Bonjour, je m’appelle Pascal Bruckner…

Bonjour, je m’appelle Pascal Bruckner et j’ai été invité par M. le Président de la République Emmanuel Macron à grand-débattre du sort de la France.

J’ai déclaré que la France qu’elle fait face à un «danger anarchofasciste» à cause des Gilets jaunes, des gaz, des K-way et tout ça… Je croyais que personne navet n’avait utilisé le terme avant moi (pas K-way, l’autre). J’avais pas vérifié sur Google. En fait, c’est un vieux néologisme tout pourri. Je l’avais trouvais trouvé bien, moi, mais au final c’est pas moi qui l’ai trouvé.

Bon, sinon j’ai changé ma photo de profil (je vous la met dessous).

Si vous pouviez m’envoyer un peu de soutien sur Twitter, Facebook et Pinterest, ça serait cool ruisselant.

DOMMAGES DE GUERRE. Chap. II. Kosovo : un néocolonialisme à la conquête de l’Est.

 

Dommages de guerre

 

Je donne ici le deuxième chapitre, « Néocolonialisme », de mon livre Dommages de guerre [Paris-Pristina-Belgrade-1999], paru chez L’insomniaque éditeur, en l’an 2000.

(L’illustration de la couverture du livre est de Dragan.)

 

 

 

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 

« Civiliser, c’est avant tout civiliser la guerre. Au besoin par la guerre. »

André Glucksmann, « Merci l’Amérique », L’Express, 17 juin 1999.

 

 

À la fin du dix-neuvième siècle, les commissaires aux Affaires indiennes du gouvernement américain sont unanimes : les Indiens vivent sous l’emprise de coutumes déplorables, dont il importe de les détacher, au besoin par la force. « La possession communautaire de grandes étendues de terres […] les ont empêchés d’acquérir une compréhension de ce qu’est la propriété individuelle[1] ». La meilleure méthode consiste à les enfermer dans des réserves, « tout en leur donnant […] une éducation et en les habituant à l’idée de la propriété privée[2].

Le 27 janvier 1825, le Président Monroe expose sa politique devant le Congrès : « L’expérience a amplement démontré que, dans leur état actuel, il est impossible de les incorporer à notre système. […] Le seul moyen d’y parvenir consiste à doter chaque tribu d’un bon titre à une portion adéquate de terres sur lesquelles elle consentirait à se rendre, et à lui fournir un système de gouvernement interne qui protégera sa propriété de toute invasion et fera obstacle, grâce au déroulement régulier du progrès et de la civilisation, à la dégénérescence qui a généralement accompagné cette transition d’un état à un autre… […] En adoptant ce type de gouvernement, elles se donneront un mouvement qui sera en harmonie avec le nôtre, et son effet bénéfique se fera sentir à travers tout notre territoire[3] ».

Retournement de l’histoire : Monroe, dont le nom est demeuré synonyme d’hostilité aux ingérences réciproques des États-Unis et de l’Europe, donne — à propos des Indiens — une formulation prémonitoire de ce qu’est aujourd’hui, mutatis mutandis, la « doctrine Clinton » dans les Balkans. La principale différence est de taille : le partage de Yalta une fois rendu caduque par l’implosion du bloc de l’Est, le « territoire » des États-Unis d’Amérique tend à recouvrir celui de la planète.

Je crains que certains lecteurs soient tentés de m’abandonner dès à présent à des rapprochements métaphoriques qu’ils jugent excessifs. Non qu’ils doutent que la Maison Blanche ou le Pentagone puissent couvrir ou ordonner des atrocités de toute nature ; le traitement du « problème noir » et l’invasion du Viêt-nam, parmi tant d’autres exemples, les en ont convaincus. Ce qu’ils répugnent à concevoir, c’est qu’il subsiste en Europe de l’Est des poches d’arriération telles que la propriété privée y soit inconnue, ou simplement mal considérée. L’hypothèse paraît en effet peu crédible.

