NOTRE «LÉGITIMITÉ» SE CONSTRUIT DANS LES LUTTES (2007)

 

Capture d’écran 2014-11-18 à 16.20.41Ce texte a été distribué sous forme de tract, à Paris, dans les manifestations et assemblées générales qui ont suivi l’élection présidentielle.

 

 

Le système baptisé « démocratie représentative » est un système de régulation sociale. Il n’a pas pour fonction d’organiser le « pouvoir du peuple », comme pourraient le faire croire l’étymologie et la légende dorée républicaine.

La démocratie représentative est, à ce jour, le mode de gestion politique du capitalisme le plus efficace. Il organise l’apparence d’un contrôle populaire et constitue par là un préservatif contre la lutte des classes.

Ce système repose sur la fiction selon laquelle les sociétés humaines sont divisées en «nations» et non en classes, à l’intérieur desquelles les intérêts des « citoyens », considérés comme individus séparés les uns des autres, peuvent être considérés indépendamment de leur situation sociale. La « preuve »… il y a des ouvriers qui votent pour des politiciens bourgeois, de gauche, de droite ou d’extrême-droite.

La loi du capitalisme, c’est la loi du marché, de l’argent et des marchandises, ce que l’on appelle « économie ». L’économie est supposée s’imposer à l’espèce humaine comme la loi de la gravité. Mais tout le monde peut constater qu’un pavé lancé en l’air retombe, tandis qu’on peut douter de la fatalité du travail exploité et de la production d’objets nuisibles. La démocratie est là pour persuader chacun(e) qu’il/elle est coresponsable de la perpétuation du système. Ça n’est pas une chose que l’on subit, c’est une chose à laquelle on participe.

Le système peut d’ailleurs se contenter d’une participation purement symbolique. Le gouvernement des États-Unis ne se prive pas de donner des ordres au monde entier, alors qu’il est élu (à supposer que ce mot convienne) malgré le plus fort taux d’abstention de la terre.

La « légitimité » des dirigeants élus est une blague de mauvais goût : « Vous avez été assez sots pour croire à mes fariboles ; vous avez gagné le droit de la fermer ! »

C’est la méthode de la bourgeoisie : distribuer des somnifères aux pauvres pour conjurer ses propres cauchemars (voyez l’obsession anti-1968 de Sarkozy ).

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 

Accepter la « légitimité », non seulement au sens légal mais moral, politique et historique, de l’élection présidentielle, signifie qu’il aurait fallu accepter sans protester l’éventuelle élection d’un Le Pen en 2002 ! Après tout, Hitler aussi a été élu…

Qui peut sérieusement énoncer de pareilles ordures, sinon les chefaillons de partis qui espèrent que le même verrouillage mental et légal fonctionnera demain à leur profit.

Sarkozy n’est pas un nouveau venu. Il a sévi comme ministre de l’Intérieur, renforçant et modernisant un appareil répressif contre les travailleurs étrangers et les jeunes. Personne ne l’avait élu pour organiser des rafles quotidiennes à Paris. Il l’est aujourd’hui, et ça ne change rien pour nous.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 

Dans l’histoire de France, le terme « légitimistes » désignait les partisans de la branche aînée des Bourbon, détrônée par la révolution de 1830. Contre les légitimistes d’aujourd’hui, une révolution reste à faire. Anticapitaliste et instituant la démocratie directe, nous la voulons communiste et libertaire.

Annoncé par une campagne « anti-68 » délirante, il était juste et logique que le quinquennat de Sarkozy commence par des barricades et des incendies… Il commence aussi par des dizaines de mois de prison ferme distribués au pif. Il sera fertile en luttes sociales, qui devront répondre à ses offensives (assurance chômage, retraites, universités, droit de grève, etc.).

Au patronat et à l’Élysée, les Sarkozy ont pour eux la loi (c’est eux qui l’ont faite!) et la force brutale. À nous de construire dans les luttes notre propre légitimité, nos propres solidarités, notre histoire.

…Pour un communisme libertaire

 

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

 

Pas de bouclier fiscal pour l’héritage de mai 68 ! Le printemps cent pour cent!

Jolies héritières, beaux héritiers, votre président vous le dit : la vraie vie est dans les chiffres.

Apprenez ceux qui comptent !

22, v’la les cibles ! Fais-leur voir 36 chandelles ! Dans la rue, 68 ! Entre nous, 69 ! N’attends pas 107 ans !

 

 

 

Censure et violence contre le FN : principes ou stratégie ? (1997)

Publié dans la revue No Pasaran (avril 1997, n° 46).
Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

L’expulsion par la force, puis la mise à sac (partielle), du stand du Front national, lors du dernier Salon du livre, a provoqué un débat sur lequel il n’est pas inutile de revenir. La situation se représentera en effet à de nombreuses reprises dans les temps qui viennent.

Les questions posées sont de deux ordres. Du point de vue des principes, tout d’abord, est-il « démocratique » ou moralement défendable de demander ou d’imposer « l’interdiction » des livres ou des journaux fascistes ? N’est-ce pas utiliser les mêmes méthodes que l’adversaire ? D’un point de vue tactique, ensuite, est-ce faire le jeu du Front ?

Je suis absolument hostile, j’ai eu l’occasion de le répéter à maintes reprises, à toute espèce de censure d’État, sans aucune exception possible. Ni Mein Kampf ni les livres pédophiles ou pornographiques, ni la Bible ni Suicide, mode d’emploi, pour prendre quelques uns des exemples qui viennent à l’esprit des censeurs démocrates. Mais il s’agit de bien savoir pourquoi !

La première raison est que je refuse de déléguer mes colères ou mes dégoûts à mes ennemis. Si je peux être amené à porter plainte contre des militants FN ou des policiers agresseurs, ou contre tel écrivain ou journaliste diffamateur, je n’entends pas confier aux tribunaux le soin de trancher des débats théoriques, historiques ou moraux ou celui de décréter une vérité officielle, dont je suis adversaire par principe.

