Rectificatif d’importance au bulletin de santé du 12 janvier

Comme prévu, j’ai revu ce jour le chirurgien qui m’a opéré le 4 janvier.

Nous avons passé en revue les suites (radiothérapie, avec ou sans chimio, ça n’est pas tranché), pour lesquelles je recevrai des convocations d’un autre établissement. Le calendrier n’est donc pas encore fixé.

J’ai des ordonnances pour la rééducation en kiné (mon bras gauche, douloureux et mal utilisable) et en orthophonie.

C’est dans ce domaine qu’apparaît la bonne nouvelle du jour: j’avais cru comprendre des explications du chirurgien, au retour d’opération·s, qu’une corde vocale avait été coupée. Problème d’audition: mon oreille gauche est prise dans la cicatrice «guillotine» et plusieurs jours après l’opération, l’infirmière en retirait des petits caillots de sang séché. Bref, j’entendais encore plus mal que d’habitude! Ajoutez à ça les masques et l’effet des deux anesthésies générales… 

Il s’avère que ça n’est pas une corde vocale qui a été lésée (et sûrement pas coupée), mais le nerf qui lui est associé. Ça change tout, parce que ça ouvre – rééducation orthophonique à la clef – la perspective d’une large récupération. Le médecin a évoqué une petite intervention éventuelle: je ne rentre pas dans les détails.

L’essentiel est là: il est possible que je retrouve une bonne partie de ma voix d’origine, «signature» si précieuse aux autres et à moi-même.

Pour le reste, il demeure quelques incertitudes, mais il semble que la nature de la (grosse) tumeur retirée soit un peu différente de celle des deux tumeurs cutanées de la pommette (se reporter au texte du 12 pour les implications).

Comme je vous dois bien, outre le partage de cette nouvelle «vocale» rassurante, un petit sourire: sachez que le liquide incolore qui sourd d’un minuscule orifice derrière mon oreille gauche (le long de la cicatrice et au niveau de la glande parotide [salivaire]) ne serait pas de la lymphe, comme on me l’avait suggéré, mais tout bonnement… de la salive. Ainsi donc, moi qui serais bien incapable aujourd’hui de cracher (ailleurs que sur mes pieds, peut-être) avec la bouche, comme font les gens polis, je crache de derrière l’oreille! Nous allons mettre bon ordre à cet état de choses choquant dans les jours qui  viennent.

Mille baisers et mille mercis à toutes et tous pour vos messages.

J’ai même reçu aujourd’hui, d’une collaboratrice de la revue féministe et libertaire Casse-Rôles une très jolie carte postale. Une vraie carte postale, écrite à la main, dans une enveloppe!