“Le Mouvement des gilets jaunes. Surgissement populaire et démocratie directe en germe”, recueil de textes de «Lieux Communs» ET une salubre critique par Yves Coleman

— RECTIFICATIF —

J’ai acheté aujourd’hui même dans une librairie amie la brochure dont le titre est également celui de ce billet.
Le sujet traité et un feuilletage (trop) rapide ont suffit à me la faire acheter – ce qui n’a aucune importance – et à la mettre en ligne avant de la lire intégralement – ce qui en a davantage.
Le problème n’est pas que les analyses de certains membres de «Lieux communs» soient discutables, mais que certains propos (voir ci-dessous) des membres de ce collectif sont nauséabonds et irrecevables – entre révolutionnaires, s’entend!
Je remercie le camarade qui a attiré mon attention sur ces faits et m’a fait parvenir le texte de Yves Coleman, dont je n’avais hélas pas connaissance, et auquel je renvoie.
Par ailleurs, je m’excuse auprès de celles et ceux qui se seraient légitimement étranglé·e·s à la lecture du texte de cette brochure…

La brochure de Lieux Communs reste téléchargeable ici-même. D’abord parce que «supprimer» un texte sur Internet n’a pas grand sens, une fois qu’il a été envoyé à 1 000 abonné·e·s et basculé sur Twitter; ensuite parce qu’il est bon que chacun·e puisse se faire une opinion, cette fois à partir des remarques de Coleman dont l‘intégralité du texte est téléchargeable ICI.

LETTRE OUVERTE À UN JEUNE HOMME «HORS DE LUI»

Rappel : «D.» a agressé un camarade, dont il est persuadé que le fait qu’il n’a pas compris le tag « Le gaz, la douche, c’est douteux… », apposé lors de manifestation contre la « Loi travail », comme négationniste et/ou antisémite, est une preuve de son propre négationnisme et/ou antisémitisme…

J’ai publié un billet à ce propos, auquel a répondu publiquement Yves Coleman.

J’ai répondu à Yves, qui m’a répondu.

D. m’a adressé un courriel « privé », auquel je réponds ci-dessous.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Tu as bien raison, mon cher D., de douter de mon sens du « privé ».

Si je ne reproduis pas intégralement ton message, c’est que j’admets que certains épisodes de ta vie qui y sont évoqués ne regardent pas la terre entière (encore que les flics, dont tu te plains de la surveillance importune, ont été les premiers au courant…).

Par contre, où tu te fous du monde, c’est quand tu prétends avoir espéré que frapper un militant (dont, certes, tu ignorais probablement que je le connais), à l’occasion d’une projection organisée par les Archives Getaway, c’est-à-dire dans une circonstance publique, relèverait de ta « vie privée ». Et qui plus est, de ce fait, échapperait à la critique, politique et publique !

L’évocation que j’en ai faite aurait été commise selon toi « dans le non-respect absolu de [t]on anonymat et de [t]a vie privée ».

Tu m’as vu publier ton nom ? (que j’ignore, il est vrai) Ton prénom même ? Ton adresse ? Ta photo ? (ah ! non, ça c’est toi qui le fais quand tu veux critiquer la présence d’un camarade dans une manifestation que tu désapprouves !) Ton numéro de téléphone ? Une adresse électronique ?

Rien de tout ça.

En fait, tu es vexé. Tu écris : « Et je n’ai pas vocation à ce que mes faits et gestes dans un cadre privé soient commentés de la sorte, comme au café du commerce, mais sur la place publique. »

Le « cadre privé » est un mensonge, je le répète. Et quand bien même… Il n’est évidemment pas question que l’on tienne compte d’un pareil argument.

Prends l’exemple des parents qui cognent leurs enfants. Ah ! Je vous arrête ! Il s’agit d’actes commis dans le « cadre privé ». S’il s’agissait de n’importe qui d’autre que toi (vexé), tu serais le premier à en rire.

Par ailleurs, invoquer ta « vie privée », notion d’un juridisme bourgeois achevé, et me reprocher, à moi, un supposé « citoyennisme », reconnais que ça ressemble à une contradiction !

Ainsi, tu « n’as pas vocation » ! Vocation à quoi, au fait. À être critiqué… !? Diable, c’est que te voilà très très haut au-dessus de l’humanité vulgaire. Comment aurais-je pu me douter…

Tu pousses le ridicule jusqu’à m’accuser de te mettre, par mes billets de blogues, à la merci des services de renseignement. « Je n’ai pas vocation à ce que mes faits et gestes […] soient commentés de la sorte […] et sous les yeux du renseignement (la “terrorrisation” pour reprendre un de tes “concepts” pourris, vieux Rigouste* raté). »

Je ne doute pas que tu sois surveillé mon garçon, tiens-en donc compte si ça t’inquiète ; et n’espère pas que n’importe quel comportement dément sera passé sous silence au motif que sa divulgation risquerait, quoique anonyme, d’ajouter une croix sur ta fiche. Dans quelle case, d’ailleurs ?

Je ne suis pas certain que Mathieu Rigouste* sera flatté d’apprendre qu’il est une espèce de « Guillon qui a réussi ». Quant à partager tes positions, j’ai de gros doutes, mais je te laisse démêler ça toi-même.

« Je ne suis pas un personnage public moi », ajoutes-tu. Laissant entendre que moi j’en serais un. Et pourquoi ça ? Parce que mon nom apparaît sur les couvertures de mes livres et que je n’use pas de pseudonymes ? Ça n’est pas comme ça que je vis. Au grand désespoir de mes éditeurs, j’ai toujours refusé de paraître à la télévision (malgré de nombreuses sollicitations, oui) ; j’ai même toujours refusé de donner à la presse une photo de moi, ou de la laisser publier les photos volées qu’elle détenait. Je ne suis pas non plus ce qu’on appelle une « grande gueule » ; le plus souvent j’assiste aux réunions sans parler ou en parlant peu, plutôt pour m’informer et me former une opinion.

En lisant ton courriel, je me dis que ces précautions sont encore insuffisantes…

Quand toi tu penses à des « personnages publics », tu évoques Bernard-Henri Lévy ou Michel Onfray. Pour l’occasion, tu me qualifies en effet de « Bernard-Henri Lévy ou Onfray du billet d’humeur libertarien ». Tu cites aussi Charles Bukowsky « avec qui [je n’ai] en commun que d’être un “vieux dégueulasse” ». Mais tu crois savoir qu’au moins lui « ne s’aimait pas autant » que moi. Je n’ai hélas rien à dire sur ce point de psychologique comparée, mais je constate que ces trois personnages ont beaucoup fait (et continuent pour les survivants [1]) ce que je me suis précisément refusé à faire.

Capture d’écran 2016-08-14 à 19.22.59

   Il est vrai que Google ne simplifie pas les choses…

Entendons-nous — le principe d’une lettre ouverte est qu’elle est lue par d’autres que son ou sa principale destinataire —, je ne gaspille pas mon énergie à me défendre ici d’être assimilable à Onfray ou à Bukowsky. C’est un procédé polémique dont je ne pense pas que tu attends toi-même grand-chose. Puisque, pour accéder partiellement à ta demande, je ne reproduis pas l’intégralité de ton message, j’aurais pu sans dommage ignorer simplement ces piques. Si je ne le fais pas, c’est que je pense qu’il y a dans ta réaction quelque chose qui concerne la relation (forcément décevante) avec une personne affligée d’une notoriété quelconque, aussi infinitésimale soit-elle. Je ne suis pas certain de pouvoir préciser ça, mais tant pis.

Il est énormément question de sexe dans ton message. À défaut de me choquer, ça m’a d’abord beaucoup étonné.