On trouve pourtant une caricature de chef de tribu, le Premier ministre de Bulgarie Radu Vasile, pour lui donner corps en mai 1999, peut-être dans le seul but de flatter l’imaginaire des nouveaux conquérants : « Contrairement à d’autres pays d’Europe centrale […], la conception de la propriété privée était chez nous inexistante. Cela a sans doute freiné le processus de privatisation que nous souhaitons aujourd’hui relancer ; pour y arriver, il faut que chacun prenne conscience que l’intérêt général et l’intérêt particulier se confondent[4]. » Il est bon de décoder ici le message du chef, qui s’adresse dans un document publicitaire aux investisseurs occidentaux : il s’engage à faire en sorte que ses concitoyens se conduisent comme si leur intérêt propre, celui des mafias locales et ceux des États-Unis comme de l’Union européenne se recouvraient exactement. En échange de cette profession de foi, il est heureux d’annoncer, puisque l’argent attire l’argent, que les banquiers du monde ont déjà entamé la modernisation de la réserve qu’il dirige. Le regard distrait du lecteur français (qui se fiche de l’économie bulgare) glisse sur des chiffres et des sigles : 1,6 milliard d’euros sous forme d’aide directe de l’UE ; 2 milliards d’euros dans le secteur des transports ; 500 millions d’euros en assistance financière non remboursable avant l’an 2000 ; prêt de 200 millions d’euros de la BERD (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) pour la réhabilitation des voies ferrées ; 300 millions de dollars remboursables en vingt ans et assortis d’une période de grâce de dix ans, prêtés par la Banque mondiale à la compagnie des chemins de fer. Encore quelques lignes de cet inhabituel déballage, concernant une donnée géostratégique mieux connue, le pétrole : « Les projets les plus significatifs concernent la mise en place d’un oléoduc traversant la Roumanie, la Hongrie et la Slovénie pour aboutir au port italien de Trieste. » Projets d’autant plus « significatifs » que « l’un des plus riches gisements de ces trois dernières décennies a été récemment découvert dans la Mer noire. » La région de la Mer noire est officiellement considérée comme « Zone de transport paneuropéen » (Pan European Transport Area) depuis la Conférence sur le transport paneuropéen d’Helsinki (1997).

Il arrive que, tout comme d’anciens chefs de tribu, les dirigeants locaux se plaignent que Washington ou Bruxelles les récompensent mal de leurs efforts. Ainsi le président roumain Constantinescu, invité en juillet 1999 à Salzbourg par le Forum économique mondial : « Nous avons bien appris la leçon de la démocratie occidentale, mais l’Occident a encore une longue route à parcourir pour nous comprendre aussi bien que nous le comprenons. » S’enhardissant, l’un de ses semblables, le président albanais, critique la mise en place d’une machine administrative liée à la reconstruction : « La tendance pour le Pacte de stabilité, note-t-il en connaisseur, est celle d’une bureaucratie lourde. Ce n’est pas très efficace[5]. » Lire la suite

DE QUOI DSK EST-IL LE NON-DIT ? «Qu’est-ce que c’est “dégueulasse”?» (2012)

Gueule rouge

 

« L’affaire DSK aura révélé une bien triste image de l’Amérique » se navrait avec affectation Pascal Bruckner dans une tribune du Monde (24 août 2011). « Punir la France pour l’Irak, pour Roman Polanski, pour les lois sur le voile et le niqab, mettre au pas cette nation récalcitrante qui s’entête dans ses mœurs dissolues, tel est le sens ultime de l’affaire DSK au moment où l’Amérique mord la poussière et cherche des boucs émissaires à son déclin. » Mieux informé, Bruckner eut pu rédiger un article pertinent sur le puritanisme étasunien, mais aussi sur ses évolutions perceptibles (par exemple la déclaration d’inconstitutionnalité frappant les lois dites « anti-sodomie », lesquelles visaient en réalité tous les actes érotiques « stériles ». Voir Le Siège de l’âme.).

