Le crève-cœur

Il est des mots, des expressions, qui se forgent dans la rue et dans les cours de récréation. Personne ne les a vu venir ; personne n’imagine comment s’en passer désormais. D’autres gagnent leur statut dans l’écume de l’idéologie dominante, dans la bouche des prétendus « dirigeants » et de leur valetaille médiatique.

Ainsi en va-t-il du mot crève-cœur, parfois écrit sans tiret en novlangue. D’emploi très limité dans la langue quotidienne, il frappe par sa tournure désuète. Emmanuel Macron l’utilise, à ma connaissance, pour la première fois dans son discours du 12 mars 2020, qui annonce le Premier Confinement : « Ne pas rendre visite à nos aînés est – j’en ai bien conscience – un crève-cœur. »

Personnes âgées, chagrin, crève-cœur : l’association d’idées prétend mobiliser une forte charge émotionnelle. À strictement parler, il s’agit d’un contresens. Le dictionnaire de Littré (1837) donne comme signification : « Grand déplaisir, déboire mêlé de dépit ». On voit que le sens tend davantage vers l’amour-propre et le dépit, autrement dit la mesquinerie, que vers la générosité… du cœur. Mais il est probable que l’incongruité du terme rattrape avantageusement ledit contresens. Stratégiquement, la trouvaille n’est pas mauvaise. Elle permet au chef de l’État de s’afficher comme un être sensible, dont le cœur saigne (référence religieuse subsidiaire au cœur de Jésus) à l’idée d’imposer à ses concitoyens une réduction drastique de leur liberté (déplacements et rapports humains).

Le Crève-cœur est aussi le titre d’un recueil de vingt-deux poèmes d’Aragon, publié en 1941. Quoique fâcheusement teinté de patriotardisme, le livre contient quelques vers magnifiques, très adaptés au temps d’isolement sanitaire, notamment « Richard II quarante », dont le titre fait référence à Shakespeare :

Fuyez les bois et les fontaines

Taisez-vous oiseaux querelleurs

Vos chants sont mis en quarantaine

C’est le règne de l’oiseleur

Je reste roi de mes douleurs

Je ne crois nullement exagéré de supposer que M. Macron connaît ce recueil de poésies (il a la culture du bon élève de terminale qui souhaite attirer l’attention de sa professeur). Quant à sa pertinence dans le dispositif rhétorique qu’il met en place, elle est de lecture facile. En effet, dans son discours suivant du 13 avril 2020, le gestionnaire illibéral fait une référence marquée, et remarquée, à la période de l’Occupation : « Nous retrouverons les jours heureux. J’en ai la conviction. »

Les jours heureux – littéralement le titre du programme adopté par le Conseil national de la Résistance (CNR) le 15 mars 1944 – n’est-ce pas la fin du crève-cœur ?

On voit la subtilité du sous-texte historique et idéologique : à rebours de la préoccupation affirmée depuis des années de démanteler le programme du CNR et les avancées sociales de la Libération (considérée comme un fâcheux surgeon du Front populaire), il s’agit de faire naître une nouvelle aurore keynésienne (capitalisme sauvage modéré par l’intervention de l’État) qui mettra fin à la crise liée au Covid.

Après le crève-cœur (dont on comprend que M. Macron ne s’imagine pas l’oiseleur, même si c’est lui qui décrète le couvre-feu) viendront les beaux-jours. Ou autrement dit : « Ce qui vous aura tué par dizaines de milliers nous aura rendu plus forts ! »

Quoique légitimement critiqué comme une récupération, ce dispositif a rencontré la faveur servile du personnel de maintenance capitaliste : ministres et journalistes se sont empressés de moucheter de « crève-cœur » leurs litanies quotidiennes. Laisser les théâtres fermés ? Un crève-cœur pour Mme Bachelot, trop heureuse d’échapper au pénible exercice consistant à expliquer en quoi Marivaux est plus propice à la contamination que Géant Casino. « Un crève-cœur pour tout le monde ! » confirme le ministre démissionnaire François de Rugy. Laisser les remonte-pentes des stations de ski à l’arrêt ? Un crève-cœur, d’après la chaîne de désinformation LCI, etc.  