Je ne me place pas du point de vue d’un droit naturel abstrait à la libre expression de toute entité vivante dans la galaxie (ce qui devrait en effet inclure M. Le Pen), mais du point de vue de la stratégie révolutionnaire. Il serait naïf et dangereux de venir réclamer au ministre de l’Intérieur des mesures coercitives contre tel de nos adversaires, alors que l’expérience historique montre qu’une loi votée contre les fascistes servira immanquablement demain contre les révolutionnaires. Dans les années 70, la Ligue communiste a ainsi été dissoute en application d’une loi votée dans les années 30 contre les ligues fascistes… Aujourd’hui, le summum de l’imbécillité « démocratique-radicale » est de réclamer l’interdiction du Front national, d’ailleurs pure rodomontade puisqu’elle est impossible à envisager juridiquement. Exemple limite, la pétition lancée par Charlie Hebdo est ainsi rédigée : « Nous vous demandons de dissoudre le Front national, cette ligue dont le but politique est de faire disparaître la République. » Je rappelle que le mouvement anarchiste est né sous et contre la République, et que la logique de cet appel suppose de réclamer également l’interdiction de tous les groupes libertaires et révolutionnaires, la saisie de leurs journaux et la fermeture de leurs radios !

Dans un texte précisément distribué aux alentours du stand FN au Salon du livre par Pierre Guillaume, révisionniste bien connu, le libraire qui diffuse le dernier livre de Roger Garaudy fait remarquer que la librairie La Vieille Taupe (du même Guillaume) a été contrainte de fermer à la suite de nombreuses agressions, alors que les livres qu’elle vendait n’étaient pas interdits. L’argument rencontre un certain écho. Dans Libération (17 mars dernier), Laurent Joffrin écrit à propos du FN : « L’emploi de moyens violents, coercitifs, contre la propagande frontiste n’est pas aujourd’hui opportun. […] Seuls ses propos ou écrits illégaux peuvent être sanctionnés. »

Les militants révolutionnaires se trouveraient donc dans une impasse : soit ils recourent à la censure d’État, avec pour conséquence de la renforcer jusqu’à ce qu’elle les frappe, soit ils emploient des moyens violents, jugés illégitimes ou maladroits en ce qu’ils servent un adversaire prompt à jouer les martyrs.

Je pense que nous pouvons sortir de ce dilemme en combinant refus de toute censure d’État et actions spectaculaires, qu’elles soient à caractère « militaire » ou non. Pour prendre un autre exemple, je suis à la fois hostile à l’interdiction policière des manifestations intégristes devant les cliniques qui pratiquent les avortements et favorable à des contre-manifestations violentes. Il peut s’agir de violences symboliques (jet d’œufs, de peinture, dégradation du matériel de l’ennemi) et non uniquement de violences contre les personnes, dans le genre « manche de pioche ».

Le risque de tels incidents ne réside pas tant dans l’usage immédiat (et inévitable) qu’en fait la propagande de l’adversaire, que dans une polarisation progressive, et excessive, sur des affrontements militaires, dont on sait par expérience qu’ils sont propices aux fixations machistes et élitistes, et finissent par transformer aux yeux de la population l’agitation révolutionnaire en une espèce de rivalité entre extrême gauche et extrême droite, match arbitré – sans aucun esprit sportif – par la police. La poursuite du débat sur ces questions de stratégie, la diversification des formes d’actions violentes (par le recours à la dérision), un soin particulier mis à expliquer publiquement ce type d’actions, devraient permettre de limiter ce risque.

Ce texte a été republié dans  rubon5

Au NON de quoi ?  Anarchisme, abstention et constitution européenne (2005)

Texte publié en ligne le 14 février 2005, repris dans la revue Ni patrie ni frontières (n° 13-14, novembre 2005).

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Le prochain référendum sur la constitution européenne est l’occasion de réexaminer un problème de stratégie politique qui est souvent envisagé par les anarchistes de manière uniquement dogmatique. On évoquera ici, outre la situation française, les positions récentes de Noam Chomsky et de Paul Mattick Jr aux États-Unis.

Un ami m’a signalé la position prise par N. Chomsky lors des dernières élections présidentielles aux USA — il a appelé à voter Kerry pour faire barrage à Bush — comme une preuve supplémentaire du réformisme du linguiste, considéré à tort comme anarchiste par beaucoup de militants français. Me sachant l’auteur d’un texte critique du prétendu anarchisme de Chomsky (voir « L’effet Chomsky ou l’anarchisme d’État »), cet ami pensait de bonne foi m’apporter un peu plus de grain à moudre.

Je saisis en effet cette occasion de mettre noir sur blanc quelques agacements et questionnements déjà anciens, et je dois dire qu’ils n’iront pas nécessairement dans le sens qu’attendait mon informateur.

Mon premier questionnement concerne les « campagnes en faveur de l’abstention » menées par des militants anarchistes, en fait le ressassement discret (un communiqué, un collage d’affiches) de positions immémoriales, à peine remise au goût du jour par le changement des noms de politiciens, et qui rencontre l’indifférence absolue des populations. Non que l’abstention ne soit un comportement répandu, mais les abstentionnistes agissent sans se soucier des consignes anarchistes, davantage dégoûtés que révoltés par le système et pas plus portés à l’action révolutionnaire sous prétexte qu’ils ne prennent pas le chemin des urnes.

Pourquoi participer, même dans le registre abstentionniste, au vacarme électoral, et contribuer à donner de l’importance à un système dont on dit par ailleurs qu’il n’en a pas, et dont une bonne partie des gens se moque de toute façon ?

Au fait, pourquoi les anarchistes s’abstiennent-ils ?