Moins de préjugés nationalistes lui eussent évité d’assurer que « seul un pays malade de sa sexualité [comme les États-Unis] peut imaginer de tels sévices [prisonniers entassés nus à Abou Grahib]. » Comme si les tortures sexuelles et les viols commis pendant la guerre d’Algérie par des parachutistes français sur des prisonnières (« indigènes » ou non) relevaient d’une saine virilité gauloise… Ce que bien sûr Bruckner, qui n’a certainement jamais violé personne, ne pense pas. Mais il oublie de se souvenir au moment adéquat qu’il ne le pense pas. Il est vrai que le « sexe » est de ces sujets qui font fourcher l’esprit, la langue, et la queue (comme disait un diable de mes amis).

La langue qui fourche ment-elle ? Ou bien, au contraire, révèle-t-elle davantage que la langue droite, « soutenue » dit-on. In vino veritas. In cauda venenum. Allez savoir !

Examinons le cas d’un autre spécialiste de l’amour et de la morale, d’ailleurs coauteur jadis avec Bruckner d’un ouvrage sur l’amour[1], Alain Finkielkraut.

Les journalistes n’oublient pas leur ancienne collaboration et Libération a réuni les deux auteurs à Lyon, en novembre 2011. À propos d’amour, bien entendu. Ce fut l’occasion pour Finkielkraut de dire de DSK : « Il aime les parties fines, la débauche. Il est libertin et c’est une manière d’aimer les femmes[2] ».

« Mœurs dissolues » et « parties fines »… ? Dissolues ; signifie dissoutes ; mais dans quoi ? Et fines ? Le contraire de « grossières » ? Fines, comme « fines gueules », « fine champagne ». « Partie fine » : partie de débauche ; pop. partouze. Débaucher : le verbe viendrait du vocabulaire de la menuiserie. Débaucher, c’est d’abord dégrossir, puis fendre du bois.

Capture d’écran 2014-12-01 à 18.39.32

La «Pin up» flic : une tentative de synthèse.

On a beau fureter dans les dictionnaires, sauter du coq à l’âne, jouer avec les mots, comment lire « une manière d’aimer les femmes » dans des partouzes tarifées, avec des prostituées, et comme clients des flics et des patrons ?

Ou bien s’agit-il d’ « aimer » les femmes, comme on aime les grosses cylindrées, le bœuf bourguignon ou les signes extérieurs de richesse ?

Du fric, des flics, du pouvoir (ne manque qu’un évêque ; les temps changent !). Dans quoi ces mœurs se sont-elles dissoutes, sinon dans les eaux glacées du calcul égoïste. Dans une caricature des mœurs aristocratiques puis bourgeoises de toujours. Même manière d’« aimer les femmes » chez DSK et ses commensaux, chez Berlusconi, et sans doute chez Poutine. Lire la suite

Le nazisme, la « race » et la loi (1990)

Réponse à Pascal Bruckner[1] et à quelques autres. Publiée dans Le Monde libertaire (n° 792, été 1990).

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

Bien plus que la résurgence de groupes politiques recourant au racisme et à l’antisémitisme pour séduire les électeurs, c’est la paralysie intellectuelle de leurs contempteurs démocrates ou antifascistes qui a de quoi inquiéter. Les belles consciences de droite comme de gauche y voient volontiers une faiblesse somme toute sympathique de la démocratie. Mais il serait naïf, nous dit-on, de maintenir (ou plus encore de restaurer) une absolue liberté d’expression alors qu’on se trouve incapable de répliquer à ceux qui l’emploient à mauvais escient. Au diable Saint-Just, brûler c’est bel et bien répondre !

A-t-on oublié le Mal ?

On voit où nous mènent les « siècles de culture, de conquêtes sociales et morales » dont Pascal Bruckner déplorait (Le Monde du 17 mai 1990) qu’ils n’aient pas éradiqué le Mal du cœur de l’homme. Dressant sobrement le constat de cet échec, Bruckner propose tout simplement que l’on interdise le Front national « comme on sut autrefois interdire les ligues factieuses, les groupuscules gauchistes et les cellules terroristes ».

