Le crève-cœur

Il est des mots, des expressions, qui se forgent dans la rue et dans les cours de récréation. Personne ne les a vu venir ; personne n’imagine comment s’en passer désormais. D’autres gagnent leur statut dans l’écume de l’idéologie dominante, dans la bouche des prétendus « dirigeants » et de leur valetaille médiatique.

Ainsi en va-t-il du mot crève-cœur, parfois écrit sans tiret en novlangue. D’emploi très limité dans la langue quotidienne, il frappe par sa tournure désuète. Emmanuel Macron l’utilise, à ma connaissance, pour la première fois dans son discours du 12 mars 2020, qui annonce le Premier Confinement : « Ne pas rendre visite à nos aînés est – j’en ai bien conscience – un crève-cœur. »

Personnes âgées, chagrin, crève-cœur : l’association d’idées prétend mobiliser une forte charge émotionnelle. À strictement parler, il s’agit d’un contresens. Le dictionnaire de Littré (1837) donne comme signification : « Grand déplaisir, déboire mêlé de dépit ». On voit que le sens tend davantage vers l’amour-propre et le dépit, autrement dit la mesquinerie, que vers la générosité… du cœur. Mais il est probable que l’incongruité du terme rattrape avantageusement ledit contresens. Stratégiquement, la trouvaille n’est pas mauvaise. Elle permet au chef de l’État de s’afficher comme un être sensible, dont le cœur saigne (référence religieuse subsidiaire au cœur de Jésus) à l’idée d’imposer à ses concitoyens une réduction drastique de leur liberté (déplacements et rapports humains).

Le Crève-cœur est aussi le titre d’un recueil de vingt-deux poèmes d’Aragon, publié en 1941. Quoique fâcheusement teinté de patriotardisme, le livre contient quelques vers magnifiques, très adaptés au temps d’isolement sanitaire, notamment « Richard II quarante », dont le titre fait référence à Shakespeare :

Fuyez les bois et les fontaines

Taisez-vous oiseaux querelleurs

Vos chants sont mis en quarantaine

C’est le règne de l’oiseleur

Je reste roi de mes douleurs

Je ne crois nullement exagéré de supposer que M. Macron connaît ce recueil de poésies (il a la culture du bon élève de terminale qui souhaite attirer l’attention de sa professeur). Quant à sa pertinence dans le dispositif rhétorique qu’il met en place, elle est de lecture facile. En effet, dans son discours suivant du 13 avril 2020, le gestionnaire illibéral fait une référence marquée, et remarquée, à la période de l’Occupation : « Nous retrouverons les jours heureux. J’en ai la conviction. »

Les jours heureux – littéralement le titre du programme adopté par le Conseil national de la Résistance (CNR) le 15 mars 1944 – n’est-ce pas la fin du crève-cœur ?

On voit la subtilité du sous-texte historique et idéologique : à rebours de la préoccupation affirmée depuis des années de démanteler le programme du CNR et les avancées sociales de la Libération (considérée comme un fâcheux surgeon du Front populaire), il s’agit de faire naître une nouvelle aurore keynésienne (capitalisme sauvage modéré par l’intervention de l’État) qui mettra fin à la crise liée au Covid.

Après le crève-cœur (dont on comprend que M. Macron ne s’imagine pas l’oiseleur, même si c’est lui qui décrète le couvre-feu) viendront les beaux-jours. Ou autrement dit : « Ce qui vous aura tué par dizaines de milliers nous aura rendu plus forts ! »

Quoique légitimement critiqué comme une récupération, ce dispositif a rencontré la faveur servile du personnel de maintenance capitaliste : ministres et journalistes se sont empressés de moucheter de « crève-cœur » leurs litanies quotidiennes. Laisser les théâtres fermés ? Un crève-cœur pour Mme Bachelot, trop heureuse d’échapper au pénible exercice consistant à expliquer en quoi Marivaux est plus propice à la contamination que Géant Casino. « Un crève-cœur pour tout le monde ! » confirme le ministre démissionnaire François de Rugy. Laisser les remonte-pentes des stations de ski à l’arrêt ? Un crève-cœur, d’après la chaîne de désinformation LCI, etc.  

Tant de cœurs brisés et saignants servent à nous rappeler à quel point « nos » dirigeants se préoccupent de notre bien-être. On peut s’attendre à ce que tel des prochains plans de licenciements massifs habilement faufilés dans les dégâts collatéraux de la « crise du Covid » sera annoncé comme un crève-cœur par les gestionnaires des grandes firmes. Le crève-cœur est devenu un joker capitaliste. Comme tel, il est martelé quotidiennement, et d’ailleurs vidé de son sens ; le site « Yahoo.com » titre, le 20 décembre dernier, toujours à propos de Mme Bachelot : « Malgré un crève-cœur, la ministre ne lâche rien »…

Progressivement, le mot s’insinue dans les esprits. Votre attention attirée, vous ne manquerez pas de le remarquer dans les propos rapportés d’un fleuriste, d’un directeur de festival ou d’un propriétaire de restaurant. Il a fait son travail, bien joué son rôle : nous faire croire que nous communions tous et toutes, exploité·e·s et exploiteurs, dominé·e·s et dominants, dans le même chagrin devant une crise sanitaire et sociale qui relèverait de la fatalité.

Vivre n’est plus qu’un stratagème

Le vent sait mal sécher les pleurs

Il faut haïr tout ce que j’aime

Ce que je n’ai plus donnez-leur

Je reste roi de mes douleurs