De l’usage émeutier de la merde: l’exemple du Venezuela ~ “Ils nous foutent dans la merde, on la leur renvoie à la gueule”

Contre la police, qui tire à balles réelles et tue des dizaines de manifestant(e)s au Venezuela, les émeutières et émeutiers ont usé de tout le répertoire classique de l’émeute, cocktails Molotov compris.

Il y ont ajouté récemment une variante nauséabonde, qui emprunte aux gaz vomitifs utilisés par la police et l’armée, le «cocktail poopootov», mélange d’eau et d’excréments humains.

Moins dangereux à préparer et à manipuler (même si de petits accidents olfactifs sont toujours possibles), les dits cocktails sont d’une efficacité redoutable – dont les ingouvernables français devraient bien s’inspirer.

Chacun(e) peut contribuer et préparer ses cocks à la maison…

Cette nouvelle «arme» a d’ailleurs été «officialisée» par le mouvement d’opposition au gouvernement chaviste puisqu’une Marche de la merde a été organisée (voir affiche ci-dessous).

Comme jadis les soldats de la deuxième Guerre mondiale, les «fouteurs de merde» (c’est moi qui leur applique cette expression) inscrivent sur les couvercles des pots, en verre ou en plastique, qu’ils expédient sur la police avec des frondes géantes (qui se manipulent à trois manifestants) des messages politiques ironiques: «Pour les prisonniers politiques», «Liberté» etc.

Sans doute enivré par le parfum que l’émeute lui renvoie aux narines, le gouvernement s’est lui-même vautré dans le caca en osant protester à la télévision contre un usage illégal et dangereux de cette «arme biologique»!…

Bientôt, dans nos rues, l’adaptation d’un slogan en vogue «Paris, [ou Marseille…] soulève-toi!» en «Paris, soulage-toi»?

Capture d_écran 2017-05-15 à 14.45.43

20 minutes, jeudi 11 mai 2017 (pour la brève ci-dessus; j’ai poursuivi la recherches dans divers media hispanophones) [Merci à Do d’avoir attiré mon attention sur cette information].

Vendredi 12 mai, «soirée révolutionnaire» à Marseille: manif contre l’Action française, puis causerie sur les Enragé(e)s

C’est en quelque sorte une soirée «concordance des temps» – pour reprendre le titre d’une émission de radio sur l’histoire – qui aura lieu à Marseille ce vendredi 12 mai.

À 18h, manifestation Cours Julien contre les royalistes de l’Action française, qui ont récemment agressé physiquement des lycéens qui bloquaient leur établissement pour protester contre les élections capitalistes.

Puis, causerie-débat sur les Enragé(e)s au Manifesten, autour de mon livre Notre Patience est à bout (IMHO).

Après les lamentables épisodes «démocratiques» que nous venons de vivre, qui devraient nous faire nous réjouir d’échapper au néofascisme au profit d’une agression libérale sans précédent contre les droits des travailleurs et des chômeurs (et en général des plus démuni(e)s), il est utile de se ressourcer dans l’examen du courant le plus radical de la première révolution.

Réfugié en Helvétie, “Lignes de forces” donne le résultat de l’éviction pestilentielle dès 18h36!

Il était temps que ça finisse nom de dieu!… qui n’existe pas davantage que le pouvoir du peuple en démocratie représentative (du Capital).

20 h. Données corrigées des variations saisonnières :

Caca: 65,1% ~ Boudin: 34,9%.

«La Pétroleuse», à Caen

Grand merci aux aux libertaires des deux sexes de Caen qui m’ont invité à La Pétroleuse pour parler des Enragé(e)s et de la Révolution française dans le magnifique – et nouveau – local qu’ils ont retapé. 

Salle de réunion, salle de concert (insonorisée) et bientôt bibliothèque…

C’était un plaisir de revenir à Caen presque un an après le mouvement contre la loi Travail, lequel nous avait valu d’être privé(e)s de salle à la fac et de nous réunir dehors devant les bâtiments d’icelle, avant une autre réunion le lendemain.

La Pétroleuse se soucie du nettoyage et des nuisances genrées.

En ville: «La direction se réserve le droit d’entrée [sic] à toutes personnes ne correspondant pas aux critères de l’établissement»

ou Ce qui se conçoit sans honte s’énonce clairement.

ÉLECTION PESTILENTIELLE : MOINS “CHARLIE” QUE JAMAIS !

Dans le style mi-sabre mi-goupillon qui se porte dans la presse respectueuse cette fin de saison électorale, Riss a chié dans Charlie Hebdo un éditorial finement titré « Ni abstentionniste ni abstentionniste ».

« Les périodes de crise sont cruelles, note justement l’auteur, car elles dévoilent la vraie nature des individus, et ce n’est pas joli à voir. » Pour qui douterait encore de la « vraie nature » de Riss, voici le contenu de ce qui est non pas un plaidoyer pour le « vote utile Macron », mais un réquisitoire contre celles et ceux qui s’en dispenseront.