Que tu me traites de « vieux dégueulasse narcissique », encore… C’est vague et un peu cliché, mais comme disent les avocats : « Ça se perd, mais ça se plaide ! »

Mais voici un passage plus complexe :

Les vieux libidineux, collectionneurs de conquêtes et vantards, amateurs de chair fraîche, provocateurs de mauvaise qualité et de mentalité bourgeoise bien franchouillarde me dégoûtent profondément et physiquement et je ne cherche aucun “frère”, je te laisse à ce genre de considérations hors-propos et hors-sujet, avec ta bite et ton blog qui n’intéressent plus personne.

On admettra que le « vieux libidineux » est un quasi-clone du « vieux dégueulasse », mais je tiens à faire remarquer solennellement que ces expressions sont entachées d’un âgisme évident. Qui a jamais songé en effet à critiquer un « jeune libidineux » ? Le jeune libidineux, tant qu’il surveille un peu son comportement social, est communément jugé comme constitué et adoubé par la « Nature ». La « jeune libidineuse », elle, est beaucoup plus mal vue. Le « vieux », pour ne rien dire de la « vieille », a perdu le droit social d’être libidineux, c’est-à-dire qu’il et elle ont perdu le droit de désirer et d’être désiré(e).

Tu me faisais part, dans un précédent message, de ton hostilité foncière à toute séparation, à toute « non mixité » (de genre ou de couleur de peau), et je suppose à toute ségrégation. Eh bien ! qu’est-ce que ça serait !

« Collectionneurs de conquêtes et vantards, amateurs de chair fraîche ». Voilà la catégorie à laquelle je suis censé appartenir.

Je mets d’abord le doigt sur un mystère insondable à mes yeux : Comment est-il possible que cet aspect répugnant de ma personnalité ait pu t’échapper jusqu’ici ? Comment as-tu pu rechercher le contact intellectuel (courriels, proposition de rencontre) avec un être qui déjà, nécessairement, te « dégoûtait profondément et physiquement » ? Par quel étrange miracle tes yeux se sont-ils dessillés au moment précis où tu as lu sous ma plume que je désapprouvais l’agression d’un camarade ? Idem d’ailleurs pour ce qui est de certains passages de Suicide, mode d’emploi sur lesquels Yves Coleman, que tu suis, est revenu.

Je ne te reproche pas de ne pas détenir les réponses à ces questions… Elles doivent reposer assez profond dans ta psyché, et en ce moment, par ma faute ! tu es précisément « hors de toi ». Mais, à l’occasion…

Une remarque maintenant sur l’« amateur de chair fraîche ».

Je ne te connais pas, mais je te supposais au-dessus de ces clichés (oui, encore un). Quand tu utilises une expression de ce type, tu me prêtes un fantasme qui se forme dans ta tête ; il t’appartient en propre, lui et tout ce qui peut l’accompagner, que je ne veux pas connaître. Je n’ai jamais, moi, pensé à une fille comme à de la « chair fraîche ». Ni quand je la vois — inconnue — passer dans la rue ni quand je la découvre dans mes bras.

Pourquoi est-il question de « frère » entre nous ? Et pourquoi juges-tu mon allusion à la fraternité un « petit coup rhétorique MINABLE » ? À dire vrai, je ne peux fournir la réponse qu’à la première question. Tu signais un courriel, à moi adressé le 9 juin dernier : « Fraternellement, enfin j’espère ». Voilà ! c’est tout de mon côté.

C’est bien aimable à toi de me laisser avec « ma bite et mon blog », équipements avec lesquels je peux au moins meubler mon isolement supposé…

Je note au passage que cette — très surprenante ! — mention de mon pénis, « qui n’intéresse plus personne » (mais je suis touché que toi, au moins, tu y penses) est un peu contradictoire avec le qualificatif « libidineux », qui signifie « qui recherche constamment et sans pudeur des satisfactions sexuelles ».

Je t’entends grommeler ce que tu m’écris par ailleurs : « des mots, toujours des mots » ! Mais oui… Il me semble que tu utilises les tiens bien légèrement pour quelqu’un qui pousse la sévérité avec ceux des autres jusqu’à la violence physique !

À un moment, tu attribues le « retard » (dans ta tête !) mis à répondre à l’un de tes messages à la cause suivante : « Probablement que tu étais en pourparlers avec tes organes génitaux, puisqu’ils sont la matrice de tes idées ».

Capture d’écran 2014-12-16 à 13.23.14

Mon cerveau (flasque)  par Edmond Baudoin.

Est-ce que ça ne tournerait pas à l’obsession, chez toi ? Cela dit, en bon matérialiste, je considère en effet que la matrice de mes idées se trouve dans mes organes, et il est vrai que « penser avec sa queue » est un reproche que des féministes (que tu ne dois pas apprécier beaucoup, si ?) font volontiers à certains hommes. Si j’en crois mon expérience — ne dis pas que tu n’en a rien à faire ! c’est toi qui m’en parles ! — mon système digestif joue un rôle nettement plus important dans l’expression et la détermination de mon humeur que mon pénis ou mes gonades.

Quand tu signes ton message, tu utilises, entre autres, les expressions suivantes pour te définir : « Un racisé.e comme tu les aimes, plus assez jeune peut-être, trop métissé surement ».

Tu te rends compte, j’espère, que tu te décris toi-même comme un objet ou plutôt comme un non-objet de désir, de mon désir. Voilà qui ajoute à ton message une touche de dépit amoureux. Je n’y vois aucun inconvénient d’ordre moral, bien entendu, mais une fois de plus je suis surpris (le mot est faible) de la tournure inattendu d’une polémique théorique.

[Pour les lectrices et lecteurs non averti(e)s, précisons que le terme « racisé » désigne (dans mon esprit) des personnes assignées à une pseudo-identité raciale par des discriminations et théories racistes. Mon correspondant semble récuser ce terme.]

Donc :

a) « Un racisé comme tu les aimes » ; doit être une allusion, mais je ne sais pas très bien à quoi. Peut-être simplement à l’emploi du terme lui-même.

b) « Plus assez jeune peut-être » ; on retrouve ici, j’imagine, mon goût supposé pour la « chair fraîche ».

c) « Trop métissé sûrement » ; là, je sèche ! Me soupçonner d’une phobie du métissage… Mon pauvre garçon, si tu savais ! Mais tu n’as pas à savoir.

Pour ce qui te concerne, j’ai en tête l’image (vague, je le reconnais, nous nous sommes croisés trois fois au plus) d’un plutôt joli garçon, avec de la prestance. Si jamais ça peut t’aider en quoi que ce soit, j’en serais heureux (les comportements violents inappropriés sont parfois, je ne généralise pas, liés à des complexes ; et je n’éprouve aucune gêne à reconnaître des qualités à quelqu’un à qui je m’oppose).

À ce propos, justement, tu tempères le diagnostic de sottise que tu m’infliges par la notation suivante : « Tu es un idiot, mais je te l’accorde, un idiot flamboyant, un dandy oncle fétide ». Je soupçonne une référence culturelle qui m’échappe dans la seconde expression ; je passe donc. Flamboyant ! Voilà un qualificatif que je n’arrive pas à trouver flatteur, tant il est éloigné de mes sensations quotidiennes. J’éprouve chaque jour, depuis une quinzaine d’années, les atteintes de l’âge et de la maladie ; je m’agace d’avoir l’esprit aussi lent, une mémoire nulle, une capacité de travail, de synthèse et de concentration misérable comparée aux nécessités des taches que je me suis fixées. Je passe infiniment de temps à assurer ma survie biologique, à colmater les voies d’eau toujours rouvertes du vaisseau et à récupérer et entretenir une énergie vitale toujours plus coûteuse à produire. Idiot ? Mais non ! et tu n’y crois pas plus que moi. Mais tout sauf flamboyant, hélas ! Cela dit, quand je sors de chez moi, sans même parler des jours où je suis amoureux, pour ne rien dire de ceux où je me sais aimé, j’ai le goût de m’habiller autrement qu’un membre du Black bloc. Il n’en faut pas davantage dans nos milieux pour acquérir une réputation de dandy…

En relisant ton texte, c’est l’inconvénient — pour le lecteur « extérieur » surtout — de ne pouvoir l’appréhender dans son ensemble, je remarque deux occurrences de l’expression coming out, utilisée, comme tu ne l’ignores pas, pour désigner le fait pour une personne homosexuelle de rendre publique ses inclinations érotiques. Encore une occasion pour toi de m’associer à une thématique érotique, ici clairement homosexuelle… Je ferais donc un « coming out racialiste », doublé d’un « coming out milieutiste ».