Tant de cœurs brisés et saignants servent à nous rappeler à quel point « nos » dirigeants se préoccupent de notre bien-être. On peut s’attendre à ce que tel des prochains plans de licenciements massifs habilement faufilés dans les dégâts collatéraux de la « crise du Covid » sera annoncé comme un crève-cœur par les gestionnaires des grandes firmes. Le crève-cœur est devenu un joker capitaliste. Comme tel, il est martelé quotidiennement, et d’ailleurs vidé de son sens ; le site « Yahoo.com » titre, le 20 décembre dernier, toujours à propos de Mme Bachelot : « Malgré un crève-cœur, la ministre ne lâche rien »…

Progressivement, le mot s’insinue dans les esprits. Votre attention attirée, vous ne manquerez pas de le remarquer dans les propos rapportés d’un fleuriste, d’un directeur de festival ou d’un propriétaire de restaurant. Il a fait son travail, bien joué son rôle : nous faire croire que nous communions tous et toutes, exploité·e·s et exploiteurs, dominé·e·s et dominants, dans le même chagrin devant une crise sanitaire et sociale qui relèverait de la fatalité.

Vivre n’est plus qu’un stratagème

Le vent sait mal sécher les pleurs

Il faut haïr tout ce que j’aime

Ce que je n’ai plus donnez-leur

Je reste roi de mes douleurs

De l’usage incongru, quoique médical, d’une méthode de torture, pour chasser les idées noires

Capture d’écran 2014-11-09 à 01.10.45

Capture d’écran 2014-11-16 à 20.04.17

Contrairement à ce que laissent entendre les grincheux, les revenus de tout et les dépressifs, contrairement donc : il y a de bonnes nouvelles certains jours.

Ainsi pouvait-on lire le 17 novembre dernier, sur le blog du Dr Jean-Yves Nau, médecin et journaliste de son second état, celle-ci :

« Contrairement à ce que professait Albert Camus le suicide pourrait, sérieusement, ne pas être une problématique philosophique. Il pourrait bien s’agir d’une stricte question de ressorts biologiques. »

Vous me direz peut-être, pour peu que vous ayez eu à lire quelques ouvrages consacrés au suicide (cette licence de psycho, jamais menée à terme…) que c’est environ la trois cent quatre-vingt douze millième fois que, depuis un siècle et plus, des hurluberlus prétendent avoir découvert « le » fondement biologique « du » suicide.

C’est finement observé.

Mais cette fois, comme l’on dit de nos jours, « c’est du lourd ! ». Et l’on comprend que le Dr Nau se sente en position de se payer au passage la tête d’Albert Camus (un compte à régler depuis la terminale ?), et qu’il sous-titre ironiquement son papier « Anti-suicide, mode d’emploi » (c’est bon, ça, coco).

« Il y a trente-deux ans, écrit Dr Nau, un ouvrage français sulfureux détaillant les procédés techniques pour en finir faisait scandale (Claude Guillon, Yves le Bonniec – éditions Alain Moreau [ici lien vers Wikipédia]). Aujourd’hui une étude américaine fournit les éléments permettant, le cas échéant, de ne pas passer à l’acte. »

Putain, trente-deux ans !

Du coup, les souvenirs se brouillent un peu (moi-même, si vous saviez !). Dr Nau ne se souvient plus trop quel pouvait être le contenu de Suicide, mode d’emploi. Avec un titre pareil, le bouquin devait « détailler les procédés techniques pour en finir ».

Détailler les procédés techniques… je serais curieux de savoir quel est le pourcentage de lectrices et de lecteurs, trop jeunes pour avoir eu le livre entre les mains, qui à la lecture de cette expression, penseront à des médicaments [1].

