«Qui jette le Caillou dans la mare?» ~ par Daniel Guerrier

 

À moins de deux mois du 3e référendum que l’État français a décidé d’organiser le 12 décembre, l’ambiance sur le Caillou est à la crispation entre l’ensemble du mouvement indépendantiste réclamant son report en 2022 et les forces dites «loyalistes» réclamant son maintien sur fond d’une position gouvernementale pour l’instant inchangée quant à l’échéance. Mais qu’en est-il des tenants et aboutissants de cette situation ?

Vague pandémique, mesures sanitaires et coutume de deuil

Après dix-huit mois de situation «covid-free» sur l’ensemble du Territoire au prix de mesures très strictes acceptées par tous (isolement de la Grande Terre et des îles, restriction de circulation inter-îles et des entrées, quatorzaine obligatoire…) , le variant Delta de la pandémie s’est récemment et subrepticement invité sur le Territoire déclenchant une terrible vague de contamination. A ce jour plus de 260 décès en quelques semaines (ce qui équivaudrait à plusieurs dizaines de milliers de morts pour la France hexagonale !) dont plus de 50 % concernant la communauté kanak et plus de 25 % la communauté océanienne, sur fond de comorbidités assez répandues (surpoids, diabète, conditions de vie précaires). Face à cette catastrophe sanitaire touchant très inégalement les différentes populations du Territoire, le gouvernement actuel dirigé par Louis Mapou, figure importante de la tendance UNI-Palika du FLNKS (ancien représentant du FLNKS en France dans les années 80-90 après Jimmy Ounei, aujourd’hui décédé, et Hnalaine Ureguei) a pris des mesures à la fois raisonnées et très fortes (gestes barrières, port du masque, pass sanitaire, mesures de confinement ciblées, obligation vaccinale dans un proche avenir…) montrant par là tout le sens des responsabilités de la part des dirigeants indépendantistes, et obtenant l’accord quasi unanime de tous les courants politiques, y compris opposés, au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Par ailleurs les communautés mélanésiennes et polynésiennes dans la douleur font preuve, elles aussi, de leur parfaite obéissance aux restrictions des enterrements notamment en acceptant des sépultures provisoires près de Nouméa sans pouvoir accompagner leurs proches à leur tertre et/ou île d’origine, et de ne pas pouvoir provisoirement respecter leurs rituels de deuil coutumier longs et compliqués nécessitant le déplacement de tribus entières impossible en ces temps de restriction de circulation et de gestes barrières. Il en résulte bien humainement une quasi-impossibilité d’avoir la tête, le temps et l’énergie à l’organisation d’une campagne électorale référendaire ; d’où l’unanimité du camp indépendantiste (toutes les tendances du FLNKS, ainsi que toutes les autres composantes – MNSK, PT, USTKE, Dynamic Sud) réclamant un report du référendum en 2022, la date limite prévue par les Accords de Nouméa étant avant octobre 2022.

