Une histoire de l’anarchisme en images

Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme, le film de Tancrède Ramonet qui devait à l’origine sortir en même temps que le livre de Gaetano Manfredonia, Une histoire mondiale de l’anarchie (republié, au milieu de polémiques dont je me suis fait l’écho sur ce blogue) est aujourd’hui visible.

Il n’est jamais inutile de rendre hommage aux militant(e)s qui ont incarné le combat révolutionnaire libertaire, et bien des (télé)spectateurs, jeunes surtout, apprendront beaucoup.

Sans doute l’exercice, immense — même si cette «histoire de l’anarchisme» s’interrompt en 1939, après la défaite de la Révolution espagnole —, ne peut aller sans quelques approximations et de nombreuses omissions (pas une seconde pour les Mujeres libres, quand cette dernière est longuement traitée!).

La plupart des intervenants (dont Manfredonia lui-même) sont compétents et convaincants. Une mention particulière pour Marianne Enckell qui sait mettre à portée de tous et toutes sa grande érudition sur un ton jamais pontifiant.

Mais d’où vient donc la sensation d’ennui éprouvée, au moins dans la première partie? Peut-être, paradoxalement, de la volonté naïve, et d’ailleurs sympathique, de «réhabiliter» l’anarchisme, notamment contre l’historiographie bourgeoise et stalinienne.

Dire, toujours dans la première partie, qu’il est arrivé à l’anarchisme de «dominer le monde» est un excès sans intérêt, quand la remarque vaudrait tout au plus — ce qui n’est pas rien, il est vrai ! — pour le mouvement ouvrier international.

Anarchisme & droit d’auteur

J’avais rendu compte sur ce blogue, il y a presque deux ans, et de manière critique, d’un livre de Gaetano Manfredonia intitulé Histoire mondiale de l’anarchie, «sur une idée de Tancrède Ramonet».

Le film, intitulé Ni Dieu ni Maître, finalement réalisé par M. Ramonet junior lui-même, va être diffusé sur Arte prochainement.

Les éditions Textuel ont contacté Gaetano Manfredonia en juin dernier afin de solliciter son accord pour une réédition du livre «agrémentée» d’une préface ou d’un avant-propos de Ramonet.

Il s’agissait évidemment de faire le lien avec le passage télé du film et de lester du poids d’un livre d’histoire qu’il n’a pas écrit (et dont l’idée n’est pas originale, contrairement à l’affirmation de Textuel; voir ma critique de l’époque) le c-v du jeune réalisateur.

Manfredonia raconte:

Estimant que la publication d’une préface ou d’un avant-propos quelconque de la part de Tancrède Ramonet ne se justifiait nullement au point de vue intellectuel et qu’elle bafouait mon droit moral d’auteur, j’ai fait savoir par écrit et téléphoniquement tant à Tancrède Ramonet qu’à Marianne Théry, des éditions Textuel, mon refus d’une telle éventualité.

Or, en passant outre mon opposition et sans m’en informer d’une manière quelconque, les éditions Textuel et Arte ont pris la décision unilatérale de rééditer Histoire mondiale de l’anarchie avec un avant-propos de Tancrède Ramonet.

capture-decran-2016-09-17-a-18-29-06

On savait déjà que les éditeurs ont une fâcheuse tendance à maltraiter les auteurs dans leurs droits, financiers notamment.

On voit que les marchands de culture peuvent se découvrir une âme de réfractaires au principe de la propriété morale quand ça les arrange. La propriété, n’est-ce pas le vol? ont dû se dire ces braves gens. Autant faire comme si l’auteur, cet éternel gêneur, n’existait pas…

Ah! le monde [de la marchandise] n’est guère diplomatique!

Democratic Terrorization

Capture d’écran 2014-11-17 à 21.40.39

Interview conducted and published by Barricata n° 20. Translated from the French by NOT BORED ! 12 October 2009.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

 An interview with Claude Guillon

Q : You will soon publish Democratic Terrorization (Libertalia), which analyzes in detail the French and European legislative arsenals concerning anti-terrorism. Can you develop the thesis of your book and compare the situations in 1986 and today ?

