En tombant, même arraché par une grenade assourdissante, un œil fait moins de bruit qu’une vitrine de banque (février 2014)

Écoutez les bruits du monde…

Les ministres comptent les vitrines et font de la géopolitique à propos des blocs-noirs internationaux.

À Nantes, Quentin, 29 ans, a perdu l’œil gauche, du fait du tir tendu d’une grenade assourdissante [voir rectification et précisions ci-après].

Grenades et réacteurs d’avion, ce monde produit des bruits qui lui ressemblent.

L’aéroport de NDD est une utopie technocratique qui n’a pas lieu d’être.

La résistance qu’il suscite, les solidarités concrètes qui la fédèrent et l’expriment, sont une utopie concrète. Il s’y mêle de la douleur et du sang, comme dans toute naissance.

Dominé(e)s, exploité(e)s, surveillé(e)s, tabassé(e)s, expulsé(e)s, estropié(e)s, violé(e)s, malades, méprisé(e)s, humilié(e)s, toutes et tous nous portons dans notre chair les stigmates de la violence du système.

 -2

 

-3

 

-1-3

 

-4

Photos E. B-C (sauf la première en partant du haut), prises à Nantes, le 22 mai 2014 .

 

Précisions tirées d’un article du site Médiapart (26 février 2014):
«Quentin Torselli, qui se définit comme un « “citoyen, pas spécialement militant”, a d’abord pensé à une grenade assourdissante “à cause du bruit”. “Je me rappelle d’un grand bruit et d’un grand choc, qui correspond en fait sans doute à l’éclatement de mon œil, indique-t-il. Un médecin m’a dit que les lésions correspondent à un tir de Flashball et on n’a pas retrouvé d’éclats de grenade”.»

Offense au drapeau du pseudo « État islamique »… (août 2014)

…par le sang (menstruel) et par la merde

Usant une nouvelle fois du «nu manifeste», en le combinant avec les techniques des «performeuses» féministes modernes, la jeune Aliaa Magda Elmahdy et une de ses amies répliquent par la dérision et la provocation aux assassins du pseudo-«État islamique». La photographie est reproduite depuis son compte Twitter.

Aux coupeurs de têtes, aux kidnappeurs et enleveurs de filles, à ceux qui se croient à l’abri du désir de la chair quand ils ne songent qu’à la meurtrir, les jeunes femmes renvoient malicieusement ce qu’ils répandent et ce qu’ils évoquent : le sang et la merde.

Capture d’écran 2014-12-06 à 10.43.22

Faudrait penser à la reconversion les gars! (2014)

Charlie-hebdo commet [janvier 2014] une des « une » les plus pauvres de son histoire. Pas drôle, pas dérangeante, pas méchante…

Ça voudrait taper en-dessous de la ceinture, et ça arrive quelque part au-dessous de rien.

Le rédacteur en chef, Charb, s’en justifie misérablement au Nouvel Observateur : « L’affaire Gayet est traitée assez succinctement. Il y aura quelques dessins mais on n’a rien à dire de très profond et de très intelligent [sic] sur le sujet. Ce n’est pas quelque chose sur lequel on a envie de philosopher. »

Ben, c’est pas grave les gars : si l’agriculture ne manque plus de bras, y’a d’excellentes formations de pizzaïolo. Allez, vous saurez bien compter jusqu’à 4 fromages !

Couv_Charlie_re_duite

SALAUDS DE JEUNES ! ou «Boudeuse sauvée des eaux» (2013)

Capture d’écran 2014-11-10 à 16.45.03

 

ne dame octogénaire, automatiquement qualifiée de ce fait par la presse de « grand-mère » (ce qu’elle est peut-être aussi), a voulu se jeter dans l’Aube vendredi dernier 6 décembre 2013. Elle a pris la précaution de sauter en serrant contre elle une lourde pierre. Ça n’est certes pas un geste que nous conseillerions : la rivière était à 6°, et nous n’aimons guère l’eau froide.

Cependant, chacun(e)s s’arrange comme il peut avec l’inepte et cruelle interdiction d’accès aux informations concernant la mort douce, et Mme *** pouvait espérer combiner rapidement — sinon agréablement — submersion et hypothermie.

Las ! « C’est sans compter l’intervention, rapporte en mauvais français un plumitif de Metronews, de deux jeunes gens, hélés par un passant ».

En effet, si la vie n’est pas toujours gaie, il faut en plus y supporter les jeunes ! Les jeunes et leur moralisme débile, par quoi ils manifestent les dispositions précoces au gâtisme qu’ils pourront laisser s’épanouir dans leur âge mûr, puis blet.

Capture d’écran 2014-12-09 à 11.19.21

Bien dit Pierrot ! Priorité aux jeunes !

 

Sauter à l’eau avec une pierre attachée au cou est tout de même assez différent de glisser du parapet en rentrant saoule de la soirée télé du club des anciens !

À force d’efforts et de persuasion à la guimauve (« Il lui a dit qu’il n’aimerait pas que sa grand-mère meurt comme ça »), les deux jeunes fâcheux (l’un mineur, l’autre majeur) ont finalement tiré de son lit de rivière la vieille dame indignée.

Elle « va bien, sauf qu’elle nous dit qu’elle va recommencer » se désole le maire de Bar-sur-Aube, lequel a derechef décoré de la médaille de la ville le passant héleur et les jeunes intempestifs.

Nous eussions mieux vu ces chenapans contraints d’effectuer quelques dizaines d’heures de travail d’intérêt général. Auprès de l’association suisse Exit, par exemple, histoire de leur faire comprendre ce que secourir autrui veut dire.

Quant au Parisien, il concluait, avec une cruauté toute inconsciente : « Samedi soir, elle était en famille ».

Une « grand-mère » en famille, des blanc-becs au sec, la rivière aux brochets : chaque chose à sa place. Et qu’elle y reste !