Complotisme et clous de girofle

Après une phase de sidération que tout le monde à connue, les complotistes cherchent frénétiquement comment «expliquer» l’origine du covid-19.

…Jamais du côté de Darwin et de l’expérience des sociétés humaines, toujours du côté du complot de mort (comme on parlait il y a deux siècles de «complot de famine») ou d’un accident de laboratoire façon Frankenstein. Si l’on peut suggérer que ledit laboratoire, même chinois, a été financé par la CIA et que les responsables du projet ont des noms à consonance juive, c’est une «bonne» explication, appelée à un brillant avenir.

Se détourner de ces bouillies paranoïaques et antisémites est un un principe de précaution mentale et politique. Cependant, on ne peut être que frappé de certaines similitudes matérielles, même si elles sont difficiles à combiner dans une explication globale d’un phénomène. Je me contenterai de soumettre à la sagacité de mes lectrices et de mes lecteurs une analogie qui m’est – littéralement – apparue en rêve la nuit dernière.

Selon une formule devenue proverbiale sur lesdits «réseaux sociaux», pour exprimer que l’on serait en peine d’en dire davantage sur un sujet, mais que la force de la preuve a paru suffisante pour exiger sa publicité: Je pose ça là.

«Troll de Poutine» ~ Damned! me voilà découvert…

Tout a commencé – sur Twitter – par un message de M. Brice Couturier, commentateur & éditorialiste de son état, dont auditrices et auditeurs des radios de service public peuvent apprécier le ton affable et l’acuité intellectuelle.

Son message en était d’ailleurs une illustration supplémentaire.

À propos du mouvement des «Gilets jaunes», n’affirmait-il pas…

Et en effet, tant qu’à cultiver complotisme et explication policière de l’histoire, autant voir grand!

J’estimai qu’une telle lucidité méritait d’être signalée et récompensée:

Ce qui me valut la réponse suivante:

Me voilà démasqué!…

…Et contraint à prendre une retraite – bien méritée! – et à taux plein (66 ans) d’espion dormant – c’est ce que j’ai préféré dans le boulot – du KGB.