« Procédés techniques » évoque plutôt le nœud coulant, le saut à l’élastique sans élastique, ou la balistique.

Comme je l’ai rapporté dans Le Droit à la mort, Dr Nau a précisément publié, à propos du suicide de Pierre Bérégovoy, un bel exemple de ce que nous avons appelé l’« information par inadvertance ». En l’espèce sur le suicide par arme à feu. Il interrogeait un spécialiste de médecine légale, lequel livrait sans se faire prier les précautions à prendre pour ne pas se rater, détails reproduits par Le Monde (8 mai 1993).

En toute innocence, bien entendu, et de la part du spécialiste et de la part des journalistes, puisque ces gens croient vraiment que ce qui compte c’est d’être du « bon côté », avec les « gentils ». Et dès lors on peut faire exactement ce qu’on a reproché aux « méchants » de faire, à longueur de colonnes, sans encourir la même réprobation morale.

C’est ce qui différencie les moralistes des matérialistes.

Pourquoi je vous raconte tout ça, moi ?…

Ah oui ! le livre « sulfureux », dont je suis coauteur.

D’ailleurs, « sulfureux »… ?

« Le rayon sulfureux qu’en des songes funèbres Il nous apporte de l’enfer ! »

« Il », c’est Lucifer, et l’auteur, Hugo (je l’ai trouvé dans Littré ; Wiki buggait). Émanation de l’enfer, hein ! Vraiment pas matérialistes. Mais moralistes, oui.

Dr Nau écrivait (Le Monde, 22 mai 1982) : « Si à la suite de leur initiative [notre livre], un tel débat [sur le droit à la mort] s’établit […], il permettra peut-être de trancher et de dire si les profits tirés de l’entreprise [les droits d’auteur] sont les fruits du seul maniement du paradoxe [sic] ou si, plus gravement, vient s’y ajouter l’expression d’une forme de perversité. »

« Faisait scandale » ! Le scandale, ce sont les journalistes qui l’ont « fait »…

Mais je bavarde, je bavarde, et je vous laisse dans l’ignorance de cette merveilleuse découverte qui permettrait « le cas échéant, de ne pas passer à l’acte ». Passons sur le fait que cette formulation donne à penser que c’est le souci des dits « suicidaires » de « ne pas passer à l’acte ». C’est d’ailleurs probablement vrai pour un certain nombre d’entre eux/elles, mais c’est surtout le souci des médecins. Bref.

Il s’agit d’un travail mené outre-Atlantique et qui vient d’être publié dans le Journal of Psychiatric Research. Il a été mené par quinze chercheurs du département de psychiatrie de l’université de Caroline du Sud (Charleston) dirigés par les Drs Gregory L. Sahlem et E. Baron Short. Les auteurs ont travaillé sur dix personnes âgées de 20 à 60 ans souffrant de dépression unipolaire avec des tendances suicidaires aiguës.

Ils se sont inspirés de travaux préalables laissant penser que le sommeil pouvait avoir un impact négatif sur cet état mental — et que la privation de ce même sommeil pouvait être salutaire. Une équipe italienne s’était notamment intéressée à cette approche contre des dépressions devenues résistantes aux médicaments.

Le travail mené à Charleston est le premier à s’intéresser à ce type d’intervention chez des personnes victimes de ce type de dépression à haut risque suicidaire. A la prise en charge habituelle de ces malades ils ont associé une « chronothérapie » : privation de sommeil, avance de phase du sommeil et photothérapie.

En pratique ce traitement consistait en une nuit de privation complète de sommeil (soit 33-36h d’éveil) suivie de trois nuits de sommeil avec avance de phase (de 18h à 1h du matin, de 20h à 3h, et de 22h à 5h). Et enfin une photothérapie (expositions à 10 000 Lux durant 30 minutes), administrée au sortir des trois nuits. […]

Ces résultats réclament d’être reproduits et validés sur des effectifs plus larges avec un long suivi. Mais rien, d’ores et déjà, n’interdit sa mise en œuvre dans des établissements spécialisés.

