MARSEILLE[S] ~ Décembre 2017

Dans le train, j’ai lu le récent et beau roman de Lola Lafon sur la révolte, l’identité et la transmission: Mercy, Mary, Patty.

D’après la quatrième de couverture, Lola est «écrivain et musicienne». Tiens!… Pourquoi pas «écrivaine et musicien»?

Autre erreur: Actes Sud a, semble-t-il, tranché en faveur d’«évènement». C’est bien dommage. Faut-il désormais chanter a contrario «Il est né le divin enfant. Chantons tous son avénement»?

Comme je l’avais pressenti et annoncé il y a peu, l’hiver est rude à Marseille.

L’ami Missak restait de bronze malgré le vent glacé qui soufflait samedi, tandis que la mer était d’un bleu profond à couper le souffle (enfin, ce qu’il en restait!).

Samedi soir, présentation de la biographie de l’Enragé et «curé rouge» Jacques Roux par Walter Markov, publié chez Libertalia, à Mille Bâbords.

Trois heures d’échanges passionnés avec les 11 personnes présentes, malgré un défaut de chauffage du local qui donnait une idée assez exacte de l’ambiance des réunions en 1793. Ne manquaient que les bougies à la place de l’éclairage électrique…

Merci à Xavier d’avoir organisé cette séance.

Trouver à manger dans Marseille, passé 23h, alors que les restaurants fermaient plus tôt que d’habitude pour cause de rare clientèle – dissuadée par le froid – ne fut pas une mince et courte affaire… mais tout s’est bien terminé.

Message personnel

Charles J., on me dit que tu devais être présent et que tu as même sollicité et obtenu un changement de date pour pouvoir venir (la présentation devait avoir lieu vendredi). J’espère que tu n’as pas été emporté par une bourrasque…

MARSEILLE[S] ~ Octobre 2017

Bestiaire disco-mural, rue des Dominicaines.

À la Vieille Charité, où se tient une exposition sur Jack London.

Le monde, vu par-dessus l’épaule de Missak Manoukian.

Pelle et glace pilée: l’hiver s’annonce rude…

Parvis de la gare Saint-Charles.

Ce panneau masque désormais le grand tableau indicateur des mouvements de trains. Offensive psychologique? Pas seulement, m’explique une jeune femme préposée à l’information. Il s’agit d’éviter un rassemblement trop compact. Convenablement répartis aux pieds des multiples écrans d’ordinateurs affichant départs et arrivées, les voyageurs fourniront une cible moins commode aux terroristes. Le gibier a sa chance!

MARSEILLE[S] ~ Août 2017

FIGURES MARSEILLAISES

Habituel salut à Missak Manouchian

 

COUTUMES LOCALES

Usage acrobatique du second degré.

Pas de second degré, je le crains.

Raison sociale obscure, voire suspecte.

L’ingéniosité pallie le manque d’espace.

Et en effet, pourquoi faire mystère de ses préférences ?

[Tableau des occupants d’un immeuble]

Avenue de la Corderie: fouilles archéologiques livrées à Vinci.

Mensonges préfectoraux.

 

Et puis M. était aux abonnées absentes – comme d’habitude – et V. travaillait (ce qui est moins commun).

Cartes postale de Marseille [bis]

Merci aux camarades du Manifesten de m’avoir invité le vendredi 12 mai dernier pour parler des Enragé(e)s dans la Révolution française, causerie donnée après une manif (molle) contre l’Action française. Et merci aux attentifs et aux questionneuses (et vice et versa).

Manifesten, au croisement de la rue Thiers – judicieusement rebaptisée Louise Michel – et de la rue du Loisir.

En-Rage-Etc. (merci Cécile)

«À 65 ans, si t’as pas eu ton nom arraché sur une affiche, t’as raté ta vie…»

Volets en bois peints d’une boutique près du Cours Julien.

Salut en passant à Manoukian!

Les Catalans.

— Au début, tu la trouves fraîche, mais au bout d’un moment, tu réalises qu’elle est glacée !

Colonies d’Afrique”, l’une des deux statues qui flanquent l’escalier menant à la gare St-Charles (celle-ci à dr. en montant).

Ah! la monumentale nostalgie de la disponibilité érotique et languide (et fantasmée!) des femmes exotiques…

Colonies d’Asie” (à g.).

Il y a aussi une autre statue qui évoque, un peu plus haut à gauche, Massalia colonie grecque. Faut-il comprendre qu’on est toujours le colonisé de quelqu’un, ou au contraire que deux colonisation en rachètent une…?