Dans le même temps, les forces attachées au maintien du Territoire dans la République française, rassemblées dans «les Voix du Non», s’arc-boutent quasi unanimement (sauf Calédonie Ensemble qui accepte d’envisager un report éventuel en cas de pandémie incontrôlée) sur la date initialement prévue ayant parfaitement compris que, pour elles, la campagne référendaire se fait quasi toute seule tout simplement en mettant l’accent sur toutes les mesures sanitaires exceptionnelles – et réelles! – que le gouvernement français met en place pour faire face localement à la pandémie et à ses conséquences (réserve sanitaire massive venue de métropole, transfert de malades, aides aux entreprises et aux personnels) prouvant par avance tout l’intérêt de rester « dans la France » pour le futur. Et certains de leurs leaders en rajoutent sur la nécessité d’enfin «purger» les Accords de Nouméa qui n’ont que trop durer, tout comme le sénateur Pierre Frogier, ancien compagnon de Pierre Maresca, ancien pied-noir pro-OAS (aujourd’hui décédé), de sinistre mémoire au temps des milices Lafleur, réclamant récemment plus d’engagement de l’Etat français. Ce même Frogier est l’un des tenants d’une proposition de donner une autonomie accrue aux 3 Provinces actuelles en cas de victoire du Non à l’indépendance comme gage donné aux indépendantistes, tout en peinant à cacher le dangereux projet de partition qui en découlerait avec une Province Sud rassemblant 75 % de la population du Territoire (et la plus importante population kanak aussi !) ainsi que 75 % de l’économie locale ! Et, il y a quelques mois, un autre des anciens lieutenants de Jacques Lafleur, Pierre Brétegnier, d’une famille rapatriée du Maroc devenu indépendant en Nouvelle-Calédonie, qui fut l’un des signataires des Accords de Matignon de 1988 au titre du RPCR, l’une des principales têtes pensantes de la droite coloniale déclarait au moment où elle venait de perdre la majorité au Congrès en avril 2021 : « En route vers l’indépendance kanak ? C’est naturel de discuter avec les leaders indépendantistes mais ils gagnent à chaque fois du terrain. Systématiquement, chacune de leur revendication touchant à l’avenir institutionnel du pays ou à la politique d’exploitation du nickel commence sous la pression violente du FLNKS et, au final, quand ils n’ont pas tout obtenu – ce que les négociateurs loyalistes annoncent comme une victoire – ils ont, à chaque fois, fait avancer d’un pas la Nouvelle-Calédonie vers l’indépendance kanak et socialiste […] D’où la Calédonie ressort à chaque fois un peu moins française. Il faudra un jour se donner les moyens de stopper ce processus, sinon de l’inverser.» Ce qui résume l’état d’esprit actuel revanchard des «loyalistes» !

Et le gouvernement français, garant des Accords passés, s’en tient-il à la neutralité ?

Tout en affirmant s’en tenir à sa soi-disant neutralité dans l’application stricte des Accords de Nouméa de 1998, faisant suite aux Accords de Matignon de 1988, en fait, le gouvernement français s’affirme clairement partisan du maintien dans la France : « La France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie ! », dixit Macron ; ou la récente intervention du Premier ministre Castex à l’Assemblée nationale : « Nous avons réaffirmé notre souhait fort que le choix des Calédoniens soit celui de la France. ». Ce qui rend cette campagne référendaire totalement inéquitable et faussée, d’autant qu’il a récemment produit le document sur les « Conséquences du Oui et du Non », totalement déséquilibré entre les avantages du Non et les risques du Oui ! Et par ailleurs dans le grand projet d’Axe indo-pacifique cher à Macron depuis 2017, et récemment ridiculisé par le choix australien des sous-marins nucléaires étatsuniens, la Nouvelle-Calédonie est une pièce maîtresse ; ce qui peut d’ailleurs s’entendre – sans pour autant l’accepter – sur fond d’avancée de la Chine dans nombre de nouveaux États indépendants du Pacifique.

Paul Néaoutyne, signataire des accords de Nouméa, ancien bras-droit de Jean-Marie Tjibaou et actuel président de la Province Nord, a raison d’invoquer le respect de la parole donnée car, lors du dernier Comité des signataires avec Edouard Philippe en 2019, celui-ci avait aussi lui-même fait la proposition d’un référendum en septembre 2022, après les échéances présidentielle et législatives nationales pour éviter toute collusion. Rappelons-nous l’attaque de la grotte d’Ouvéa en 1988 dans le cadre d’un bras de fer Chirac – Mitterrand dans l’entre- deux tours de la présidentielle! Mais le gouvernement Castex a changé la donne préférant demander à son ministre des Outre-Mer, Sébastien Lecornu, d’organiser des « rencontres Léprédour » (du nom d’un îlot calédonien en face de Boulouparis, propriété du Haut- Commissariat, surnommée « l’île du Haussaire »), en vase clos avec des invités sélectionnés plutôt que de rester fidèle aux Comités des signataires réguliers à Matignon. Certes il en va de la prérogative du gouvernement de fixer la date du référendum, mais, depuis des mois et bien avant la vague virale, le camp indépendantiste a fait connaître sa préférence pour 2022. Et aujourd’hui, déjà 25 communes indépendantistes refusent d’organiser le scrutin du 12 décembre.

