Amour, communisme et utopie ~ Précisions de Léon de Mattis à propos de son livre “Utopie 2021”

Tout d’abord, je remercie Claude Guillon, l’auteur de ce blogue, pour son invitation à m’exprimer, et à répondre à sa question concernant « l’absence » de l’amour dans Utopie 2021.

Si je n’ai certes pas eu l’ambition, ni les moyens, d’écrire un nouveau Nouveau monde amoureux, il me semble cependant que l’amour n’est pas tout à fait ignoré dans la partie consacrée au Communisme. Mais, en fond, il ne m’appartient pas de savoir si ce thème y est correctement traité : chacun jugera.

 Je me contenterai donc de rappeler ceci :

« L’utopie, bien qu’elle soit imaginaire, n’est pas non plus le fait d’un seul. Les manques et les défauts que chaque lecteur ne manquera pas de relever dans cette utopie seront des défauts pour ce lecteur, mais l’ensemble du projet lui permet de comprendre que c’est à lui de recomposer cette utopie pour y ajouter ce qui manque ou corriger ce qui, selon lui, ne va pas. Un livre qui parle de la révolution est nécessairement un livre-dont-vous-êtes-le-héros ».

Mais si je ne réponds pas complétement à la question que Claude Guillon m’a posée, je vais en revanche profiter de cet échange pour répondre à une question qu’il ne m’a pas posée : elle porte sur l’emploi du mot « communisme ». Pourquoi l’avoir choisi, celui-là plutôt qu’un autre, comme « anarchisme », par exemple ?

Il n’y a pas de réponse : ce choix s’est fait pour des raisons subjectives, et sommes toute sentimentales. J’ai fait l’essai de remplacer, par un simple copier/coller, le mot « communisme » par celui d’« anarchisme » partout dans le texte. Le sens d’Utopie 2021 n’est en rien modifié. 

Léon de Mattis

PS de C. G.

Communiste libertaire moi-même, l’usage du terme communisme ne m’a nullement gêné.

“Mais tout commence”, un livre stimulant aux éditions Acratie

Avant d’avoir – éventuellement! – le temps d’en rédiger une recension personnelle, je vous signale la parution chez Acratie d’un livre consacré par le collectif Bad Kids au mouvement contre la loi Travail.

Pour de plus amples renseignements, je renvoie à la recension publiée sur le site Zones subversives.

Ce livre complète utilement les 127 jours en mars récemment signalé ici-même.