LE MAUVAIS GOÛT ET LA «BONNE CAUSE». Fepalcon® et prévention du suicide

Cet article a été rédigé pour la rubrique « Vite fait sur le divan » de la revue On a faim ! — donc dans la seconde moitié des années 1990. Je l’ai retrouvé sur un antique ordinateur portable.

[Je ne sais pas si cet article a été publié en revue ; il n’était pas repris sur mon ancien site, et je ne l’avais pas recensé dans la liste de mes articles publié dans Pièces à conviction. Si jamais quelqu’un possède la livraison d’On a faim ! où il figure…]

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Le conditionnement imite fidèlement une boîte de médicaments. Le nom du produit : Fepalcon® 500. À l’intérieur, une notice :

« C’est quoi le Fepalcon® ? Un antistress, pas de morale mais juste une pause à ton spleen pour remplacer le hara-kiri. Quand l’utiliser ? Lorsque ton désespoir a besoin d’une mi-temps, quand ton “mal de vivre” reste incompris, quand l’angoisse habite ton cœur, lorsque le rêve n’est plus dans tes nuits. […] Ne te voile pas la face, tes problèmes, il faut que t’en causes. Le silence mène à l’overdose. À qui peux-tu t’adresser ? À qui t’as envie : tes parents, tes proches, tes amis. T’as personne autour de toi à qui parler, appelle le [suit un numéro de téléphone]. Quels effets indésirables le Fepalcon peut-il avoir ? Si t’accumules les doses, les kilos s’imposent. Si t’exposes les doses à la chaleur, elles se décomposent. Que contient le Fepalcon® ? Deux gaufrettes croustillantes enrobés de chocolat au lait [de marque KitKat] offerte par Nestlé. Distributeur officiel : Children Action [suivent les coordonnées à Genève]. Fondation privée qui lutte pour prévenir le suicide chez les jeunes en partenariat avec les Hôpitaux universitaires de Genève. »

Capture d’écran 2015-01-05 à 14.37.32

Photo C. G.

 

Au cas où la dimension spirituelle aurait échappé à quelqu’un, le produit est revendiqué par les laboratoires « Chuizene ». Fepalcon est « une marque ALACON » est-il précisé.

L’informateur qui m’a rapporté ce nouveau gadget de la prévention du suicide juvénile n’a pu m’éclairer sur le point de savoir si les gaufrettes seraient vendues (un comble !) ou distribuées gratuitement. Elles devraient en tout cas être disponibles dans les pharmacies helvétiques. Des services hospitaliers français étudient la possibilité d’adapter la bonne blague, qui a — paraît-il — eu les honneurs de Canal+.

Mauvais goût, démagogie et perversité se conjuguent dans une telle initiative. Ce n’est pas le niveau des jeux de mots utilisés qui est le plus navrant. Même niaiseux, le message peut se concevoir de la part d’un proche, qui résume par pudeur dans une formule convenue [!] son attachement à celui ou celle qui paraît sur le point de « faire une connerie ». Mais l’apostrophe « Fais pas l’con ! », employée en dehors d’une situation de crise où elle peut jaillir spontanément, si l’interlocuteur enjambe l’appui de la fenêtre par exemple, prend une connotation bien méprisante lorsque des psychiatres et des travailleurs sociaux l’emploient à froid et de manière générale pour interpeller et par la force des choses qualifier un(e) suicidaire.

Le rythme vaguement rap des indications de la notice et leur contenu bêtifiant montre assez la soupe démago-infantile qui sert de pensée aux responsables de la santé publique quand ils s’adressent à des jeunes. L’allusion, qui se veut plaisante et complice, aux kilos qu’entraînerait une consommation excessive est un bel exemple de gaffe dans la population dont la composante féminine est particulièrement visée et touchée par l’intoxication publicitaire capitaliste et les pathologies psychosomatiques qu’elle suscite et renforce : autodépréciation, complexes, image du corps hallucinatoire (se voir « grosse »), régimes, dégoût de la nourriture, boulimie, anorexie…