Il m’a semblé distinguer que les manifestant(e)s antifascistes préféraient le latin Massilia, plus adapté au slogan « Massilia! Massilia! Antifascista!”

Et salut! à cet excellent – mais timide – camarade, qui se reconnaîtra (photo de Margot).

Menace de fermeture administrative du “Molotov”, salle de concert à Marseille: on signe la pétition!

capture-decran-2016-12-22-a-23-22-44

Lieu indispensable de la scène alternative marseillaise, le “Molotov” est menacé.

On se bouge et on signe ici la pétition!

Quelques jours après l’annonce du renouveau de Marseille Capital culturelle 2018, le Molotov, salle de concert reconnue, est menacé de fermeture.

Le 19 novembre, un contrôle de police a eu lieu au Molotov. Ce soir là, peu de monde dans notre salle lors d’une soirée de soutien humanitaire organisée par la fanfare de l’école centrale « Note away ». Divers demandes de papiers et vérifications ont été effectuées et tout était en règle. Rien ne nous a été signifié à la fin du contrôle.

Suite à ce contrôle nous avons reçu hier un courrier du préfet nous notifiant une volonté de fermeture administrative.

Les raisons invoqué sont « un fort bruit de musique amplifiée » et un « trouble à la tranquillité publique » due a la présence de gens à l’extérieur. Bien que nous ayons l’autorisation de musique amplifiée ainsi qu’une étude d’impact sonore positive depuis 2012, ce soir là, le concert était acoustique. Le Molotov se situe sur une place publique avec d’autres commerces qui l’entourent, il est difficile de définir l’origine des gens dehors, la place Paul Cézanne étant un carrefour de passage, une zone de circulation libre et vivante grâce à ces divers commerces. La notion de « bruit »et de « trouble à la tranquillité » due à la présence de passants est bien subjective lors de ce contrôle.

Depuis maintenant 4 ans, le Molotov est devenu un acteur culturel incontournable, nous avons accueilli plus de 900 concerts et plusieurs milliers d’artistes venus du monde entier.

Nous avons soutenu de nombreuses associations dont le rôle est reconnu dans notre ville.

En 900 concerts nous n’avons jamais eu de problème avec notre voisinage. Comme le démontre cette pétition, nous avons le soutien de nos voisins directs ainsi que l’ensemble des commerçants du quartier élargi. Notre salle est aussi reconnue par une multitude d’institutions, partenaires culturels, associations, médias locaux et nationaux… Nous pensons malheureusement, que le problème n’émane pas du « bruit » ni de notre rapport envers notre voisinage  Nous serons dans la capacité de vous en dire plus bientôt.

Le Molotov sollicite  votre soutien, vos signatures, partages sur les réseaux sociaux, et votre mobilisation.

Avec cette pétition nous demandons donc la fin de la procédure de fermeture administrative à notre encontre.

capture-decran-2016-12-22-a-23-24-05

 

Extrait de l’article publié sur le site de La Provence:

Mais le bar y joindra aussi des pièces moins ordinaires : ainsi, ce message, publié sur le compte Facebook d’Olivier Bianciotto, estimant qu’il « y a fort à parier que le Parti de la France n’est pas pour rien » dans la mesure administrative visant l’établissement. Délégué départemental de ce parti d’extrême droite créé par l’ex-FN Carl Lang, l’homme a été condamné en 2015 pour avoir profané, à Marseille, la stèle du militant communiste Missak Manouchian. Ce même Olivier Bianciotto avait, à la mi-octobre, publié le fac-similé d’un courrier par lui adressé à Jean-Claude Gaudin. Il y demandait qu’Hazem El Moukadem soit « poursuivi pour trouble à l’ordre public », en raison de son activité militante « antifa » et de la responsabilité supposée de son collectif dans des bagarres avec le groupuscule royaliste de l’Action française. Ces dénonciations sans preuves ont-elles pu susciter l’intervention policière ? Futur candidat aux législatives, Olivier Bianciotto, elliptique, se targue de « bons contacts dans toutes les tranches de la population ». Mais jointe par nos soins, la Ville dément avoir « reçu ou transmis » cette lettre au préfet. « Ce monsieur nous a déjà écrit, mais ce courrier-là, on ne l’a pas non plus, assure-t-on côté police. On est intervenus sur la base de doléances de riverains faites le soir même. » Perplexité au Molotov : « Nos voisins, on les connaît. Certains ont même signé notre pétition. »