était réduite dans de fortes proportions, on aurait bien plus de Chinois dans le pays qui paieraient des impôts indirects plus importants, il m’a été répondu également que des raisons budgétaires ne permettent pas d’admettre ce principe de compensation, les impôts directs allant aux budgets locaux, tandis que les impôts indirects alimentent le budget du gouvernement général.

Cette question de boutique est évidemment prépondérante pour un monsieur versé dans les choses administratives ; pour un simple profane, un commerçant, voire un journaliste, l’argument ne parait pas irréfutable.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul non-sens qu’on puisse relever contre l’organisation de la main-d’œuvre dans la colonie et notamment de la main-d’œuvre étrangère.

Alors, par exemple, que les Anglais à Singapour, et les Hollandais à Java, ont édicté des règlements pratiques en cette matière ; qu’ils ont méticuleusement précisé les droits et les devoirs des étrangers ; qu’ils ont même créé un fonctionnaire spécialement chargé de veiller au bon traitement des Chinois et Indiens employés sur les plantations ou dans les exploitations, tant agricoles qu’industrielles ; rien de pareil n’existe en Cochinchine.

Il s’ensuit qu’on assiste au spectacle désolant d’un pays dont la moitié des terres reste à mettre en valeur et qui voit annuellement passer à sa portée 80 000 Chinois se rendant à Singapour, alors qu’il en arrive péniblement 20 ou 25 000 à Saigon.

Tout le monde semble être d’accord pour attribuer ce résultat non seulement à l’élévation exagérée de la taxe, mais à l’absence d’une législation pratique de la main-d’œuvre.

Cependant, rien n’est fait pour améliorer la situation, et nous avons entendu plusieurs hauts fonctionnaires déclarer qu’il y a bien assez de Chinois comme ça dans le pays ; qu’il faut réserver la Cochinchine aux Cochinchinois ; que ces derniers se développent et que tout est pour le mieux dans la meilleure de nos colonies.

Or, le dernier recensement révèle qu’il n’y a pas trois millions d’habitants dans un pays de cette surface, où toute la terre peut être mise en culture !

On compte environ 400 000 Chinois dans la presqu’île de Malacca, il y en a à peine 100 000 en Cochinchine, où la superficie est quintuple au moins.

L’organisation administrative des Chinois résidant dans notre colonie n’est pas moins intéressante à étudier.

Ils sont groupés par dialecte, (on sait qu’en Chine, si l’écriture est la même partout, elle n’est pas phonétique mais seulement idéographique et que, d’une province à l’autre, les Célestes n’ont pas le même langage) ; ils sont groupés par dialecte c’est-à-dire par origine, et, par conséquent, parenté d’usage, de coutumes et de façon de voir.

Au premier abord, cette conception semble parfaite. Dans chaque circonscription administrative, il existe un groupe à la tête duquel est un individu élu par les autres membres et chargé par l’administration de percevoir l’impôt et de faire la police de ses mandants. Ces groupes s’appellent congrégations, les têtes sont les chefs de congrégations et les individus des congréganistes.

D’autre part, il est un point de fait aussi indiscutable que possible, c’est que pas un autre peuple au monde n’a, comme le Chinois, l’aptitude à l’association ; c’est la caractéristique de sa race et aussi le secret de sa puissance d’extension.

Or, ce sont ces gens à que nous obligeons à s’agglomérer, comme s’ils n’avaient pas déjà une tendance trop marquée à le faire spontanément.

Et il n’y a pas à dire, nous les obligeons à ce point que lorsqu’une congrégation refuse d’accepter un sujet, on ne le laisse pas débarquer.

Naturellement, chaque congrégation est devenue, avec ce système un véritable syndicat d’intérêts étrangers, et ce n’est pas toujours l’administration qui l’emporte lorsque toutes les congrégations sont d’accord pour faire échouer une mesure qui ne leur convient pas.

Il va de soi également que ce rouage congréganiste régente à peu près toute la main-d’œuvre de la colonie, et c’est ainsi qu’un coolie chinois travaille chez ses compatriotes pour cinquante, soixante, quatre-vingts piastres par an, plus la nourriture, le logement, un vêtement ou deux quelquefois et parfois aussi le tabac, le tout représentant une valeur totale maximum de cent quarante piastres, tandis qu’un Européen ne le paiera pas moins de quatre-vingt piastres.