On ne peut raisonnablement avancer que c’est parce qu’ils refusent crânement d’avoir quoi que ce soit à faire avec un système capitaliste honni : la plupart paient des impôts, possèdent une carte d’identité et tous financent l’État par les taxes perçues sur tous les produits : tabac, médicaments, ordinateurs, etc.

Disons plutôt qu’ils entendent dénoncer une caricature de souveraineté populaire, à laquelle ils opposent la fédération des conseils et la démocratie directe.

De ce point de vue, je considère que l’abstention est un comportement tout à fait cohérent, même s’il est probablement d’une efficacité nulle en terme de pédagogie ou d’agit-prop.

Écartons ici l’illusion ou le mensonge selon lequel, en portant au pouvoir des politiciens bien intentionnés on peut réaliser une société libertaire, en faisant l’économie d’une rupture révolutionnaire avec le système capitaliste en place. Cette illusion, relativement passée de mode, a néanmoins servi encore à la fin des années 70 du XXe siècle à F. Mitterrand à reformer le PS comme machine de conquête du pouvoir, utilisant le thème de la rupture avec le capitalisme après victoire électorale de la gauche, et les petites mains trotskistes comme L. Jospin. Cette illusion peut très bien refleurir demain.

Dans son dernier supplément gratuit, Oiseau-tempête publiait un texte de Paul Mattick Jr intéressant à plus d’un titre. Il dresse un argumentaire abstentionniste, qu’il oppose précisément aux positions de Chomsky.

Mattick raconte qu’il est souvent abordé dans la rue par des jeunes filles qui lui demandent « si je veux contribuer à la défaite de Bush (et non, comme on peut le comprendre, si je m’apprête à voter Kerry). » Il ajoute fièrement qu’il répond toujours : « Je suis partisan du renversement violent du gouvernement américain et donc guère porté sur les élections » et que cette déclaration suscite l’effarement des ses interlocutrices.

On voit que pour Mattick, ce qui compte n’est pas l’objectif annoncé (défaire Bush), mais le moyen (voter Kerry). Lui-même annonce un objectif jugé plus radical : le renversement violent du gouvernement. Admettons sans pinailler et pour gagner du temps que cette formule très ambiguë signifie « contribuer à une révolution », laquelle ne vise pas du tout le gouvernement, mais le capital comme rapport social. On ne peut que regretter les petits moyens critiques des jeunes démarcheuses anti-Bush. Comment se fait-il qu’aucune n’ait songé à répliquer qu’il pourrait à la fois voter Kerry et préparer l’insurrection qu’il appelle de ses vœux ? On ne le sait pas. Qu’importe, à ce point du raisonnement, l’anarchiste sursaute… Il/elle a perçu une « contradiction » entre le fait de se proclamer insurrectionnaliste et le fait de glisser un bulletin dans une urne. Pour être parfaitement honnête, il faudrait reconnaître que l’insurrectionnalisme de Mattick, qui tient tout entier dans une déclaration faite à une jeune fille croisée par hasard, est égal en innocuité avec l’électoralisme.

Si voter « ne change rien », alors se proclamer en faveur de l’insurrection non plus. Cela ne signifie pas que, tant qu’à faire ou plutôt tant qu’à ne rien faire, mieux vaudrait voter. Cela signifie que le partisan de l’insurrection (j’en suis) ne peut se prévaloir en face du votant d’une efficacité radicale plus grande d’une solution qu’il est incapable de faire advenir dans la réalité et non dans ses seules déclarations.

Revenons sur la notion de « contradiction ». Les contradictions sont malheureusement aux militants radicaux ce que les péchés sont aux catholiques : c’est honteux, cela peut entraîner un châtiment terrible (même si l’on ignore où et quand), ça se combat par un sursaut de la volonté et quelques formules sacramentelles. Mais, me demanderas-tu, ami(e) anarchiste, quel autre comportement adopter face à une « contradiction » ? Un comportement matérialiste. Une contradiction n’est pas un piège tendu par une divinité maligne sur le chemin du militant ; une contradiction ou la perception subjective qu’on peut en avoir est une bonne occasion de se demander quel est le but que l’on poursuit, et donc quels sont les moyens les plus adaptés pour l’atteindre.

Dans le cas d’espèce, l’effarement obtenu eut-il été moins grand si Mattick avait répondu : « Je vais voter Kerry pour licencier Bush, mais la révolution restera à faire. » Probablement non.

D’ailleurs, Mattick doit trouver l’évidence radicale un peu courte puisqu’il entreprend de comparer les effets possibles de l’élection de Bush ou Kerry, sans voir, amis radicaux, que c’est déjà là une contradiction pour un insurrectionnaliste. En effet, amis radicaux, qui peut dire à l’avance ce que sera le résultat d’un raisonnement ?

L’ami Mattick est un tenant d’un économisme marxien rigoureux mais non bovin : les politiciens ne sont que des fétus de paille ballottés par les tendances de fond du capitalisme, mais il est néanmoins légitime de se soucier du droit à l’avortement et de la préservation des forêts.

Or voici qui suffirait à mettre à bas sa pose radicale : du point de vue du droit à l’avortement, notamment dans les pays du tiers-monde, c’est-à-dire hors des USA mais via les programmes que les USA financent, il peut apparaître rationnel de voter Kerry.

Ici, deuxième étranglement de l’anarchiste : Voter ! ? ! Attention ami anarchiste ! Je n’ai pas écrit qu’il fallait voter Kerry, mais que, du point de vue particulier choisi, il était rationnel de le faire, quitte à vouer le président Kerry au même triste sort réservé à Bush dans nos pensées intimes, ce dont il ne souffre d’ailleurs aucunement.

