De Pékin à Paris, les staliniens ne changent pas…

Comble du grotesque (ne parlons pas de déshonneur; il faudrait avoir de l’honneur de reste), Fabien Roussel, secrétaire national du PCF est le personnage central d’une publicité que s’offre le parti « communiste » chinois – à sa propre gloire bien entendu!

Et c’est dans Les Échos,  bulletin bien connu de défense des travailleurs…

Pendant ce temps, la police chinoise réprime les grèves ouvrières et les émeutes paysannes, emprisonne les dissidents (à Hong Kong notamment), et persécute les catholiques qui s’obstinent à ne pas faire allégeance à l’Église officielle (une officine du parti).

«Le PCC a fait le choix, avec raison [déclare Roussel], d’écrire sa propre histoire, en tenant compte de ses propres réalités internes et de la situation nationale et internationale.»

Ben voyons! Chacun ses mensonges historiques et les charniers seront bien gardés…

De Pékin à Paris, les staliniens ne changent pas! Ils se serrent les coudes, toujours unis contre les travailleurs.