J’ai entendu soutenir énergiquement cette organisation bizarre par quelques administrateurs, prétendant que, sans elle, l’administration des Chinois serait impossible dans la colonie et qu’on ne parviendrait pas à leur faire payer l’impôt.

On peut croire toutefois que le Chinois, habitué dans son propre pays à toutes espèces de dîmes, n’essaye pas de parti pris, dans le pays où il s’établit, à se soustraire aux redevances. Il suffit d’avoir visité par exemple Cholen, qui, au lieu de n’être qu’un faubourg saïgonnais, devient de jour en jour une cité chinoise plus riche et plus industrielle, pour se rendre un compte exact de la tendance qu’ont ces hommes à se développer régulièrement et à florir dans le cadre qui leur est laissé.

Toutes les difficultés, prohibitions et maltraitements que rencontrent dès leur débarquement ces hommes de bonne volonté sont pour accentuer la tristesse de leur début.

Cette marchandise humaine, expédiée sans contrôle par des traitants que n’embarrassent pas les scrupules, trouve, hélas ! dans une colonie française, l’accueil qu’en France on réserve aux malfaiteurs pauvres.

Est-ce par méfiance ou simplement pour créer un louage nouveau dans l’administration que le service d’identification fut fondé ?

Est-ce même pour être agréable aux congrégations qui, responsables de leurs membres, ont été, parait-il, jusqu’à demander un tatouage spécial pour ceux des leurs qui se mettraient en contravention ?

Rien moins, en somme, que le rétablissement de la marque.

On a fait différemment et pire : c’est tous qui passeront sous la toise et sous l’objectif.

 

L’anthropométrie pour tous

L’emplacement occupé par les bâtiments de l’immigration a été choisi de telle façon, qu’au lieu de se trouver en bordure du quai, à proximité des points d’amarrage des navires transporteurs, il faut aller en plein cœur de la ville, derrière le marché central, pour les découvrir, de sorte que lorsqu’un convoi d’immigrants se rend du quai au bureau, on croirait voir défiler une troupe de condamnés.

Le créateur du service, M. Pottecher, après avoir étudié l’anthropométrie, selon Bertillon, ne tarda pas à s’occuper plus particulièrement des différences des dessins des empreintes digitales.

Connaissant à fond l’Extrême-Orient, il n’était pas sans savoir que, bien avant que M. Bertillon n’eût songé à mensurer ses contemporains, les Chinois avaient résolu le problème de l’identification par le procédé le plus simple : l’empreinte d’un pouce sur le passeport.

Et si, comme fonctionnaire faisant partie de l’administration française, il continua à encombrer des cartonniers de photographies ou de signalements, en homme pratique, il s’intéressa surtout aux empreintes.

Son procédé, dont nous ne sommes pas autrement surpris d’avoir vu dernièrement une tentative d’application en France même, repose sur une matérialité si formelle que toute confusion devient impossible. La méthode à pour point de départ le fait que si on peut constater des analogies entre les empreintes des doigts d’une série de sujets, il ne s’en est jamais trouvé deux dont les empreintes fussent identiques.

L’important était donc de classifier, par famille si l’on peut dire, les dessins obtenus, et c’est là où les études de M. Pottecher apparaissent comme concluantes. Quatre formes générales d’empreintes ont été constatées dont le dessin central sert à la détermination du type dans lequel il est classable.

Quelle diseuse de bonne aventure hésiterait un seul instant à lire dans les lignes de ces mains le destin, de ces misérables ? Après les formalités de l’empreinte, c’est au photographe d’opérer : on prend des faces et des profils, on tire épreuve des oreilles ; puis on mesure, on mesure encore, assis, debout, les bras en croix… Tous ces suspects porteront la leur.

Derrière le guichet de sortie, les embaucheurs les attendent.

Qu’on les emmène sur les chantiers, qu’on les conduise dans les marais, les maîtres qui les emploieront, garderont. l’impression mauvaise d’avoir acquis leur personnel dans les préaux d’une prison.

Ils les traiteront en conséquence.

Et si de fièvres en privations, de marécages en forêts, de patrons jaunes en patrons blancs, les moins forts tombent à la peine, ils pourront espérer du moins que, grâce aux sommes dépensées à prendre leurs photographies, l’Administration prévoyante sera très sûrement à même d’identifier leurs cadavres…

arton79

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Remerciements à Yves Pagès, qui m’avait fourni, il y a quelques années déjà, les photocopies des reportages de d’Axa.