Le fait que la multinationale Nestlé, célèbre pour ses campagnes de remplacement de l’allaitement maternel dans les pays du tiers monde (au profit, évidemment, des laits en poudre qu’elle commercialise), ait jugé bon de fournir la friandise symbolisant le « médicament pour de rire », ouvre des horizons intéressants. Ces marques, qui sont à la fois éclaireurs et étendards dans la guerre menée par le capitalisme contre une jeunesse qu’il faut plier à l’ordre marchand (quitte à rendre fous et malades dès leur jeune âge ceux et celles qui le subissent), pourraient en effet offrir — sous le nouveau déguisement du soin et de la prévention — des échantillons de leurs produits et des gadgets publicitaires. Nul doute que Coca-Cola serait heureux de distribuer de fausses bouteilles de sirop calmant dans les infirmeries des collèges et Hollywood de la gomme à mâcher anti-violence. Nike pourrait griffer des préservatifs de son logo : « Prends ton pied avec Nike ! ».

Faites pas les cons ! c’est pour votre bien que Nestlé, Lacoste et Sony sponsorisent un monde qui donne envie de mourir de faim à des jeunes filles du Nord tandis que les enfants du Sud crèvent de malnutrition sans l’avoir choisi. Malgré les sucreries et les bons mots, les responsables de l’ordre sanitaire ne renonceront pas aux médicaments comportementaux (dont le Prozac est devenu le lucratif symbole) ; ils ne renonceront pas davantage aux camisoles (chimiques ou non), aux internements arbitraires et aux électrochocs.

Sucre d’orge et matraque. Tout un monde ALACON, en effet !

 

Capture d’écran 2015-01-04 à 20.08.33

Échantillon (de prescripteurs probablement, mais la photo est muette).

 

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38 Une vingtaine d’années plus tard, le Fepalcon existe toujours, disponible au « dosage » 1000, avec des friandises d’origines diverses, souvent produit et distribué à plusieurs milliers d’exemplaires.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

En 2015, le syndicat espagnol CGT (anarcho-syndicaliste) a réinventé (ou détourné?) la formule en créant un pseudo-médicament contre le conformisme, la passivité et la soumission, à base de prise de conscience, d’action directe et de solidarité (et de caramel). La boîte contient un tract qui affecte la forme d’une notice.

Capture d’écran 2015-02-20 à 19.26.46

 

 

UNE BONNE GUERRE! (1999)

Dommages de guerre

 

Le texte ci-dessous a été publié dans le journal On a faim ! n° 7, juin 1999, dans la rubrique «Vite fait, sur le divan».

Repris dans Dommages de guerre (L’Insomniaque, 2000), il ne l’était pas sur mon ancien site.

 

 

 

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 

Vite fait, sur le divan (avant l’alerte).

 

La question de savoir s’il fallait bombarder Belgrade, prétendument pour faire plier un régime effectivement dictatorial et meurtrier, ne se pose réellement ni à moi ni à aucun lecteur ou lectrice d’On a faim ! pour la raison que nous n’avons nulle part à ce type de décision. La question (voisine) de savoir « quoi faire d’autre pour les Kosovars » passe un cran dans le bourrage de crâne. D’abord parce qu’elle suppose admis que l’offensive de l’OTAN est réellement motivée par un souci humanitaire, ce qui est un mensonge. Ensuite parce qu’elle me pousse à répondre comme si j’étais l’équivalent, par exemple, du Président de la République. C’est-à-dire comme si je disposais à la fois des informations nécessaires à la prise de décision et du pouvoir. Il n’en est rien.

On peut remarquer ici que les hommes d’État français sont en fait eux aussi relativement démunis : les américains ne leur communiquent même pas les photos satellites des cibles, avant et après bombardement. Les chefs d’ici sont, dans la hiérarchie du nouvel ordre mondial, de tout petits chefs. Ils parviennent néanmoins à mener plutôt efficacement la guerre sur le front intérieur, où les sondages tiennent lieu de repérages satellites (ni plus ni moins précis).