Claude Guillon : The word « thesis » is too solemn ! The purpose of the book is to clarify the nature and history of the so-called « anti-terrorism » laws at the national and European levels. A large part of the public, including the activist milieus, have discovered the existence of and certain details in these texts because of the « Tarnac Affair. » The most common reaction has been to say, « But this isn’t important ! He [Julien Coupat] wasn’t a terrorist, just a guy who was accused — without proof — of having delayed a high-speed train for several hours ! » This is a naive and poorly informed point of view. The texts that were first adopted by the European Union after September 11, 2001, and then, later, by the different States, permit the authorities to describe all crimes as « terrorist », including political or union-based actions that are marginally legal. The so-called « anti-terrorism » laws have broken with common law. In France, during the mid-1980s, they created what is today called common law. The rule is simple: the State decides what merits being described as « terrorist » and repressed as such. It is important to understand the evolution of the last 20 years, because today it isn’t a matter of repealing the anti-terrorist texts, as if they were a kind of excrescence that could simply be cut off. There is a logical ensemble of texts on « terrorism », immigration, and delinquency, especially among youths. I call this logic « terrorization ». In their pretense to control all aspects of life, these texts are often delirious, often piled together without concern for coherence or even « efficiency ». In the case of the « Tarnac Affair », for example, this can give the false impression of being a crude and ridiculous shambles, some kind of « blunder ».

Q : In the last chapter of your book, you mention the many databased files at the disposition of the forces of repression. Besson has abandoned the DNA tests. Will the government retreat, now that is it faced with a post-Tarnac rebellion ? Or will it be a question of a simple economic and strategic retreat ?

Claude Guillon : The appearance of the book comes too soon to confirm this retreat, but I noted that no one wanted to publish the application decrees for the text. … Moreover, at the moment when the tests were [first] introduced in the law, there were a few quite strong critiques in the ranks of the Right. To say this in class terms, a fraction of the bourgeoisie, and not the least Rightist, cried « daredevil », because this proposal unfortunately recalls somber periods, as one says, and no doubt especially because it touches one of the fundamentals of the bourgeois order: the family, parental lines, and thus inheritance.

To respond to your question, I think that this [practice] will be put in play, one day or another, because it is in the logic of the market for « biological security » — one can already buy paternity tests on the Internet — and because there is another logic that ceaselessly produces new regulations. These two logics obviously feed off of each other: when a technical means of control exists, one [must] legalize and commercialize it.

Q : With respect to terrorization, you evoke two « dangerous combined figures » : the youth and the foreigner. What about the worker who makes demands ?

Claude Guillon : The worker in struggle, as well as the political activist, are quite involved, but at the end of the line. Though they are each involved, they do not feel that they are involved, at least not yet. The dangerous figures (the young delinquents and foreigners, who are thought to be delinquents due to the sole fact of their « illegal » presence) have been very closely associated with the figure of the terrorist. This all becomes a caricature in the actions of someone like Sarkozy, back when he was the Minister of the Interior. In 1986, one started to introduce the notion of « subjectivity », that is to say, elasticity, from the point of view of power, into the legal definition. After September 11, 2001, European authorities bluntly drew up a list of acts that could be classified as « terrorist ». One finds in them almost everything, including the activist repertoire: occupations, sabotage, etc. It is « terrorist intentions » that count and, of course, it is the cops and the judges who decide what your intentions are !

Q : Can you tell us how the European Mandate of Arrest, which is still hardly known, functions in this mechanism ?

Claude Guillon : This mandate falls within the logic of repressive harmonization that prevails over a larger and larger geographic space. It presents itself as an exchange of favors between the various « democracies » ; it is a form of legal recognition, in the same way that one speaks of diplomatic recognition. Concretely, the mandate means that any judge in any country in the E.U. can issue an arrest warrant for any national citizen of another country in the E.U. An example : I have participated in a demonstration in Genoa ; I return to Paris, where I live ; an Italian judge, who thinks that I am the one in the hood in a blurry photo, can have me arrested three months later by French cops. French justice, or my lawyer, can only oppose the execution of a warrant in a limited number of cases. The first targets of these European mandates were Basque autonomists. These legal measures, which the French Left encouraged and regularly congratulates itself on, are an important instrument of political repression, but the measure of their importance hasn’t yet been taken.

