Macron, Dupond-Moretti ~ nommer l’innomable

Après combien de dizaines d’années? Trois? Quatre?…

…Les flics français sont venus arrêter chez elles, ce matin, sept personnes de nationalité italienne réfugiées en France. Trois autres sont recherchées.

Ces personnes ne se «cachaient» pas en France.

Elles y étaient réfugiées.

Personne n’y ignorait leur passé. Ni les autorités ni la Justice, ni les flics.

Dupond-Moretti, avocat devenu flic, a déclaré : «Je n’ai strictement aucun état d’âme». Rien d’étonnant, pour qui l’a vendue…

Parmi les personnes arrêtées se trouve Roberta Cappelli, à qui j’avais donné la parole ici-même.

Je lui renouvelle toute mon amitié, et ma solidarité à toutes les personnes victimes de ce mauvais coup.

__________________

Suite: Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornagh ont été libéré·e·s et placé·e·s sous contrôle judiciaire.

Contribuez à l’archivage des luttes !

Le site Archives Autonomies – Fragments d’histoire sur la gauche radicale numérise et offre en ligne gratuitement une des plus grandes bases d’archives sur les luttes et les pratiques autonomes de résistance à la société capitaliste. Ce site, qui est totalement indépendant des partis, syndicats, groupes et institutions, constitue un outil précieux pour celles et ceux qui cherchent à éclairer le présent des luttes en se réappropriant leur passé.

Proposant de plus en plus de documents, Archives Autonomies a besoin d’un scanner capable d’assurer une numérisation de qualité de journaux, d’affiches, de livres, de tous formats. Un tel matériel est très coûteux
(entre 18.000 et 20.000 euros). C’est pourquoi Échanges et mouvement (association loi 1901) a décidé de lancer cet appel à souscription afin d’acquérir un scanner et de le mettre à la disposition d’Archives Autonomies.

Vous pouvez y contribuer par un versement, si minime soit-il :

en envoyant un chèque à l’ordre d’Echanges et mouvement à l’adresse suivante, en précisant au dos «pour le scanner» :

Échanges et mouvement
BP 241
75866 Paris Cedex 18

ou

électroniquement, en cliquant sur http://archivesautonomies.org/spip.php?article4622  et ensuite, tout en bas, sur: «Achat d’un scanner professionnel pour numériser des revues, livres et archives diverses.»

 

Mobilisons nous pour un Carnet libre et sauvage!

Les habitant·e·s de la ZAD du Carnet ont été expulsé·e·s mardi 23 mars par un dispositif répressif important, mais la ZAD reste elle bien là et vivante avec ses 400 hectares de zone humide et sauvage, ainsi que tou·te·s ses habitant·e·s non humain·e·s !

Le projet d’aménagement du Carnet est actuellement suspendu, aucun nouveaux travaux n’a pu avoir lieu depuis l’implantation de la ZAD du Carnet, aucune entreprise n’a manifesté l’envie de s’implanter au Carnet, grâce à la lutte que nous avons mené ensemble jusque là, mais il n’est pas annulé et nous devons resté·e·s vigilant·e·s et mobilisé·e·s.

Nous sommes tristes et en colère de l’expulsion des habitant·e·s de la ZAD du Carnet, mais nous restons tou·te·s déterminé·e·s à continuer la lutte pour un Carnet libre et sauvage, sans projet du Grand Port, ni gestion «écologique » de la zone par ce même Grand Port.

Nous proposons de se retrouver le week-end des 5 – 6 juin pour un week-end de mobilisation festive afin d’enterrer définitivement le projet .

Programme et lieux de rendez-vous à venir prochainement sur les sites http://www.stopcarnet.fr et www.zadducarnet.org ainsi que sur les réseaux sociaux habituels.

Tant que le projet du Grand Port ne sera pas abandonné, il continuera de nous trouver sur son chemin pour l’empêcher de bétonner l’Ile du Carnet !

Nous sommes tou·te·s des enfants du Carnet !

“Les vampires” ~ par Gédicus

Il y a 47 ans, le 25 avril, au Portugal, une chanson de José Afonso, Grandola vila morena, donnait le signal du soulèvement qui allait mettre fin à 48 ans de dictature et ouvrir la porte à une des révolutions les plus fortes du XXe siècle.