La première victoire du complexe militaro-spectaculaire, disons de l’État pour simplifier, et cela se vérifie durant tous les conflits d’envergure, est d’amener non seulement les citoyens ordinaires, mais des opposants radicaux ou soi-disant tels, à s’interroger dans des termes choisis par lui. Les sondeurs d’opinion savent bien qu’en imposant les termes d’une question, on détermine la réponse. Dans le cas d’une guerre, accepter de débattre les questions que pose l’État et les médias, dans les formes qui leur conviennent, signifie non seulement que l’on s’expose à penser niaisement ce que l’on veut nous faire penser, mais encore que l’on admet comme donnée de départ que nous formons l’État et nous un ensemble cohérent, de type émotionnel, quelque chose comme une famille, dont les intérêts communs surpassent les divergences de détail.

La guerre se présente donc comme l’épreuve de réalité idéale, sur laquelle l’État espère, en partie à juste raison, que viendront se briser projets utopiques et révoltes radicales. Bien sûr, dans la plupart des cas, les révolutionnaires emportés par la fièvre cocardière (voir 14-18) ou simplement submergés d’émotion devant les images télévisées (aujourd’hui), et tétanisés par l’argument de la « guerre humanitaire », ne renoncent pas formellement et pour toujours à leurs prétentions critiques : ils se contentent d’envisager, souvent sans le dire, une parenthèse. Jusqu’à ce que tel ou tel objectif (choisi par des ministres et des généraux) soit atteint, le révolutionnaire renonce à exprimer son point de vue, ou plus exactement il abjure ce point de vue, comme un croyant abjure sa foi. Ce faisant, et contrairement à tout ce qu’il proclame haut et fort d’habitude (et de manière d’autant plus méprisante qu’il s’adresse à des groupes proches, donc rivaux) il donne corps à l’idée que la lutte des classes, le combat révolutionnaire, sont des jeux de société, qui peuvent être suspendus, le temps d’une pause.

 

L’exemple de la « grande guerre »

         En ce temps de guerre, quand l’édition française n’en finit pas d’exploiter le filon de la célébration de 14-18, sur le mode de la mémoire douloureuse, en vendant des centaines de milliers d’exemplaires de lettres de poilus, il est particulièrement indiqué de rappeler le débat qui agita le mouvement anarchiste. Des militants connus, parmi lesquels Kropotkine, publièrent le « Manifeste des seize ». On y lit notamment : « Nous anarchistes, nous antimilitaristes, nous, ennemis de la guerre (…) nous nous sommes rangés du côté de la résistance [à l’agression allemande] et nous n’avons pas cru devoir séparer notre sort de celui du reste de la population. (…) Et, avec ceux qui luttent, nous estimons que, à moins que la population allemande, revenant à de plus saines notions de la justice et du droit, renonce enfin à servir plus longtemps d’instrument aux projets de domination politique pangermaniste, il ne peut être question de paix. »

Remplacez «allemande» par «serbe», et vous constatez que le raisonnement de capitulation devant les règles édictées par l’État étaient les mêmes qu’aujourd’hui. A la différence qu’aucun militant libertaire n’a, à ma connaissance, appelé ces dernières semaines à la guerre démocratique-humanitaire (je dis bien libertaire et non «libéral-libertaire», variante américanisée du libéralisme sauvage). Les anarchistes sont peut-être mieux protégés que d’autres révolutionnaires par leurs réflexes antimilitaristes, encore que ces réflexes n’aient pas empêché la quasi totalité des militants de partir en 1914. Le débat empoisonna le mouvement durant quinze ans encore. Je suis de ceux qui estiment qu’il ne s’en est pas relevé, pas plus que le mouvement ouvrier dans son ensemble d’ailleurs (figé ensuite dans le soutien à l’URSS stalinienne). Voilà ce qui motive mon inquiétude, quand je constate aujourd’hui le silence et l’apathie de la majorité des libertaires français, les dérives et le renoncement de certains autres, plus nombreux (ce qui ne me console pas) dans l’ultra gauche et le milieu radical. Capituler, ne serait-ce que par un silence embarrassé, devant la raison d’État, laisser à nos ennemis le privilège exorbitant d’incarner — en kaki — l’idée de communauté humaine, c’est renoncer à ce que nous sommes, puisque, comme disait Shakespeare, nous sommes faits de la même étoffe que nos rêves.