Q : You have recently published two other books. The first concerns the notion of body critique [corps critique] ; the other is about the Enrages. How do you articulate your reflections ? What is the link between the body, political history and anti-terrorist legislation ?

Claude Guillon : Your question points in the direction of « My life, my work ». I will try to be brief ! First of all, I consider myself to me an anarchist activist. For me, writing is a privileged tool, because it is the one I use the least poorly. In short, this is what they made me believe at school !

From my first publications, I have placed myself within a current of reflection upon the importance of the body in politics, which was an immediate translation of the struggles of the era (the end of the 1960s and the beginning of the 1970s) in favor of freely available abortion and contraceptives, and feminist and homosexual struggles. It was also an immediate antecedent of radical tendencies in psychoanalysis, especially Wilhelm Reich and his German Sexpol, and, further back in time, Fourierist amorous utopias. The efforts of Reich during the 1930s turned upon the articulations between the body, the unconscious and politics, most notably through erotic fleshing out [l’épanouissement érotique]. In the recent book that you mentioned, I tried to give flesh to the notion of « body critique », as one speaks of « mental critique », at the moment when scientists, avant-garde artists and enlightened activists were attempting to put a « supercession » of the body into practice, which is the goal of libertarian utopias.

OK the French Revolution. Along with many others (Kropotkin, Guerin, etc), I hold that it is a matrix that still hasn’t produced all of its effects. Despite a superabundant historical production on the subject, the Revolution is still poorly known and poorly understood. I have chosen to focus on the Enrages, the faction that seems to me to be the most radical and the least studied. One must always remember that many of the most interesting figures among the Enrages were women and that they posed, in actions, a certain number of questions that we are still exploring today. Furthermore, I think that the study of the French Revolution is indispensable for anyone interested in direct democracy.

With respect to these fundamental questions, the analysis of the « anti-terrorist » arsenal can seem anecdotal, although it isn’t without connection to history, because during the period of the Terror, the actions taken against the conspirators were centralized in Paris, just as the anti-terrorist measures of today are. And they are certainly connected to the body, since it is more and more the very locus [le support] of identification and the target of biometric surveillance. We can say that my arrangement with Libertalia has allowed me to re-state the point, but concerning a contemporary question, upon which I started working after the [French] riots of 2005 and the state of emergency, which, as I have said in passing, have not caused many more reactions than the anti-terrorist laws.

Q : To finish: have you any advice to give us ?

Claude Guillon : I can mention the forthcoming republication of E. Armand’s The Sexual Revolution and Amorous Camaraderie by Gaetano Manfredonia (Editions 9782355220104Zones). And, from my own recent reading: the passionate Desorceler, by the anthropologist Jeanne Favret-Saada (L’Olivier), and El Indio, a crude novel, not well written, but praised by Jules Celma, the guy who published the Journal d’un éducastreur through Champ Libre in 1971.

«L’anarchisme sous le sapin» ou «l’anarchisme sent le sapin» ?

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.22
Deux livres nouveaux traitant d’anarchisme (ou d’anarchie ? voir plus loin) sont arrivés dans ma boîte à lettres ces derniers jours. Si les éditeurs me les ont envoyé gracieusement, c’est qu’ils espèrent que je vais en faire la recension. Pas contrariant, je m’y mets*.

Le premier livre rentre dans la catégorie dite des « beaux livres », publié en général peu de temps avant les fêtes de fin d’année (regardez votre calendrier). Et en effet, il est magnifique ! Il s’agit d’une Histoire mondiale de l’anarchie, par Gaetano Manfredonia (Arte éditions et Éditions Textuel, 287 p., 45 €). « Sur une idée de Tancrède Ramonet » est-il précisé, formule que je croyais réservée aux séries télévisées.