Par ailleurs, internationalisant le problème, l’ambassadeur de la Papouasie-Nouvelle-Guinée auprès de l’ONU vient solennellement, au nom du groupe Fer de lance rassemblant les Etats mélanésiens du Pacifique et le FLNKS comme membre à part entière, de demander au gouvernement français un report au nom de la situation sanitaire exceptionnelle actuelle sur le Territoire.

Qui sont les fauteurs d’éventuels troubles à venir ?

Oui les boycotts anciens décidés par les Kanak rappellent des moments douloureux, mais à chaque fois avaient-ils le choix devant des trahisons successives de la parole donnée et des projets authentiquement néocoloniaux ? Les «loyalistes» ont beau jeu de tenter de faire peur à l’évocation de ces boycotts, tout en prédisant déjà de funestes lendemains en cas de résultats faussé par la «non-participation» kanak (mot d’ordre unitaire actuel), allant même jusqu’à demander l’application des résultats du 2e référendum du fait de l’impossibilité de tenir le 3e par la faute des Kanak! Mais qu’elles étaient les situations qui avaient poussé les Kanak au boycott, y compris actif ; qui en étaient responsables à l’origine?

Alors ceux et celles qui risquent de provoquer des troubles à venir sont ceux et celles, gouvernement français compris, qui refusent de reporter le référendum en 2022, ne serait-ce que par respect pour la coutume de deuil du peuple kanak si durement touché par la pandémie (avec le décès de nombreux cadres du mouvement indépendantiste dans la fleur de l’âge, sans pour autant oublier tous et toutes les anonymes de tous âges).

Puissent l’humanité et la raison prendre le pas sur les calculs bassement politiciens ; il en va du destin commun dans le Pays! Soutenons le peuple kanak, encore aujourd’hui dans une nouvelle et terrible épreuve, dans sa revendication d’une Kanaky–Nouvelle-Calédonie souveraine et indépendante dans le respect de toutes les composantes de sa population!

Daniel Guerrier, ancien co-président de l’AISDPK en compagnie de Jean Chesneaux, Jean-Jacques De Felice et Alban Bensa dans les années 80, aujourd’hui tous trois disparus – Alban venant de nous quitter ce 10 octobre, et je tiens à saluer ici sa mémoire.

Cartes postales marseillaises (oct. 2020)

De beaux volets multicolores (au mépris, sans doute, de la réglementation).
À l’emplacement de l’ancien pont transbordeur, au bout du Vieux port, une piste d’atterrissage pour les extra-terrestres. Un coup de la nouvelle municipalité écolo-cosmopolite!
Coucher de soleil sur le Vieux port (j’ai dit: cartes postales!).
Sur la Canebière (mais l’ombre des feuilles est gênante), la façade de la joaillerie L. Rey.

Joli fronton en céramique (rue de Rome?).

La pratique d’afficher à l’entrée des églises les avis et décrets officiels s’est prolongé après la Révolution, puisque cette église a été reconstruite sur les ruines d’une autre, précisément détruite en 1794 pour avoir abrité les réunions d’une section «fédéraliste».

Sculpture de sable sur la Canebière.
Cette affiche fait partie d’une campagne qui souligne le passé colonial de Marseille.
Missak s’est trouvé un compagnon.

“Comment Israël exploite les rôles genrés pour discréditer les militantes palestiniennes” ~ par Samah Jabr

Les femmes palestiniennes emprisonnées sont moquées et discréditées pour avoir négligé leur rôle «traditionnel» et se voient refuser tout soutien psychologique.

Dans «Un Colonialisme à l’agonie», Frantz Fanon décrit la mentalité coloniale française en Algérie : «Si nous voulons détruire la structure de la société algérienne, sa capacité de résistance, nous devons d’abord conquérir les femmes; nous devons aller les trouver derrière le voile où elles se cachent et dans les maisons où les hommes les tiennent à l’abri des regards».

En Palestine, l’oppression des hommes et des femmes par Israël a un impact différent. Les hommes sont exposés à la violence liée à l’occupation en raison de leur plus grande présence dans la sphère publique, tandis que les femmes sont ciblées d’autres manières. L’oppression et le colonialisme exacerbent les inégalités préexistantes entre les sexes, car la violence politique encourage une attitude «protectrice» qui empêche les femmes de participer à la vie de la communauté.

