“Rage” ~ par Regina José Galindo

Laurent Bouisset, poète et traducteur, et les Éditions des Lisières ont eu l’excellente idée de publier le premier recueil de poèmes de Regina José Galindo, plus connue, en France et internationalement, pour ses installations et ses performances (je la citais dans Je chante le corps critique) que pour sa poésie.

Je suis un lieu commun

comme l’écho des voix

le visage de la lune.

J’ai deux nichons

– minuscules –

le nez oblong

la taille du peuple.

Myope

de langue vulgaire

fesses tombantes

peau d’orange.

Je me mets face au miroir

et je me masturbe.

Je suis femme

la plus ordinaire

qui soit.

Bilingue espagnol-français

Traduit de l’espagnol (Guatemala) par Laurent Bouisset

À l’image de son travail d’artiste performeuse, la poésie de Regina José Galindo est crue, brute, viscérale. Son écriture radicale, reflet de la violence d’un continent, dénonce le sort réservé aux femmes et aux Indiens dans son «Guatemalade, malade, malade» en proie aux gangs après trente-six années de guerre civile. Rendre hommage et affirmer une résistance, c’est ce que construit par son travail artistique et poétique Regina José Galindo, avec rage et vitalité.

Regina José Galindo est une artiste plasticienne et poète guatémaltèque spécialisée dans le body-art. Son œuvre se caractérise par un contenu politique explicitement féministe. Elle a reçu le Lion d’Or de la meilleure jeune artiste à la Biennale d’art contemporain de Venise en 2005 et le prix du Prince Claus en 2011. En tant que poète, elle a publié au Guatemala Personal e Intransmisible (Fundación Coloquia, 1996) et Telarañas (Ediciones del Pensativo, 2015). Rage / Rabia est sa première publication en français (hors revues). Pour découvrir les différents aspects de son travail : www.reginajosegalindo.com

Poète et traducteur, Laurent Bouisset a créé, avec le peintre guatémaltèque Erick González, le blog Fuego del fuego par le biais duquel il a diffusé en France les poèmes de Luis Miguel Hermoza (Pérou), Miroslava Rosales (Salvador), Vania Vargas (Guatemala), José Manuel Torres Funes (Honduras), Edu Barreto (Paraguay), Héctor Hernández Montecinos (Chili), Jonathan Ruiz (Mexique) et nombre d’autres auteurs d’Amérique latine traduits pour la première fois en français. Très actif dans l’univers des revues de poésie, il participe aux revues Teste et Fracas, et a publié son travail de passeur dans Nouveaux Délits n °58, numéro consacré exclusivement à la poésie guatémaltèque actuelle. Sa traduction des poèmes de Regina José Galindo, entre autres, a également donné lieu à L’ailleurs s’étend, ouvrage en collaboration avec le photographe Nicolas Guyot (Éditions Héliotropismes, 2017).

88 pages, 14 €