« Racialiste » ? Il se confirme, mon pauvre garçon, que tu nages en plein délire. Je ne manque jamais une occasion, encore tout récemment avec la republication d’un dossier d’Oiseau-tempête et une critique d’Onfray, de rappeler que je suis hostile à toute idée de « race ». Comment pourrais-je avoir à « reconnaître » l’inverse ? Quant au « coming out milieutiste », je ne sais pas de quoi il peut bien s’agir. C’est sans doute que j’ai une conscience lacunaire de mes fautes…

Dis-moi, quand tu parles de « rumeurs de bruits de couloir sur des rumeurs », ferais-tu allusion au projet de casser la gueule à Éric Hazan ? Si c’est le cas, ou bien tu crains les retombées de cette information, ou bien vraiment tu sous-estimes la bêtise crasse de certains de tes nouveaux amis, qui n’en sont pas aux premières menaces de ce genre (surtout sur des hommes âgés d’ailleurs ; tu me diras que c’est une perversion comme une autre !). C’est toi qui devrais te renseigner, et surveiller tes fréquentations.

[J’apprends, après avoir rédigé cet alinéa que Éric Hazan a déjà été agressé (une simple claque, m’assure-t-on), et pas par qui je visais dans ces quelques lignes. Tu vois donc 1- qu’il ne s’agit pas de rumeur 2- que le pire reste à craindre.]

Tu m’expliques pourquoi tu as éprouvé du « respect » pour moi dans le passé, ce qui explique que ta colère est d’autant plus grande aujourd’hui : « Je suis d’autant plus hors de moi et “fou dangereux”, parce que j’ai respectueusement cherché à dialoguer avec toi sur du fond, par mail, te donner mon humble avis de lecteur sur tes dernières publications, avec une forte cordialité respectueuse à la mémoire du fait que la lecture de certains de tes textes avaient bercés mon adolescence, je me souviens même d’un moment […] pendant lequel il ne me restait à lire qu’un de tes bouquins, une lecture qui m’avait apporté une éphémère porte de sortie dans un moment difficile. »

Voilà qui me touche d’autant plus que c’est évidemment pour ça, être utile, que je publie des articles, des tracts et des livres depuis près de quarante ans. Et non pour gagner de l’argent, être « reconnu », encore moins être aimé. Il aurait fallu, pour viser ces objectifs, écrire d’autres livres. Passons.

Cela dit, le fait que tu aies trouvé des aliments dans certains de mes écrits ne signifie pas que nous soyons nécessairement appelés à nous entendre, ou que tu doives me trouver sympathique dans la vie. C’est un débat avec beaucoup de mes ami(e)s, qui ne s’intéressent vraiment au travail d’un écrivain ou d’un intellectuel que si sa vie leur semble (à eux !) en adéquation parfaite avec ses écrits. Je ne vois pas les choses comme ça. Je me sers chez tel ou telle, comme au buffet, pour le plaisir ou pour penser, ou les deux.

S’en tenir à ce principe de précaution t’aurait peut-être évité de te sentir affreusement trahi sous le prétexte, qui te paraît décisif, et à moi très mince, que j’ai tardé un mois à répondre à l’un de tes courriels : « Tu as esquivé plutôt que de me répondre pendant plus d’un mois — prétextant des vacances, des voyages, des côôôôônferences d’ôôôôôteurs (nous n’avons pas les mêmes valeurs). »

Le fait qu’il me soit également arrivé de te répondre du jour au lendemain ne compte pas. Tandis que ce mois entier, voire dépassé, sous prétexte que j’aurais eu mieux à faire dans la vie…

Capture d’écran 2016-08-10 à 01.27.27

Nous ne sommes pas en amour, mon cher D. Peut-être aurais-je dû te le signifier plus tôt… Tu fais partie des nombreuses personnes qui m’écrivent pour me demander un renseignement, une explication, un éclaircissement, de lire un texte, etc. Et, oui, comme tout habitant connecté, comme on dit, de la planète, je reçois des dizaines de messages et de textes chaque jour. Je n’en lis qu’une partie, j’en survole beaucoup ; il m’arrive de répondre sur le champ, comme il m’arrive d’en oublier, tout simplement. Y compris quand je me suis juré d’y revenir, par exemple au retour d’un déplacement.

Mes déplacements — et nos «valeurs» respectives…  Tu vois, je te dis tout! J’en ai refusé de très nombreux — presque tous à vrai dire — ces dernières années parce que j’étais trop malade. La dernière année « scolaire », suite à un changement de traitement et une relative amélioration de mon état, j’ai décidé d’accepter la plupart des propositions qui m’étaient faites. C’est ainsi que j’ai animé une dizaine de débats, le plus souvent autour de « Comment peut-on être anarchiste ? », et aussi de « La terrorisation démocratique ». J’ai été très heureux à chaque fois de pouvoir rencontrer des camarades (ou pas !), qui pour certain(e)s espéraient me recevoir depuis des années, mais j’ai aussi été fatigué à chaque fois. Un déplacement de trois jours m’accapare au moins deux jours avant et en réclame deux de récupération. Quant aux « vacances », si j’y ai consacré quinze jours dans la même période, c’est le bout du monde.

Voilà : tout me prends infiniment de temps et d’énergie, et non tu n’as jamais figuré dans mes priorités. C’est dans ta tête uniquement qu’il pouvait en aller autrement, parce que tu t’attendais à ce que l’auteur fantasmé des textes que tu avais appréciés se comporte « en retour » avec toi de telle ou telle manière. Je te dis ça sans méchanceté ni mépris ; c’est simplement la réalité.

De surcroît, tu me fais l’effet, aussi bien dans tes messages « aimables » que dans les « furibonds » d’être dans une logique de « pureté minoritaire ». Tu crois débattre, « naïvement » et « respectueusement » selon tes dires, mais tu demandes des comptes. Après avoir sollicité des messages de soutien à la Discordia, tu n’a rien de plus pressé que d’affirmer que tu préfères n’en pas recevoir qu’en obtenir de personnes qui ne sont pas d’accord avec toi sur tout (y compris le point de savoir qui est « négationniste » et mérite d’être frappé pour ça) : « Alors ta “solidarité de principe”, tu peux bien te la foutre au cul et nous écrire trois billets d’humeur sur ton ressenti d’auteur illustre sur les sensations provoquées par le beau geste en question. »

Eh bien continue de la sorte et tu verras qui finira « isolé ».

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

J’ajoute — c’est peut-être un effet déformant regrettable du blogue polyvalent — que je ne prétends nullement être un groupe politique à moi tout seul, ou une agence de contre-information réagissant instantanément sur tous les sujets intéressant les révolutionnaires. Je fais ce que je peux, comme et quand je peux.

Tu me reproches de vouloir « Aujourd’hui [me] distinguer des positions anarchistes “traditionnelles” devenues minoritaires, pour [me] rallier à un milieu post-modernisé qui rêve de bouffer de la race tous les matins à la petite cuillère conceptuelle. En crachant sur [m]oi-même et sur l’anarchisme au passage ».

Diable ! tu vois comme les points de vue (au sens optique) altèrent la vision : j’étais persuadé d’avoir fait très précisément le contraire de ce que tu fantasmes, notamment dans « Et “dieu ” créa l’“islamophobie”… », qu’il me semble d’ailleurs t’avoir vu republier… Crois moi ou non, je m’y perds !