Accessoirement, les libertaires ont perdu une occasion (ce n’est pas la première) d’apparaître dans le désert qu’est la «gauche de la gauche», comme un pôle de radicalité. A l’impossible, nous songerons plus tard. Tâchons pour l’instant, plus d’un mois après le déclenchement d’une guerre que l’on fait en notre nom, et quelle que soit son issue, de nous ressaisir, et de sauver l’honneur de l’idéal internationaliste dont nous nous proclamons les hérauts.

 

                                            Claude Guillon

Objecteur-insoumis par tous les temps, de guerre comme de paix.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Trousse d’urgence

 

— Les commentateurs les plus modérés reconnaissent que la guerre n’a atteint aucun de ses buts prétendus. Massacres, viols et expulsions des Kosovars ont eu lieu. Milosevic a utilisé l’offensive de l’OTAN comme occasion pour déclencher les déportations, et pour resserrer autour de lui son opinion publique. La guerre n’a pas évité de morts kosovars, mais elle a tué des civils serbes qui ne seraient pas morts autrement.

— L’argument selon lequel l’offensive a été déclenchée parce qu’il était impossible moralement de laisser faire un dictateur est une obscénité. On en laisse faire autant aux dirigeant postaliniens chinois, en Chine même et au Tibet ; on les reçoit dans les capitales occidentales ; la France les soutient à l’ONU ; les pays occidentaux les financent. Parce que cela arrange tout le monde que l’immense Chine connaisse une relative stabilité, et parce que l’on espère l’ouverture d’un juteux marché.

— L’objectif de la guerre est avant tout politique et stratégique. L’OTAN souhaitait, à la veille de son cinquantième anniversaire, justifier le redéploiement de ses bases en Europe de l’est, et pour cela utiliser la dictature néo-stalinienne de Milosevic comme nouvel épouvantail, l’URSS ayant implosé.

— Le raisonnement selon lequel «il peut être nécessaire, hélas, de tuer quelques personnes innocentes pour en sauver de nombreuses autres» a un inconvénient pratique : on n’est jamais sûr que ça marche. Et un inconvénient moral : c’est exactement le raisonnement qui justifie la torture («je torture celui-là, mais c’est pour sauver la vie des clients du café où il a, peut-être, placé une bombe». On ne peut pas penser à moitié comme un militaire.

— La protestation contre la guerre obligerait à de compromettants voisinages (serbes milosevichiens, staliniens, nouvelle droite, etc.)… Quand Alain Juppé a qualifié le FN de parti fasciste, est-ce que j’étais contraint pour autant d’éprouver soudain de la sympathie ou de la reconnaissance pour un Premier ministre ? Était-ce une raison pour renoncer à qualifier le FN de fasciste parce qu’un adversaire le faisait, quinze ans après nous ? Niaiseries. Je suis opposé à la guerre pour des raisons très différentes de celles des néo-fascistes. Si je les croise, je peux le leur expliquer à coups de manche de pioche.

— Hormis des actions ponctuelles (manif contre une ambassade, etc.), la meilleure manière de pratiquer l’internationalisme est de se battre là où l’on vit contre les représentants locaux du capitalisme et ceux qui le servent.

NTM : sexiste ou freudien? (1997)

Ce texte inaugurait dans la revue On a faim ! animée par Jean-Pierre Levaray, une rubrique intitulée « Vite fait, sur le divan ». Le programme d’On a faim ! s’énonçait ainsi : « Anarchy et musik, écritures, multimedia, infos, chroniques » (nouvelle série, n° 2, mai 1997).