Le rapprochement des deux premiers exemples est d’une pertinence toute involontaire (?) puisque les organisations gauchistes dissoutes dans les années 1970 le furent précisément à l’aide de textes fabriqués sur mesure en 1936 contre les ligues d’extrême droite. On a pu mesurer l’efficacité de la méthode !

Les sociétés démocratiques occidentales n’ont nullement « oublié le Mal », elles en ont au contraire fixé l’origine historique et l’étalon de mesure : le nazisme. Une telle supercherie, révisionniste s’il en fut, interdit aux démocrates de plaider aujourd’hui la naïveté, pour mieux justifier de nouvelles lois répressives.

Il se trouve que l’eugénisme raciste pratiqué par les nazis s’est d’abord constitué et répandu durant les trois premières décennies du siècle dans les sociétés démocratiques. Francis Galton, fondateur de l’eugénisme moderne, obtient en 1904 une chaire d’eugénique à Londres. Il regrettait « les réticences sentimentales en grande partie tout à fait déraisonnables à l’extinction progressive des races inférieures ». En France, Charles Richet, prix Nobel de médecine 1913 qui a sa rue dans le XIIIe arrondissement de Paris, avouait dans La Sélection humaine ne pas comprendre « par quelle aberration on peut assimiler un Nègre à un Blanc ». Alexis Carrel, autre prix Nobel, rédigea un hymne aux « grandes races blanches » intitulé L’Homme cet inconnu. L’édition de 1939 comportait logiquement un hommage à la jeunesse d’Allemagne et d’Italie et à l’idéal qui l’animait. Cet ouvrage reste un best-seller, présent en édition de poche dans tous les kiosques de gare [il a été discrètement retiré de la circulation depuis]. On voit qu’il est inutile de chercher les théoriciens racistes au-delà du Rhin ou dans quelque obscure arrière-boutique parisienne. À dire vrai, c’est à l’ombre douillette du tabou édicté à Nuremberg que l’antisémitisme et les théories nazies se sont insensiblement propagées via la sociobiologie, elle-même relayée par la Nouvelle Droite. « On ne croyait jamais plus voir cela », entend-on. Et pourquoi donc, quand on ne s’est jamais soucié de savoir ce qu’était « cela » ?

Il n’est que de voir l’embarras des commentateurs face à Le Pen (ne parlons pas des journalistes mis en sa présence : ils sont tétanisés). C’est qu’il faudrait, là encore, savoir de quoi on parle. Or, les textes dits « antiracistes » entérinent tout bonnement la notion de « race », dépourvue — il faut encore le rappeler — de fondement scientifique. Ainsi, le texte récemment proposé par le Parti communiste pour aggraver les dispositions de la loi de 1972 prévoit que pourra se porter civile une association assistant les victimes « de discrimination fondée sur leur origine nationale, ethnique, raciale ou religieuse ». Force est de constater que nous sommes plus près d’Alexis Carrel que d’Albert Jacquard et que la loi, par ailleurs impuissante à combattre le racisme, commence par donner quitus idéologique aux racistes !

Je retiendrai ici — pour sa simplicité — la définition du racisme proposée par Guy Sitbon dans un entretien à bâtons rompus avec… Jean-Marie Le Pen : « Le racisme, c’est de croire que les hommes sont divisés en groupes biologiques… — Personne ne peut le contester, répondait Le Pen — …et qu’il y a une hiérarchie parmi des communautés. Que certains sont plus intelligents que d’autres. »

« Tout le monde, affirmait Le Pen, sait que c’est vrai, que les Occidentaux depuis deux mille cinq cent ans sont à la tête de la civilisation et c’est pas par hasard[2] ». Ne chicanons pas le journaliste sur le détail de ses formules, elles sont suffisamment claires et les réponses de son interlocuteur également.

Le Pen antisémite !