Tu te trompes, mon cher D., je n’ai nullement « décidé de te mettre hors de toi » ou de t’« instrumentaliser » pour je ne sais quelle sombre manœuvre qui n’existe que dans ton imagination. Lorsqu’une amie m’a appris ton agression contre un camarade, j’en ai été malade, littéralement et physiquement. Non pas seulement par amitié pour le camarade en question — pas un « idiot de best friend for life » comme tu le qualifies, arrête un peu de faire ton jaloux ! un camarade, simplement — mais parce que j’étais navré de ton comportement.

Un camarade, que je connais depuis fort longtemps et qui prends ton parti dans notre querelle, m’écrit : « La guerre aux antisémites et autres racialistes est déclarée, choisis ton camp. »

N’ayant jamais été ni antisémite ni « racialiste », comme en attestent mes écrits et mon militantisme politiques, je ne me sens en aucune façon tenu de choisir un « camp » dans une « guerre » qui aurait été récemment déclarée, si je comprends bien, et dont les lignes de front sont définies par un comité central de cinq personnes.

Que les cibles visées soient des cibles de toujours du mouvement anarchiste révolutionnaire, et qu’elles doivent le rester, certes ! Mais annoncer je ne sais quelle « nouvelle guerre[2] », qui se mènerait non pas politiquement mais dans le pseudo « privé » de rixes interpersonnelles me paraît délirant. Et hélas ! une garantie prémonitoire de défaite.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Tu termines ton courriel par ce qui ressemble bien à des menaces : « Tu vas regretter d’avoir choisi d’instrumentaliser cette histoire précise et moi-même pour faire ton coming out milieutiste, tout se payera. »

Je sais bien que ce genre de propos est un lieu commun des messages haineux. Cependant, je me dois de t’avertir publiquement que toute agression physique contre moi (« simple baffe » comprise, ceci précisé à tout hasard) se « paiera », comme tu dis, de mort.

Il ne me reste plus assez de temps à vivre pour jouer façon cour de récréation avec des justiciers d’opérette. Où tu ravales tes démangeaisons de punitions corporelles — s’il s’agit bien de ça ! —, ou tu finiras à la morgue (toi ou tout émule).

Et puis, figure-toi que j’aimerais bien savoir quel genre de quinquagénaire tu deviendras… Pour ça, il faut que nous vivions assez longtemps tous les deux. Je fais tout ce que peux de mon côté, tâche d’en faire autant du tien !

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 

Catalogue, par ordre d’apparition,

de la vingtaine d’insultes contenues dans le courriel de D. Je ne voudrais encourir le reproche de taire les plus pertinentes ou de donner une image incomplète de l’imagination de mon correspondant. Quelques insultes sont accompagnées d’un commentaire, ou d’une note les éclairant.

 

Lâche. [« Ta lâcheté politique »]

Bernard-Henri Lévy ou Onfray du billet d’humeur.

Auteur libertaire reconnu dans le milieu des auteurs libertaires reconnus [Pas mal, ça !]

Idiot.

Vieux dégueulasse narcissique.

Qui se regarde écrire en ricanant comme un imbécile. [« Si vous pouviez me voir, sur ma table penché, le visage défait par ma littérature, vous sauriez que m’écœure aussi cette aventure, effrayante d’oser découvrir l’or caché sous tant de pourriture. » Jean Genet]

Pauvre dandy qui ne cherche qu’à se distinguer.

Espèce de Jean Grave [Militant anarchiste, 1854-1939, coinitiateur avec Kropotkine du « Manifeste des seize » en faveur de l’Union sacrée contre le militarisme allemand, pendant la Première Guerre mondiale.]

Vieux débris.

Vieux libidineux collectionneur de conquêtes et vantard.

Amateur de chair fraîche.

Provocateur de mauvaise qualité et de mentalité bourgeoise bien franchouillarde.

Vieux Rigouste raté. [*Mathieu Rigouste est notamment l’auteur de L’ennemi intérieur : la généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine, La Découverte, 2009 ; Les marchands de peur : la bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire, Libertalia, 2011.]

Anarcho-éthyliste sur le retour. [Il semble que le camarade agressé buvait une bière au moment de la discussion qui a conduit à l’agression. Ce qui a beaucoup marqué mon correspondant.]

Pauvre crotte sèche.

Connard.

« Antisémite » [J’ajoute des guillemets ; en effet, l’adjectif n’apparaît que dans la phrase « tes considérations antisémites sur “l’humour juif” ».]

Ex-négationniste.

Pauvre beauf pathétique et mondain.

Un tiers mondiste, deux tiers mondain. [À propos de mon soutien aux combattantes du Rojava.]

“Intellectuel anarchiste” de mon cul.

Écrivaillon raté.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Voir sur ce blogue : « Paraître à la télé comme on va au bordel : le conseil “philosophique” de Michel Onfray. ».

[2] Je te renvoie au texte de la brochure des Étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes (ESRI), que j’ai republié sur ce blogue : « Antisémitisme et sionisme ». Elle date de 1900 !

Réponse à Yves Coleman sur divers sujets d’importance

Yves,

Je m’adresse à toi de cette manière familière — même si tu me traites dans ta « réponse » comme une espèce d’ « antisémite par inadvertance » ou par sottise, ce qui n’est guère amical, et très douloureux à lire — puisque tu rappelles justement que « nous nous sommes croisés à plusieurs reprises dans des événements militants et avons discuté ensemble fort paisiblement et amicalement ».

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.52.48

Je trouve ta « réponse » assez peu cohérente, pour tout te dire.

Passons sur le fait que tu annonces d’abord « ne pas revenir sur ton argumentation » à propos de mon erreur — d’il y a trente-quatre ans — et de mon autocritique au sujet des chambres à gaz, avant d’y consacrer un quart de ton texte. Les positions sont connues et facilement accessibles sur le net (les miennes, sur ce blogue). Je n’y reviens donc, de mon côté, vraiment pas.

Par ailleurs, tu écris : « Je remarque, avec tristesse, encore une fois que, pour Claude (comme pour bien d’autres militants libertaires, trotskistes ou ultragauches), le copinage rend malheureusement soit totalement aveugle soit dangereusement indulgent. »

Là, je dirais volontiers que tu te moques du monde.

En effet, dans la rixe qui a opposé un camarade impliqué dans la lutte des réfugié(e)s et un « Discordiste » (que j’appellerai « D. » dans la suite), le second agressant le premier sous prétexte de négationnisme-antisémitisme-« PIRisme[1] »-etc., il se trouve que tu connais beaucoup mieux, et depuis plus longtemps, l’agresseur que moi la victime.

Est-ce que tu ne tomberais pas là sous ta propre critique à propos du « copinage sans principes » ?

Ça n’est pas seulement par amitié solidaire pour un camarade dont j’ai apprécié les qualités et le dévouement à maintes reprises (mais dont je ne connais ni le nom ni l’adresse, comme c’est fréquent dans les rapports militants (parisiens, au moins), et avec lequel je n’ai discuté, au milieu de pas mal de monde, que trois ou quatre fois autour d’une bière), mais par principe, précisément.

Pas un principe essentiellement moral, un principe tactique. Il est inacceptable que des camarades en agressent physiquement d’autres à propos de malentendus ou même de désaccords. Je le répète : nous avons suffisamment à craindre et faire avec les islamistes, les flics et les fachos sans devoir nous méfier des réactions violentes et théorisées de tel ou tels.

Tu rappelles ton papier antérieur intitulé « Aujourd’hui, ils cognent le PS, demain à qui le tour ? »

Eh bien, tu as la réponse à ta question : des camarades proches. Et non pas : « Un copain de Guillon ».