Capture d’écran 2014-11-26 à 00.11.07

Restons aux USA pour étudier un troisième cas de figure : le vote Nader. Embrassons-nous amis radicaux et anarchistes ! Nous voilà certainement d’accord. Nous avons affaire ici à la plus niaise soumission qui soit à l’illusion démocratique, que l’on résumera par la formule : « Je-vote-pour-celui-qui-est-le-plus-proche-de-mes-opinions ». Voter Nader ou Besancenot, voilà la vraie connerie (d’un Onfray, par exemple) piégée dans les élections !

Au contraire, si l’on s’abstient (excusez-moi !) de toute bienséance idéologique, il peut être intéressant (très moyennement à vrai dire, mais c’est le sujet de ces réflexions) de réfléchir à ce qui serait une position rationnelle, d’un point de vue révolutionnaire, lors d’une élection présidentielle française, et non plus étasunienne.

Ainsi, ce que je reprocherais aux gens (camarades compris) qui ont voté pour Chirac contre Le Pen, ce n’est nullement d’avoir mis dans l’urne un bulletin portant le nom d’un politicien français de droite[1], gestionnaire fourbu d’un capitalisme qui appelle de ses vœux des libéraux plus vifs comme Strauss-Kahn, Jospin ou Sarkozy. Non, je leur reproche de s’être laissé prendre au piège démocrate et médiatique d’un « danger fasciste » qui existe bel et bien au niveau des municipalités et de certaines régions, mais était un pur fantasme dans le duel Chirac-Le Pen.

En revanche, dans un duel Jospin-Chirac par exemple, il me semble que le vote Chirac a un sens. Non celui d’une « politique du pire », moralement détestable et surtout inefficace. Mais, bien au contraire, le sens d’un « moins pire », assorti des superbes conneries de stratégie dont Chirac a le secret. On se souviendra que c’est à lui et au premier ministre qu’il avait choisi que l’on doit l’occasion du mouvement de grèves de l’hiver 1995, le retour de la perspective révolutionnaire dans les esprits et la résurrection du mouvement anarcho-syndicaliste. Bien entendu, je caricature pour les besoins de mon propos, notamment en omettant de parler du mouvement d’émeutes anti-CIP de 1994. Cependant, je suis convaincu que la présence, pour peu d’années encore, de politiciens « vieux style » du type Chirac joue le rôle d’un « retardateur » de la modernisation capitaliste, qu’un pouvoir socialiste expédierait plus rapidement, avec moins de résistances sociales.

Je rappelle que je propose ici une analyse matérialiste des situations et des comportements, et me moque éperdument des tabous idéologiques et des terreurs religieuses que certain(e)s éprouvent pour le salut de leur âme s’ils/elles enfreignent telle ou telle habitude « identitaire ».

NON, évidemment, à la constitution européenne !

L’inconvénient de la position d’abstention systématique[2] des anarchistes est d’éviter ou de masquer les débats. À l’époque du référendum sur Maastricht, une partie des militants anarchistes étaient embarrassés, croyant reconnaître dans la nouvelle Europe une amorce du monde sans frontières auquel ils aspirent. Le rappel au dogme abstentionniste permit de ne pas débattre de cette illusion d’optique.

Je suppose que la situation des esprits est aujourd’hui plus claire à propos de la constitution européenne. Encore n’est-ce qu’une supposition. Je vois mal comment des libertaires pourraient trouver quelque avantage à l’Europe libérale, qui modernise le capital et la répression policière à très grande vitesse. Ceux/celles qui le souhaitent peuvent (re)lire sur ce site les articles consacrés au mandat d’arrêt européen et aux dispositions prises prétendument pour lutter contre le terrorisme après le 11 septembre (lesquelles ont été adoptées dans une indifférence bien inquiétante). C’est cela, auquel vient s’ajouter le démantèlement du droit du travail par le jeu de flipper des délocalisations, que vient entériner la constitution proposée par Giscard d’Estaing.

Un non fermement et massivement prononcé dans le pays du promoteur du texte aurait une valeur symbolique non négligeable. Il ne s’agit pas de se leurrer : le non, surtout s’il n’est pas repris dans d’autres pays, ne suffira pas à faire capoter l’actuel projet européen de rationalisation capitaliste. Mais c’est un grain de sable dans l’engrenage, et mettre du sable dans les engrenages est une vieille pratique de sabotage. Les luttes sociales seules permettront de freiner les ardeurs libérales, et soyons sûrs qu’elles auront à combattre aussi bien les sociaux-démocrates approbateurs à la Hollande ou Jospin que les réticents comme Fabius.

Bref, au lieu de perdre de l’énergie à défendre l’abstention, les anarchistes feraient mieux de mener campagne contre l’Europe. Je faisais allusion au peu de réactions contre le mandat d’arrêt européen et les mesures policières ; la campagne pour le référendum est une occasion de revenir sur ces questions. Quant à voter ou non, de toute manière, et comme d’habitude, les sympathisant(e)s et même les militant(e)s libertaires feront ce qu’ils voudront le jour venu. Ceux/celles qui mettront un bulletin non dans l’urne ne me paraissent pas encourir le reproche de capituler devant le système ou d’incarner la démocratie spectaculaire.

Je considère fondée l’analyse selon laquelle seule une révolution, c’est-à-dire une rupture avec le système capitaliste reposant sur l’exploitation du travail et la domination masculine, permet d’envisager la création d’une société communiste et libertaire. C’est à mes yeux le projet qui rend tous les autres possibles, et ouvre le maximum de perspectives immédiates, dans les luttes, les relations humaines et les réalisations pratiques. Je ne vois pas que le dogme d’une pureté abstentionniste y contribue en quoi que ce soit.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

Post scriptum. N’ayant jamais pris la peine de m’inscrire sur les listes électorales, je suis, dans la pratique, un abstentionniste de toujours. « Alors là, j’comprends plus rien ! » s’exclame l’abstentionniste vieux-croyant. C’est pourtant simple : je me passe de voter, je ne m’abstiens pas de penser.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] La réserve mentale matérialisée par des gants de ménage ou une pince à linge sur le nez était dérisoire et ridicule. Et en allant au boulot, les gars, vous respirez à pleins poumons, peut-être ?

