Drôles de dames… ~ Caroline Granier étudie les femmes d’action dans le polar

Caroline Granier vient de publier À armes égales (Ressouvenances) ouvrage dans lequel elle soumet les romans policiers mettant en scène des femmes offensives (voire armées) à une analyse de genre. On peut se procurer le livre via le site de l’éditeur.

Présentation par l'éditeur

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie?

Le polar, univers longtemps conditionné par les hommes et des représentations phallocrates, se féminise. Il constitue ainsi un miroir grossissant de notre société, terrain privilégié pour l’étude des rapports sociaux entre les sexes, et aussi du rapport à la violence. Cet ouvrage interroge ces représentations littéraires à travers le prisme du féminisme. Analysant un important corpus de romans, décrivant de nombreuses héroïnes différentes, il contribue à une réflexion sur la condition des femmes dans la société actuelle. Il témoigne d’interrogations sous-jacentes : l’affirmation doit-elle être identification aux anciens codes de domination? Ceux-ci sont-ils spécifiquement masculins? En s’emparant des attributs traditionnels d’une condition masculine déterminée, des femmes les érodent-elles ou, au risque de ne pouvoir s’en affranchir, les répètent-elles? La violence peut-elle être un outil d’émancipation féministe?

Capture d_écran 2018-10-15 à 23.06.08

Caroline Granier est agrégée et docteure en Lettres modernes ; elle enseigne en lycée. Elle a étudié la littérature anarchiste de la fin du XIXe siècle en France, en interrogeant ses rapports avec l’histoire et les luttes sociales, dans Les Briseurs de formules (Ressouvenances, 2010). Depuis plusieurs années, elle se passionne pour les romans policiers d’aujourd’hui qu’elle étudie sous l’angle du genre.

 

L’histoire politique tragi-comics des Super-héros ~ par William Blanc

William «Hodor» Blanc vient de publier chez Libertalia un livre intitulé Super-héros, une histoire politique.

Les fanatiques de comics books et de super-héros (dont je ne suis pas) retrouveront avec plaisir l’univers qu’ils & elles affectionnent et apprendront beaucoup sur l’engagement des auteurs  de ce «sous-genre» et l’articulation entre leurs productions et le contexte politique et social dans lequel ils ont travaillé.

Les autres découvriront, comme je l’ai fait, avec plaisir et curiosité l’immense et complexe «panthéon alternatif» qu’ont bâti les scénaristes et dessinateurs de comics. Super-héros et super-héroïnes se rencontrent, s’allient, se combattent, s’aiment ou se haïssent (jusque dans les modernes séries télévisées).

Outre par la superbe couverture de Bruno Bartkowiak (on ne se lasse pas de le constater à chaque parution), le livre est enrichi par de nombreuses illustrations, dont un superbe cahier iconographique en couleurs, et par un index.

Ça n’est pas pour me conformer à la mentalité que me suppose l’auteur, qui m’a mentionné dans ses aimables remerciements en tant que «Claude “Superdupont” Guillon», mais je me permettrai – pour une raison que mon lectorat va comprendre très vite – de choisir comme super-héraut personnel… un cow-boy français!

Créé à Lyon, en 1947, par Chott (Pierre Mouchot) et J-K Melwyn Nash (Marcel Navarro), LE CASSEUR – «Big-Bill», pour les intimes – est cette étrange chimère.

Au risque de décevoir, je dois ajouter que Le Casseur défend la loi et le droit et ne peut guère être considéré comme un précurseur du Black Block.

Il est vrai qu’il a tout intérêt à paraître du «bon côté», tant il pratique avec un ostentatoire plaisir la violence physique… ce qui aurait pu le mettre, deux ans plus tard, en infraction avec la législation régissant les «publications destinées à la jeunesse», adoptée en juillet 1949.

Nota. Cette image, tirée du deuxième numéro du magazine, est ici reproduite sans altération ni détournement.

En aidant la librairie-café “Les Villes invisibles” (Clisson, 44) vous aidez Tatiana et Caroline, les libraires, mais aussi les maisons d’édition, les autrices et les auteurs. Merci pour elles et pour nous!

Après plusieurs années dans le milieu du livre (l’une et l’autre, nous avons touché à l’édition, la bibliothèque, la traduction et bien sur la librairie…) nous nous sommes décidées à sauter le pas : avoir notre propre projet de librairie. Nous avions la même vision du métier, la même idée de partage, de transmission, de lien. Il ne restait qu’à le réaliser…

Un jour d’automne, nous croisons la route de Laurence, et sa librairie à Clisson (44), Le Vers Libre, qu’elle souhaite transmettre. Au fil de la conversation, de la description du lieu, le contact s’établit et notre intérêt grandit. À la première visite, nous tombons sous le charme et travaillons depuis à sa reprise. Le passage de consigne est prévu pour février 2019.