Or, il se trouve que, tout non-violent que tu te proclames, en participant à la théorisation évoquée ci-dessus du geste de D., tu l’excuses, tu l’encourages, et tu justifies les récidives à venir. Lire la suite

Concept d’«islamophobie» (suite) : textes, liens, débats, mensonges et sarcasmes…

copy-capture-d_ecc81cran-2014-11-09-acc80-01-10-09-e1415491935357.png

J’ai reçu peu de commentaires directs à la suite de la publication sur le présent blogue du texte intitulé «Et “dieu” créa l’“islamophobie”»…, sauf de courts messages d’encouragement, précieux certes, mais qui ne demandent pas à être reproduits.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Je cite cependant celui-ci :

Il me semble que dans ton article « Et Dieu créa l’islamophobie », quelque chose t’a échappé. L’OCI ne dit pas que « les croyants » ont des « droits » et que les athées n’en ont pas. Elle dit que les croyants des religions abrahamiques et monothéistes, c’est-à-dire les musulmans, les chrétiens et les juifs (oui mais bon eux…) ont des droits et que les autres, mais pas seulement les athées, également les croyants des religions polythéistes, les animistes, et tout ce qui peut exister comme croyants de religions non-abrahamiques, n’ont aucun droit. Ce n’est pas tout à fait la même chose.

Christophe

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Mon texte a été intégralement repris et/ou signalé sur les sites suivants:

Socialisme libertaire

Le Laboratoire anarchiste

Mondialisme.org

Non fides

En dehors

Le Blog de Floréal

Sous la cendre

Indymedia Bruxsel

Indymedia Nantes

INCENDO

Et, malgré ma défense maintes fois réitérée, par le crétin qui a intitulé son triste blogue « Serpent libertaire ».

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

La version d’Indymedia Bruxsel présente l’avantage d’être suivie de commentaires.

On y apprendre, en vrac, qu’« après un début de carrière plutôt intéressant et sympathique contre les idées toutes faites et la pensée dominante, Claude Guillon a décidé de jouer dans la cour des grands [sic] et d’accéder à un monde politiquement correct d’où ses idées trop extrémistes l’avaient écarté. »

L’auteur de ce commentaire croit pouvoir annoncer que je vais prochainement prendre pour cibles les « “antisionistes”, les “anticolonialistes”, “les anti-impérialistes”, bref, tous les empêcheurs de tourner en rond dans le meilleur des mondes colemanesques possibles… »

L’adjectif « colemanesques » dérive d’Yves Coleman, auteur de la revue Ni patrie ni frontières, qui a repris un certain nombre de mes textes (voir le lien mondialisme.org ci-dessus). Au passage, j’ai l’impression que certains voient Coleman, auteur-éditeur d’une revue tirée à 200 exemplaires, comme une espèce de Citizen Kane du XXIe siècle, au cœur de la concentration de la presse française…

Passons. Une fois décidé que ledit Yves Coleman (qui n’en peut mais !) est mon « nouveau maître à penser » (sans préciser qui était le précédent…), il est facile à notre illusionniste d’aligner une longue liste de liens conduisant à des articles de Coleman, dont il va de soi — désormais — que je suis censé les endosser.

On apprendra encore que je fais désormais partie des « anarchistes “respectables” » qui « disent exactement la même chose que Fourest, Val, Finkielkraut ou même Éric Zemmour, ce qui prouve bien plus sûrement qu’ils sont sur la même longueur d’onde. »

Je m’étais dispensé jusqu’ici de lire une ligne de M. Zemmour, mais si des « anarchistes » pas respectables m’assurent que c’est un communiste libertaire antithéiste, je vais faire un effort…

On apprendra encore que « Je suis Charlie » sans le savoir. Comme j’ai pris la peine d’écrire le contraire et que cela s’est un peu su, il faut feinter : « Passer de Mordicus à Mondialisme.org et Le Monde libertaire pour promouvoir ses “idées” anarchistes, quelle déchéance ! Même ses fausses audaces par rapport à Charlie ne sont que des échappatoires. Il n’est pas Charlie seulement à cause de la récupération par le pouvoir, mais nulle part il n’émet la moindre critique envers ce journal raciste qui était passé depuis plus de dix ans dans le camp du pouvoir. D’autres ont eu ce courage qu’il n’a pas et qu’il n’aura jamais plus. »

Voyez comme on peut se tromper : j’aurais juré que ce passage du texte « Vous faites erreur, je ne suis pas Charlie ! » était une critique de Charlie Hebdo

Je ne suis pas Charlie, parce que si je partage la peine des proches des personnes assassinées, je ne me reconnais en aucune façon dans ce qu’était devenu, et depuis quelques dizaines d’années, le journal Charlie Hebdo. Après avoir commencé comme brûlot anarchisant, ce journal s’était retourné — notamment sous la direction de Philippe Val — contre son public des débuts. Il demeurait anticlérical. Est-ce que ça compte ? Oui. Est-ce que ça suffit ? Certainement pas. J’apprends que Houellebecq et Bernard Maris s’étaient pris d’une grande amitié, et que le premier a « suspendu » la promotion de son livre Soumission (ça ne lui coûtera rien) en hommage au second. Cela prouve que même dans les pires situations, il reste des occasions de rigoler.

Passons sur le léger retard de lecture à propos du Monde libertaire (voir Comment peut-on être anarchiste ?), le même messager de mauvais augure prévient qu’un jour les Coleman (dont je ne sache pas qu’il se soit jamais prétendu anarchiste) et les Guillon « dépasseront les Cohn-Bendit et les Philippe Val dans le reniement des idées libertaires, on préfère [ajoute-t-il] les anonymes qui n’ont pas retourné leur veste. »

Notez que je prétends justement, moi, qu’ils l’ont retournée en abandonnant l’antithéisme.

My tailor is perhaps rich but unfortunately no longer anarchist !

Et pour finir — très provisoirement, sans doute — je suis qualifié par un autre commentateur d’« ayatollah de la laïcité (d’État) », doublé d’un « idiot utile de l’anticommunisme » (étonnez-vous, après ça, que j’ai un emploi du temps de ministre…).

Le même fan me reproche de m’être « acoquiné » avec Octavio Alberola, en publiant à ses côtés une critique de Chomsky, Alberola dont « je ne peux pas ne pas avoir lu » un texte en faveur d’Onfray… Vous suivez toujours ?

Or me voici dans la pénible obligation de dessiller les yeux de mon sévère critique : je ne connais pas Alberola, sinon de vue, je ne lui ai jamais parlé. Et personne ne m’a demandé mon avis pour publier nos textes conjointement.

Oh !? Non !!! Eh si !…

Ainsi va le monde radical, et le ridicule des couillons qui bricolent des « écoles de pensée » sur la table de leur cuisine.

Il y a une chose qui manque dans la longue liste de liens, entrecoupée d’insultes, à laquelle je vous renvoie…

UNE CRITIQUE D’UN PASSAGE DE MON TEXTE

Mais je suis sûr que ça viendra. Il leur faut un peu de temps, c’est tout.

J’ajoute qu’en présence d’une critique précise et argumentée, je publierai et répondrai.

À moins bien sûr d’être terrassé par la force d’arguments, insoupçonnables à ce jour par ma misérable cervelle d’ex-mousquetaire anarchiste sénile et avide de voir ses mérites anticommunistes et « islamophobes » reconnus par l’État (putain ! 63 ans !), lesquels me convaincront de récuser le fier (croyais-je) slogan « Ni dieu ni maître » comme le « dicton » raciste qu’il est.

Capture d’écran 2015-09-03 à 15.59.00

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Plusieurs textes portant sur le même sujet m’ont été signalés par leurs auteurs, des lecteurs et des lectrices :

Notes sur la religion dans son rapport avec le communisme

Le nouveau damné de la Terre est arrivé

Sur le site de la Marche mondiale des femmes contre les violences et la pauvreté (MMF) on peut télécharger le n° 280 (26 mars 2015) de son Courrier, dans lequel on trouvera un article de Laurent Zimmermann : « Évitons le terme d’“islamophobie” ».