Avant toute chose, un mot sur le prix sur lequel vous n’avez pas manqué de buter avec un hoquet : 45 euros. Pour celles et ceux que le défilement rapide de l’actualité du monde ne laisse pas complètement hébété(e)s, on se souviendra que cela équivaut à 295 francs. Sans même tenir compte du cours actuel de l’euro et en se reportant simplement quelques années en arrière, 295 francs, c’était le prix d’un très beau livre, de très grand format. Cahier des charges que le présent pavé ne remplit pas complètement, mais c’est affaire d’appréciation, bien sûr. La vraie question est de savoir qui a les moyens d’offrir ou de s’offrir un tel bouquin, autrement dit quel est le public visé. Il faudrait pour le savoir poser la question à T. Ramonet inventeur du livre… et du film, intitulé Ni dieu ni maître, dont la réalisation a été confiée à Philippe Saada.

J’ai évoqué récemment le concept d’association livre+DVD remis à l’honneur par l’éditrice de Ma Guerre d’Espagne à moi. On aurait bien vu dans cette histoire mondiale de l’anarchie le DVD du film diffusé sur Arte, ou plutôt à diffuser, ce qui aurait contribué à justifier son prix prohibitif. Ici, ou bien on a pas eu l’idée d’un tel « paquet », ou bien c’est un ratage et on a préféré mettre quand même le livre en librairies pour les fêtes. Il est vrai que la tâche de Tancrède Ramonet n’était pas simple : quand il a une idée de livre, il lui faut trouver un auteur/historien, quand c’est une idée de film, il lui faut un réalisateur… Tout ça prend du temps.

Réglons maintenant son compte à un mensonge des éditeurs dans le « prière d’insérer » que les destinataires des services de presse, ainsi que les libraires et les représentants reçoivent : ce livre n’est pas la « première histoire mondiale de l’anarchie ». Il existe au moins un précédent : l’ouvrage de Domenico Tarizzo, publié dans sa traduction française en 1978 chez Seghers. Le livre, lui aussi très illustré, et aujourd’hui épuisé, s’intitule L’Anarchie. Histoire des mouvements libertaires dans le monde (323 p.).

Venons en au titre du livre, à son sujet et à son auteur. Gaetano Manfredonia, que j’ai le plaisir de connaître (un peu), est un historien de l’anarchisme incontestable. Non pas que nous soyons d’accord sur tout lui et moi, mais il connaît certainement son sujet (beaucoup mieux que moi, mais ça n’est pas la question). À partir du moment où un éditeur lui passe commande d’un livre d’histoire sur le sujet qu’il connaît le mieux, on ne voit pas pourquoi il déclinerait l’invite (sauf indisposition ou manque de temps).

Dans l’introduction du livre, Manfredonia donne une précision à laquelle je souscris entièrement :

« L’anarchisme ne saurait être assimilé à un vague esprit de révolte que l’on retrouverait toujours égal à lui-même à travers les âges, incarnant une sorte de lutte atemporelle de la liberté contre l’autorité. »

L’anarchisme, oui. Mais qu’en est-il de l’anarchie ? Et d’ailleurs, qu’est-ce que l’anarchie ? Voilà qui aurait mérité une explication liminaire. Mon instinct d’auteur me dit que M. Ramonet junior a, lui, pensé (c’est son métier, semble-t-il, d’avoir des idées) à peu près le contraire de ce que Manfredonia écrit de l’anarchisme.

Autrement dit : l’anarchie, vague esprit de révolte intemporel, se vend mieux que l’anarchisme. Va, donc, pour une histoire de l’anarchie, dont personne ne sait ce que c’est.

Bien sûr, dans tout ouvrage qui couvre une période aussi longue et doit présenter en textes courts un sujet aussi vaste, chaque lecteur et lectrice s’étonnera de telle omission et se réjouira au contraire de telle découverte. Je ne dérogerai pas à la règle.