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 

« Faut-il vraiment, écrivait la sociologue Marie-Victoire Louis[1], que notre société — et les élites qui s’y expriment — ait perdu toute éthique pour que personne n’ait pu dire sans ambages que l’expression “Nique ta mère” signifie : “Baise, viole ta mère” ? »

Étudier le vocabulaire, populaire ou dominant (concernant les femmes, c’est souvent le même), pour en décoder le contenu machiste est un exercice salubre et même indispensable (sait-on, par exemple qu’en anglais rap signifie coup, et rape, viol ?). Les propos cités plus haut montrent qu’il serait dangereux d’en confier le soin aux seuls ethnologues, sociologues et autres « logues ».

Dénommer un groupe musical « Nique ta mère » peut-il être considéré, comme le prétend Mme Louis, comme « une insulte contre des femmes et une menace [de viol] qui pèse sur toutes » ? On pourrait dire, en caricaturant à peine, que c’est bien ça, sauf que c’est exactement le contraire… Plus qu’une crise de «politiquement correct», il semble que notre sociologue a commis un énorme contresens.

Je ne me livrerai pas à un procès d’intention quant aux mœurs amoureuses et à la mentalité des membres du groupe NTM, que je ne connais pas, ni non plus à une analyse des textes de leurs chansons, auxquels l’article de M.-V. Louis ne fait pas allusion. Restons-en à nique ta mère !

Pour quiconque — je m’excuse d’être désobligeant — a entendu proférer cette injure et dispose d’un minimum d’intuition (inutile qu’elle soit féminine), il est clair qu’il ne s’agit en aucune façon d’une invitation, ce qui serait d’ailleurs contradictoire avec le caractère d’injure. Tout au contraire, lancez un nique ta mère ! à un adversaire (le plus souvent masculin), c’est le dénoncer comme incestueux, affirmer publiquement : « Celui-là est méprisable au point qu’il baiserait sa mère ». Ou encore « Celui-là qui joue les terreurs, il est encore sous les jupes de sa mère ; il doit la baiser ma parole ! Pas étonnant, personne d’autre ne veut de lui. » C’est le symétrique exact d’une autre expression, peut-être utilisée quelquefois, mais qui n’a pas connu la même vogue médiatique et populaire, et qui serait : « Je nique ta mère » (sur le modèle de Je t’encule, Je t’emmerde, etc.). Dans cette expression, la menace contre les femmes est clairement exprimée, et l’on peut considérer les viols de la « purification ethnique » comme leur conséquence extrême.

D’autres expressions, déclinaisons très variées sur un modèle simple (« Ta mère en… »), cherchent à ridiculiser — plus ou moins sévèrement — l’adversaire par l’évocation d’une posture ou d’une situation incongrue ou grotesque dans laquelle on imagine sa mère. Exemple parmi des centaines produites dans les banlieues : « Ta mère en short au Monoprix ! » On peut admettre que ces expressions, si elle ne contiennent pas de menace directe, évoquent l’hypothèse que la mère de l’adversaire pourrait être contrainte à se mettre dans une situation déplaisante. En revanche, nique ta mère renvoie simplement à l’intimité de l’interlocuteur. Ce n’est pas une menace, mais un dévoilement. Notons au passage que la fortune de cette expression révèle surtout la prégnance du tabou de l’inceste mère—fils, dénoncé comme la plus grande honte possible, l’accusation la plus infamante. Nique ta mère relève donc, de ce point de vue d’une stricte orthodoxie freudienne.

Peut-être pourrait-on considérer que l’insistance sur cette version de l’inceste, la moins pratiquée, souligne en creux la fréquence de l’inceste père—fille (et dans une moindre mesure père—fils). On n’entend pas, autant que je sache, adresser à des filles un Nique ton père ! Il y a pourtant, à l’évidence, davantage de petites filles et d’adolescentes contraintes de masturber leur père (leur oncle…) ou de se faire baiser par lui, que de fils qui baisent leur mère, de gré ou de force.