L’occupation sape la masculinité des hommes palestiniens en les humiliant et en les rabaissant. Un homme dont la dignité est bafouée à un poste de contrôle peut facilement déplacer le sentiment de défaite sur une personne plus faible que lui, souvent une femme à la maison.

Inciter au mépris

L’appauvrissement généralisé des familles sous occupation et le sentiment d’un sombre avenir poussent au mariage précoce pour les filles et à l’abandon scolaire pour les garçons.

Les femmes sont d’autant plus victimes d’insultes que les politiciens israéliens parlent de leur ventre comme d’une bombe à retardement démographique, alors que le taux de natalité palestinien augmente de façon notable. Ce préjugé peut entraver l’accès des femmes enceintes aux hôpitaux, les mettant en situation de devoir accoucher aux postes de contrôle, avec des taux de mortalité tragiques pour les nourrissons et leurs mères comme le rapporte le Lancet.

Des tactiques sexistes sont également couramment utilisées pour discréditer les militantes palestiniennes, niant leur féminité et leur statut social, et incitant les hommes à les mépriser.

Par exemple, un message Facebook de 2018, rédigé par un porte-parole de l’armée d’occupation israélienne, comprenait le texte suivant, accompagné d’une photo d’une manifestante de Gaza: «La femme de bien est la femme honorable, qui prend soin de sa maison et de ses enfants, et leur sert d’exemple à suivre. Cependant, la femme frustrée qui manque d’honneur ne s’occupe pas de ces choses, agit sauvagement contre sa nature féminine, et ne se soucie pas de la façon dont elle est perçue dans la société».

Invoquer l’honneur et le rôle «naturel» des femmes renforce les stéréotypes sexistes inéquitables et dissuade les femmes d’agir en politique. Il est donc rappelé aux sociétés et aux familles de limiter les femmes à des rôles «traditionnels» pour les protéger de la violence et des abus.

Prisonnières politiques

Cependant, c’est peut-être dans l’expérience des prisonniers politiques que l’écart entre les sexes est le plus grand. Je travaille avec d’anciennes prisonnières pour les aider à bénéficier de soins psychologiques et de rapports judiciaires, et cela m’a beaucoup appris sur la façon dont le système militaire israélien utilise des tactiques sexistes et des insinuations sur des tabous culturels pour faire pression sur les prisonnières et sur la société palestinienne en général.

Au cours des décennies d’occupation israélienne, des milliers de femmes palestiniennes ont été arrêtées. Comme les hommes, elles sont emprisonnées pour leur militantisme ou détenues pour faire pression sur leurs proches engagés dans la lutte. Parfois, les cris d’une femme subissant un « interrogatoire » sont exploités pour forcer son frère, son mari ou son fils à avouer.

L’été dernier, Mais Abu Ghosh, étudiante à l’université, a été torturée pendant un mois. Lorsque ses parents ont été amenés au centre d’interrogation, ils n’ont pas pu la reconnaître. Les fouilles à nu et l’échange de serviettes hygiéniques et de papier toilette contre des informations sont des pratiques courantes, auxquelles de nombreuses femmes détenues ont été soumises.

Les femmes emprisonnées souffrent particulièrement de la suppression de leurs liens sociaux, étant souvent détenues en dehors du territoire occupé en 1967, en violation de l’article 76 de la quatrième Convention de Genève. Leurs proches se voient souvent refuser les autorisations nécessaires pour leur rendre visite.

«J’ai peur»

Les femmes détenues se voient également refuser un soutien psychologique lorsqu’elles en ont le plus besoin. En janvier 2018, Israa Jaabis, une mère palestinienne de Jérusalem accusée de tentative de meurtre après que sa voiture ait pris feu près d’un point de contrôle israélien en 2015, a écrit une lettre douloureuse dans laquelle elle se plaignait que les autorités carcérales l’empêchaient de voir son fils, et exprimait son grand besoin d’un soutien psychologique.

«J’ai peur quand je me regarde dans un miroir, alors imaginez ce que les autres doivent ressentir quand ils me regardent», a-t-elle écrit, notant que ses besoins médicaux et psychologiques ont été négligés, malgré les règles des Nations unies qui stipulent que les autorités pénitentiaires «doivent s’efforcer de faire en sorte que [les femmes détenues aient] un accès immédiat à un soutien ou à un conseil psychologique spécialisé».