« La gauche française, écrit Riss, est écartelée entre son dégoût du libéralisme et son combat contre la xénophobie. »

Certes, l’auteur ne parle ni de l’extrême ni de la dite « ultra » gauche. Il pose néanmoins comme une évidence ce qui est une grossière sottise : le dégoût du « libéralisme » – moi je dis capitalisme – et le dégoût de la xénophobie et du racisme seraient, sinon contradictoires, au moins impossibles à caser dans les mêmes cervelles.

Pouh ! c’est vrai que ça fait beaucoup, hein ! Pour peu qu’on déteste aussi le machisme, il faut carrément se faire greffer un exocerveau pour faire tenir le tout !

A-t-on jamais lu pareilles niaiseries ?

Le combat contre un excès de liberté dans l’économie est-il plus vital que celui contre les ennemis des libertés individuelles ? Le simple fait d’être obligé de se poser cette question en dit long sur l’état de la gauche.

S’imaginer – ou faire semblant de – qu’on est « obligé » de se poser une « question » aussi cruche en dit long sur l’état des hémisphères cérébraux (d’origine) de notre éditorialiste.

Tout est stupide et pipé dans cette prétendue question « obligée ».

Il n’y a pas d’excès de liberté dans l’économie. L’économie est la vision bourgeoise et capitaliste du monde et de la vie humaine qui vaut autorisation pour les capitalistes d’exploiter le travail humain et « liberté » pour personne de refuser cette exploitation.

Par ailleurs, laisser entendre que Macron, lui, est un « ami » des libertés individuelles est tellement platement mensonger que ça ne mérite aucun commentaire.

Beaucoup d’électeurs de gauche […] se comportent comme des consommateurs.

Sans blague ! Je ne crois pourtant pas pouvoir tomber sous le reproche d’admirer ou d’encourager les « électeurs de gauche », mais je vois mal comment on pourrait leur reprocher de se conduire en « consommateurs ».

C’est quoi un électeur, mon pauvre Riss, sinon un « consommateur » appelé de temps à autre à placer tel produit plutôt que tel autre en tête de gondole ?

C’est ça la « démocratie représentative ». Démocratie, de dêmos, le peuple et kratos le pouvoir…

Le mensonge constitutif de ce mode de régulation capitaliste est connu de toute la planète. On l’a maladroitement éventé en proposant il y a peu une « démocratie participative », ce qui revient à reconnaître que jusqu’ici le peuple exerçait le pouvoir sans y participer.

Tout le monde a compris ça, des campagnes chinoises aux faubourgs d’Atlanta. Tout le monde sauf Charlie Hebdo qui se flatte néanmoins, et sans vergogne, d’incarner imperturbablement une tradition « libertaire ».

Donc, l’électeur-consommateur devrait – c’est Riss qui le dit – accepter de bouffer de la merde, même s’il n’aime ni le goût ni l’odeur et que ses perversions le portent ailleurs…

Lénine rappelait (pour excuser quelques exécutions sommaires) que la révolution n’est pas un dîner de gala. Riss ajoute qu’une élection présidentielle n’est pas un restaurant trois étoiles. Avale et tais-toi !

Ben mon colon, on peut préférer la gastrosophie fouriériste à cette morale de cantine (et de caserne)…!

Cerise sur le pudding (vous savez, ce gâteau marronnasse fait avec tous les résidus de gâteaux invendus) électoral, l’éditorialiste traite paisiblement les abstentionnistes (de gauche) de racistes.

Je rappelle au passage que les crétins de Charlie Hebdo se sont vus adresser ce même reproche, ainsi que désormais les anarchistes qui osent répondre au vieux slogan Ni dieu ni maître !

Racistes donc, selon Riss. Cachés, certes. Peut-être même inconscients. Mais racistes.

Ainsi donc, exactement de la même manière que se moquer d’Allah-là-m’en-parlez-pas ! est considéré comme « raciste » par certains gauchistes, les abstentionnistes sont stigmatisés comme racistes par les ralliés démocrates de Charlie.

Je n’ai jamais pensé qu’être sous le feu de rafales de Kalachs pouvait suffire à rendre malins ou malines. Mais ne rien comprendre à ce point à ce qui vous est arrivé à vous-mêmes, c’est pitoyable !

Pour en finir avec la nauséabonde conclusion de Riss, je me fous joyeusement que la gauche social-démocrate se « reconstruise » ou non. Ce qui est certain, c’est que Charlie Hebdo s’est «reconstruit» comme torchon bourgeois, ayant perdu tout droit à se réclamer de la presse libertaire et satirique.

Capture d’écran 2015-06-18 à 19.13.14