À moins que cette expression qui semble, aux oreilles inattentives, viser la femme—mère nous parle surtout du père, non pas le père violeur, mais bien plutôt le père du modèle le plus répandu : inexistant. Renvoyer l’adversaire entre les cuisses de sa mère, ce serait l’envoyer dans les cordes d’un ring exigu, où la mise en scène caricaturale de la virilité cherche à compenser l’absence d’image masculine paternelle et de modèle de rapport entre les sexes. Ça n’est pas la moindre des menaces qui pèsent sur les femmes et vient compliquer encore leur rôle d’éducatrices.

Il est vrai par ailleurs que les femmes continuent à jouer le rôle peu enviable de paratonnerre de la violence sociale. Pourtant, dans l’expression considérée, « nique ta mère », cet aspect est très secondaire. Il s’agit plutôt, de faire la nique à une vie de frustrations, où le seul repère sexué tangible est la mère, interdite.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Présidente de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (« NTM, injure sexiste », Libération, 9 décembre 1996).

 

Ce texte a été republié dansrubon5

Lettre ouverte à un terroriste (1986)

Cette lettre ouverte à François Mitterrand, président de la République, avait pour prétexte le procès de cinq objecteurs de conscience rennais, dont deux étaient de mes amis.

J’y ajoute une lettre inédite au président du tribunal de Pontoise appelé à juger mon camarade Gil Delisse. La « lettre ouverte » a été publiée dans On a faim ! (n° 5, septembre 1986) et dans Le Monde libertaire (n° 631, 2 octobre 1986).

 

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Nous ne céderons pas au chantage terroriste. Vous avez beau agiter sous notre nez les cadavres de la rue de Rennes[1], vous ne nous ferez pas trouver meilleure l’odeur de votre démocratie.

Vous avez plein la bouche des valeurs et des libertés démocratiques quand pas moins de cinq cent réfractaires à l’armée croupissent dans les prisons. Anarchistes, pacifistes ou témoins de Jéhovah, ils paient cher l’étrange idée que vous vous faites de la liberté d’opinion.

Allez monsieur, on ne pontifie pas sur l’exercice de la terreur le doigt sur le bouton de la force de frappe. On ne prêche pas le respect de la vie quand on vend les moyens du meurtre sur toute la planète. Vous êtes un clown pas moins sanglant que d’autres.

Paris s’est couvert de policiers. Ils traquent le faciès comme ils l’ont toujours fait, mais c’est aujourd’hui une tâche patriotique. On a placardé sur les murs les visages des suspects, tabassé et expulsé des hommes qui n’étaient suspectés de rien. On a institué des contrôles aux frontières et aux portes des supermarchés. Rien qui puisse gêner les assassins. Il ne s’agit d’ailleurs pas de cela, mais de faire croire à la guerre. À la guerre, c’est-à-dire et surtout à la nécessaire « Union sacrée » de tous autour de l’État.

Il a suffi à une demi-douzaine d’assassins de quelques kilos d’explosifs et de moins de morts que la route n’en produit un week-end de Pentecôte pour bricoler une image de guerre suffisamment crédible pour que le deuxième personnage de l’État s’en saisisse aussitôt. Et vous avez approuvé. C’est la guerre, dit-on aux braves gens ! Va pour la guerre ! Ils pensent, parlent et demain agiront en conséquence. La haine des « Arabes » s’exprime de plus en plus ouvertement. Vous seriez mal fondé à vous en étonner. La guerre réclame et justifie l’union de tous les patriotes. Or cette pseudo-communauté n’a — ne peut avoir — comme ciment que le racisme et la xénophobie. C’est l’État qui a donné le mot. C’est votre œuvre aussi bien que celle des assassins.

Le 2 octobre prochain, cinq libertaires[2] seront traduits devant le tribunal correctionnel de Rennes pour avoir refusé tout service national, qu’il fût militaire ou civil. Il est vrai qu’ils conchient l’armée française comme certain poète dont votre gouvernement a salué avec émotion la dépouille. Mais le poète chantait l’Armée rouge et le Guépéou, tandis que les cinq de Rennes exècrent tous les uniformes. Depuis que vous êtes au pouvoir, les années de prison tombent sur les réfractaires plus dru que sous le règne de la droite. Et vous, vous continuez à parler de liberté (mes hommages à Madame !).