Les femmes détenues souffrent également de ce qui se passe à l’extérieur de la prison. Chaque fois qu’un homme est emprisonné, il y a alors très souvent une femme surchargée de travail et de responsabilités qui compense son absence. Mais lorsqu’une femme est mise derrière les barreaux, sa maternité est remise en question et son mari est pressé de trouver une nouvelle épouse pour fournir «une mère à ses enfants».

Bien que cela ne soit pas dit ouvertement, l’opinion persiste qu’une femme prisonnière est répréhensible d’avoir laissé ses enfants derrière elle. Un grand silence entoure la possibilité qu’elle ait été agressée sexuellement en détention.

Alors que les hommes palestiniens sont généralement glorifiés après avoir été libérés de prison, les femmes dans la même situation sont confrontées à d’autres difficultés pour trouver un emploi, se mettre en relation avec un partenaire et assumer un rôle actif dans une société de plus en plus «protectrice».

Violence structurelle

L’oppression en Palestine s’exerce sur des fronts nombreux, où la violence structurelle et la répression politique entravent les libertés individuelles et collectives. Les femmes – en particulier les militantes et les anciennes prisonnières – sont confrontées à une multitude de luttes croisées dans leur cheminement vers leur libération.

Les mouvements féministes se sont abstenues de défendre les droits des prisonnières palestiniennes, mais ce sont ces organisations disposant de moyens qui peuvent mettre en lumière les dimensions genrées de l’occupation en Palestine et garantir que ces inégalités et systèmes d’oppression ne soient pas oubliés.

Les Palestiniens devraient remettre en question de telles dynamiques, qui affaiblissent notre capacité à résister à l’occupation et nous subjuguent encore plus. Le genre nous divise. Le manque d’influence des femmes contribue au colonialisme et aux autres relations de pouvoir entre les classes et les ethnies.

Une plus grande flexibilité dans les rôles de genre augmenterait la résilience des Palestiniens face aux traumatismes, libérant les femmes de la prison qu’elles occupent en elle-même afin qu’elles puissent se transformer en agentes actifs de changement et de résistance.

Article de Samah Jabr, psychiatre palestinienne, initialement publié le 26 mai 2020 par Middle East Eyes.

Traduction française empruntée au site du Collectif Palestine vaincra.

La Barbarie française au Soudan, par Émile Pouget

Ce texte de Pouget (1860-1931) a été publié dans Le Père peinard, du 21 avril 1900. Nous le dédions ici aux crétins qui feignent d’inventer, au début du XXIe siècle, la dénonciation du colonialisme.

Vigné d’Octon, dont Pouget cite de larges extraits des textes, était un ancien médecin militaire, député de l’Hérault. Les éditions Les Nuits rouges ont publié de lui : La Sueur du burnous. Les crimes coloniaux de la IIIe République.

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.52.38

Vigné d’Octon continue à négliger de grimper à l’égrugeoir de l’Aquarium pour dévoiler les crimes commis au Soudan par la gradaille française. Il n’y a pas mèche de mieux prouver l’impuissance parlementaire !

Voilà un député qui a les mains pleines de documents narrant les atrocités commises aux colonies par les galonnards ; il a à sa disposition le fameux dégueuloir de l’Aquarium d’où, paraît-il, la parole retentit jusqu’aux fins fonds des campluches. Eh bien, au lieu de jaspiner du haut de cette tribune, il écrit dans des journaux et des revues ; au lieu de demander aux ministres compétents s’ils sont enfin décidés à museler les monstres qui dévastent le continent noir, il se borne à les flétrir en imprimant leurs horreurs ; au lieu de faire appel aux gouvernements, il fait appel à l’opinion publique. C’est une sacrée mornifle que ce député fiche sur la tronche de l’Autorité !