Dans une ville, une librairie est plus qu’un simple commerce; il s’agit d’un lieu de rencontre, de partage, de découverte. Elle n’évolue pas seulement autour des livres mais aussi des idées et des personnes. C’est pourquoi nous souhaitons continuer le travail commencé par Laurence, faire vivre ce lieu culturel inscrit dans la vie de Clisson depuis déjà plusieurs années.

Le but est de maintenir un accès direct aux livres et à la culture dans le village, à travers non seulement l’activité de vente de livres, mais aussi grâce à des rencontres et d’autres événements liés au livre qui favoriseront l’échange.

Être libraire c’est un métier que l’on choisit par passion. Passion pour la découverte permanente de textes que nous serons amenées à partager avec les lecteurs et les lectrices, pour le rôle de médiateur entre la demande du public et une vaste production éditoriale. C’est aussi défendre une idée du métier qui tient à une exigence et à un choix assumé dans son assortiment.

Plus encore que dans la sélection, c’est dans le conseil que le libraire trouve ou retrouve toute son importance, à travers le choix des tables, des nouveautés, la mise en avant des coups de cœur ou le conseil direct auprès de la clientèle.


Notre librairie restera généraliste, avec

• des romans francophones et étrangers, des polars, de la SF, et des sciences humaines, des BD, mais aussi de l’art, de la poésie, des livres de cuisine, de la littérature et des guides de voyage etc.;
• un coin jeunesse : albums, romans jeunesse et ados;
• à terme, une sélection de DVD documentaires;
• des cartes postales, de la région, sérigraphiées, etc.
Et notre espace café vous permettra de prendre le temps de faire une pause avec un choix de thés, de cafés, de jus, et des pâtisseries pour grignoter à l’heure du goûter…

Depuis plusieurs mois maintenant, nous préparons la passation. Aujourd’hui nous avons besoin d’un coup de pouce financier pour mener le projet à terme.

À quoi va servir le financement ?

Avec 5 000 euros nous aurons la possibilité de changer le logiciel de gestion du stock de la librairie, car nous estimons que les prestations du logiciel actuel ne sont pas suffisantes pour assurer une bonne gestion du stock. De plus, ce type de logiciel est l’outil du libraire au quotidien.

Nous allons aussi doter notre partie café d’une machine à grains professionnelle, pour pouvoir proposer un café de qualité à nos client·e·s.

Si nous arrivions à dépasser notre objectif et atteindre les 7 000 euros, nous pourrions confier à l’atelier de la Turbine, qui s’occupe déjà de notre charte graphique, la création du site internet de la librairie, un outil indispensable de nos jours; un site où partager nos conseils, toute information relative aux horaires et aux rencontres, nos sélections thématiques, etc.

Et avec 10 000 euros nous pourrions envisager dès le départ la création du rayon DVD documentaires; ainsi que l’achat de matériel de projection pour des soirées-débats autour de la production documentaire actuelle.

Les libraires

Tatiana

De formation littéraire, j’ai entamé ma vie professionnelle en conciliant travail et passion pour les livres auprès de la maison d’édition Marcos y Marcos, basée à Milan, pendant 5 ans. Arrivée en France, j’ai effectué un stage de deux semaines à la libraire-café Terra Nova de Toulouse à l’automne 2009, puis j’y ai travaillé jusqu’en mars 2018.

Cet emploi m’a permis d’apprendre le métier de libraire, et d’acquérir des compétences non seulement dans le conseil et la mise en avant des titres, mais aussi dans la gestion des animations, des relations interprofessionnelles, de la logistique et de l’administration. Au printemps dernier, le moment était venu de changer d’horizon, après ces huit ans qui m’ont amené à aimer le métier, à en connaître sa beauté et ses difficultés.

Caroline

Je reconnais tourner autour du projet de travailler au milieu des livres depuis longtemps. La formation de médiathécaire effectuée en 2013, après un cursus au long cours en médecine puis en philosophie, devait être le dernier jalon, j’en garde un esprit service public. À côté, les différentes pratiques professionnelles menées étaient des activités de service, en bibliothèque, dans le milieu médical et dernièrement, à l’école auprès de jeunes enfants. Durant le stage effectué cet été au Vers Libre, je me suis sentie à ma place auprès de la clientèle et aux côtés de ma future associée.

Pour nous suivre sur Facebook: https://www.facebook.com/librairieVillesInvisibles/


N’hésitez pas à nous suivre, nous allons essayer de vous tenir au jus au fur et à mesure de l’avancement du projet…

– CONTRIBUEZ ICI !– à partir de 5€