L’auteur donne une citation de Salman Rushdie (dans Joseph Anton. Une autobiographie, Plon, 2012, chap. 6) :

« Un nouveau mot a été inventé pour permettre aux aveugles de rester aveugles : l’islamophobie. »

Capture d’écran 2015-09-03 à 00.19.21

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Du côté des FEMEN

Je me suis rendu, le 29 août dernier, à la soirée-débat coorganisée à Paris par les Femen et le MLF (déposé), dont le thème était « Des femmes et des dieux ». Je souhaite revenir sur deux moments de la réunion.

Moment A (le désaccord).

Zineb El Rhazoui, journaliste à Charlie Hebdo, a d’abord parlé du concept d’ « islamophobie », de telle manière que, même si elle n’utilise pas les mêmes références documentaires que moi et ne se soucie pas des anarchistes (chacun[e] ses soucis !), j’ai pu penser que nous étions d’accord.

Hélas, au moment du débat avec la salle, une dame est intervenue pour rapporter son expérience. Employée dans une structure hospitalière (service public), elle a reçu en consultation une femme voilée dont elle ne voyait qu’un « triangle » du visage (les yeux probablement). Elle a fait part de son malaise à cette femme, laquelle est partie furieuse et a porté plainte pour discrimination (je résume[1]).

Zineb El Rhazoui a commenté ce récit en soulignant à quel point, à son avis, le service public hospitalier est un terrain de choix pour les militant(e)s islamistes ; elle a apporté tout son soutien à la dame visée par la plainte, applaudie par, disons une moitié de la salle au moins (très pleine, la salle, mais je n’ai pas procédé à un comptage).

Or voici où nous nous séparons Zineb El Rhazoui et moi. Je considère que, tel que compréhensible dans le récit de la dame, l’incident épuise la définition de l’islamophobie concrète dénoncée par l’intermédiaire du concept d’ « islamophobie », qui a par ailleurs d’autres objectifs et d’autres conséquences, ici récemment dénoncées.

Peu m’importent la sincérité et les éventuelles mauvaises intentions de la femme (« testing » prémédité) qui vient en consultation (ici sans accès nécessaire à son corps) dans la tenue qui correspond à ses partis pris religieux. La question est de savoir si mon propre parti pris philosophique, en tant qu’employée éventuelle de l’hôpital, suffit à légitimer des remarques, nécessairement ressenties comme désobligeantes, ou des obstacles mis à la consultation. Je réponds non.

Or il est d’autant plus dommageable que cette question ait été traitée de la sorte, que cela allait exactement en sens opposé à l’un des arguments — avec lequel je suis pleinement d’accord — opposé aux revendications religieuses. En l’espèce : il est bien possible que vous soyez choqué(e), heurté(e), agacé(e), etc. par mon mode de vie, ma vêture ou mes habitudes alimentaires, mais c’est la vie ! Et rien ne vous autorise, au nom de votre droit incontestable à croire et manger ce que vous voulez, à empiéter sur mes propres droits.

Cet argument ne vaut, comme règle de vie commune, que si il vaut pour tous et toutes, et pas seulement quand ça m’arrange, et qu’il sert mes propres partis pris.

Par ailleurs, quand une étrangère voilée me demande son chemin dans la rue, je le lui indique (si possible) sans assortir le renseignement d’un prêche antithéiste ; quand une manifestante voilée me demande du sérum physiologique pour son barbu de mari, gazé en même temps que moi dans une charge de police, je lui offre une dosette du produit sans l’assortir du « prix » d’une remarque acide. Et, je ne suis (même) pas payé pour ça.

Je ne crois pas que ce soit là que se situe la ligne de front ; je ne crois pas que des attitudes insultantes fasse avancer la cause de la laïcité d’un centimètre (je parle du pays où je vis ; dans une théocratie, la provocation a un autre poids). Et je ne vois pas comment l’on pourrait ensuite critiquer l’interdiction de signes religieux ou politiques à l’hôpital. Si je veux arborer un tee-shirt siglé du « A » anarchiste, ou mon badge préféré (« Trouble maker »), je veux pouvoir le faire sans laisser au médecin ou à l’infirmier protestant ou sarkosyste la latitude d’une « objection de conscience » dont les limites et les prétextes pourraient être discutés à l’infini (on attend déjà bien assez comme ça !).

Moment B (le mensonge).

Dans la continuité de la critique du concept d’ « islamophobie » comme « cheval de Troie théorique », je pose une question piquante à l’une des militantes Femen présente à la tribune. J’ai vu sur Internet une photo la représentant avec peint sur le torse le slogan « Allah created me free ». N’est-ce pas déjà une manifestation de démagogie à l’adresse d’un public musulman, quand on a plutôt vu dans un passé récent les Femen arborer des slogans clairement antireligieux. La jeune femme n’a pas le temps de répondre ; la meneuse du groupe, Inna Shevchenko s’en charge : « Il ne faut pas interpréter les slogans, mais s’en tenir à leur sens originel. Il était écrit : “Si Allah m’a créée, il m’a créée libre” ».

Tiens, se dit le piquant dépité, j’aurais mal lu, ou ma mémoire me joue des tours…

Or, après vérification sur le fil Twitter officiel de Femen France, voici la photo que je retrouve.

Capture d’écran 2015-08-30 à 01.39.17

C’est bien la même jeune femme ; le slogan est bien celui dont j’avais le souvenir (et dont j’avais publié une miniature dans les notes de « Et “dieu” créa l’“islamophobie” ») ; il est entièrement peint sur le torse puisque l’action est prévue et « cadrée » pour les photographes. Il est d’ailleurs repris — et lui seul — en légende de la photo.

Me voilà rassuré sur le fonctionnement de ma mémoire visuelle, à défaut de l’être sur la sincérité et les capacités d’autocritique d’Inna Shevchenko.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Je précise que je ne prétends pas rendre compte littéralement des propos de cette dame, l’incident qu’elle rapporte ayant fait l’objet d’une procédure judiciaire, dans laquelle je ne souhaite pas m’immiscer.

Capture d’écran 2015-08-29 à 01.17.01

CLAUDE GUILLON, UN CADAVRE — par un non-lecteur énervé de “Comment peut-on être anarchiste ?”

Capture d’écran 2015-05-23 à 16.43.53

C’est grâce à une alerte Google (je suis résolument moderne !) que j’ai pu prendre connaissance du charmant texte d’anticipation que je reproduis ci-après.

Mais revenons quelques mois en arrière : Fin décembre 2014, un garçon qui signe du pseudonyme Patlotch (il m’indique son prénom, plus banal que cet anagramme de potlatch), dans mes âges je suppose, répond gentiment à une demande de renseignements publié sur mon blogue historien La Révolution et nous. Il se présente et me dit ce qu’il a lu de moi : « J’avais notamment lu (et relu) ta critique de la communisation puisque j’ai été un “compagnon de route” de ce “courant” entre 2005 et 2010, refusant de m’engager dans SIC (revue internationale…). J’ai regretté que tu partes de la vulgate pédagogique de Léon de Mattis pour le faire, et la conséquence, que tu surfes un peu sur le fond… Au moins ai-je bien rigolé. Merci. »

Pourquoi je t’écris ?

1) d’abord parce que tu m’en donnes l’occasion avec ce nouveau blogue et la présentation que tu en fais là. J’y suis venu plus souvent que sur le précédent pendant le transfert de l’ancien, curieux et intéressé, vu aussi mes propres ? cogitations… errements… ma propre quête initiatique ton blogue est bien présenté et agréable à parcourir, on trouve assez facilement ce qu’on cherche, vu les possibilités multiples. Je pourrais critiquer tes rubriques, mais bon, ce sont les tiennes et elles correspondent à ton genre d’interventions, à ta personnalité, au centre de gravité de tes préoccupations… perso, j’ai aussi adopté le style de courtes chroniques avec un avis personnel assumé comme tel, quasi quotidiennes, avec moult liens et références comme plaque tournantes de questions et positions qui sont en “discussions” entre théories plus qu’entre théoriciens (chacun garde ses veaux, ses cocochons, et ses cruches, l’idéologie c’est les autres.