[2] Ou quasi systématique : Ronald Creagh rappelle dans son commentaire des positions de Chomsky qu’il est arrivé à la CNT espagnole de s’abstenir… de prôner l’abstention, manière un peu hypocrite, mais efficace, de favoriser la victoire républicaine en 1936

En gros et en « détails » : le piège de Le Pen (1998)

Publié dans No Pasaran (n° 57, mai 1998).

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

Ce qu’il y a de remarquable dans les provocations de Jean-Marie Le Pen, c’est l’économie de moyens idéologiques avec laquelle il réussit, au moment choisi, à déclencher le chœur des bonnes consciences démocrates, pour servir des desseins personnels, parfois de simples rivalités internes à son parti.

La « récidive » de décembre 1997 sur le « point de détail » a fonctionné aussi efficacement que la déclaration originale de septembre 1987. Voyons d’abord, d’après Le Monde la teneur exacte de ses propos ; nous analyserons ensuite le mécanisme de la provocation.

« J’ai dit et j’ai redit, au risque d’être sacrilège, que les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale. […] Il n’y a rien de minoratif ni de méprisant dans un tel propos. […] Si vous prenez un livre de mille pages sur la seconde guerre mondiale, les camps de concentration occupent deux pages et les chambres à gaz dix à quinze lignes, ce qui s’appelle un détail. […] [Si les] interprétations [faites de ses déclarations] ont pu faire souffrir des gens sincères, je le regrette. Je respecte les souffrances, les morts, mais pas ceux qui s’en servent[1]. »

Le Pen insiste sur l’insignifiance supposé de son propos, le rabote, l’aplatit, déplore des « interprétations », regrette qu’elles aient pu faire souffrir et s’incline devant ceux qui ont souffert. Or qu’y a-t-il ici d’explicitement dit ? A peu près rien, sinon une évaluation de l’importance des chambres à gaz, dérisoirement rapportée au nombre de lignes à elles consacrées dans un livre imaginaire, procédé qu’on est en droit de juger choquant, d’autant que c’est le but qu’il vise. Mais explicitement, ici, ni la remise en cause de l’existence desdites chambres, ni du génocide.

Or la presse fustige à cette occasion des « propos antisémites[2] », la « provocation raciale et la récidive antisémite[3]. » Pourquoi ? La réponse est simple : parce que nous savons tous ce que Le Pen entend par là.

Nous savons par les témoignages d’anciens proches et militants repentis, que — selon la pertinente formule d’Alain Juppé — Le Pen est « profondément, je dirai presque viscéralement, raciste, antisémite et xénophobe[4] ». Nous savons aussi, par d’autres textes et déclarations antérieurs, sa fascination pour le régime nazi[5]. Nous sommes donc persuadés de pouvoir décrypter sans mal des signaux de fumée qui s’adressent autant à ses sympathisants qu’à la presse et à la classe politique. Or les choses ne sont pas si simples, et pour deux raisons. La première est aussi la moindre à mes yeux, mais elle mérite d’être rappelée quand les organisations antiracistes annoncent qu’elles poursuivront Le Pen devant les tribunaux (lesquels l’ont déjà condamné pour des propos identiques il y a dix ans) : notre intime conviction, aussi sérieusement étayée soit-elle par d’autres documents, ne saurait justifier une condamnation pénale pour des propos implicites, c’est-à-dire non tenus. A supposer même que nous admettions les règles du droit, il est impossible d’approuver une jurisprudence qui condamnerait quelqu’un sous prétexte que nous avons de bonnes ou mêmes d’incontestables raisons de penser qu’en prononçant telles incongruités, il avait en tête des horreurs tombant sous le coup de la loi. Il ne s’agit même plus d’un délit d’opinion, au sens d’une opinion émise, dite ou publiée, mais d’un crime par la pensée. En l’état actuel de la langue française, et le droit devrait s’y tenir, l’image provocatrice des « dix à quinze lignes » n’équivaut pas, sinon dans l’esprit de Le Pen, à ce « consentement à l’horrible [revenant] à banaliser, sinon à méconnaître, les souffrances ou les persécutions infligées aux déportés, et plus particulièrement, aux juifs et aux tsiganes au cours de la seconde guerre mondiale et à ramener ainsi à un simple fait de guerre [sic] […] des actes ayant été jugés constitutifs de crimes contre l’humanité » suivant le texte du jugement rendu contre lui en 1988. C’est évidemment la tentative même de faire trancher par des tribunaux les litiges historiques, théoriques ou moraux, qui est sans issue, mais imaginons un instant les conséquences qu’aurait la généralisation d’un tel « scanner idéologico-judiciaire » sur les rédacteurs de journaux libertaires, les chanteurs de groupes de rap, etc. « Vous n’avez pas exactement dit que vous vouliez égorger tous les flics, diraient les magistrats, mais vous connaissant, nous ne sommes pas dupes, et nous vous condamnons, à la fois parce que nous savons ce que vous pensez et parce que d’autres ont pu penser que vous pensiez à quoi nous avons pensé »… Big Brother is daeninckx you[6] !