En agissant ainsi, Vigné d’Octon proclame qu’il n’a pas deux liards de confiance dans le bon vouloir des dirigeants, puisqu’il cherche d’abord à émouvoir le populo, afin d’arriver ensuite, par ricochet, à faire pression sur les gouvernants. Et Vigné d’Octon en raconte des horreurs, des crimes et des vilenies sans nom ! Il en raconte tant que les monstres devenus légendaires — les Néron, les Gengis Kahn, les Bonaparte et autres bandits — paraissent des petits saints, à côté des Voulet, des Chanoine, des Marchand et des Archinard[1].

Depuis que ces galonnards sont lâchés sur le Soudan, le grand centre africain n’est qu’un immense charnier : ces scélérats zigzaguent dans le pays noir, au gré de leurs caprices, suivis de troubades qu’ils lâchent sur les moricauds paisibles. Il y a deux sortes de soudards dans les colonnes de dévastation ; les tirailleurs indigènes et les fantassins de la marine :

« Les tirailleurs indigènes, écrit Vigné dans la Revue des Revues, sont flanqués de leurs captifs et de leurs captives, auxquels incombe souvent le soin de porter leurs armes. Ils sont fiers, heureux à la pensée qu’ils vont, dans quelques jours ou quelques heures, augmenter le nombre de ces bêtes de somme.

« Abrutis par l’alcool et la vie de poste, ayant perdu la dose de sens moral dévolue à leur race, ils s’avancent allègrement, et leurs narines se dilatent comme si déjà elles humaient la bonne odeur de sang giclant vermeil des artères, le sang de leurs frères, le sang des femmes et des enfants de leur couleur !

« Ils rient du rire bruyant des brutes lâchés pour une œuvre de carnage et de dévastation, poussent à coup de pied dans les reins les esclaves-porteurs qui s’attardent sous leur fardeau, brutalisent les captives courbées en deux sous le poids de leur nourrisson.

« Derrière, viennent les fantassins de marine, la poitrine émaciée sous la vareuse trop large, les joues blêmes et les prunelles jaunies par la bile. Moins fringuants que leurs camarades indigènes, sur lesquels ni la fièvre ni la nostalgie n’ont de prise, ils n’en sont pas moins contents de rompre enfin la monotonie désespérante de leur existence.

« Aussi déprimés au moral qu’au physique, un peu de joie rosit leurs pommettes maigres, un sourire voltige sur leurs lèvres exsangues à la pensée de mitrailler cette sale négraille que, dans leur simplisme, ils rendent responsable de toutes les misères de leur exil.

« Oui ! ces braves gars, plus doux que les moutons dont naguère encore ils avaient la garde dans la lande bretonne ou la garrigue cévenole, ces bons “marsouins” qui jamais ne maltraitèrent ni leur chien, ni leur mule, ni leur vache, vont dans quelques heures, dès que retentira le clairon, se muer en êtres féroces qui tueront, massacreront aveuglément et faucheront autour d’eux des vies humaines avec autant d’ardeur que les épis de leurs moissons.

« J’insiste sur cette observation qu’il m’a été souvent donné de faire ; ce qui les guide, eux, les pousse et ainsi les affole, ce n’est ni l’espoir d’un galon nouveau ni le désir immodéré de ce morceau de ruban rouge comme le sang dans lequel on le ramasse en ce pays — il savent bien que, malgré toute la bravoure dont ils pourraient faire preuve ces hochets ne sont pas pour eux — ce n’est pas non plus, comme pour les tirailleurs, la perspective de razzier des captifs et des captives — ceux ou celles de leurs camarades indigènes leur suffisent la plupart du temps — non ce n’est rien de tout cela. Leur but unique, leur pensée est, encore une fois, de se venger de ces “nègres infects”, selon l’expression de leurs officiers, de ces “sacrés mal-lavés” à cause desquels, persistent-ils à s’imaginer, on les a pris à leur village, à leur atelier ou à la glèbes maternelle pour les envoyer mourir de la fièvre en ces pays de malédiction. Aussi avec quel entrain tout à l’heure ils se proposent de les mitrailler… »

Cette stupide haine pour les moricauds que Vigné d’Octon a constatée chez les marsouins ne leur est pas particulière ; on la retrouve aussi intense chez les troubades casernés en France, chaque fois qu’ils sont mobilisés contre des grévistes ou des manifestants.