2) sûr que nous n’avons pas le même parcours, et en plus je ne suis pas comme toi un grand homme célèbre (dit sans ironie) d’un quelconque milieu, j’ai fini par les fuir tous comme la peste, pour autant que je ne finisse pas comme Palante, ou Cioran, bien que la solitude ne me déplaise pas néanmoins, bien que tu “théorises” moins que moi les choses, j’aurais du mal à parler vraiment de désaccords où je vois plutôt des différences d’approches, de centres d’intérêts et sans doute de visées. Disons que de caractère et d’expérience je suis plutôt “anarchiste indépendant” — j’invente ce label pour l’occasion, et de raison “communiste”, pour autant que ce distinguo ait un sens (tu vas sortir “Comment peut-on être anarchiste ?” et si ça se trouve on trouverait bien des points communs si j’écrivais “comment peut-on être communiste ?” puisque je passe une bonne part de mon temps à proposer des réponses qui ne heurtent pas ce que je suis de fait, une espèce de rebelle, nonobstant mes vœux pour la révolution).

3) peut-être, selon ta réponse, t’enverrai-je ici ou là quelques remarques à tes écrits, ou bien le ferai-je sur mon blogue comme à mon habitude de “débats virtuels” (exemple : j’ai relevé récemment ton texte sur la rentrée française de Quadruppani ; du coup j’ai parcouru son blogue à lui, trop drôle après ton papier, vu ce qu’on peut y trouver de complaisance plus que de prises de positions et moins encore de critiques un tant soit peu solides) bon, c’est déjà bien long, j’arrête là, tu me diras… bonne continuation et bon courage.

Amicalement, Patlotch

Il m’explique rapidement où il vit et avec qui (une compagne, un fils, deux chats). Un contact humain fort agréable à priori.

Après la mort de ma mère, et la publication du texte « Vous faites erreur, je ne suis pas Charlie », il m’envoie un message de condoléances et d’encouragements.

Une autre fois, il regrette de s’être trompé dans la date d’un concert où il espérait me saluer. Nous échangeons d’autres mails. Quand il crée un forum internet sur la « communisation », je le signale sur ce blogue, et il m’en remercie sur le forum.

Comment ses yeux ont-ils été aussi brutalement dessillés ? Peut-être est-ce d’avoir regardé de trop près le cul d’une bouteille, vidée un soir de vague à l’âme ? Quel a été le déclencheur de sa colère ? Peut-être la recension — trop élogieuse à son goût — de mon dernier livre dans Le Monde libertaire (pour une fois que… !).

Toujours est-il que c’est « feu sur le quartier général ! », dans un style très maoïste, avec examen sévère de l’origine de classe, plus quelques allusions extravagantes : quelles sont ces « relations dans le journalisme parisien » que je préfèrerais (et à quoi ?) ? où et quand Diable ai-je « boycotté une boulangère kabyle » ?!?!…

Ayant renoncé au projet, dont il m’avait aimablement fait part, de lire mon livre, il tape à l’aveugle, m’adressant par exemple le reproche que j’adresse souvent à d’autres : confondre « domination » et « exploitation » (dont je suis censé ne rien dire…).

Le titre du papier et la citation d’André Breton renvoient au pamphlet collectif signé par les surréalistes contre Anatole France. Cette double transfiguration — moi en Anatole France, et Patlotch en André Breton — demande peu de moyens et n’est évidemment pas à mon avantage.

Cependant, je n’irai pas jusqu’à me plaindre de ces procédés.

En effet, on m’avait traité jusqu’ici d’à peu près tout : assassin en série de suicidaires éperdus (discrète allusion dans le texte, comme on le verra), harceleur de jeunes filles, violeur de petits garçons (les jours impairs, je suppose), agent secret nazi (ou quelque chose d’aussi peu sympathique), mais jamais de « salope ».

Or, vous l’ignorez peut-être chères lectrices, chers lecteurs, si vous n’êtes pas familiers du folklore post-pro-situ-ultra-gauche, quand on est un homme et qu’on n’a pas été traité de « salope » à 65 ans, eh bien on a raté sa vie ! Allant, vivement, sur mes 63, c’était un peu pour moi le dernier carat.

Me voilà, certes, prématurément refroidi, mais au moins puis-je crever l’âme en paix, « salope » estampillée pour l’éternité…

Donc, merci à toi, anonyme et prolétaire camarade « communisateur » !

Nota. Je laisse aux personnes intéressées le soin de se rendre sur le Forum Communisation ; elles pourront y consulter, outre le texte original publié ci-dessous, un ajout dans lequel mon fossoyeur assure ne « même pas arriver à [me] trouver antipathique ».

Encore une bonne nouvelle : je l’ai échappé belle !

Capture d’écran 2015-05-23 à 16.43.42

« Il ne faut plus que mort, cet homme fasse de la poussière. »

André Breton, Un cadavre, 1924

Parlons peu parlons bien. Depuis trois ou quatre décennies dans les revues « radicales » et depuis deux ou trois sur Internet, l’étiquette radicale se porte bien, de blog anar en libertaire, qui anti-autoritaire qui antifa, qui garantissant sa pureté issue de l’ultragauche ou de l’autonomie ouvrière (qu’ils n’ont jamais vécue), qui reconverti en abolitionniste d’un prolétariat ayant perdu son identité de classe mais pas sa destinée, à leurs yeux en dernière instance, de s’auto-abolir ces gens-là, que j’ai tous peu ou prou épinglés ad nominem, sont vieux ou jeunes — les jeunes gauchistes font les vieux cons — ils ont plus ou moins de thunes, mais la plupart ne sont ni de souches ouvrières ni d’origines ethniques ou raciales leur ayant donné une expérience de la chose, de la misère ou du racisme, ou des deux. Des trois, puisque ce sont généralement des mecs, et les nanas de ces milieux itou, question origines sociales ou raciales ce sont pour la plupart des gens instruits, qui s’expriment avec facilité, à l’écrit sinon à l’oral : dans une réunion publique, beaucoup sont moins bavards qu’en ligne, pseudonyme ou pas (Guillon parle à Radio Libertaire avec les mêmes effets de langage qui vous distingue, à France Culture). Il leur est donc facile de résister à l’insulte commune : « intellos ». Mais, dans le sens que ce terme a pris dans les écoles des quartiers, ils sont bien, de fait, comme ces « intellos », c’est-à-dire des jeunes issus de milieux leur ayant offert, ou leur offrant, les moyens d’études longues et de meilleurs débouchés dans la société. Qu’ils fassent le choix de la refuser n’y change rien : ils seront toujours avantagés sur les prolos français en surplus.