Quant à l’antisémitisme du personnage, il ne date pas d’hier. En 1978, rendant hommage dans Le National au dirigeant d’extrême droite François Duprat, Le Pen dénonce le « plan de génocide » ourdi contre les Français, dont les moyens sont « l’ouverture des vannes de l’immigration et la propagande avorteuse. […] Étudiant les noms de ses promoteurs [allusion transparente à Mme Veil], nous retrouvons les mêmes incrustés dans les médias, dans les groupes gauchistes et à la tête de certain lobby bien précis […]. Ceux-là même s’étaient mis par avance à l’abri de toute critique et de toute réaction populaire en imposant au Parlement le vote de la loi Pleven qui a créé en France une catégorie de résidents privilégiés (sic) ». Si le mot « Juif » n’apparaît pas, il est clair que c’est bien là « l’ennemi » dont il est dit, dans le même article, qu’« il a réussi depuis plus de trente ans [c’est-à-dire, en 1978 : depuis la Libération] à imposer son exécrable domination ».

Raciste donc, et plus particulièrement antisémite, Jean-Marie Le Pen l’est sans conteste, mais cela ne suffirait pas à justifier les accusations de néo-nazisme que d’aucuns avancent, d’ailleurs timidement.

À un journaliste qui le qualifiait de nazi lors d’une récente conférence de presse, Le Pen répondait : « Je ne suis pas plus nazi que vous n’êtes homosexuel, du moins je l’espère pour vous. » Pour incongru qu’il paraisse, ce rapprochement n’est pas fortuit dans la bouche du président du Front national. Il est le seul politicien français à user systématiquement de plaisanteries obscènes dans ses réunions publiques et l’on a tort d’y voir un simple artifice démagogique. En fait, si l’on étudie l’articulation entre les thèmes de la morale lepéniste et ses obscénités, on est frappé de la similitude avec les ressorts émotionnels de la propagande nazie. Hitler dénonçait dans Mein Kampf « l’empoisonnement effroyable du corps du peuple allemand par la syphilis », cet empoisonnement vénérien allant de pair avec une « contamination politique et morale ». Pareillement, Le Pen parle du socialisme comme d’un « SIDA politique » et déclare à propos de son modèle biologique : « On est obligé de constater que c’est un méfait de l’immigration […] ; la rentrée en force de la syphilis, son déploiement est incontestablement d’origine étrangère[3] ». Ainsi c’est l’étranger, « ces femmes maghrébines en rut, enfin en action, c’est la même chose », qui amène via les maladies vénériennes et le SIDA un pourrissement du sang français, de la « race française ». L’étranger est hypersexué, d’ailleurs « la sexualité retardée [sic] explique le développement intellectuel de nos civilisations ». Malheureusement, l’abaissement de l’âge des premiers rapports amoureux vient compromettre cette suprématie durement acquise et les jeunes Français gaspillent avec leur semence la belle intelligence « française ». On peut en rire, mais vite. Semblables délires ont guidé la pédagogie de générations entières de fabricants d’angoisse (qu’on se souvienne du Dr Tissot) et armé le bras d’exciseurs bien de chez nous.

On n’a pas pris suffisamment garde à la concomitance des résurgences de discours antisexuels d’une part (l’Église en est le haut-parleur naturel), racistes et antisémites d’autre part. Les discours de le Pen associent les deux types dans un mélange, hélas trop connu, où se combinent la « race », le sang, le sexe et le « sol natal ». La recette de ce que W. Reich appelait la peste émotionnelle[4].

Cette peste n’avait pas disparu, elle menace au grand jour, et les tergiversations des campagnes de prévention du SIDA en sont un autre symptôme.

Les docteurs démocrates semblent bien n’avoir pas médité sur leur mauvais diagnostic d’il y a soixante ans. Par ailleurs, on ne change pas le cours de l’histoire en composant le numéro d’appel de police secours ; c’est donc à chacun — n’en déplaise à Pascal Bruckner — à « s’improviser grammairien, sémanticien » et encore : analyste, historien, philosophe et militant. Bref, homme libre.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Je fais suivre cet article d’un texte plus tardif (janvier 1993) que Le Monde refusa d’insérer, étant donnée « l’abondance des textes en attente » (lettre de Robert Solé, 22 janvier 1993).