Pour saluer cet anniversaire, voici la traduction d’une autre chanson de Zé Afonso, plus ancienne, mais qui n’a rien perdu de son actualité, au Portugal et ailleurs.

Capture d’écran 2021-04-25 à 12.13.10

Dans le ciel gris, sous l’astre muet

Battant des ailes dans la nuit bâillonnée

Ils  viennent en bande à pas de velours

Pour sucer le sang frais du troupeau

 

Si l’on est trompé par leur air sérieux

Et qu’on ouvre la porte à leur venue

Ils mangent tout, ils mangent tout

Ils mangent tout et ne laissent rien

 

De toutes parts surgissent les vampires

Ils se posent sur les toits, se posent sur le pavé

Le ventre plein de vieilles dépouilles

Sans aucun souci de ces vies détruites

 

Ils sont les gérants de tout l’univers

Seigneurs par force, maîtres sans loi

Se goinfrant, buvant du vin nouveau

Dansant la ronde dans les forêts du roi

 

Ils mangent tout, ils mangent tout

Ils mangent tout et ne laissent rien

 

Au champ de peur tombent les vaincus

Leurs cris s’entendent dans la nuit étranglée

Gisant dans les fosses, victimes de leur foi

Et le sang du troupeau ne tarit pas

 

Si l’on est trompé par leur air sérieux

Et qu’on ouvre la porte à leur venue

Ils mangent tout, ils mangent tout

Ils mangent tout et ne laissent rien

 

No céu cinzento, sob o astro mudo
Batendo as asas pela noite calada
Vêm em bandos com pés de veludo
Chupar o sangue fresco da manada

Se alguém se engana com seu ar sisudo
E lhes franqueia as portas à chegada
Eles comem tudo, eles comem tudo

Eles comem tudo e não deixam nada

A toda a parte chegam os vampiros
Poisam nos prédios, poisam nas calçadas
Trazem no ventre despojos antigos
Mas nada os prende às vidas acabadas

São os mordomos do universo todo
Senhores à força, mandadores sem lei
Enchem as tulhas, bebem vinho novo
Dançam a ronda no pinhal do rei

Eles comem tudo, eles comem tudo
Eles comem tudo e não deixam nada

No chão do medo tombam os vencidos
Ouvem-se os gritos na noite abafada

Jazem nos fossos, vítimas dum credo
E não se esgota o sangue da manada

Se alguém se engana com seu ar sisudo
E lhes franqueia as portas à chegada
Eles comem tudo, eles comem tudo

Eles comem tudo e não deixam nada

Sur la révolution portugaise on peut lire Phil Mailer, Portugal 1974-1975, révolution manquée ? (Les nuits rouges), et sur Grandola et José Afonso, Jean Lemaître & Mercedes Guerreiro, Grandola vila morena (Otium).

“L’autogestion dans l’Espagne révolutionnaire” ~ par Frank Mintz

L’ami Frank Mintz ayant fort opportunément décliné les propositions insistantes de Relire (système de numérisation et de diffusion payante des livres épuisés, lié à la BNF), il met à disposition gratuitement le texte de son livre L’autogestion dans l’Espagne révolutionnaire. Qu’il en soit remercié.

Vous pouvez accéder ICI au texte (format pdf).

«Soyez maudits, assassins» ~ Depuis la Nouvelle-Calédonie, Louise écrit au préfet de police (1878)

Cette lettre est proposée à la vente par la maison Roumet.

Cette flamboyante lettre de Louise Michel, datée de Nouvelle-Calédonie (où elle est déportée), le 3 mai 1878, est adressée au préfet de police Félix Voisin et à ses semblables. En janvier, les républicains ont remporté les élections municipales en France; dans deux mois éclatera la grande révolte kanak.

Messieurs,

Ceux qui comme nous ont vu crouler l’empire sous le poids effrayant de ses fautes et de ses crimes peuvent vous voir crouler sous le même poids.

La mort et l’exil saluent votre chute et le glorieux avènement de la république égalitaire.

Soyez maudits assassins.

Louise Michel