Tâtonnements de la propagande ~ Exemple indien

En Inde, des policiers arborent un masque à l’effigie (supposée) du coronavirus, dix-neuvième du nom. Cette tentative d’incarner la peur que la population est censée ressentir, afin de lui faire mieux accepter le confinement, est doublement maladroite. Les gens ont déjà peur de la police (et ils ont raison). D’autre part, associer les flics et le virus ne peut que renforcer l’idée que la police est une peste permanente.

On retrouve ici la tentation d’infantilisation des gens, déjà évoquée dans un billet précédent.

Le thermomètre de la révolte ~ La lutte contre Unilever et la pollution au mercure en Inde

Sofia Ashraf est une rappeuse indienne en lutte contre la multinationale capitaliste Unilever. Dans le sud du pays, une usine de thermomètres de l’entreprise a entraîné de graves pollutions et de nombreux décès.

Pour Sofia et ses amis activistes, c’est du «racisme environnemental».

C’est aussi du cynisme gestionnaire bien compris à l’échelle mondiale, et du mépris de classe. Du coup, le slogan «Traitez-nous comme si nous étions blancs!» semble passablement réducteur…

En Inde, autodéfense féminine: honte et claques pour un violeur

Capture d’écran 2015-08-28 à 12.16.42

Une jeune femme indienne, aidée d’un groupe de compagnes, humilie et critique publiquement un voisin qui a tenté de la violer pendant son sommeil. Stratégie utilisée par des groupes de femmes pour tenter de faire changer la peur de camp, dans un pays où les violences extrêmes contre les femmes sont banalisées.

On aimerait comprendre la langue!