Quant aux précurseurs de l’anarchisme pendant la Révolution française, Manfredonia avait, dans un ouvrage de 2001, évoqué les Enragés Varlet et Roux (L’Anarchisme en Europe, Que sais-je ? p. 14). Il leur a préféré cette fois Babeuf, chez qui je ne vois rien de libertaire, sans expliquer son choix.

Je fais (p. 66) une belle découverte : l’italienne Leda Rafanelli, séjournant en Égypte et y découvrant à la fois l’anarchisme et l’Islam, qu’elle adopte tous les deux, ce qui ne manque pas de susciter l’étonnement mais pourrait aussi susciter l’espoir et la curiosité.

Disons tout de suite que le livre est délibérément mal outillé pour satisfaire la curiosité ou la prolonger. Au lieu de fournir des indications bibliographiques à la suite de chaque texte, il n’y a pas de notes et la seule bibliographie est en fin de volume et fort réduite. Les notes et références sont supposées effaroucher le lecteur, qui ne va se plaindre alors qu’on lui met entre les mains un aussi beau livre !… En pareille circonstance, je le confie à M. Ramonet, j’ai l’impression que l’on me traite comme un demeuré, et ça m’agace prodigieusement.

Godard a dit qu’au cinéma un travelling est une question de morale. Feuilletant l’Histoire mondiale de l’anarchie, on est tenté de se dire qu’une illustration pleine page aussi. Certes, il est plaisant de découvrir des photos peu connues de Gustav Landauer et Erich Mühsam, de l’anarchiste italien Michele Schirru après son arrestation, ainsi que de militants japonais. D’autres fois, on préférerait que telle double page plus banale soit utilisée pour donner des informations plutôt que pour, littéralement, « en mettre plein la vue ».

Je ne doute pas que l’ouvrage rencontrera un public (de fétichistes, notamment) et que mes critiques ne causeront aucun dommage aux droits d’auteurs de l’ami Gaetano, que je lui souhaite, en tant que confrère, aussi substantiels que possible. Je crains seulement que ce beau livre ne soit, quoi qu’il en ait, une espèce de pierre tombale (une de plus !) sur l’anarchisme.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Passons du sapin de noël à la bibliothèque.

UNE_-_revoltez-vous

Le second livre reçu est signé d’un pseudonyme « Un indigné » et se veut une réplique, sans doute un peu tardive, au tiède brulot de Stéphane Hessel Indignez-vous. L’auteur a choisi de surenchérir sur l’indignation dans son titre : Révoltez-vous !. C’est encore un gros livre (415 p.), imprimé sur un joli papier, mais sans illustration. Il est vendu au prix raisonnable de 18 €.

Le sous-titre est explicatif : « Répertoire non-exhaustif des idées, des pratiques et des revendications anarchistes ». L’explication est d’autant mieux venue que l’on serait en droit de se demander si la « révolte » est vraiment aussi différente qualitativement de l’ « indignation »… Mais l’auteur entend faire toute leur part aux réalisations et donner ainsi un panorama aussi complet que possible des engagements anarchistes.

Dans sa diversité et sa minutie, ledit panorama est convaincant, même si j’aurais préféré que la mise en page indique à chaque fois le nom de l’auteur en dessous du texte et non renvoyé en note. Peut-être s’agit-il de suggérer que les auteur(e)s ont tous et toutes travaillé à une œuvre unique, ce qui demanderait à être confirmé.

La bibliographie est si détaillée qu’elle inclut même Claude Guillon, c’est vous dire !

(Je peux râler un peu quand même ? oui je peux : la prochaine fois, soyez gentils de trouver une autre forme typographique pour indiquer que la bête n’est pas (encore) morte. Les points de suite dans la formule « (1952-…) » m’ont fait froid dans le dos. Pour le coup, c’est la mienne de pierre tombale que j’ai senti peser sur mes épaules.)

Excellent ouvrage de présentation, ou de révision, de ses connaissances sur l’anarchisme, donc ouvrage utile de vulgarisation, Révoltez-vous ! défend par ailleurs une ligne politique que je résumerai, faute de mieux, par la formule « réformisme révolutionnaire ». Je donne la parole à l’auteur dans une citation, que l’on trouve p. 276.