La seconde raison tient au mécanisme et à l’objectif de la provocation lepénienne. Dans ses déclarations ci-dessus reproduites, le passage important tient en quatre mots : « Au risque d’être sacrilège ». Le Pen ne dit pas ici, par exemple, que le génocide n’a pas eu lieu ou qu’il déteste les Juifs (inutile : ses militants savent à quoi s’en tenir sur sa façon de penser), mais il sait qu’il va être dénoncé et poursuivi comme s’il l’avait dit, parce que ses adversaires, avides de joutes antifascistes (de préférence médiatisées) ne pourront se retenir de le suivre sur le terrain où il les entraîne. Ainsi, non seulement le chef du Front national apparaît une fois de plus comme un martyre (on ne le condamne que parce que c’est lui), mais aux yeux de ses électeurs, l’hostilité des médias, des antiracistes et de la plus grande partie des politiques apparaît comme la sanction d’un « sacrilège », étymologiquement : un vol d’objets sacrés. Il ne faut jamais sous-estimer l’adversaire ; l’électeur FN est probablement assez malin et pour décrypter le non-dit lepénien et pour voir qu’on lui fait dire ce qu’à strictement parler il ne dit pas. Qu’en déduira-t-il ? sinon que l’antisémitisme implicite du discours lepénien est une « opinion » comme une autre, mais frappée d’un « tabou » de nature religieuse. Or c’est bien malgré ou pour mieux dire à l’abri d’un tel « tabou » que l’antisémitisme a repris la vigueur que nous lui connaissons en France, pour ne rien dire de l’Allemagne où il se montre mille fois plus virulent encore. Comment dans ces conditions, espérer, comme l’éditorialiste du Monde que la stigmatisation médiatique et judiciaire suffise à provoquer un réveil des électeurs FN. « Ils doivent savoir, écrit-il, qu’ils sont identifiés, qu’ils le veuillent ou non, à ceux qui soutiennent les thèses antisémites de M. Le Pen. Ceux qui sont tentés d’apporter leurs suffrages à l’extrême droite doivent connaître le prix d’entrée : l’acceptation de ces thèses. Aucun électeur ne peut faire valoir son ignorance du marché sordide qui lui est ainsi proposé : la banalisation de l’Holocauste. » Je crains fort que, face à ce genre d’oukase moraliste, signe d’un désarroi certes compréhensible, et au déploiement dérisoire d’un politically correct démocratique, la stratégie de Le Pen se révèle plus efficace, faisant travailler des adversaires sincères à sa publicité, et à défaut peut-être de conquérir un plus large public, fidélisant une clientèle suffisant à ses besoins — et à nos inquiétudes —, prête à acquitter, ne serait-ce que par sotte et franchouillarde bravade, le honteux « prix d’entrée ».

Dénoncer, et surtout démonter (comme on le fait d’un mécanisme) l’antisémitisme lepénien est indispensable, même si cela ne peut réduire l’audience du FN, mais recourir à une sémantique religieuse pour, selon la proposition de Laurent Joffrin, « diaboliser » ce parti[7], et traiter les provocations de son chef comme des blasphèmes, c’est prendre le risque qu’aux yeux de beaucoup le Diable néo-nazi ait davantage de séduction que l’angélisme démocratique.

Le retour, depuis le mouvement anti-CIP de 1994, les grèves de décembre 1995 et la récente agitation des chômeurs, d’un mouvement social balbutiant offre la seule perspective sérieuse de dissoudre l’ensemble de rancœurs, de frustrations et de ressentiments, qui trouvent dans le vote ou le militantisme frontiste une « fausse voie » où s’exprimer. Ni Diable ni maître, nous n’avons rien à concéder à l’électorat du FN : ni lois xénophobes supposées flatter et endormir sa paranoïa, ni démonstrations consensuelles et symboliques de bienséance démocratique.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Le Monde, 7-8 décembre 1997.

[2] Libération, 6-7 déc. 1997.

[3] Éditorial du Monde, 7-8 décembre 1997.

[4] Éditorial du Monde déjà cité.

[5] Rendant hommage en 1978 au nazi Duprat, tué dans un attentat, Le Pen le félicitait d’avoir diffusé les thèses révisionnistes anglaises et de s’être attaqué « à tous ces tabous et préjugés grâce auxquels l’ennemi [comprenez : le Juif] a réussi, depuis plus de trente ans [depuis la Libération] à imposer son exécrable domination. » Voir Jean-Marc Théolleyre, Les Néo-nazis, Messidor, 1982, p. 96.

[6] Allusion orwellienne aux activités soi-disant dénazificatrices de M. Daeninckx.

[7] Voir Le Monde, 12 décembre 1997.

Le nazisme, la « race » et la loi (1990)

Réponse à Pascal Bruckner[1] et à quelques autres. Publiée dans Le Monde libertaire (n° 792, été 1990).

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

Bien plus que la résurgence de groupes politiques recourant au racisme et à l’antisémitisme pour séduire les électeurs, c’est la paralysie intellectuelle de leurs contempteurs démocrates ou antifascistes qui a de quoi inquiéter. Les belles consciences de droite comme de gauche y voient volontiers une faiblesse somme toute sympathique de la démocratie. Mais il serait naïf, nous dit-on, de maintenir (ou plus encore de restaurer) une absolue liberté d’expression alors qu’on se trouve incapable de répliquer à ceux qui l’emploient à mauvais escient. Au diable Saint-Just, brûler c’est bel et bien répondre !

A-t-on oublié le Mal ?

On voit où nous mènent les « siècles de culture, de conquêtes sociales et morales » dont Pascal Bruckner déplorait (Le Monde du 17 mai 1990) qu’ils n’aient pas éradiqué le Mal du cœur de l’homme. Dressant sobrement le constat de cet échec, Bruckner propose tout simplement que l’on interdise le Front national « comme on sut autrefois interdire les ligues factieuses, les groupuscules gauchistes et les cellules terroristes ».

Le rapprochement des deux premiers exemples est d’une pertinence toute involontaire (?) puisque les organisations gauchistes dissoutes dans les années 1970 le furent précisément à l’aide de textes fabriqués sur mesure en 1936 contre les ligues d’extrême droite. On a pu mesurer l’efficacité de la méthode !

