Rencontres du Maquis pour l’Émancipation ~ 10 au 15 août 2022

Je suis heureux de mettre en ligne ici le beau programme de ces nouvelles «Rencontres du Maquis pour l’Émancipation». Mon seul regret est que cancer et traitements m’empêcheront d’y participer. Salut fraternité et sorellité aux camarades de la Commune du Maquis!

“La liberté ne se mendie pas. L’Envolée 2001-2008” ~ par Olivier Cueto et Nadia Menenger

Je dois des excuses à Nadia Menenger. Pour ce qui est d’Olive – Olivier Cueto – c’est un peu tard: il est mort le 28 mars 2020, d’un cancer qu’il avait gardé secret (chacun sa manière).

J’ai reçu les exemplaires envoyés par Nadia le 3 janvier dernier, soit précisément la veille de mon entrée à l’hôpital Lariboisière pour l’opération que l’on sait. Faut-il dire que les jours suivants mon retour chez moi ont été un peu agités?… Des dizaines d’ordonnances, de comptes rendus et de boîtes de médicaments sont venus s’empiler par-dessus les livres qui s’entassaient déjà sur ma table. Or je suis affligé d’une faiblesse intellectuelle, qui me coûte très cher en efforts et en énervements dans mon travail de recherche: ce que je n’ai pas sous les yeux, je l’oublie.

Cela ne vaut que pour le papier.

Je n’oublierai pas Olive, camarade adorable dont le sourire faisait se plisser aux coins des yeux de petites rides. Je ne me souviens pas quand nous nous sommes rencontrés, mais j’ai le vif souvenir de périodes, au début des années 2000 où nous nous sommes beaucoup vus, parfois chaque jour, parce que nous suivions (dans tous les sens du terme) les lycéens en lutte dans les rues de Paris. Figure d’ailleurs dans le livre un bel article de 2005 sur le mouvement lycéen. Et puis à l’Assemblée de Montreuil, qu’il a cofondé, comme il a cofondé l’émission de radio et la revue qui portent le même titre: L’Envolée.

Olive était un fondateur (d’autres exemples de revues qu’il a contribué à créer sont donnés dans le livre). Il avait le sens du contact, de la solidarité et de l’hospitalité. Non seulement c’était une fine gueule, mais il cuisinait très bien, et je garde le souvenir ému d’une paella monumentale que nous avons dévorée à quinze…

L’objectif de L’Envolée a été double dès le début: donner la parole aux enfermés et plaider pour l’utopie concrète d’une société désincarcérée, une société sans prisons.

Il était naturel que Nadia, elle-même coanimatrice de L’Envolée, de l’origine jusqu’en 2008, et que l’Insomniaque – Olive avait pris une grande part au livre Au pied du mur. 765 bonnes raisons d’en finir avec toutes les prisons publié par cet éditeur en 2000 – lui rendent hommage tout en donnant une image concrète de l’énorme travail qu’il a accompli à L’Envolée.

L’Insomniaque éditeur, 301 p., 15 €.

Statut de l’ouvrage: Offert par l’autrice.