Ces inconscients pousse-cailloux oublient qu’hier ils étaient prolos et qu’ils le seront encore demain ; ils oublient que, parmi ces pékins qu’ils ont pour besogne de mater s’agitent des amis, des proches — peut-être des frères, un père ?… Une seule chose les tourneboule : « Ces cochons-là sont cause qu’on nous fait membrer ; ils nous le paieront… », groument-ils à mi-voix.

Au lieu de rejeter la responsabilité des chieries qu’ils endurent sur les chefs et les grosses légumes, ils s’en prennent aux petits — aux victimes ! C’est plus commode, et surtout, moins dangereux.

Le soldat éreinté qui, furibond, s’en prendrait à un galonné, passerait au conseil de guerre. Au contraire, celui qui, pour assouvir sa colère, déquille un moricaud, piétine un manifestant ou assomme un prolo, est félicité. La brute militaire est alors félicitée, parce que sa vengeance a porté à faux, est tombé sur un innocent.

Donc, entre les soldats massacreurs de moricauds et les truffards qui mitraillent les manifestants à Fourmies ou opèrent en temps de grève contre les prolos, il n’y a de différence que du plus au moins. Tous deux, grâce au militarisme, sont des bêtes fauves.

Mais revenons au Soudan : les galonnés classent en deux groupes les villages de noirs — les amis et les ennemis. Cette classification est tout ce qu’il y a de plus arbitraire — la loufoquerie d’un grade en décide presque toujours. En 1835, les commandants des avisos « L’Ardent » et « Le Goëland » jouèrent à pile ou face le sort du roi Bokay et de ses villages Kontchoucou et Katinou dans le Rio-Nunez : il fut classé ennemi et les villages furent rasés, après que les habitants eurent été massacrés. Le sort d’un village « ami » n’est guère plus enviable :

« Perdues pour eux, razziées, dévorées en un clin d’œil, seront les petites provisions familiales de sorgho, de maïs, ou de farine de manioc… Volés aussi, les poules, les petits cochons hirsutes, les maigres brebis. De tout cela, la colonne ne fera qu’une bouchée.

« Bien qu’énorme, la perte serait réparable, mais hélas ! les hommes valides du village, ceux qui pourraient travailler aux lougans (les champs), sont impitoyablement réquisitionnés comme porteurs, et de ces lougans eux-mêmes, il ne reste plus grand-chose quand la colonne les a traversés. Il n’y a plus dans le village que des vieillards, des enfants et celles de leurs filles ou de leurs mères dont la soldatesque n’a pas voulu. Tel est le sort du village ami. »

Voici maintenant comment on opère pour détruire un village ennemi :

« La plupart du temps, dit Vigné, on part pour surprendre le tata (village) à la pointe du jour ou à la tombée de la nuit, alors que les habitants sortent à peine du sommeil ou vont s’y plonger. Les premières balles de nos Lebels clouent d’ordinaire les indigènes sur leurs taras (lits en osier) ; deux ou trois obus suffisent pour incendier le village dont les toits de palmes desséchées par le soleil flambent comme de l’amadou.

« Les quelques guerriers qui possèdent des fusils à pierre les déchargent, affolés, au hasard, dans la direction d’où vient la mitraille et s’enfuient, précédés et suivis de tous ceux, femmes, enfants, vieillards, que les premières décharges ont épargnés. Mais en un clin d’œil, la colonne a cerné le village et, de quelque côté qu’ils se dirigent, les malheureux trouvent devant eux un cercle de fer et de feu…

« Des femmes nues et dont la chevelure grésille sous les tisons courent, leur nourrisson dans les bras, en jetant des cris de terreur ; des enfants les suivent épouvantés, s’accrochent à leurs cuisses, à leur seins qui ballottent ; nus aussi, les hommes vont plus vite, tous avec l’espoir de se sauver.

« Mais devant eux se dressent les canon s des fusils Lebel. Les uns, d’ordinaire les femmes et les enfants, s’arrêtent, regardent, désespérés, l’arme terrible et, résignés, reçoivent la balle, tournoient sur leurs pieds brûlés et tombent, rendant leur âme innocente dans la douce clarté du matin.