« Avec le recul du temps, devant les désillusions entraînées par les échecs sanglants de tant de pseudo-révolutions menées par les courants marxistes-léninistes d’une part, et le réformisme de pacotille des actuels soi-disant sociaux-démocrates d’autre part, le clivage réformes-révolution peut prêter à sourire. Ce qui est certain, c’est qu’hier comme aujourd’hui, l’enjeu déterminant, c’est la capacité dont pourra faire preuve la masse des laissés pour compte du système libéral-bureaucratique à imposer un rapport de force qui lui soit favorable. Or cela passe, selon nous, par la mise en œuvre par les intéressés eux-mêmes, sans médiation politique ou électorale quelconque, d’un programme de revendications ouvertement et clairement réformatrices qui puisse à nouveau faire coïncider le combat pour le socialisme avec celui de la justice et de la liberté réelles pour tous. N’oublions pas, en tout cas, ainsi que le soulignait Élisée Reclus, que “les révolutions sont les conséquences nécessaires des évolutions” et que, sur ce terrain, presque tout reste encore à faire ou à refaire. »

L’ironie de l’histoire est que l’auteur considère que mon propre travail, sur le droit à la mort, constitue une bonne illustration de cette « ligne ». Je précise que l’éditeur ACL m’avait demandé mon autorisation pour utiliser des extraits du Droit à la mort (Éditions IMHO, disponible) et de À la vie à la mort (épuisé), autorisation que j’ai donnée. Je ne suis pas pris en traître.

Que le combat sur le terrain « culturel » ou sur des questions touchant les dites « mœurs » soit important, j’aurais mauvais grâce à le nier. J’ai même déploré que les libertaires ne se soient pas emparé plus nettement d’un thème comme le droit à la mort (quand, pour certains, ils ne l’ont pas dénoncé !). D’abord parce qu’il est profondément libertaire, ensuite parce que c’était une occasion (manquée) pour eux/elles de toucher un large public. Que ce combat puisse et doive mener un jour ou l’autre à une réforme ne me rapproche en rien du réformisme, aussi « révolutionnaire » se veuille-t-il. C’est ici qu’il y a confusion dans le livre, qui met sur le même plan une proposition de loi de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (dont la stratégie est celle d’un lobby réformateur) et la publication d’un livre comme Suicide, mode d’emploi, que j’ai défini par allusion transparente à certaines « menées anarchistes » comme un exemple de « stratégie par le fait accompli ».

Il me semble que ces problèmes de stratégie anarchiste auraient mérité d’être développés davantage, de manière à la fois plus franche et plus contradictoire, plutôt que d’être introduits quasi subrepticement à l’issue d’une anthologie, par ailleurs bien faite.

Que l’on m’entende : contrairement à certains (beaucoup ?) de mes camarades, je me déferais sans trop de mal de mon attachement sentimental à l’anarchisme, dans lequel je me suis élevé politiquement.

Je suis bien convaincu que les révolutions du XXIe siècle ne peuvent être, ne seront pas des copier/coller des révolutions passées. C’est d’ailleurs pourquoi, comme cela est justement rappelé en bibliographie, je m’intéresse d’aussi près aux Enragés et à la Révolution française, exemple passionnant de révolution aussi bouillonnante d’imagination qu’elle était sans modèle. Pour autant, je ne vois guère de raison de « sourire » du clivage réforme/révolution, retrouvé dans chaque lutte concrète (comme horizon, présent ou non), dans chaque mouvement social… et dans chaque livre sur l’anarchisme.

Dans un esprit de conciliation (tout provisoire !), on intimera cependant à chaque acheteur de la pesante Histoire de l’anarchie (pardon Gaetano : pas de ta faute !), l’achat simultané de Révoltez-vous ! À lire avec esprit critique. Comme tous les livres.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

* En recommandant à l’Atelier de création libertaire d’inventer l’enveloppe à bulles ; l’exemplaire reçu a son dos déchiré en deux endroits ; rarement vu un livre pareillement attaqué !