 

La question du sens des mots peut-elle encore être posée ? ou bien serions-nous repassés de l’autre côté du miroir où Humpty Dumpty réplique sèchement à Alice que « la question est de savoir qui sera le maître… un point c’est tout » ? On peut en effet s’interroger à la lecture des extraits du rapport rédigé par une commission de scientifiques et d’historiens sur l’œuvre et les positions politiques d’Alexis Carrel, dont le nom a été donné à une faculté de médecine (Le Monde, 24 décembre 1992). Les commissaires affirment que l’on ne saurait reprocher à l’auteur de L’Homme, cet inconnu « d’avoir employé des mots de son temps, comme race, qui n’avaient pas le même sens qu’aujourd’hui ».

Rions, tant qu’il est encore temps, de ces acrobaties historico-sémantiques. Les commissaires ont sans doute voulu écrire que le concept (et non le « mot ») de race, scientifiquement infondé — il eût été de bon ton de la part de « scientifiques » de le rappeler —, n’avait pas encore reçu les applications qu’imaginèrent les nazis. Voici donc un nouvel exemple de la classique et honteuse vision du racisme qui veut que cette idéologie ait acquise à Dachau et autres lieux une spécificité « nazie », voire une espèce de nationalité allemande ! Ce tour de passe-passe permet d’occulter l’existence d’un vaste courant de racisme pseudo-scientifique en Europe au début du siècle (Charles Richet, prix Nobel de médecine 1913, en France ; Francis Galton en Angleterre, etc.) ou de le travestir en mode intellectuelle très innocente, sans lien aucun avec ce qui devait suivre.

Pour sa part, Carrel déplorait dans une préface de juin 1939 « l’affaiblissement des grandes races blanches » et saluait « la jeunesse de l’Allemagne et celle de l’Italie [qui] sont animées par la foi qui les pousse à se sacrifier pour un idéal »…

Plutôt que de s’inquiéter du nom attribué à telle faculté, il me semblerait utile d’assortir ce best-seller, publié [à l’époque] en collection de poche (Éd. Presses Pocket) d’un appareil critique adéquat, au lieu que l’actuel préfacier annonce d’abord que Carrel « s’unit à une sorte de croisade partie des sphères les moins contestables de la haute pensée » pour ajouter aussitôt : « Nous nous garderons de tout commentaire [sur le livre], laissant le lecteur entièrement livré [sic] à sa propre analyse et à son propre jugement[5]. »

Alice avait raison de tenir tête à ceux qui s’arrogent « le pouvoir de faire que les mots signifient autre chose que ce qu’ils veulent dire ». Ce n’est pas un hasard si les bataillons de violeurs serbes appliquent leur « originale » stratégie raciste sous l’étiquette sémantiquement mensongère de « purification ethnique ». La fortune de cette expression consacre un glissement amorcé de longue date, qui fait d’« ethnique » un euphémisme de racial, donc de raciste.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Essayiste et écrivain ; d’abord séduit par l’utopie de Charles Fourier, à laquelle il consacre une thèse de philosophie et un livre, il se rallie à la démocratie (« guerre humanitaire » comprise), dont il pense avec Churchill qu’elle est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres.

[2] Le Nouvel Observateur, 4 janvier 1985.

[3] Je me permets de renvoyer pour plus amples citations ainsi que pour l’ensemble des références au chapitre intitulé « Anecdotes démocratiques » dans mon livre De la Révolution (1989).

[4] On lira ou relira avec profit Psychologie de masse du fascisme, Payot.

[5] Le préfacier, un professeur Robert Soupault, était pendant l’Occupation membre d’un groupe limpidement intitulé « Collaboration » dont il était un fleuron du bureau de la « section scientifique ». J’ai découvert cet épisode en travaillant sur l’implication de Jacques Duboin (théoricien de l’abondance et du revenu garanti) et de certains duboinistes dans l’activité du groupe Collaboration. Cf. Économie de la misère, p. 59.