J’entends déjà le procureur de la république requérir contre mes camarades au nom de l’Union nationale, des temps troublés que nous vivons, du défi lancé à la démocratie et autres fadaises de circonstance. Il pourra leur donner en exemple tous ceux, tortionnaires de la guerre d’Algérie, admirateurs du Goulag, assassins de Machoro[3], dynamiteurs mercenaires qui se pressent à l’appel de l’État. Tous enrôlés contre la « barbarie ». Laissez-moi rire !

Objecteur de conscience, insoumis au service civil depuis 1976, j’ai commis le même crime que les jeunes libertaires que l’on va juger. Vous vous êtes débarrassé par l’amnistie de 1981 de plus de trois mille de mes semblables. J’ai donc prêché d’exemple sans jamais être poursuivi. J’ai, dans un guide pour les adolescents intitulé Ni vieux ni maîtres (1979), décrit en détail les moyens de refuser tout service national. À l’heure où des jeunes, de dix ans mes cadets, risquent leur liberté pour les même convictions que j’ai toujours défendues, je persiste et signe.

Nous ne céderons pas au chantage terroriste de l’État.

L’état de siège que vous voulez décréter dans les esprits avant de l’instituer dans la rue ne m’empêchera pas de vomir la France et son armée, vous, votre grande culture, vos juges, vos flics et vos maisons d’arrêt.

 

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Lettre à Monsieur le président du tribunal appelé à juger Gil Delisse

 

(Tribunal correctionnel de Pontoise ; audience du 25 mars 1987.)

Les dernières années de sa vie, mon grand-père se réveillait parfois, trempé de sueur : « J’étais avec un Allemand ».

Cette guerre [14-18] lui avait coupé le souffle. Un poumon en moins et, quarante ans après, encore un éclat d’obus dans l’autre. Tant d’autres, de ses frères, avaient été tués ; exceptionnellement robuste, France (ainsi se prénommait-il !) avait survécu. Il disait : « Les hommes, y repartiraient peut-être, y sont si bêtes ! »

Quand j’entends un salaud me parler de « patrie », je pense à la douleur de cet homme dont je porte le nom.

Je suis moi-même objecteur de conscience et insoumis au service civil depuis plus de dix ans. J’ai, dans un guide de poche à l’usage des adolescents, […] recommandé l’insoumission au service civil. Ni moi ni mon éditeur n’avons été inquiétés.

Il faut à la Justice des réserves inépuisables de lâcheté et d’hypocrisie pour poursuivre encore des garçons comme Gil Delisse quand 4 000 de ses semblables (dont je fais partie) ont été laissés en paix.

Il est des saloperies avec lesquelles on ne saurait transiger. Je conchie l’armée française et les poursuites pour délit d’opinion, qu’elles visent des réfractaires de Paris ou de Moscou.

À mes yeux, rien ne peut laver la faute de s’ériger en juge ; foutre la paix une bonne fois aux objecteurs en général et à Gil Delisse en particulier serait toutefois une circonstance atténuante.

Fait à Paris, le 13 mars 1987.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] L’attentat perpétré le 17 septembre 1986 devant le magasin Tati de la rue de Rennes fait sept morts et cinquante-trois blessés. Il est revendiqué par un Comité de solidarité avec les prisonniers politiques arabes, probablement lié au Hezbollah libanais.

[2] Il s’agissait de Pascal Le Floc’h, Serge Le Roux, Bertrand Desroches, Francis Dugay, Pierre Freoux.

[3] Eloi Machoro, secrétaire général de l’Union calédonienne, principale composante du Front de libération kanake socialiste (FLNKS), assassiné le 12 janvier 1985 par les gendarmes du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN).

 

Ce texte a été republié dansrubon5