Là, Dr Nau est très professionnel. Il prend des précautions, souligne le caractère provisoire, à confirmer, de ces premiers résultats encourageants (sur dix personnes : un peu court, en effet).

Je suis bluffé. Je ne veux pas dire que je m’attendais à le trouver plus crédule. D’abord parce que j’ai une peur bleue des poursuites en diffamation, sommations d’huissiers et portiques de sécurité. Pour vous dire : à la seule vue d’un uniforme, je suis pris de tremblements convulsifs…

Bon, je ne suis pas là pour vous parler de moi.

« Crédule » ?…

Ah oui. Figurez-vous que j’ai eu l’occasion de citer Dr Nau six ans après Suicide, mode d’emploi, c’était dans De la Révolution (1988 ; putain, vingt-six ans !). Il s’agissait de rien moins que de « l’influence du cycle menstruel sur la criminalité féminine ». En gros, une majorité des femmes arrêtées pour violence ou vol à l’étalage auraient leurs règles, ceci expliquant cela.

« Ces quelques données ont été amplement confirmées par ailleurs », ajoutait Dr Nau (Le Monde, 25 février 1987).

Non, « crédule » ne convient pas du tout. Dr Nau est parfois enthousiaste. Voilà.

Mais cette fois, rien d’intempestif. Un optimisme de bon aloi, tout au plus.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Maintenant, attardons-nous un instant sur cette méthode nouvelle et les réticences que je ne peux m’empêcher d’éprouver à son énoncé.

Il existe, non pas une méthode — ce serait trop dire —, disons une attitude, à l’égard des « suicidaires », supposé(e)s se « laisser aller » : leur mettre quelques bons (et amicaux s’entend) « coups de pieds au cul ».

La méthode décrite dans le Journal of Psychiatric Research, que je vous aurais volontiers détaillée davantage moi-même si l’accès en était libre, relève un peu de cette « philosophie ».

Il se trouve par ailleurs que la privation de sommeil est une méthode éprouvée de torture, de « torture blanche » dit-on, utilisée contre des prisonniers politiques à travers le monde (contre les défunts prisonniers de la RAF allemande, par exemple).

J’entends bien que les motivations médicales ici convoquées sont d’un tout autre ordre. Nul besoin d’obtenir un renseignement ou de détruire une personnalité rebelle.

Il ne s’agit — n’est-ce pas ! — que de briser une volonté mauvaise, erronée, contre-nature pour tout dire.

Qui pourrait y trouver à redire ? On ne peut tout de même pas laisser les gens se donner la mort eux-mêmes, comme si ça avait du sens…

Quant aux « patients », justement, je ne doute pas que les praticiens recueillent, conformément aux dispositions réglementaires en vigueur, leur « consentement éclairé ». Convenons que « 10 000 Lux durant 30 minutes » doivent amplement suffire.

Je n’aurai pas le mauvais goût de remarquer que, ça aussi, c’est une méthode en vigueur dans les commissariats.

C’est tout de même troublant, non ? cette attirance de la psychiatrie pour les façons de faire des flics et des bourreaux.

Ces gens sont tellement convaincus — loin de toute « perversité », cela va de soi — d’incarner la miraculeuse superposition du bon droit naturel avec le bon droit pénal, qu’ils vous crèveraient les yeux en attendant qu’une étude en double aveugle confirme les résultats prometteurs de l’opération sur l’addiction aux jeux vidéo…  il vous passeraient à tabac pour vous faire arrêter de fumer… ils…

Ils sont capables de tout.

Tenez, il ne manquerait plus que l’un d’eux ait l’idée de choquer les « suicidaires » avec un courant électrique…

Où ai-je la tête ?

Ils y ont pensé  — ils le font…

Capture d’écran 2014-11-27 à 23.44.34

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] La loi de 1987, elle, parle de « produits, objets ou méthodes ».