Claude Guillon, un cadavre

Quand on voit un Claude Guillon, anarchiste de plume, et l’éloge de son dernier bouquin dans Le Monde libertaire : « Une écriture mordante et radicale », la modestie avec laquelle il affiche ça sur son blog « généraliste », quand on sait le peu d’expérience et de feeling prolétaire qu’il y a dans son « communisme libertaire », quand on a vu des années le relai complaisant à son texte creux au niveau théorique « Communisation, l’impensable projet », quand on sait d’où il vient : un privilégié de la race et de l’argent — issu de la petite bourgeoisie parisienne, deux parents chirurgiens-dentistes… — on comprend tout l’anarchisme de ses textes, tout son égo-narcissisme d’écrivain avec un brin de talent (pas difficile, élevé au milieu des livres, comme Dauvé…), quand on sait qu’il préfère ses relations dans le milieu du journalisme parisien, à mettre en lien de son blog des références de classes, qui feraient tache sur sa réputation mérité d’anarcho à plume du troisième âge, en mal de laisser une trace dans la littérature radicale, ils l’ad-maîtron… ton cinoche, Guillon, profites-en avant de passer. Il est en train de s’effondrer, le tien et celui d’autres, qui ne peuvent plus montrer leur petite culotte d’écrivain licencieux sur les marches du festival radical en ligne, bien de plus grande valeur intellectuelle pour leurs apports théoriques, et par conséquent moins célèbres que toi médiatiquement (les luttes suicidaires de prolos brûlant leur boîte, ça rapporte moins que tes méthodologie aux petits oignons de Suicide mode d’emploi, et itou pour tes conceptions de l’amour, qui ne sont pas prêtes de faire un tabac dans les banlieues : très fier, il y a quelques années, de boycotter ta boulangère kabyle : Oh secours ! Ma baguette parisienne ! Ni dieu ni maître ! Ni boulangère arabe ! bobo-Guillon si courageux pour te faire mousser, Peux-tu te dire anarchiste ? Sans problème, vu ce que c’est devenu aujourd’hui, c’est pas difficile. Et ta dernière ineptie — si j’en crois Le Monde Libertaire —, concernant le net qui va permettre une révolution pacifiste (mais c’est d’génial !), c’est d’une naïveté confondante et d’une ignorance crasse du fonctionnement des tuyaux : à part peut-être les vieux papiers de la révolution française, tu n’étudies rien sérieusement ajoutons-y les ronds de jambe au sergent major obsédé par l’antisémitisme et muet sur le racisme de classe anti-arabe : Yves Coleman, et à votre pote Floréal du même genre flirtant avec l’idéologie française sur les terres de Manuel Valls, en bon demi-négros du côté des maîtres alors, Guillon Claude, anar de papier qui t’offusque du mauvais service de la SNCF (que font les cheminots ? merde !), t’es beaucoup plus Charlie que tu ne veux bien le dire, y compris dans ta recherche, un peu vaine, de l’anarchie fondamentale dans la Révolution française, bien de chez nous (t’iras pas voir aussi loin que Baudelaire, c’est sûr, aucune fleur des îles ne te fera du mal)
En vrai, t’as pas un mot sérieux contre le capital, l’exploitation capitaliste pour toi, c’est la domination, les flics, les sans-papiers ça fait partie de ton folklore, un passeport pour ta bonne conscience et chez le bobos anars de base… Pas un mot contre le racisme d’aujourd’hui particulièrement contre les femmes « indigènes », t’es pas foutu de mettre les pieds dans les quartiers dont tu ne parles jamais, ou pas mieux que le Figaro et Libération : t’es juste un petit-bourge blanc, 20 ans post-68, devenu vieil anarchiste ayant acheté ton charisme dans l’édition, si peu « parallèle » et sans aucun risque que de récupérer plus tard ton pognon, un vieux con mais qui impressionne encore moyennement les jeunes idiot.e.s de ton milieu social, et racial.

Tu peux crever, salope, avec l’assurance qu’ils te feront, en face, de belles obsèques. Je ne m’y rendrai pas. Mais n’aies crainte, je n’irai pas cracher sur ta tombe.

Capture d’écran 2015-05-23 à 16.44.06

Après les assassinats djihadistes de janvier 2015 à Paris: un numéro spécial de “Ni patrie ni frontières”

 Capture d’écran 2015-05-08 à 17.47.44

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.22

Ni patrie ni frontières n° 48-49 (avril 2015) : Exécutions djihadistes de janvier 2015 à Paris (analyses et perspectives) – Antisémitisme et racisme antimusulmans en Europe – Autour du concept d’ islamophobie, 250 pages, 10 euros

Les réactions d’une grande partie de l’extrême gauche, de l’ultragauche, ou du mouvement anarchiste face aux dix-sept exécutions commises à Paris par un trio de meurtriers djihadistes entre le 7 et le 9 janvier 2015, réactions officielles mais aussi plus spontanées et révélatrices sur les réseaux sociaux, permettent de faire le point sur de nombreuses tares dans « nos milieux », sujets déjà traités dans trois numéros de la revue sous le titre « Nos tares politiques » et bientôt dans un quatrième.

Ce numéro commence par un article écrit en 2012 portant sur… Charlie Hebdo. Il est suivi par plusieurs contributions de la revue Temps critiques, du groupe Mouvement communiste, de Claude Guillon et de Ni patrie ni frontières sur les assassinats de Paris au début de de janvier 2015. La revue aborde ensuite la question de la montée de l’antisémitisme et du racisme antimusulmans en Europe, en essayant d’en dégager les causes et les conséquences. La dernière partie tourne autour des définitions de l’islamophobie et du racisme antimusulmans.

Pour toute commande écrire à yvescoleman@wanadoo.fr
Frais de port gratuits… pour celles et ceux qui commandent !
Catalogue disponible ici.

Capture d’écran 2015-01-15 à 14.38.41

Sommaire

– Quelques leçons à tirer des assassinats djihadistes des 7-8-9 janvier 2015 et de leurs conséquences, 3

Charlie Hebdo, les « musulmans » et la liberté d’expression, 5

Prêche tragique à Charlie Hebdo : douze morts. Pour qui travaillent les assassins ? (Claude Guillon), 14

L’attaque contre Charlie Hebdo impose au prolétariat de se charger directement et sans tarder de la lutte sans merci contre le fanatisme religieux violent qui renforce l’État et accroît la division au sein des exploités et des opprimés (Mouvement communiste), 17

Vous faites erreur, je ne suis pas Charlie (Claude Guillon), 25

D’une authentique émotion de masse à une manipulation politico médiatique, 27

Délation, prison, flicage. La farce antiterroriste ne fait pas rire

(Claude Guillon), 43

Camarades, votre loi du talion ne sera jamais la mienne ! 46

Les partisans du « totalitarisme » religieux ne sont ni des « victimes » ni des « camarades dans l’erreur » ! ou Du bon usage des explications « sociologiques » en milieu militant… 54

Quelques dits sur l’événement de janvier 2015 à Paris (Temps critiques) 62

A propos des discussions sur Charlie Hebdo au boulot 84

Après les 17 exécutions djihadistes des 7/8/9 janvier 2015 : dix points de clivage et sources d’interrogations, 86

– Une position claire face aux religions, 87

– Laïcité et droits démocratiques, 94

– Statut de la raison et des sciences, 96

– Ambiguïtés du terme « islamophobie », 97

– Luttes géopolitiques en cours, 101

– Méconnaissance du rôle social des religions, 105

– Sous-produits gauchistes des théories postmodernes, 107

– Affirmations identitaires et poids social des religions, 112

– Pour un antiracisme de classe, 115

– Nature de l’antisémitisme mondialisé actuel, 120

Racisme antimusulmans et antisémitisme en Europe : pourquoi il nous faut combattre ensemble ces deux fléaux – sans céder aux pressions des identitaires de gauche et de droite 127

– Un recul nécessaire, 135

– Racisme antimusulmans en Europe, 143

– Antisémitisme en Europe, 152

– France : un pays pionnier, 158

– Antisémitisme et racisme antimusulmans

vus par la gauche et l’extrême gauche, 161

– Annexe 1 : Ambiguïtés de la notion d’islamophobie, 170

– Annexe 2 : Tableau comparatif, 179

– Annexe 3 : Définition de travail de l’antisémitisme, 187

« Islamophobie » ou racisme antimusulmans ? 189

Encore et à nouveau sur l’Islamophobie 190

L’appel des libertaires contre l’islamophobie, 193

Dix questions aux libertaires sur l’islamophobie et le racisme 197

Misère du néologisme, néologisme de la misère

(Juan Pueblo, CNT-AIT), 204

La fourestophobie, nouveau gadget gauchiste, 208

Décidément, Mme Caroline Fourest ment vraiment très mal, 210

Qu’est-ce que le racisme antimusulmans ? (Sacha Ismaïl), 213

Les nouveaux rouges bruns de Jean-Loup Amselle, 220