« Les hommes, semblables au taureau devant la pique du toréador, rebroussent chemin et, redoublant de vitesse, essaient un autre côté. Et alors, on leur fait ce qu’en argot colonial on appelle la “chasse aux lapins”. Il s’agit de pincer nos fuyards au demi-cercle, de leur couper la tangente en leur logeant un pruneau au bon endroit. »

 

La prise de Sikasso[2]

 

Sur la prise de Sikasso qui est la plus abominable boucherie dont la conquête du Soudan français a été souillée, Vigné d’Octon publie des notes prises au jour le jour par un témoin oculaire :

« Après le siège, l’assaut. On donne l’ordre du pillage. Tout est pris ou tué. Tous les captifs, 4 000 environ, rassemblés en troupeau. Le colonel commence la distribution. Il écrivait lui-même sur un calepin, puis y a renoncé en disant : “Partagez-vous cela !” Le partage a lieu avec disputes et coups. Puis, en route !

« Chaque Européen a reçu une femme à son choix. Le capitaine M**, n’en voulant pas, en a amené une qu’il a donnée à son planton, Moussa Taraoré, tirailleur de première classe. Tous les tirailleurs en ont eu au moins trois. Un nommé Mendony en a reçu neuf.

« On fait au retour des étapes de 40 kilomètres, avec ces captifs. Les enfants et tous ceux qui sont fatigués sont tués à coups de crosse et de baïonnette. Les cadavres étaient laissés au bord des routes. Une femme est trouvée accroupie. Elle est enceinte. On la pousse à coups de crosse. Elle accouche debout, en marchant, coupe le cordon et abandonne l’enfant sans se retourner pour voir si c’était garçon ou fille.

« Dans ces mêmes étapes, les hommes réquisitionnés en route pour porter le mil restent cinq jours sans ration ; ils reçoivent cinquante coups de corde s’ils prennent une poignée du mil qu’ils portent.

« Les tirailleurs ont eu tellement de captifs qu’ils leur était impossible de les loger et de les nourrir. Arrivés à Raz-el-Ma, où le mil est rare, et à Tombouctou, ils ont demandé pour eux du mil et des cases. Le chef leur a répondu : “Vendez-les”. Au cours de ces distributions, d’étranges erreurs ont été commises. On a donné ou vendu des parents des tirailleurs, ou des gens dévoués à notre cause… »

Et il paraît que la soldatesque française n’a d’autre but que de « civiliser » les Noirs.

Cochonne de civilisation !

On réduit en esclavage ceux qu’on n’égorge pas… Seulement on y met des formes et de l’hypocrisie : au lieu d’appeler « esclaves » les malheureux captifs, on les baptise « non libres ». C’est à ce changement d’étiquette que se borne en Afrique la suppression de l’esclavage !

Turellement, quand on a des esclaves, on en fait ce que bon vous semble : chair à plaisir, chair à profit !… Vigné d’Octon raconte à ce propos le fait suivant — il n’a malheureusement pas cité les noms des monstres qui ont fait le coup :

« Une nuit, des Européens se postèrent à l’affût des bêtes féroces ; l’appât ne fut ni une chèvre bêlante ni un agneau mais une fillette de dix ans que l’on plaça sur un nid de fourmis noires. La pauvre enfant ne cessa de crier jusqu’au moment où elle fut tuée par les terribles insectes. Hein, les bons bougres, que dites-vous du tableau ? Appâter des tigres avec une gosseline de dix ans, ligotée sur une fourmilière ! Ça c’est des inventions dont sont seulement capables des galonnards : des Marchand ou des Gallifet !

Inutile de rien ajouter ! Toutes les palabres d’indignation ne pourraient jamais égaler la haine qu’on devrait avoir de pareils monstres.

Il n’y a qu’une épithète qui les qualifie : ce sont des militaires, des galonnés !

Et ce qu’il y a de gondolant, c’est que les monstres qui ont appâté les fauves avec la gosseline en question sont peut-être bien de retour en France et ils font les farauds et posent à l’héroïsme.

Émile Pouget

Capture d’écran 2014-11-09 à 10.55.27

[1] Officiers français qui se distinguèrent dans la colonisation. Les deux premiers furent liquidés par leurs propres soldats.

[2] J’ajoute cet intertitre. C. G.