Les sociétés démocratiques occidentales n’ont nullement « oublié le Mal », elles en ont au contraire fixé l’origine historique et l’étalon de mesure : le nazisme. Une telle supercherie, révisionniste s’il en fut, interdit aux démocrates de plaider aujourd’hui la naïveté, pour mieux justifier de nouvelles lois répressives.

Il se trouve que l’eugénisme raciste pratiqué par les nazis s’est d’abord constitué et répandu durant les trois premières décennies du siècle dans les sociétés démocratiques. Francis Galton, fondateur de l’eugénisme moderne, obtient en 1904 une chaire d’eugénique à Londres. Il regrettait « les réticences sentimentales en grande partie tout à fait déraisonnables à l’extinction progressive des races inférieures ». En France, Charles Richet, prix Nobel de médecine 1913 qui a sa rue dans le XIIIe arrondissement de Paris, avouait dans La Sélection humaine ne pas comprendre « par quelle aberration on peut assimiler un Nègre à un Blanc ». Alexis Carrel, autre prix Nobel, rédigea un hymne aux « grandes races blanches » intitulé L’Homme cet inconnu. L’édition de 1939 comportait logiquement un hommage à la jeunesse d’Allemagne et d’Italie et à l’idéal qui l’animait. Cet ouvrage reste un best-seller, présent en édition de poche dans tous les kiosques de gare [il a été discrètement retiré de la circulation depuis]. On voit qu’il est inutile de chercher les théoriciens racistes au-delà du Rhin ou dans quelque obscure arrière-boutique parisienne. À dire vrai, c’est à l’ombre douillette du tabou édicté à Nuremberg que l’antisémitisme et les théories nazies se sont insensiblement propagées via la sociobiologie, elle-même relayée par la Nouvelle Droite. « On ne croyait jamais plus voir cela », entend-on. Et pourquoi donc, quand on ne s’est jamais soucié de savoir ce qu’était « cela » ?

Il n’est que de voir l’embarras des commentateurs face à Le Pen (ne parlons pas des journalistes mis en sa présence : ils sont tétanisés). C’est qu’il faudrait, là encore, savoir de quoi on parle. Or, les textes dits « antiracistes » entérinent tout bonnement la notion de « race », dépourvue — il faut encore le rappeler — de fondement scientifique. Ainsi, le texte récemment proposé par le Parti communiste pour aggraver les dispositions de la loi de 1972 prévoit que pourra se porter civile une association assistant les victimes « de discrimination fondée sur leur origine nationale, ethnique, raciale ou religieuse ». Force est de constater que nous sommes plus près d’Alexis Carrel que d’Albert Jacquard et que la loi, par ailleurs impuissante à combattre le racisme, commence par donner quitus idéologique aux racistes !

Je retiendrai ici — pour sa simplicité — la définition du racisme proposée par Guy Sitbon dans un entretien à bâtons rompus avec… Jean-Marie Le Pen : « Le racisme, c’est de croire que les hommes sont divisés en groupes biologiques… — Personne ne peut le contester, répondait Le Pen — …et qu’il y a une hiérarchie parmi des communautés. Que certains sont plus intelligents que d’autres. »

« Tout le monde, affirmait Le Pen, sait que c’est vrai, que les Occidentaux depuis deux mille cinq cent ans sont à la tête de la civilisation et c’est pas par hasard[2] ». Ne chicanons pas le journaliste sur le détail de ses formules, elles sont suffisamment claires et les réponses de son interlocuteur également.

Le Pen antisémite !

Quant à l’antisémitisme du personnage, il ne date pas d’hier. En 1978, rendant hommage dans Le National au dirigeant d’extrême droite François Duprat, Le Pen dénonce le « plan de génocide » ourdi contre les Français, dont les moyens sont « l’ouverture des vannes de l’immigration et la propagande avorteuse. […] Étudiant les noms de ses promoteurs [allusion transparente à Mme Veil], nous retrouvons les mêmes incrustés dans les médias, dans les groupes gauchistes et à la tête de certain lobby bien précis […]. Ceux-là même s’étaient mis par avance à l’abri de toute critique et de toute réaction populaire en imposant au Parlement le vote de la loi Pleven qui a créé en France une catégorie de résidents privilégiés (sic) ». Si le mot « Juif » n’apparaît pas, il est clair que c’est bien là « l’ennemi » dont il est dit, dans le même article, qu’« il a réussi depuis plus de trente ans [c’est-à-dire, en 1978 : depuis la Libération] à imposer son exécrable domination ».

Raciste donc, et plus particulièrement antisémite, Jean-Marie Le Pen l’est sans conteste, mais cela ne suffirait pas à justifier les accusations de néo-nazisme que d’aucuns avancent, d’ailleurs timidement.

À un journaliste qui le qualifiait de nazi lors d’une récente conférence de presse, Le Pen répondait : « Je ne suis pas plus nazi que vous n’êtes homosexuel, du moins je l’espère pour vous. » Pour incongru qu’il paraisse, ce rapprochement n’est pas fortuit dans la bouche du président du Front national. Il est le seul politicien français à user systématiquement de plaisanteries obscènes dans ses réunions publiques et l’on a tort d’y voir un simple artifice démagogique. En fait, si l’on étudie l’articulation entre les thèmes de la morale lepéniste et ses obscénités, on est frappé de la similitude avec les ressorts émotionnels de la propagande nazie. Hitler dénonçait dans Mein Kampf « l’empoisonnement effroyable du corps du peuple allemand par la syphilis », cet empoisonnement vénérien allant de pair avec une « contamination politique et morale ». Pareillement, Le Pen parle du socialisme comme d’un « SIDA politique » et déclare à propos de son modèle biologique : « On est obligé de constater que c’est un méfait de l’immigration […] ; la rentrée en force de la syphilis, son déploiement est incontestablement d’origine étrangère[3] ». Ainsi c’est l’étranger, « ces femmes maghrébines en rut, enfin en action, c’est la même chose », qui amène via les maladies vénériennes et le SIDA un pourrissement du sang français, de la « race française ». L’étranger est hypersexué, d’ailleurs « la sexualité retardée [sic] explique le développement intellectuel de nos civilisations ». Malheureusement, l’abaissement de l’âge des premiers rapports amoureux vient compromettre cette suprématie durement acquise et les jeunes Français gaspillent avec leur semence la belle intelligence « française ». On peut en rire, mais vite. Semblables délires ont guidé la pédagogie de générations entières de fabricants d’angoisse (qu’on se souvienne du Dr Tissot) et armé le bras d’exciseurs bien de chez nous.

