Que le masculin les emporte au Diable !

Les discours électoraux commençaient en général par la formule «Françaises, Français».

La dernière affiche de Marine Le Pen efface paisiblement la majorité du genre humain, alors que la précédente – «Femme d’État» – jouait précisément sur la contradiction apportée à un cliché masculiniste. Trop subtil ! ont dû penser les conseillers en communications fachos. Cette fois, les choses sont classiquement claires: Le Pen sera la femme d’État de tous les mecs. Libre aux femmes de se sentir visées ou non.

Emmanuel Macron va plus loin – dans le culot. Le Pen peut s’abriter derrière la règle qui «veut» que «le masculin l’emporte» et englobe les femmes. Les conseillers de communication du locataire (grassement payé!) de l’Élysée et lui-même sont beaucoup plus subtils et au fait de la production militante. Souvenons-nous qu’il n’a pas hésité à endosser tranquillement en meeting le slogan «Nos vies valent plus que leurs profits!».

Dans le cas d’espèce, le slogan «Nous tous» s’affirme comme un démarquage et un pied de nez délibérés au slogan et nom de collectif féministes «Nous toutes».

Sœurs, ne lui pardonnez rien: il sait très bien ce qu’il fait!