On n’a pas pris suffisamment garde à la concomitance des résurgences de discours antisexuels d’une part (l’Église en est le haut-parleur naturel), racistes et antisémites d’autre part. Les discours de le Pen associent les deux types dans un mélange, hélas trop connu, où se combinent la « race », le sang, le sexe et le « sol natal ». La recette de ce que W. Reich appelait la peste émotionnelle[4].

Cette peste n’avait pas disparu, elle menace au grand jour, et les tergiversations des campagnes de prévention du SIDA en sont un autre symptôme.

Les docteurs démocrates semblent bien n’avoir pas médité sur leur mauvais diagnostic d’il y a soixante ans. Par ailleurs, on ne change pas le cours de l’histoire en composant le numéro d’appel de police secours ; c’est donc à chacun — n’en déplaise à Pascal Bruckner — à « s’improviser grammairien, sémanticien » et encore : analyste, historien, philosophe et militant. Bref, homme libre.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Je fais suivre cet article d’un texte plus tardif (janvier 1993) que Le Monde refusa d’insérer, étant donnée « l’abondance des textes en attente » (lettre de Robert Solé, 22 janvier 1993).

 

La question du sens des mots peut-elle encore être posée ? ou bien serions-nous repassés de l’autre côté du miroir où Humpty Dumpty réplique sèchement à Alice que « la question est de savoir qui sera le maître… un point c’est tout » ? On peut en effet s’interroger à la lecture des extraits du rapport rédigé par une commission de scientifiques et d’historiens sur l’œuvre et les positions politiques d’Alexis Carrel, dont le nom a été donné à une faculté de médecine (Le Monde, 24 décembre 1992). Les commissaires affirment que l’on ne saurait reprocher à l’auteur de L’Homme, cet inconnu « d’avoir employé des mots de son temps, comme race, qui n’avaient pas le même sens qu’aujourd’hui ».

Rions, tant qu’il est encore temps, de ces acrobaties historico-sémantiques. Les commissaires ont sans doute voulu écrire que le concept (et non le « mot ») de race, scientifiquement infondé — il eût été de bon ton de la part de « scientifiques » de le rappeler —, n’avait pas encore reçu les applications qu’imaginèrent les nazis. Voici donc un nouvel exemple de la classique et honteuse vision du racisme qui veut que cette idéologie ait acquise à Dachau et autres lieux une spécificité « nazie », voire une espèce de nationalité allemande ! Ce tour de passe-passe permet d’occulter l’existence d’un vaste courant de racisme pseudo-scientifique en Europe au début du siècle (Charles Richet, prix Nobel de médecine 1913, en France ; Francis Galton en Angleterre, etc.) ou de le travestir en mode intellectuelle très innocente, sans lien aucun avec ce qui devait suivre.

Pour sa part, Carrel déplorait dans une préface de juin 1939 « l’affaiblissement des grandes races blanches » et saluait « la jeunesse de l’Allemagne et celle de l’Italie [qui] sont animées par la foi qui les pousse à se sacrifier pour un idéal »…

Plutôt que de s’inquiéter du nom attribué à telle faculté, il me semblerait utile d’assortir ce best-seller, publié [à l’époque] en collection de poche (Éd. Presses Pocket) d’un appareil critique adéquat, au lieu que l’actuel préfacier annonce d’abord que Carrel « s’unit à une sorte de croisade partie des sphères les moins contestables de la haute pensée » pour ajouter aussitôt : « Nous nous garderons de tout commentaire [sur le livre], laissant le lecteur entièrement livré [sic] à sa propre analyse et à son propre jugement[5]. »

Alice avait raison de tenir tête à ceux qui s’arrogent « le pouvoir de faire que les mots signifient autre chose que ce qu’ils veulent dire ». Ce n’est pas un hasard si les bataillons de violeurs serbes appliquent leur « originale » stratégie raciste sous l’étiquette sémantiquement mensongère de « purification ethnique ». La fortune de cette expression consacre un glissement amorcé de longue date, qui fait d’« ethnique » un euphémisme de racial, donc de raciste.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Essayiste et écrivain ; d’abord séduit par l’utopie de Charles Fourier, à laquelle il consacre une thèse de philosophie et un livre, il se rallie à la démocratie (« guerre humanitaire » comprise), dont il pense avec Churchill qu’elle est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres.

[2] Le Nouvel Observateur, 4 janvier 1985.

[3] Je me permets de renvoyer pour plus amples citations ainsi que pour l’ensemble des références au chapitre intitulé « Anecdotes démocratiques » dans mon livre De la Révolution (1989).

[4] On lira ou relira avec profit Psychologie de masse du fascisme, Payot.

[5] Le préfacier, un professeur Robert Soupault, était pendant l’Occupation membre d’un groupe limpidement intitulé « Collaboration » dont il était un fleuron du bureau de la « section scientifique ». J’ai découvert cet épisode en travaillant sur l’implication de Jacques Duboin (théoricien de l’abondance et du revenu garanti) et de certains duboinistes dans l’activité du groupe Collaboration. Cf. Économie de la misère, p. 59.